Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Primaires, acte III : entre la poire et les deux fromages, le doute (...)

Primaires, acte III : entre la poire et les deux fromages, le doute préside

Troisième match et troisième nul entre les trois camarades en route pour l’Elysée. Pas d’occasions, peu d’engagement, deux arbitres scrupuleux : un bouquet final loin de la Ligue des champions.

C’est souvent le cas avec les meilleures séries venues des Etats-Unis : quand on commence à ne plus s’en passer, la saison touche à sa fin. La course à l’investiture socialiste a ainsi livré hier son dernier épisode télévisé, toujours dans ce même décor spartiate d’outre planète, toujours avec ces deux mêmes journalistes, l’un chauve et l’autre moins, visiblement heureux d’être là, en pleine célébrité, reprenant de temps à autre un des trois larrons pour veiller à la stricte équité du temps de parole. Toujours ce même canal étrange, celui de la chaîne parlementaire, LCP, ou de la chaîne Public Sénat, monstres de non audimat où jamais notre télécommande, jusqu’ici, ne nous avait mené.

Hier donc, fin des haricots, en tout cas des débats « visibles », vous savez comme ces femmes qui sortent tout juste de la salle de bain et qui ne vous ouvrent pas tout de suite parce qu’elles ne le sont pas, justement, « visibles ». Parce qu’il y a, figurez-vous, au sein même du PS, réservés uniquement aux membres (comme les photos vraiment explicites des sites classés X), il y a donc au sein même de cette organisation démocratique et néanmoins de gauche des débats sortis tout juste de la salle de bain, jugés « non visibles », et dans lesquels nulle caméra, nul micro, nul photographe n’est convié. Pourtant il s’en passe des choses, dans ces débats clos (comme les maisons ?), il s’en passe des vertes et des pas mûres, des sifflantes et des vexantes, pour Ségolène, comme pour Julien Dray, on frise parfois le coup de boule à la sortie de certains meetings à la salle un peu trop « faite » (ivre ?) par DSK pour ne pas le citer. Hier soir donc, pour revenir à nos moutons poitevins, le pensionnat Chavagne fermait ses portes sur l’aventure de Ségolène, Dominique et Laurent. Et comme bouquet final, c’était l’international qui se trouvait au menu. L’international, sans e, pas cette chansonnette « révolutionnaire » qu’entonne tout gréviste entre la porte de Clignancourt et Châtelet les Halles, mais l’international, ce terme générique regroupant tous ces évènements qui font la planète et déchirent les peuples, qui secouent les gouvernements et pendent les dictateurs. L’international. C’est-à-dire vous, nous, et ce qu’il y a autour.

On attendait beaucoup Ségolène Royal là-dessus. Elle qu’on prétend inexpérimentée, incompétente, limite innocente sur tout ce qui s’éloigne de plus de dix kilomètre du Poitou, allait sans doute chavirer sur (au hasard) Israël, L’Iran, l’Europe, l’arme nucléaire. Autant de sujets sur lesquels on ne peut répondre uniquement par le sacro saint mantra « travail, famille, ordre juste » qui est l’empreinte de la dame d’Hollande. Eh bien Ségolène ne s’est pas pris les pieds dans le tapis. Bien briefée, bien préparée, les fiches bien apprises, et jamais poussée dans ses retranchements par les questionneurs, Royal s’est plutôt bien débrouillée avec sa pelote. Elle a trouvé quelques platitudes à ânonner sur le conflit israélo palestinien, invitant tous les protagonistes « à s’asseoir autour d’une table », les mêmes platitudes que ses deux collègues et néanmoins adversaires, DSK et Fabius. Elle a su se défaire sans mal de la question (singulière) du « deuxième porte-avion ». En voilà, avouons-le, une bien belle question pour un candidat à la présidence de la République : faut-il ou non un deuxième porte-avion pour la marine française ? Non, dit Royal, on peut en partager un avec les Britanniques. Une manière de faire des « économies » sans « réduire le budget militaire ». Tous les trois se montreront d’ailleurs d’accord sur ce point : ne pas réduire mais dépenser mieux. Fabius, lui, toujours un crâne d’avance, ajoutera combien il est important pour toute grande puissance de « contrôler le ciel », avec des satellites, des missiles. Il parlera d’ « open sky », jargon tape à l’œil auquel Ségolène répliquera d’un subtil « opex » pour « opérations extérieures ». Guerre des mots, petites amabilités lexicales entre deux des protagonistes, les deux qui se supportent le moins.

Un peu avant, dans ce match à trois très « bon esprit » comme dirait Guy Roux, Fabius avait dénoncé ces « groupes industriels qui sont à la fois des fabricants d’armes et des propriétaires de médias », rejoignant ainsi les propos (ou les inquiétudes) des grandes oreilles du centre de rien, j’ai nommé François Bayrou. Une ouverture ? Un appel du pied ? Pas évident, si l’on en juge par la profession de foi rose faite ensuite par Fafa qui affirmera vouloir gouverner avec la gauche, toute la gauche, uniquement la gauche. Un « grand rassemblement du peuple de gauche » que « l’ancien premier ministre » n’a aucune chance de voir se réaliser tant il est largué dans les sondages. Mais Fabius ne s’est pas arrêté à cette roucoulade, insistant aussi dans son petit laïus sur l’environnement sur le poids d’un éventuel « numéro 2 du gouvernement » qui agirait « de manière transversale » et qui proposerait « une vraie politique environnementale » : « Le vingt-et-unième siècle sera environnemental ou ne sera pas », malrauisera Fafa. On sait qu’il pense quand il se rase à Nicolas Hulot pour ce rôle de numéro 2. Le chouette Hulot, courtisée également par Sarkozy, ne devrait pas être super emballée par les œillades fabiusiennes. Le ridicule ne tue pas, Fabius le sait, et il tente ce qu’il peut dans ce baroud qui lui sauvera peut-être l’honneur.

Et DSK dans tout ça ? Celui qui a progressé dans les « intentions de vote », si l’on en croit la presse autorisée, et qui aurait poussé au sifflet quelques poignées de militants socialistes il y a dix jours, n’a pas été mal non plus hier, très prévisible, sans surprise, mais tout de même souvent « d’accord avec Laurent Fabius ». On récupère les voix où l’on peut, et DSK n’a plus trop le choix : son ancien copain Lang ayant tourné sept fois son nom dans sa bouche avant de revenir à la niche Royal, Strauss-Kahn ne peut qu’espérer que les fabiusiens et les jospiniens se rallient massivement et bruyamment à lui dans la grosse semaine qui vient, afin de pousser au moins au second Marie Ségolène, future première dame de gauche qui a été élevée par un père sévère mais juste, si l’on en croit L’Express. DSK savait qu’il ne jouerait pas grand-chose sur ce dernier débat télévisé, trop rigide, trop ORTF pour vraiment trancher dans le vif et départager qui que ce soit, et mise sans doute beaucoup sur le prochain meeting à Toulouse, jeudi. Dans une salle peut-être aussi bien préparée par Jospin que celle du Zénith de Paris par DSK, ce dernier peut faire vaciller Royal, ou pousser Dray dans les cordes une nouvelle fois, histoire de voir s’il y a du sang-froid à perdre dans la dernière ligne droite.

Hier donc, pour la dernière représentation des Muppets socialistes, Carthage n’a pas tremblé, en chiens de faïence les candidats à la candidature se sont regardés, de biais, sans se toiser. Et à force de ne pas vouloir montrer de divisions, de proposer un débat « digne, respectueux et loyal », ils rendent une copie identique, neutre et impersonnelle, qui laisse sur sa faim le militant socialiste que je ne suis pas. Entre la poire et les deux fromages, difficile de choisir, difficile de se prononcer.

Plus que l’incertitude (Ségolène sera sans doute investie), c’est le doute qui préside.


Moyenne des avis sur cet article :  3.19/5   (137 votes)




Réagissez à l'article

62 réactions à cet article    


  • Paldeolien (---.---.113.52) 8 novembre 2006 10:11

    Y’en a marre de voir leurs têtes à ceux là ^^.

    L’article est bon, mais j’ai voté pas bon car j’en ai marre de voir ceux là, j’ai à peine lu, désolé.


    • Anthony Meilland Anthony Meilland 8 novembre 2006 10:41

      Comme toujours le style est très agreable.

      Le fond par contre, est aussi creux que le débat d’hier soir. Ca n’est pas de ta faute, ni même de la leur.

      Mais en matière de politique étrangère, européenne et d’environnement, c’est le concenssus qui règne et heureusement.

      Juste une petite remarque. Tu écris :

      « Toujours ce même canal étrange, celui de la chaîne parlementaire, LCP, ou de la chaîne Public Sénat, monstres de non audimat où jamais notre télécommande jusqu’ici, ne nous avait mené. »

      La je ne suis pas du tout d’accord avec toi. Pour qui s’interesse à la Politique, LCP est un instrument très interessant. A la rentrée j’ai pu voir, l’Université d’été de l’UDF, les journées parlementaires du PS, l’Université d’été du MEDEF (avec l’apparition de Sarkozy et ses propos toujours « borderline »). Il y a aussi de très bonnes émissions comme « entre les lignes » où des représentant des 4 hébos principaux (Nouvel Obs, Marianne, Express, le Point) viennent discuter de l’actualité, des entretiens avec les parlementaires, ainsi qu’un certain nombre de reportages interessants.

      Cette chaine est un vrai service public pas comme France 2 et France 3 qui devraient être supprimées !


      • T.B. T.B. 8 novembre 2006 11:33

        Oui, pour ceux qui s’intéressent à la politique, la vraie, c’est à dire au sens premier du terme : prendre part, quel que soit son statut, à la vie de la Cité ... c’est fou ce que c’est intéréssant !

        Pour ceux et celles qui n’attendent rien, mais alors strictement rien, des « politiques » et qui veulent simplement s’exprimer ... c’est fou l’intérêt que la Chaîne Parlementaire suscite !!!

        C’est fou le nombre de fois où sont prononcés sur LCP les mots « pétitions », « référendums d’initiatives citoyennes » et « démocratie directe » ... C’est fou ! D’ailleurs ils devraient freiner un peu parce qu’on entend que cela et, à force d’insister là-dessus, il ne faudrait pas non plus que cela devienne du matraquage smiley .


      • Anthony Meilland Anthony Meilland 8 novembre 2006 11:57

        Eh TB !

        Ca s’appelle chaine parlementaire, donc c’est un peu normal que ça soit centré sur la vie parlementaire.

        Quand aux termes, « pétitions », « référendums d’initiatives citoyennes » et « démocratie directe », c’est, à mon avis, en grande partie du pipeau.

        La démocratie directe est impossible, non seulement parce que la France compte 60 Millions d’habitants, mais aussi parce qu’un grand nombre de lois demandent beaucoup d’expertise, donc de temps. S’il fallait que la nation vote directement toutes les lois, ils faudrait simplement que les gens arrêtent de travailler. (Sur le TCE par exemple il faut a un non spécialiste en droit communautaire une bonne 100 heures pour tout comprendre)

        Il est beaucoup plus efficient de déléguer le pouvoir à des représentants, dont l’étude des lois sera le travail à plein temps (ce qui n’est pas toujours le cas à cause du cumul des mandats)

        Les pétitions n’ont aucun caractères démocratiques, que tu le veuille ou pas !

        Quand au Référundum citoyen, c’était, je le crois, inscrit dans le TCE, mais les français ont rejeté ce traité par référundum. smiley

        Plus sérieusement, je ne crois pas que cela changerait grand chose au paysage politique. Qui va proposer des référundum ? Des lobbys !!! les mêmes qui enclerclent déjà les parlements français et européen !!

        Et pour apporter quoi ?

        La plupart des référundum proposés par ces groupes de pressions seront rejetés par la majorité.

        Généralement lorsqu’il y a concensus dans la population, le concensus se fait à l’Assemblée. Le seul contre exemple est le TCE (mais le problème ici est plus d’augmenter la representativité de l’Assemblée en introduisant de la proportionnelle)

        De plus, l’Assemblée peut jouer un rôle de moteur dans l’opinion. Ce fut le cas de l’abolition de la peine de mort, de l’IVG, du PACS, et bientôt de l’homoparentalité.

        La démocratie représentative a beaucoup plus d’avantage que la démocratie directe !


      • T.B. T.B. 8 novembre 2006 12:34

        Anthony, le TCE était un referendum d’initiative ... gouvernementale ou présidentielle !!! Moi je parle des référendums d’initiatives CITOYENNES. Cela n’a strictement rien à voir et c’est cela même la démocratie. C’est à dire lorsque les citoyens surveillent leur Parlement. Et non l’inverse comme en France !

        Demandes au 7 millions de Suisses ce qu’ils pensent de la démocratie représentative ? Ils ont un regime de démocratie semi-directe (certains disent directe). Il n’y a pas que les banques qui les rendent riches et paisibles. Il y a aussi leur Constitution et tu ferais mieux d’y jeter un oeil ! Pour ta gouverne.


      • T.B. T.B. 8 novembre 2006 12:51

        Inscrit dans la Constitution de la Confédération Helvétique : « Seul est libre qui use de sa liberté. La force de la communauté se mesure au bien-être du plus faible de ses membres. » Je pense que les français, dans leur majorité écrasante, ont encore beaucoup de choses à apprendre ou à améliorer dans leur système politique, en attendant tout ou presque des « politiques », sans se remuer le petit doigt ni la cervelle.

        Les Suisses et leur 150 ans d’initiatives populaires basées uniquement sur les pétitions ont abolis la peine de mort en 1942 et confirmée en 1992.

        Tu ne connais rien du régime parlementaire de la Suisse et tu dis des bêtises. Comme pour les émissions de CO2 des pays industrialisés sans tenir compte de leur latitude et de leur particularité énergétique. Bref tu es un français moyen : beaucoup de gueule et beaucoup ... d’ignorance. Des jugements à l’emporte-pièce qui tiennent lieu de débats définitifs.

        Allez-y vous pouvez appuyer sur les pouces baissés. - 50 ?


      • Anthony Meilland Anthony Meilland 8 novembre 2006 13:38

        Des attaques personnelles, j’aime ça smiley

        Bon reprenons tes arguments.

        La Suisse a abolit la peine de mort plus tôt que la France grâce à l’initiative populaire !!

        Il n’empêche qu’en France, si on avait soumis cette mesure à référendum, on aurait du attendre les années 90 pour abolir la peine de mort !!

        De plus les premiers pays à abolir la peine de mort furent (d’après Wikipedia) le Venezuela en 1863 et le Portugal en 1867. La Suisse est donc loin derrière !!!

        « Tu ne connais rien du régime parlementaire de la Suisse »

        Où ai-je dis que je connaissais quelque chose à la Suisse ??? J’ai juste dit que les options que tu proposes, ne me paraissent pas apporter grand chose à la démocratie.

        « Comme pour les émissions de CO2 des pays industrialisés sans tenir compte de leur latitude et de leur particularité énergétique »

        Je reprends donc mes chiffres (ou les tiens car je ne retrouve plus mon commentaire) :

        France et Suède : 6

        Allemagne et Danemark : 9

        Fait-il plus chaud en Suède qu’en Allemagne ou au Danemark !!!

        Il y a une corrélation entre latitude et émission de CO2, mais elle n’explique pas tout !

        La France qui jouit d’un climat moins doux que l’Espagne et l’Italie, obtient tout de même de meilleurs résultats (6 contre 7 et 7.5)

        « Bref tu es un français moyen : beaucoup de gueule et beaucoup ... d’ignorance. Des jugements à l’emporte-pièce qui tiennent lieu de débats définitifs »

        Excuse-moi, sur ce débat, qui a commencé par des jugements « à l’emporte-pièce ». Relie ton commentaire et mesure-en la violence. Tu comprendras peut-être !

        Relie un peu toutes tes interventions, souvent très passionnées, et ... hors sujet, voir totalement abracadabrantesques comme dirait l’autre.

        Ton obsession à voir des complots partout, de la corruption dans chaque homme politique, et à agresser tes interlocuteurs quand ils ne sont pas d’accord avec toi, font froid dans le dos.

        Je me pose une question. Tout cela ne relève-t-il pas de la psychiatrie ? smiley

        Signé : Un mec qui ne comprend pas pourquoi il s’est fait agressé smiley


      • T.B. T.B. 8 novembre 2006 14:09

        Anthony, tu reproduis les schèmas mentaux du français moyen. Qui puis-je ? Je ne me sens pas particulèrement intelligent, cela dit. Simplement je cherche à savoir, à comprendre, à me renseigner ... comme le fait le finlandais, le suédois ou le suisse moyen.

        Pour la peine de mort je te signale que c’est toi qui a lancé le sujet suggérant fortement que le Parlement est plus avisé que le peuple. Or, puisque nous parlions de la Suisse il se trouve que les Suisses l’ont aboli plus tôt. C’est tout. Et si tu connaissais un peu leur système tu m’aurais dit que, dans certains cantons, encore récemment le vote était interdit aux femmes !!!

        La Suisse brûle 5,5 tonnes / hab. Le Portugal 6. Nous sommes d’accord sur les chiffres. Faut y ajouter la Belgique 7, les Pays-Bas 10, Norvège 12, le Canada 15 et les USA 19,5. Inde 1. Dans leur ensemble ces chiffres suivent les latitudes, exception pour la Suède. Reste à savoir pourquoi ? Tes conclusions sont trop hatives, c’est tout.

        Pour les « tous pourris », on en avait déjà parlé : sur les 25 dernières années 30 % des ministres qui se sont succédés, à droite comme à gauche, ont été mis en examen, tout en bénéficiant de l’immunité !!! Ce n’est donc pas de la parano mais un constat ... qui en dit long sur les dérives mafieuses de notre « démocratie représentative ». Représentative ? Un Chirac avec pratiquement tous les pouvoirs, ses hommes aux postes clefs de toutes nos institutions alors qu’il n’ a été élu qu’avec 19 % des suffrages exprimés, 13 % des inscrits ? Et il en va de même pour les anciens présidents, même dans une moindre mesure.

        C’est le discours d’un disjoncté profond, ça ?


      • duong (---.---.123.107) 8 novembre 2006 14:14

        TB : LCP et Public Sénat permettent aux citoyens d’avoir une information assez complète sur ce qui se dit et se passe dans leurs assemblées.

        C’est une démarche citoyenne, nécessaire pour l’information et donc pour la réflexion des citoyens.

        Ce n’est pas le rôle des journalistes de ces chaines de dire « écoutez, les assemblées c’est de la merde, nous on va réfléchir à un nouveau concept politique et foutre en l’air tous ces vieux cons ! » smiley

        Certes, je caricature un peu smiley mais bon tu peux accuser le système parlementaire ou politique, réfléchir et promouvoir de nouvelles méthodes démocratiques, mais pas critiquer cette chaine qui donne un moyen d’accès aux citoyens à des débats cruciaux auxquels ils avaient un accès très limité et indirect jadis.


      • T.B. T.B. 8 novembre 2006 14:56

        Duong, français encore plus moyen qu’Anthony.

        Sur Public Sénat tu peux toujours attendre pour connaître tous les budgets, au jour le jour, de tous les ministères et leurs évolutions détaillées. Les finlandais et les suédois, par exemple (les autres je ne sais mais j’imagine beaucoup plus ouverte qu’en France Avachie), y ont accès et depuis longtemps et la corruption est quasi-nulle. Un fois de plus pour les mêmes raisons que j’évoque : les français ne s’intéressent pas à ce qui pourtant les concernent au premier chef : leurs impôts, directs et indirects (je le précise pour ceux qui ne sont pas imposés directement).

        Ensuite, la demande est de plus en plus forte concernant le web et les bouquets satellites. Il est donc normal que nos dirigeants, jusqu’à présent 100 % planqués (eux, leurs magouilles en famille et leurs prérogatives) suivent le mouvement qu’ils souhaitent contrôler. Voir dans quelles conditions ont été votées en urgence et pendant les vacances scolaires universitaires et pdt le muuudiaaaaaal, sans 2ème lecture au Sénat, donc anti-constitutionnel, les lois DADVSI (pour ne parler que d’elles !!!). Juste pour tester la résistance citoyenne. C’est sur qu’entre toi et Anthony la résistance c’est comme dans du beurre en plein soleil en été.

        Voir aussi le lien plus bas. Pourquoi la LOLF ? Juste pour tester et là ils sont tranquilles : aucune résistance.

        http://fr.wikipedia.org/wiki/LOLF

        Au fait, je t’ai traité de « français moyen ». Ca va, pas trop agressif ? Tu t’en remettras quand même, non ?


      • Anthony Meilland Anthony Meilland 8 novembre 2006 15:36

        Tu te trompes TB quand tu dis :

        « sur les 25 dernières années 30 % des ministres qui se sont succédés, à droite comme à gauche, ont été mis en examen, tout en bénéficiant de l’immunité !!! »

        Les ministres n’ont pas bénéficié de l’immunité. Beaucoup ont été innocentés, comme DSK dans l’affaire de la MNEF ou Fabius pour ce qui concerne le « sang contaminé ». Donc il faut arrêter de dire n’importe quoi. Heureusement que la mise en examen n’est pas une condamnation ! Sinon dans quel monde vivrions nous ? Un monde totalitaire !

        Sur la Suisse, je crois que c’est toi qui a introduit le sujet dans ton deuxième commentaire ? Moi la Suisse ... je m’en tamponne les amygdales !

        Sur le CO2. Effectivement il y a une correlation latitude-emission qui est certainement due au « chauffage ». Mais pourquoi un certain pays du Nord, la Suède, fait mieux que certain pays du Sud (Espagne, Italie). Et Pourquoi à climat presque egal certains pays reusissent mieux. La France est plus performante que l’Italie et l’Espagne, c’est un fait ! Cela n’est pas du à des différences dans le transport. Il reste donc le chauffage et l’électricité. Or, les Français ne sont pas les plus performants en matière de chauffage (isolation, économies...), donc les différences semblent venir de l’électricité. Le système français (nucléaire + hydroélectricité) est de toute façon le plus propre système de production d’électricité d’Europe.

        Le Danemark et l’Allemagne par exemple ont encore une grande partie de leur électricité produite avec des hydrocarbures. Verifie sur le net !

        Tout ce que je disais sur ce sujet, c’est que la France est un bon élève, grace au nucléaire ! Et cela est incontestable.


      • T.B. T.B. 9 novembre 2006 10:14

        La France, « bon élève » grâce au nucléaire ? Il faut voir à quel prix : Depuis 40 ans, le combustible nucléaire de nombreux pays du monde est acheminé à l’usine de la Hague pour y effectuer un retraitement. Avec une capacité annuelle de 1700 tonnes de combustible usé, des milliers de tonnes de combustible usé sont stockées en attente de retraitement, dont environ 50 tonnes de plutonium.

        Pour prévenir le risque d’attentat, l’usine est surveillée en permanence par des radars et parfois, par des lance-missiles.

        Pour prévenir les risques liés à la santé publique, Areva NC s’engage à ce que l’impact de l’activité des usines de La Hague ne dépasse jamais une valeur considérée par les experts comme synonyme de « zéro impact ». Le groupe Areva reconnaît toutefois que les rejets atmosphériques et liquides du site entraînent une surdose pour les populations avoisinantes, de l’ordre de deux jours de radioactivité naturelle. Ce qui est totalement faux vu que Areva elle-même (on peut donc supposer les chiffres sous-estimés) annonce rejeter chaque année 12 térabécquerels (12TBq) en mer. Soit 12 fois la radio-activité naturelle du Lac Léman (582 km2 et 89 km3) !!! Autrement dit, le site de rejet s’implantant sur moins de 5 km2, la mer au large voit sa radio-activité s’elever à plus de 10 000 fois la norme !!!

        Enfin, comment expliquer, en fonction des chiffres que j’ai pu obtenir grâce au net, que la population des 4 communes qu’elle couvre en partie soit passée de 2484 hab en 1990 à 2237 en 1999 ? Soit 10 % de moins (+3 % en France dans ce laps de temps) ! Et en tenant compte que ces 4 communes sont copieusement arrosées financièrement par Areva (pour la petite histoire la patronne d’Areva, qui n’habite pas sur l’une de ces communes, est la 1ère fortune de France, la 8ème mondiale) !!!


      • Bulgroz 9 novembre 2006 10:46

        T.B dit :

        « Anne Lauvergeon classée première fortune de France... »

        T.B donne là un bon exemple de désinformation ou de mauvaise lecture de Wikipedia qui écrit dans son introduction sur sa bio http://fr.wikipedia.org/wiki/Anne_Lauvergeon :

        « Anne Lauvergeon a été déclarée par Forbes comme la femme la plus puissante de France et 8ième mondiale ».

        C’est pas pareil

        Pour consulter les 500 premières fortunes de France, voir ce lien : http://permanent.nouvelobs.com/php/riches/

        Aucune trace d’Anne Lauvergeon.

        Je me demande bien à quoi peut être du cette désinformation ? Si T.B est payé par le lobby anti nucléaire, je suggère que ce dernier lui fasse une retenue sur salaire. smiley smiley


      • T.B. T.B. 9 novembre 2006 12:23

        En 2006, elle est classée par le magazine Forbes comme la 8e femme la plus puissante au monde, la 2de en Europe et la 1re en France. La plus puissante ça veut sûrement dire la plus musclée selon Bulgroz. Rien à voir avec la fortune personnelle. Non non c’est une haltérophile dans le nucléaire. Pourquoi pas ?

        Ton nouvelobs, appartenant au groupe Perdriel (moins objectif que Forbes, peut-être) date de 2003.

        Ensuite, c’est vraiment la petite bête que tu cherches, comme souvent en guise d’arguments, même si Lauvergeon est classée 1000ème française par Forbes, l’info c’est qu’elle est pleine de pognon et que le nucléaire semble rapporter beaucoup à certains. Elle peut donc facilement en distribuer (le prix du silence ?) si besoin est. Toi yen avoir compris ? En fait tu avais compris .. ou alors c’est grave. Tu ferais mieux de vérifier mes bécquerels (qui remplacent aujourd’hui les curies Ci) ... Là c’est une autre histoire, bon courage !!!


      • T.B. T.B. 9 novembre 2006 12:32

        En 2002, elle fait l’objet d’une controverse : en septembre, le quotidien économique Les Échos dévoile un rapport de la cour des comptes, critiquant sa rémunération (305 000 euros de salaire fixe et 122 000 euros de part variable), jugée bien supérieure à celle des dirigeants d’autres entreprises publiques, ainsi que son golden parachute (indemnité pour rupture anticipée de contrat) de deux ans de salaire. Malgré les rumeurs de démission, Anne Lauvergeon a conservé son poste.

        Récupérée de « http://fr.wikipedia.org/wiki/Anne_Lauvergeon »

        Pas mal rétribuée pour une haltérophile smiley smiley smiley !!!


      • bernie73 (---.---.75.21) 8 novembre 2006 11:15

        Même si je suis à 100% d’accord, ça reste plus un papier d’opinion, qu’une mine d’information. Les politiques ne disent rien et les médias le répète On cherche désespérément du fond, dans une élection qui est pourtant centrale à notre démocratie. Et si le débat est vide, les conséquences ne le sont pas, quid d’un Le Pen au second tour ou d’un double mandat (septennat+quinquennat) vide des réformes indispensables.


        • Perceval (---.---.72.17) 8 novembre 2006 11:36

          Je trouve l auteur assez conciliant avec Mme Royal qui s est permis quelques figures libres durant ce débat. Alors bien sûr on peut se dire :« chouette la petite ne s est pas si mal débrouillée que cela ! » sauf qu il s agit de désigner le candidat PS aux présidentielles et pas de noter la prestation d une star académicienne durant des éval’...le thème d hier soir collait au domaine réservé du chef de l Etat et Royal a été plus qu inquiétante. Sa sortie sur le nucléaire iranien ne laisse rien présager de bon quand on sait que la France a un rôle majeur à jouer sur ce sujet précis. S emmeler les pinceaux entre nucléaire civil et militaire dépasse largement le cadre de la simple bourde. C est révélateur, non pas d une inexpérience, mais d une espèce d absence d intérêt réel de la part de la candidate socialiste pour ces sujets. C est encore plus vrai si on se rappelle sa prestation sur les questions économiques qu elle avait bien mieux préparées. La conception de la France selon Royal pourrait se résumer par sa conclusion toute dédiée au Poitou Charentes : elle est une bonne gestionnaire de région mais elle ne voit pas beaucoup plus loin. Dans ce cas comment assumer le rôle de président ?


          • ropib (---.---.27.229) 8 novembre 2006 11:57

            Ne s’agit-il effectivement pas juste d’un problème oratoire ? Pensez-vous qu’elle ne distingue pas nucléaire militaire et nucléaire civile ?

            D’autre part l’Iran peut-il raisonnablement parler de nucléaire civile (j’étais moi-même en train de me mélanger les pinceaux en écrivant « militaire civile », ce qui ne veut rien dire) et sous-entendre, peut-être, que les réserves de pétrole ne sont pas si importantes ? L’intérêt intérieur ne serait-il pas d’entretenir le doute mais de préparer malgré et avant tout l’après-pétrole ?


          • duong (---.---.123.107) 8 novembre 2006 14:22

            Evidemment qu’il faut contrôler les installations nucléaires civiles iraniennes, c’est même un enjeu crucial du débat, mais on ne peut pas commencer par dire qu’on leur refuse les installations nucléaires civiles alors qu’ils sont signataires du TNP. Le droit international n’est pas là pour faire tapisserie et c’est un atout essentiel pour un pays comme la France (qui n’est pas les Etats-Unis) : on doit avoir un discours cohérent avec le droit international sinon on perd toute crédibilité...

            Tu sais bien que sur ces sujets, les esprits sont prompts à s’échauffer, alors ce genre de bourdes prononcées dans un discours de présidente poserait un gros problème ...

            Cela dit, heureusement, ça n’a été prononcé que dans un débat Ps, donc on peut passer l’éponge ... mais n’essayez pas de vous raccrocher en niant le problème.


          • duong (---.---.123.107) 8 novembre 2006 15:20

            je viens de lire ça :

            http://permanent.nouvelobs.com/politique/20061108.FAP3034.html?1433

            mais à quoi elle joue ? elle se rend compte qu’il y a une responsabilité derrière ?

            « Actuellement, l’Iran refuse le contrôle sur le nucléaire civil. C’est pourquoi, j’ai dit et je le répète, je ne suis pas favorable à ce que l’Iran accède au nucléaire civil ».

            Non vraiment soit elle ne comprend rien à la diplomatie, ce que je ne pense pas, soit, et c’est le plus probable, elle met en jeu la responsabilité du pays dans un simple but électoraliste ! Non faut pas jouer avec ces choses-là !


          • T.B. T.B. 8 novembre 2006 15:43

            Tiens, Robip, c’est pour toi (France / Iran / nucléaire (civil parce que militaire) :

            http://fr.wikipedia.org/wiki/Dominique_Lorentz


          • T.B. T.B. 8 novembre 2006 15:57

            Robip, je t’avais envoyé un lien rien que pour toi, mais sûrement malencontreusement AV l’a supprimé :

            Dominique Lorentz est une journaliste d’investigation, qui au travers de ses livres a cherché à montrer les enjeux et la réalité de la dissémination nucléaire, et des actions (censurés) en France qui ont eu pour objectif de permettre à l’Iran d’accéder au nucléaire.

            Son approche journalistique consiste en une observation détaillée des coopérations (économiques, technologiques, militaires et diplomatiques) entres pays au cours du temps, et une analyse systématique des discours et des écrits des dirigeants et spécialistes des différents pays. Son travail est basé principalement sur l’analyse de sources ouvertes (journaux, revues spécialisées, rapports officiels, dépêches d’agences de presse, biographies). Elle utilise la combinaison de ces informations pour mettre les faits en perspective et retracer les lignes directrices de l’histoire de la prolifération des armes nucléaires.

            Un des points important de son enquête concerne le lien entre le contentieux Eurodif et une série d’actions terroristes en France. Eurodif est un consortium d’enrichissement d’uranium mis en œuvre par la France et dans lesquel l’Iran avait investi financièrement. L’uranium enrichi est le combustible de la majorité des centrales nucléaires dans le monde, mais peut aussi être utilisé pour la fabrication de bombes atomiques. La quasi totalité des technologies utilisées dans l’industrie nucléaire est « duale ». Les experts entendent par là qu’elles peuvent servir indifféremment à des applications civiles ou militaires. Selon Dominique Lorentz, le partenariat nucléaire civil franco-iranien cachait un volet militaire destiné à aider l’Iran à se doter de la bombe atomique, l’investissement de l’Iran dans Eurodif lui garantissant une part de la production d’uranium enrichi par le consortium. La révolution iranienne et l’arrivée au pouvoir de l’ayatollah Rhomeini changeant la donne géostratégique, la France mit un terme à la coopération et bloqua les avoirs de l’Iran dans Eurodif. Dans cette optique, les évènements des années 1985 et 1986, l’affaire des otages français au Liban, les attentats à Paris (FNAC, Hôtel de Ville, Pub Renault) et l’assassinat de Georges Besse (qui fut l’un des grands responsables du programme nucléaire français, jusqu’à devenir le directeur d’Eurodif) le 17 novembre 1986, puis le crash de l’avion de Michel Baroin, aurait fait partie d’une campagne terroriste de l’Iran pour faire pression sur la France afin d’obtenir la reprise de ses droits au sein d’Eurodif et la poursuite de son programme nucléaire.

            Un autre point important de son travail est de montrer que la prolifération nucléaire est très importante et n’est pas l’œuvre d’individus isolés, mais est organisée officieusement par les gouvernements comme stratégie géopolitique. Ainsi, par le biais de coopérations nucléaire, de nombreux pays auraient acquis la capacité de produire des bombes atomiques.


          • T.B. T.B. 8 novembre 2006 16:18

            Robip, je te re re reconseille dechercher Dominique Lorentz sur Wikipédia (journaliste d’investigation, qui au travers de ses livres a cherché à montrer les enjeux et la réalité de la dissémination nucléaire).

            AV si vous pouviez avoir l’amabilté de me dire pourquoi vous avez supprimé 2 fois ma réponse à Robip, ça me permettrait peut-être de comprendre cette censure sur un journaliste d’enquêtes très très pertinentes et très peu connu du grand public.


          • T.B. T.B. 8 novembre 2006 16:20

            Vous venez de tout remettre !!! Vous jouez avec moi les webmasters ...


          • totor (---.---.20.126) 9 novembre 2006 14:10

            A propos de dérapage verbal, si quelqu’un peut m’expliquer cette phrase de Royal notée au débotté mardi soir tellement elle m’a abasourdie (la phrase) : « Il faut réduire la biodiversité qui pèse sur les pays pauvres ». Elle a du sauter une ligne ou une page smiley Faire une bourde, c’est humain, mais ne pas s’en rendre compte c’est signe qu’on ne comprend même pas ce qu’on dit !


          • chantecler (---.---.146.112) 8 novembre 2006 11:42

            Et bien tant pis pour les amateurs de joute,et tant mieux pour ceux qui soutiennent la gauche:le débat a été consensuel et en plus le show à la télé, c’est fini.Je m’explique:le PS avait tout à perdre en étalant ses divisions devant le pays, car que je sache la lucarne est ouverte à tous....Par contre a tout à gagner en démontrant la cohérence et la solidité de ses leaders.Je me faisais la réflexion,en écoutant ce débat,que c’était bien dommage que le but soit d’en éliminer deux, alors qu’il me semble évident que ces trois concurrents sont complémentaires:comme un triumvirat me semble impensable,je me dis qu’avec un peu d’intelligence,chacun trouvera sa place à des postes-clé,aidé ou non par les militants, et par leur perception des aspirations des Français.Le problème étant leurs motivations:est-ce le souci de l’état et de l’avenir de notre pays qui les poussent,ou est-ce leur carrière personnelle ? La suite me le dira.Je rappellerai que sur un échiquier toutes les pièces sont essentielles et que le roi peut être mis en échec par quelques simples pions.Je reconnais à ces trois candidats un vrai courage,et leur prestation est loin d’être vaine.J’attends maintenant une démarche analogue chez les candidats de droite:la démocratie a tout à y gagner.


            • Dyck (---.---.124.190) 8 novembre 2006 11:57

              Votre article n’est pas désagréable à lire (même si, je vous l’avoue, le calembour tout les cinq mots en moyenne est usant à la longue surtout lorsqu’on n’a qu’un goût modéré pour la lecture de l’almanach Vermot). Néanmoins la question que je me pose est : si vous n’êtes pas une militante socialiste (ce qui n’est d’ailleurs pas davantage mon cas), qu’est-ce que cela peut bien vous faire que ces débats soient pathétiquement nuls ? On a affaire à une procédure de désignation interne à un parti et qui, théoriquement, ne concerne que ceux qui vont avoir à voter pour l’un des trois candidats. Que Ségolène Royal ait été sifflée, que Laurent Fabius se soit gratté le nez ou que Dominique Strauss-Kahn ait eu à la sixième minute un sourire narquois, que ces « débats » soient dignes, en effet, de l’époque de l’ORTF, qu’on n’en sache pas beaucoup plus avant qu’après, bref que tout ceci soit décevant, quelle importance puisqu’au bout du compte ni vous ni moi n’aurons notre mot à dire ? Pourtant tout semble se passer comme si c’était la France entière qui allait voter le 16 novembre, comme s’il y avait 63 millions de personnes qui avaient leur carte au parti socialiste. Même déformation qu’à propos des sondages : on fait comme si on était dans un processus démocratique. Or répondre à un sondage n’est pas voter pas plus que, pour les militants socialistes, voter le 16 novembre ne sera choisir le prochain président. Larmoyer de dépit sur la déficience démocratique de ces débats, c’est à peu près aussi absurde que pour un cul-de-jatte de s’indigner de ne pas figurer dans la sélection olympique du cent mètres haie. Ce n’est de toute façon à aucun de nous que l’on s’adresse mais aux 200 000 militants du parti socialiste. Si ces questions vous travaillent décidément trop, une idée, comme ça : prenez votre carte !


              • chantecler (---.---.146.112) 8 novembre 2006 12:06

                Je suis à la fois en accord et en désaccord avec ton commentaire:certes,il incombe au parti socialiste de désigner un candidat,mais derrière,il y a toute une stratégie pour convaincre les Français:que tu ne te sentes pas concerné,je l’admets, mais il n’est pas inintéressant de faire constater qu’il n’y a pas que des andouilles à la direction du parti.


              • Dyck (---.---.79.125) 8 novembre 2006 12:56

                Je réagissais seulement sur le reproche de déficit démocratique de ces débats. A mon sens, seuls ceux que ces débats concernent sont valablement en droit de le formuler puisque ce sont eux à seuls que ces débats s’adressent puisqu’eux seuls voteront. Une fois le candidat désigné, on aura tout loisir de ressasser le même thème lorsque des débats seront organisés entre les prétendants officiels (maist là, j’en prends le pari, on entendra moins les vestales démocratiques ronchonner sur la qualité de ceux qu’on va inévitablement nous infliger à la télé). Crier à l’hérésie démocratique devant ces débats en toc quand on n’est pas militant socialiste, est aussi vain que de s’indigner des insuffisances du mode de scrutin japonnais. Personne ne nous demande notre avis (on peut d’ailleurs juger cela regrettable mais c’est une question différente). Mon propos se limitait à cette simple observation préalable. Ensuite, libre à chacun de se divertir comme il lui plaît au spectacle de cette pantalonade. Mais, de grâce, pas de leçon sur le mode : « c’est un scandale ! on nous prend pour des imbéciles ! pauvre démocratie ! etc. » Il n’est raisonnablement pas possible de s’estimer lésé par un scrutin auquel on ne participe pas.


              • patrick patrick 8 novembre 2006 12:10

                Je suis assez d’accord avec ce qui a été dit plus haut . Le sujet est difficile à faire évoluer dans la mesure ou la politique etrangère de la France est sensibleent la même depuis 20 ans au moins et que 82 % des français se disent satisfait de l’action du Présideznt actuel dans ce domaine.

                Au dela de cette façade casi unanime des 3, on peut relever des differences non négligeables sur la Turquie, le Liban, l’ Iran et bien sûr l’Europe mais ce qui est vraiment apparu à quiconque est un observateur honnete, ces sont les insuffisances pour ne pas dire plus de Marie Ségolène !

                Ne sortant pas des banalités ni des phrases creuses ( l’ Europe par la preuve,l’ ordre modial juste...), montrant du compationnel plutôt que des propositions ( le malheur des Irakien, la detresse des Palestiniens, des israéliens, des femmes turques...), Marie Ségolène a multiplié les bourdes et s’est faite taclé par ses camarades .Ils buvaient du petit lait les deux pachidermes. L’épisode grotesque sur le nucléaire iranien ( elle du mal lire sa fiche) et celui de la démocratie en passe de réussir vite en Irak (sic) sans parler de la defense « Européénne » ont prouvé pour le moins , une légèreté chez Marie Ségolène Poulin .

                On ne peut que reconnaitre que la carrure, la vision, la competence, le volontarisme sont plutôt chez DSK et que Fabius a été plutôt bon sur la forme et sur la volonté.

                La politique etrangère ne passionne pas les français . c’est dommage mais c’est ainsi. Par contre ce sujet a permi de mettre en avant les personalités et les caractère de chacun. Moi qui ne suis pas socialiste, je n’ai pas a choisir entre les trois mais qu’on me permette de dire que DSK ne m’inquiéterai pas même si je ne partage pas dutout ses options car je lui reconnais une vision et une compétence mais vraiment si Marie Ségolène arrive , comme elle dit, aux responsabilités, on va trembler à chacune de ses decisions...

                Mais nous n’en sommes pas là, n’estce pas !


                • rantanplan (---.---.146.112) 8 novembre 2006 12:12

                  Et c’est ça qui m’inquiète....


                • Sceptique (---.---.27.61) 8 novembre 2006 12:24

                  C’est bête, un ou deux mois de plus avant les primaires et les challengers auraient peut-être eu le temps de refaire leur retard, le soufflé Ségolène se dégonflant un peu plus à chaque débat. Mais là on va être servis, et attention gens de gauche, il ne s’agira pas de faire du mauvais esprit et ne pas se rallier au choix du Parti par scepticisme houlala, et aller voter Bernard Hanse bien sagement pour ne pas risquer de perdre une nouvelle élection. Euh Ségolène Royal pardon.


                • CAMBRONNE (---.---.105.182) 8 novembre 2006 15:16

                  PATRICK

                  Tout à fait d’accord !

                  Cdt


                • l'Omnivore Sobriquet l’Omnivore Sobriquet 8 novembre 2006 12:20

                  ’jour !

                  Je lui ai trouvé hier deux charmants surnoms :

                  « Déjà Insupportable. » et

                  « Méchante tâche blanche et mauve. »

                  Les deux autres candidats à la candidature étaient.., well, repoussants, comme des socialistes... Les prétendants au Front National sont beaucoup plus utiles : voir http://www.frontnational.com/multimedia_tv_detail.php?id=21 , et lire, c’est à propos de la justice française : http://www.frontnational.com/doc_interventions_detail.php?id_inter=50 , et lire, toujours à propos de justice, de l’immense tentative d’injustice en cours, les 4 commentaires d’YD des 8 et 7 novembre : http://yvesdaoudal.hautetfort.com/


                  • ffi (---.---.2.226) 8 novembre 2006 12:20

                    UNE integriste

                    UN assassin Antiquaire

                    UN fossaire aux mains sales

                    FOSSAIRE, s. m. (Hist. ecclésiastiq.) les fossaires étoient autrefois des officiers de l’eglise d’Orient, qui avaient soin de faire enterrer les morts.

                    Ciaconius rapporte que Constantin créa neuf cents cinquante fossaires, qu’il tira de differens colléges ou corps de métiers ; il ajoûte qu’ils étaient exempts d’impôts & de charges publiques.

                    Le P. Goar insinue, dans ses notes sur l’eucologue des Grecs, que les fossaires ont été établis dès le temps des apôtres ; & que ces jeunes hommes qui emporterent le corps d’Aname, & ces personnes remplies de la crainte de Dieu, qui enterrerent celui de S. Etienne, étaient des fossaires

                    S. Jérome dit que le rang de fossaires est le premier parmi les clercs ; ce qui doit s’entendre de ceux qui étaient préposés pour faire enterrer les fideles. Voyez Clfrc ; voyez les dictionn. de Trévoux & de Chambers. (G)

                    Pour expliquer la richesse des ROTCHILD’S AUSSI .

                     smiley Descidement la gauche est morte , à droite !

                     smiley smiley smiley


                    • erdal (---.---.242.88) 8 novembre 2006 12:34

                      L’article est très bon, car il met en evidence le consensus commun adopté par le PS. C’est pour cela qu’il y a rien dans le fond et c’est plus un exercice de forme.

                      Néanmoins, il serait judiscieux de mettre en avant les divergences d’opinion entre ces candidats. Royal,Fabius, Strauss-kahn ont des opinions divergentes sur des points cruciaux. AB , tu pourrais faire une comparaison objective sur ces candidats comme l’economie, les impôts, les salaires, les retraites, la santé, les 35h, etc...

                      Allez... on attend un article sur le fond concernant ces trois là..

                      Salutation

                      erdal


                      • erdal (---.---.242.88) 8 novembre 2006 13:04

                        DESOLE : rectification du commentaire précédent

                        L’article est très bon, car il met en evidence le consensus commun adopté par le PS. C’est pour cela qu’il y a rien dans le fond et c’est plus un exercice de forme.

                        Néanmoins, il serait judiscieux de mettre en avant les divergences d’opinion entre ces candidats. Royal,Fabius, Strauss-kahn ont des opinions divergentes sur des points cruciaux. @l’auteur, vous pourriez faire une comparaison objective sur ces candidats comme l’economie, les impôts, les salaires, les retraites, la santé, les 35h, etc...

                        On attend un article sur le fond concernant ces trois là..

                        Salutation

                        erdal


                      • erdal (---.---.242.88) 9 novembre 2006 11:28

                        @ AB

                        Désolé, cependant j’ai rectifié :-0

                        erdal


                      • mondieuquecétaitchi*** (---.---.94.34) 8 novembre 2006 12:44

                        le débat est à l’image de la politique : consensuel, creux, énervant.

                        les trois prétendants sont incapables de répondre simplement à une question. l’exemple de l’intégration de la Turquie dans l’UE est flagrant. l’un dit qu’il faut un partenariat privilégié avec la Turquie, l’une nous refait l’histoire mais finalement après 5 minutes n’a toujours pas donné de réponse, le troisième est d’accord avec les 2 autres mais a quand même un avis différent. et ben on va aller loin comme ca !

                        quand est ce qu’ils feront un débat avec un temps réellement limité (genre 2 minutes par question), et si ils dépassent, on coupe le micro.


                        • (---.---.3.30) 8 novembre 2006 14:39

                          certe, mais la question est biaisée.

                          nous savons tous que la réponse est non, il ne faut pas que la Turqie intègre l’Europe en l’état et les Français sont contre, mais ça se fera quand même.

                          Chirac a bien répondu aussi de la même façon avec l’ensemble de la droite : pas tout de suite ... faut voir ... les français voteront ... peut être ...un jour

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès