Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Présidentielle : vers un nombre de candidats historiquement faible (...)

Présidentielle : vers un nombre de candidats historiquement faible ?

La baisse du nombre de candidatures prend le contrepied d’une évolution à la hausse depuis le passage à l’an 2000.

La fameuse règle des 500 parrainages d’élus n’a pas toujours été un problème pour les « petits » candidats. Dans l’histoire de Cinquième République, le nombre de candidats à la fonction suprême, si l’on fait abstraction des deux premières élections au cours desquelles le système pouvait être jugé comme étant encore en rodage, a rapidement augmenté : 6 candidats en 1965, 7 en 1969, 12 en 1974, 10 en 1981, première élection présidentielle appliquant le fameux système des 500 signatures, 9 en 1988, 9 en 1995, 16 en 2002 et 12 en 2007.

2012 sera-t-elle l’élection d’un certain retour aux origines ? Peu de candidats, en effets, semblent en mesure d’aller jusqu’au bout de leur démarche. A droite, la majorité sortante fait bloc derrière Nicolas Sarkozy : Christine Boutin et Hervé Morin ont déjà annoncé qu’ils se ralliaient au président sortant. Au centre-gauche, Hollande ne souffrira d’aucune concurrence : le Parti radical de gauche (PRG), qui avait présenté Christiane Taubira en 2002, le soutient depuis la tenue de la primaire socialiste auquel il a participé ; quant à Jean-Pierre Chevènement, il a jeté l’éponge après s’être présenté dans un premier temps, comme il l’avait fait en 2007. Du côté de la gauche radicale, Jean-Luc Mélenchon est assuré de réunir les 500 parrainages, grâce à la bonne implantation du PCF qui revendique encore 10.000 élus. François Bayrou n’a pas d’appareil fort derrière lui, mais sa notoriété le préserve également d’un éventuel manque de signatures. Quant à Eva Joly, si l’ont tient compte du fait que les Verts parviennent à présenter un candidat à chaque scrutin depuis 1974, sa présence au premier tour fait également peu de doutes.

Cette élection présidentielle est donc assurée de voir entrer en lice au moins 5 candidats : Hollande, Sarkozy, Bayrou, Mélenchon et Joly. Mais qu’en est-il des autres ? La polémique entourant la possible disqualification de Marine Le Pen par manque de signatures a enflé ces derniers jours. Toutefois, la présence de son père à toutes les élections sans exception depuis 1988 laisse à penser qu’elle sera « logiquement » bel et bien candidate. A chaque élection, le FN peste contre ce système des 500 signatures, qui lui fait payer son manque d’implantation locale, et notamment sa négligence à l’égard des élections municipales qui fournissent l’essentiel des élus locaux des principaux partis politiques.

Si la majorité sortante fait bloc derrière Sarkozy, les éternels dissidents que sont Dominique De Villepin et Nicolas Dupont-Aignan sont encore de la partie. L’ancien premier ministre de Jacques Chirac, qui plafonne à 2 % dans les sondages et subit sans arrêt des défections dans l’appareil de son propre parti, République Solidaire, a selon toute évidence échoué à rassembler les électeurs traditionnels de la droite déçus par le président sortant. Sauf à subir une humiliation indigne de son passé politique, il ne devrait pas aller jusqu’au bout. Plus iconoclaste, la candidature de Dupont-Aignan, solidement soutenue par son petit parti, Debout la République (DLR), paraît plus naturelle : il était déjà candidat en 2007 et avait dû renoncer par manque de signatures. Cette fois-ci, il le jure, ses parrainages, il les aura ! Profondément eurosceptique, féroce adversaire de l’euro, « NDA » incarne un courant souverainiste et néogaulliste traditionnel de la droite française, principalement issu du RPR et représenté en leur temps par Charles Pasqua et Philippe Séguin. Bien qu’il plafonne à 1 % d’intentions de vote dans les sondages, Dupont-Aignan a prouvé lors des élections régionales en Île-de-France qu’il était capable de trouver des électeurs pour soutenir ses idées.

Côté trotskyste, Nathalie Arthaud refuse de communiquer un quelconque chiffre mais affiche sa confiance. La fidélité des élus qui ont permis à Arlette Laguiller de porter les couleurs de Lutte Ouvrière à chaque fois depuis 1974 devrait faire le reste, quoique le manque de notoriété dont souffre la nouvelle porte-parole de LO pourrait bien la mettre en porte-à-faux avec ce réseau de soutiens traditionnels. En revanche, Philippe Poutou semble bien mal partit. Totalement inconnu, peu à l’aise avec les médias comme l’est Besancenot, le candidat du NPA souffre en outre de fortes dissensions internes, près de la moitié des élus du Conseil politique national (CPN) de son parti lui demandant de jeter l’éponge. Ses soutiens font part depuis des semaines de la grande difficulté qu’ils éprouvent à réunir les promesses de parrainages, et le fait d’en revendiquer un peu plus de 400 à un mois de l’échéance n’annonce rien de bon… Le troisième pilier de la famille trotskyste, le POI, a pour sa part annoncé qu’il ne participerait pas à l’élection présidentielle, ne jugeant vraisemblablement pas utile de réitérer l’exploit de Gérard Schivardi, qui avait péniblement réuni 0,34 % des suffrages exprimés en 2007.

Qu’en est-il des autres formations politiques ? Chasse-Pêche-Nature-Traditions (CPNT) présente à nouveau Frédéric Nihous mais ce dernier paraît de plus en plus marginalisé, ayant pour tout soutient un parti déliquescent qui a perdu son assise électorale (pour mémoire, CPNT avait obtenu plusieurs conseillers régionaux en 1998 et son premier candidat, Jean-Saint-Josse, avait obtenu un score très honorable de 4,23 % en 2002). Questions signatures, il dit aujourd’hui être très loin du compte. Corinne Lepage, déjà candidate en 2002 sans grand succès (1,88 %), veut retenter le coup en 2012 après avoir soutenu Bayrou en 2007. Mais son parti, Cap21, a très peu de réseaux et sa candidature peine à trouver sa place face à celles de Bayrou et Joly qui reprennent l’essentiel de ses idées. Elle dit aujourd’hui avoir du mal à récolter les promesses de parrainages et si Poutou n’est pas capable d’y parvenir, elle n’aura sans doute guère plus de chances.

Restent des candidatures fantaisistes : le très controversé Jacques Cheminade, qui affirme avoir déjà atteint les 500 promesses de signature mais ne fera certainement pas mieux qu’en 1995 (0,28 %), Carl Lang, ancien cadre du FN soutenu par les dissidences les plus radicales du parti lepéniste, qui ont toujours autant de mal à se structurer et à exister à la droite de la droite de la droite, l’éternel antifiscaliste Nicolas Miguet, le représentant de la très folklorique Alliance Royale… S’il doit y avoir un candidat surprise, il faudra le chercher parmi ceux-là. Mais ça serait quand-même une sacrée surprise !

Faisons le bilan !

- Candidatures certaines : François Bayrou, François Hollande, Eva Joly, Jean-Luc Mélenchon, Nicolas Sarkozy.

- Candidatures vraisemblables : Nathalie Arthaud, Marine Le Pen.

- Candidatures en difficultés mais qui ont des chances d’aboutir : Nicolas Dupont-Aignan, Philippe Poutou, Dominique de Villepin.

- Candidats ayant la volonté, mais pas les moyens : Corinne Lepage, Frédéric Nihous, Jacques Cheminade.

Nous aurons donc au mieux 13 candidats, mais le chiffre de 8, à la limite 9 me paraît plus raisonnable. Cette baisse du nombre de candidatures prend le contrepied d’une évolution à la hausse depuis le passage à l’an 2000. En 2012, on semble aller tout droit vers un retour à la « normale » (nombre de candidats proche des niveaux atteints en 1981, 1988 et 1995), voire-même à un retour aux fondamentaux, avec un faible nombre de candidatures plus proche du nombre de candidats présents au premier tour en 1965 et 1969.

Faut-il s’alarmer de cette tendance à la baisse ? D'un certain point de vue, non. Sauf échec surprise de Marine Le Pen, tous les courants historiques de l’histoire des idées politiques devraient avoir leur représentant : la social-démocratie avec François Hollande, la droite libérale-conservatrice avec Nicolas Sarkozy, le centre-droit héritier de la famille démocrate-chrétienne avec François Bayrou, l’écologie politique avec Eva Joly, la gauche radicale avec Jean-Luc Mélenchon, l’extrême-gauche attachée à la révolution par l’insurrection avec Nathalie Arthaud et l’extrême-droite, donc, avec Marine Le Pen. Dupont-Aignan pourrait éventuellement combler un manque en représentant la droite gaulliste, étatiste et nationaliste que Sarkozy n’incarne plus. Les autres candidats feraient au mieux doublon avec d’autres (Poutou, Villepin), ou ne représenteraient qu’une démarche personnelle (Lepage, Villepin, Cheminade), ou encore des revendications très sectorielles qui peuvent se fondre dans un programme plus global (Nihous). Au final, on y verra sans doute plus clair qu’au cours des deux élections précédentes et le débat politique devrait y gagner en clarté et en cohérence. A condition, bien entendu, que les candidats soient à la hauteur et que le système présidentialiste de la Cinquième République n’ait pas définitivement enterré le débat d’idées au profit d’affrontements de personnes…


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

60 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 18 février 2012 08:26

    Le résultat essentiel du système politique Français est qu’une bonne partie des Français ne sont pas représentés dans les organes du pouvoir.

    Rappelons tout de même que s’il y a environ 50 millions de personnes en age de voter en France, on estime que 15% ne sont pas inscrits sur les listes électorales. Reste donc (environ) 43 millions d’inscrits. Sur ce chiffre il devrait y avoir de 25 à 28% (2002) d’abstentions, il reste donc environ 30 millions de votants.

    Sur ce chiffre, on peut imaginer que le vainqueur final fera environ 30% au premier tour.
    Par conséquent, si on ne considère que les votants du premier tour, qui sont ceux qui adhèrent vraiment au discours, ce sont environ 9 millions .... SUR 50 MILLIONS qui ont voté pour le nouveau président. Peut on vraiment parler de « majorité » ?

    Sacré démocratie ... Pour ma part, je pense que le seul système vraiment démocratique est un système proportionnel à un tour. Seul « hic », cela irait à l’encontre de l’intérêt des lobbies qui tirent les ficelles, car beaucoup moins facile à manipuler. On n’en verra donc jamais la couleur.


    • bigglop bigglop 18 février 2012 18:03

      Bonjour à tous,
      Un seul mot : Agissez
      2012 : VOTER POUR RIEN


    • Mmarvinbear Mmarvinbear 19 février 2012 15:09

      On ne peut pas non plus forcer les gens. S’ils ne veulent pas participer pour tel ou tel motif, très bien, c’est leur droit.

      Mais qu’ils ne viennent pas ensuite se plaindre du résultat de leur inaction.

      Quand à l’idée de la proportionnelle à un tour, merci bien... On ne fait pas plus ridicule comme idée pour la désignation de l’exécutif.

      Imaginez vous confier les rênes du pouvoir à un type qui aura réuli 25 % des voix sur son nom ?

      Cela ne vous gêne pas de laisser s’installer à l’ Elysée quelqu’un dont 75 % des votants n’aura pas voulu de lui ?


    • maQiavel machiavel1983 19 février 2012 19:11

      « On ne peut pas non plus forcer les gens. S’ils ne veulent pas participer pour tel ou tel motif, très bien, c’est leur droit.Mais qu’ils ne viennent pas ensuite se plaindre du résultat de leur inaction. »

      R : Voter en soi et ne faire que ça est la pire des inactions. De toute façon, voter ne sert à rien, ce sera l’ UMPS qui seras au pouvoir ( à la limite avec un peu de chance Bayrou qui ’ est pas différent idéologiquement de l’ UMPS ).

      L’ oligarchie ne craint absolument pas l’ élection, passons à d’ autres moyens de lutte.

      Votez biquette !


    • Anonymous Republic Punisher Anonymous Republic Punisher 20 février 2012 04:08

      Tout à fait d’accord ! il existe un autre système de vote bien plus efficient : http://www.votedevaleur.org/co/votedevaleur.html

      Et vous pouvez vous inscrire pour tester ce système de vote alternatif à l’occasion de la présidentielle 2012 !


    • posteurfou posteurfou 20 février 2012 09:06

      Si ! voter cela sert à quelque chose  !

      il ne faut pas tenir ce genre de propos ; et plutot inciter les gens à aller voter en masse afin qu’il y ait un vrai changement à la limite (si cela ne bafouait pas la démocratie) , voter devrait etre obligatoire ,

      car les premiers qui se plaignent sont en général ceux qui ne votent pas .

       

      Crdt ...


    • Mmarvinbear Mmarvinbear 20 février 2012 10:48

      "Voter en soi et ne faire que ça est la pire des inactions. De toute façon, voter ne sert à rien, ce sera l’ UMPS qui seras au pouvoir ( à la limite avec un peu de chance Bayrou qui ’ est pas différent idéologiquement de l’ UMPS ).

      L’ oligarchie ne craint absolument pas l’ élection, passons à d’ autres moyens de lutte.« 


      On voit bien quelle est l’idéologie défendue ici. On est loin de la démocratie et l’auteur de ce post admet deux choses :

      - il sait que son opinion est ultra-minoritaire, que lui et les siens n’ont aucune chance d’accéder de façon normale au pouvoir.

      - bien qu’il prétende défendre la »vraie démocratie", ce qu’il promeut, c’est la dictature. Le contrôle du pouvoir par une infime minorité de la population, et son maintien en place non par le libre choix du peuple, mais par la force.


      Et il s’étonne de ne pas être écouté.


    • Claudec Claudec 18 février 2012 09:02

      L’explication d’un nombre de candidats en baisse ne réside-t-elle pas tout simplement dans le niveau inhabituel des difficultés auxquelles l’heureux élu sera confronté (ou continuera de l’être si l’actuel président est réélu) ? En l’état actuel de la conjoncture internationale et des dangers qu’elle fait encourir à une France qui a déjà ses propres problèmes à résoudre, prendre le pouvoir comporte une part de risque jamais atteinte lors de précédentes élections.

      Mis à part les candidatures de principe émanant de ceux qui se présentent tout en sachant parfaitement qu’ils n’ont aucune chance d’être élus, reste Sarkozy et Hollande. Or, quels que soient le style de chacun et les valeurs au nom desquelles l’un et l’autre s’expriment, il est clair que le premier agit, dans sa propre continuité, avec un courage, une vision de l’avenir et une détermination à bousculer le paysage socio-politique qui manquent manifestement au second, ce dernier donnant d’ailleurs parfois l’impression qu’il y va à contre-cœur.

      • democradirect democradirect 18 février 2012 10:19

        Pour qu’il y ait des débats d’idées et pas seulement des affrontements de personnes, il faut que les citoyens puissent voter sur des idées et pas seulement élire des personnes. Pour cela, il faut introduire un véritable droit de référendum d’initiative populaire.

        Il ne faut voter que pour des candidats qui prennent l’engagement suivant :

        « Si je suis élu à la présidence de la république, je m’engage à soumettre en votation populaire ou au Parlement durant la première année de mon mandat l’introduction du droit de référendum d’initiative populaire suivant : si une proposition de modification de la Constitution est soutenue par un million de signatures de citoyennes et de citoyens inscrits sur les listes électorales réunies en 18 mois, alors cette proposition devra obligatoirement être soumise en une votation populaire dont le résultat s’imposera aux élus. De plus, toute modification de la Constitution – même voulue par les élus – devra obligatoirement être soumise en une votation populaire dont le résultat s’imposera aux élus ». Voir ici.

         


        • democradirect democradirect 18 février 2012 10:58

          Mon lien ci-dessus est faux. Voir ici.

           


        • maQiavel machiavel1983 19 février 2012 19:13

          @démocradirect

          Une question m’ est venue à l’ esprit, est ce compatible avec les traités Européens ?

        • democradirect democradirect 19 février 2012 20:50

          A ma connaissance, les traités européens n’empêchent pas que ce soit le peuple qui modifie la Constitution (ce serait quand même le comble).

          Et si le peuple décide de rompre un traité (par exemple en votant une sortie de l’euro) ? Ce serait le même problème que si c’était le Parlement qui avait pris cette décision. De façon générale, un pays ne devrait jamais signer un traité où manque une clause de sortie. Car une génération n’a pas légitimité pour imposer sa volonté aux générations futures.


        • byle 18 février 2012 10:47

          et Francois Asselineau il pue ? L’UPR, ca a l’air degueu vu de dehors ?

          putain mais meme la candidate du sexe et l’autre naze en burqa ont eu droit a plus de pub dans les medias traditionnels qu’Asselineau.. on ne va pas si mettre aussi sur le net  ?


          • Alan C. Alan C. 18 février 2012 12:11

            Asselineau est un cas typique de candidature doublon : l’essentiel de ses propositions et de ses prises de positions peuvent être retrouvées chez Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan, qui ont beaucoup plus de chances que lui d’être finalement candidats. Très franchement vu la solidité de l’UPR et le manque total de notoriété de son président, je pense que même Jacques Cheminade a plus de chances de se retrouver candidat...


          • Augustule Augustule 18 février 2012 22:35
            • Très franchement vu la solidité de l’UPR et le manque total de notoriété de son président, je pense que même Jacques Cheminade a plus de chances de se retrouver candidat...

            Vous êtes jeune et naïf, dans quelques années, vous comprendrez, s’il n’est pas trop tard, comment marche le systeme.


          • l'Ami Ricoré l’Ami Ricoré 19 février 2012 08:29

            Heureusement que le ridicule ne vous tuera pas. Avant de raconter des inepties, ayez au moins l’intelligence et la sincérité de vous intéresser à son programme et à ses conférences...


          • maQiavel machiavel1983 19 février 2012 19:17

            @Alan c

            Je ne suis pas à l’ UPR mais je sais qu’ Asselineau est le seul à vouloir sortir de l’ UE, ni NDA, ni MLP n’ ont un tel programme.
            Et c’ est pas rien de vouloir sortir de l’ UE.

          • c’est pas grave 18 février 2012 12:53

            " Asselineau est un cas typique de candidature doublon : l’essentiel de ses propositions et de ses prises de positions peuvent être retrouvées chez Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan "

            permettez-moi de vous dire que, pour en arriver à proférer un raccourci aussi saisissant, vous n’avez pas jeté le moindre coup d’oeil à son programme

            Asselineau est le seul à préconiser la sortie de l’Union Européenne , tandis que les deux autres ne font qu’esquisser une volonté plus ou moins sincère de sortir de l’euro , sortie de toutes façons impossible , puisqu’en contradiction formelle avec les traités européens

             


            • Alain 19 février 2012 14:55

              L’article 50 du traité sur l’union européenne prévoit les modalités de sortie d’un état s’il le souhaite. Donc c’est tout à fait possible !!

              Nous avons vécus pendant des siècles sans cette dictature de l’union européenne( dont les effets deviennent réellement visibles en grèce) qui asphyxie les peuples, pillent notre patrimoine ainsi que nos acquis sociaux..etc.

              Nous pouvons sortir de ce glacis géopolitique si nous le voulons et depuis tous temps les peuples qui ont voulu retrouver leur liberté l’ont obtenus.. !

              Ne comparons pas François ASSELINEAU à Mme LE PEN ou Mr DUPONT-AIGNAN, ils sont juste là pour barrer la route à des candidats comme lui.
              http://www.u-p-r.fr/


            • Ptetmai 18 février 2012 15:26

              Et si on se décidait à ne plus être irrationnel ?


              Cessons de confondre les candidats à la présidence et les candidats à des tribunes et autres articles de presse à l’occasion des présidentielles à plus ou moins logiquement à deux tours dès qu’il n’y a pas que deux candidats crédibles

              Il n ’y a que trois candidats crédibles : Bayrou, Hollande et Sarkozy (ordre alphabétique) 

              Le Pen ne peut pas être élue présidente, car elle n’aura jamais les voix d’une majorité d’électeurs. 

              Petite nuance cette fois, qui n’ était scandaleusement pas valable avec Super-menteur I : si Super-menteur II était mis hors course par révélations crédibles de ses turpitudes après le 16 mars, Villepin (s’il a ses signatures) serait un recours plausible en concurrence avec Bayrou .

              Mais cessons, même s’il n’est pas sérieux de prendre au sérieux les sondages, de tenir des propos irrationnels et d’appeler candidats à la présidentielle, tel Joly et Mélenchon, des gens qui n’en sont pas. 



              • lulupipistrelle 18 février 2012 16:28

                On vient de vous représenter qu’il n’est pas besoin d’avoir la majorité des voix pour être élu, et en plus au second tour il reste les abstentionnistes, ha, ha ha... parmi ceux qui ont voté au second tour en 2002, combien se déplaceraient pour battre MLP ? et bien pas moi, ça c’est sûr. 


              • Croa Croa 19 février 2012 17:24

                «  Il n ’y a que trois candidats crédibles : Bayrou, Hollande et Sarkozy  »

                 smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley

                Comme par hasard les pantins les mieux asservis au système !

                Pour Ptetmai crédible = fiable.

                 smiley T’es repéré Ptetmai ! smiley 


              • maQiavel machiavel1983 19 février 2012 19:28

                Ptetmai a raison, les seuls candidats qui peuvent gagner c’ est Sarkosy, Hollande et dans une moindre mesure Bayrou, c’ est ainsi.

                Et effectivement, ils sont pareil sur tout ( économie, Europe, politique étrangère etc.) !Le seul clivage qui existe entre eux c’ est le sociétal autrement dit le mariage homosexuel ou la discrimination positive.
                C’est une forme de dictature bien plus efficace que les dictatures à l’ancienne, on laisse le peuple ( qui n’est plus constitué que de consommateurs et non de citoyens ) avoir l’ illusion qu’ il décide en mettant un papier dans une urne.
                 Voter ne sert à rien il faut passer à d’ autres moyens de lutte si on veut changer les choses.
                Personnellement c’ est la raison pour laquelle je voterai biquette !

              • posteurfou posteurfou 20 février 2012 09:11

                Crédibles  ????

                ce sont tous les trois des bandits !

                Votez utile votez Marine !

                 

                Crdt ...


              • Jonathan Moadab Jonathan Moadab 18 février 2012 20:39

                Article complètement discrédité par l’absence des deux seuls candidats intègres : Stéphane Guyot et François Asselineau. Dommage... 


                • jaja jaja 18 février 2012 20:42

                  Pour être intègre il ne faut pas comme Asselineau avoir travaillé avec des gangsters toute sa vie.... et se réveiller « tout neuf » à plus de 50 ans...

                  Moi je connais un candidat intègre et qui est un travailleur, un vrai, Philippe Poutou du NPA....


                • Jonathan Moadab Jonathan Moadab 18 février 2012 21:50

                  Alors pourrais-je corriger « me semblent intègres » ? 

                  Poutou est-il aussi sincère que Besancenot ? 

                  De toute façon, aucun des candidats ne pourra fédérer, alors que ce dont nous avons besoin, c’est bel et bien d’une union nationale. 


                • jaja jaja 18 février 2012 21:56

                  Soral le gigolo fasciste ex-pseudo adhérent au PCF est mal placé pour clasher qui que ce soit. Quoi qu’il puisse en dire, Besancenot est un vrai facteur, aujourd’hui toujours militant, apprécié de ses collègues de travail et des militants du NPA....


                • lulupipistrelle 19 février 2012 01:28

                  @Jaja : pour Soral et ’Asselinau , bien dit.


                  Quant à Besancenot, beaucoup de Français l’aimaient bien, même sans affinité avec la LCR. 

                • Cyril Cyril 19 février 2012 01:42

                  @ Jonathan,

                  « union nationnale » ? tient, ca c’est un terme que l’on retrouve en grèce, ils ont un gouvernement d’union nationnale,
                  C’est la méthode préféré de la finance, le synonyme, c’est « regroupement des corompus, des collabos ».

                  sinon je comprend quand meme ce que tu a voulu dire, ce serait plutot « union des dissidents »

                  Pour Asselineau, je le trouve qu’il a des intervention d’une qualité incroyable, sauf qu’il passe un peu trop de temps à essayer de discrediter Lepen ou NDA. 


                • Kevorkian 19 février 2012 13:52

                  Que le benêt trotskiste se vante d’avoir fait annuler la présence d’un contradicteur n’a pas l’air de déranger les aveuglés de l’extrême gauche. Le NPA est l’idiot utile du capital, qu’on se le dise, toujours plus d’immigration, le réservoir de main d’oeuvre bon marché du capital qui se frotte les mains.


                • Kevorkian 19 février 2012 14:02

                  HAHAHA y’a pas que Soral on dirait : http://www.youtube.com/watch?v=EvUMmjt9aos


                • jaja jaja 19 février 2012 14:42

                  Non, c’est vrai, il n’y a pas que le gigolo à riches rombières à s’en prendre au NPA il y a aussi NDA, Asselineau, Le Pen, Ayoub le nazi et tous les complices du capitalisme et de l’impérialisme français... plus toutes les sous-merdes racistes et patriotards comme vous qui s’en prennent à l’immigration et qui laissent les oligarques en paix...


                • Kevorkian 19 février 2012 18:57

                  HAHA mais quel minable vous faites avec vos petites insultes de gaucho aigri qui refuse d’accepter qu’il se fait mettre le poing revendicateur bien profond par ces ringards du NPA. Le parti subit une véritable hémorragie d’adhérents mais non les piliers du bistro ne se posent pas de questions.

                  « Nazi, raciste, facho, bourgeois... » vous nous les ferez toutes, en évitant bien sûr à chaque fois de répondre sur le fond. Sors de devant ton écran car là ta vision du monde est très binaire.

                  Est-ce utile de vous enjoindre pour la énième fois d’aller voir le programme d’Asselineau et nous dire OUI ou NON s’il s’agit pas d’un programme plutôt orienté à gauche ?

                  C’est usant...


                • jaja jaja 19 février 2012 19:02

                  Le programme de Esselineau l’ami de Pasqua et de ces milices anti-ouvrières ou de Tibéri le truand (dont il fut l’un des candidats) tu peux te le carrer profond où je pense. Discuter avec un facho sans argument ne m’intéresse pas. Ignore moi !


                • Kevorkian 19 février 2012 20:29

                  Eh ben l’hystérique, on te met le nez dans ton caca et tu ouvres grand la bouche ? Mais tu as raison, je vais faire comme les militants avec le NPA, je vais t’ignorer ! smiley


                • arobase 19 février 2012 20:41

                  « Eh ben l’hystérique, on te met le nez dans ton caca et tu ouvres grand la bouche ? Mais tu as raison, je vais faire comme les militants avec le NPA, je vais t’ignorer  ! »


                  voilà des arguments massue qui classent automatiquement la réponse à droite. c’est la méthode qu’elle utilise habituellement quad on n’a plus rien à dire. 
                  Et je me demande si les militants du MPA vont s’en remettre si vous les ignorez ! 

                  aimez vous les uns les autres avait dit quelqu’un smiley

                • Kevorkian 19 février 2012 21:18

                  Oui c’est ça la drooouuuaaate s’est exprimée smiley Voilà comment on fait de la politique en France : « hop toi à droite, hop toi à gauche... » d’après quelques mots sur un site ; il faut absolument catégoriser, ça rassure il paraît. On n’est pas sorti.


                  • Patrick Samba Patrick Samba 18 février 2012 21:12

                    Bonjour,

                    vous avez oublié Dédé l’abeillaud qui le 13 février revendiquait 338 promesses de parrainage

                    Présidentielle. Dédé l’Abeillaud revendique 338 promesses de parrainage - Présidentielle 2012 - Le Télégramme

                    Il pourrait bien avoir les 5OO...
                    Comme d’ailleurs tous les candidats bien marqués à droite (mais pas à l’extrème droite : Asselineau, Cheminade, NDA et Miguet) ou bien marqués à gauche (NPA, LO) parce que l’UMP fera en sorte que le maximum de partis de gauche aient leur quota, et idem pour le PS à droite. Ca a toujours été comme ça. Il faut bien affaiblir l’adversaire...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès