Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > PS : passer du trou noir à la galaxie en expansion

PS : passer du trou noir à la galaxie en expansion

Les sourires de façade tout autant que les évitements soignés ne changent rien. Le PS n'est plus un grand cadavre à la renverse. Il n'en reste pas moins un grand corps malade. L'affluence record qui a marqué l'université d'été de La Rochelle, 4 000 participants, témoigne plus d'une hypertrophie maligne que d'une bonne santé. A moins d'un an de l'échéance présidentielle, la formation socialiste peine à retisser le lien avec la société civile.

Peu importe les ambitions personnelles et les querelles d'ego. Elles sont inhérentes à toute formation politique. Le vrai problème n'est pas là mais dans le projet de société porté par le premier parti d'opposition.

Vite fait et vite enterré le projet officiel est celui d'un rendez-vous raté. Ecrit sur un coin de bureau par quelques hiérarques fermement implantés dans la technostructure socialiste, il a vite été refermé.

La piqûre "Royale" de 2007 n'est plus un lointain souvenir. Adieu le participatif. La verticalité a repris toute sa place tout comme l'agencement des salles de réunion. Plus de chaises en rond mais d'un côté ceux qui parlent assis derrière les tables de l'autre, en face, ceux qui écoutent. Dans l'assistance, toujours les mêmes têtes. Toujours les mêmes questions et mêmes remarques. Les réunions du PS ont l'allure d'un disque rayé. La nouveauté se limite aux cheveux qui blanchissent aux rangs s'éclaircissent.

La présidentielle va bien amener un peu de brassage mais pour un temps limité. Le PS est malade de sa consanguinité.

Promise sur le papier à constituer un nouveau souffle démocratique, la primaire s'annonce comme un exercice hasardeux. Le calendrier n'est guère avantageux avec un mois de septembre qui est celui de toutes les rentrées. Mais après ? Si le succès est au rendez-vous, à savoir si le seuil symbolique du million de participants est atteint, que fait-on de ceux qui ont manifesté par leur déplacement leur intérêt à l'alternance socialiste ?

L'écueil serait de vite les oublier. De les renvoyer chez eux suivre la campagne depuis leur télévision. L'innovation serait de les garder, de les chouchouter et de permettre par capillarité leur passage au PS et ainsi redonner du souffle à une vieille maison vermoulue.

C'est loin d'être gagné. L'épisode des cartes d'adhérent à 20 € initié par Ségolène Royal a démontré l'hostilité d'une majorité de socialistes à ce qu'ils considèrent comme une invasion non maîtrisée susceptible de menacer les rapports de force et les places.

La constitution des Etats majors des deux candidats favoris, François Hollande et Martine Aubry, avec ses allures de tableau de chasse de barons locaux est caricaturale. C'est oublier qu'en démocratie une personne égale une voix que l'on soit simple citoyen ou grand élu. C'est oublier que la société ne se limite pas à la sphère purement politique.

Dans l'ambiance anxiogène du moment faite de promesses de sueur et de rigueur les français sont hostiles aux illusions mais attendent néanmoins du rêve. A défaut de solution économique miracle la rénovation démocratique est aujourd'hui un impératif. Reste à savoir si le PS a la capacité d'incarner un souffle démocratique alors qu'il est incapable de s'amender lui-même, si tout simplement le PS est capable d'un big bang.


Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • manusan 29 août 2011 11:25

    « C’est oublier qu’en démocratie une personne égale une voix que l’on soit simple citoyen ou grand élu. »

    En démocratie, quand on vote NON à un référendum, on applique le NON. Donc non, nous ne sommes plus en démocratie, le traité de Lisbonne c’est le viol démocratique de l’UMPSVert. Je voterais désormais contre eux à chaque occasion.


    • kiouty 29 août 2011 11:48

      si le succès est au rendez-vous, à savoir si le seuil symbolique du million de participants est atteint

      C’est une plaisanterie ?

      Et quand bien même le million d’électeurs serait à l’ordre du jour, le canard enchainé de la semaine dernière révèle à quel point un large succès de ces primaires en termes de participation angoisse les organisateurs, car la logistique ne suivrait pas, les moyens mis en place ne seraient pas adaptés à une telle déferlante.

      Et l’idée même d’une telle déferlante a quelque chose de comique de toute façon... On verra bien.


      • captain beefheart 29 août 2011 13:35

        Il n’y a que les asticots qui voteront pour un cadavre.

        Pour la deuxième tour je vois Le Pen contre De Villepin . Et tout rentrera dans l’ordre de Rothschild ,quand vous allez vous précipiter pour « sauver la république » comme en 2002.


        • sdzdz 30 août 2011 09:08

          Bâtir un tel programme après 10 années dans l’opposition... il faut bien un jour que la farce se termine !

          De plus, avec quels alliés travailleraient-ils ? Les annonces de E.Joly sont consternantes d’anti-républicanisme... Mélanchon a mis trop de temps à se réveiller, et en plus n’a même pas eu la force de rallier Chevènement.

          Je reste persuadé que seuls les républicains souverainistes (article 2 de la constitution) peuvent sortir le pays du bourbier même s’ ils sont pris entre deux feux, celui de l’affairisme apatride et celui de l’internationalisme apatride. C’est même la seule possibilité de préserver la paix civile dans le pays : on parle beaucoup du coup de force (d’Etat) sur le traité de Lisbonne mais on oublie que Maastricht en était déjà un !
          -Maastricht, une révision préalable de la constitution pour l’adapter au traité... et un Mitterrand satimbanque, un !
          -30% d’abstentionnistes, donc 35% des votes pour le oui (51% reconnus)
          -une majorité définie à 50% et quelques voix, 3/5 en Congrès ! Pourquoi cette distorsion ?
          -l’acte le plus scélérat : avoir laissé supposer un équilibre entre projets alors qu’il n’y en avait pas, avoir dissimulé largement le caractère supranational de la dynamique enclenchée (cf Roland Dumas). La France étant une république indivisible, les modalités d’expression démocratique propres au pays devaient impérativement être transposées puisque le projet de l’UE conduit en retour à la dissolution de la France et de la République... La majorité ne pouvait pas être de 50% et quelques, le territoire et le peuple n’étant pas plus divisibles que la République ! Ajoutons que le Conseil constitutionnel avait refusé de prendre position sur le texte à partir du moment où il y avait recours au référendum, comme si la forme pouvait être détachée du fond...

          Maastricht est un arbitrage qui nous conduit à la guerre civile ! Aucun stratège n’aurait pu valider une telle politique, et malheureusement aucun spécialiste de droit constitutionnel ne pense en stratège.

          Les articles 1 et 2 de la Constitution française sont encore aujourd’hui de véritables garde-fous !

          Il n’est donc pas surprenant que nos gouvernants cautionnent les pratiques mafieuses de la BCE, sur le blanchiment d’actifs toxiques (des banques), sur la monétisation de dettes publiques souveraines, dans l’illégalité la plus totale ! Sans que le PS y trouve à redire...

          Nous allons donc nous donner les moyens de dénoncer ces traités.

          Par ailleurs, l’IRC vient d’initier une phase de politique diplomatique pour la monétisation de notre dette publique sur projets en afrique francophone... que le PS aurait pu mener à bien plus tôt si ce parti était entre les mains de républicains ! cf blog

          http://www.la-France-contre-la-crise.over-blog.com

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article

PS


Palmarès