Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Présidence du Sénat : Quand Chevènement cite Edgar Faure

Présidence du Sénat : Quand Chevènement cite Edgar Faure

Ambition revue à la baisse pour le Che ? Après l’Élysée, le Plateau, ou, plus modestement, une présidence de commission au Sénat serait sa nouvelle cible.

Qui sera le futur Président du Sénat ? Le suspens ne durera pas très longtemps et la réponse arrivera samedi 1er octobre 2011.


Incertitudes dans les couloirs aux pas feutrés

Le match promet d’être serré entre le Président du Sénat sortant, Gérard Larcher (62 ans), et le candidat des sénateurs socialistes, Jean-Pierre Bel (59 ans et demi, même si l’incertitude est d’autant moins grande que le Président de la République Nicolas Sarkozy aurait jeté l’éponge dès mardi 27 septembre 2011 matin : « On perdra dans la dignité la Présidence du Sénat. » afin de ne pas être accusé de tripatouillage ou de bidouillage.

Le PS avait d’ailleurs annoncé dès dix-neuf heures dimanche dernier sa majorité à grand renfort de leaders pour qu’on ne lui vole pas sa victoire. Et l’arithmétique lui donne raison dans une comptabilité qui oublie toutefois allègrement les centristes (radicaux et démocrates-chrétiens) : le Sénat compte désormais 177 sièges à gauche et 171 sièges à droite sur les 348 au total (majorité absolue à 175).


Récompense du passé ou projet d’avenir ?

Il y a deux conceptions : ou cette élection couronne une carrière, récompense un parcours brillant en politique dans un cadre de retraite dorée, ou, au contraire, elle fait démarrer une carrière politique, elle lance un nouveau projet de rénovation pour le futur.

Les sénateurs, justement, dans leur grande sagesse et sans doute par un orgueil bienvenu, n’apprécient pas beaucoup la première option. Ils ont ainsi régulièrement fait échouer la candidature de personnalités plutôt connues au niveau national et ayant eu un parcours ministériel brillant. Les "cadavres" sont légions : Charles Pasqua, Jean-Pierre Raffarin etc. Même René Monory, exception à la règle en 1992, a échoué à sa seconde réélection en 1998.

Les sénateurs préfèrent en effet hisser au Plateau des sénateurs de pure souche, émanant du Sénat, sénatophiles et pas des collectionneurs d’honneurs et de médailles.

C’est dans cette perspective que l’ancienne ministre Catherine Tasca (69 ans et demi), première vice-présidente du Sénat sortant, proche de Martine Aubry, a renoncé le 27 septembre 2011 à concourir au sein du groupe socialiste : « par loyauté aux valeurs de la gauche et parce qu’aucune voix ne doit manquer pour la nouvelle majorité ». Il était logique que le PS fût entièrement réuni derrière Jean-Pierre Bel, président sortant du groupe au Sénat et véritable artisan de la victoire de la gauche aux sénatoriales, même s'il est un proche de François Hollande.


Et les centristes ?

L’Union centriste, groupe légendaire au Sénat qui a réussi, entre 2007 et 2011 le tour de force de garder en son sein des sénateurs du Nouveau centre et des sénateurs du MoDem, a perdu quelques plumes le 25 septembre 2011 (passant de 29 à 27 membres) mais cherche, au contraire des velléités d’Hervé Morin à créer un groupe spécifiquement Nouveau centre, à rassembler des radicaux valoisiens encore membres au Sénat du RDSE ou de l’UMP.

À égale distance de Jean-Louis Borloo et de François Bayrou, Jean Arthuis, qui voudrait être reconduit à la présidence de la Commission des Finances au Sénat mais qui reconnaissait le 27 septembre 2011 que ses chances seraient minimes, souhaiterait qu’un sénateur centriste se présente également à l’élection du Président du Sénat, ce qui réduirait encore les déjà faibles chances de Gérard Larcher.

Pourtant, un autre Jean-Pierre laisse entendre une troisième voie face au premier choc de la bipolarisation du Sénat. Il est vrai que c’est la première fois que le Sénat se retrouve aussi clairement clivé en deux camps.


L’ambition cachée de Jean-Pierre Chevènement

Il s’agit de Jean-Pierre Chevènement (72 ans et demi), ancien candidat à l’élection présidentielle en 2002 (il était déjà le "troisième homme" pendant cette campagne présidentielle mais il a échoué avec seulement 5,3% des suffrages), qui se tâte depuis juillet 2010 et plus fermement depuis le 4 mai 2011 pour être de nouveau candidat à l’élection présidentielle de 2012. Depuis près d’un an, il envisage sérieusement de présider le Sénat.

Après son échec aux législatives de juin 2007 (après ses réélections successives depuis 1973), Jean-Pierre Chevènement s’était réfugié au Sénat en septembre 2008 et pour ne pas siéger avec ses anciens camarades du Parti socialiste, il s’était inscrit à ce petit groupe charnière, le RDSE (l’ancienne Gauche démocratique), qui regroupe les radicaux valoisiens et les radicaux de gauche de Jean-Michel Baylet.

yartiChevenement02

Or, ses dernières déclarations les 26 et 27 septembre 2011 (évoquées par "Le Figaro" et "Le Monde" et confirmées sur son blog) ne laissent guère de doute sur son envie en proposant que la gauche partage, elle aussi, de hauts postes à la droite, dans un principe consensuel très bayrouïste : « Cette occasion doit être saisie pour faire accéder aux postes de responsabilités des femmes et des hommes de valeur largement représentatifs de toutes les sensibilités. ».

Propos qu’il a clarifiés ainsi : « Cela vaut pour la gauche évidemment, et cela peut valoir pour la droite : on pourrait très bien faire au Sénat ce que la droite a fait pour Jérôme Cahuzac [député socialiste élu président de la Commission des finances à l’Assemblée Nationale en remplacement de Didier Migaud]. ».

C’est évidemment un clin d’œil à Jean Arthuis pour qu’il conserve sa présidence de commission.

Et concernant sa propre candidature à la Présidence du Sénat, Jean-Pierre Chevènement s’est voulu énigmatique : « Je reste fidèle à l’aphorisme d’Edgar Faure : ne jamais être candidat quand on ne vous le propose pas officiellement et ne jamais dire qu’on ne sera jamais candidat. ».

Probablement que sa candidature pourrait ravir un certain nombre de sénateurs UMP, en particulier des gaullistes séduits par son souverainisme, ainsi que des sénateurs centristes surpris par son positionnement au centre gauche (citant Edgar Faure !), qui pourraient être tentés de faire un ultime tripatouillage contre les socialistes mais on peut imaginer que les sénateurs socialistes ne le suivront pas puisqu’ils ont unanimement investi le 27 septembre 2011 leur candidat Jean-Pierre Bel et de nombreux socialistes considèrent qu’il est l’un des fauteurs du 21 avril 2002.


Un parcours très à gauche

Ce positionnement de centre gauche est d’ailleurs assez étonnant puisque, dans sa longue carrière politique, Jean-Pierre Chevènement a toujours été à l’aile gauche du PS (au CÉRÈS notamment qu’il a fondé en janvier 1966) et on se souvient que c’est grâce à son concours que François Mitterrand avait gagné le congrès de Metz en avril 1979. Cette même aile gauche qui a été ensuite occupée successivement par Henri Emmanuelli, puis Jean-Luc Mélenchon, et maintenant par Arnaud Montebourg.

Jean-Pierre Chevènement a fait partie de tous les gouvernements de gauche depuis le début de la Ve République, à savoir dans les trois législatures socialistes sous François Mitterrand (à l’Élysée) et sous Lionel Jospin (à Matignon) en cumulant un peu plus de neuf années de hautes responsabilités ministérielles : Ministre d’État, Ministre de la Recherche et de l’Industrie du 22 mai 1981 au 23 mars 1983, Ministre de l’Éducation nationale du 17 juillet 1984 au 20 mars 1986, Ministre de la Défense du 12 mai 1988 au 29 janvier 1991 et enfin, Ministre de l’Intérieur (il aurait voulu être nommé à la Justice) du 4 juin 1997 au 29 août 2000. Ce qui a empêché un autre camarade et rival de Belfort, Raymond Forni, de siéger dans ces gouvernements pour raison géographique.

Son indépendance politique avait mis d’ailleurs à rude épreuve son ancien parti puisqu’il a démissionné avec éclat à trois reprises (en 1983 à cause de la rigueur économique, en 1991 à cause de la guerre du Golfe et en 2000 à cause du statut de la Corse) et qu’il a fini par créer le 1er mai 1993 son propre parti, le Mouvement républicain et citoyen (MRC, ex-Mouvement des citoyens), qui ne représente plus grand chose à la bourse électorale.


Une candidature de consensus

Aujourd’hui, Jean-Pierre Chevènement ne veut pas être lui-même candidat. Il attend qu’on vienne le chercher… au risque d’être oublié. Il mise sur un premier tour difficile pour Jean-Pierre Bel où au moins quatre sénateurs de gauche (probablement des radicaux) hésiteraient à accorder leur confiance à un homme certes estimable mais peu assez connu pour devenir le deuxième personnage de l’État, prêt à assurer l’intérim à l’Élysée comme Alain Poher en cas de vacance présidentielle.

Alors au deuxième tour, Jean-Pierre Chevènement pourrait être le candidat du consensus qui rassemblerait le centre gauche et le centre droit au Sénat.

Dans le cas contraire, Jean-Pierre Chevènement se contenterait certainement de la présidence de la prestigieuse Commission des Affaires étrangères du Sénat (dont il est un vice-président sortant).

Dans tous les cas, devenu homme incontournable au Sénat, son collègue Jean-Pierre Bel aura bénéficié des divisions de la droite au-delà de ses espérances, exactement comme Bertrand Delanoë à Paris (en 2001), Gérard Collomb à Lyon (en 2001) ou encore Michel Destot à Grenoble (en 1995).


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (28 septembre 2011)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Jean-Pierre Bel.
Gérard Larcher.
Jean-Pierre Raffarin.
Christian Poncelet.
René Monory.
Alain Poher.



Moyenne des avis sur cet article :  2.23/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Sylvain Rakotoarison Sylvain Rakotoarison 28 septembre 2011 15:52

    Après un coup de théâtre au sein de son groupe RDSE (Yvon Collin président sortant battu par Jacques Mézard), ce 28 septembre 2011, Jean-Pierre Chevènement a annoncé qu’il voterait pour la candidature de Jean-Pierre Bel à la Présidence du Sénat : « Tout autre formule qu’une victoire d’un socialiste pourrait nuire à l’image du Sénat. (...) Je suis très attaché à la clarté, il y a une majorité de nouveaux sénateurs, les sénateurs socialistes, et pour l’image du Sénat, on ne comprendrait pas que cela ne se traduise pas sur le Plateau. ».

    Jean-Pierre Chevènement a également confirmé sa volonté de présider la Commission des Affaires étrangères et de la Défense du Sénat : « Je suis déjà vice-président, cela ne me paraîtrait pas anormal, je représente une sensibilité historique de la gauche républicaine. ».


    • Brath-z Brath-z 29 septembre 2011 12:09

      Jean-Pierre Chevènement a beaucoup déçu en ne se présentant pas en 2007 alors qu’il avait un boulevard pour lui (en janvier, Royal était conseillée par BHL et Sarkozy voulait la « rupture » sur le mode américain), se contentant de devenir le conseiller « social et républicain » d’une candidate suffisamment protéiforme pour prétendre incarner à la fois les « modernes » (bobos, droitsdelhommistes, etc.) et les « anciens » (socialistes, républicains, etc.). Finalement, Bayrou reprend la posture du Chevènement de 2002 et empoche 10% d’électeurs « bonus » par rapport à ce que représente le centre en France. C’est chez Chevènement quasi pathologique : il laisse planer un temps le doute quant à ses intentions de peut-être tenter d’incarner une alternative, et abandonne finalement après avoir fait des ronds de jambe et des moulinets de bras.
      En 2002, il s’était finalement lancé, convaincu qu’avec deux candidats socio-démocrates maastrichiens, la situation était suffisamment urgente pour qu’il tente le coup. Mais sans grande conviction, et surtout en se laissant manœuvrer par à peu près tout le monde, depuis ses anciens amis du CERES passés entretemps dans la « deuxième gauche » qui l’emmènent depuis des années sur le terrain de la technocratie gestionnaire, jusqu’à Pasqua et Villiers qui jouent à cache-cache pour enfin dénoncer dans la presse des approches opportunistes.
      Résultat de la combinaison de ce manque de motivation et de ces erreurs tactiques : un score symbolique à la présidentielle, qui lui aura au moins permit de lancer son MRC.

      Après avoir loupé l’occasion historique de 2007, Chevènement est grillé, fini, kaput. S’il se présente à la présidentielle, il connaîtra le destin de Michel Debré en 1988 : celui de « l’homme d’état » reconnu par tous, à droite comme à gauche, qui finit une carrière politique déclinante sur un résultat minable, faute d’avoir pu se présenter au moment où il disposait d’un espace politique véritable. S’il ne se présente pas, il est à craindre qu’il se ralliera à la candidature socialiste. Pourtant, deux autres choix autrement plus pertinents pourraient s’offrir à lui, car en 2012, deux candidats occupent son terrain naturel : Jean-Luc Mélenchon (sur une ligne plus proche de la « gauche exubérante ») et Nicolas Dupont-Aignan (sur une ligne plus « droite conservatrice »). A défaut de pouvoir opérer une véritable « jonction des patriotes » (ces deux candidats-là ne vont évidemment pas s’allier), Chevènement pourrait apporter à l’un ou l’autre un soutien qui pèserait plus par le symbole et l’estime dont il jouit, malgré tout, encore que par ses ressources de mobilisation électorale.

      Mais je pense qu’une fois encore, le Che va décevoir...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès