Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Présidentielle 2007 : Hollande premier obstacle à la course au (...)

Présidentielle 2007 : Hollande premier obstacle à la course au parrainage

François Hollande ne ménage pas son temps de vacances puisqu’il monte au front, le front du parrainage des candidats à la présidentielle. Ou plutôt au front contre le parrainage des petits candidats de gauche.


François Hollande veut responsabiliser les élus socialistes en leur demandant de soutenir massivement le candidat socialiste à la prochaine élection présidentielle. Cette mesure est assimilée par les petits candidats comme une mesure de rétention des signatures, et une campagne d’intox débute dans cette drôle de pré-campagne, guerre d’intox dont un petit candidat avait su profiter en 2002 un certain Le Pen, non pas un inconnu, mais un représentant de l’extrême droite française. En effet rien de tel pour les petits candidats de gauche de dénoncer le totalitarisme du PS, ainsi M. Krivine de la LCR y voit « une atteinte au pluralisme et à la démocratie ». Mais contrairement à Le Pen la multiplicité des réactions à gauche (Taubira, Chevènement, Krivine, et d’autres) montre que sur le fond le Président du Parti Socialiste a raison.

François Hollande a raison de rappeler et de donner quelques consignes aux élus socialistes qui peuvent apporter leur soutien à un candidat à la présidentielle. Et pour cela il a deux motifs essentiels :

  • Le premier est de contenir le nombre de petits candidats qui pourraient déstabiliser la candidature du PS, la plaie de 2002 ne s’est pas refermée et voir à nouveau le candidat socialiste échouer aux portes de la finale n’est plus possible sans courir le risque de voir le PS voler en éclat
  • Le deuxième motif viendrait d’une candidature dissidente de type Fabius. Personnellement, je serais François Hollande je n’accorderais aucune confiance dans l’engagement pris par Laurent Fabius de respecter le choix des militants PS, la guerre interne du PS à ce sujet montre que le dit Fabius veut naviguer à gauche toute alors que les candidats Royal, Strauss Khan et Lang pour ne citer qu’eux sont bien loin de la gauche anti-libérale. Ainsi tout soutien à un dissident conduirait à la dissidence, chose qui n’était pas clairement établi lors du dernier référendum.

Cet appel à la responsabilité des élus PS n’est pas choquant, car derrière la présidentielle se jouent les législatives, donc le gouvernement, et donc le projet socialiste pour le PS. Ensuite cet appel est dans la logique du PS qui est de proposer un programme puis de choisir un candidat qui portera le programme. Ceux qui comme Mme Taubira disent que la présidentielle est la rencontre entre un homme / une femme et les Français sont donc mis en échec par rapport à la stratégie du PS.

Ensuite cet appel permet de suite de clarifier la donne politique des basses manœuvres de partis qui consisterait à soutenir des candidatures plus à droite qu’à gauche pour diminuer le camp adverse en multipliant les candidats. Enfin cette stratégie est gagnante car elle permet au PS de dire ce qu’il va faire de « ses signatures » et oblige à terme l’UMP à faire de même.

Cependant dans cette démarche le PS se coupe de la gauche « anti-libérale » que souhaitent incarner à la fois Marie-Georges Buffet et Laurent Fabius, la rupture avec la LCR et LO semblant évidente depuis le référendum raté sur le Traité Constitutionnel. La LCR, LO, le PCF, et l’éventuel dissident PS, devront chasser les signatures sur les mêmes cibles : les élus sans étiquettes et les élus de la gauche communiste.

Dans cette démarche les petits crient au crime, à l’infamie... Certes, mais peut-être leur faut-il mailler le terrain plutôt que d’utiliser la présidentielle comme une caisse de résonance, caisse qui finalement ne résonne plus que sur les peurs et non sur les projets.

Face à ce rappel des responsabilités je ne peux que m’incliner, pourtant quelque chose me chiffonne, un détail qui me tracasse. Il y a quelque part dans mon journal un entrefilet qui me dérange, en effet le même PS prépare une guerre d’amendement contre le projet de « privatisation » partiel de GDF.

Le chiffre est là entre 30 et 50 000 amendements. Ce petit jeu la droite, le centre et la gauche, tous y ont joués. Cependant c’est le genre de jeu dont je me méfie car il fait couler beaucoup d’encre pour rien, et à part un 49-3 de plus, il ne fait pas avancer le débat politique. Et la responsabilité des politiques n’est pas de multiplier les actions symboliques et spectaculaires mais de débattre de nos idées.

Comme quoi il y a un nouvel axe de progrès pour le PS à travailler durant l’été...


Moyenne des avis sur cet article :  2.52/5   (63 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • Yves (---.---.192.60) 8 août 2006 11:41

    Votre commentaire, que je découvre, car peu habitué des forums, me fait m’arracher les cheveux. Pour ma part, je dis non au bipartisme, oui au pluralisme et à la démocratie. Très tiède envers le PS jusqu’à ce jour, je suis désormais assuré que je ne voterais pas pour lui, quel que soit son candidat (la consigne de Hollande est monstrueuse !), et quoi qu’il advienne. Et si cela porte au pouvoir un Sarkozy ou un Le Pen, cela voudra dire que la gauche n’a que ce qu’elle mérite. Il est temps d’avoir un un réel programme SOCIAL et non électoraliste.


    • Yann Riché Yann Riché 8 août 2006 13:33

      Non au bi-partisme cela ne fait aucun doute, cependant si la gauche, en tout cas le PS, que je ne soutiens pas veut gagner elle ne peut pas se diviser. Le PS a donc une stratégie c’est légitime.

      Elle aurait pu demander des primaires, mais l’extrême gauche n’en veut pas car la campagne des gauches (hors PS) est de lutter contre le libéralisme (ce qui reste vague car je ne vois pas les Français refuser l’économie de marché).

      Un programme social ? Mais c’est quoi le social ? C’est financer de l’assistance publique avec de l’argent prélevé auprès des entreprises et des administrés. Or la dette Française ne permet plus de faire des folies et les prélèvement sont déjà au top niveau.

      Et même si la gauche extrême remportait des élections, quand il faut gérer une bourse et qu’elle est vide le programme social se transforme vite en soufflet, beau à voir mais rien à manger.

      Cordialement


    • (---.---.236.152) 8 août 2006 13:44

      « Un programme social ? Mais c’est quoi le social ? C’est financer de l’assistance publique avec de l’argent prélevé auprès des entreprises et des administrés. Or la dette Française ne permet plus de faire des folies et les eprélèvement sont déjà au top niveau. »

      Donc la situation ne va pas s’améliorer. Ca donne envie de voter ça...

      PS : Assimiler le « social » uniquement à de l’assistance publique, c’est grave. Les français seront heureux d’apprendre qu’ils sont des assistés car ils osent envoyer leurs enfants à l’école plutôt que de les éduquer tous seuls, osent aller à l’hopital alors qu’ils pourraient se soigner tous seuls, osent demander des allocations chomage alors qu’ils pourraient tout simplement se laisser mourrir de faim...


    • www.jean-brice.fr (---.---.108.240) 8 août 2006 11:59

      Ceci n’est que la conséquence de la loi du 18 Juin 1976 : pour en savoir plus, cliquez sur www.jean-brice.fr ...


      • www.jean-brice.fr (---.---.108.240) 8 août 2006 12:07

        Je rapelle à l’auteur que la Constitution a été dévoyée en redonnant aux partis le choix des candidats : espérons que le Conseil Constitutionnel va remettre celle-ci dans la ligne que son fondateur avait tracée ... C"est la SEULE MANIERE DE REDONNER LA PAROLE AU PEUPLE !!!


      • mathieu (---.---.17.52) 8 août 2006 12:11

        le pcf n’a pas besoin, si il présente son propre candidat, des signatures ps. il a une bonne implantations électorale contrairement aux autres formations de gauche.


        • Yann Riché Yann Riché 8 août 2006 13:41

          C’est exact mais soit il y a une consigne type PS, soit les élus PCF seront l’objet de toutes les convoitises...


        • (---.---.236.152) 8 août 2006 13:26

          « depuis le référendum raté sur le Traité Constitutionnel »

          Le référendum sur le Traité Constitutionnel a été raté ? Ah bon... Je croyais qu’il y avait eu une participation massive.

          Continuez à mépriser l’expression du peuple et la dernière élection présidentielle vous sera un doux souvenir, au vu de la catastrophe vers laquelle vous vous précipitez.


          • Yann Riché Yann Riché 8 août 2006 13:40

            Si l’on se place du point de vue du PS qui a fait voter ses militants pour voir ensuite Fabius prendre des chemins de traverses, le referendum est raté.

            Si l’on tient compte du soit disant plan B, je rigole doucement de savoir qui se moque de qui.

            Si l’on tient compte que l’Europe n’a pas bougé d’un pouce depuis, le réferendum est raté car le non n’était pas fondé sur du rationnel mais sur la psychologie de la peur, si bien que dans un contexte défavorable sur plan de la politique intérieure il n’y avait aucune chance que le oui l’emportat.

            Cordialement quand même.


          • (---.---.236.152) 8 août 2006 13:48

            « Si l’on tient compte du soit disant plan B, je rigole doucement de savoir qui se moque de qui. »

            Simple : le parlement européen se moque de l’expression populaire qui attend un plan B d’urgence. Mais la notion d’urgence sociale semble ne pas atteindre les hautes sphères de la technocratie gouvernante. Tant pis...


          • Globalia (---.---.212.160) 8 août 2006 13:57

            « le non n’était pas fondé sur du rationnel mais sur la psychologie de la peur »

            Evidement, si on est raisonné, on ne pouvait voter que oui à ce magnifique texte. Pour voter non, il faut vraiment être appeuré. Merci pour cette belle analyse...


          • Yann Riché Yann Riché 8 août 2006 17:12

            Evidemment pris comme ça.

            La différence d’un vote se fait sur les indécis. Or les nombreux indécis ceux qui sont tièdes d’un coté ou de l’autres sont forcément influencés par l’ambiance. En 2002 l’UMP en a bénéficié face à la peur du FN. Excusez du peu mais c’est un facteur irrationnel que personne ne maitrise réellement mais que l’on peut attiser aisément.


          • JC BENARD (---.---.92.11) 8 août 2006 13:52

            En clair, pour simplifier le débat, je prendrai un exemple du quotidien : Quelle attitude adopteriez vous vis à vis d’un collègue de travail qui passerait son temps à dire du mal de vous et qui viendrait à intervalles régulier vous demander d’être caution pour lui ?

            La réaction du Parti Socialiste français est la même que n’importe quel citoyen : Il ne veut plus être caution pour ceux qui le mettent à mal entre deux élections.


            • (---.---.236.152) 8 août 2006 13:57

              Un collègue de travail permet à une équipe de pouvoir être performante. Tout seul, c’est une autre histoire. Si le PS pense pouvoir se passer des autres formations de gauche, qu’il ne se gêne pas mais qu’il le dise clairement. Quant à ses chances de succès dans une telle configuration...


            • Globalia (---.---.212.160) 8 août 2006 14:01

              « La réaction du Parti Socialiste français est la même que n’importe quel citoyen : Il ne veut plus être caution pour ceux qui le mettent à mal entre deux élections. »

              Il me semble que c’est aux élus d’en décider pas au parti. La véritable raison est que le PS ne peut gagner l’élection que si elle récupére les voix des autres partis de gauche, ce qu’il est incapabale de faire avec son programme (inexistant), alors il essaye d’y parvenir par d’autres moyens.


            • José W (---.---.25.142) 8 août 2006 14:04

              Article divertissant mais peu crédible.

              Evidemment, cet état d’esprit très conservateur nous ramène au moins 50 ou 100 ans en arrière, où 4.000 kms à l’Ouest avec le célèbre « vous êtes avec moi ou contre moi ».

              Pourquoi ne pas monter le nombre de parrainages de 500 à 5000 pendant que l’auteur y est ?

              Article divertissant pour le lecteur... mais inquiétant pour l’avenir de la démocratie.


              • bret (---.---.110.237) 8 août 2006 15:18

                "Si l’on tient compte du soit disant plan B, je rigole doucement de savoir qui se moque de qui.

                Si l’on tient compte que l’Europe n’a pas bougé d’un pouce depuis, le réferendum est raté car le non n’était pas fondé sur du rationnel mais sur la psychologie de la peur, si bien que dans un contexte défavorable sur plan de la politique intérieure il n’y avait aucune chance que le oui l’emportat."

                C’est avec de tels arguments que l’on défend la démocratie ?

                Je consulte !

                Si il est d’accord alors le peuple à raison !

                Si elle n’est pas d’accord, la populace à tort !

                Toujours le mépris des élites pour ceux qui ne pensent pas comme eux.

                Toujours ce comportement infantile de mauvais perdant :

                Ah bon t’en veux pas de ma belle constitution, alors démerde toi tout seul avec ton plan B... Et surtout ne vient pas me demander de prendre en compte tes aspirations... De toute façon, elles sont :

                Déraisonnable (elles ne cadrent pas avec mes désirs)

                Irréaliste (je n’ai pas d’imagination)

                Irrationnelle (je n’arrive pas à comprendre les autres)

                etc...


                • Yann Riché Yann Riché 8 août 2006 17:09

                  Le problème du plan « B » c’est qu’il n’existe pas. Après les aspirations d’un non porté par des partis extrême - ment différents ne permet pas de dire voilà le plan B c’est ça.

                  La réalité aujourd’hui est celle-ci, ce n’est pas un refus ni un déni de la démocratie c’est un constat, celui d’une réelle manipulation de l’opinion, manipulation argumentée à l’aide du plomnbier polonais le tout remixé par des travailleurs clandestins portugais dans les journaux. Or il y a bien eut manip à ce sujet (entres autre) en créant une confusion entre le plombier polonais qui aurait pu travailler à pas cher en France et le travail clandestin à pas cher mais illégal.

                  Ce genre de mélange c’est bien vu et dans un contexte de défiance vis à vis des politiques c’est très efficace.


                • hermes21 (---.---.241.217) 8 août 2006 17:53

                  Si, il existe un plan B, c est de faire passer cette constitution, morcelée, par la voie parlementaire, en catimini, dès la fin des échéances electorales de 2007.


                • Dominique Dutilloy Dominique Dutilloy 8 août 2006 17:18

                  Mais, ne serait-il pas beaucoup plus démocratique, pour le PARTI SOCIALISTE, de désigner le candidat à la Présidentielle « 2007 » grâce au vote des militants ?

                  Par ailleurs, et c’est là où le bat blesse, le P.S. présente maintenant deux courants :
                  - celui des partisans du « NON » au Referendum sur la Constitution européenne,
                  - celui des partisans du « OUI » au Referendum sur la Constitution européenne

                  Alors, entre « Oui-ouistes » et « Nonistes » du même parti, quel projet gouvernemental pourra-t-il y avoir en cas de victoire (probable) de la Gauche ?

                  Toujours pour parler des « Oui-ouistes » et des « Nonistes » de la Gauche non socialiste, pourrait-il exister une alliance permettant l’émergence d’une majorité gouvernementale entre ces deux courants de la vie politique française ?


                  • le passant (---.---.142.102) 8 août 2006 23:21

                    Scandaleux je vote à gauche mais je trouve que cette attitude est un déni de démocratie. Il est normal que l’ensemble des canditatures puissent s’exprimer y compris celle de l’extreme droite que je déteste, itou pour l’extreme gauche (que j’aime davantage).

                    Ca c’est de la politique à la petite semaine où on est pres à n’importe quoi pour tenter de mettre davantage de chances de son coté en méprisant une partie des français qui sont frustrés de la juste revendication de voir leur opinion s’exprimer par la voix de leur leader. Apres on viendra nous donner des leçons de civisme car les citoyens ne votent plus, c’est hypocrite et lamentable. Moi je voterais P-S seulement si ce n’est pas son secrétaire national qui se présente car son attitude est vraiment minable.


                    • waltwhitman (---.---.86.140) 9 août 2006 00:15

                      Je suis au contraire, tout à fait d’accord avec Mr Hollande. Pourquoi es ce que des élus socialistes iraient donner leur voix à d’autres partis ? Ces mêmes partis qui ne font rien en retour pour aider le PS. La LCR refuse un accord avec le PS, et refuse même que les autres partis (PC) aient un accord avec le PS, ce qui est plus qui dictatorial !

                      La présidentielle est une élection ou il faut gagner, ce n’est pas une tribune ou l’on peut s’exprimer et survivre médiatiquement. De plus, la LCR ne veut pas gouverner, pourquoi se présente t elle ??

                      Il faudrait plutôt que les petits partis acceptent un bon accord avec le PS, et aient plus de candidats élus aux législatives. Tout le monde y gagnerait (en tout cas, la gauche en général !)


                      • Radio Rouge (---.---.241.125) 9 août 2006 14:50

                        Il ne s’agit pas de donner ses voix ! Il s’agit simplement d’autoriser des candidats à se présenter devant les électeurs !

                        En quoi est-ce dictatorial de refuser une alliance avec le PS ???

                        Qui vous a dit que la LCR ne souhaitait pas gouverner ???

                        Quant à gouverner avec le PS, pour continuer à trahir les mouvements sociaux, comme la gauche plurielle l’a fait depuis 25 ans, on peut comprendre le refus !!!


                      • Internaute Internaute 9 août 2006 08:40

                        « ..dont un petit candidat avait su profiter en 2002 un certain Le Pen »

                        Le petit candidat c’est celui qui arrive deuxième ou celui qui arrive troisième ?

                        La présélection des candidats avec chantage à l’appuis sur les maires est une mesure anticonstitutionelle prise par Giscard d’Estaing et Jacques Chirac (président et premier ministre).

                        Selon la constitution le président de la république est issu du suffrage universel et n’est responsable que devant la nation. En truquant les élections, en obligeant le peuple à voter dans un choix de candidats présélectionnés par le pouvoir en place on fausse complètement le jeu.


                        • Senatus populusque (Courouve) Courouve 9 août 2006 14:55

                          Selon la Constitution (art. 4), les partis concourent à l’expression du suffrage universel, mais cela ne veut pas dire qu’ils ont le droit de confisquer ce suffrage.

                          Le système de parrainage des candidats par des élus est visiblement un très mauvais système.


                        • Jean de (---.---.220.12) 9 août 2006 11:18

                          Il apparaît que nous sommes ENCORE ET TOUJOURS EN ATTENTE D’UN CANDIDAT DE GAUCHE COMPETENT ET CHARISMATIQUE... QQUN QUI RASSEMBLE... A DROITE, IL Y A SARKO... A GAUCHE, ??? ...


                          • Vincent (---.---.17.100) 9 août 2006 15:00

                            Le référundum a été râté !!! car nous (le peuple) avons été manipulé ? Je suis cidéré qu’à l’heure actuelle, on ait encore de tel propos. Personnellement, je suis très admiratif du citoyen français d’avoir su résister à l’ENORME pression médiato-politique sur ce référundum... Finallement on (le peuple) lui a fait subir tous les collibets pour le diminuer..... mais ce peuple a su résister. Comme par ex., je cite « il ne comprend pas le texte », résultat beaucoup l’achète, ils en parlent chez eux, dans leurs lieux de travail etc... bref plus informé que la représentation nationale elle-même.... Le plan B, il arrivera c’est obligé, mais on l’espère tous à la faveur du citoyen européen, pas celle de politiciens qui sont complétement en dehors des réalités du terrain. Je lis que le prochain Président de la République va le faire passer en catimini !!! c’est très peu probable et suicidaire même, c’est comme si vous prétendez que le CPE sera revoté en session ordinaire dès cet automne .... Pour terminer, je pense que l’Europe et en particulier la France a besoin d’une démocratie plus participative. Avec les nouvelles technologies, c’est désormais possible.


                            • marc (---.---.4.150) 16 août 2006 22:08

                              Conclusion évidente :

                              Ne laissons plus les partis désigner Nos candidats à la présidentielle, nous pourrons ainsi bénéficier d’un vrai pluralisme.

                              Je serai triste à la prochaine présidentielle de ne pas voter socialiste, ce sera la première fois de ma vie d’électeur et je vote depuis 25 ans, mais cette décision de F. Hollande est malsaine, et ce parti de vient franchement un parti antidémocratique. Ou est votre programme de gauche Mr Hollande ?


                              • www.jean-brice.fr (---.---.46.137) 21 août 2006 09:28

                                Pour marc : je vous conseille d’aller sur www.jean-brice.fr ce site vous donnera les renseignements nécessaires pour aller dans le sens de votre commentaire.


                                • (---.---.231.38) 20 octobre 2006 10:45

                                  coucou sa va ?? moi j’ai pas bien compris votre site !! je pence qu’il n’est pa fait pour les jeune !!!!dsl


                                  • O.Z.Acosta (---.---.145.138) 20 octobre 2006 11:43

                                    Perso j’ai lu 3 fois le traité constitutionelle et malgrès que je suis bardé de diplôme, la seule conclusion c’été de voté NON car les traités économique n’ont rien à y faire et regardé d’un peut plus près l’article 16 de la parti I sans compté le reste que je n’ai plus en tête.

                                    La seule chose que l’on ai gagné temporairement c’est la mort du traité. Maintenant il va faloir revoir la copie car les 2 seule pays à avoir fait démocratiquement le choix du référendum on voté NON.

                                    Et si ce traité été passé par la voie parlementaire, se sera OUI à plus de 80% donc on voit bien que la démocratie représentative est en panne car nos élus sont corrompu par les lobbies.

                                    Quand on voit le nombre de candidat venant de l’extreme gauche (4) on peut comprendre que le PS n’a pas envie de parrainer des personnes qui vont éclater le vote au premier tour sans pour autant faire avancer le problème.

                                    De plus, l’UMP n’a encore rien dit mais je pense qu’il vont faire de même.

                                    Je ne serai pas étonner que l’on voit disparaitre des canditature tel que celle de devillier, le pen, LCR, bové, laguillier pour le plus grand bien de l’éléction.

                                    On vote pour un président de la république pas pour dire regarde j’ai fait 5% c’est bien j’ai battu tobois et la LCR en plus je vais me faire rembourser la campagne éléctoral.

                                    Il faut que ces « partis » aligne des listes aux autres éléctions (municipale, régional, européene,législative) et qu’on leurs permettent d’être réellement représenté alors il n’y aura plus de problème de parainage car ils auront des élus.

                                    Z

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès