Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Programme du PS : un vague enchantement !

Programme du PS : un vague enchantement !

Vaguelette enchantée ou Tsunami de gauche dans le marigot du même nom, nous sommes enfin fixé !

On l’attendait depuis au moins 2002. C’est à dire depuis que ce parti a fait LA découverte capitale. Il ne suffit pas de s’auto proclamer « camp du bien et de la construction de l’avenir radieux réuni » pour convaincre les électeurs. Il faut aussi leur expliquer un peu. Non seulement où l’on va, mais aussi, ne serais ce que « vastement », comment on va y aller.

C’est chose faite ou en tous cas, en « devenir » ce qui à gauche revient à peu prêt au même.

Enfin ! Nous avons des éléments sur leur « vaste » programme !

On va peut être enfin sortir de la stratégie « peopolisation » et immobilisme à outrance qui tenait lieue d’ersatz de programme à l’opposition.

A entendre le PS, on avait en effet le sentiment que les principaux problèmes du pays étaient : d’une part, la taille des talonnettes de notre président ; la marque des sa montre et les lieux de villégiature de ses Ministres. Si on ajoute que Marine Le Pen était alternativement, « au fond une très brave femme », dés lors que son score pouvait handicaper Sarkozy au second tour, mais redevenait, à idées constantes, « une fasciste pire que son père », si elle risquait de faire chuter le PS au premier tout…On pouvait penser que seul les personnes avaient de l’importance.

Sans parler du purement interne avec ses fines balances entre candidats distinguables, et encore pas toujours, par leur millésime de l 'ENA et une gauche recherchant désespérément si l’un d’entre eux était moins décrédibilisé que les autres et susceptible de gagner quelque soit du reste son programme. Genre, « le pouvoir pour le pouvoir ». L’important c’est de gagner, ce qu’on fera après, on verra bien…

 Et pour le reste ? Retraite, réforme de l’état ? On ne touche à rien ! C’est l’héritage sacré du CNR. Interdiction de ravaler les murs de la maison parce que c’est grand papa qui l’a construite. Bref, le fils de famille mal sorti des jupes de sa mère. La grande tradition Mitterrandienne, le ni ni. Comme on ne sait plus ce qui est le pire des nationalisations ou des privatisations, au bénéfice du doute, on ne touche à rien et on ne prend surtout aucune décision. D’ailleurs, on en est toujours la.

Jamais nous n’avions eu une gauche aussi étroitement dépendante des programmes de droite et aussi conservatrice. On ne va pas faire une liste de nationalisation parce que ce serait un bon outil de politique économique. Non, on va re nationaliser ce que la droite a privatisé. Et on ne sait pas si ils vont privatiser ce qui a été nationalisé de fait sous Sarkosy, mais on ne peut pas l’exclure vu l’expérience Jospin. On ne va pas proposer un abaissement de l’age de la retraite, ou un passage au 30 heures, qui « créerait tellement d’emploi ». Non, on va revenir minutieusement à la situation ex ante… On ne touche à rien, et la ou cela aurait bougé, on repart en arrière.

Si on n’était pas en France et si ce n’était pas la gauche, on appellerait cela du conservatisme borné.

 C’est finit Ni Ni ! Le PS étant un grand parti démocratique, et dés lors qu’il a un programme, ce ne peut être que celui de tous les candidats ou de n’importe lequel d’entre eux d’ailleurs. Où alors à quoi ça sert de sortir le dit programme avant les primaires ? Et, comme pour renforcer encore ce « vaste » ? « Vague » ? Consensus (même moi je m’y perd), Martine en profite pour publier ses propres propositions personnelles, habilement avalisées par un « laboratoire » d’experts ad hoc….

 On va enfin parler politique et avenir du pays.

 Et évidemment, cela commence par un immense éclat de rire. Ils vont nous…………« Ré-En-Chan-Ter La Vie ».

 Si si ! C’est écrit ! j’ vous jure ! Et là, c’est sur que ce n’est pas un lapsus. C’est bien la terrifiante franchise de gauche. Ils sont tellement surs d’avoir raison qu’ils ne pensent même plus à essayer d’emballer le fond de leur pensée. Parce qu’ici, le mot existe et a un sens clair.

Enchanter signifie en effet soumettre une personne ou une chose grâce à l’action de charmes, c’est-à-dire de formules incantatoires (chants, psalmodies, paroles magiques). Pour plus de détail : http://fr.wikipedia.org/wiki/Enchantement.

Venant d’un parti de profs, d’universitaires et de fonctionnaires recrutés sur concours, il est absolument impossible d’imaginer une insuffisante maîtrise de la langue française.

 D’autre part, c’est bien ainsi qu’ils abordent et traitent de facto les problèmes politiques et sociaux. On se souvient par exemple, des cohortes d’animateurs se rendant, à grands frais, dans les banlieues. Le but ? Aider ceux qu’ils ne nommaient pas encore les « sauvageons » à exprimer pour le résoudre, leur malaise existentiel. Surtout, bien cerner ses causes profondes : leur « exploitation capitaliste par l’élite ultralibérale mondialisée ».

L’"oralisation" est la solution de tous les problèmes chez ces pédagogues et psychologues nés.( chez eux, c’est comme cela que l’on appelle les incantation)

Souvenez vous aussi. Ici, on parle de « démocratisation », mais la dernière fois, c’était « participation ». Pendant la campagne, il n’était évidemment pas question que qui que ce soit d’autre que la candidate prenne quelque décision que ce soit. Mais tous avaient le droit d’en parler entre eux et autant qu’ils voulaient, avant ou après qu’elle-même ait décidé et de psalmodier avec elle. En langage de droite, cela s’appelle cause toujours. On y reviendra.

Le pire, c’est que cela fonctionne ! Qui ne se souvient avoir vu aux infos, sur les chaînes de service public, des caïds de banlieue et autres narcotrafiquants, (de couleur indéterminée pour ne pas tomber sous le coup de la loi) expliquer doctement et sous la dictée, à des journalistes sympathisants, et généralement intermittents du spectacle à FR3 région, qu’au fond, « ils se sentaient victimes d’une société injuste qui les rejetait ».

Et au second tour, même Arlette, pour le coup littéralement « envoûtée », a finit par croire que Royal était à gauche.

Enfin, dont acte : Avec Sarkozy, on était revenu un peu dans le réel : « on ne peut plus continuer à dépenser à tous va, à crédit, sans se demander pourquoi et comment et sans penser aux générations futures et c’est douloureux mais il faut le faire ».

On va revenir à la douillette « pensée magique ». Vous inquiétez pas les gars ! « Les autres » payeront ! Abracadabra ! tournicoti, tournicotons ! Shazam ! Et passez muscade. 

Après la gauche Calimero en 2002, (le petit poussin a l’effroyable bonne volonté qui croit bien faire, cause des catastrophes en série et a le sentiment que personne ne l’aime : « C’est zinjuste, c’est vraiment trop zinjuste ») après la gauche Bécassine, la gauche « manège enchanté », « Captain Marvel » et Merlin l’enchanteur.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Calimero

http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Man%C3%A8ge_enchant%C3%A9

http://fr.wikipedia.org/wiki/Captain_Marvel_%28DC_Comics%29

 Quant on pense qu’ils ont Marcel Gaucher dans leur rang ! Le chantre du « désenchantement du monde » comme signe de la modernité ! Que c’est le parti de la « raison raisonnante » ! On devine que les concertations n’ont pas dépassées un petit cercle d’élus… A se demander si c’était vraiment un « laboratoire » ou bien une cave d’alchimistes.

 Il existait des « signes » annonciateurs de ce virage vers la "gauche ésotérique". Le coté déjà vu nous prouve que Mitterrand n’avait pas tort de nous annoncer qu’il croyait aux forces de l’esprit et qu’il restait parmi eux. On avait meme vu vendre des statuettes vaudou du Président. Un hasard ? Non !

Hommage aux grands anciens !

Car, signalons le au passage, malgré le caractère en apparence assez original du concept : le socialisme incantatoire et « charmant », ce n’est cependant pas tout à fait une première. Emmanuel Todd a décrit dans un des ces ouvrages un assez énigmatique parti politique Brésilien « Marxiste Vaudou » ! Il avouait qu’on avait un peu de mal à le concevoir conceptuellement de l’extérieur. Il admettait que c’était sans doute une forme culturelle un peu monstrueuse et donc génétiquement instable. Il affirmait que cela avait sans doute au moins le mérite de rendre le marxisme un peu plus gai. Nous y sommes ! En passe de « rattraper et dépasser » le socialisme brésilien !

On se frotterait déjà les mains à l’idée des futurs meetings de campagne socialiste. Mais il ne faut pas se faire trop d’illusions. Oui, en ces temps de mondialisation et même d’alter mondialisation, on échange les idées et les pratiques. Les réalités et contraintes locales l’emportent quand même. Laïcité oblige, et malgré les « forces de l’esprit », nous ne verrons sans doute pas Martine en transes habitée, « possédée » par « Dieu » façon Jack Lang (Mitterrand est en moi !) Et avec son projet non violent plus la contrainte écologique, on aura même pas les sacrifices de poulets. C’est égal on risque de ne pas s’ennuyer !

Dans un second temps, on rit moins.

Le programme est toujours le même. Des crédits et des postes pour la fonction publique avec une source de financement simple et de bon sens : faire payer les riches (dans le truc d’Aubry cela s’appelle « réforme fiscale » et « plus équitable », mais je traduis pour ceux qui n’auraient pas compris).

Ce n’est pas absolument bouleversant d’innovation et de créativité. On a « vastement » l’impression, non seulement d’avoir déjà entendu cela quelque part, mais même, d’avoir déjà essayé, et sans grand succès.

Attention toutefois : avec les chiffres qui courent sur les sites de gauche, les pauvres, c’est « les 10 millions de salariés à moins de 750 euro par mois », beaucoup d’entre nous risquent de se retrouver sinon riches, du moins virilement appelés a contribuer, plus vite qu’ils ne croient.

 Mais après tout, tous cela, ce sont des options possibles en démocratie.

 On se reprend à sourire quand il est question, en une demie ligne de « développer l’emploi des jeunes et de soutenir l’industrie ». Le comment n’est évidemment pas expliqué, mais on se dit que quand même, quelques leçons de 2002 ont été entendues. Il faut bien faire allusion aux besoins du reste de la population sauf à continuer à se demander « pourquoi les pauvres votent a droite ».

Là ou on ne rit vraiment plus du tout, ou alors jaune c’est dans les grandes ambitions affichées.

Redonner du sens !? Changer de civilisation !? On sent qu’on est dans du sérieux, dans du lourd ! Peut être même sur la vraie question de fond.

Ces ambitions ne sont pas non plus illégitimes en elles mêmes. D’ailleurs, lesquelles le sont en démocratie ? En revanche, elles posent un choix de société très clair

- Il y a un camp, qui attend du politique, à travers l’Etat et ses personnels appointés, qu’il donne un sens à la vie des gens. L’état va nous « changer de civilisation ». Et à nos frais.

- Il y a un autre camp qui pense que le sens de la vie est l’affaire de chacun. Que le politique est l’art de gérer le « vivre ensemble ».

- L’un qui pense que si on a une majorité, même forte, cela n’interdit pas aux minorités d’exister et d’être respectées. Y compris si elles on un autre « sens de la vie » ou un autre « choix civilisationnel ».

- L’autre qu’à partir de 50% plus une voix, on peut « changer de civilisation ». Excusez du peu !

- L’un qui sait qu’une société, une civilisation produisent des Etats.

- L’autre qui croit que c’est l « Etat qui doit accoucher la société ».

 Et là, on est vraiment dans du déjà vu. Moi, qui vis en Russie, cela me rappelle même « les heures les plus sombres de notre histoire… »

Ils en sont vraiment là !?

Oui ! Et même si cela est tellement intégré à leur subconscient qu’ils ne s’en doutent peut être pas eux même, le politique qui avec l'outil de l'Etat, accouche d'une société nouvelle, c’est bien un programme bolchevique.

On voit bien comment ils ont traduit Koulaks (société du mépris, du spectacle mais nous savons tous que les « sociétés », à la fin, ce sont toujours des hommes concrets). On se surprend à chercher comment ils ont traduit avant-garde et dictature du proletaria. Peut être un « vaste » quelque chose dans l’idée incompréhensible que « la présidence s’est affaissée » et qu’il faut « rééquilibrer les pouvoirs » ?

Pourquoi je ne parle pas de l’aspect totalitaire contenu dans le « projet éthique et vérité » ? Parce qu’il ne faut pas trop en demander, Expliquer à un électeur de gauche la différence entre faire respecter la loi, dicter la morale et révéler la vérité au peuple, en ces temps de Zeymourisation c’est, et trop compliqué, et trop dangereux a la fois.

 Sous un « tunning » de dessin animé pour enfant, la gauche semble mal libérée de ses vieux démons assez inquiétants.

 Conclusion, on a changé d’emballage, mais qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse...

 Un changement majeur toutefois : cette fois, on va perdre, à gauche !

On avait la « Madone du Poitou » qui psalmodiait « tous ensemble tous ensemble » dans une sorte de néo catholicisme défroqué pour rogner sur le modem. Evidemment, cela ne l’empêchait nullement de vouer aux gémonies, non seulement tous ceux qui votaient différemment mais aussi une bonne part de son propre camp.

Changement radical de stratégie ! Tous à gauche !

On a maintenant Martine/Zebullon, qui fait plus dans les incantations, les contes de fée, genre arts et traditions populaires, recettes de bonne femme , médecine alternative ou rebouteux de village. Sans doute plus efficace pour capter les voix laïques et écolo des gauches marginales.

C’est, enfin, le grand virage à gauche annoncé du PS. On revient aux fondamentaux. Avant on essayait d’être compris par un peu plus de la moitié de la population. C’est finit.

Il faut bien voir qu’aucun électeur de droite ne peut lire des trucs pareils sans éclater de rire. Désormais, Martine s’adresse exclusivement à son camp, à son cœur de cible. Le retournement du discours au second tour, si la question se pose ne va pas être simple.

 Et un « trou noir » du « sens » qui n’est pas nouveau non plus. Civilisation dans un seul pays ?

On ne nous dit pas ce qu’il adviendra de ceux à qui notre civilisation ne déplait pas tant que cela. Et je pense évidemment à nos voisins. Je ne vois pas qu’il soit question de demander leur avis à ceux des français, éventuellement et conjoncturellement minoritaires, qui ne partageraient pas la grande ambition.

Si je crois avoir réussi à décrypter plus ou moins le reste, sur ce point, j‘admet rester un peu dans le flou. On « change de civilisation » tous seul comme des grands dans notre coin, ou on convainc parallèlement nos petit camarade de civilisation ? Et comment ?

« Civilisation dans un seul pays » ou « internationale civilisationnelle » ? Le débat n’est pas neuf et n’est visiblement toujours pas tranché.

Mais enfin dans l’ensemble le projet reste le même :

Nous rendre heureux, malgré nous si il le faut et de toute façon à nos frais, à grand renfort d’état, de service public et d’impôts.

C’est aussi comme toujours, le même « centralisme démocratique ». La "démocratisation Martinienne" est l’autre nom de la "participation Segolenienne". Il ne semble pas avéré que les militants autres que ses proches aient délibérés du changement de civilisation, mais il semble à peu prêt certain qu’elle n’a pas demandé l’avis des autres candidats. En tous cas, elle ne les a pas associés à la proclamation du projet « collectif et démocratique ». Le Monde, qui s’y connaît en démocratisation et participation, commente. « Martine marque son territoire ». Ca commence plus tôt mal au sein du parti qui « préfère les solutions collectives à l’individualisme forcené du néo libéralisme égoïste. Enfin, quand je dis commence… C’est par politesse.

« Gauche guépard ? » ou Gauche « Charmed »

Bref, c’est la gauche « guépard » tout changer dans les formes pour que rien ne change sur le fond, comme le voulait les aristocrates du roman de Lampedusa. Le monde bouge, nous persévérons dans l’être. D’aucun nomment également cela « le bougisme.

Mais c’est aussi l’héroïne de la série « Charmed ». Comme la bonne sorcière Piper Halliwell, Martine peut à la fois arrêter le temps, (elle voit le monde comme en 1867), et faire exploser les démons !

 Et pourtant, elle parait lucide. Elle dit elle-même qu’ils se plantent parce qu’ils replâtrent au lieu de reconstruire. Mais il s’agit des autres bien sur….

 Martine ingénieur en chef des monuments historiques ?

Avec elle, c’est promis, non seulement on replâtre, on re-ponce, on re-ravale, et on repeint avec des so-cié-tés : Y a pas a dire, c’est du travail soigné, Façon monument historique, à la feuille d’or, genre Dôme des Invalides, Pour un peu, on croirait avoir affaire à du neuf, mais l’objet reste quand même dans son jus. Il y a même la petite touche de modernisme qui fait que de loin cela aurait presque l’air vivant ou moderne. Vous voyez ? La pyramide du Louvre, les colonnes de Buren…. Déclinons ces sociétés !

- Société du « care » ?! Là, j’admet, je ne suis pas sur d’avoir compris. .Les soins cosmétiques remboursés par la sécurité sociale ? Il s’agit sans doute plus tôt d’une société « Docteur Knock ». La moitié de la population soignant l’autre et vice versa. On s’y achemine clairement vu la pente des dépenses de la sécurité sociale si on ne fait rien. Cela est confirmé ci-dessous.

- Société du « soin mutuel »…. !? Moi aussi j’ai réfléchi plusieurs fois. C’est la traduction de la précédente, mais avec « mutuel » en plus. Je crois que j’ai compris. Ce n’est pas juste pour les non anglophones, dans un louable et tout nouveau souci des bacs moins4 comme ils les appellent entre eux, de ce fameux « peuple » dont on se demande pourquoi il vote à droite. C’est pour expliquer que « non, ce ne sont pas seulement des crédits et des postes », mais que tout un chacun sera appelé à seconder gratuitement les efforts payant des fonctionnaires pour que nous nous aimions les uns les autres. Nous allons nous entre lécher nos petit « bobos », avec ou sans jeux de mot au choix.

- Société du « bien être » : Franchement ré-enchanteur mais un peu poussif peut être. Une idée ? Dans le feuilleton « la Demoiselle d’Avignon », il y avait un « Ministre de la Joie de vivre » Cela ne veut pas dire grand-chose non plus mais ça fait plus proactif, moins charentaises non ?

- Société de la « transition » sociale écologique : Très fort ! Des faux airs de « sortie du capitalisme » sans le dire tout en le disant, mais « quand même, et cependant, pas pour tout de suite, vous comprenez parce que…enfin, vous voyez ce que je veux dire…. » A l’époque, on disait, le communisme comme étape de la construction du socialisme et il faut bien admettre que c’était quand même plus clair même si moins « charmant ».

- Et enfin un « socle industriel ré-armé » dont on ne sait pas si il donnera la priorité à l’industrie lourde, comme au bon vieux temps, mais qui sera « in-no-vant ». Le créatif étant réservé aux sociétés ci-dessus.

Que d’incantations en perspectives pour la campagne ! In-no-vons ! Cre-a-ti vons !

Les méchants pourraient prétendre que la « transition écologique sur socle industriel en béton armé », ce n’est jamais qu’une nouvelle mouture de la « civilisation agro pastorale en milieu urbain » de Mitterrand. Mais ce serait injuste. C’est au contraire la preuve que Martine qui a bien travaillé trois ans dans l’industrie et pas juste émargés comme figurant auprès des cosmétiques vichystes devine qu’il pourrait bien exister une économie. C’est un notable progrès à gauche.

C’est sur qu’à ce stade de la lecture, on finit par se demander si on comprend encore de quoi on parle ou si au contraire on le comprend trop bien…..Mais dans les deux cas, il va falloir voter.

 Maintenant que l’on peut croire avoir « vastement » compris, reste la question du vote. Pour moi, c’est clair, Moi aussi je me dois à mes grands anciens. Je suis protestant et je vis en Russie. Des Etats qui voulait nous enseigner la vérité, nous expliquer le sens de la vie et nous convertir à leur civilisation, on a déjà vu. Si cela devait dépasser le stade de « l’incantation », alors je ne sais pas. Les grands pères, eux, ils ont pris le maquis. En attendant moi je voterai pour n’importe quel candidat de droite. Oui, même Le Pen. Apres tout, au final, fermer les frontières, sortir de l’euro, voir obliger tous le monde a manger du saucisson, cela me parait aussi irréaliste mais potentiellement moins dangereux. Et puis Madame le Pen, au moins, je n’ai pas l’impression qu’elle cherche a me « chatouiller le sens de la vie » ou a me « gratouiller la civilisation ».

Maintenant, franchement ? Non, blague dans le coin ? Si vous êtes vous même de gauche et que vous appelez tous cela de vos vœux, (la civilisation, les incantations, le bien être transitionnelle, le « care » ré armé et autre relations agropastorales en milieux urbain) Vous y croyez vraiment vous, que c’est ces gens qui vous les donnerons ?

 Si la réponse est oui, c’est que « quelque part » comme on dit chez vous, vous etes déjà « enchanté »

Mais si au vu de ces inepties, vous pensez que « Vague du Poitou ou Madone enchantée », il faudrait quand même aussi un vrai programme, je crois qu’il est urgent de vous mettre au boulot. Evidemment, entre participatude et démocratisationitude, pas sur qu’on vous écoute.

Aussi, a ce stade, et pour anticiper sur la « société du soin mutuel », je tiens a léchouiller plus particulièrement au passage, ceux d’entre vous qui sont encore vraiment marxistes ou même simplement socialistes. Que Sarko soit une crapule est dans l’ordre des choses. Après tout, il est « à droite ». Mais voir s’affubler d’une défroque « de gauche » des gens qui ridiculisent aussi ouvertement vos valeurs les plus sacrées, cela doit faire vraiment mal. Соболезнование !

Bonne chance quand même, parce que moi, votant a droite, j’ai la conviction que la gauche a aussi des choses utiles à dire dans notre société et je ne les vois pas ici.

Bah, c’est peut être juste que je suis bigleux ou pas encore assez « enchanté » ou pas assez à gauche pour comprendre….. C’est pas grave….

 Mais pour revenir au coeur du nouveau projet socialiste, je suis comme vous ! Au fond, j’y crois pas à tous ces trucs ! On est quand même au XXIeme siècle. Mais quand même ! Tant que vous la laissez en liberté, moi, je ne sorts plus sans ma patte de lapin, ma corde de pendu, ma croix Vitafor et ma photo dédicacée de Sarkozy. On ne sait jamais…. !


Moyenne des avis sur cet article :  2.56/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • HASARD 7 mars 2011 11:27

    le programme du PS est écrit par le MEDEF
    les notables « de gauche » bobos sont découverts.


    • eric 7 mars 2011 11:53

      Je ne pense pas. Le MEDEF, c’est plus les comptes que les contes....


    • oncle archibald 7 mars 2011 14:34

      Un programme ne vaut que s’il est chiffré en recettes et en dépenses ...S’il faut faire une loi de plus je n’en vois qu’une : interdiction de proposer quoi que ce soit dans un programme politique sans dire combien il coûtera de le réaliser et comment on financera cette dépense .. et ce à tous les niveaux depuis la commune, canton, département région, état .. Pas d’élections sans chiffres et possibilité pour les électeurs de virer l’élu à mi mandat s’il ne tient pas la route .. peut-être alors aurions nous enfin des programmes pragmatiques et efficaces, autre chose qu’un panier de promesses à bon marché cent fois répétées et jamais tenues .. pour la simple raison qu’elles sont intenables.


      • eric 7 mars 2011 17:39

        A oncle archibald, je ne pense pas non plus qu’il faille être trop rigide la dessus, on ne peut pas ne pas chiffrer un peu, mais on ne peut pas remplacer la politique par de la comptabilité. Quand on voit que même au niveau d’une PME, même un plan annuel doit être révisé en cours d’année, on imagine pour un pays. Mais de toute façon, ce que je reproche au programme PS est moins d’être irréaliste, ce qu’il n’est pas, on peut très bien augmenter les impôts, les fonctionnaires, que d’avoir des visées explicitement totalisantes,pour ne pas dire autre chose. Changer la vie, lui donner un sens, transformer la civilisation. Toutes choses qui me paraissent aussi prétentieuses que dangereuses pour la démocratie.


      • oncle archibald 7 mars 2011 20:04

        On peut très bien augmenter les impôts et faire vivre à coups de subventions et allocations diverses tout ce que la terre compte de miséreux, ce que notre vilain Président actuel ne veut pas, mais bon, encore faut-il le dire clairement avant d’être élu .. et chiffrer les incidences de la bonté d’âme sur le budget, et préciser qui supportera la charge supplémentaire .. Jusque là bien d’accord avec vous ...

        Cependant je crois qu’une très grande majorité de français sait très bien que tout ne va pas si mal sous le ciel de France, n’a aucune envie de révolution, et souhaite simplement une gestion plus pragmatique et plus conforme aux « valeurs de la république » ... La différence entre la droite et la gauche, lorsqu’elles sont au pouvoir, c’est donc simplement le réglage des robinets, ceux d’en haut qui remplissent le grand chaudron et ceux d’en bas qui redistribuent la bonne soupe .. Et pour se choisir un gestionnaire suivant son idéal ou son intéret, il faut bien savoir à qui on prendra le pognon et ce qu’on en fera .. Cela me parait d’une simplicité telle qu’il est bien difficile de le contester .. 

        Or pendant les campagnes on fait danser devant nos yeux les petits éclats de verre du miroir aux alouettes, on nous promet monts et merveilles, tous nous aurons plus en votant machin-chose... Au lieu de nous dire la vérité qui est : on ne pourra pas modifier grand chose mais quand même ... On va prélever l’impôt d’une façon moins inéquitable, on demandera à tels ou tels de payer plus et tels ou tels paieront moins, et avec la manne récoltée on va pouvoir faire en plus ci ou ca .. moi ça me suffirait de savoir cela pour choisir mon candidat, et en plus j’aurai l’impression que pour une fois on ne me prendrait pas pour un con !! 

      • eric 7 mars 2011 21:23

        A Oncle archibald, personnellement ma démarche a été un peu différente. Il y a en a un qui a dit, on a déjà 50% du pib en prélèvements, et si on les gères mieux a 10%, on a plus de fric qu’en augmentant les impôts de tous le monde, a part cela je suis d’accord avec vous


      • non667 7 mars 2011 22:47

        à oncle archibald
        vous êtes fou ? vous voulez une vraie démocratie !
        sans chèque en blanc ? smiley


      • eric 8 mars 2011 00:14

        A non 667, par définition, l’exécutif d’une démocratie doit avoir un minimum de chèque en blanc pour pouvoir réagir et décider. Ce que vous nomme vraie démocratie ne serait possible qu’en avenir certain et si tout était simple. D’ailleurs, cela est prévu par la constitution. La vraie démocratie, c’est qu’il doit rendre des comptes après. C’est d’ailleurs ce que nous avons en France...


      • oncle archibald 8 mars 2011 08:56

        «  Il y a en a un qui a dit, on a déjà 50% du pib en prélèvements, et si on les gères mieux a 10%, on a plus de fric qu’en augmentant les impôts de tous le monde »

        Vous voulez dire qu’il faut intervenir sur les robinets d’en bas, ceux que parfois on laisse couler dans le caniveau sans que l’eau serve à personne ??? Je suis bien d’accord sur cette notion de « bonne gestion de l’argent public » .. 

        En revanche 50% de prélèvements uniformément répartis quels que soient les revenus de la personne , ce qui est à peu près le cas aujourd’hui, c’est pour moi carrément insupportable ... Les prélèvements devraient être beaucoup plus proportionnels aux revenus et beaucoup moins « aveugles » comme la CSG, les taxes sur les carburants et la TVA .. 

        Je sais bien que cela est difficilement envisageable mais j’aimerai qu’il n’y ait qu’un seul impôt qui servirait aussi au financement sociaux et qui serait à taux variable, par tranches soigneusement calculées ... Je n’arrive pas à imaginer une meilleure façon de satisfaire à la « fraternité » revendiquée sur les frontons de la république.

      • Daniel Roux Daniel Roux 7 mars 2011 17:25

        Sarkozy est un incapable qui a tout rater même ses mensonges. Que le système électoral l’ait sélectionné est la démonstration de la faillite démocratique de notre nation.

        Cet article est de pure mauvaise foi jusqu’à en être ridicule. Citer Sarkozy vilipender les dépenses sans dénoncer le gouffre de la dette qui lui est directement imputable sous Balladur puis pendant son quinquennat, c’est de la malhonnêteté.

        Ressortir, parmi d’autres lieux commun et non argumentés, « la bécasse du Poitou » pour parler d’un Présidente de région, issue de l’ENA, réélue par ses électeurs avec brio, c’est perdre tout crédit et insulter l’intelligence des lecteurs.

        Eric ferait mieux d’aller jouer avec les enfants de son âge (mental).


        • eric 7 mars 2011 17:38

          "Tout les problèmes du partis socialiste viennent du manque de démocratie à l’intérieur de ce parti. Lorsque les candidats locaux sont imposés par la direction régionale voire nationale et non pas par les militants, ou lorsque le bourrage des urnes et le trafic des résultats sont pratiquement institutionnalisé, aucune légitimité des élus n’est fondée. Comment un parti et surtout des cadres, incapables d’organiser une élection honnête peut il prétendre à gouverner la France ?"

          De qui est-ce ?


        • Daniel Roux Daniel Roux 8 mars 2011 17:26

          @ Eric et Calmos

          Critiquer, certainement mais avec des argumentant et non pas des idioties ou des mensonges.

          Amusez vous mais ne vous faites pas de mal.


        • eric 8 mars 2011 20:00

          A calmos : pourtant, la citation présentant le pS comme parfaitement incapable de gerer la France démocratiquement est bien de lui, de Daniel Roux En cela son jugement est plus severe que le mien. Je pense que le PS pourrait gérer et même démocratiquement, parce que pour le pays, il y a trois gendarmes externes, la constitution, le système judiciaire et le peuple. Mais je tire de son ebauche de programme l’idee subjective que cette gestion sera mauvaise mais surout qu’il ne dira pas ce qu’il fait et ne fera pas ce qu’il dit.


        • Kalki Kalki 7 mars 2011 17:38

          Salut l’auteur

          dans un monde ou le travail disparait
          d’accord

          comment les gens vives, et on de quoi vivre, pour vivre

          c’est pas plus compliqué la question

          et on dirait vous vous placer du genre j’ai 10 millions en compte en banque

          1) ce qu’on remarque avec les riches, c’est que leur richesses ne redescend pas dans l’économie réel

          2) ce qui travaille s’appauvrissent, et que la génération d’aujourd’hui n’ira pas jusqu’a la retraite

          3) les gens sont en train de crever, ou de suicider, ou de tuer leur famill et autres, en tout cas de souffrir, de prendre anti déprésseur

          alors vous qu’est ce que vous dites ?

          solutions :
          a) on met de four, et des camps ! et on se rend compte finalement que on pourrait bruler tout le monde , car en fait le petit bourgeoisie, on en a pas besoin non plus, et en fait le nombre de personne nécessaire pour produire de richesse et d’économie et toutes ces conneries, est en fait ZERO : il n’y a pas besoin d’être humain du tout. Alors bon dans ce cas autant tout faire péter, ca ira plus vite : soyez des hommes , et non des imbéciles petits chiots qui croient pouvoir s’attirer alors que ces des petites merdes qui croient pouvoir s’en tirer longtemp en acceptant la pyramide du malheur. Je vous rappelle que vous n’etes pas EN HAUT DE LA PYRAMIDE : et dans ce cas vous y passé
          b) on fait une allocation universelle

          POINT


          • Kalki Kalki 7 mars 2011 17:39

            C’est pas plus compliqué a vous de choisir

            je ne doute pas de la connerie inscrite dans des individu et dans le collectif


          • eric 7 mars 2011 17:42

            A kalki : rien compris, vous deviez répondre a autre chose ?


          • D'oeuf rance D’oeuf rance 7 mars 2011 20:02
            Mais « lol » !

            Hello, je me présente (aux élections ?) : V-(H)érité !
            - Aucune chance ! 
            - Tellement songe ?... (traduction phon’éthique libre)

            Bonjour, mon nom est A-Venir !
            - Enchanté !

            Salut, je suis Présent !
            - Cadeau ? 
            - Président ?
            - Instant T ?
            - Passe le T moins à A Venir...
            -Terrien t’es (moins) [que] rien !

            Эрик Президент ! smiley


            • sisyphe sisyphe 11 avril 2012 19:12

              Une longue litanie des arguments et éléments de langage de l’UMP du kondukator qui est le SEUL responsable de l’état calamiteux où il a conduit notre pays ; explosion de la dette, du nombre de chômeurs, du déficit commercial, de la mise à sac de l’école, de l’hôpital, de la mise sous le boisseau de la justice, de la privatisation du pays, livré aux mafias financières, de la paupérisation, perte du triple A, et ils viennent encore se poser en donneur de leçons : non seulement bêtes, mais surtout nuisibles.

              Que cette engeance soit renvoyée à sa vraie place : en taule pour les responsables, et aux oubliettes de l’histoire pour les comparses..

              Les 10 dernières années auront été les pires de l’histoire contemporaine de notre pays, sur tous les plans ; social, sociétal, économique, financier, international ; vite, débarrassons nous définitivement de ce cauchemar...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès