Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > PS : OPA des éléphants sur les « Reconstructeurs »

PS : OPA des éléphants sur les « Reconstructeurs »

Faire du neuf avec du vieux. L’idée n’est pas nouvelle. C’est par ce biais que la vieille garde du PS (Fabius, Lang, Aubry) a choisi de se positionner en vue du prochain congrès en apportant leur soutien ou en participant activement à la démarche des Reconstructeurs. Une petite claque aux « petits jeunes » à l’initiative de l’alliance, les Montebourg, Dray et Moscovici dont les deux derniers n’ont pas caché leur aspiration à devenir Premier secrétaire.

L’irritation était visible dimanche soir sur le visage de Pierre Moscovici. Il faut dire que la réunion censée promouvoir et structurer l’objectif des reconstructeurs de constituer une force d’interposition entre Bertrand Delanoë et Ségolène Royal a tourné en one-woman-show de Martine Aubry. Difficile à admettre quand le pôle des Reconstructeurs se veut un exercice collectif et novateur. Difficile à digérer quand, pour faire passer la pilule, on vous sert une rasade de Fabius et de Lang.

« C’est le mouvement je crois le plus novateur », a déclaré Laurent Fabius à Europe 1, évoquant « des responsables et militants qui viennent de sensibilités différentes (et) décident de travailler ensemble sur le fond et de rechercher des solutions communes pour une gauche décomplexée et qui puisse gagner ».

Jack Lang, plus distant, mais soucieux de préserver ses intérêts au cas où, s’est borné à qualifier samedi « d’initiative positive » la réunion des Reconstructeurs du PS, estimant qu’elle pourrait déboucher sur « un rassemblement le plus large possible des talents, des énergies, des capacités ». L’ancien ministre de la Culture a expliqué, avec d’autres élus du Pas-de-Calais, être disposé à soutenir une contribution dont une des premières signataires serait Martine Aubry.

Une réunion plus tard, les Reconstructeurs se trouvent donc subitement ringardisés, étiqueté cartel des non face aux aspirations Delanoë-Royal. Volonté de nuire ou volonté de construire, Martine Aubry n’a jamais caché son aversion à l’égard de Ségolène Royal. Beaucoup gardent en mémoire sa petite phrase décochée en août 2006 à La Rochelle à l’égard de celle qui allait devenir la candidate des socialistes : « je ne suis pas née moi pour être présidente de la République ». La fille de Jacques Delors n’a rien perdu de son acidité désormais étendue à Bertrand Delanoë : « Nous sommes tout simplement socialistes, sans besoin d’y ajouter d’autre qualificatif. Cela se suffit à soi-même. Ceux qui ont honte de le dire n’ont rien à faire dans notre parti. » Ségolène Royal et sa démocratie participative n’a pas été oubliée : « Je n’ai rien dit, mais je ne me suis pas sentie bien. On avait oublié que, le politique, c’est donner une vision, un sens et pas demander à chacun ce qu’il veut ».

Etrange retour sur le devant de la scène de la maire de Lille. La dame des 35 heures se présente aujourd’hui comme l’incarnation de la résistance au rouleau compresseur sarkozyste. « Touche pas à mes 35 heures » ne saurait pourtant être un slogan d’avenir. En 2002 pourtant, ces mêmes 35 heures, par le désordre qu’elles avaient généré dans leur mise en œuvre, avaient été accusées d’être responsables de la défaite de la gauche.

Alors que Delanoë et Royal chassent à droite du parti, la maire de Lille tente de séduire la gauche du parti. « Je suis fière des congés payés, de l’abolition de la peine de mort et des 35 heures… Je veux retrouver la gauche collective, créatrice, solidaire et joyeuse ; laissons de côté nos querelles dépassées ! », a-t-elle lancé, en conclusion du meeting de dimanche. Ca fera certes plaisir aux fabiusiens, mais aux autres ? Car la difficulté est bien là, donner de la consistante à un attelage des plus hétéroclites.

Derrière cette montée en puissance surprise de Martine Aubry, on devine la patte de Laurent Fabius. Le retrait de celui-ci des instances nationales au profit de son lieutenant Guillaume Bachelay n’était qu’un simple affichage. Ses ambitions sont intactes : l’Elysée. En vieux fauve de la politique, l’ancien Premier ministre sait composer, jouer des rivalités et placer ses hommes de main aux endroits stratégiques. Claude Bartolone, par exemple, présent dès le départ dans les négociations pour la constitution du pôle des Reconstructeurs. Marginalisés jusqu’alors, les fabiusiens ont trouvé une bouée de sauvetage dans une alliance qu’ils comptent bien retourner en leur faveur. « Le test, ce sera le moment de la motion, à la rentrée », précisait Claude Bartolone, qui se félicitait que « l’alternative prenne si vite » se léchant par avance les babines, tout comme son mentor.

A l’inverse, Manuel Valls est sceptique. « Ca ne marchera pas », a-t-il déclaré sur France 2, se prononçant contre l’idée “de rassembler tous ceux qui ne veulent ni Delanoë ni Ségolène Royal” à la tête du PS. Manuel Valls prône une relève “générationnelle”. Un sentiment que doivent partager Arnaud Montebourg, Julien Dray et Pierre Moscovici.


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 2 juin 2008 12:54

    Franchement au PS c’est vraiment la catastrophe.

    Entre le non choix dans la politique spectacle et marketing ROYAL-DELANOE ,on voudrait nous ressortir Martine AUBRY,qui a produit une machine à gaz avec ses 35h productiviste,responsable du bloquage des salaires qu’a entrainé l’application de cette loi,qui n’a pas apporté beaucoup de pouvoir d’achat aux salariés.

    Si l’avenir du PS se trouve entre ces 3 personnes,je voterais encore une fois NICOLAS SARKOZY en 2012

     


    • Laurent_K 2 juin 2008 14:45

      Ce qui serait surprenant avec ta prose, c’est que tu votes autre chose que Sarkozy


    • cpt.kirk cpt.kirk 2 juin 2008 13:56

      les 35h je ne sait pas comment l’ensemble des dirigeants français expliqueraient leur parfaite incompétence au développement et à l’exportation si Marine Aubry n’avais inventé les 35h.
      Pour en revenir à l’article je dirait que malgré l’insupportable présence de Fabius et Lang (mais quand y vont nous lâcher putain c’est pas possible on vous l’a déjà dit ON PEUX PLUS VOUS VOIR) le retour de Martine Aubry même si il ne m’entraîne pas dans des débordements de joie (les socialistes nous ont déjà assez déçus), face au centrisme mou du couple Royal Delanoé une socialisme qui tiens des propos de GAUCHE ça réchauffe et ça fait naître en moi ce que je qualifierait de début d’espoir, ne nous enflammons pas trop vite ...


      • Laurent_K 2 juin 2008 14:48

        Mouai... Je ne suis pas convaincu par Martine Aubry non plus. Pour le moment, je ne vois personne qui me donne envie de voter pour lui ou elle. Il y en a un paquet qui m’écoeurent mais aucun en qui j’ai confiance pour réparer les dégats de Sarkozy.


      • Jean-Pierre LE COADIC 2 juin 2008 20:21

        la sainte vierge Martine Aubrry a fustigé l’attitude de Ségolène Royal entre les deux tours de la présidentielle car elle ne supportait pas le débat avec Bayrou. Bravo, mais qu’a t-elle fait aux municipales ? Composer une liste avec le MODEM, et elle ose se glorifier de son score !... Quand on donne des leçons il faut savoir tenir sa ligne !!! Ségolène avait raison et, si Martine en a fait de même, c’est qu’elle savait qu’il n’y avait pas d’autres solutions. Un peu de modestie ne peut pas nuire. Merci aux "’reconstructeurs" qui sont, avant tout, des TSS (tout sauf Ségolène). Ce sont les mêmes qui se prétendaient TSS (tout sauf Sarkozy ) et qui en fait n’ont rien fait pour que Ségolène soit élue. Je suis militant du PS et je les ai vus sur le terrain (totalement absents), les fabusiens surtout ! Mais pour les législatives, leur candidat étant en compétition, là, ils se sont mobilisés. Si Hollande avait eu un peu de courage, dès le référendum de 2005, Fabius et ses copains auraient dus être exclus du PS. 


      • La Taverne des Poètes 2 juin 2008 14:46

        Martine & les Reconstructeurs, ça sonnerait bien pour un groupe de rock des Sixties. Ou les "Beach boys & girls" surfant sur la vague du succès de "Bienvenue chez les Ch’tis". Mais attention au ressac !

         


        • geko 2 juin 2008 15:31

          Le PS, globalement il file la gerbe ! Il n’a plus lieu d’exister donc il n’y a plus lieu d’en parler !


          • la fee viviane 2 juin 2008 19:09

            ils sont tous cuits : Jospin, il a quitté la vie politique, fabuis, il n’a plus la côte et de toute façon tout le monde s’en fout, DSK, à la tête du FMI grâce à son copain sarko, je croyais naïvement que le PS allait enfin débattre des idées et de l’union des gauches pour amorcer cette rénovation qu’il nous faut absolument avoir terminer pour 2009 avec les élections eurpéennes !! Il est vrai que Jospin serait candidat ? DSK s’étant lui-aussi augmenter de façon conséquente ne quittera pas le FMI à moins, bien sûr que tout le peuple de gauche scande son nom pour 2012 !! Qui reste t-il donc pour que l’espoir qui a fait se déplacer 17 millions de votants en mai 2007 se concrétise ? 


            • ouallonsnous 2 juin 2008 19:21

              Pourquoi débattre encore des apparitchicks du PS, ils sont morts !

              Accepterez vous maintenant qu’ils ont renié jusqu’a leur identité en bafouant le vote des français de 2005 contre le TCE, qu’ils se sont couchés ignoblement devant la droite néo-con au congrés de Versailles, que ces gens là nous représentent ?

              Leur place est parmi la droite de l’UMP et chez Le Pen !


              • jaja jaja 2 juin 2008 19:50

                Le PS est le garage des mécontents. Pour que le manège du capitalisme tourne sans trop d’à-coups il faut un parti faisant semblant de s’émouvoir des conditions de vie du peuple.

                Dans ce système si les gens ne sont pas contents ils changent de guignol (Ségo ou Sarko), mais jamais de manège, les vrais dirigeants du capital financier continuant à donner le ton en coulisse...

                Ainsi la fin de l’indexation des salaires sur les prix est oeuvre de gauche et ce sans une heure de grève, les privatisations sous Jospin ainsi que la liberté de circulation des capitaux sont passées comme lettre à la poste. Tout comme les interventions militaires de Guy Mollet ou de Mitterrand.

                Le PS est l’autre parti du capital financier. Rien d’autre....

                Que ce parti crève serait une bonne chose..

                A condition que naisse la gauche, la vraie et la seule, celle de la redistribution égalitaire des richesses entre toutes et tous... Déja et pour commencer 50 000 milliards de dollars à aller récupérer dans la poche des très riches (lire le Monde Diplomatique de juin à ce sujet) pour que nous mêmes ou nos frères en humanité du Tiers-Monde puissent prendre retraite tranquillement, travailler sans stress et manger et se loger facilement...
                 


                • chmoll chmoll 3 juin 2008 11:10

                  c pour 2012 tout s’bazard,au cas ou

                  ben ouié pour avoir une planque dans un un gouv de droite,faut avoir une bonne planque au ps

                   


                  • jzk 3 juin 2008 12:56

                    Quelle bande de bras cassés quand même.

                    Personnellement dès que je vois un socialiste pas catho, qui ne favorise pas l’islam pour se faire élire, qui croit en la laïcité et les droits de l’homme, qui suit les recommandations du peuple (DADVSI, TCE, OGM... rigolo tous ces sigles annonceurs de jours obscurs) et qui ne pense pas qu’à son cul, je vote pour lui.

                    Normalement, ils devraient être tous dans le profil. Force est de constater qu’il n’y en a pas un.

                    La gôche a bon dos, que des hypocrites qui mouillent à l’approche de la sacro-sainte alternance de cette parodie de démocratie. C’est le seul moyen pour ces gens là de se retrouver sur le podium, attendre que les copains de "la droite" se fasse détester bien fort. Et dans 5 ans on recommence.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article

PS


Palmarès