Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Présidentielles de 2017 : encore un coup pour rien ?

Présidentielles de 2017 : encore un coup pour rien ?

Malheureusement, la campagne pour les élections présidentielles de 2017 est bien mal partie, non pas que l’on pouvait en espérer grand chose étant donnés les acteurs principaux. Mais les dernières semaines et les primaires des deux partis qui se succèdent au pouvoir depuis trop longtemps ne font apparaître qu’un bal d’égos, surfant sur des postures communiquantes sans la moindre réflexion.

 
Egos, bulles et (im)postures
 
Du côté des dits Républicains, Nicolas Sarkozy a sans doute dépassé toutes les bornes en dénonçant les « manipulations  » des juges à son égard dans l’affaire Bygmalion. La manipulation, ce n’est pas plutôt celle de ses comptes de campagne pour camoufler un dérapage colossal, qui devrait le disqualifier aujourd’hui  ? Aucun des candidats ne semble vouloir faire une campagne de fond. L’ancien président se complait dans un bushisme de bas étage, mettant le cap à droite toute sur les questions d’identité, de sécurité et d’économie. Juppé occupe le centre-droit, terrain fertile des premiers sondages mais propice aux éclosions trop précoces qui fanent dans la dernière ligne droite. Fillon cherche à exister en critiquant l’ancien président et en mettant le cap à droite et Bruno Le Maire mise tout sur son âge.
 
Du côté de la majorité sortante, ce n’est guère mieux, entre l’avalanche de candidats situés plus ou moins dans ladite majorité. La bulle Macron, l’ami de la finance à Londres, gonfle à la vitesse des valeurs de nouvelles technologies au tournant du dernier siècle, comme bien d’autres. Difficile de ne pas y voir qu’un château de cartes qui tombera dans la tempête, malgré des éloges plus ridicules les uns que les autres. Montebourg fait mine de vouloir y aller, mais on décèle finalement bien plus d’ego dans sa démarche que de convictions, ses premières propositions, guère originales, relevant davantage de la collection de gimmicks pour attirer l’électeur volage. Mais qu’attendre de celui qui a fait le grand écart entre la démondialisation et les bases de la loi dite Macron 1 il y a seulement 2 ans
 
Comme Sarkozy avant lui, Hollande vient de lever la plupart des derniers doutes qui subsistaient sur sa candidature. Toute la question est de savoir s’il participera à des primaires, ce qui est a priori totalement contradictoire avec l’esprit des institutions et qui semble difficile si cela devait avoir lieu après celles de la droite. On voit venir gros comme une maison que le PS finira par dire qu’il est trop tard pour les organiser tout en proposant de s’unir autour du président sortant, qui, cela tombe bien, est le seul à pouvoir faire la synthèse entre Montebourg et Macron. La question qui se pose maintenant, c’est de savoir quel sera le nombre de candidats de part et d’autre, ce qui pourrait jouer sur le triste casting du second tour le 7 mai 2017, les changements législatifs poussant à la concentration.
 
Pour le moment, la seule certitude semble être la présence de Marine Le Pen au second tour, surtout si le nombre de candidats est important. Il faut dire que les résultats des élections intermédiaires confirment de telles anticipations, même s’il ne faut pas oublier qu’elle était donnée à 24% des voix il y a 5 ans… Le FN profite des vents porteurs en restant en pilotage automatique, sans creuser le fond, et tout en continuant à déverser ses excès habituels. Malgré quelques vrais progrès récents, Mélenchon semble poursuivre dans la voie qui a mené Syriza dans l’impasse : le refus d’une coupure nette avec l’UE et le discours souvent classique de la gauche de la gauche sur l’immigration et notre modèle culturel. Seul reste Dupont-Aignan, mais il faudrait qu’il aille beaucoup plus loin qu’aux européennes.
 

Finalement, ce qui frappe à date, c’est l’absence de débat de fond, les Républicains virant plus ou moins fortement à droite et plus identitaires. Et face au zemmouro-thatchérisme de Sarkozy, Hollande ressort les bien peu convaincantes vieilles lunes de la gauche. Malheureusement, 2017 risque à nouveau d’être une année blanche pour le grand changement politique dont notre pays a besoin.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.67/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 13 septembre 10:02

    « Malheureusement, 2017 risque à nouveau d’être une année blanche pour le grand changement politique dont notre pays a besoin. »


    Malheureusement, la prochaine échéance est 2022, ça fait cinq années blanches et non pas une.

    Le rouleau compresseur et les pelleteuses ont fait leur travail, tout est bétonné maintenant. Tout est lisse sur les photos. Plus besoin de se donner le mal de faire semblant. Plus de jeu politique, seulement quelques rentiers cumulards qui s’engraissent et se donnent la réplique.

    • Martha 15 septembre 12:28


       @Jeussey de Sourcesûre :

       « Le rouleau compresseur et les pelleteuses ont fait leur travail, tout est bétonné maintenant. »

       Cela reste à voir. Ce « béton » est vieilli-pourri et lâche de partout...

       - à Laurent Herblay :

       L’ordre de classement des photos des « têtes politiques » n’est ni alphabétique ni aléatoire. Il a, visiblement, une logique : est-ce celui des préférences ?


    • vincz777 13 septembre 10:27

      « Mélenchon semble poursuivre dans la voie qui a mené Syriza dans l’impasse : le refus d’une coupure nette avec l’UE... »

      Il semble qu’il ait changé d’avis depuis qu’il fréquente les bancs du parlement Européen. Mélenchon propose désormais dans son programme la « sortie des traités Européens » : http://www.jlm2017.fr/sortir_des_traites_europeens


      • Ar zen Ar zen 13 septembre 11:04

        @vincz777

        C’est comme le Père Noël, comment sort-il de la cheminée ? C’est facile, en empruntant le même chemin qu’à la descente.

        Vous savez qu’il n’existe qu’une seule et unique façon de dire « oui » ? C’est « oui ». Tout le reste, très exactement tout le reste, veut dire « non ».

        Par conséquent, si un programme politique à l’ambition de faire sortir la France de l’Union Européenne, il faut le dire. Dire que l’on « souhaite sortir des traités européens », cela veut dire que Mélenchon ne souhaite pas sortir de l’Union Européenne. Il veut sortir de ces traités là ! Il veut d’autres traités. Il veut donc, « rénégocier » d’autres traités.

        Ceci veut dire, en langage clair, que Mélenchon devra convaincre 26 ou 27 Etats membres que la politique qu’il souhaite pour la France, à travers les « nouveaux traités », soit appliquée par les 26 ou 27 pays membres. Pour ceci il devra obtenir, à chaque fois, « l’unanimité » de ces 26-27 pays. Autant dire que c’est un chose totalement irréaliste, totalement irréalisable. Un piège à cons.

        Nous sommes de grands enfants et nous continuons à croire au Père Noël ou au discours de Mélenchon pour la « renégociation ».

        « Aucune politique de gauche n’est possible dans le cadre des traités européens qui renferment des dispositions et des dispositifs d’action ultralibéraux » - Frédéric Lordon.

        Si vous voulez croire au Père Noël et à la « rénégociation » des traités, c’est que vous n’avez strictement rien compris au fonctionnement de l’UE et aux règles qui la régissent.

        http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-renegociation-des-traites-182990


      • jmdest62 jmdest62 13 septembre 11:30

        @vincz777

        Exact !
        °
        En plus d’être mal informé , il semble que l’auteur soit un peu schizo puisqu’ il condamne l’extrême droite (FN) pour ensuite utiliser les commentaires d’un personnage (Gilles-William Goldnadel) notamment connu pour  :
        « son engagement politique pro-israélien , son soutien inconditionnel à Israël , se présentant comme un  Juif de combat  engagé à droite et se définissant comme  sécuritaire réactionnaire  et partisan d’une  révolution conservatrice  »

        pour critiquer les positions de JLM sur l’immigration...
        °
        En Europe , la pêche aux réfugiés est ouverte  : (extrait)
         " .....Ah, j’allais oublier. Dans le rapport adopté pour faire face aux vagues d’immigration aux moyens de gardes côtes, il va de soi, évidement, que l’arrêt des interventions européennes qui ont semé le chaos régional syrien et forcé ces populations à l’exil ne fait aucunement partie de la réflexion. (source L’ére du peuple Juillet 2016)

        @+


      • jmdest62 jmdest62 13 septembre 11:37

        @Ar zen

        Encore votre rengaine...
        Finalement , avec FiFi , vous faites vraiment un joli couple ....(Si Si !)  smiley
        Au plaisir de ne plus vous lire


      • vincz777 13 septembre 17:59

        @Ar zen

        Je comprends personnellement « sortie des traités Européens » non pas comme une renégociation, mais bel et bien comme une rupture.

        Je ne porte pas de jugement particulier sur la capacité de Mélenchon à tenir ensuite ses promesses, mais il me semblait important de réctifier peut-être un point de cet article, que j’ai trouvé très intéressant par ailleurs.


      • alinea alinea 13 septembre 22:53

        @Ar zen
        Vous n’êtes pas très original, à l ’ U P R, vos réparties sont polycopiées ou quoi ?


      • gerald2 14 septembre 03:43

        @alinea
        peut être mais je trouve qu’ils ont raison

        quand on veut sortir de l’Union Européenne il n’est pas difficile de l’écrire clairement. Pourquoi Mélenchon et le FN emploient toujours des formules qui ne veulent rien dire de précis juridiquement ?

        Il n’est pas compliqué d’écrire « on applique l’article 50 du TUE et on sort de l’Union Européenne ».

        Au FN c’est en substance « dans le cadre de l’article 50 il convient de renégocier les traités pour mettre fin a l’UE... », n’importe qui qui a lu l’article 50 se rend bien compte qu’il ne mentionne pas de négociations des traités. Mais le FN sait bien que même pas 1% de ses électeurs ira vérifier et encore moins va tilter qu’il y a une contradiction majeur, que ce sont des mots en l’air.

        chez Mélenchon on « sort des traités européens »... sous entendu sans sortir de l’Union Européenne, ce qui n’a aucun sens non plus, puisque ce sont ces mêmes traités qui définissent ou non l’appartenance à l’UE.

        On est dans la formule rhétorique qui permettra d’attirer le plus d’électeurs possible sans franchir la ligne rouge imposée par les Etats Unis. Au moins l’UPR franchit cette ligne sans se prendre la tête avec l’influence des Etats Unis.


      • jmdest62 jmdest62 14 septembre 07:19

        @gerald2
        «  sous entendu sans sortir de l’Union Européenne, »
        il n’y a aucun sous-entedu dans la démarche de JLM. :L’Europe on la change ou on la quitte
        °
        On est dans la formule rhétorique qui permettra d’attirer le plus d’électeurs possible sans franchir la ligne rouge imposée par les Etats Unis. « 
        Extrait de » l’humain d’abord « programme de 2012 (P28 Une politique au service de la paix.)
         » Nous déciderons, immédiatement, le retrait de la France de l’OTAN et nous nous battrons pour la dissolution de cette organisation. Nous rappellerons nos troupes engagées dans la guerre menée par l’OTAN en Afghanistan.« 
        Toujours d’actualité pour 2017.
        C’est bien ça que vous appelez : » sans franchir la ligne rouge imposée par les Etats Unis. " ?  smiley
        °
        @+


      • Thierry SALADIN Thierry SALADIN 14 septembre 11:18

         @ gerald2,


        « Pourquoi Mélenchon et le FN emploient toujours des formules qui ne veulent rien dire de précis juridiquement ? »
        Pourquoi ?
        De deux choses l’une : 
        — ou bien parce qu’effectivement ils ne veulent pas sortir de l’UE,
        — ou bien ils persistent à croire (faire croire ?) que l’on peut encore changer les traités.
        Ils appartiennent donc à ceux que l’on nomme les partisans d’une autre Europe.

        Et les tireurs de ficelle — l’oligarchie européiste, pour faire court — ont bien l’intention d’en finir une fois pour toutes avec ces États-nations. Et ce avec la complicité du prochain locataire de l’Élysée, quel qu’il soit.

        Nous vivons des heures noires de notre histoire, et ce pourrait même être la fin de l’Histoire de France. Hélas.
        Hélas, pour notre descendance.

        Cordialement.

        Thierry Saladin

      • alinea alinea 14 septembre 16:04

        @gerald2
        Si on ouvre un peu son regard, on comprend : sortir de l’UE, telle qu’elle est, n’est pas le but, le but est d’organiser notre société comme nous l’entendons parce que c’est cela qui est primordial. Or, il se trouve que tous les peuples de cette UE néolibérale, abjecte, souffrent ; aussi, la France, constitutive de celle-ci, dans son histoire mais dans son présent, si elle changeait du tout au tout - étant en cela fidèle au référendum de 2005 sur lequel l’oligarchie s’est assise- ferait bouger les lignes ; assez, une union peut se révolutionner, pas assez, on s’en retire.
        Comprenez que l’ambition est plus haute, et sinon moins égoïste, du moins voyant ses intérêts liés à d’autres. Je trouve ce défi beaucoup plus excitant, car, en cas d’échec, on peut se rabattre sur le retrait. Pourquoi partir battu d’avance et n’envisager que le moins disant ?


      • Armelle 14 septembre 16:27

        @jmdest62

        Asselineau, alias « casper » a du manifestement lobotomiser ses 3 ou 4 disciples perroquets puis leur a téléchargé qqes slogans standards à marteler sans relâche !!!

         


      • gerald2 15 septembre 02:48

        @jmdest62
        Avez vous pris connaissance de l’article 48 du Traité sur l’Union Européenne ?

        Cet article explique que seul un consensus des 27 pays permet de modifier quoique ce soit dans les traités européens. Ce n’est en pratique pas possible. Mélenchon est un imposteur car il n’explique rien de cela.

        D’ailleurs, pas une seule virgule, d’un seul traité européen n’a jamais été modifié depuis 10 ans. Et ce même depuis la victoire du FN aux dernières européennes.

        « L’autre europe » est une excuse pour continuer celle que nous avons, attirer de l’électorat pour la lui mettre bien profond.


      • gerald2 15 septembre 03:09

        @alinea
        même réponse

        Lisez l’article 48 du Traité sur l’Union Européenne

        L’autre europe n’est mathématiquement pas possible car on ne peut pas mettre d’accord 27 pays en même temps. Surtout quand ces pays ont des cultures différentes, des histoires différentes, des intérêts économiques différents et des alliances stratégiques différentes.

        Vous avez autant de chance de gagner plusieurs fois au loto que de modifier quoi que ce soit de significatif dans un traité européen.

        Cela se vérifie dans la réalité car « Changer l’europe » cela fait des dizaines d’années que les partis politiques en parlent mais on avance toujours sur le même rythme => Fin de l’industrie, destruction de l’agriculture, destruction des services publiques, aucune décision prise de manière démocratique.

        Je précise que je n’ai rien contre les autres pays européens, j’y ai voyagé et étudié avec plaisir. il n’y a rien de grave dans le fait de sortir de l’Union Européenne, on peut toujours tisser des relations bilatérales ou mutlilatérales avec des partenaires européens, mais à 27 ce n’est pas possible et malheureusement l’UE a été pensée par des euroaltantlistes convaincus et qui ont bien veillé à ce qu’on ne puisse rien modifier aux traités.

        La seule manière de s’opposer à eux c’est de sortir de l’Union Européenne, et ce du fait de l’article 48 du TUE.

        Mélenchon c’est un enfumage honteux envers son électorat, au même titre que Le Pen et leur but est de poursuivre le processus de destruction des état nations ... tant qu’ils ne proposent pas CLAIREMENT l’application de l’article 50 du TUE.


      • gerald2 15 septembre 03:10

        @Armelle
        comme d’habitude, aucun argument


      • jmdest62 jmdest62 15 septembre 08:03

        @gerald2

        Vous êtes un peu obtus (seriez vous de la mouvance UDR => RPR = UPR ?) alors je vous explique une dernière fois :
        ON LA CHANGE ...OU ON LA QUITTE
        1) Parce que nous ne sommes pas des sauvages , on propose , d’abord , en faisant valoir notre position de 2ème puissance économique de L’UE , la négociation de nouveaux traités qui abrogent les existants.et éradiquent les malfaçons connues de la monstruosité en place. (Monnaie , Dumping Social et fiscal , souveraineté des nations , Gouvernance etc...) ..
        2) Si ça marche pas ...ON SE CASSE  ! ......
        c’est ici de 7’ 10 à 8’ 30
        °
        et si vous avez un peu de temps
        @+


      • jmdest62 jmdest62 15 septembre 08:14

        @gerald2

        " Mélenchon c’est un enfumage honteux envers son électorat, au même titre que Le Pen et leur but est de poursuivre le processus de destruction des état nations ..."

        J’aurais du lire votre réponse à @alinea avant de tenter un dialogue.
        Vous faites bien partie de la mouvance UPR donc.....
        °
        Au plaisir de ne plus vous lire.


      • Ar zen Ar zen 15 septembre 09:26

        @jmdest62

        Vous voilà lancé dans la même discussion. Je n’ai pas vu votre réponse concernant l’intervention de Mélenchon qui propose, non pas de sortir de l’UE, mais de l’euro (rappelez vous le lien vidéo que vous m’avez proposé).

        Je viens de relire une analyse de Frédéric Lordon, qui est, vous en conviendrez, plutôt de « gauche ».

        Je vous ai écrit que, du fait de l’existence de l’article 48, il était inutile d’espérer de modifier les traités européens. Pour modifier les « dispositions » des traités, la route est longue et elle requiert l’unanimité. Si un seul parlement national, par exemple, s’oppose à la rénégociation, elle ne se fait pas. C’est quand même simple à comprendre.

        Que dit Frédéric Lordon ? Il explique qu’aucune politique de « gauche » n’est possible dans le cadre des traités européens. Un parti de gauche, propose un programme de gouvernement de gauche, n’est-ce pas ? Puisqu’un programme de gouvernement de gauche n’est pas possible dans le cadre des traités européens, la seule et unique issue est de sortir de l’UE par appliquer un programme de gauche. C’est chercher midi à quatorze heures que de dire le contraire. Et même l’idée d’un « référendum » pour savoir si le peuple de France souhaite sortir de l’UE est totalement dépassée. En effet, le peuple de France de gauche veut une politique de gauche. Celle ci étant impossible dans l’UE pourquoi diable vouloir demander au peuple une telle chose.

        Voici un extrait du texte de Frédéric Lordon, vous devriez vous y intéresser.

        ........ "Supposons donc, pour l’expérience de pensée, que nous soit échue la bénédiction d’un gouvernement authentiquement de gauche. Que peut-il mettre en œuvre qui ne se heurte aussitôt à la contrainte des traités ? Rien. Quelles solutions lui reste-t-il alors ? Trois.

        • Plier, comme Tsipras — et fin de l’histoire.

        • Entreprendre hardiment la bataille de la transformation de l’intérieur. Mais avec quels soutiens ? La désynchronisation des conjonctures politiques nationales nous offrira ce qu’elle peut en cette matière, c’est-à-dire pas grand-chose — comme l’a vécu la Grèce. L’alter-européisme nous prie dans ce cas d’attendre le grand alignement des planètes progressistes pour qu’advienne la nouvelle Europe — pourvu que le premier gouvernement de gauche soit encore en place au moment où la cavalerie des autres le rejoindra…

        • Désobéir. Mais il faut n’avoir rien appris des expériences de Chypre et de la Grèce pour imaginer le noyau libéral des institutions et des Etats-membres laisser faire sans réagir. Comme on le sait désormais, c’est la Banque centrale européenne (BCE) qui a les moyens de mettre un pays à genoux en quelques jours, en mettant sous embargo son système bancaire. Sans doute y regarderait-elle à deux fois, considérant la possibilité de dommages collatéraux cataclysmiques. Elle n’en a pas moins tous les instruments permettant de régler finement l’asphyxie pour trouver son optimum punitif : tuer la croissance par étranglement du crédit sans pour autant mettre les banques à terre. Ceci pour ne rien dire de toutes les procédures de représailles inscrites dans les traités mêmes.

        « Libxit » et « Gerxit »

        En tout cas il faut avoir la croyance chevillée au corps pour imaginer que l’épreuve de force qui s’ouvrirait alors pourrait trouver une résolution autre que la reddition complète de l’une des parties quand les enjeux du différend sont aussi fondamentaux. De la partie dissidente progressiste très vraisemblablement, et pour les raisons qui viennent d’être indiquées : sur qui un gouvernement de gauche, radicalement ostracisé au milieu du Conseil, pourrait-il donc compter comme renfort ? Et dans le cas miraculeux qui le verrait entouré de quelques alliés, suffisamment nombreux pour que l’hypothèse d’un changement réel et profond commence à sérieusement prendre corps, qu’adviendrait-il à coup sûr, sinon l’auto-éjection du noyau libéral (« Libxit »), Allemagne en tête (« Gerxit) ?

        Lire aussi Niels Kadritzke, « Grande braderie en Grèce », Le Monde diplomatique, juillet 2016.N’apprenant décidément rien des leçons de l’histoire, même quand elles sont récentes, l’alter-européisme rechute lourdement dans l’hypothèse implicite qui a déjà fait la déconfiture de Tspiras : « l’Europe est finalement un club de démocraties, et on peut toujours s’entendre entre bonnes volontés démocrates ». C’est n’avoir toujours pas compris que la démocratie et le néolibéralisme, spécialement dans la variante ordolibérale allemande (6), n’ont rien à voir. C’est refuser, après pourtant trois décennies de grand spectacle, d’acter que le néolibéralisme est fondamentalement une entreprise de « dé-démocratisation » (Wendy Brown), de neutralisation de l’encombrant démos, et qu’il peut même, comme l’atteste avec éclat le gouvernement Hollande-Valls, se montrer parfaitement compatible avec les formes d’un autoritarisme bien trempé. Dans l’hypothèse (déjà fantaisiste) où il se trouverait mis en minorité, le noyau dur libéral n’en tirerait vraisemblablement pas la conclusion que la démocratie, qui est la loi de la majorité, a parlé. Il prendrait ses cliques et ses claques pour laisser les « communistes » à leurs affaires et s’en irait reconsolider la « fin de l’histoire » de son côté."


      • jmdest62 jmdest62 15 septembre 15:59

        Mais où est donc ma tapette à mouches ?


      • flourens flourens 13 septembre 11:10

        de toute façon quel que soit le résultat, à ta santé le peuple, tu vas trinquer en 2017


        • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 13 septembre 11:37

          J’ai tout analysé et préconisé la meilleure solution mais ... vous refusez toujours.


          Le Logiciel de la Nation française est périmé. Ce n’est plus le problème du choix d’un « candidat », il s’agit d’une refondation et d’une libération : Se libérer d’un socle d’une fausse culture qui vous maintient au fond d’un puits de potentiel de la médiocrité ou rester amarrés aux attaches d’une forte inertie qui vous fait tourner indéfiniment autour d’un zéro creux : CHOISISSEZ, CHOISISSEZ BIEN !

          Pourquoi alors bavarder inutilement et indéfiniment. La conclusion je l’ai faite pour vous.

          «  » L’héritage de Sarkozy-Hollande n’est pas facile à endosser : Si la France refuse de considérer sérieusement la solution globale que je préconise, alors l’échéance de 2017 sera au mieux inutile, au pire problématique«  »

          DU CHOIX DU PEUPLE DE FRANCE AVANT MÊME LE CIRQUE ÉLECTORAL DE 2017,
           DÉPENDRA L’AVENIR DE LA FRANCE. 

          • Hector Hector 13 septembre 12:15

            Le changement, c’est le changement.
            A la limite on s’en fout que ce soit Marine, Asselineau, Mélanchon ou Dupont et Dupond.
            Mais changeons, envoyons ces vieux grigous aux oubliettes et sortons de l’UE, de l’OTAN et de l’EURO. Retrouvons notre souveraineté nationale de façon à ce que chacun en profite et pas seulement ces nantis.
            Osons changer, même si le risque de se tromper est grand et de toutes façons ce ne pourra pas être pire.


            • Habana Habana 13 septembre 15:29

              @Hector
              D’accord avec vous sur la fin mais croire que le changement peut arriver avec la mafia de l’Herpès (LRPS) c’est vraiment croire en Dieu, au père Noël et à la fée clochette !

              Vous pouvez toujours y croire mais vous ne les verrez jamais !

            • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 13 septembre 20:07

              @Hector

              C’est clair et c’est pertinent !


            • jmdest62 jmdest62 14 septembre 17:38

              @Hector

              « A la limite on s’en fout que ce soit Marine, Asselineau, Mélanchon ou Dupont et Dupond.  »
              Oui...mais non ! 
              Sortir de l’UE OK ! mais rester « enfermé » dans le système capitaliste en place ne résoudra pas nos problèmes .
              L’UE est devenue une monstruosité parce qu’elle est passée ,en catimini , sous contrôle des Capitalistes Allemands et Zuniens .
              Exemple tout frais : Ou comment nous faire manger des OGM avec ou sans TAFTA.
              Sortir de ce carcan pour retomber sous contrôle du MEDEF , ce qui ne manquera pas d’arriver avec MLP et FA ),......NON merci !
              @+


            • Ar zen Ar zen 15 septembre 23:34

              @Hector

              Vous semblez « oublier » que ni MLP, ni Mélenchon, ni NDA ne veulent sortir de l’OTAN ni de l’UE. 

              Quant à sortir de l’Euro, il n’existe aucune clause de sortie de la zone euro. Et, malgré tout, en sortant de l’Euro, même en supposant que cela puisse être possible, la France resterait sous la contrainte des traités européens. 

              Il n’existe aucune autre politique possible que celle prévue par les traités. Il n’existe plus de politique « nationale » mais uniquement des politiques « communes européennes partagées ». Voilà ce qui attend la France en restant dans l’UE. 

              Le changement ne peut donc pas avoir lieu par la voie de MLP, de Mélenchon ou de NDA. Il n’y a qu’une seule manière de dire « oui », c’est « oui ». Il n’y a qu’une seule manière de dire que l’on souhaite sortir de l’UE, c’est « sortons de l’UE ». Tout le reste veut dire que l’on souhaite y rester !

            • Ar zen Ar zen 15 septembre 23:42

              @jmdest62


              Désolé de vous contredire. Il me semble que vous n’avez pas lu le programme de gouvernement de l’UPR pour écrire de telles contrevérités.

              Le programme de l’UPR propose de mettre fin à la procédure du congrès ! 

              Le programme de l’UPR propopse de mettre en place le référendum d’initiative populaire !

              Le programme de l’UPR propose la nationalisation de toutes les sociétés productrices et distributrices d’énergie (gaz, eau, électricité) ainsi que les autoroutes.

              Je ne suis pas vraiment certain que le MEDEF apprécie. Votre commentaire n’a aucun sens dans le contexte du programme de l’UPR.

              Je me demande bien pourquoi vous professez de telles inexactitudes ? 

            • zygzornifle zygzornifle 13 septembre 18:08
              Bientôt grande séance d’hypnose collective organisée par le PS et les LR pour tenter de gagner la présidence de 2017 ...... les grands illusionnistes seront tous la pour le spectacle : Hollande la gauche de droite , Sarko le manipulateur de juges et Juppé le condamné au casier judiciaire bien rempli vous donneront le meilleur d’eux mêmes c’est a dire le mensonge en bande organisé , ils s’adresseront a leur fans tous atteints du syndrome de Stockholm et demanderont un sursaut républicain au troupeau de veaux parés pour l’abattoir la droite veautant a gauche ou la gauche veautant a droite pour éliminer le trublion FN afin que tout continue comme avant , le changement dans la continuité sera leur mot d’ordre et comme d’habitude les électeurs se sentiront baisés mais comme ils sont atteints du syndrome de Stockholm ils écarteront encore plus les fesses et redemanderont un peu de rab ..... 
              David Copperfield le grand illusionniste va mettre au point la campagne 2017 de Hollande , il y aura une quantité incroyable d’illusions, de trucs, de manipulations, d’effets optique, de passe passe pour flouer son public béa hélas déjà atteint du syndrome de Stockholm, attendons nous a du grand spectacle pour 2017 ou les mensonges deviendrons des vérités , le cannabis passera pour de la camomille face a tant de manipulation des sens , le paradis artificiel du PS va nous entraîner dans un maelstrom ou la réalité sera rejetée et ou le mensonge sera roi ..... 
              Quand a Juppé le condamné pour emplois fictifs , aux USA il passerait la serpillière au Mac Do ou serait homme pipi dans les toilettes publiques mais en France on est assez con pour lui cirer le sommet du crane afin qu’il brille et serve de phare pour guider tous les atomisés du bulbe atteints du syndrome de Stockholm .....
              Quand a Sarko il n’y a rien a dire il suffit de le regarder ......


              • Albert123 13 septembre 18:48

                « Du côté des dits Républicains, Nicolas Sarkozy a sans doute dépassé toutes les bornes en dénonçant les « manipulations  » des juges à son égard dans l’affaire Bygmalion. »


                que penser du soudain réveil de la magistrature à 8 mois des élections ? 

                Sarko il pouvait certainement tombé dès 2012, quelques mois après l’élection de Hollande, mais c’était sans compter la vision uniquement électoraliste d’un pauvre gus qui s’est cru doté de l’intelligence stratégique d’un Mitterrand.

                que penser du cadeau fiscal de Hollande à 8 mois des élections et qui laissera à l’équipe qui lui succédera une dette supplémentaire de 2 milliards au minimum ?

                Sarko à dépasser toutes les bornes imaginables, mais Hollande lui va en inventer de nouvelle .


                • Mmarvinbear Mmarvinbear 14 septembre 00:30

                  @Albert123

                  que penser du soudain réveil de la magistrature à 8 mois des élections ? 

                  Une procédure judiciaire a une durée, qu’on le veuille ou non. Et les juges ne calibrent pas leurs décisions en fonction du calendrier électoral.

                  De plus, en moyenne, il y a un scrutin tous les 18 mois. On est donc toujours ou presque à la veille d’une élection, facile de parler de manipulation...

                  que penser du cadeau fiscal de Hollande à 8 mois des élections et qui laissera à l’équipe qui lui succédera une dette supplémentaire de 2 milliards au minimum ?

                  Tout le monde le fait alors...

                • JDCONSEIL 13 septembre 19:27

                  Et nous pauvres citoyens de base on fait quoi ? La démocratie ce n’est pas le choix entre la peste te le choléra tous les 5 ans pour que rien ne change entre temps. Depuis l’astuce chiraquienne pour raccourcir un deuxième septennat que sa santé ne lui aurait pas permis de terminer, et le passage des mandats législatifs à cinq ans, plus la forfaiture du traité de Lisbonne on a fini de la 5eme république. Nos enfants ne devraient pas nous le pardonner.. Puisque voter ne sert plus à rien ne votons plus... ! 


                  • Mmarvinbear Mmarvinbear 14 septembre 00:27

                    On critique le personnel politique mais en même temps, les mêmes qui exigent des têtes sont ceux qui les maintiennent au pouvoir aussi...


                    A chaque élection, on a de nouveaux venus, de nouvelles idées, plus ou moins sérieuses.

                    Et quel résultats ont-ils ? 2 à 4 % au premier tour.

                    « Ah oui je sais mais je le connais pas ce type alors j’ai pas confiance. »

                    Et ils donnent leur voix au sortant et pire parfois, au condamné qui vient de purger sa peine d’ inéligibilité.

                    On a après tout le personnel politique que l’on mérite...

                    • yvesduc 14 septembre 20:29

                      Merci pour cet article, que j’approuve à quelques nuances près. La première est que Mélenchon rejette désormais franchement l’UE, même si un léger doute subsiste sur le moyen qu’il compte emprunter pour en sortir. La deuxième est que Hollande ne fait pas ce qu’il dit. Le discours de Hollande se rapproche certes peu ou prou de celui d’un socialiste bon teint, mais il a choisi un premier ministre très à droite économiquement et qui en termes de valeurs braconne sans complexe sur les terres du FN : thème de l’identité nationale, islamophobie, etc. Donc, et à moins de prendre les électeurs pour des poissons rouges, Hollande et Valls passeront difficilement le premier tour.


                      • smilodon smilodon 15 septembre 21:08

                        @ l’auteur : J’imagine les animaux de la jungle qui voudraient voter pour un nouveau roi (pardon, Président). Actuellement c’est le Lion qui est reconnu comme le « roi » des animaux !..... Si demain on pouvait introduire un peu de « démocratie » à la « française » dans ce petit « monde », sauriez-vous me dire quel serait son choix ???????!!!...... Non ???... Pourtant c’est simple !... Ce petit peuple aurait le choix entre 3 candidats (comme nous) !.... 3 « partis » !....... Il aurait le choix entre ; 1 / le zèbre blanc à rayures noires. 2 / le zèbre noir à rayures blanches........Et 3 / La Lionne qui veut succéder à son père !....... Et vous savez qui sera élu ??? Ben c’est le zèbre, comme d’hab !..... La couleur des rayures je sais pas encore !... Mais c’est lui !... Désolé d’avoir rompu le suspense !.... Mais pour ce petit peuple de la savane, de la prairie ou de la forêt, finalement le « zèbre », fusse-t-il à pois rouges bleus ou verts, semblent moins dangereux que la lionne à crinière blonde !...... C’est génétique !..... C’est comme çà !!... Longue vie au(x) zèbre(s) !..... On peut continuer à se faire bouffer à petits feux, mais se faire croquer d’un seul coup, on a peur !.... On est que des petits animaux !..... On ose pas !.... Et on osera jamais !.... On est comme les suricates !...A la moindre alerte, on court se réfugier dans nos trous !..... On est pas digne d’un lion !...Ni même d’une lionne !.... Votons « Zèbre » !.... C’est plus prudent !.... Et ça on sait faire !... Ca fait 40 ans qu’on le fait !.... Votons « ZEBRE » !..... C’est tout ce qu’on mérite !... Pauvres suricates que nous sommes !...................................................................... .......Votons et courons vite nous réfugier dans nos trous !...................................................................... Adishatz.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès