Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > PS : Reims, c’est mal parti !

PS : Reims, c’est mal parti !

Confusion politique, luttes de pouvoir, carriérisme, impossible clarification idéologique…

Depuis le conseil national du PS réuni à la Mutualité ce 23 septembre 2008, on sait que six motions vont finalement s’affronter pour conquérir en novembre prochain la direction du Parti socialiste, puis la candidature à l’élection présidentielle d’avril 2012.

Les militants socialistes se prononceront le 6 novembre 2008 pour définir les nouveaux rapports de force.

Ce sont les motions de Ségolène Royal (motion E portée par Gérard Collomb), de Bertrand Delanoë (motion A), de Martine Aubry (motion D), de Benoît Hamon (motion C), de Christophe Caresche (motion B) et de Franck Pupunat (motion F).

Christophe Caresche porte une motion écologiste et Franck Pupunat celle du mouvement Utopia.


Pas de vie politique sans ambition personnelle

Dans le jeu politique, les luttes d’ambitions sont normales et saines.

Marine Le Pen et Bruno Gollnisch s’affronteront sans doute pour récupérer l’héritage du Front national abandonné par un Jean-Marie Le Pen vieillissant.

Gérard Larcher et Jean-Pierre Raffarin s’affrontent ce 24 septembre 2008 après-midi pour la présidence du Sénat.

Valérie Pécresse et Roger Karoutchi vont rivaliser plusieurs mois pour la candidature UMP à la présidence du Conseil régional d’Île-de-France. Etc.

Les exemples sont nombreux et logiques. Lorsqu’il y a un enjeu dans des fonctions, il y a forcément plusieurs candidats déterminés.


Paroxysme et quatrième républicarisation

Mais ce qu’il se passe aujourd’hui au Parti socialiste semble atteindre le paroxysme de ces jeux d’ambition. Une sorte de vaudeville qui ferait bien rire si on ne savait pas qu’il est le deuxième parti de France, qu’il a quand même gouverné la France pendant quinze ans ces vingt-sept dernières années et qu’il a conquis la majorité des collectivités locales (municipalités, Conseils généraux, Conseils régionaux) jusqu’à même devenir susceptible d’être majoritaire au Sénat probablement en 2011.

On a reproché au Parti socialiste qu’il était trop présidentialisé, histoire de dire que le futur premier secrétaire ne devait pas se sentir son candidat naturel à la prochaine élection présidentielle. Pourtant, j’ai plutôt l’impression qu’il ne le soit pas assez, présidentialisé.

En effet, si on observe bien son fonctionnement, le Parti socialiste est plus proche de la IVe République que de la Ve République. François Mitterrand avait réussi à l’adapter (par l’attrait de sa forte personnalité) aux institutions de la Ve République, mais visiblement, de façon temporaire.

Car le Parti socialiste vit en régime parlementaire intégral. Jusqu’au mode de scrutin proportionnel pour la désignation de sa direction. Ce qui oblige à une synthèse molle pour obtenir une majorité opérationnelle. François Hollande en était d’ailleurs l’exceptionnel artisan (rassembler les partisans et opposants du Traité constitutionnel européen par exemple).

Et il ne gagne principalement que les élections législatives (trois victoires en juin 1981, juin 1988 et juin 1997) et ses deux victoires présidentielles (mai 1981 et mai 1988) ne semblent dues qu’à la personnalité de François Mitterrand.


La nouvelle cartographie socialiste

Mais reprenons les nouveaux clivages au sein du PS pré-rémois (car il s’agit bien de nouveaux clivages par rapport à la fin août).

La première observation, c’est que la nouvelle génération d’élus socialistes, pourtant déterminée à conduire les éléphants vers la sortie, a pitoyablement raté son objectif.

Et chacun de cette génération a préféré choisir la motion de l’éléphant qui lui assurerait le plus d’avenir personnel. Sans rapport avec les idées qu’elle pourrait véhiculer.

L’exemple est frappant.

Jean-Marie Cambadélis, Claude Bartelone, Gérard Collomb et Jean-Noël Guérini, trois élus qui comptent à Paris, Lyon et Marseille, s’étaient d’abord alliés avec Pierre Moscovici avec la volonté de prendre d’assaut la direction du PS.

Résultat des courses : Jean-Marie Cambadélis et Claude Bartelone nouent un accord avec Martine Aubry pour rassembler strauss-kahniens et fabiusiens. Gérard Collomb et Jean-Noël Guérini rejoignent finalement Ségolène Royal. Et que décide le strauss-kahnien Pierre Moscovici ? On aurait pu penser Martine Aubry ou Ségolène Royal. Non ! Il décide de soutenir Bertrand Delanoë. Allez comprendre !

Hilarante, la lettre d’Arnaud Montebourg, ancien soutien de Ségolène Royal, uni avec Pierre Moscovici et Martine Aubry, qui le 15 septembre 2008 demandait encore aux deux derniers de se réunir. Finalement, Moscovici part avec Delanoë et Montebourg avec Aubry.

Et encore, je ne parle pas de François Hollande, de Michel Rocard et de Michel Destot (maire de Grenoble) qui défendent Bertrand Delanoë.

Ni de Dominique Strauss-Kahn et Laurent Fabius qui défendent la même motion, celle de Martine Aubry, mais qui se crêpent le chignon malgré tout.

Laurent Fabius a ainsi déclaré le 23 septembre 2008 que « le Fonds monétaire international, qui aujourd’hui n’a pas un trop grand rôle, devrait avoir un rôle d’alerte sur les crises financières, car il est quand même absolument incroyable que nos grandes institutions ne soient quasiment pas intervenues [dans la crise financière internationale]. ». Rappelons que Dominique Strauss-Kahn est justement le directeur général du FMI depuis un an.

Julien Dray, qui avait aussi des velléités de candidature, rejoint plus logiquement Ségolène Royal qu’il avait soutenue à l’élection présidentielle (comme Gérard Collomb). Manuel Valls et Vincent Peillon aussi ont rejoint Ségolène Royal. Malek Boutih aussi, mais ce dernier vient hier de menacer de lui retirer son soutien.

Jean-Marc Ayrault, qui avait soutenu lui aussi Ségolène Royal à la primaire de 2006, la quitte pour miser sur Bertrand Delanoë. Un autre soutien déterminé de Ségolène Royal, Pierre Mauroy, soutient, quant à lui, Martine Aubry, par affinités lilloises.


Et Lionel Jospin dans tout cela ? À ma connaissance, il n’a pas voulu prendre position entre Bertrand Delanoë (son fidèle camarade du 18e arrondissement de Paris) et Martine Auby (l’un des deux dauphins du jopinisme triomphant avec Dominique Strauss-Kahn).

La motion la plus cohérente reste celle de l’aile gauche car elle rassemble des personnalités qui se sont toujours exprimé dans le même sens : Benoît Hamon (candidat au poste de premier secrétaire), Jean-Luc Mélenchon, Marie-Noëlle Lienemann, Henri Emmanuelli et Gérard Filoche.


Une catastrophe médiatique en prévision

Dans la course aux petits chevaux, les trois motions (Royal, Delanoë et Aubry) ont beaucoup d’atouts et d’handicaps, mais, franchement, je n’arrive pas à sérieusement les différencier d’un point de vue idéologique ni même politique.

Les trois savent que le PS doit se réformer, doit chercher de nouvelles alliances, autres que la sacro-sainte union de la gauche.

François Rebsamen (proche de Ségolène Royal) a même plaidé pour une alliance avec le MoDem : « Nous devons accueillir les démocrates qui ne veulent pas de Nicolas Sarkozy ».

Royal peut se targuer d’avoir une des plus grandes fédérations, les Bouches-du-Rhône. Aubry aussi avec le Pas-de-Calais (selon Christophe Borgel, un secrétaire national du PS, Aubry entraînerait 60 % des militants). Delanoë a de beaux sondages parmi les sympathisants (c’est-à-dire, ceux qui ne voteront pas au congrès).


Mais sont-ils vraiment conscients de l’image déplorable qu’ils montrent aux Français ?

Une image d’ambitions, de carriérisme, de confusion, de personnalisation à outrance de la vie politique…


Qu’importe, Nicolas Sarkozy, François Bayrou et Olivier Besancenot s’en frottent déjà les mains…



Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (24 septembre 2008)


Pour aller plus loin :

Reims, la version 2 de Rennes (3 septembre 2008).

Éléphants ou crabes ? (22 mai 2008).

Présentation vidéo des six motions socialistes.

Texte complet des 21 contributions socialistes.

Les militants socialistes ont voté (dessin humoristique provenant d’un site de la droite nationaliste).


Documents joints à cet article

PS : Reims, c'est mal parti !

Moyenne des avis sur cet article :  3.34/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • Yannick Yannick 25 septembre 2008 11:47

    "Dégâts que S. Royal a fait à l’éducation nationale .../... des centaines d’entre eux ont été accusées à tort et leur vie détruite, sans parler de dizaines de suicides d’enseignants"

    Sortez les violons....
    Le corporatisme enseignant s’est sclerose lui meme en oubliant leur role principal : Enseigner une matiere bien particuliere.
    S. Royal n’a emis que des evidences. Les professeurs devraient rester dans l’ecole meme si ils n’ont pas cours.
    Le respect et l’autorite sont des valeurs essentielles a l’ecole. La gauche a eu tors de s’en detourner.
    S Royal a du se battre contre le parti et un petit nombre de profs gauchistes scleroses par leurs certitudes. Elle a helas perdu.
    Elle avait 10 ans d’avance... Quel drame ... Demander aux profs de travailler ; c’etait trop.
     


  • Yannick Yannick 25 septembre 2008 11:55

    Quelle est votre preference (Sur 10) ?

    Pour moi, c’est

    1) Segolene Royal  => 10 Points
    2) Bertrand Delanoe  =>9.9 points
    3) Martine Aubry => 5 Points
    4) Benoît Hamon => 0.1 Point 


  • Yannick Yannick 25 septembre 2008 16:06

    @ Mako,

    Oooh ! Quel argumentaire ! je suis epate...
    Il n’empeche que c’est sur ce programme que Sego a batu les DSK et autre minoritaire Fabius !
    Le miserabilisme de certain profs est devenu immonde ainsi que leur philosophie gaucho-oisive.
     


  • Bulgroz 24 septembre 2008 14:01

    Toutes ces palinodies au PS lui sont fatales. Définitivement.

    Ce parti n’aura jamais la possibilité de se réconcilier avec les citoyens. Il n’aura jamais la possibilité de prétendre un jour atteindre le pouvoir.

    Le PS est mort. L’édéologie avec.

    Il n’y a plus que les fonctionnaires et l’audiovisuel public pour s’intéresser à ce lamentable théatre de guignols absurdes.


    • foufouille foufouille 24 septembre 2008 17:30

      vive les cocos, les crypto-democrates, marine le pen, les federalistes..................
      ca fera de la place pour les autres
      SI ils ont 500 signatures .............


    • logan 24 septembre 2008 15:31

      J’ai eu de la peine à lire ce texte complètement orienté ...

      "Les trois savent que le PS doit se réformer, doit chercher de nouvelles alliances, autres que la sacro-sainte union de la gauche."

      Je pense que "savent" est un peu trop orienté :) Je pense que vous devriez dire "pensent" ou "croient", car évidemment tout ceci est contestable et évidemment contesté

      Tout comme les médias qui au PS ont choisit depuis longtemps leur camp, et qui depuis longtemps ne s’interessent plus qu’aux luttes de pouvoir interne et ont définitivement oublié de s’interesser au débat d’idées, vous tentez de marginaliser les autres motions, en réduisant ce congrès à une lutte entre les 3 motions qui évidemment n’ont que peu de différence idéologiques entre elles vu qu’elles constituent l’éclatement de l’ancienne majorité ...
      Méthode que je trouve peu glorieuse sachant qu’évidemment ce congrès de Reims va surtout être, enfin !, le lieu d’un vrai débat idéologique voyant s’affronter 2 visions du PS et de l’avenir de la France de l’Europe et du monde, entre l’aile droite du PS, qui est divisée à cause d’ambitions personnelles, et l’aile gauche du PS qui est pour la première fois entièrement rassemblée ...

      Cette motion représentée par Benoit Hamon sera loin d’être marginale, contrairement à ce que vous pouvez penser, et je me réjouis à l’avance de la hauteur de laquelle vous allez bientôt tomber ;)
       
      Contrairement à l’aile droite du parti qui part cette année, j’insiste, divisée, la gauche elle est rassemblée non pas autour d’une personne, mais autour d’un véritable projet politique
      Et la réforme du PS que nous proposons, va d’un changement de la pratique politique elle même, alliant reflexion et action, alliant actes et paroles, ajoutant de la moralité et de la dignité en politique, jusqu’à carrément un changement du rôle du PS dans la vie politique vu que nous voulons refaire du PS un outil pour les citoyens de gauche pour porter leurs idées et mettre en oeuvre leur projet commun tandis que pour l’aile droite du parti, le PS est devenu un objet de pouvoir et d’ambitions personnelles.

      C’est un petit exemple des deux visions des choses qui vont se confronter lors de congrès et d’ici ce congrès ...

      L’espoir de changement il va être de notre côté, vous allez difficilement avoir du mal à faire croire à un changement alors que ces 3 motions sont issues de la majorité sortante et alors qu’au final elles vont surement se rassembler et recréer ainsi exactement la même majorité sortante ...




      • logan 24 septembre 2008 18:02

        Ce n’est pas que le problème du PS c’est une dérive générale de notre démocratie vers une oligarchie dont le point culminant est l’union européenne. C’est de cette dérive que provient le problème de représentativité entre le monde politique et la volonté générale des citoyens, de là que provient notre sentiment d’impuissance politique.

        Hollande et toute la clique ont fait du PS un parti électoraliste, on voit bien dans quel état il est maintenant.

        Pour le reste, l’aile gauche ainsi que les autres courants se sont rassemblés autour d’un projet commun proposé à la base par NPS avec en tête de file Hamon et Emanuelli, il y a eu pas mal de discussions, parfois houleuses, en vue de l’écriture de la motion commune, chaque courant a pu proposer ses idées et ses amendements à la motion, on va bien voir si des idées de Larotourou seront reprises eheh



      • logan 25 septembre 2008 14:17

        Je n’ai rien compris à ce que vous voulez dire. 


      • Mohammed MADJOUR Mohammed 24 septembre 2008 18:01

        Toutes ces petites personnes, pour n’avoir pas dit leur révolte en 2001, se trouvent enfermées dans la cocotte UMP et n’arrivent pas à soulever le couvercle en forme de chappe de plomb !

        Les vieux comme les jeunes se trouvent ainsi confinés et inévitablement entrelacés comme des crabes pour permettre les coupures les plus vives pour le plus grand bonheur du Timonier UMP !

        Le PS a été dissous, c’est fini !

        MOHAMMED.


        • aigle80 aigle80 24 septembre 2008 18:21

          Pour ma part je pensais que le PS n’existait plus ! pas de reel projet,pas de place pour les jeunes reste le combat dérisoir des elephants qui ne veulent pas mourir mais qui ecrasent les jeunes talents montants en voulant à n’importe quel prix garder un semblant de pouvoir,triste fin ! mais est ce que les militants vont un jour ruer dans les brancards et mettre tout ce beau monde à la retraite...


          • Lartiste Lartiste 24 septembre 2008 18:52

            Je peux sauver le PS !

            Voilà le problème du PS, en quelques mots, pourquoi ils sont plus bête que la droite :

            au PS, il y a trois type d’Operating System chez les Socialistes
            détenteurs d’un Ordinateurs, la majorité est restée sous Windows 98, alors qu’il fallait passer à Windows XP, ce que les dirigeants ont fini par comprendre. Seulement le temps a passé, il faudrait que les dirigents passent à Vista et que les autres se dépêchent de passer à XP.


            • Yannick Yannick 25 septembre 2008 16:26

              Tu plaisantes ! Ils sont tres loin de Windows98.
              Quand tu les entend parler de Zola, Jean Jaures ou Leon Blum, ils n’ont pas depasse la regle a calcul !
              D’ici a ce qu’ils entendent parler d’un ordinateur, on habitera deja sur Mars depuis des lustres.


            • Yannick Yannick 25 septembre 2008 16:53

              A gauche, il faudrait un homme (ou un femme ) qui sache regrouper et faire confiance.
              Mais qui... ? Je cherche, je cherche.... Il faut qu’on ait envie de lui ou d’elle. Qu’il emporte les foules et qu’on croit a sont projet.
              En France, on vote pour une personne pas pour un parti.
              Tant que les socialiste n’iront pas un peu dans la direction du culte de la personalite, ils ne reussiront pas.


            • Pelletier Jean Pelletier Jean 24 septembre 2008 19:23
              A tous,


              Chacun ici connait me opinions et ma proximité avec le PS.
              Pourtant !!! je trouve cet article exécrable et en même temps bien dans l’ère du temps journalistique : Haro sur le PS.
               
              C’est toujours la même histoire depuis des lustres. La mouvance socialiste a connu des clivages et des crêpages de chignon mémorables sans remonter jusqu’à Jules Guesde de Jaurès… le congrès de Metz en 1979 …où les rocardiens et les mitterrandistes en sont presque venus aux mains.
               
              C’est une tradition nous discutons beaucoup et nous avons dans nos rangs non seulement beaucoup d’ambitions mais aussi beaucoup de talents.
               
              Franchement 4 + 2 motions au congrès de Reims il n’y a rien de bien effrayant dans tout cela.
               
              En attendant le Ps a fait le plein de siège aux sénatoriales…. Les socialistes avancent en débattant, le moment venu ils auront leur projet et leur leadeur 
               
              Tout cela de l’intox anti socialiste orchestrée par la droite et un centre qui se cherche.
               
              Je reste confiant et au demeurant suis signataire de la Motion Royale et autres en grand nombre. Et vous verrez à Reims, dans la nuit, pendant la commission des résolutions une synthèse se ferra entre deux ou trois motions qui dégagera une gouvernance claire.
               
              Laissez nous le temps de débattre entre nous …. Nous ne sommes pas à l’UMP : circulez il n’ya rien à voir, une seule file, un seul chef.
               
              Bien à vous
               
              Jean

              • maxim maxim 24 septembre 2008 19:57

                le problème des Socialistes ,c’est que la vieille arrière garde ne veut en rien ceder la place aux plus jeunes ,certainement moins ou plus du tout Marxistes ....

                le monde actuel change de jours en jours ,il faut composer sans cesse ,ce qu’on croyait acquis est soudain devenu caduque ,parce que tout est bouleversé ,les crises financières ,le prix du pétrole ,les crises ,les conflits ,les élections aux Usa qui vont encore apporter d’autres bouleversements suivant qui sera élu .....

                en fait les socialistes en sont restés à l’esprit IV eme république !..on ne fait rien pour fâcher personne,on ne réforme pas,tout le monde fonctionnaire ,et la vie est belle !

                les socialistes qui n’ont plus le pouvoir ,se déchirent entre eux ,se divisent en plusieurs fractions ,les modérés ,ceux qui voudraient une politique plus centriste ,ceux qui voudraient mettre la barre plus à gauche ,ceux qui espèrent les voix de Besancenot ,ceux qui se rapprochent plus des Verts ,et les carrièristes ,on les connait ......

                en fait les Socialistes pataugent ,le Ps n’a plus que son nom ,plus de leader non plus ,Hollande est dépassé par les événements depuis toujours ,Royal est grillée ,elle en a trop fait et a contribué à décredibiliser le Ps ,Delanoé est surtout un Parisianiste ,Aubry et ses 35 heures s’est autosuicidée ,Moscovici ne vaut pas un clou ,et le seul qui aurait pu tenir la route ,DSK ,s’est vite taillé pour des horizons plus sereins pour lui ,et nettement plus avantageux ..

                le PS est KO !


                • JONAS JONAS 24 septembre 2008 20:38

                  Enfer et damnation ! Si c’est çà l’élite du PS, ce n’est pas gagné pour les militants et ses électeurs… !

                  Paris Plage, la Bravitude, l’apartheid !

                  Tout un programme, qui même s’il n’est pas écrit…, se devine en voyant ces marionnettes qui sont pires, et ce n’est pas peu dire, que celles qui nous gouvernent aujourd’hui.

                  Nous aurons si elles venaient à être élues, le Radeau de la Méduse au lieu du Titanic ! C’EST UN CHOIX !

                  Bonne soirée.


                  • Jean-Paul Doguet 24 septembre 2008 21:33

                    Décidément Sylvain vous n’aimez pas le parti socialiste, et vous avez une exécration démodée pour l’Union de la Gauche (votre obsession désuète). Personnellement je pense que vos opinions sur la stratégie que le PS devrait suivre n’ont strictement intérêt pour une raison assez simple : ce sont les conseils d’un ennemi. Qui plus est votre idée de rechercher des alliances au centre est totalement anachronique et pas du tout en phase avec la logique même des institutions. Cela témoigne vraiment de votre faible sens politique, comme le fait que vous preniez le marginal Bayrou au sérieux.

                    Je ne pense pas que le PS soit pire qu’un autre parti en termes de luttes de pouvoir. La différence c’est qu’il a institutionnalisé son pluralisme interne par le système (unique) des courants, et que les querelles et luttes de pouvoir y sont publiques, ce qui donne un impact médiatique plutôt.négatif à la chose. D’autant plus qu’il existe une sorte de logique qui veut que l’opposition divise, alors que l’exerccie du pouvoir unit. Mais là où vous voyez de la division, on peut aussi bien un pluralisme utile et respectable. C’est le signe après tout que ce n’est pas une formation monolithique, et que c’est le plus pluraliste des partis français. 


                    • La Taverne des Poètes 24 septembre 2008 21:46

                      Bof ! Le PS ne mérite pas d’être défendu avec tant de hargne, au point de nommer "ennemis" les démocrates qui n’en font pas partie. L’avenir est au centre. Il y ceux qui le comprendront et ceux qui ne le comprendont pas et qui disparaîtront. Ceux-là auront perdu mais ils auront joué !

                      Je partage avec l’auteur sa crainte d’un retour de l’union de la gauche passéiste. Fabius est pour. D’autres aussi. L’auteur a raison aussi de souligner la particularité du cas Mitterrand, seul socialiste élu sous la Vème République, grâce à l’union de la gauche...


                    • Jean-Paul Doguet 24 septembre 2008 21:50

                      Je ne nomme pas les "démocrates" ennemis du PS, je dis que Sylvain est l’ennemi du PS, c’est tout à fait différent. Et je ne défends pas le PS, j’estime qu’il n’est pas pire qu’un autre c’est tout.


                    • La Taverne des Poètes 24 septembre 2008 22:11

                      Vous dites à l’auteur : "Cela témoigne vraiment de votre faible sens politique, comme le fait que vous preniez le marginal Bayrou au sérieux." Les leaders présidentiables du PS sont bien plus marginaux que Bayrou, parfois au sein même de leur parti ! Et l’auteur souligne bien les courants mouvants et les changements de caps opportunistes qui leur font perdre leur crédit déjà bien entamé...La popularité de Bayrou n’en fait pas un marginal. Bien au contraire. La droiture de sa ligne politique le fait prendre au sérieux par une majorité de Français.


                    • Jean-Paul Doguet 24 septembre 2008 22:31

                      Peu importe. Il n’a pas de vrai appareil politique et il n’a aucune chance. Il a 3 députés et 1 sénateur. Il peut avoir ses chances aux élections européennes c’est tout. Vous me dites que l’avenir est au "centre". Le centre ça n’existe pas. Moi je vais vous faire une prédiction réaliste : l’avenir est à l’UMP ou au PS. C’ est aussi bête que ça.


                    • La Taverne des Poètes 24 septembre 2008 22:59

                      Le PS ? Il a suffi que Sarkozy (un seul homme !) souffle dessus pour que le château de cartes s’effondre. Permettez que je doute un peu de son devenir... Laisser l’avenir à l’UMPS serait démocratiquement suicidaire.


                    • logan 24 septembre 2008 23:17

                      Vous vous appellez démocrates vous me faites bien rire, rien que la haine, que visiblement vous semblez porter auprès de ceux qui ne pensent pas comme vous, vous rend très peu crédible en tant que défenseur de la démocratie.

                      Et puis quand vous nous ferez grâce d’un vrai débat de fond, vous nous sonnerez, parceque à part le martellage de crâne du modernisme, et à part l’accusation gratuite "les autres n’ont pas d’idées", vous n’avez rien d’autre à la bouche.

                      Je crois que niveau idées, et niveau projet, au PS en tout cas du côté de l’aile gauche du PS on se porte plutôt pas mal ;)
                      Et si on remporte ce congrès, comble de l’horreur pour vous !, on rassemblera même toute la gauche !


                    • logan 25 septembre 2008 14:16

                      Je parle de la motion que je soutiens, la motion C, celle de Benoît Hamon et du rassemblement de toute l’aile gauche du PS.


                    • wesson wesson 24 septembre 2008 23:10

                      Bonsoir l’auteur,

                      et un article de propagande de plus, un ! La droite qui parle du PS, que peut-elle dire d’autre que le PS c’est le bordel ?

                      Comme à l’accoutumé avec l’auteur, l’article est très plan-plan, et n’apporte rien par rapport à ce que on nous serine depuis des mois.

                      J’ai même entendu récemment un chroniqueur matinal de France Inter qui en livrant la pensée des médias résumait parfaitement cet article.

                      "Le PS manque d’un leader ... qui fera voter à la gauche les lois décidés par le gouvernement"

                      Quand on a dit ça, tout est dit !

                      Mais pourquoi tant de pudeur ? allons-y carrément !

                      Puisque notre Sarko vient de se découvrir gauchiste, pourquoi ne postulerait-il pas pour être le leader du PS ?

                      ça devrait contenter les médias !

                      Article tout à fait à sa place ... dans le figaro ou le petit écho de la mode.


                      • Ocséna 25 septembre 2008 10:25
                        De Stéph
                         
                        Congrès de Reims
                         
                        Reims ? mon Dieu, mais c’est un ossuaire !
                        - Mais non ! tu te trompes, le tombeau des rois c’est à Saint-Denis.
                        - Oui mais à Reims y a quand même déjà deux éléphants qui y sont enterrés.*
                         
                        *pm. Clovis et Saint-Rémi.

                        .....................................................

                        Les Pensées zaz de l’Ocséna

                        Ocsena, Organisation contre le système-ENA... et pour la démocratie avancée

                        - [-> http://ocsena.ouvaton.org]


                        • Jean-Paul Doguet 25 septembre 2008 12:30

                          La première idée qui vient à l’esprit Julien est que vous ne connaissez pas " toute l’Europe". Le socialisme à la française connaît les mêmes problèmes que dans beaucoup d’autres pays. Ce genre d’argument vague et superficiel consiste plus ou moins à miser sur le conformisme et la peur d’être différent. Vous ne mesurez pas à quel point en réalité il y aplutôt similitude entre les pays.


                        • logan 25 septembre 2008 14:14

                          Mais d’où vous viens cette évidence ?

                          Ils ont quoi les communistes ils puent ?
                          Vous ne seriez pas en train de nous faire de l’anticommunisme primaire, vous ètes un nostalgique du maccarthisme ?

                          Vous conviendrez que vos opinions, pour le moins haineuses, ne sont pas partagées par tout le monde, alors parler d’évidence pour désigner une telle opinion est assez mal venu.

                          Pour ma part je suis socialiste et je partage beaucoup d’idées avec mes amis communistes, et ni eux ni moi ne sommes collectivistes ou ne voulons instaurer une dictature stalinienne.





                        • Jean-Paul Doguet 25 septembre 2008 16:51

                          Il y a longtemps que les communistes français jouent le jeu démocratique. Mais j’aimerais vous rappeler que c’est ce que font une partie des socio-démocrates allemands (coaltion avec l’ex SED dans les régions et municipalités) et que la plupart des partis socialistes d’Europe de l’Est sont des avatars des anciens Pc staliniens (voir aussi Die Linke en Allemagne), qu’on peut dire la même chose du Parti de l’olivier en Italie (qui est l’ancien PCI), qu’il y a des trotskistes dans le labour party. Tout ceci est banal et peu important en réalité. 


                        • zorbec 26 septembre 2008 17:49

                          Julien,vous devez avoir raison,car déjà les nazis pendant l’occupation disaient :"Communistes pas français"

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès