Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Projet du PS 2012 : des convergences et des divergences avec la vision du (...)

Projet du PS 2012 : des convergences et des divergences avec la vision du MoDem

François Bayrou, président du Mouvement Démocrate, a réagi au projet du PS annoncé la veille, dans un entretien au Figaro paru ce jour :
"Il y a dans ce texte des idées que j'approuve et défends, notamment sur l'investissement des entreprises ou les institutions. Mais je suis en profond désaccord sur deux points : tous les problèmes du pays sont renvoyés à la dépense publique - allocation pour tous les jeunes, emplois d'avenir, recrutements publics, recours à l'impôt pour de nouvelles dépenses. J'ai l'impression de retrouver le jugement de Frédéric Bastiat : « La grande fiction qui fait que tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. » Et ensuite, ce qui manque, c'est la vision d'un pays actif, volontaire, qui préfère que les gens s'en tirent par eux-mêmes, qui choisit de mobiliser ses forces propres : la création, l'innovation, la recherche. L'avenir du pays ne peut pas être l'assistance généralisée."

Il y a à la fois des convergences et des divergences entre la vision (et les propositions) du Parti Socialiste et celle du Mouvement Démocrates Lesquelles ?


En effet, plusieurs idées de François Bayrou et du MoDem ont été reprises dans ce projet, ce qui est nouveau comparé à 2007, que nous ne pouvons qu'approuver, citons notamment :
- renfort des contrepouvoirs, l'indépendance de la justice (carrières des magistrats non soumises au pouvoir politique) et des médias (revenir sur la nomination des presponsables de l'audiovisuel public par le président de la république), 
- l'introduction d'une dose proportionnelle aux législatives, 
- la séparation des activités de banque d'investissement et la limitation des activité spéculatives des banques de dépôt, remettre le système bancaire au service de l'économie réelle,
- droits de douane sur les produits ne respectant pas les normes internationales/européennes en matière sociale, sanitaire ou environnementale,
- euroobligations pour financer des projets d'infrastructure européens,
- les propositions sur la réforme fiscale (fusion de l'IR et de la CSG, taxer le revenus du capital de même que ceux des bonus et des stock-options comme ceux du travail, taxe sur les transactions financières, une TVA modulables selon critères écologiques, vont dans le sens des propositions du Modem,
- une incitation à l'investissement des entreprises : la modulation de l'impôt sur les sociétés en fonction du réinvestissement des bénéfices vs distribution des dividendes, banque publique d'investissement ( cela dit nous l'avons déjà un outil avec la CDC et le FSI, reste à bien le faire fonctionner et veiller à ce qu'il ne soit pas une façon d'assurer l'exercice de vente d'actions/Stock options des grands patrons comme avec le cas Lagardère/EADS !),
- développement massif des économies d'énergie et des énergies renouvelables pour sortir progressivement de la dépendance du nucléaire et du pétrole,
- soutien à une agriculture responsable et de proximité,
- sur l'immigration, une approche à la fois intransigeante pour lutter contre les entrées illégales, juste et humaine sur

En revanche, et c'est toujours la tentation irrésistible des socialistes, le projet distribue allocations, subventions, aides diverses, encore dans un esprit d'assistanat dans un contexte non financé :
- création de 300 000 emplois publics pour les jeunes, de 10 000 postes de gendarmes et de policiers,
- allocation d'étude pour les jeunes adultes,
- retour sur la retraite à 60 ans (ou bien il faut préciser qu'elle ne vaut que pour les personnes ayant leurs annuités, ou bien ils ne disent pas que c'est au prix d'une réduction du montant de retraite),
- construction massive de logements sociaux.

Concernant le financement des nouvelles dépenses, chiffrées à 25 milliards, le projet laisse entendre qu'elles sont financées par l'impôt, ou plus exactement l'annulation d'anciennes diminutions d'impôts (exonération des heures supplémentaires, de la TVA sur la restauration, de nombreuses niches fiscales) qui s'élèvent à 50 milliards, permettant de consacrer 25 milliards par an au remboursement de la dette. Mais il ne faut pas oublier que nous étions déjà dans un contexte où ces cadeaux fiscaux se sont faits en empruntant, car nous étions déjà en déficit, donc ils ont été financés par le contribuable ! Ce qui revient à accepter que ces nouvelles dépenses soient encore financées par de la dette, donc potentiellement par les contribuables.

Par ailleurs, C'est aussi dans ses manques que ce projet est critiquable :
- très peu de chose sur le développement économique et la création d'emplois (hormis les emplois jeunes aidés) par un redéploiement de la création, de la production industrielle, des relocalisations (sauf une modulation de droits de douane, rien sur la nécessaire amélioration de la compétitivité, l'efficacité économique dans la mondialisation, qu'il ne faut pas récuser à condition de ne pas l'exercer au détriment des valeurs humaines et de notre socle de protection sociale,
- rien sur la politique étrangère, sur une vision internationale visant à réguler la mondialisation, à lutter contre les paradis fiscaux,
- presque rien sur l'éthique en politique, la lutte contre la corruption, les conflits d'intérêt, l'emprise des puissances financières sur les médias et leurs liens avec les commandes d'Etat, ...
- toutes les propositions sont quantitatives, plus que qualitatives : allocations, subventions, imposition, construction de logements, création de x emplois pour les jeunes ...

D'un côté les socialistes prônent la fraternité, l'altruisme et le "care", de l'autre ils pensent que l'interventionnisme de l'Etat permet de les exercer. Alors que ces vertus ne se décrètent pas. Il est nécessaire d'éveiller la conscience et la responsabilité citoyenne et d'impulser en profondeur un comportement plus humain pour recréer le lien social, la bienveillance et la confiance, s'appuyant sur des activités qui ne sont pas nécessairement des échanges lucratifs et qui ne passent pas nécessairement par l'intervention de l'Etat. L'individu doit être reconnu par sa valeur, sa compétence, son travail, son utilité sociale, en exerçant sa responsabilité, alors que des aides, allocations, subventions, le maintiennent dans l'indigence en l'infantilisant, en le rendant dépendant deces aides et en même temps en le dévalorisant. En ce sens, la vision "humaniste" du Mouvement Démocrate" diffère d'une vision "socialiste".

Quant à l'impôt à la source, qui paraît être une modalité de paiement plus simple et plus transparente, elle implique des effets non négligeables que le contribuable n'acceptera probablement pas facilement :
Avantage pour l'Etat : cette nouvelle modalité de paiement de l'impôt à la source revient à supprimer l'avance de trésorerie consentie à l'Etat sur une année et même plus du fait des paiements en général par tiers au titre des revenus de l'année précédente. L'impôt sur le revenu représentant environ 50 milliards, auxquels il faut ajouter celui sur le revenu du capital qui devrait aussi être concerné, cela fait donc plus et permettrait de réduire d'autant la dette publique la première année de mise en place.

Inconvénient pour le contribuable : comment les Français accepteront-il de payer la première année à la fois les impôts au titre de l'année précédente et l'impôt à la source sur l'année courante ? Soit ils empruntent (la diminution de la dette publique est reportée sur de la dette privée), soit l'Etat consent un étalement (ce qui diminuerait l'avantage ci-haut). L'Etat peut aussi octroyer une diminution d'impôt correspondant au moins aux intérêts de l'avance de trésorerie.

J'en profite pour souligner l'attitude infantile et méprisante des porte-parole de l'UMP qui se sont rués sur les micros pour critiquer le projet socialiste à l'unisson, obéissant à leurs "éléments de langage", sur le ton du mépris de la moquerie sans aborder le fond, sans répondre à l'analyse introductive très juste sur les causes profondes de nos crises et sur la critique faite au gouvernement ("ce n'est plus le care, mais l'antiquaire" pour Luc Chatel, "c'est une auberge espagnole" pour Luc Besson, "Martine Aubry vient d’inventer la décongélation électorale : son projet consiste à sortir du frigidaire dix ans après la plupart des propositions et des idées qui avaient échoué entre 1997 et 2001" pour M.P Daubresse, ou encore pour d'autres "c'est du Jospin réchauffé", "encore les vielles recettes de martine Aubry", ...). François Bayrou, de même que les autres porte-parole du Modem, répondent eux sur le fond et sur un autre ton.


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • patdu49 patdu49 8 avril 2011 08:23

    Grand sondage populaire élection présidentielle 2012 :

    http://www.pixule.com/politique/13442180759_elections-2012-si-vous-aviez-choisir-entre-ces-partis-ou-rapprochements-lequel-prefereriez-vous.html

    Sondage visible sur :

    - Son emplacement d’origine ( lien ci dessus) à faire circuler, connaitre.
    - Doctissimo ( blog, forum)
    - Rue89 ( commentaires sur les sujet politiques, société)
    - LePost.fr
    - en attente sur agoravox, de décision de publication depuis le 6 avril.

    Liens en faisant la promotion circulant sur :

    - Facebook
    - Twetter
    - Blogs, Forums, Mails
    - Agoravox et autres sites divers et variés


    • jpm jpm 8 avril 2011 09:31

      Chere Marianne, J´aime beaucoup Francois Bayrou et j´ai soutenu a ma facon le developpement du Modem. Je pense que c´est un homme honnete et cultive... et aussi tres entete. Mais pour une fois je ne suis pas daccord avec son jugement et je trouve que ces references datent un peu. Frederic Bastiat mort en 1850 a le merite d´etre ne a Bayonne certes, mais il a aussi ete un maitre a penser de Margaret Thatcher et Ronald Reagan pour sa pensee liberale, caracterisee par la defense du libre echange ou de la concurrence. 

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Fr%C3%A9d%C3%A9ric_Bastiat

      Je cite « J’ai l’impression de retrouver le jugement de Frédéric Bastiat : « La grande fiction qui fait que tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. » Et ensuite, ce qui manque, c’est la vision d’un pays actif, volontaire, qui préfère que les gens s’en tirent par eux-mêmes, qui choisit de mobiliser ses forces propres : la création, l’innovation, la recherche. L’avenir du pays ne peut pas être l’assistance généralisée. »

      Alors je me dis que nous sommes loin des discours de 2007 et des problemes de la petite retraite de sa grand-mère de Bagnères-de-Bigorre.

      Personnellement, je ne crois pas que tous les gens puissent s´en tirer par eux-meme de nos jours car il n´y a tout simplement plus assez de travail. Alors je trouve dangereux de revenir a des principes du passe, qui avaient du sens a leur epoque mais plus maintenant.
      Je pense au contraire que la liberte et le gout d´entreprendre reviendront aux gens lorsqu´il seront rassures quant a leur present et surtout a leur avenir. C´est pourquoi je soutiens le projet d´introduction d´un revenu universel et inconditionel, distribue a tout le monde sans condition, veritable filet de securite pour les plus pauvres et tout ceux qui veulent prendre des risques et creer quelque chose de nouveau. Tout le monde, quelque soit leur situation et leurs revenus, hommes et femmes, jeunes et vieux, actifs et non actifs touchent cette allocation universelle d´un montant permettant de vivre modestement mais dignement. A la difference de l´aide sociale actuelle (veritable trappe a inactivite) ce revenu de base inconditionel se cumule avec les autres revenus du travail. Ainsi chaque personne qui souhaite ameliorer son ordinaire est incitee a travailler, mais elle reste libre de decider quelle activite lui convient.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Allocation_universelle

      Ce projet n´est pas une utopie et il est tout a fait financable... par la mise en place d´une meilleure progressivite sur l´impot sur le revenu, et surtout la suppression de toutes les niches fiscales, qui favorisent essentiellement les menages aises. 

      A la difference du Che... je dirais « Soyons réalistes, exigeons le possible ».


      • Leo Le Sage 9 avril 2011 17:56

        @Par jpm (xxx.xxx.xxx.37) 8 avril 09:31
        « Francois Bayrou et j´ai soutenu a ma facon le developpement du Modem. Je pense que c´est un homme honnete et cultive... et aussi tres entete »
        L’entêtement bestial, notamment des incultes, est une de ces bétises dont on devrait débarasser l’Humanité...

        « Personnellement, je ne crois pas que tous les gens puissent s´en tirer par eux-meme de nos jours car il n´y a tout simplement plus assez de travail »
        Effectivement...
        Et il y en a qui pensent qu’il ne faut pas chercher à faire des études... smiley

        « Ainsi chaque personne qui souhaite ameliorer son ordinaire est incitee a travailler, mais elle reste libre de decider quelle activite lui convient »
        Ah bon ?
        Vu les fénéants que je rencontre, j’ai un doute...

        « je suis tres attache a la regularisation de fin d´annee, qui permet de prendre en compte tous les revenus »
        Je suis du même avis.
        Ainsi ceux qui n’auront qu’un salaire, pourront être tranquilles...

        « Par ailleurs je suis pour la suppression des niches fiscales qui me font pourtant economiser chaque annee plusieurs millers d´euros (incluant par exemple mes deductions pour soutiens financiers aux campagnes du Modem par exemple) »
        C’est ce qu’il faut faire dans le cadre général, mais il faut laisser les niches fiscales pour certains domaines stratégiques.
        Si une personne veut investir dans une PME ou dans le financement de la recherche, il vaut mieux autoriser les niches fiscales sur ces plans là.
        Certaines associations sont d’utilité publique comme les restos du coeur !


      • jpm jpm 8 avril 2011 09:48

        Quelle est la position de Monsieur Bayrou sur le prélèvement à la source ? Pour ma part, je conteste à mon employeur le droit, si ce type d´imposition était mise en place, de connaître ma vie privée dans le détail. Il ne faut pas oublier que dans le calcul de l’impôt sur le mode progressif, rentrent en compte les revenus du conjoint, ainsi que les biens personnels, immobiliers et financiers. Je vois donc un risque d’indiscrétion et d´atteinte a la vie privée. Je vois aussi a terme un risque pour le maintien de la progressivité de l´impôt qui n´est possible qu´en cumulant tous les revenus.
        Je pense aussi qu´il n´est pas souhaitable de faire porte l´effort du prélèvement à la source aux entreprises. En dehors du risque évident d´atteinte à la vie privée du contribuable potentiel cela représenterait un effort supplémentaire de gestion pour les services de ressources humaines avec une source infinie de contestation en tout genre.

        Par ailleurs à l´heure où l´on parle du poids écrasant de la dette, est-il raisonnable d´envisager une année « blanche » lors de son lancement. Certes cela pourrait être une forte incitation à travailler davantage l´année précédente, mais cela correspondrait surtout une perte sèche pour les finances de la France même si cela ne changerait pas vraiment les flux financiers.

        Ne pourrait-on pas plutôt envisager un mécanisme incitatif de paiement de l´impôt par anticipation sur une base individuelle. Ainsi, un jeune qui démarre dans la vie pourrait demander aux services des impôts une estimation de l´imposition correspondant à ses revenus et mettre en place un prélèvement mensuel correspondant à cet impôt. De la même façon un contribuable voulant anticiper le paiement de l´impôt sur ses revenus de l´année en cours, pourrait mettre en place avec les services des impôts un prélèvement mensuel indépendant du paiement de l´impôt de l´année précédente. Sa situation se régulariserait l´année suivante à l´issue de la déclaration annuelle telle qu´elle se fait actuellement.

        A l´inverse du prélèvement à la source obligatoire, ce mécanisme incitatif permettrait au ministère des finances de récupérer plus vite le montant des prélèvements à venir et donc diminuer d´autant l´endettement de la France. En contrepartie, il serait équitable de récompenser les contribuables vertueux par une ristourne sur le montant de leur impôt ainsi avancé. Apres tout ne vaut-il pas mieux cela que de rémunérer des emprunts obligataires.


        • Imhotep Imhotep 8 avril 2011 10:36

          Ne mélangez pas tout, la retenue à la source ne donne que le montant de l’impôt et non sa composition et d’autres pays y trouvent un autre intérêt : l’argent reçu est entièrement à sa disposition. Ce qui n’est pas un moindre avantage. 

          Votre argument en plus est fallacieux concernant l’Etat. Actuellement c’est le contribuable qui a un avantage et non l’état. Il ne paye que cinq mois ses impôts après avoir reçu son dernier salaire et donc parfois 17 mois après le premier. N’inversez pas les rôles pour votre démonstration. La logique voudrait que l’impôt fût payé juste après avoir reçu l’argent et non de façon décalée.
          Vous êtes sans doute pour ce genre de solidarité qui n’est valable que pour les autres quand il faut payer, mais pour vous et dans l’immédiat quand il s’agit pour vous d’en bénéficier.
          Ensuite diminuer la dette de l’Etat c’est aussi diminuer notre dette. Elle n’est pas virtuelle déléguée à un Moloch éloigné de nous. C’est notre dette et la diminuer c’est diminuer notre charge. Cela vous aura échapper.

        • jpm jpm 8 avril 2011 10:49

          Je travaille regulierement en Allemagne et donc je connais bien le systeme d´imposition a la source. Je connais egalement tres bien le systeme francais... et ce que je crains le plus avec la mise en place d´un prelevement a la source... c´est qu´a terme on remette en cause la progressivite. Pour rappel, la progressivite n´est possible que si l´on a une vision complete des revenus du contribuable.

          Je ne suis pas contre un prelevement forfaitaire a la source, considere comme une avance (en comparaison au systeme actuel ou nous payons l´annee suivante) mais je suis tres attache a la regularisation de fin d´annee, qui permet de prendre en compte tous les revenus. Personnellement je suis assez favorable a l´idee de fusionner tous les revenus pour former un revenu global impose au taux progressif. Par ailleurs je suis pour la suppression des niches fiscales qui me font pourtant economiser chaque annee plusieurs millers d´euros (incluant par exemple mes deductions pour soutiens financiers aux campagnes du Modem par exemple smiley ).


        • Marianne Marianne 8 avril 2011 11:09

          Du calme Imhotep ! JPM a raison de poser ces questions. Je précise que la proposition du PS conduit naturellement à une individualisation de l’impôt, comme le proposait Piketti dans son livre, dont s’est inspiré le PS, ce qui veut dire que l’impôt n’est pluas par foyer fiscal mais individuel (l’entreprise n’a pas besoin de connaître la vie privée des gens). Cependant, je trouve juste d’opérer un abattement en fonction des personnes à charge. La prise en compte du taux progressif n’est pas non plus évidente dans les cas où existent plusieurs sources de revenus (employé travaillant pour des employeurs multiples, avec des revenus financiers qui entreraient aussi dans l’assiette, professon libérale,...). C’est complexe (comment font les Allemands ? Il paraît que c’est beaucoup plus compliqué chez eux qu’ici et qu’ils font souvent appel à un conseiller fiscal ! Romain Gubert, journaliste au Point, déclare sur France Inter le 8/12/2010 que les Allemands étaient très étonnés des déclarations de Nicolas Sarkozy vantant la fiscalité allemande. Leur système est très compliqué, la déclaration d’impôt que remplissent chaque année ses concitoyens fait 24 pages). La solution pourrait être en effet un prélèvement forfaitaire suivi d’une régularisation. Mais dans ce cas, la mensualisation revient au même.

          Mon avis : c’est trop compliqué et cela poserait un problème la 1ère année. Le système actuel n’est pas si mal et peut être simplifié par généralisation de la mensualisation.


        • jpm jpm 8 avril 2011 11:21

          Je confirme c´es tres complique en Allemagne. Les impots sont preleves a la source en fonction de votre salaire, suppose constant sur l´annee. Ca parait simple en apparence... mais en fin d´annee il faut faire une declaration qui n´a rien a envier a la notre. Je pense meme que c´est pire, vu le nombre des conseillers fiscaux. A vrai dire, l´interet de la declaration est surtout de pouvoir recuperer de l´argent des impots en fonction des diverses deductions qui existent aussi.

          Alors non, le systeme allemand n´est pas forcement meilleur... ni plus simple. Et le prelevement a la source n´est pas forcement la panacee... mais ca peut etre effectivement un bon moyen pour l´etat pour recuperer l´argent plus vite. Ca va quand meme etre dur a vendre la premiere annee smiley


        • Yvance77 8 avril 2011 11:47

          Salut,

          L’impôt à la source c’est comme la T.V.A dans le sens ou cela n’est pas plus compliqué. Et bien sur, c’est plus économique comme système.

          Pas besoin d’une armada de fonctionnaire pour vérifier la collecte. Bien au contraire l’on pourrait affecter à des tâches plus efficientes lesdits fonctionnaires.

          J’ai vécu ce système ailleurs en Europe et cela se fait en douceur.

          C’est abérrant qu’en France on en soit encore au stade du déclaratif.

          A peluche


        • jpm jpm 8 avril 2011 12:01


          Yvance77, attention la TVA est un impot proportionnel a taux unique (ou presque si on considere les differents taux reduits). C´est donc assez simple a calculer... encore que 20 % ou meme 25% seraient encore plus simple a calculer que 19,6% smiley

          Mais l´impot sur le revenu est un impot progressif. Plus vous gagnez, plus le taux augmente. Donc a moins d´introduire un taux unique (Flat rate pour nos amis anglo saxons) ce ne sera jamais simple. Il y aurra toujours besoin de fonctionnaires pour controler que vous avez bien declare tous vos revenus. Attention, il n´y pas que les salaires qui procurrent des revenus.

          Personnellement je suis tres attache a la progressivite... car je trouve nornal que plus l´on gagne, plus l´on participe a l´effort national. Malheureusement de nos jours cette progressivite se perd car il existe tellement de moyens d´eviter l´impot. Du coup, les impots ne rentrent plus et le pays s´endette smiley.


        • Yvance77 8 avril 2011 12:16

          jpm salut,

          Je sais bien cela mais en ce qui concerne l’impôt, je ne fais référence qu’au côté facile à récolter


        • Leo Le Sage 9 avril 2011 17:57

          @Par Yvance77 (xxx.xxx.xxx.51) 8 avril 12:16
          « Je sais bien cela mais en ce qui concerne l’impôt, je ne fais référence qu’au côté facile à récolter »
          Justement ce ne sera pas facile à récolter car si une personne change de tranche commment il fait, alors que ce n’est pas son salaire qui bouge (c’est l’assiette globale qui augmente) ?
          Il risque de donner plus ou moins, c’est mathématique.
          (le salaire du conjoint qui augmente ou baisse)


        • Cocasse cocasse 8 avril 2011 10:24

          De qui se moque t-on à débattre sur des pécadilles ?

          Prenez les problèmes de la France : un énorme gateau d’anniversaire à la crème et au chocolat.
          Prenez le programme du PS : quelques pincés de sucre-glace en poudre sur ce gateau.


          • Marianne Marianne 8 avril 2011 10:33

            Merci à JPM de ses remarques pertinentes et contructives. Cela fait du bien sur Agoravox car je suis souvent déçue du manque de commentaires sur le fond, en vue de faire avancer les idées, dans un esprit de tolérance.
            Je ne sais pas exactement quelle est la position de F.Bayrou sur l’impôt à la source. Il est conscient des difficultés de mise en place. Pour lui c’est un sujet accessoire, de modalités, par rapport aux grands problèmes à régler.
            Pour lui, il y a d’abord une question essentielle qui est morale, institutionnelle : réconcilier la France, garantir une vraie démocratie, un respect des valeurs républicaines, une éthique en politique comme en économie, il faut changer les comportements.
            En économie, le problème n°1 est de développer les vrais emplois créant de l’activité (pas seulement les emplois d’assistance, d’aide à la personne, dans la santé,...), en favorisant surtout les PME, aider les PME innovantes, les partages de brevets, développer tout ce qui permet d’économiser de l’énergie, faire du recyclage, il faut relocaliser les activités agricoles, industrielles et même de service. La création d’emplois enclenche tout le reste : croissance, réduction des déficits sociaux et du déficit public.
            L’Etat doit retrouver son rôle régulateur et peser fortement pour une régulation internationale, impulsée en Europe et dans le monde, également une régulation financière qui soit vraiment suivie des actes, pour limiter la spéculation, la formation des bulles etc. Le rejet de la mondialisation implique des comportements de replis, protectionnistes, de rejet de l’autre. Il faut dépasser cette attitude en agissant sur la mondialisation, ce qui ne peut se faire que par une coopération internationale (lutte contre les paradis fiscaux par exemple).


            • jpm jpm 8 avril 2011 10:52

              Merci chere Marianne. J´apprecie aussi les remarques constructives de ceux qui ne pensent pas comme moi... mais je suis encore plus sensibles a celles de ceux que je soutiens. Notre ami poete en a deja fait les frais smiley


            • Cocasse cocasse 8 avril 2011 10:57

              On est bien d’accord !
              Mais vouloir faire cela au sein de l’UE, c’est de la supercherie.
              Elle est structurellement construite contre cela !


            • jpm jpm 8 avril 2011 11:06

              A vrai dire je ne pense pas que la question de l´imposition soit un sujet accessoire. Au contraire je pense que c´est tres lie a la dette... et c´est parce que les gouvenements successifs de droite comme de gauche ont privilegie les baisses d´impots... souvent injustifiees (loi TEPA par exemple) que nous en sommes la. 

              On ne peut pas faire porter sur les generations futures le cout de notre systeme social. Personnellement je suis pour des comptes a l´equilibre... et comme je ne souhaite pas moins de social, ca veut donc dire plus d´impots. Les modalites de prelevement et le mode de calcul deviennent donc une question essentielle, surtout si on veut vraiment ameliorer la distribution de la richesse en France. 

              Mais je suis daccord les autres points evoques sont aussi tres importants et surtout il est fondamental de developper de vrais emplois et de l´activite, veritable source de la richesse.


            • Taverne Taverne 8 avril 2011 18:58

              Il faut avant tout une justice fiscale. La question du mode de prélèvement - à la source ou pas- est vraiment secondaire. Justice fiscale bordel !


            • logan 8 avril 2011 13:37

              La réelle nature droitière de Bayrou et de ses partisans reprend le dessus sur les discours guimauves attrape-bobos de ces dernières années. Parler d’assistanat de manière péjorative et non pas de solidarité, promouvoir le chacun pour soi plutôt que la coopération, cela en dit-long, très long, et je me demande qui de nos jours adhère encore à ces sornettes néo libérales ? Citer Bastiat, alors que l’idéologie néo libérale est en plein nauffrage en ce moment, beaucoup de ses concepts ayant été invalidés ces dernières années, c’est quand même faire preuve d’un dogmatisme assez incroyable.

              Si on peut reprocher effectivement qqchose au projet du PS, c’est de croire qu’un assemblage de mesurettes résoudra le moindre problème.
              C’est la différence entre la gauche radicale ( qui veut résoudre les problèmes en s’attaquant à leurs racines ) bref qui veut guérir la maladie en elle-même et de la gauche modérée qui n’essaie de combattre que les symptomes de la maladie.
              Avec le PS c’est la garantie que rien ne change réellement.
              Alors imaginez avec le Modem qui veut enfoncer encore plus notre société dans le chacun pour soi comme si il y avait la moindre solution dans cette voie !

              Donc en ce temps où nous avons pu voir et subir tous les méfaits du système actuel, n’est-il pas temps de se radicaliser ? Cela fait 30 ans que l’on suit plus ou moins la voie que nous proposent le modem et le PS, faut-il perdre encore 5 années supplémentaires ?

              Tout comme dans les pays arabes c’est d’une révolution dont nous avons besoin.

              On doit mettre fin à la domination de la finance, on doit reprendre en main notre vie et donc notre souveraineté populaire, etc ... Le Modem L’UMP Le PS franchement, ça suffit !


              • jpm jpm 8 avril 2011 14:39

                Logan, j´entends vos arguments et moi aussi j´ai ete surpris par cette envolee contre l´assistanat, mais je voudrais ajouter que le chacun pour soi, protege par un solide revenu universel distribue a tous sans condition, ne serait pas forcement une regression sociale, ni un mal pour l´economie. Au contraire cela libererait bien des energies et redonnerait des ailes et de la diginite aux exclus qui n´ont d´autres choix aujourd´hui que de se morfondre dans la misere. c´est donc un combat pour la liberte et l´autonomie de tous... et pas seulement des plus forts.

                J´attends de voir comment cette idee sera discuttee dans la campagne...


              • Marianne Marianne 8 avril 2011 16:24

                F.Bayrou a employé le terme moins fort d’assistance généralisée et non d’assistanat. Précisons aussi que le MoDem est aux antipode de la société « chacun pour soi » et de la loi du plus fort, prône coopération, altruisme, lien humain, protection des faibles. Mais plutôt que distribuer allocations et subventions, il vaut mieux que le travail soit directement rémunéré de façon juste et concernant les exclus, les aider à trouver une véritable utilité sociale, un véritable travail, un logement de proximité, plutôt que leur verser une prime sans travail qui les maintiendra dans l’indigence. C’est aussi une question de dignité humaine.

                Quand François Bayrou cite Frédéric Bastiat, défenseur du libre-échange,ce n’est pas pour vanter l’économie néolibérale ; il dit simplement : « J’ai l’impression de retrouver le jugement de Frédéric Bastiat : « La grande fiction qui fait que tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. » ». Eh bien là il n’a pas tort ! Frédéric Bastiat disait aussi à propos de la solidarité : « il m’est tout à fait impossible de concevoir la Fraternité légalement forcée ».


              • Leo Le Sage 9 avril 2011 18:00

                @Par logan (xxx.xxx.xxx.118) 8 avril 13:37
                « Donc en ce temps où nous avons pu voir et subir tous les méfaits du système actuel, n’est-il pas temps de se radicaliser ? »

                Mais tous sont entrain de se radicaliser : les propos de l’UMP qui tient absolument à son débat sur l’Islam en est une illustration...
                Je ne parle même pas des autres...

                La vraie question est jusqu’où peut-on se radicaliser et surtout comment faire passer la pillule...
                Comment informer la population sans que cela ne bouleverse la vie de l’individu lambda ?

                Vous proposez la révolution :
                Je reconnais que même les spécialistes sont tout à fait d’accord que l’une des spécificités françaises c’est justement que l’on ne peut pas changer quelque chose sans une révolution...
                Mais tous sont prêts pour çà ?

                Même une hausse de 4 à 10 euros par mois font grincer les dents de ceux qui gagnent le SMIC ou plus, alors une révolution...

                La seule solution, et c’est ce que je souhaite c’est qu’il y ait un débat justement sur ce qu’on serait amené à changer, sachant que quoiqu’il arrive ce sera une révolution !


              • Wàng 8 avril 2011 15:41

                Ce projet est une catastrophe. Avec Sarkozy et les socialistes de droite, les dépenses publiques sont passées de 52 à 56% du PIB, avec les socialistes de gauche, sur 5 ans, ça devrait passer à 65%.


                • pastori 8 avril 2011 18:29
                  alors Mr wang on ne touche à rien ? on laisse les riches s’enrichir plus, et les autres crever ?l

                  les dépenses publiques sont indispensables et pas suffisantes. 

                  on a besoin d’hôpitaux , d’écoles, d’enseignants, de chercheurs, de routes....

                  ce ne sont pas les dépenses à critiquer mais le manque de recettes. tout l’argent donné aux plus riches (140 milliards) .

                  la France est riche. il suffit de prendre l’argent qui est crée par les travailleurs de ce pays et s’en servir, au lieu d’engraisser les plus nantis et les actionnaires étrangers.

                • Wàng 10 avril 2011 22:13

                  Hallucinant de lire un tel message de cauchemard au XXIème siècle.


                • pastori 8 avril 2011 18:23

                  le  programme du ps sera amendé, enrichi par toutes les composantes de la gauche et l’élu ne sera pas l’élu du PS mais de toute le gauche, tenu de prendre en compte toutes ses sensibilités.


                  Le FG aura plein d’élus à la chambre des député, ainsi que les verts et le NPA. tout cela fera qu’un programme social pourra être mis en oeuvre.

                  alors au lieu de répéter bêtement les mots d’ordre de sarkosy, nous ferions mieux de nous demander , nous le peuple, comment nous pourrons peser dans le bons sens lorsque la nouvelle équipe sera élue.

                  et puis il faudrait aussi que ceux qui critiquent sans même avoir lu soient capable de savoir ce qu’ils veulent.

                  pour ce qui est du courage, il faut déjà en avoir pour accepter de prendre ce pays dans l’état où il est, dans l’état où l’ amis cette droite capitaliste et libérale.

                  enfin il faut aussi se dire que tout ce qui est souhaitable ne pourra peut-être pas être proposé, pour les mêmes raisons. il faudra faire des choix.

                  quand on est en faillite, perclus de dettes, sans logement ni travail le père de famille ne songe pas à renouveler son mobilier et changer de voiture. pouratant il en aurait besoin.

                   il attendra de se remplumer le pays c’est pareil. il faudra gérer en père de famille.

                  pour ceux qui veulent la lune, le fn est tout désigné pour leur faire miroiter.


                  • mari.piera 11 avril 2011 14:51

                    Etudiante en Master Information et Communication, je souhaiterais vous contacter Madame « Catherine Ségurane ». Je vous laisse mon e-mail (m.pierasco@hotmail.fr), je vous expliquerai mes motivations si vous le souhaitez par mail.
                    Cordialement.


                    • mari.piera 11 avril 2011 15:03

                      Excusez moi Marianne, d’avoir ainsi commenter votre article, qui plus est en me trompant de destinataire. Mais il se trouve que votre profil m’intéresse également pour l’étude que je suis en train de réaliser dans le cadre de mon master 1 en Information et Communication. J’aimerais également vous contacter, je vous en dirais plus si vous acceptez ma demande.
                      (m.pierasco@hotmail.fr). Je vous remercie.
                      M. Pierasco.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès