Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Proposition d’une autre attitude pour la France face à la (...)

Proposition d’une autre attitude pour la France face à la mondialisation

Délocalisation, mondialisation... Selon l’extrême gauche, on doit se contenter d’être antilibéral (interdire les licenciements, par exemple). Selon la gauche, on ne peut rien faire (dixit Lionel Jospin, alors Premier ministre, face à des ouvriers en détresse). Selon la droite, tout va bien, on peut se contenter d’un patriotisme économique ponctuel, même si ce dernier est condamné par l’Union européenne telle qu’on la construit au même moment.

Le choix est donc entre l’inaction ou l’opposition brute. Le fond de la question, c’est de savoir quel est le champ d’action politique, quel domaine la cité peut régir - on entend souvent dire que la politique est devenue caduque.

Le malheur, c’est que la gauche actuelle est encore tributaire d’une conception marxisante selon laquelle il serait sensé de se focaliser sur l’outil de production, le cadre de production. Les propositions abondent dans ce sens : interdire les licenciements, mettre le Smic à 1500 euros (sans se rendre compte un sens instant qu’une hausse artificielle de cette nature, ça n’aurait pour effet que de provoquer une hausse du coût des produits tout aussi artificielle), etc.

C’est là la marque d’une incompréhension du cheminement du siècle dernier, du grand paradoxe du capitalisme qui a créé des sociétés humainement largement plus valables que toutes les expériences d’inspiration communiste (de l’URSS à la Chine, en passant par Cuba). Un des paramètres essentiels, et trop souvent ignoré, c’est que l’obsession de profit peut servir l’humain, en dépit des apparences. C’est là la raison qui fait que le commerce équitable d’abord ignoré par l’industrie agro-alimentaire est maintenant récupéré par celle-ci, présent dans la plupart des grands magasins. Quand l’éthique d’un commerçant est facteur d’attractivité pour un produit, le capitalisme devient éthique par intérêt. C’est évidemment une victoire pour l’humanité quand le capitalisme se subordonne à l’intérêt commun, même si c’est dans le but d’être rentable. Améliorer, cela demande de comprendre et d’adopter une stratégie en fonction.

La marche à suivre est tout indiquée. Par exemple, au lieu de se contenter de laisser certains industriels créer des labels mettant en avant des critères positifs valorisant leurs produits (commerce équitable, mais aussi label rouge, garantissant la non-torture des animaux mangés, etc.), on peut décider d’en créer de manière systématisée. On peut décider que dès demain, la loi imposera sur chaque produit une étiquette précisant le niveau de vie des habitants du pays d’origine, le salaire moyen des employés, l’application ou absence du respect des Droits de l’homme et du citoyen tels que définis en 1789 (et non 1948) - une étiquette simple avec un code de couleur, rouge, orange ou vert. Partant de là, plus aucun consommateur ne sera dans l’ignorance, ne pourra dire qu’il n’a pas le choix des produits qu’il consomme. Par son achat, il dira immédiatement quel genre de société il désire ; il dira s’il estime préférable d’économiser deux euros sur un produit fabriqué dans un pays dans lequel il n’aimerait pas vivre ou s’il préfère dépenser deux euros de plus pour obtenir un produit fabriqué dans un pays qui lui ressemble. Les délocalisations ne seront plus tant à craindre, parce que celui qui délocalise devra payer la contrepartie négative en termes d’image de son choix financier, et ceci à chaque vente, pour chaque produit, et non simplement au moment T de la délocalisation. Les citoyens, en pleine application de la démocratie directe, par décision financière cautionneront ou sanctionneront de telles pratiques.

Nous ne sommes pas pieds et poings liés. Il est difficile de légiférer en matière de droit du travail, car il est trop facile pour le moment, pour une entreprise, de délocaliser : nos travailleurs seront toujours moins attractifs que ceux des pays pauvres (qui ne manquent pas d’experts dans les hautes technologies, contrairement à ce que prétendait notre président de la République, manifestement inconscient du nombre d’informaticiens en Inde). Il est facile de légiférer en matière de droit de la consommation, car ce qu’on oublie trop vite, c’est que ce sont nos pays qui intéressent en termes de débouché. Croyez-vous qu’un industriel puisse se dire qu’il se passe délibérément de soixante millions de consommateurs d’un pays riche ? Croyez-vous qu’un industriel à un intérêt à délocaliser si cela signifie qu’il devra chercher des débouchés à ses produits dans les pays où il délocalise ?

Une telle mesure est simple à mettre en place. La France a déjà été confrontée à des paris plus grands. Il ne reste plus qu’à faire la proposition. Alors, que fait la gauche, que fait la partie de la droite qui s’intéresse aux entreprises françaises ?

C’est bien joli de chanter à tue-tête son attachement à notre construction sociale. Il est temps de le revendiquer dans les actes et d’agir pour faire de celle-ci un exemple pour le monde, pas un contre-exemple. La mondialisation n’est pas plus incontrôlable que le capitalisme ; comme le capitalisme, elle peut nous apporter beaucoup, si on la régule correctement. La France, tout ce qu’elle représente, peut avoir un avenir, si on cesse de baisser les bras.


Moyenne des avis sur cet article :  3.8/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • (---.---.37.70) 15 novembre 2006 12:44

    Stupide. Un seul produit peut être constitué de 20 ou 30 sous produits fabriqués/élaboré dans autant de pays.

    Sinon, l’augmentation du SMIC crée du chomage, c’est mathématique, tout le monde le sait.

    « Croyez-vous qu’un industriel puisse se dire qu’il se passe délibérément de 60 millions de consommateurs d’un pays riche ? »

    Oui, car la France n’est pas riche, elle vie sur le dos des emprunteurs étranger (a moins de croire que parce qu’on à la Joconde et la tour Eiffel, on est « riche »..) depuis 15 ans (sinon sa croissance serait de zéro de puis donc 15 ans..) et que ce marché est anémique, vieux, et minuscule par rapport à celui des pays émergeants. D’ailleur Apple à menacé de quiter la France lords du vote de DADVSI, et ce n’était pas une menace en l’air.

    « Croyez-vous qu’un industriel à un intérêt à délocaliser si ça signifie qu’il devra chercher des débouchés à ses produits dans les pays ou il délocalise ? »

    La chine EST le second marche DU MONDE, bientot le premier. Rien à foutre de la France.


    • Enclume (---.---.167.159) 15 novembre 2006 13:49

      « Un seul produit peut être constitué de 20 ou 30 sous produits fabriqués/élaboré dans autant de pays »

      Si on parle de produit constitué de sous-produits (dont on ne parle pas du grain pour la poule, grain qui ne constitue pas la poule), on peut sans difficulté baser l’étiquette sur le moins-disant.

      Ce n’est un problème que si on n’a pas d’imagination.

      « La chine EST le second marche DU MONDE, bientot le premier. Rien à foutre de la France. »

      Je ne crois pas que tout les produits estampillés Made In China sont des biens de consommation à la portée de la majorité des Chinois.

      Mais assurement, ce qui n’en ont rien à foutre de la France sont des ennemis de la France et doivent-être traités comme tels. Je crois qu’on aura aucune difficulté à trouver des amis tant qu’on sera un pays riche. Or on ne restera un pays riche qui son refuse les gens qui pensent comme vous.


    • Enclume (---.---.167.159) 15 novembre 2006 13:50

      J’ajoute qu’on s’explique difficilement qu’Apple fasse des campagnes de pub pour ses produits, notamment l’ipod, en France, si elle estime ce marché ininteressant.


    • (---.---.37.70) 16 novembre 2006 11:06

      « Si on parle de produit constitué de sous-produits (dont on ne parle pas du grain pour la poule, grain qui ne constitue pas la poule), on peut sans difficulté baser l’étiquette sur le moins-disant. »

      Ca n’a aucun sens. Vous ignorez visiblement comment fonctionne l’économie mondialisé. Et c’est quoi cette histoire de moins disant ?

      « Je ne crois pas que tout les produits estampillés Made In China sont des biens de consommation à la portée de la majorité des Chinois. »

      Bein voyons. « Tout », « la majorité », vous déformez volontairement mes propos..

      « Mais assurement, ce qui n’en ont rien à foutre de la France sont des ennemis de la France et doivent-être traités comme tels. »

      Mauvaise nouvelle pour vous : le monde n’est pas votre amis.

      « Je crois qu’on aura aucune difficulté à trouver des amis tant qu’on sera un pays riche. »

      Un pays riche avec 120% de dette environ ?? 3 millions de chomeurs ? 7 million de pauvre ? 1,3 millions de RMIStes ? Dont les entreprises appartiennent à 50% à des étrangers ? Ou depuis 1989 les « riches » fuit l’ISF ? De quoi parlez vous ? Ca n’a AUCUN sens. D’ailleur ou voyez vous des amis de la France en Europe ? Tout le monde nous deteste ou nous méprise..

      « Or on ne restera un pays riche qui son refuse les gens qui pensent comme vous. »

      Vous n’etes plus un pays riche (Cf le PIB/Hab) et vous allez surtout finir comme ces pays d’amérique latine, autrefois pays développés, qui ont refuser les régles du jeu capitaliste, et ont jeté à la rue des millions de leurs compatriotes.

      « J’ajoute qu’on s’explique difficilement qu’Apple fasse des campagnes de pub pour ses produits, notamment l’ipod, en France, si elle estime ce marché ininteressant. »

      C’est un petit marché, qu’elle n’hésiterat pas à sacrifier si on l’emmerde.


    • Enclume (---.---.167.159) 16 novembre 2006 11:27

      Vu que quand je parle de la France en disant nous, vous répondez vous, je considère que vous êtes désolidarisé de la France.

      Donc à vrai dire, votre avis sur ce que devrais faire la France m’indiffère. Pour moi, la France est le pays de ceux qui veulent en faire quelque chose de bien - pas celui de ceux qu’on n’ont que la haine de la Nation en tête.

      Libre à vous de croire que les délocalisations sont faites uniquement par ouverture de marché. Libre à vous de croire que les produits dont la production est délocalisée sont destinés à être vendu dans ces pays délocalisés. Vous vous contredisez, soit dit en passant, en faisant remarquer l’omniprésence des « made in China ».

      La France est un petit marché ? La France est un pays pauvre ? Allez en parler à ces pays où les enfants de 11 ans travaillent dans des ateliers de confections, dans ces pays où le terme famine signifie réellement quelque chose.

      Le marché français ne vous intéresse pas ? Allez-vous en alors. Vu le fric investi dans la publicité en France, je crois qu’on aura aucune difficulté à intéresser le monde marchand.

      Assurément, on va finir comme ces pays d’amériques latines, si par peur du grand méchant loup communiste on se jette dans les bras d’un capitalisme dérégulé.


    • Cincinnatus (---.---.73.197) 15 novembre 2006 14:38

      Très simple : légiférer pour imposer l étiquette obligatoire « Made in France », ou « produit Fabriqué en France », avec interdiction de dévoyer cette étiquette (ce serait un délit de tromperie". Instauration de taxes différentielle pour les produits importés , pour les mettre au même prix que celui lié au produit entièrement manufacturé en France. Et rabattre le caquet de Bruxelles qui détruit petit à petit notre économie pour nous mettre au niveau du tiers monde.


      • Enclume (---.---.167.159) 15 novembre 2006 15:07

        Il est tout de même important de rester ouvert à toute relation commerciale qui est positive et équitable.

        La France ne produit pas de tout. Si la concurrence est loyale, si les employés de la concurrence étrange sont sur un pied d’égalité avec les notre, alors il ne faut pas les sanctionner.

        Le « fabriqué en France » est déjà souvent présent. Le problème c’est pas d’identifier quels sont les produits fabriqués dans des conditions acceptables : ceux qui le sont le revendiquent déjà. Le problème c’est d’identifier les autres, le flou autour.


      • Emmanuel (---.---.8.207) 15 novembre 2006 18:16

        L’échec du communisme me semble plus lié à la bureaucratie qu’à l’absence de la quête de profit et nous sommes en train de vivre en direct live l’échec du capitalisme.

        Une autre voie est pourtant possible.

        Les projets open source nous montre que la motivation de l’individu ne vient ni de la quête de profit ni de la contrainte administrative ou idéologique mais de la capacité de chacun à influer sur le projet collectif en y apportant ses idées, ses envies et ses connaissances et en en retirant de la reconnaissance.

        Il est temps de se rendre à l’évidence que la collaboration est toujours plus efficace que la concurrence.

        Le fait par exemple que plusieurs opérateurs de téléphone développent chacun leurs propres réseaux, paient des ingénieurs à créer des produits identiques à 99% dont seule une partie des fonctionnalités est réellement utile puis des armées de publicitaires pour générer des besoins qui n’existaient pas et se voler des parts de marché tout en s’entendant sur le dos des consommateurs et in fine se racheter les uns les autres montre bien le niveau de bêtise et de gaspillage que génère le libéralisme. On l’a encore vu avec la libéralisation des renseignements téléphoniques.

        Le capitalisme tout éthique qu’il soit se distingue par sa capacité à créer de l’inégalité et à s’accaparer des richesses qui ne lui appartiennent pas. Il porte en lui les germes des guerres et des catastrophes à venir. Il faut imaginer autre chose de toute urgence.


        • (---.---.37.70) 16 novembre 2006 11:09

          Gros délire copier/coller de Marx et Lénine.

          Vous n’évolurez donc jamais ? Dés 1920 au USA une bonne partie des ouvriers avaient une automobile, combien chez les Soviétique ou en France ? Elles sont ou, alors, les inégalités ?


        • loga (---.---.233.141) 15 novembre 2006 19:36

          Si l augmentation du smig crée du chomage la valeur constante d un smig crée la précarité et le surendettement car il n y pas blocage des prix de ventes ou des loyers :il y a donc un déséquilibre .

          On peut travailler plus mais on a moins de temps pour acheter ,ou profiter des loisirs d ou aussi déséquilibre dans les secteurs concernés sauf les ventes par internet

          L augmentation des prix est liée à des paramétres mondiaux donc qui échappe complétement z’aux politiques.


          • l'Omnivore Sobriquet l’Omnivore Sobriquet 15 novembre 2006 20:41

            Votre article serait intéressant dans un monde sans Front National ni Jean-Marie Le Pen. Sans les droits de douanes modulables et remboursables de Jean-claude Martinez, surtout. Très supérieure à votre idée, et avec un parti majeur qui le promeut, français qui plus est.

            Il y a un bon audio qui explique celà, surtout à la minute 14 : http://www.frontnational.com/CDP_Grande_Motte_27062006/Jean-Marie%20Le%20Pen_cdp_lagrandemotte_27062006.WMA

            Je vais vous transcrire l’extrait qui compte, c’est le Martinez lui-même qui ’fait une saillie’ comme on dit chez les agorapipolz qui ne font aucune différence entre démagogie et populisme, à la minute 14. (nb le discours de Le Pen préalable est très bien aussi, populiste vraiment ; vous pouvez, chers agoralecteurs, comparer avec la Ségolo live in Bercy qui est une horreur sans nom)(je parle de l’orateur) :

            En gros je vous explique : on taxe des produits importés (selon des critères souples, au choix, variés, variables, intelligents, ’citoyens’ ou ’économiques’ ou ’nationaux’ : ce n’est pas le propos ici, propos de principe, de mécanique douanière), ce qui les rend plus chers chez nous et les remet en juste concurence avec nos produits nationaux, sur notre marché uniquement : la nouveauté de l’idée est que par sorte de soucis de ’justice économique’, qui n’étoufferais pas un vrai socialiste remarquons le (« Taxons les !! »), le dit droit de douane perçu est ensuite intégralement reversé au pays (ou à l’importateur) taxé... sous forme d’un CREDIT D’ACHATS, de ’bons d’achats’ en qque sorte, en PRODUITS FRANCAIS... (ou plus exactement, d’achats en France, ce qui n’est pas pareil : à vérifier à confirmer svp..), ainsi comme dit l’autre demi-ouf (Martinez) :

            "La chemise arrive de Chine, elle passe la frontière européenne, elle prend un droit de douane [dans la gueule s’entend, c’est du JCM verbatim on ne s’inquiète pas], modulable en fonction du différentiel du coût de production en chine [atchoum ! s’cusez..] de sorte qu’ [avec son nouveau prix] elle se retrouve au même niveau social, environnemental, salarial que la chemise française, [équivalente], mais, ce droit de douane ouvrira automatiquement à la Chine un crédit égal au montant du droit de douane [perçu], et ce crédit sera utilisable, en achats, dans le pays ou la chemise aura été vendue, supposons que ce soit la France.

            [Attention, ça devient hard, ultracapitaliste sortez les kalach][et d’ailleurs moins important que les lignes qui précèdent]

            Si l’exportateur chinois n’a rien à acheter en France, et bien il ira sur le marché boursier et il revendra son crédit qu’il aura sur l’Europe, ou il ira en banque faire escompter son crédit. Et le jour où un importateur chinois voudra importer du parfum euh français ou euh.. acheter n’importe quoi euh français [JCM est interdit de plateau télé au FN smiley], il ira sur le marché boursier il achèteura, euh le crédit douanier qui se balade, il ira chez Dior il achêtera du parfum, DIOR assumera ce crédit, donc il fera la déduction de ce crédit sur l’achat du parfum [c.a.d le déduira du prix de vente de ses breloques, l’encaissera quoi], Doir traitera ce crédit qu’il a fait à l’importateur chinois comme une TVA d’amont, il le déduira de la TVA qu’il va payer en aval à l’état français, et l’Etat Français se retournera vers le budget européen et dira ’nous avons honoré au bénéfice de l’Europe un crédit qu’avaient les chinois, et le budget européen remboursera la France.

            Et quand ce système des crédits déductibles, se généralisara sur la planète, et bien [hé ??, un gauchiste ?? la gégène !! elle est rangé où la gégène ?!][notez que spontanément il n’a pas dit, ’deviendra la norme sur la planète’, mais ’se généralisera sur...’ et toute la pensée anti-utopique est révélée par cet excellent mot] tout le monde aura intérêt [aaah....] à vendre au maximum à l’autre et tout le monde aura intérêt à acheter un maximum à l’autre. [ mais je rêeeev ! et Christine Ockrent qui m’avait parlé de la Béte Immmooonde des zheurs-les-plus-noires les replits-zidentitaires et les zégoïsmes nationo ?? Arnaque ? ]

            Ce qui fait qu’on a inventé...si vous voulez.. euh c’est en réalité, c’est un droit douanier transgénique [j’vous dis que ce semi-dingue est interdit de télé...], on prend le gène de la TVA qui est la déduction, on le greffe sur le droit de douane, et on invente le droit de douane déductible.

            Ce qui fait que tout le monde est win-win : la Chine est gagnante et l’Europe est gagnante, voilà.

            C’était une mesure très simple, mais qui résolvait le problème des délocalisations qui jusqu’à présent été insoluble. Ssivvvoulez, c’est le moyen technique simple, pour résoudre un problème qui était jusqu’à présent insoluble. Autrement dit on a trouvé le vaccin, à la maladie de la mondialisation. [...] Il n’y aurat plus de raison de délocaliser, et celui qui délocalisera n’aurat pas d’avantage par rapport à l’autre, et le pays pauvre gardera toujours son avantage, [ils bossent durs, et à pas cher : c’est un avantage ; et croyez-moi, ils le savent !! quand on bosse dur, on ’s’en rend compte’ croyez-moi ! on y pense] parce qu’il aura des crédits pour acheter chez le pays riche."

            Fin de citation.

            Le tout en une seule tirade pour épauler Le Vieux qui était un peu short sur le détail, ce qui après tout est cohérent avec un futur Président de la République. Vous voyez tout de suite les ptitnazillons en longs manteaux qui gravitent derrièeeer JMLP...

            et dire que pendant ce temps là sur l’Agorabox y’a des soi-disant intellectuels qui confondent démogogie et populisme...

            D’après moi, avant même que celà « se généralise à la planète », l’oinion européen aura déjà freiné des quatre fers, puisque cette excellente idée à l’évidence bénéfique pour tous, opportune, très européenne voire très française, voire très chrétienne, est « lepéniste ». Ca fait un peak dans les pacemakers généralement ce concept antimafieux, là... Et puis ça touche au perceptions, nan pas aux sens des envies, aux ’perceptions’, la chose financière quoi, le matos serious !, la pompe à phynances, ça touche à l’abolition des frontières aussi, bref c’est du sursensible là ouh là ouh là ouhlllà ouhlàlà, on a fait des Stalingrad pour moins que ça.


            • Enclume (---.---.167.159) 15 novembre 2006 21:01

              Disons qu’une mesure n’empêche pas l’autre.

              Les barrières douanières n’ont pas que des avantages non plus, je pense plus productif de scinder les questions. Cette idée d’étiquettage est moins autoritaire, permet une prise de conscience citoyenne.

              Avec les barrières douanières, il y a fort à parier qu’en moins de temps qu’il n’en faut 90 % de la population hurlera à la mort quand elle se rendra compte que les produits pas chers, pas chers car inéquitables, ont tous disparu d’un coup.

              Ensuite, je compatit sincèrement avec ceux qui croient que le Front National est un parti porteur d’avenir. Ca ne lui coûte rien d’avoir des idées sur tout, puisqu’il n’est jamais au pouvoir. Enfin si, parfois il l’est : l’exemple des expériences municipales du Front National en dit long sur les déceptions à venir de leur électorat. Ce n’est pas un parti de gouvernement, c’est une parti d’opposition qui se complait principalement dans l’image de martyre. Si un jour ce parti doit se mettre à dire franchement ce qu’il va faire parmi les milliers de choses qu’il propose, je crois que le résultat sera amusant. Par exemple, je demande à voir comment il pourrait à la fois surfer sur l’antisémitisme pour plaire aux musulmans (Le Pen était bien bien silencieux dans l’affaire des caricatures ; ce n’est qu’un exemple) et gérer les problèmes des banlieues qui ne sont pas exemptes d’implications religieuses.


            • Forest Ent Forest Ent 16 novembre 2006 00:56

              La solution proposée dans l’article est lourde et peu efficace. Je suis entièrement d’accord sur le fait qu’il faut relever les droits de douanes. Ce n’est, gloire à Dieu, pas une invention du FN. C’est ce qui existait en France il y a 20 ans et que l’UE a démoli. L’idée de rétrocéder les taxes sous forme d’avoirs revient à créer une nouvelle monnaie. Autant le faire directement, c’est à dire quitter l’euro. J’ai quand même trouvé amusant le ton primesautier avec lequel cette fausse idée nouvelle était introduite. C’est distrayant.

              Il y a un autre sujet pas abordé : le coût du transport. Un des moyens les plus efficaces de remettre un peu de logique dans l’économie mondiale serait que le transport soit facturé à son juste coût. Il est difficile de le faire seul, mais on peut taxer les porte-container selon la distance, équilibrer la TIPP entre VL et PL, faire payer les PL sur autoroutes à leur juste prix, etc ...


            • l'Omnivore Sobriquet l’Omnivore Sobriquet 16 novembre 2006 04:50

              [ pas le temps de relire et corriger...accrochez la ceinture orthographique et les chaussures de claviers...]

              @ l’Enclume : Exact, moi aussi j’ai pensé à ce léger blème : les produits de l’esclavage industriel (= le socialisme) chinois, par exmple, se retrouveront plus chers, et donc le surimi (taxé car anti-environnemental) coutera le prix d’une huître arcachonnaise, et donc la France sera une dictature montrée du doigt par ’le concert’ des nations. Pardi... Bref, c’est prix ultra-pas chers se retrouveront relevés... au niveau des prix français, ce qui fait que le tournevis par exemple coûtera sont vrai prix : baisse du pouvoir d’achat, surtout pour les boubous fabriqués dans des sweat-shops du quart-monde, à Villeurbanes. Ce qui est important à garder en tête, c’est que du pas cher, ça fait parti des produits stratégiques, ceux dont il est nécessaire qu’une partie, un fond, soit produit près de chez soi, c.a.d dans ’cepays’ comme vous dites. (« un tiers » de l’économie disait Pompidou, pas trop con sur le coup : le reste pouvant être commercé de par le monde, éventuellement. Ce genre de considération de bon-sens national est qualifié à bon droit de ’lepéniste’ aujourd’hui, sous vos crachats réflexes.) .Quand à étiquetter avec des couleurs explicatives, pourquoi pas... Je propose le BBR par exemple, ou simplement le label « NF », qui a été étudié pour. Il suffit de réactualiser ce qu’on entend par ’norme française’...

              Garder vos compatisseries anticatholiques pour vos fantasmes sur le Front National, c’est là où votre effort cosmique doit porter. Laissez tomber les villes FN, c’est une légende, il n’y en a AUCUNE, zéro, tout simplement. C’est des ’non aligniées’, des ’apolitiques’, voire pour les pires : MNR, comme des miliers en France. Quand au FN « qui ne veut pas gouverner », ah !!, c’est le dernier hochet psyko en date, en date des régionales 2004, vous vous souvenze ?, allez, grattez la tâche blanche là... allez ! PACA, ça vous revient ?? « Ah Le Pen, de toute façon il ne voulait pas gouverner alors... » vous vous souvenez ?? Le Pen qui ne veut pas gouverner ça date de là, pas avant (le passé a été réécrit à ce propos, comme dans 1984, et maintenant vous êtes persuadés qu’au soir du 21avril2002, le Pen était ’surpris’, et ’emmerdé’ mais... il y a d’autres archives que l’INA et ses morceaux choisis du 20heurs d’Antenne2 vous savez... (par exple http://www.veritesurlefn.org/modules/xfsection/), d’autres références que wiki...), « ah ouais c’est vrai sa radiation n’était pas très légale (vérifiez ça illico :http://www.veritesurlefn.org/modules/xfsection/index.php?category=63) mais ouais bon ouais mais en fait c’est parce qu’il ne veut pas vraiment gouverner... la fuite dans libé à été organisée du comité FN donc c’est qu’il ne voulait pas vraiment se présenter... iul a pas envie en fait, c’est ça, il a pas envie, voilà : Le Pen ne veut pas vraiment gouverner en PAC. Le pen ne veut pas gouverner. » Ca date de pas plus tard que 2 ans et 6 mois, pas plus... vous sortez ça comme si c’était vérité d’évangile, mais ça vous a été implanté en 2004, pas avant... avant c’était le danger facho je vous le rappelle, le programme raciste, les discriminations religieuses (comme les nazis, catholiques notoires..), les sous-entendus que seul les élécteurs de Le Pen entendent, tout ça... vous vous rappelez ?? Tout ça c’était avant « il ne veulent pas gouverner en fait », avant « ah ouais mais si on les interdit d’élection en fait c’est pas grave c’est normal c’est parce qu’il a pas envie en fait... », « c’est comme dans toutes ces mairies FN quoi... », « ah ouais ce qu’ils veulent c’est pouvoir protester et palper de la tune en protestant qu’ils veulent pouvoir se présenter ah ouais... isla jouent victimisant ouais, comme ça y peuvent protester et y peuvent pas gouverner y s’la jouent victimisant y font de commerce victime la protesture ah ouais... c’est normal en fait y veulent pas gouverner ouais c’est ça... » , « d’ailleurs en 1973 y voulait pas gouverner c’est pour ça qu’y protestaient à l’estrèm droite ouais... y savent que protester c’est comme dans les mairies FN et quand y a des 21 avril y sont choqués y savent pu quoi dire ouais c’est ça ouais... ».

              « y peuvent pas gouverner. »

              Je continue ?

              Ils ne sont pas « crédibles » ils ne sont pas « de gouvernement », au FN, croyez-vous... Être « crédible » est un concept complêtement vidé de son sens : on est en lpeine Jacques Dérida-terie... ça zappe de référents au bonheur des envies du prince... c’est de l’Art Contemporain, cette « crédibilité ». C’est un hochet cruex que le puissant agite pour ’faire’ son pouvoir. Z’êtes ’crédibles’ vous, z’êtes ’pas crédibles’ vous là... Et vous , cher Enclume, vous marchez là dedans.. vous croyez qu’il y a un sens une réalité vraie derrière cette ’crédibilité’ qui n’est qu’un mot aussi creux qu’il est addictif, aussi puissant qu’il ne montre en fait que la puissance de celui qui le dit (Chabot, Fields, Le Monde, Ruqier, Tel commentateur de foot, de bourse... de météo demain, dans les dessins animés pour gosses d’ici 2ans), alors que ce n’est qu’un hochet creux agité par Orange-Cubik en direction de vos (nos) cerveaux droits, hypertrophiés hélàs en bàs âges par l’apprentissage du langage par l’envie. (et c’est le cerveau gauche qui lui est atrophié, le flic logique. - je simplifie, le cerveau droit étant celui des ’impressions, des ’mimiques reconnaissables immédiatement’, de la musique etc - tout ceci est simplifié mais réconnu depuis 10 ou 15 20 ans. Le’aspect terriblement néfaste des expérimentaion de l’Education Organisée moderne occidentale - ’la méthode globale’ pour faire short - est neurologiqueùent établi, et c’est un cri d’alarme strident, de la part des plus hautes sommités (genre Lucien Israël de,l’Institut, pas une brèle vindicative croyez-moi, mais qui cause à Radio Courtoisie, qui collabore à l’Insitut Jérôme Lejeune, vous savez, ces gens qui veulent SOIGNER les trisomiques , par les détruire au stade embryonnaire), et bien que croyez-vous qu’il arriva ? si la réalité n’est pas socialiste (ou francmaçonne ou malthusienne), la réalité se trompe... RIEN n’arriva, et on en est encore là, avec l’Agoravox pas plus tard qu’il y a un mois qui insiste que la contestation enverns l’Ecole et l’E.N. est une maneuvre d’une officine SOS Education vendue aux bushistes (c’est vrai, c’est juste que tout le monde s’en fout, tout ce que je vous dit est connu (Radio Courtoisie tourne à la dizaine de MILLIONS d’autiteurs par soirs, mais comme c’est un ’royaliste’ qui la dirige elle n’existe pas , hein, biensûr), et d’ailleur y’a pas de problème neuroliogique à l’école y’a juste une vidéo ’pirate’ de Ségolène Royal qui pose un grave problème d’intrusion d’internent dans les campagnes électoral ce qui logiquement devrzit amener à le bloquer avant chaque élection, après y’a plus qu’à multiplier les élections ça tombe bien c’est le programme euro-socialiste. il n’Y A PAS de problème d’éducation qu’on, vous dit, et puis c’est la faute aux PS3, au maché, c’est ça, c’est la faute au marché. (bien sûr, en 2000 le marché et le socialisme se sont rejoints : reagerdz VIVENDI, SUEZ, EDF la fleur magique, Orange-Cubik ’de gouvernement’, « Metro » le média ’crédible’ etc.) Mais je m’égare, ça y est je me suis égaré. ah fff, fatigue, temps pis pour le reste, ciao.

              Mais non y’a pas d’implications religieuses avec le FN, justement pas, ils s’arrachent la gorge à le répêter inlassablement depuis trente ans : sans distinctions de race, de religions ou de genre : les Français d’abord. La nationalité, les frontières , la responsabilité. Les trois en un, c’est la même chose en fait. Les frontières créent les responsabilités. Il n’y d’entité politique à la fois capable (puissante et philosophiquement durable, de part le nombre de ses citoyens - une fratrie une bande de voleurs, elle, peut se passer se système politique ’philosophiquement solide), et indépendante, c’est la nation. Rien d’autre, si ce n’est les multiples bon-sens que l’empire oppresse actuellement, et qui seront libérés jolilement par la même occasion. Mais il n’y pas d’autre projet en fait que celui-ci : nation. (donc responsabilités, frontières). Laissez les lubies rligieuses à l’empire Orange-Cubik (la sous-religion pour les porcs), de Villier, et la discrimination raciale à Sarkozy. Laissez l’hypocrisie à la gauche (religions +racismes etc... cependant que les gauchiste organisent des tralalas citoyens, la ralité sociale, elle, s’enfonce dans l’injustice, le (LES) racisme, le (LES) n’importe quoi religieux, pseudo-religions ou « les envies en gruimeaux », les modes cultes auxquelles vous n’échapperez pas, surtout avec vos cervelles de glandes haineuses ou jouasses, selon la glande qu’Orange-Cubik vous presse.

              @ Forest : (désollé vous êtes en second...) Vous dîtes : « L’idée de rétrocéder les taxes sous forme d’avoirs revient à créer une nouvelle monnaie. Autant le faire directement, c’est à dire quitter l’euro. »

              C’est faux, mais c’est tentant alors vous tentez... Oui dez bons d’achats sont un genre de monnaie, grossièrement (et j’ai d’ailleurs des idées marrantes à ce sujet), mais ça n’implique rien sur l’Euro, d’une part (ça n’influe pas sur ’ses cours’, pour faire short, ça ne reste que des droits de douanes , des ’bons à l’importation’ indépendants de tout lien avec l’euro : ce serait des actions Hitachi détenues par un céréalier chinois ce serait pareil : pas de richesse européenne, juste une [i]conformité[/i] avec nos produits sur les étals du marchant, pas une ’valeur euro’). Pour ce qui est de quitter l’euro, tous les jouirnaleux les gastreux pressent pressent pour que monsieur FN dise qu’il veux sortir de l’euro alors qu’il y rechigne, se qui est excitant.

              La vérité c’est que le FN l’envisage sereinement, y a des chances qu’on en arrive là, mais comme avec les droits de douane nouveaux on va d’abords assayer de convaincre l’Europe (discour JMLP sur l’agriculture, d’il y a 2 ou 3 semaines, voyez sur le site FN), et bien sûr on envisage d’y aller seul sinon, et si opssible. Avec la monnaie si Frankfort nous laisse récupérer physiquement notre or (sans nous envoyer les panzers...) oui la sortie de l’euro est envisagé les camarades, et ne faîtes pas cette tête là c’est pas la Corée du Nord ni « l’option albannaise » comme on dit dans les notes interne depuis une semaine) : la Suisse, la Norvège ont leur monnaie ’petite’ et ’nationale’, ’vulnérable’ (biensûr que non ! si les finances ne sont pas tenues par des brigand interneationaux pais par des fonctionnaires nationaux, c’est ’facile’ (hm) de protêger son imprimerie, et ses bijoux de famille (c’est ce couple qui fait la monnaie, le reste c’est des ’folies du samedi soir’...)), et ces deux pays s’en sorte très bien ces temps-ci justement, financièrement pécunièrement aussi, et le Grande Bretagne est ’sortie de l’Euro’, quand bien même sa monnaie n’est pas militarisée comme le franc suisse... Faites pas cette tête : moi aussi et je crois beaucoup de monde au FN on est conscient que l’échelle continentale existe et qu’elle a ses vertus : c’est juste que ces vertus sont petites par rapport à celle de l’échelle nationale, beaucoup plus complête (paradoxalement... à vos yeux), et plus concernée, ’capable’, que la continentale, que la mondiale... qui ont leurs vetrus, mais plus petites c’est tout... et c’est la différence fondementale avec avec la gauche francmaçonne socialiste, ou la droite francmacçonne mondialiste : cette vision d’échelle, et l’exigeance du bonheur avant la taille, qui amène à [i]privilégier[/i]la nation.

              J’ajouterai le cours paragraphe spécifiquement écolo de JMLP ce week-end, après avoir dit que moi je pense que le carbone, sous toute ses formes et dans ses usages (dont la carburation, dont les transports donc), est une bonne mesure rationnelle à compter, ça oui, une sorte de monnaie oui...

              J’ai déjà mis cet extrait qque part sur ce site mais il est bien et je fatigue et je vous dis bonne nuit et je m’excuse mais je vais pas relire ma bafouille ça va être du hard tant pis. ’nuit !

              "ECOLOGIE Dans le même esprit, la défense d’une harmonie entre la nature et l’activité humaine, ce que l’on nomme aujourd’hui l’écologie et qui fut le thème de la première publication du Front National en 1974 doit être pour un Etat une préoccupation majeure.

              Elle exige le respect des paysages, des animaux qu’ils soient de compagnie, de travail ou de boucherie, celui des dons de la nature que sont l’air, l’eau, le ciel, la terre ou la mer.

              Elle réclame aussi l’humilité et la responsabilité humaine à l’égard de la nature.

              Elle ne saurait, en aucun cas, être le monopole des Verts qui l’ont annexé au mépris de leurs convictions marxistes. Elle est, en effet, fondamentalement conservatrice.

              Elle nécessite bien entendu une grande politique d’investissement dans la recherche d’énergies de substitution, respectueuses de l’environnement et garantes à terme d’une indépendance énergétique de la France et peut être une des chances de l’agriculture de demain.

              N’en déplaise à M. Hulot, par ailleurs bien sympathique, la baisse de la consommation pétrolière ne passera pas par une taxe de plus, un impôt supplémentaire ruineux pour nos compatriotes.

              Elle passera par la libéralisation de la recherche en la matière, celle-ci ayant été jusqu’à aujourd’hui muselée par la pression des lobbys pétroliers.

              Mais la défense de l’environnement, c’est aussi le retour du respect, perdu, à l’égard du règne animal qu’il soit sauvage ou domestique.

              Tant il est vrai que la manière dont un peuple traite les animaux, y compris ceux qui le nourrissent, est toujours très révélateur de son état de conscience morale.

              Cette harmonie devra se retrouver dans l’aménagement du territoire et dans la défense de la ruralité." JMLP, Le Bourget 12nov2006


            • Enclume (---.---.167.159) 16 novembre 2006 07:58

              Votre solution consiste à revenir à la situation d’avant la mondialisation. Ce n’est pas ce que je propose.

              Je n’ai rien contre les échanges internationaux. Tout dépend comment on les organise.


            • Enclume (---.---.167.159) 16 novembre 2006 08:09

              L’Omnivore,

              Le FN et le MNR, ce n’est pas la même boutique. Ah bon. Permettez-moi d’en douter.

              Quoi qu’il en soit, je maintien ce que je disais. Je ne crois pas qu’un gouvernement puisse être capable de résister à l’impopularité qui serait causée par la hausse des prix de tous les produits et la disparition de certains.

              Je pense qu’une telle mesure sera vécue par beaucoup de citoyens comme les impôts : sans palper la finalité, il vont se bloquer en vrac.

              Ensuite, je suis absolument convaincu que si le problème des racailles était traité, je doute que le Front National aurait l’audience qu’il a. Je ne crois pas qu’un candidat qui a offert à un score plus de 70 % au président sortant ayant fait le plus mauvais score de tous les présidents sortant de la Vème République, considéré comme escroc par une part non considérable des citoyens, je ne crois pas que ce candidat puisse réellement réunir une majorité. Je peux me tromper, bien sur, en la matière, il est toujours périlleux de s’avancer. Mais très franchement, je ne crois pas que les score de plus de 30 % obtenues dans des zones de non-droit signifient quelquechose sinon le ras-le-bol face aux hordes de racailles.


            • (---.---.37.70) 16 novembre 2006 11:17

              « Je suis entièrement d’accord sur le fait qu’il faut relever les droits de douanes. »

              On peut relever la TVA, ca serait plus respectueux de la concurence, mais relever les droits de douane, c’est une politique qui provoque des represailles, et on en a vue les effets dévastateur dans les années 1930...


            • Forest Ent Forest Ent 16 novembre 2006 12:07

              @ l’omnivore sobriquet

              Je suis un peu énervé de voir le FN, à travers vous et si c’est bien le cas, revendiquer la lutte contre la mondialisation, dont il n’est pas à l’origine, et qui s’est faite sans lui. Ca fait 30 ans qu’il y a des partis de gauche (pas le PS) qui en dénoncent les mécanismes économiques. Pendant ce temps-là, le FN expliquait que c’était tout la faute à l’immigration, qui n’a pourtant strictement rien à voir avec le sujet. Donc c’est très bien de prendre conscience des vrais problèmes, mais il ne suffit pas d’ajouter un gadget au corpus pour se l’approprier.

              « ce crédit sera utilisable, en achats, dans le pays ou la chemise aura été vendue » « Si l’exportateur chinois n’a rien à acheter en France, et bien il ira sur le marché boursier et il revendra son crédit qu’il aura sur l’Europe »

              Tout ceci est très exactement la définition d’une monnaie.

              « ça n’implique rien sur l’Euro »

              Créer une monnaie n’implique rien sur celle que l’on utilise déjà ? smiley

              « les jouirnaleux pressent pour que monsieur FN dise qu’il veux sortir de l’euro »

              Je pense que sauf miracle européen nous devrons bientôt quitter l’euro. Je le dis en tant qu’électeur de gauche, et ce que le FN en dit m’indiffère complètement.

              @ IP:xxx.x75.37.70

              « On peut relever la TVA, ca serait plus respectueux de la concurence, mais relever les droits de douane, c’est une politique qui provoque des represailles, et on en a vue les effets dévastateur dans les années 1930... »

              Pas du tout. On lit parfois « le protectionnisme a été la cause de la crise de 1929 ». C’est tout à fait faux. Il a été une mauvaise réaction à cette crise car il arrivait trop tard dans un marché sinistré. En revanche, il aurait permis de l’éviter s’il avait été utilisé à bon escient AVANT la crise.


            • l'Omnivore Sobriquet l’Omnivore Sobriquet 16 novembre 2006 14:18

              Je viens de perdre toute la réponse que j’était en train de relire et corriger. 2 heures de d’écriture. J’en ai marre.


            • l'Omnivore Sobriquet l’Omnivore Sobriquet 16 novembre 2006 14:50

              Le FN ne lutte pas contre la mondialisation, mais contre le mondialisme. Ce n’est pas une portestation opportubniste, c’est le fondement, le moteur : la reconnaissance des vertus de l’échelle nationale, la renaissance de la nation. Le FN est autant contre le régionalisme, et l’européïsme, surout l’euromondialisme sans frontières. C’est opportun oui, en place, oui c’est urgent aussi.

              On ne va pas se crêper la chignon sur savoir si les droits de douanes remboursables du père Martinez (il est maître de conférence à Paris Assas ou Paris Dauphine je n’sais plus, dans une discipline économique, droit européen genre) sont une monnaie ou non : personne n’en émêt que je saches... Le fait est qu’il n’y a pas un Grand Temple Sacré avec des idoles placquées or (et des piles électriques antiques...) et des ’prètres’ qui impriment des lignes de crédit en disant dehors ’Il y a Tant d’or et d’argent dans les Caves Sacrées et Inviolable Du Temple Suprèmes, ses richesses sont IMMENSES’, ce qui chez moi est la définition de la monnaie, comme chez les spécialistes de lachose d’ailleurs, depuis des temps immémoriaux... Une action Hitachi répond mieux à la définition de nouvelle monnaie, que les droits de dounaes remboursable de JCM. Enfin... Disons qu’ils sont monayables et n’en parlons plus.

              Je refuse absolument d’argumenter politique par rapport au MNR... Bruno Megret, hm. La mairie de Toulon, élue sous l’étiquette FN, a viré tout le monde peu de temps après, pour avoir ’les mains libres’ justement : le Front n’est pour rien dans sa gestion, bonne ou mauvaise, que j’ignore d’ailleurs.

              Je ne suis point monsieur FN, je réfléchis par moi-même et surtout je lis ce que le FN dit, pas ce qu’on dit sur le FN. Nuance... Je n’apprécie pas du tout les scéances courtes de crachages à la gueule sensée être des ’temps de parole’ dans les grands média, alors que ce ne sont que des abrutissement gastriques, avec festivals de bouches haineuses, de front froncé et des mimiques dangereuses et hostiles (« à la télé ce n’est pas ce que tu dis qui compte c’est ce que tu dégages » : voilà ce qu’apprenaient les PROFS de ces jeunes cons et idiotes néfastes qui croient mener bàs-peuple avec leurs faciès proffessionellement abrutisseurs...) Ce soir chez Arlette Chabot, grande scéance de bouffage de gueles avec Bayrou, Le Pen, un UMP, et - qui ??- un PS, au moins. Je parie sur 1 minute 45 de temps de parole sur chaque sujet à chacun....

              La caille est effectivement en train de contribuer puissemment à porter Jean-Marie Le Pen vers son destin. Ca ne date pas d’aujourd’hui et ce n’est que justice. C’est une grande bêtise de croire que le FN n’est qu’une réaction à l’insécurité-immigration. Renseignez-vous, vous verrez que c’est bien plus cohérent que ça, que le projet est entousiasmant, que si on remet la nation les responsabilités aux mains du pouvoir politique publique, on peut arranger bien des choses bien rapidement. Pas le temps de développer, plus le temps, je hais l’informatique. Salut


            • rjolly (---.---.227.38) 15 novembre 2006 21:48

              Sur comment on déguis(ait) les boîtes de thon sénégalaises en bretonnes pour rendre le produit attractif, et plein d’autres faits intéressants, voir : Genèse d’un repas (1978) Luc Moullet.


              • cdg (---.---.210.226) 15 novembre 2006 22:21

                prenons un exemple : une voiture

                probleme : tout n est pas fabrique au meme endroit. Assemblage en France mais le radiateur peut etre fait en espagne, l autoradio aux philippines ou en chine, les freins en allemagne ... D apres l auteur de l article, il suffit de mettre l etiquette « made in XXX » sur le pays le moins disant (ex ici made in Philippines) Problemes : Chaque produit est lui meme compose de sous produits :
                - Un systeme de freinage est compose de plaquettes, d un etrier, un ABS (lequel est compose de valves et d electroinique). Bref, un produit est compose d un nombre incalculable de composants
                - ce systeme ne prend pas en compte la R&D. Un produit peut etre concu en France et fabrique en chine. Comment sera t il etiquette ?

                Dernier point. Ona deja des etiquettes made in china, je crois pas que ca empeche les produits de se vendre. Les gens veulent du pas cher, peut importe les consequences (surtout si ces personnes ne sont pas delocalisables :retraites, fonctionnaires ou assimiles (par assimiles j entends aussi les professions liberales qui prosperent sur le dos de la secu)


                • Enclume (---.---.167.159) 15 novembre 2006 22:43

                  Les étiquettes made in china sont loin d’être suggestives.

                  Vous dites que ce système ne prend pas en compte la Recherche et le Développement. Bien sur que si : l’étiquettage sera au moins disant. On peut bien fantasmer sur l’idée que la France va longtemps faire la R&D et confier la production à d’autres pays. Ces autres pays ne l’entendent pas de cette oreille. Pour vendre des avions à la Chine, on lui a vendu des usines ; la France vend ses savoirs-faire, il n’y aucune raison de croire que la R&D va reste. Le cas de l’informatique est patent. Alors que Jacques Chirac racontaient dans les médias que seuls des métiers peu qualifiés étaient en péril, IBM et HP licenciaient en Europe et créaient le même nombre d’emplois en Inde.

                  Concernant les voitures, on est bien d’accord, n’est-ce pas, qu’il y a peu de produits vendus qui ont un tel degré de complexité. Ce point étant précisé, je doute fort que les entreprises automobiles cherchent leurs équipementiers aussi loin. En d’autres termes, je crois que vous posez un problème avant tout théorique. Je demande à voir. Quoi qu’il en soit, nous ne sommes pas des bênets. On sait aussi évaluer des pourcentages. On arrive à différencier une voiture dont la seule étape de fabrication faite en Europe aura consisté à mettre un autocollant sur la vitre arrière d’une voiture fabriquée à 90 % en Europe. L’étiquettage proposé mentionne un code de couleur : ce n’est pas un simple « fabriqué dans le pays X », c’est une synthèse qui aborde trois point précis et qui permettent de se faire une idée.

                  Vous dites que l’étiquette fabriquée en Chine ne change rien. Avec un étiquettage différent, en tout cas les citoyens ne pourront pas dire qu’ils ne savent pas. Les citoyens qui auront acheté en connaissance de cause ne pourront pas dire au jour de la délocalisation ’oh bien non, c’est trop injuste’. Je crois que c’est essentiel que les citoyens puissent avoir les moyens de choisir en connaissance de cause. La mondialisation ne vaut qu’à ce prix là.


                • Forest Ent Forest Ent 16 novembre 2006 01:03

                  « Avec un étiquettage différent, en tout cas les citoyens ne pourront pas dire qu’ils ne savent pas. Les citoyens qui auront acheté en connaissance de cause ne pourront pas dire au jour de la délocalisation ’oh bien non, c’est trop injuste’. »

                  Et ils continueront quand même à acheter des produits chinois parce qu’ils n’ont pas le choix d’acheter le moins cher possible parce que leurs revenus réels baissent parce leurs salaires sont en concurrence avec ceux des chinois.

                  La mondialisation n’est pas une question de conscience écologique, c’est un cercle vicieux dans lequel les revenus se déplacent vers le capital au détriment du travail grâce à la mise en concurrence de mains d’oeuvre de tous pays. Ca ne se résoud pas avec des étiquettes. Ca se résoud en recréant un environnement réglementaire. Si c’est impossible au niveau international, alors retour aux douanes.


                • (---.---.37.70) 16 novembre 2006 11:15

                  «  »Avec un étiquettage différent, en tout cas les citoyens ne pourront pas dire qu’ils ne savent pas. Les citoyens qui auront acheté en connaissance de cause ne pourront pas dire au jour de la délocalisation ’oh bien non, c’est trop injuste’.«  »

                  Les mondialisation sont une chose positive pour l’humanité et les Français. Elles ne sont en aucun cas un probléme. Aux USA elles participe pour 5% à la création des emplois US, en France, elle détruise 7.500 emplois par ans, mais augmentent le pouvoir d’achat des français de 30% environ. Sans la mondialisation et l’Euro, la France serait à genous depuis longtemps. D’ailleur, 25% des français travaillent pour l’exportation.

                  Il est inutile de perdre du temps à chercher à trouver des solutions à des problémes qui n’existent pas.


                • Forest Ent Forest Ent 16 novembre 2006 12:10

                  « Il est inutile de perdre du temps à chercher à trouver des solutions à des problémes qui n’existent pas. »

                  ...pas pour vous ?


                • (---.---.37.70) 16 novembre 2006 12:24

                  Pout tous le monde.

                  C’est la technique facile du « Bouc émissaire », c’est toujours la faute des Patrons, des Juifs, des Actionnaires, des Yankee, des fonds de pension, des Naikoué, des multinationales, des Chinetoques, du libéralisme, blablablabla... Mais jamais de ceux qui violent avec constance les Lois économiques depuis 30 ans... Chercher l’erreurs. Le chomage en France n’a aucun apport avec la mondialisation, il était déja là avant et plein de pays sont a chomage zéro et mondialisé.

                  De toute façon, votre raisonement est aussi stupide que de dire que, puisque les loyers à Paris sont plus élevé que ceux du 93 (ou d’ailleur), les type du 93 nous font une concurence deloyale, et qu’il faut donc taxer tout ce qui vient du 93... Super.


                • Enclume (---.---.167.159) 16 novembre 2006 12:37

                  Tout de même, quand Peugeot annonce vouloir ouvrir une usine dans un pays de l’Est fraichement entrée dans l’UE tout en annonçant la fermeture d’une usine de dimension équivalente au Royaume-Uni, je crois qu’on peut dire que le chômage n’est pas sans lien.

                  Quels sont-ils ces pays où le chômage n’existe pas ? Les pays vers lesquels on délocalise ?

                  L’analogie avec le prix des appartements ne tient pas : les bénéficiaires de logements moins chers n’en tirent pas un profit pour être plus compétitif dans la vente de leurs services. Et quand même bien on parlerait de déménagement à l’intérieur de la France, on ne parlerait pas de délocalisation puisque tant que ça reste en France, c’est tout de même tout à fait local.


                • (---.---.37.70) 16 novembre 2006 12:50

                  « Tout de même, quand Peugeot annonce vouloir »

                  Voila, une usine, sur des centaines de million, et vous trouvez ca pertinant pour fonder une analyse objective de la situation ? Vous êtes Bourdieusien ou quoi ?! Surtout que ca va augmenter le pouvoir d’achat, puisque les prix vont baisser. Donc c’est bon pour tous le monde.

                  « Quels sont-ils ces pays où le chômage n’existe pas ? Les pays vers lesquels on délocalise ? »

                  USA, GB, Irlande, etc..

                  « L’analogie avec le prix des appartements ne tient pas : les bénéficiaires de logements moins chers n’en tirent pas un profit pour être plus compétitif dans la vente de leurs services. »

                  Ma fois, si vous êtes dans un HLM gratuit, vous pouvez effectivement vous permetre d’être moins payé, donc c’est de la concurence déloyale.

                  « Et quand même bien on parlerait de déménagement à l’intérieur de la France, on ne parlerait pas de délocalisation puisque tant que ça reste en France, c’est tout de même tout à fait local. »

                  Tout est local de nos jours. (Et, en passant, délocalisation s’utilise aussi lorsqu’on parle de délocalisation interne en France)


                • Enclume (---.---.167.159) 16 novembre 2006 13:06

                  « oila, une usine, sur des centaines de million, et vous trouvez ca pertinant pour fonder une analyse objective de la situation »

                  Allez en parlez aux milliers de types qui perdent leur emploi sans espoir d’en retrouver.

                  « USA, GB, Irlande, etc.. »

                  Allez en parlez aux ouvriers de l’usine de Ryton.

                  Que savez vous exactement du Royaume-Uni.

                  Savez-vous par exemple que la principale cause de la réduction du chômage au R-U depuis 10 ans tient à la forte croissance de l ?emploi public : depuis 1997, 45 % des emplois créés (861000 sur un total de 1,92 million) relèvent du secteur public. Par comparaison, sur la même période l ?emploi dans les « services administrés » a augmenté en France de 300000 salariés.

                  Savez-vous que sur la période 1994-2004, le nombre d ?emplois au Royaume-Uni a augmenté de 11% contre 14% en France. Notre pays a créé plus d ?emplois (et nettement plus dans le secteur privé, puisque ces chiffres incluent les emplois publics).

                  Pourquoi le chômage a-t-il moins baissé chez nous ? C ?est lié à la progression de la population active. Le nombre de candidats à l ?emploi a grossi de 12% en France en dix ans, contre 6% au R-U. Si bien qu ?il faut deux fois plus d ?emplois dans l ?hexagone pour faire baisser le chômage.

                  (http://www.laurent-fabius.net/rubrique18.html)

                  Alors le couplet sur le miracle libéral de certains pays, il a de quoi faire sourire, mais énormement.

                  On entend aussi le même discours concernant les questions ethniques. Selon certains, le modèle français (République indivisible ne reconnaissant pas de communautés) serait la cause de nos problèmes. C’est vite oublier les émeutes de Los Angeles, certains dérapages lors du l’ouragan Katrina, ou encore les recurrentes émeutes raciales au Royaume-Uni (en 2001, mais pas seulement).

                  « Ma fois, si vous êtes dans un HLM gratuit, vous pouvez effectivement vous permetre d ?être moins payé, donc c ?est de la concurence déloyale »

                  HLM signifie Loyer Modéré. Un loyer modéré gratuit, ce n’est pas un loyer modéré. Ensuite, les HLM attribuent des logements sur critères sociaux. Ca part donc d’abord d’un constat de défaveur. Il n’y a donc rien de deloyal puisque c’est un équilibrage.

                  « Tout est local de nos jours. »

                  C’est un point de vue. Que je ne trouve pas convaincant.

                  « (Et, en passant, délocalisation s ?utilise aussi lorsqu ?on parle de délocalisation interne en France) »

                  Et c’est un abus de langage.

                  V


                • jef88 (---.---.79.14) 16 novembre 2006 14:04

                  « La mondialisation fait perdre 7500 emplois par an en France »

                  FAUX :

                  - Vous confondez mondialisation et délocalisation. Il faut ajouter les marchés perdus par les entreprises françaises sur le marché extérieur et à l’export.

                  Dans quel domaine, ormis l’automobile, sommes nous encore compétitifs ?

                  LE VRAI PROBLEME EST CELUI DE LA BUREAUCRATIE

                  - Les entreprises ont copié le modéle de l’administration et des banques.
                  - Le travail administratif qui était fait, il y a 40 ans par 2 personnes au stylo sur un papier l’est, maintenant, par 6 personnes et autant d’ordinateurs
                  - Bien sur on connait maintenant les coûts au 100ème de centime prét (je ne blague pas, j’ai vu des états...)
                  - Le coût de structure d’une entreprise qui était de 15% du CA environ à l’époque est passé à environ 50%
                  - A côté de cela le PB du SMIC est un épiphénomène...


                • Forest Ent Forest Ent 16 novembre 2006 14:13

                  @ IP:xxx.x75.37.70

                  « C’est la technique facile du »Bouc émissaire« , c’est toujours la faute des Juifs... »

                  Ca, c’est le point de vue de l’extrême droite.

                  « Mais jamais de ceux qui violent avec constance les Lois économiques depuis 30 ans... »

                  Tout à fait d’accord, mais peut-être ne percevons-nous pas de la même manière les lois économiques.

                  Il est économiquement totalement aberrant d’instaurer un régime de libre échange entre des pays qui n’ont pas la même fiscalité, le même droit du travail, les mêmes considérations environnementales.

                  Il est puéril d’imaginer que le commerce international est toujours créateur de richesses. Il est la simple traduction économique de rapports de puissance. C’est la vieille illusion « mercantilist ».

                  Il est puéril d’imaginer que le commerce international est toujours une relation « gagnant-gagnant » qui maximise le profit des deux parties.

                  Le fait que nos dirigeants politiques et économiques aients sombré dans ces illusions destructrices - espérons encore que ce soit pour des raisons désintéressées - explique le rétrécissement de leur audience et la montée des extrêmes. En Allemagne, le SPD a ainsi perdu le pouvoir et il a fallu une coalition des « mondialisateurs » SPD-CDU. Une telle coalition est improbable en France. Le PS et l’UMP font des efforts pour porter le FN au pouvoir. Surtout l’UMP. En reprenant le discours du FN, M. Sarkozy lui a offert ses électeurs.

                  Pourquoi, 15 ans après le traité de Maastricht, faire un bilan lucide de ses résultats ? Pas d’inflation, pas de croissance, pas de social.


                • Internaute (---.---.83.64) 16 novembre 2006 14:56

                  @Forest-Ent

                  Quand vous écrivez « « C’est la technique facile du »Bouc émissaire« , c’est toujours la faute des Juifs... »

                  Ca, c’est le point de vue de l’extrême droite. »

                  Je ne suis pas d’accord du tout. Cela fait belle lurette que le mercantilisme international a dépassé ce cadre en vigueur (à la rigueur) au 19° siècle. Il me semble que vous accrochez une casserole aux nationalistes.

                  Pour le reste, je partage votre point de vue, qui lui, est bien d’extrême droite smiley


                • Forest Ent Forest Ent 16 novembre 2006 15:57

                  « Cela fait belle lurette que le mercantilisme international a dépassé ce cadre en vigueur (à la rigueur) au 19° siècle. »

                  Je ne comprends pas cette phrase.

                  « Je partage votre point de vue, qui lui, est bien d’extrême droite. »

                  Arf. Ca fait mal ça. smiley

                  Pour moi l’extrême droite se caractérise par le nationalisme, le dirigisme, une prévention à l’encontre des minorités et des immigrés, des autres cultures, une emphase excessive mise sur la répression plutôt que la prévention, un racisme et antisémitisme latent, dérivant parfois en théories fumeuses du complot anti-français" et d’une manière générale un manque de sentiments fraternels entre humains. Toutes sortes de choses à l’opposé complet de mes convictions personnelles.


                • Internaute (---.---.214.174) 16 novembre 2006 18:38

                  On parle d’économie et vous partez sur d’autres sujets. Tout cela montre simplement qu’il ne faut pas mettre les gens dans des petites boîtes étanches et que bien des idées sont partagées par une bonne partie de l’éventail politique.


                • Forest Ent Forest Ent 16 novembre 2006 19:02

                  « votre point de vue est d’extrême droite »

                  « il ne faut pas mettre les gens dans des petites boîtes étanches »

                  Il faudrait savoir. smiley


                • Internaute (---.---.18.5) 16 novembre 2006 13:10

                  @L’auteur :

                  Vous avez déjà baissé les bras :

                  « Par son achat, il dira immédiatement quel genre de société il désire ; il dira s’il estime préférable d’économiser deux euros sur un produit fabriqué dans un pays dans lequel il n’aimerait pas vivre ou s’il préfère dépenser deux euros de plus pour obtenir un produit fabriqué dans un pays qui lui ressemble. »

                  >>Bien entendu, vous n’envisagez même pas qu’il puisse acheter un produit fait chez nous.

                  « Nous ne sommes pas pieds et poings liés. Il est difficile de légiférer en matière de droit du travail, car il est trop facile pour le moment, pour une entreprise, de délocaliser : nos travailleurs seront toujours moins attractifs que ceux des pays pauvres (qui ne manquent pas d’experts dans les hautes technologies, contrairement à ce que prétendait notre président de la République, manifestement inconscient du nombre d’informaticiens en Inde). »

                  >>A quoi sert l’Etat, à quoi sert l’Europe, si tous ces « gouvernants » sont incapables de légiférer pour le bien public, d’établir des directions politiques et économiques ? D’aprés vous ils ne servent à rien et leur rôle se limiterait à organiser à postériori le mouvement dirigé par les grands marchands internationaux et leur théoriciens.

                  Trouvez-vous normal que des pays (africains) qui n’arrivent pas à l’équilibre alimentaire soient de gros exportateurs de produits agricoles ? Peut-être qu’ils vaudrait mieux qu’ils n’exportent rien du tout et commencent à cultiver ce dont ils ont besoin. Cette idée ne vous effleure même pas.

                  Il faut penser différemment. Il faut penser en termes de blocs économiques relativement homogènes au sein desquels les échanges peuvent êtres bénéfiques mais arrêter de penser que la mise en concurrence de tout le monde est bénéfique. Faites une étude sur les débouchés de la banane martiniquaise maintenant que l’Europe les met en concurrence avec la banane centre-américaine au plus grand profit des multinationales de l’agroalimentaire nord-américaine.

                  Ce n’est pas au consommateur de faire comme si telle ou telle loi existait. Nous élisons des gens pour établir ces lois et nous les payons pour cela. Si en plus de ce fardeau il faut que nous nous responsabilisions nous-même de leur carence, alors choisissons l’anarchie. C’est le monde à l’envers.


                  • www.jean-brice.fr (---.---.147.47) 16 novembre 2006 20:35

                    Quand on dit que la mondialisation n’est pas plus incontrolable que le capitalisme, soit on est un UTOPISTE ou un ignare ! LE SIMPLISME N’est pas une solution ...


                    • Dominique (---.---.30.27) 19 novembre 2006 14:01

                      Pas d’accord avec tous les pinailleurs qui s’étripent sur ce qui fera in fine la couleur de l’éthique étiquette, moins disant ou non, peu importe, l’idée, à rôder, est excellente ne serait-ce que pour une seule raison : mettre chaque consommateur face à ses choix.

                      Quelsu’un dit plus haut que les gens continueront à acheter le moins cher parce qu’ils n’ont pas les moyens d’acheter le produit d’un processus de fabrication éthique. J’ai des doutes, le prix ne fait rien à l’affaire. Souvenez-vous de la marée noire provoquée par le naufrage de l’Erika en 99. 10 % des automobilistes ont déclaré avoir boycotté Total. 10% ! Etait-ce parce que l’essence est moins chère chez Total ? Bien sûr que non. Comparez cette attitude désolante avec la réaction des automobilistes américains après le naufrage de l’Exxon Valdez en Alaska, c’est édifiant et guère flatteur pour nous.

                      Alors oui aux codes couleur éthiques qui aideront certains d’entre nous à remettre en question leur choix. Mais mon optimisme m’égare sans doute puisqu’en France même on voit des conducteurs en Daewoo...


                      • maxim maxim 21 novembre 2006 23:34

                        L’OMNIVORE/l’interet pour l’ecologie date de plus vieux que cela,en 1966,le mouvement REL,avec JEUNE NATION,en avait fait un de leur thème avant l’heure ;il y avait eu une reunion publique à la mutualité,le lendemain,les journalistes s’étaient foutus de nous dans FRANCE SOIR pour avoir parlé du respect de la nature,des mers,de la qualité de vie .depuis l’idée a fait son chemin.recupérée parMAC TAGGART à VANCOUVERT ,fondateur de GREENPEACE ......

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès