Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Primaires, bilan : la (6e) République de Poitou-Charentes est (...)

Primaires, bilan : la (6e) République de Poitou-Charentes est née.

Ségolène Royal aura sauvé la face durant les trois débats télévisés du PS. En surface. En profondeur, la Poitevine a labouré ses champs (Elysées ?), rigide et casanière, régionaliste et moralisante. Le désir ne suffit pas.

Elle n’a pas pu s’en empêcher. Mardi soir, à la fin du dernier débat télévisé entre les trois candidats à l’investiture socialiste, Ségolène Royal, tout de blanc vêtue, a cru bon de vanter sa région, le Poitou. Invitée à conclure cette série de débats mous et non décisifs durant lesquels elle aura quand même réussi à chuter de 8 points dans les sacro-saints sondages, Ségolène a évoqué les problèmes d’environnement et s’est crue obligée de saluer le travail accompli dans ce domaine dans sa région, de remercier ses collaborateurs pour l’efficacité de leur action et de citer cette réussite en modèle pour ce qu’elle comptait faire, plus tard, une fois élue présidente de la République.

Pas idiote, loin de là, la compagne de François Hollande s’est plus ou moins bien sortie de cette série de débats assez inédits en France, a évité les grosses bourdes et les fâcheries trop visibles. Il n’empêche, elle ne réussissait parfois pas à masquer l’agacement que provoquait chez elle la journaliste de la chaîne parlementaire, Emilie Aubry, qui trop souvent à son goût l’a poussée à aller au fait rien qu’au fait, à en terminer avec des digressions régionales ou familiales qui n’étaient pas le sujet. Plus d’une fois Ségolène était au bord de tancer l’impudente questionneuse qui osait ainsi troubler son cheminement. Elle est ainsi apparue un brin tendue, et un poil rigide.

Combien de fois la dame du Poitou a-t-elle prononcé, tout au long de ces trois débats, le mot valeurs, le mot éducation, le mot respect, le mot enfant  ? Combien de fois ? Souvent, trop souvent. Et à chaque fois on avait la forte impression d’avoir face à nous une élève appliquée, un cheval préparé à mort à la course d’obstacles, coachée pour ne refuser aucune barrière, aucun saut, mais pour l’effectuer, au contraire, avec le plus de légèreté et d’aisance possible. Pratiquement à chaque débat, Ségolène a donné l’impression de réciter un texte. Les deux autres, DSK et Fabius, aussi, me direz-vous, oui, certes, mais je crois me souvenir que le credo des royalistes, c’est « la politique autrement ». Alors, si c’est au bout du compte pour nous resservir la même soupe, dans un pot plus design, ça sert à rien.

Sur la question de l’Irak, Ségolène a déclaré avant-hier lors du dernier débat : "C’est un pays qui aujourd’hui est au bord de la guerre civile, il y a des tensions très fortes [...] La Constitution irakienne prévoit un Etat fédéral et donc il faut leur laisser le temps de mettre en place ces nouvelles institutions qui permettront aux différentes communautés de coexister, d’apaiser les tensions dans un contexte extrêmement difficile", propos mesurés et ma foi assez justes, mais très éloignés de ceux qu’elle tenait quelques jours plus tôt, à la suite de son entretien avec le président irakien Talabani, relatés par Le Canard enchaîné : « Le pays [l’Irak] est en train de se redresser. Il y a à la fois des éléments de lumière mais aussi des formes de terrorisme. Le gouvernement français est au côté du gouvernement irakien, les socialistes français aussi. » On notera que le « redressement » a disparu, les « lumières » aussi, on parle d’un seul coup de « guerre civile », de « coexistence », « d’apaiser les tensions ». Il faut dire que dans l’entourage de la candidate, les propos cités par Le Canard enchaîné ont été jugés « surréalistes ». Un autre des supporters de Ségolène estimait à juste titre qu’il s’agissait là d’une « vision fausse. L’Irak, c’est plutôt l’apocalypse. » Ce n’est pas la première fois que Royal accroche sur le fond. Le soir du meeting sifflant de Paris, Julien Dray, le maître de la dame, s’était exclamé : « Qu’est-ce que tu veux que je te dise ? Elle a franchement été nulle. Nulle je te dis, elle a été nulle ! », avant de se prendre le chou, et la tronche, avec un des supporters de DSK.

Le problème Royal est là, dans ces instants où elle est « nulle », effectivement, où elle paraît totalement dépassée par ce qu’elle dit, ou par ce qui se passe. Où elle semble découvrir les ambiances de meetings, les affrontements, ou le monde qui l’entoure. Ainsi a-t-elle vu de la lumière en Irak où ne brillent que les feux, où ne survivent que les carcasses, où les Américains comptent leurs morts mais laisseront derrière eux, s’ils s’en vont, quand ils s’en iront, qu’un vaste et inextricable chaos. Il y a en Irak, « une forme de terrorisme », oui. Plusieurs formes mêmes. Une barbarie multiforme un peu trop éloignée, peut-être, du Poitou-Charentes.

Avant le début des débats, chacun s’entendait à prédire que Ségolène s’écroulerait, ne tiendrait pas le choc, et que ses deux adversaires remonteraient à vitesse grand V. DSK a pris des points, Fabius n’a pas bougé, et Ségolène a un peu chuté. Dans des débats, rappelons-le, non contradictoires, où aucun des participants ne pouvait interrompre l’autre. Des exposés, pas des combats. Mais, donc, Ségolène ne s’est pas écroulée, elle n’a pas été ridicule. Elle a simplement confirmé ses forces et affirmé ses limites.

Une force principale : sa « virginité ». La Dame n’a pas trempé dans de gluantes affaires, n’est pas tachée par la magouille, l’abus de biens sociaux, n’a pas fréquenté d’emplois fictifs. Elle n’est pas de ceux qu’on dit « pourris ». Une faiblesse essentielle : son « régionalisme ». Tout se joue pour Ségolène dans le (ou par rapport au) Poitou. Une sorte de centre de l’univers qui se situerait entre le Royannais et le Loudunais, le Rochefortais et le Montmorillonnais. On pourrait dire de Ségolène qu’elle est, de tous les candidats, la plus « brave ». Elle a des solutions simples à tous les problèmes. Des solutions sans moyens, juste le bon sens. Le bon sens et une addition de mots simples, eux aussi : ordre juste, valeur, limites, interdits, éducation, maman, papa, encadrement, respect. Tout cela est bel et bon et suffit sans doute amplement à diriger une ville, une région, en se faisant aimer, ou admirer, de ses administrés. Mais le monde n’est pas une région, pas une ville, tout juste une marchandise. Et parfois, une table ne suffit pas, de beaux principes ne suffisent pas, de grandes déclarations d’intentions ne suffisent pas.

Ségolène Royal, qui prend déjà certaines ténèbres pour des lumières, veut transformer le pays en Poitou-Charentes, socialiser l’Europe, privilégier l’Amérique latine plutôt que les Etats-Unis, interdire tout nucléaire aux Iraniens et materner le monde entier. Elle ne sait en fait pas vraiment où elle va, mais comme on lui a répété mille fois qu’elle pouvait y arriver, elle a sans doute fini par y croire.

La République de Poitou-Charentes est née. Peut-être la fameuse 6e république rêvée par « lou ravi » Montebourg.


Moyenne des avis sur cet article :  4.08/5   (143 votes)




Réagissez à l'article

50 réactions à cet article    


  • michel (---.---.132.57) 9 novembre 2006 11:45

    Une petite vidéo pour avoir un élément supplémentaire de réflexion sur les compétences et les grands desseins planétaires de la Dame :

    http://www.dailymotion.com/visited/search/sego%20clip/video/xlt8y_sego-clip

    Attention ! Il faut suivre, donc s’accrocher si l’on est pas militant initié. Posséder un diplome d’assistante ou assistant d’école maternelle peut être un plus.

    A vous de juger


    • La Taverne des Poètes 9 novembre 2006 11:49

      C’est tactique : Ségolène Royal préserve son matelas d’opinions favorables en fuyant les face-à-face et débats de fond, juste le temps nécessaire à l’élimination de ses rivaux. (A commencer par Jospin reparti dégoûté et qui était le plus apte à la fonction convoitée)

      Puis une fois désignée par le parti, elle espère s’appuyer sur les contributions populaires sur son site et compilées dans un livre à paraître pour continuer de se revendiquer du peuple.

      Mais viendra la vraie campagne présidentielle et là les choses vont se corser car elle n’est pas, selon moi, à la hauteur de l’enjeu...


      • melanie (---.---.121.158) 9 novembre 2006 20:47

        Dire que Mme Royal n’est pas à la hauteur, c’est une évidence. Et même si l’article fait sourite par sa méchanceté , il fait aussi sourire parce qu’il est juste.

        DSK ancien ministre de l’économie, Fabius ministre , qu’ a-t-elle a proposer sinon le fait qu’elle spoit une femme et qu’elle ait une classe naturelle -un peu coincée tout de même malgré un sourire radieux- : Le Poitou-Charente est son laboratoire or véritablement ce n’est pas un laboratoire qui prépare aux relations internationnales ni à la géopolitique....

        Par contre ressortir Jospin, calviniste figé oublié des français malgré un bilan économique louable, mais sans aura, dans panache pour faire face au flamboyant et habile Sarkozy ? DSK oui, stratège, fin, cultivé saurait modérer les ardeurs de l’hystrion hystérique de l’ UMP ;


      • Avatea Avatea 9 novembre 2006 12:12

        ça me fait penser à travail, famille, patrie... également à la force tranquille de ce coin rural... rien de bien neuf, ni de bien glorieux comme références, mais pourvu qu’elle passe, c’est la seule à pouvoir être battue par Sarkozy ou Bayrou.


        • melanie (---.---.121.158) 9 novembre 2006 20:50

          C’est hallucinant...Ce site ne semble visité -à part moi- que par des petits militants de la droite ....


        • Antoine Christian LABEL NGONGO Christian NGONGO 9 novembre 2006 22:04

          Mr Lilian, peut-être que Ségolène est tout ce que vous dites, mais que de méchancetés. Vous ne dites rien de constructif à son sujet. Je ne pense pas que DSKahn ou Fabius ou encore Sarkozy soit meilleur qu’elle. De toute façon, cette femme a mon capital sympathie, qu’elle soit compétente ou non. Tous les hommes dont vous parlez ou vantez leurs qualités, rassurez-moi, ils n’ont guère fait mieux pour la France.

          Je sors du sujet en abordant un aspect qui me tient à coeur.


        • LE CHAT (---.---.75.49) 9 novembre 2006 13:48

          excellente illustration de l’article, segolene nous prend vraiment pour des ânes du poitou , restant dans la continuité de François Mitterand qui adorait ces animaux .


          • Le furtif (---.---.145.99) 9 novembre 2006 13:54

            Tout comme Jospin, comment obtenir tous les suffrages d’un camp que par les propos et la pratique on ne cesse de flinguer....

            S’il restait une cellule au parti socialiste ...ils la vireraient au bout d’une demi heure....Mais ces gens ont tellement avalé de couleuvres !


            • melanie (---.---.121.158) 9 novembre 2006 20:53

              La première phrase, tu peux la réécrire en Français intelligible ?


            • Le furtif (---.---.145.99) 9 novembre 2006 22:26

              @Melanie

              Tout de suite

              Me font belle marquise vos beaux yeux d’amour mourir .

              Comment obtenir tout comme jospin tous les suffrages d’un camp qu’on ne cesse de flinguer par les propos et la pratique

              D’un camp qu’on ne cesse de flinguer par les propos et la pratique comment tout comme Jospin obtenir tous les suffrages

              Comment Obtenir tous les suffrages d’un camp qu’on ne cesse de flinguer par les propos et la pratique tout comme Jospin.

              Je vous concède que ma langue n’a pas le fruité du « formaté com » , mais j’arive encore à me faire comprendre.

              En faut-il encore plus belle Melanie ? La pedagogie a des limites ?

              Le furtif


            • Le furtif (---.---.145.99) 9 novembre 2006 22:36

              @Sylvain Reboul

              Vous avancez des arguments sur la « nouvelle démocratie » ...

              Que je trouve assez malheureux et ....j’essaie autant que je peux d’argumenter.

              Mais on voit bien que vous n’avez pas l’esprit à ça . Une autre chose vous déchire et ça ne m’amuse pas du tout.

              Ai-je su trouver les formes et le ton qui rassérènent Le Reboul que je connais.

              Vain dieu les dégats que ces histoires auront faits ! smiley

              Faudrait chercher un mot de passe plus simple j’ai la flemme de me « loguer »

              pacifiquement Le furtif


            • melanie (---.---.121.158) 10 novembre 2006 09:43

              Brillant.

              J’avais sous estimé l’interlocuteur . J’avais pris toute phrase pour une faute de syntaxe. Je m’incline.


            • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 9 novembre 2006 14:07

              Vous faites un habile mélange entre rumeurs et propos de SR hors contexte. Vous voyez des contradictions qui sont plutôt des précisions et des compléments ou des expications donc qui n’en sont pas, sauf à croire qu’il faudrait répéter omme un perroquet les mêmes paroles sur les mêmes sujet pour faire croire que l’on est cohérent.

              C’est tout à fait votre droit d’avoir un point de vue aussi subjectif, mais je voudrais faire à ce sujet plusieurs remarques qui concernent la conception de la politique qui soutend votre vision critique et qui m’apparaît tout à fait discutable.

              Vous n’avez pas compris, me semble-t-il, (ou vous n’êtes pas d’accord avec) la vision que SR se fait de la politique et qu’elle propose aux français qui ne sont plus aussi crédules sur l’omni-sciences et l’omni-pouvoir de ceux qui martèlent à coup de slogan toutes un séries de promesses aussi présises qu’irréalistes.

              1) Au contraire de cette méthode (si l’on peut dire), elle se veut justement à l’écoute et donc se donne le droit de nuancer, approfondir, expliquer et éventuellement corriger telle ou elle formulation en fonction des remarques ou analyses critiques qu’elle peut entendre ou lire et cela est relativement nouveau ; c’est une conception plus démocratique à mon sens de la représentation politique qui rompt avec celle, au fond, monrchiste et/ou aristocratique, à laquelle les français sont de moins en moins attachés.

              Adopter une autre démarche serait justement ne pas être cohérente avec son projet (et ses valeurs comme elle dit) qui est de changer la manière non partisanne de concevoir la démocratie en l’ouvrant à la délibération par et à la participation des citoyens donc à faisant de l’évolution de son discours l’expression logique de cette dernière .

              2) Vous ciblez le régionalisme de ses propos comme un faiblesse. Or cela ne peut en être une que du point de vue d’une vision quasi-religieuse (un seul Dieu, une seule loi transcendante) de l’état impérial ou monarchiquec hyper-centralisé à la française ; lequel est aujourd’hui en crise de légitimité et impuissant à administrer par en haut et encore moins à animer une socité aussi complexe, pluraliste, et à évolution aussi rapide que la nôtre. Son régionalisme n’est autre que la manifestation, tout à fait cohérente, de son point de vue, de la nécessité de régionaliser la prise de décision de sorte que l’abîme qui se creuse entre l’état central et les citoyens se réduisent et que ceux-ci soient partie prenante des décisions qui les concernent au plus près. Pour qui vit en Allemagne, comme c’est mon cas, cette régionalisation de la vie politique s’imopose dans de nombreux domaines comme un facteur de cohésion et de solidarité active et citoyenne ; bref comme un progrès vers plus de démocratie vivante.

              Chacun, en effet, peut avoir sa vision de la politique et de la démocratie, mais la hargne que certain expriment vis-à-vis de SR (ce n’est pas votre cas) outre le motif moins avouable que vous savez, est surtout, me semble-t-il, le symptome d’une profonde angoisse vis-à-vis de la perte une routine poltique confortable mais inadaptée au changement nécessaire qu’implique une remise à plat de ce peut être et doit être la vie démocratique.

              Comme quoi tous vos arguments remis en perpective peuvent être retournés comme les doigts d’un gant. Ce qui vous apparaît comme des limites peut être considéré comme une forme et une force de renouvellement.

              Je pense que cette petite leçon de dialectique peuvent vous rendre service sans pour autant que vous adhériez à ses conclusions, ne serait-ce, en effet, que pour vous permettre de voir plus clair dans votre jugement.


              • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 9 novembre 2006 14:38

                Dire qu’un lecteur anonyme a eu le grand courage et l’impertinence de voter non à mon commentaire pour non-pertinence !

                Ce seul fait suffit à disqualifier dans son principe le système de vote gadjet qui dévoie la débat démocratique, vers son contraire : la foire ...


              • (---.---.162.15) 9 novembre 2006 15:06

                Sylvain, je ne donne pas tort au lecteur qui a trouvé que votre commentaire n’est pas pertinent. Je le pense aussi (selon mon sens subjectif), mais je sais que cette question est mal posée et c’est pourquoi je me suis retenu de voter.

                Je demande donc une nouvelle fois que la question soit modifiée en quelque chose comme « Commentaire jugé déplacé » ?" (ou hors-sujet..). Je demande aussi que le score ne puisse pas être positif (on ne pourrait faire +1 que si le score est négatif) car le but n’est pas de savoir si le commentaire nous plaît beaucoup ou un peu.

                Rappelons que le but est d’écarter les messages polluants. Ca marche certes, mais ça a des effets pervers qui peuvent grandement diminuer (à défaut de disparaître) si on améliore le système de la façon dont je viens de le préconiser, ou de façon avoisinante.

                Am.


              • michel (---.---.132.57) 9 novembre 2006 15:22

                froisser les égos ? Pas bien grave.

                Mais froisser les ségos ? Ouh lalalala

                Une collecte pour offrir un tube de lexomil à Sylvain ?


              • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 9 novembre 2006 16:14

                Je n’ai rien contre les convictions à conditions qu’elles ne deviennent pas des dogmes ou des slogans sans prise sur la réalité. Tous ls propos de SR se fondent sur des convictions qu’elle décline en permanence dans ses objctifs mais elle ne prend pas ses propositions pour vérité d’évangile et elles se réserve le doit de les reprendre pour être plus proche de la justesse dans la mise en oeuvre de ces convictions.

                Le problème avec les partis politiques, par ailleurs nécessaires, c’est qu’ils ont la tentation pas souci d’efficacité pédagogique de créer des réflexes de pensée à coup de slogans mécaniques (Style : « je veux une Europe de gauche » (Fabius) , comme si la démocratie en Europe n’exigeait pas la possibilité de l’alternance et donc le concours de la gauche et de la droite dans le jeu politique) .

                Le seul fait d’ avoir le courage de refuser cette facilité est déjà un point positif pour la démocratie délibérative.

                Je ne pense pas que vous « trollereriez » par un vote négatf ce commentaire, sauf à mépriser le débat qu’il permet entre nous et donc à vous mépriser vous-même et votre position.

                Un peu de socratisme ne peut pas nous faire de mal....


              • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 9 novembre 2006 16:21

                je conçois que mon commentaire soit contraire à votre conviction, mais je ne vois pas en quoi il serait déplacé dès lors qu’il concerne le sujet et qu’il est suffisament argumenté pour être respectable et respecté ; sauf à considérer que toute position contaire à la vôtre serait telle, ce qui serait étouffer dans l’oeuf toute possibilité de dialogue.

                Mais je doute, puisque vous avez jugé bon de dialoguer avec moi, que ce soit votre position : vous avez donc un problème de cohérence personnelle.

                Le véritable troll consiste à écarter un commentaire argumenté sans se donner la peine d’y répondre.


              • (---.---.162.15) 9 novembre 2006 17:41

                Sylvain, si c’est à moi que vous vous adressez, vous faites erreur. J’ai dit que je trouvais votre commentaire non pertinent mais que je ne le jugeais pas déplacé (et donc je le trouve respectable et respecté, effectivement). C’est bien pourquoi je crois qu’il faudrait corriger le mauvais libellé de la question « Commentaire pertinent ? ».

                Am.


              • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 9 novembre 2006 18:14

                Selon le sens du terme et, c’est me semble-t-il, le sens utilisé par Carlo Revelli (mis c’est à lui de répondre sur ce point, en tout cas pour le moment je lui fais crédit de ce sens qui est le seul correct pour un philosophe et un prof comme moi), est pertinent un commentaire qui n’est pas déplacé, même si je ne suis pas d’accord avec lui : il concerne le sujet et il apporte des arguments de fond et de fait au débat.

                Encore une fois le terme de pertinence fait référence à un critère que se veut objectif au regard du discours au sens rationnel du terme et non du sentiment subjectif du lecteur potentiel.

                Je peux trouver par exemple tout à fait pertinente le critique radicale que Platon fait de la démocratie, dès lors que cette critique m’oblige, moi-même démocrate, à approfondir ma position et à l’enrichir de sa critique.

                Ces justement cette dérive de sens qui est au coeur de ma critique ; le vote inargumenté, dans un débat, permet de déclarer non pertinent un texte pour sa pertinence même, dès lors qu’elle heurte un préjugé !

                C’est donc un troll masqué, c’est à dire honteux. CQFD

                Je pense que vous êtes tout à fait capable de saisir le sens de mes propos : la preuve est que vous n’avez pas voté contre la pertinence mon texte, comme si vous sentiez à l’avance en quoi un tel vote pouvait être contesté


              • Marsupilami (---.---.93.189) 9 novembre 2006 18:27

                @ Sylvain

                « Le véritable troll consiste à écarter un commentaire argumenté sans se donner la peine d’y répondre ».

                Il faut donc, pour être cohérent, répondre à mon commentaire argumenté qui n’a toujours pas eu de réponse de votre part malgré de très insistantes demandes de la mienne :

                Pourquoi faire un procès d’intention en légitimité démocratique au comité de rédaction d’Agoravox après l’installation du système anti-trollage et ne l’avoir jamais fait auparavant, alors que sur ce problème précis rien n’a changé ?


              • (---.---.162.15) 9 novembre 2006 18:41

                Sylvain, je comprends que Carlo a donné le sens que vous signalez à « pertinent », moi aussi au début j’ai cru que c’était un bon terme, mais l’expérience nous montre que de nombreux lecteurs ne donnent pas le même sens à ce mot, parce qu’il n’est pas assez explicite.

                C’est pourquoi je voudrais un autre mot qui indique plus clairement qu’il s’agit de mettre en retrait les messages polluants et donc empêche (ou réduise fortement) la dérive que vous avez raison de signaler.

                Am.


              • Demian West (---.---.255.135) 9 novembre 2006 18:55

                Sylvain et Carlo,

                Selon Jean Dubuffet, qui fut l’artiste contemporain français le plus important du XXè siècle : la pertinence était d’être impertinent et l’impertinence était la seule pertinence.

                Donc, tout bon commentaire doit être replié selon l’état de la société convenue. Et la censure des commentaires sur AgoraVox retire tout avant-gardisme à ce site du retour à l’ordre et jamais futuriste.

                Demian West


              • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 10 novembre 2006 10:23

                Depuis le début j’ai signalé mon désaccord sur la mesure envisagée et j’ai cru qu’elle ne serait pas décidée sans un large consultation des agoriens.

                Ce qui m’a fait réagir avec vigueur c’est la décision de refuser mon article sur le sujet sous un prétexte non pertinent en me signifiant qu’il n’apportait rien de nouveau ; ce qui est et reste faux au regard des commentaires qu’il a suscité après sa publication à titre de commentaire. Nul n’avait, comme l’a reconnu nombre d’agoriens et même Carlo Revelli dans une réponse qu’il ma faite, avant mon article soulevé la question avec autant de rigueur sur les dangers pour le débat démocratique de transformer le site en « foire du trône » dans laquelle les plus irresponsables (qui ne répondent ainsi pas de leur actes en les justifiant) pouvait se donner le plaisir de faire un carton sans avoir à faire aucun effort intellectuel. La prime à la bêtise me semblait patente et le suite des éènement m’a donné raison. Le jeu style Star’Ac s’est affirmé.

                Le comité de rédaction est et me semble intouchable : il suffit de critiquer une de ses décisons concernant le fonctionnement du site pour que cette critique soit retoquée sans justification autre que purement formelle et en l’occurence objectivement fallacieuse.

                Si cette explication ne vous suffit pas c’est sans doute que nous n’avons pas la même exigence démocratique.

                Je pense que l’affaire n’est pas terminée et j’en vois pour indice que C.Revelli me propose de me porter candidat au comité de rédaction ; encore faudrait-il que celui-ci soit responsable des décisions qu’il prend et donc qu’il prennent en compte les enjeux du débat qui concerne l’esprit démocratique du site qui ne peut sse reconnaître dans de simple sondage d’opinions injustifiée sans perdre son sens..

                Laissons les élections là où elles doivent être, dans le domaine politique (fonction de pouvoir) mais surtout ne l’étendons pas au demaine de la liberté de penser sauf à confondre la démocratie avec la tyrannie de la majorité (titre que j’avais proposé pour mon article refusé).


              • jlhd (---.---.35.202) 9 novembre 2006 14:15

                Moi qui déteste les gros mots je dois dire que tant de part de la dame que des deux messieurs jamais ce mot abominable cette injure grossière je veux dire le mot ENTREPRISE n’auta été prononcé quelle tranquilité ?? c’est dire ou en sont encore nos cryptomarxistes


                • melanie (---.---.121.158) 9 novembre 2006 21:17

                  Les sujet était : Les relations internationnales et le Défi Environnemental ...

                  Tu la mets où l’entreprise ?

                  Tu fais des écodes sup de co et ça t’obsède ?


                • MOUTON NOIR (---.---.138.155) 9 novembre 2006 14:26

                  « La Région Poitou-Charentes respecte le protocole de Kyoto ! »

                  Super Ségo ! Magnifique !

                  Demandez à ses collègues socialistes de la région leur avis sur Ségo et sa façon de travailler ... Elle va faire son plus mauvais score dans sa propre région à mon avis...


                  • melanie (---.---.121.158) 9 novembre 2006 21:21

                    Oui et alors ?

                    Si l’ensemble des villes, régions respectaient effectivement une réduction de l’emission de ges et les entreprises de ces régions un peu plus les quotas d’émissions, nous ne serions pas en permanence morigénés par Bruxelles et n’aurions pas à payer des indemnités pour non-respect des directives environnementales européennes.


                  • siras (---.---.182.10) 9 novembre 2006 19:10

                    Malheuresement depuis l’arrivée de madame, le poitou a perdu beucoup trop. Donc ont ne peut que contaster son echec ici aussi. Donc surtout pas d’elle. merci.


                    • caturia (---.---.30.6) 9 novembre 2006 19:22

                      Mme Royale soulève parfois quelque interrogation mais à côté d’un vrai nul er d’un flamboyant qui ferait un excellent ministre technique dans l’économie et la finance, il n’y a pas d’autre candidat qui ait quelque accent de nouveauté.

                      Et par conséquent, les jeux sont faits.


                      • merdalors (---.---.237.169) 9 novembre 2006 19:42

                        @ Lilian:tu sembles admiratif de l’attitude des journalistes dans ce débat sur la chaîne parlementaire:je les ai trouvés pitoyables:sans arrêt à lui couper la parole,lui tendre des pièges et tenter de la déstabiliser.C’était assez ahurissant...Perso,je me poilais et j’imaginais ces mêmes journalistes interwievant Sarko :" je n’ai pas fini ma phrase !!!Oh excusez moi,je vous laisse trente-cinq minutes pour développer...Vraiment comme cette télé est devenue répugnante par la dissymétrie de ses positions !


                        • melanie (---.---.121.158) 9 novembre 2006 21:12

                          Est-ce là le sujet où est-on passé au café philo ?

                          Peu importe le bagage intellectuel de chacun, qui en soit n’ajoute rie, sinon un étalage un peu narcissique, l’important c’est la justesse des arguments et leur cohérence.


                          • melanie (---.---.121.158) 9 novembre 2006 21:25

                            OUPS !

                            Ce message s’adressait à Sylvain Reboul cf plus haut....


                          • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 10 novembre 2006 10:38

                            C’est très exactement mon avis : c’est bien pourquoi je suis contre le fait de voter sur un texte ou commentaire qui tendrait à l’écarter du débat et pour une réponse argumentée en cas de désaccord : un tel vote est une prime à la paresse intellectuelle et à la bêtise, c’est le la porte ouverte aux pires trolls : ceux qui ne disent pas leur nom. Le respect de la pensée comme réflexion et non comme réaction subjective me semble ici indispensable dès lors que l’on veut faire de ce site un lieu ouvert et citoyen de la liberté de penser.


                          • (---.---.153.190) 9 novembre 2006 21:12

                            Le Poitou !


                            • (---.---.153.190) 9 novembre 2006 21:18

                              c’est le bon sens bien de chez nous, le jardin potager à la française bien argumenté avec ses plans de salade tirés au cordeaux, c’est du Montaigne Monsieur !


                            • melanie (---.---.121.158) 9 novembre 2006 21:28

                              Quel rapport ?

                              Elle aurait été de la région de Montpellier, tu aurais trouvé, quoi ?

                              Ca ajoute quoi ta remarque ?


                            • Antoine Christian LABEL NGONGO Christian NGONGO 9 novembre 2006 22:09

                              Vous savez que les trois hommes que je viens de mentionner, voire le quatrième Bayrou, ne se sont pas offusqués, il y a quelques années quand Sarko, alors ministre des finances sous l’ère de l’EURO a augmenté les salaires des députés et des ministres. Le peuple d’en bas, n’a pas vu la couleur de l’argent, aucun homme politique ne s’est plaint de cette hausse de salaire qui n’était pas justifié. Je connais et je vois des tas de personnes qui en bavent tous les jours à cause de décisions absurdes des hommes politiques. Voyez-vous, je m’en fiche qu’elle soit ou non compétente. Je veux lui donner sa chance. Et tant pis pour les mâles coincés qui se sentent gênés par cette femme de « la 6ème république » Poitou Charentes comme vous dites. smiley


                              • melanie (---.---.121.158) 10 novembre 2006 09:59

                                Tous ces hommes politiques viennent du même sérail , fermé,où on feint de se déchirer en public pour mieux se congratuler au restaurant en privé. Chirac a faiili passer à gauche, Mitterand à droite, Chirac et Rocard se cotoyaient sur les mêmes bancs...

                                Et quand on foire la gestion d’une grande entreprise privée ou publique, on est assurée par cooptation d’un poste au chaud...comme Ministre de l’économie.

                                C’est un petit cénacle de types qui peuvent discuter des heures pour le plaisir de la rhéthorique mais ne connaissent jamais la réalité qui consiste à s’occuper des soigner et laver leurs enfants , de trouver, une crèche et de faire la cuisine pour le couple au quotidien.

                                C’est cette vacuité et ce temps hors du temps qui avait résolu Françoise Chandernagor à quitter le petit milieu des politiques pour s’occuper de la « vraie vie ».


                              • caramico (---.---.211.67) 10 novembre 2006 09:41

                                je vous laisse un pronostic qui n’engage que moi :

                                Si Ségolène n’est pas choisie par le P.S, c’est Bayrou qui en profitera.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès