Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > PS : l’électrochoc Ségolène Royal

PS : l’électrochoc Ségolène Royal

Les caves se rebiffent. Contre toute attente Ségolène Royal remporte nettement la consultation des militants socialistes en vue du Congrès de Reims. La demande de renouvellement des personnalités et des idées aura été plus forte que les tentatives de verrouillage des anciens réseaux. La vraie victoire revient toutefois au PS seule grande formation politique française réellement démocratique qui même au fond du trou est encore capable de surprendre.

Les militants socialistes, à l’instar des Français, veulent renouer avec le rêve et l’espoir. Trois décennies plus tard, l’ancien slogan « changer la vie » du titre de l’ancien hymne du PS adopté au congrès de Nantes en 1977 trouve une nouvelle modernité.

Il aura fallu attendre 2 h 30 ce matin pour que le porte-parole du PS, Stéphane Le Foll, proclame les résultats officiels : Royal (29 %), Delanoë (25 %), Aubry (24,42 %), Hamon (19 %). Du côté du maire de Paris, on est sous le choc. Le camouflet est réel à Paris intra-muros, Bertrand Delanoë récolte moins de 40 % des voix. Le caustique François Hollande et ses onze douloureuses années à la tête de Solférino aurait-t-il eu un effet repoussoir ?

Peu importe au fond l’échec de Ségolène Royal lors des présidentielles. Les militants auront surtout retenu sa présence sur le terrain, sa capacité à rendre chèvres les éléphants et à ouvrir tout grand des portes et fenêtres verrouillées à double tour. La relève générationnelle portée par les motions Royal, mais aussi Hamon en atteste clairement. « Les militants veulent du changement » a claironné Patrick Mennuci laissant entrevoir une alliance possible avec la motion Hamon pour s’emparer du PS.

Les alliances, c’est justement la deuxième manche et la plus délicate. Dix longues journées pour trouver un accord afin de constituer une majorité au congrès de Reims. François Hollande ce matin a prévenu dès l’aurore : Ségolène Royal n’est pas majoritaire. Benoît Hamon auréolé de son score entend lui faire monter les enchères. Il évoque une quatrième position pleine d’espoir, et clame crânement qu’il n’a nullement l’intention de jouer les « supplétifs » à Reims.

Invitée ce matin de Nicolas Demorand sur France Inter, Ségolène Royal a dévoilé sa stratégie. La présidente de la région Poitou-Charentes a insisté sur le fait que « quelque chose avait bougé », que le résultat atteste « d’une volonté profonde de changement » et qu’il faudra que le vote des militants soit respecté. « Ce résultat me donne une légitimité », « cette victoire me donne le devoir de mettre en mouvement le PS ».

Faut-il en conclure que Ségolène Royal sera candidate à la succession de son ex-compagnon ? Le flou demeure. « Je n’en fais pas un préalable », « je ne veux pas faire acte de candidature avant d’avoir appelé les autres responsables de motion ».

Pourtant, des contacts ont déjà été pris. « Il va falloir discuter ». Ségolène Royal se pose en rassembleur même si elle en refuse l’appellation. Son idée est simple : « constituer la meilleure équipe possible ». « Je pense qu’il faut rechercher l’alliance avec tout le monde dans la perspective d’une équipe cohérente ».

Ségolène Royal aspire à la constitution d’une dream team : « je veux rassembler tous les talents ». Une sorte de shadow cabinet avec des responsabilités bien identifiées, susceptible d’offrir une opposition efficace à Nicolas Sarkozy et de faire émerger des propositions.

La présidente de région semble déterminée à jouer collectif, consciente « qu’une personne ne peut réussir seule » et esquisse l’embryon d’une méthode avec la « nécessité d’une discipline et d’une délibération collective respectueuse des identités de chacun ».

Pas sûr que la recette et la cuisinière plaisent à tout le monde. Pas à Michel Rocard en tout cas qui symbolise bien l’état d’esprit d’une partie des militants. L’ancien Premier ministre, partisan de Bertrand Delanoë, n’a pas exclu, de façon peu élégante, le 29 octobre dernier de quitter le Parti socialiste si Ségolène Royal devait remporter le congrès de Reims. « Je vais fêter l’an prochain mes 60 ans de parti. J’ai tout endigué : la guerre d’Algérie, les trahisons de Guy Mollet, la folie des premières nationalisations de 1981 qui ont failli mettre notre économie à genoux. On a digéré beaucoup de choses ». Mais « c’est vrai que ce résultat ne me ferait pas plaisir ». Partir du PS, « ce n’est pas des décisions qu’on prend tout seul, ça dépend des conditions, ça dépend de ce qui va être dit au Congrès. Elle a encore le temps de faire des bons discours, on ne sait jamais. Elle a aussi le temps d’en faire de mauvais ».

Michel Rocard fera bien ce qu’il veut. Ségolène Royal a prévenu les caciques, le renouvellement générationnel sera incontournable « tout le monde est utile, mais pas en première ligne ». 


Moyenne des avis sur cet article :  3.07/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 7 novembre 2008 12:51

    Ca, c’est un vrai changement. Bravo le PS ! 


    • Daniel Roux Daniel R 7 novembre 2008 12:53

      J’ai aussi écouté Ségolène Royal ce matin sur France Inter : effarant !

      J’admire son énergie et sa persévérance mais je suis effaré par son incompréhension de la nature humaine. C’est comme si, elle n’avait rien appris. Elle commente des licenciements suite à des fermetures d’usines, "Ce sont des licenciements boursiers, c’est immoral."

      Quand nos hommes politiques accepteront-ils de regarder en face le monde économiques et les gens qui y évoluent.

      Il ne s’agit pas de "Morale" mais de règles.

      Si vous suivez les règles vous êtes dans les clous, si vous ne suivez pas les règles vous êtes en dehors et vous devez être sanctionné.

      Ceux qui me lisent savent que je ne partage pas les vues des ultra libéraux, mais je conçois parfaitement que dans un monde ultra-libéral les personnes assumant des responsabilité réfléchissent et agissent en fonction des règles en vigeur, quoiqu’ils en pensent. Faire autrement serait considérer comme une faute et conduirait inexorablement l’entreprise, ses salariés et ses sous-traitants à la faillite.

      Ce sont les règles qu’il faut changer, les hommes s’adapteront.

      Rapatrier les emplois nécessite de mettre fin au libre échange tout azimut, à établir un protectionnisme au niveau européen, mettre en place une tva sociale, interdire les rapports directs et indirects entre les banques et les paradis fiscaux, supprimer les subventions aux entreprises privées qui délocalisent ce qu’elles vendent en Europe et d’autres règles encore. Les activités stratégiques et vitales pour les gens, type énergie, eau, crédits, doivent être nationalisés : Imaginez qu’EDF fasse faillite, on coupe l’électricité à tout le monde ?


      • Traroth Traroth 8 novembre 2008 02:31

        Bien sûr qu’il y a une morale. Sinon, qu’est ce qui servirait de fondement aux règles ? Le hasard ? Qu’est ce qu’il ne faut pas entendre ! smiley


      • Daniel Roux Daniel R 8 novembre 2008 11:10

        Evidemment que les lois s’appuient sur une morale politique.

        En attendant de changer les lois, il est inutile et démagogique de s’en prendre à telle ou telle entreprise parce qu’elle licencie ou délocalise. Il s’agit la plupart du temps d’une décision prise dans le cadre concurrentiel imposé par les règles libérales en vigueur, en l’occurence : le libre échange. C’est le sens de mon commentaire.

        Cette façon de dénoncer des comportements individuels nuisent à la crédibilité de l’homme politique qui utilise ce procédé et plus largement au parti qu’il représente. La politique consiste à élaborer un cadre de vie pour une population donnée dans un espace fini et non pas désigner des boucs émissaires à une population en plein désarroi.

         





      • Pelletier Jean Pelletier Jean 7 novembre 2008 14:04
        Et vive la démocratie... au moins au Parti socialiste on discute, on échange et on vote...
        Ségolène Royale par son parcours, sa campagne aux présidentielles est probablement l’une des rares personnalités au PS susceptible d’engager courageusement une modernisation du parti :
         
        - dans son mode recrutement (il est temps de mettre fin aux baronnies)
        - dans son animation et son ouverture à la société civile
        - dans la mise en place d’une primaire à gauche pour la désignation du candidat.
         
        Et là clef d’un retour en grâce des socialistes auprès de l’opinion politique est là.
         
        Le succès relatif et inattendu de la motion Hamon est un autre signal celui du rappel à « A gauche toute » dont il faudra d’une manière ou autre tenir compte.*
         
         
        Quant à Ségolène, elle devra se méfier, j’espère que les événements passés la rendront plus clairvoyante, elle doit impérativement prendre elle-même la tête du Parti socialiste et non pas y mettre un second couteau dont elle devra immédiatement se méfier, ce parti a le don de faire pousser de manière éruptive toute sortes d’ambitions.
        Elle doit conduire et diriger la modernisation du Parti socialiste elle même et c’est à cette condition qu’elle sera naturellement la candidate de toute la gauche aux prochaines présidentielles.
         
        Au congrès De Reims je conseille aux socialistes de faire simple, très simple…

        • Jean Lasson 7 novembre 2008 15:20

          Nous ne serons donc jamais débarrassés de cette arriviste incompétente et ignare ? Les français aiment décidément ce genre de profil, peut-être parce qu’il leur ressemble, au moins dans leur imaginaire. Un effet collatéral de la télé-réalité sans doute smiley 

          Sarko en est une autre illustration, avec la vulgarité et l’agressivité d’un petit coq comme cerise sur le gâteau.

          Et cela en ayant aujourd’hui sous les yeux les résultats calamiteux de ces gens-là smiley
          L’intelligence collective nationale est tombée à zéro.

          Alors, notre pays, notre nation, notre société, notre république, nos valeurs sont foutus. Nous-mêmes sommes foutus :/-(

          Le pouvoir pour toujours aux mafieux, aux traîtres qui nous dépouillent ? Et chacun pour soi ?

          Moutons bêlants qui avez voté pour Ségolène Royal, je vous maudis pour mériter cette ploutocratie, cette cleptocratie, cette pornocratie !

          Rome, l’unique objet de mon ressentiment !
          Rome, à qui vient ton bras d’immoler mon amant !
          Rome qui t’a vu naître, et que ton coeur adore !
          Rome enfin que je hais parce qu’elle t’honore !
          Puissent tous ses voisins ensemble conjurés
          Saper ses fondements encor mal assurés !
          Et si ce n’est assez de toute l’Italie,
          Que l’Orient contre elle à l’Occident s’allie ;
          Que cent peuples unis des bouts de l’univers
          Passent pour la détruire et les monts et les mers !
          Qu’elle même sur soi renverse ses murailles,
          Et de ses propres mains déchire ses entrailles !
          Que le courroux du Ciel allumé par mes voeux
          Fasse pleuvoir sur elle un déluge de feux !
          Puissé-je de mes voeux y voir tomber ce foudre,
          Voir ses maisons en cendre, et tes lauriers en poudre,
          Voir le dernier Romain à son dernier soupir,
          Moi seule en être cause et mourir de plaisir !
          [Corneille, malédiction de Camille dans Horace]

          Suicide collectif d’une nation, par la bêtise de ses citoyens collabos.

          Triste jour ...


          • PapyJC_78 7 novembre 2008 18:52

            "Les français aiment décidément ce genre de profil, peut-être parce qu’il leur ressemble,"

            M. Lasson est certainement un démocrate convaincu pour aussi bien considérer, non seulement un tiers de ses "camarades" mais aussi les français dans leur ensemble. Et l’on s’étonne de ce que le PS tombe en désaffection ? 

            Pendant une période internationale moins que stable, le PS s’épuise en vaines querelles intestines qui font mal au ventre , alors le pays aurait besoin de l’union du plus grand nombre pour proposer et mettre en oeuvre des solutions mettant en avant l’Homme et non le Fric. Consternant !

            Quelle est la proposition de projet du camarade Lasson pour sortir la France et les français de l’ornière hormis cracher sur une "camarade" ?


          • Jean Lasson 7 novembre 2008 21:23

            @ Papy,

            D’abord, je ne suis pas au PS. Pour savoir ce que je pense des politiciens du PS et de l’UMP, lisez donc ce que j’en ai écrit début 2007 ici. Vous comprendrez alors que je ne ressente aucune camaraderie avec les sociaux-traîtres qui dirigent ce parti depuis trop longtemps, voire depuis toujours.

            Je ne conteste pas le choix des "militants", hélas, je ne fais que le constater et en tirer de douloureuses conséquences pour l’avenir du pays. Je pense être au moins aussi démocrate que vous en critiquant ceux qui, soi-disant "à gauche", choisissent - encore aujourd’hui smiley - des représentants qui acceptent le consensus de Washington et sa formidable régression sociale. Ceux-ci font doublon avec la droite... et d’ailleurs la rejoignent en rangs serrés, alléchés par la bonne soupe ! 

            Si vous ne vous en rendez pas compte aujourd’hui, alors vous êtes un dangereux naïf qui n’apprendra jamais rien. Et si vous le savez, arrêtez de vous prétendre de gauche. Arrêtez aussi de vous prétendre démocrate en soutenant des représentants qui ont ratifié dans notre dos, contre notre volonté, le traité de Lisbonne. Vous soutenez des putchistes.

            En ce qui concerne Ségolène Royal, sa sélection comme candidate par les "militants", fin 2006, a été une catastrophe pour la gauche et tous les progressistes de ce pays. Elle était d’ailleurs la candidate choisie par les médias, c’est-à-dire par Sarkozy et le patronat. La seule qu’il pouvait battre facilement et la moins dangereuse pour le programme du MEDEF.

            Vous écrivez "[...]le pays aurait besoin de l’union du plus grand nombre pour proposer et mettre en oeuvre des solutions mettant en avant l’Homme et non le Fric". Et je vous demande : qui nous a fait voter le traité de Maastricht et son article 103, puis a ratifié le traité de Lisbonne et son article 124, légalisant le plus formidable vol du Peuple de tous les temps ?

            Entre la droite brutale et inhumaine, celle d’un Denis Kessler qui nous annonce la liquidation de notre contrat social (le programme du CNR) et vous, Papy, il n’y a que l’épaisseur d’un tube de vaseline.

            Alors oui, vous et vos camarades, les 3/4 du PS, n’êtes que des moutons stupides ou les pires des salauds. Et vous nous entraînez tous avec vous vers l’abîme. Mais si au moment suprème, vous bêlez bien fort "je n’ai pas voulu cela" et que je suis derrière vous, comptez sur moi pour vous mettre mon pied au derrière !


          • Traroth Traroth 8 novembre 2008 02:37

            Sans entrer dans le débat pour ou contre Royal, quel(le) politique n’entre pas, pour vous, dans la catégorie "arriviste" ? C’est une critique facile à émettre à l’encontre de quiconque vise un certain poste, et les politiques, je dirais presque par définition, vise un poste ! Le problème, c’est que les politiques sont supposés vouloir obtenir ces postes par sens du devoir, et non par ambition personnelle. Mais plus personne n’a d’illusion là-dessus, si ? L’arrivisme est malheureusement une conséquence structurelle de la démocratie.


          • Jean Lasson 8 novembre 2008 08:50

            @ Traroth,

            [...] quel(le) politique n’entre pas, pour vous, dans la catégorie "arriviste" ?

            Vous confondez arrivisme et ambition. Les idées s’incarnent, sont portées par des personnes. Un politique doit avoir l’ambition de réaliser ses idées et pour cela atteindre le pouvoir. Mais il doit refuser d’abandonner ses idées pour arriver au pouvoir.
            Un politique doit avoir de l’ambition pour son pays et ses concitoyens. L’idée, le programme passent d’abord, la personne ensuite. Ceci s’applique encore, heureusement, à de nombreux hommes et femmes politiques. Aujourd’hui, Mélenchon suit ce schéma et je l’en félicite.

            L’arriviste, lui (ou elle) est près à tout pour arriver au pouvoir, y compris à renoncer à ses idées. Notre république est irrémédiablement corrompue quand ses citoyens acceptent que les arrivistes ne se cachent même plus. Quel intérêt à déléguer notre pouvoir à des personnes qui l’utiliseront pour leur usage personnel ? Et quelles conséquences ? Trente ans de trahisons qui se voient dans les chiffres. On dit que Ségolène Royal, quand elle était à l’ENA, s’est interrogée sur l’idéologie - droite ou gauche - qu’elle allait utiliser pour supporter sa future carrière politique. On dit la même chose de Rachida Dati, qui écrivait à tout le monde, y compris à gauche, pour proposer ses services...

            Enfin, se pose le problème de la compétence. Aujourd’hui, nous avons cette nouvelle race d’arrivistes tellement pressés qu’ils considèrent comme une perte de temps l’acquisition des compétences et de la culture nécessaires à leur mission. Or,  l’ambition dont on n’a pas les moyens est un crime (Chateaubriand).

            Voir ce que Louis Mexandeau pense de Ségolène Royal.




          • sisyphe sisyphe 8 novembre 2008 10:42

            @ Jean Lasson

            En ce qui concerne Ségolène Royal, sa sélection comme candidate par les "militants", fin 2006, a été une catastrophe pour la gauche et tous les progressistes de ce pays. Elle était d’ailleurs la candidate choisie par les médias, c’est-à-dire par Sarkozy et le patronat. La seule qu’il pouvait battre facilement et la moins dangereuse pour le programme du MEDEF.


            Ah bon ?? 

            Alors, je vous mets au défi de trouver, au sein du PS, un candidat qui aurait fait un meilleur score que Royal contre Sarkozy. 
            Et si vous me parlez de DSK, je suis MDR d’avance...

            J’attends votre réponse. 
             smiley


          • PapyJC_78 8 novembre 2008 10:46

            @Lasson

            1- Je ne vois pas ce qui, dans mon commentaire, a pu vous faire croire que je sois "de gauche" et encore moins PS. pour, vers la fin de votre commentaire, me classer à l’extrème droite !
            2- Hormis vous, qui vous arroge le droit d’attribuer des certificats de démocratie ?
            3- Autant que je sache, seul un député du PS (Lang) a voté pour le traité de Lisbonne.
            4- Quelles sont vos propositions de règlement de la situation actuelle ?

            Démocratiquement,


             


          • Jean Lasson 8 novembre 2008 14:55

            @ sisyphe,

            Alors, je vous mets au défi de trouver, au sein du PS, un candidat qui aurait fait un meilleur score que Royal contre Sarkozy.

            Pour un tel défi, vous vous appuyez sur les sondages, lequels : ceux d’Opinion Way, la boîte de bidonneurs créée par l’UMP, ou ceux de l’Ifop (Florence Parisot) ? Soyons sérieux ! Ces gens-là, les mêmes qui détiennent les médias, sont responsables du lancement de Royal, laquelle était quasi-inconnue du grand public avant 2006.

            Réponse à votre question : n’importe lequel, DSK, Fabius, Hollande, Aubry, Jospin, etc. Cette liste non exhaustive n’est pas mon classement par préférence, personnellement je préfère Fabius aux autres. Mais tous auraient écrasé Sarkozy, en particulier lors du débat télévisé qu’il craignait tellement que, même face à Royal, il n’arrêtait pas de chercher du regard l’appui de PPDA. Il suffit aussi de se souvenir comment Fabius, en une seule question, a mis en difficulté l’UMP lors des législatives.

            Cette élection était réputée imperdable pour la gauche, sauf à sortir une tocarde. C’est ce qui s’est passé.

            La stratégie n’est d’ailleurs pas nouvelle. Je me souviens très bien de l’élection de 1981 et du lancement de Rocard en 1980, par tous les hebdomadaires de droite contre Mitterrand. La classe économique avait peur de l’Union de la Gauche ; elle s’était donc trouvé à gauche un candidat plus enclin à protéger ses intérêts et en assurait la promotion. Mitterrand ne s’était pas laissé faire et l’inimitié entre les deux hommes date de cette période.



          • sisyphe sisyphe 8 novembre 2008 15:06


            Réponse à votre question : n’importe lequel, DSK, Fabius, Hollande, Aubry, Jospin, etc. Cette liste non exhaustive n’est pas mon classement par préférence, personnellement je préfère Fabius aux autres. Mais tous auraient écrasé Sarkozy,

            Désolé de vous le dire, mais vous n’y comprenez vraiment rien en politique. 
            AUCUN de ceux là n’auraient fait le score qu’a fait Royal au 1er tour ; c’est à dire qu’on se serait retrouvé avec un 2ème tour Sarkozy - Bayrou. 
            DSK, Fabius, Hollande, Aubry, Jospin : mais vous rigolez... Tous tellement marqués par les querelles internes au PS, par les luttes de clans, par leur passif de gouvernement, avec aucun charisme ; ils n’auraient même pas fait 20%....


          • Jean Lasson 8 novembre 2008 16:03

            @ Papy,

            A nous donc.

            1- Je ne vois pas ce qui, dans mon commentaire, a pu vous faire croire que je sois "de gauche" et encore moins PS

            Quand on écrit : "
            [...]le pays aurait besoin de l’union du plus grand nombre pour proposer et mettre en oeuvre des solutions mettant en avant l’Homme et non le Fric" , on est de gauche, non ? La droite (libérale) place justement "le Fric" avant l’Homme. Ou alors je serais très curieux de connaître votre philosophie politique.

            Vous vous permettez de me rappeler à une discipline de parti , auquel vous avez cru que j’appartenais, alors que vous même n’êtes pas au PS. Gag  smiley

            2- Hormis vous, qui vous arroge le droit d’attribuer des certificats de démocratie ?

            En écrivant "M. Lasson est certainement un démocrate convaincu pour aussi bien considérer [...]", vous vous êtes arrogé le droit de questionner mon rapport à la démocratie. Me contesteriez-vous le droit de vous rendre la pareille, par hasard ? Ce serait peu... démocratique de votre part smiley

            Mais je persiste : même si vous n’êtes pas "de gauche", soutenez-vous la démarche de ratification du traité de Lisbonne par la voie parlementaire ? Si oui, alors, cessez donc de vous prétendre démocrate, car vous n’êtes qu’un putchiste ou, au moins, un collabo des putchistes.

            3- Autant que je sache, seul un député du PS (Lang) a voté pour le traité de Lisbonne.

            Soit vous êtes mal informé à un point incroyable, soit vous vous foutez ouvertement de la gueule du monde smiley Dans les deux cas, je perds mon temps à vous répondre.

            Voici la liste des députés et sénateurs socialistes ayant voté pour , contre et abstention (= oui hypocrite) au Congrès à Versailles le 4/02/2008 :
            http://www.assemblee-nationale.fr/13/scrutins/jo9000.asp
            Pour : 17 députés, 15 sénateurs,
            Abstention : 94 députés, 49 sénateurs,
            Contre : 91 députés, 30 sénateurs.

            4- Quelles sont vos propositions de règlement de la situation actuelle ?

            Vaste question. Vous me demandez mon programme. En voici quelques éléments :

            1. Faire chuter la mafia au pouvoir par une grève générale et prendre le pouvoir.
            2. Sortir de l’Europe (dénoncer la plupart des traités).
            3. Restaurer l’indépendance des grands médias vis-à-vis du pouvoir économique.
            4. Nationaliser tout le secteur bancaire et redonner le monopole de création monétaire à la Banque de France.
            5. Récupérer autant que possible des gigantesques sommes détournées par la mafia.
            6. Restaurer les services publics (renationaliser les secteurs de l’énergie, de l’eau, des transports collectifs des autoroutes et de la Poste).
            7. Restaurer la Sécurité sociale dans toutes ses branches (soins, retraite, etc.)
            8. Restaurer l’Ecole de la République et l’égalité des chances.
            9. Organiser la grande mutation énergétique dans tous ses aspects (recherche, technologie, économique, sociétal et social).
            10. ...
            Mais non, je ne suis pas utopiste ou naïf et je sais bien que cela n’a que très peu de chances d’arriver, à cause de l’immense troupeau décérébré qui s’en va bêlant "il n’y a pas d’alternative", conduit par une petite escadrille de faucons salauds... jusqu’à l’abattoir smiley

          • Jean Lasson 8 novembre 2008 16:24

            @ sisyphe,

            Désolé de vous le dire, mais vous n’y comprenez vraiment rien en politique [...] DSK, Fabius, Hollande, Aubry, Jospin : mais vous rigolez... Tous tellement marqués par les querelles internes au PS, par les luttes de clans, par leur passif de gouvernement, avec aucun charisme ; ils n’auraient même pas fait 20%.

            Désolé de vous le dire, mais vous vous êtes laissé intoxiquer par plus de dix ans de propagande de la Famiglia. Votre affirmation n’est fondée sur aucun élément objectif. Alors que mon anecdote sur l’efficacité de Fabius aux dernières législatives suggère le contraire.

            AUCUN de ceux là n’auraient fait le score qu’a fait Royal au 1er tour ; c’est à dire qu’on se serait retrouvé avec un 2ème tour Sarkozy - Bayrou

            Et dans ce cas de figure, Bayrou l’aurait très probablement emporté. C’aurait été un bien moindre mal que Sarkozy.

            Si on suit votre logique : (a) Royal était la meilleure des candidates et comme (b) Royal a perdu, donc (c) cette élection était ingagnable par la gauche. Ce n’est pas mon impression et ce n’est pas ce que j’entendais en 2007 !






          • Jean Lasson 8 novembre 2008 16:25

            @ sisyphe,

            Désolé de vous le dire, mais vous n’y comprenez vraiment rien en politique [...] DSK, Fabius, Hollande, Aubry, Jospin : mais vous rigolez... Tous tellement marqués par les querelles internes au PS, par les luttes de clans, par leur passif de gouvernement, avec aucun charisme ; ils n’auraient même pas fait 20%.

            Désolé de vous le dire, mais vous vous êtes laissé intoxiquer par plus de dix ans de propagande de la Famiglia. Votre affirmation n’est fondée sur aucun élément objectif. Alors que mon anecdote sur l’efficacité de Fabius aux dernières législatives suggère le contraire.

            AUCUN de ceux là n’auraient fait le score qu’a fait Royal au 1er tour ; c’est à dire qu’on se serait retrouvé avec un 2ème tour Sarkozy - Bayrou

            Et dans ce cas de figure, Bayrou l’aurait très probablement emporté. C’aurait été un bien moindre mal que Sarkozy.

            Si on suit votre logique : (a) Royal était la meilleure des candidates et comme (b) Royal a perdu, donc (c) cette élection était ingagnable par la gauche. Ce n’est pas mon impression et ce n’est pas ce que j’entendais en 2007 !






          • Jean Lasson 8 novembre 2008 16:29

            Aïe, désolé pour le doublon. AV est tellement lent que les fausses manoeuvres sont difficiles à éviter...


          • Lapa Lapa 7 novembre 2008 16:36

            "Contre toute attente Ségolène Royal remporte nettement la consultation des militants socialistes en vue du Congrès de Reims."

            euh ouvrez les yeux : à peine 4 points d’avance, pas de majorité absolue ; le score n’atteint même pas le TIERS des suffrages ; obligée d’aller d’alliance en compromissions... la victoire de Royale n’est sûrement pas nette. 50% de participation... bref...le combat des chefs aura remis tout le monde au milieu ; aucune motion ne ressort.


            • Traroth Traroth 8 novembre 2008 02:43

              Avec 6 motions en présence, une majorité absolue n’était pas très probable, franchement. Personne ne tiendrait ce discours si c’était Delanoé qui était arrivé en tête. Et dans un an, tout le monde dire "l’arriviste" pour désigner Delanoé. Hé, les gauchistes, vous n’avez pas encore remarqué que la droite vous intoxique ? A chaque fois qu’un leader se dégage au PS, bizarrement, il est disqualifié pour des raisons idiotes. Ce parti n’est pas près de se redresser. S’il était autant à gauche que ses militants, ça aiderait, bien sûr...


            • Absurde Absurde 7 novembre 2008 18:07

              Ouais, ça bouge au PS... Pas à dire. 


              • Forest Ent Forest Ent 7 novembre 2008 18:16

                On ne change pas une équipe qui gagne. Ca donne toutes ses chances à Sarkozy en 2012.


                • Georges Yang 7 novembre 2008 18:17

                  Pitié arretez de nous bassiner avec la Sirène du Poitou
                  Avec elle c’est Sarozy , Coppé, Devedjian assurés pour 13ans


                  • joelim joelim 7 novembre 2008 21:57

                    A mon avis, certains de ceux qui piquent leur crise ici sont du même matériau que ceux qui ont plombé sa candidature en face de Sarko (peut-être par dépit de ne pas voir son favori lui damer le pion ?). Des sortes d’anti-sarkozystes dans le discours mais pro-sarkozystes en pratique... Et peu sensibles à la démocratie en plus.

                     
                    Pas de regret pour moi : ni Aubry, ni Delanoë ni Hamon ne me semblent de taille en face de Sarko (ou d’un équivalent d’ailleurs). Aubry est plombée par le triumvirat DSK-Fabius-Hollande, Delanoë admire Sarko (qu’il trouve de toute évidence très sympathique), et Hamon est plombé par la crainte justifiée des français envers le collectivisme. Même si dans les trois cas il y a du bon à prendre (enfin c’est mon avis d’extérieur au ps), il faut faire place aux jeunes, Royal a raison (même si çà ne suffit pas pour remettre le ps à flots...).
                     
                    Mais bon c’est vrai qu’un article comme çà (peut-être un poil trop militant ? ou alors il fallait parler d’un électrochoc de 100 volts seulement smiley ) ne peut qu’attirer les allergiques à Royal... Le "nettement" de la 2e phrase de l’article est un poil trop pimenté, voire carrément exagéré smiley ... Mais il faut bien que les "ségo’s rancuniers" se défoulent (y en a un c’est que des copié-collés, c’est d’l’abus). Je me demande si les plus énervés sont ceux que la droite a le plus mis dans la mouise ? Pas si sûr...

                    • michel 8 novembre 2008 00:05

                      La courte victoire de Ségolène Royal illustre bien les difficultés persistantes du Parti Socialiste à se trouver un leader charismatique incontournable et indiscutable. La machine à gagner que François Mittrerand avait réussi à bâtir autour de sa propre personne et pour son intérêt personnel, est devenue une machine à broyer les ambitions et les hommes.

                      A voir aussi sur mon blog : http://w454.skyrock.com/


                      • manusan 8 novembre 2008 03:20

                        « Ce qu’elle va faire la gauche ? Pitié comme d’habitude »
                         (Coluche)


                        • manusan 8 novembre 2008 03:21

                          - Une autre, une autre…

                          - bon d’accord :

                          « Rose promise…Chômdu ! »
                          (Coluche encore)


                        • Axel de Saint Mauxe Nico 8 novembre 2008 09:57

                          Je cite l’auteur :

                          "Les militants socialistes, à l’instar des Français, veulent renouer avec le rêve et l’espoir"

                          Rêve et espoir ? petit air de pipo que nous joue le PS depuis de nombreuses années pour masquer le vide de son projet politique. Ségolène est sans doute la meilleure dans ce domaine.

                          La France a surtout besoin de pragmatisme et d’huile de coude  ! Mais dire la vérité fait peur, alors on continue à vouloir fair miroiter un avenir radieux à des gogos qui le sont de moins en moins.

                          Bon courage le PS : tes militants sont tes fossoyeurs


                          • sisyphe sisyphe 8 novembre 2008 11:15

                            par Nico 								 (IP:xxx.x26.168.4) le 8 novembre 2008 à 09H57 				 				
                            				

                            								
                            				
                            					
                            La France a surtout besoin de pragmatisme et d’huile de coude  !

                            Ah oui !
                            Travailler plus pour gagner moins !

                             smiley

                          • Gabriel Gabriel 10 novembre 2008 07:31
                            Concernant Mme Royal, je m’aperçois toujours avec la même surprise les haines et rancoeurs qu’elle suscite et j’avoue sincèrement que j’ai du mal à les comprendre. Certes la dame du Poitou a un ego important mais ne l’ont-ils pas tous ? De plus ses idées :
                            De démocratie participative avec le contrôle des élus.
                            De solidarité non gratuite avec le donnant donnant,
                            De priorité à l’écologie dans l’économie (qui en terme de création d’emploi peu se révéler très prolifique).
                            D’encadrement des jeunes délinquants par l’armée afin de leurs redonner le respect des autres et surtout d’eux même (plutôt que de les mettre en prison et en faire de véritable caïd).
                            Voici quelques exemples qui ne me choque pas et qui redonneraient un peu d’humanité et d’efficacité dans notre société. Bien sur, je ne prétends pas que cela est merveilleux mais, sincèrement, ne serait ce pas mieux que ce que l’on a actuellement ? Un sarko qui nous a fait du Bush pendant 2 ans et qui continu sur la même ligne. Quant aux éléphants du PS, nous les avons déjà vu à l’œuvre, que dire de leurs assommants silences pendant la casse sociale mise en place par N.S et son équipe. Au PS elle a été une des rares voix à s’élever contre cette politique absurde et la plupart de ces idées sont reprises par les prétendants au poste de secrétaire du PS (Les hypocrites). Pour finir si la base est avec elle c’est que sa démarche n’est pas aussi mauvaise que ça. Pourquoi les médias, les cadors du PS et de l‘UMP la casse sans cesse ? C’est peut-être qu’elle gène, à réfléchir.

                            • brieli67 10 novembre 2008 08:19

                              Jeudi 5 octobre 2006 - 06:00 D’outre-tombe, Bourdieu dézingue Ségolène Royal
                              Dans une vidéo de 1999 exhumée sur le Net, il la juge « de droite ».
                              Au départ, il y a un entretien posthume du sociologue Pierre Bourdieu, décédé en 2002, diffusé vendredi sur Zalea TV. Présentée par cette chaîne alternative du Net comme une séquence « inédite de douze minutes tournée en mai 1999 par Pierre Carles », la vidéo s’intitule : « Gauche-Droite, vu par Pierre Bourdieu » (1).

                              « Habitus ».
                              Le sociologue y cite en exemple ces « responsables politiques dits de gauche (qui) sont en fait de droite ». Comme Ségolène Royal ? C’est en tout cas l’avis de Bourdieu : « Comment elle s’appelle, la femme de Hollande ? Ségolène Royal. Et bien pour moi elle n’est pas de gauche. (...) Elle a un habitus , une manière d’être, une manière de parler qui vous dit : "Elle est de droite" », estime-t-il dans son face-à-face avec Pierre Carles. Il croit même savoir qu’à l’ENA, la jeune Ségolène Royal s’est « posé la question du choix entre la gauche et la droite en terme de plan de carrière » et qu’elle a choisi la gauche faute de places à prendre à droite.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès