Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Qu’ils s’en aillent ! au nom de la laïcité...

Qu’ils s’en aillent ! au nom de la laïcité...

Clin d'œil à notre époque et au débat refusé, refoulé, enflammé et toujours renouvelé.

Celui sur la laïcité.

« Qu'il s'en aillent ! » proféré violemment par un grand et courageux humaniste, journaliste et romancier pourtant l'ami des opprimés et des pauvres : Emile Zola.

C'est bien Emile Zola qui s'enflammait contre ces empêcheurs de tourner en rond dans cette laïcité en gestation à laquelle tout le monde rêvait sans pouvoir la formuler.

« Qu'ils s'en aillent ! » Ce sont les protestants d'où nous venait tout le mal. Les temps changent. Quelles sont les prochaines têtes de turcs, têtes de turcs...comme c'est curieux.

Au fond c'est encourageant, quand, avec le recul du temps, nous découvrons qu'un brave homme qui un jour a brisé sa carrière professionnelle et sa vie personnelle dans un engagement politique, l'affaire Dreyfus, seul contre un état, une armée, une majorité de français, à connu ce qui nous est tous familier : la peur et la projection qui en résulte.

Il put dire « Qu'ils s'en aillent ! » en montrant du doigt cette société protestante organisée et monolytique, enracinée dans ses convictions, mais aussi, plus tard, il put dire aussi dans l'affaire Dreyfus, « La vérité est en marche et nul ne l'arrêtera ! »

Pour cette affaire, la seconde, Zola fut jugé et condamné à un an de prison et 3000 frs d’amende pour diffamation, par la cour d’assise de Paris, en février 1898. La note à payer fut lourde pour Zola, une année d’exil à Londres, du 19 juillet 1898 au 5 juin 1899. Réfugié en Angleterre, il erra de résidence en résidence, sous de fausses identités. Il souffrit d’être éloigné des siens.

Zola acquit une dimension sociale et politique de justicier mais fut l'objet d'un torrent d'articles satiriques, de caricatures, de chansons et de livrets l'insultant et le diffament.

Sa mort mystérieuse en fut peut-être la conséquence ultime.

Comme tout homme, homme politique et journaliste, il put s'enflammer dans la peur de l'inconnu, le protestant, « Qu'ils s'en aillent ! » et s'engager intuitivement dans un bel éveil de conscience pour une cause aboutie. « l'affaire Dreyfus »

Pourquoi au XXI ème siècle nous nous enfonçons dans une attitude binaire qui consiste à nous enflammer, à dénoncer, insulter, diffamer, sans rencontrer l'autre dans sa complexité.

Par intérêt ou calcul politique ? Simplement parce que nous sommes habités par la peur.

Je crois que la peur, celle paroxystique profondément ancrée dans nos entrailles, est la cause de ces prises de position de rejets et de maladresses.

L'Europe, ce grand machin à géométrie variable et à monnaie fixe... inadéquation pour le bon sens terrien le plus élémentaire.

La mondialisation, les délocalisations, les pertes de repères, l'insécurité, la violence, la misère, le chômage et les têtes de turcs d'aujourd'hui pris dans la tourmente, qui bien sur s'accrochent désespérément, les malheureux, à cette religion en pointe et pourtant archaïque, qui répond à leur manques, mais qui s'inscrit en décalage dans un pays et un temps ou grondent douloureusement des évènements meurtriers et traumatisants plusieurs fois séculaires « les guerres de religions. »

Et nos hommes politiques qui organisent des élections mais qui n'en tiennent pas compte, et les journalistes d'aujourd'hui qui ne semblent pas vraiment inspirés par Zola.

La notion de race a fait couler beaucoup d'encre, elle est fort heureusement remplacée par celle de caractère, mode de comportement, tempérament, culture ethnique.

Et pourtant chacun poursuit son cheminement.

L'occident sa démocratie, plus ou moins démocratique, au nom de laquelle il oublie, malgré les évidences que l'Afrique est avant tout tribale, archaïque, animiste et qu'elle avance à son rythme avec en toile de fond les caravanes nomades portant la vie, comme archétype social, humain, métaphysique et politique... malgré la modernité... relative.

worldfactbook,CIA,gouvernementamericain

Le monde arabe, d'une actualité brulante, est pétri d'une histoire qui nie l'histoire et génère une société close et repliée sur elle même. Ses tourments et révoltes l'attestent dans sa théocratie ambiante. Il entretient le régime de terreur policière, l'abolition de toute séparation entre la sphère privée et le domaine public ; la militarisation de la politique ; La suppression de toute liberté individuelle.

Dans l'inconscient collectif du gaulois moyen, plus ou moins franc, l'amalgame est facile et bien peu respectable pour les intellectuels qui au fond ont pour pays le monde, citoyens du monde par culture devenus. Le peuple vit dans un univers plus restreint que les responsables de toutes les politiques confondues. Ceux ci ont l'air de mépriser le peuple.

Pour éviter la peur « Qu'ils s'en aillent », celle de Zola et de tous les autres, il faut dire, expliquer, accepter qu'il est tout à fait inquiétant que 56% de français désertent les urnes et finissent par comprendre que l'élection présidentielle à venir n'apportera rien de plus.

Par réaction à une véritable tyrannie rampante, le manque de communication entre les êtres humains, d'âge, de sexe, de culture, les malentendus et conflits s'installent et perdurent. Bien sur ce n'est pas nouveau, mais ça ne s'arrange pas.

Les communautarismes ethniques, religieux, philosophiques et politiques engendrent le conflit.

Il est pour moi manifeste que toutes les religions, sans exception, à des degrés divers, véhiculent la négation du moi. Les sujets refoulent leurs désirs dans l’inconscient. Pour essayer de les vivre, les projettent sur une personne, une idée, une œuvre. Cela peut se vivre d’une manière fusionnelle chez l’artiste, par exemple dans une participation primitive avec la nature, une intercommunication sans parole. C'est la manière la plus heureuse.

Une règle, entre autre, importante à mes yeux, que je puise et interprète selon la réponse du christ aux habiles pharisiens débatteurs :

Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu.

Différencier la démarche personnelle et spirituelle du positionnement civique et politique.

La confusion des genres et l'insuffisance de prise de conscience est une source de violence.
Être ou ne pas être ! Ne pas être présente de grands risques en périodes troublées (grèves, révolutions, soulèvement, guerres).

Il n'est pas surprenant d'assister à un sursaut de conscience humaine et un immense besoin de liberté chez les peuples maintenus religieusement et politiquement dans le sommeil partiel de la conscience.

Les êtres humains dont le refoulement et l’inconscience sont le mode d’être le plus coutumier sont en danger, pour eux-même et pour les autres.

Cela signifie que les humains sont prédisposés à libérer beaucoup d'agressivité quand le frein social ne les retient plus. La libération des frustrations génèrent un potentiel de violence considérable. Les religions sont souvent des vecteurs de violence. Quand le frein social n’existe pas, ce qui est le cas dans certains pays arabes, c’est la porte ouverte au chaos. Mais l'absence de religion génère les mêmes symptômes et traumatismes, il s'agit tout simplement de la qualité de l'éveil de la conscience et ça concerne tous les hommes.

« Le chemin vers l'élargissement de la conscience passe par la claire vision/compréhension des processus de conscience. En quoi suis-je conscient de vivre ma propre vie ? Comment devenir conscient de vivre de la grande Vie du Tout ? Comment m'intégrer organiquement, consciemment et pleinement dans la grande Vie cosmique ?

Comment connecter ma conscience avec toutes les autres consciences ? »

www.noetique.eu/articles/.../conscience-cosmique.doc -

Du Gai Savoir de Nietzsche :

"Parce que les hommes croyaient déjà posséder la conscience ils se sont donné d'autant moins de mal pour l'acquérir."


Moyenne des avis sur cet article :  2.78/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

84 réactions à cet article    


  • tourn en ron 1er avril 2011 13:13

    LA RELIGION DE FRANCE CES LA FRANC MaçonNERIE SA CES COOL !!MOI JE SUIS PAS DE CETTE RELIGION !!POURTANT CES ELLE QUI DIRIGE LA FRANCE !!LAICITE MON CUL !! 


    • xray 1er avril 2011 21:20


      Qu’ils soient chrétiens ou musulmans,  les curés ne gagnent pas à voir touiller la loi 1905. 

      La loi 1905 (France) La première grande imposture du 20 ième siècle.
      http://echo-athees.over-blog.com/article-moralistes-par-devant-sans-scrupule-par-derriere-55533349.html



    • jack mandon jack mandon 2 avril 2011 06:27

      xray,

      Hélas, je crains que vous ayez raison,

      " Contrairement au discours des journalistes et,  à ce que racontent les crétins d’enseignants,  la France n’est pas une République laïque !  Quant à l’Europe ?

      C’est pour cette raison que j’ai envie de touiller mon ami !

      Merci pour votre intervention à la française.


    • HELIOS HELIOS 2 avril 2011 10:35

      Cher monsieur, la France comme le reste de l’Europe sont chretiennes d’esprit, de culture, d’histoire comme un chat est un chat ou un chien, un chien

      La loi de 1905 est une excellente loi destinée a proteger la republique des pouvoirs que pourrait prendre le spirituel sur le temporel. Cela n’efface en rien l’HISTOIRE de la France et cela permet les nuances dans les perceptions que nous avons des uns et des autres dans le but réel de constituer une communauté de vue, d’objectif, donc une communauté de destin.

      L’intrusion de l’islam en general, religion dont les fondements ne permettent pas le melange, vient aujourd’hui nous interpeller et nous sommes obligés de nous contorsionner pour faire rentrer ça dans le moule de la republique.. Cela ne peut pas aller sans concession des uns et des autres, il faut simplement decider jusqu’ou nous sommes prets a nous aliener pour accepter l’autre.

      A titre d’exemple, nous avons Mayotte qui cherche un avenir dans la communauté nationale. L’ile est musulmane et ses habitants font ce qu’il faut pour assurer une convergeance totale avec la metropole. ils sont prets a modifier les coutumes locales pour passer a un modele republicain et ils y arrivent. Il n’est pas necessaire, la-bas, d’agiter une quelconque loi sur la laïcité, contre le voile, le porc, la piscine, l’hopital car les iliens VEULENT etre français et savent ce que cela veut dire. Ils ne renoncent pas pour autant a leurs specificités, mais ils entrent dans la modernité de plein pied. Ils reussiront tres probablement a fondre leur islam dans la république.

      Vous pouvez agiter et ressortir de vieilles histoires pour expliquer, apres coup, tout ce que vous voulez. ce qu’il reste, c’est que CEUX QUI VEULENT ETRE FRANCAIS Y ARRIVENT, avec l’approbation, la bienveillance et l’enrichissement de tous

      Nous ne cachons pas derriere de multiples petits doigts, un derriere les franc-maçons, un derriere les eglises etc... il se passe quelque chose que des lois conjoncturelles a vocation definitives ont été ecrites pour empecher de le dire.
       
      La realité donc est un racisme tres comprehensible, sinon, nous ne serions pas ce que nous sommes, un peuple different parmis d’autres peuples differents, uniforme, ennuyeux et voué a l’extinction s’il accepte le metissage comme objectif ultime s’assoyant ainsi sur la diversité apparement defendue pour les autres sauf pour nous.

      Le racisme je le repete est la vraie realité du debat sur l’islam, car nous ne savons pas comment faire pour parler vrai. L’arrivée massive depuis la derniere guerre d’immigrés arabes en general et maghrebins en particulier est la cause de tout ces debats.
      Nous ne savons pas comment faire pour que ces populations voient, en la France, le pays dans lequel il viennent se fondre pour participer a la finalité societale, mais nous voyons tres bien par contre la maniere dont ils se communautarisent pour reproduire les modeles dont ils sont originaires, avec toutes les incompatibilités républicaines qu’ils portent.

      Ils sont visibles, ethniquement parlant et c’est ce phenomene qui est le plus evident qui entraine les rejets au point qu’un hortefeux se permet de parler de leur proportion, et il n’est pas le seul, s’assoyant ainsi lui aussi sur des valeurs chretiennes evidentes.

      La loi de 1905 ne doit pas etre modifiée, car elle est le resultat d’un difficile equilibre mis en place et accepté par tous, Ne versons pas dans une reformite de mauvais aloi qui va casser un consensus social deja tres fragile, personne n’y gagnera et nous y perdrons tous notre « ame ». Les nouveaux arrivant ne viennent pas pour devenir chretiens, ils viennent pour devenir français en acceptant ce que « français » veut dire... occidentalité et chretienté incluse.


    • philouie 2 avril 2011 11:25

      Salam,

      "La loi de 1905 est une excellente loi destinée a proteger la republique des pouvoirs que pourrait prendre le spirituel sur le temporel"

      Et des pouvoirs que pourrait prendre le temporel sur le spirituel.

      La loi de 1905 est une loi républicaine pour nous protéger de la république.

      philouie


    • jack mandon jack mandon 5 avril 2011 10:37

      Barre de rire,

      Ainsi vous avez choisi le parti de vous en amuser,

      vous avez probablement raison car la tragédie est que nous tournons tous en rond
      avec des arguments tranchés et bien peu conciliables.
      Acceptons une bonne fois notre unicité et rions ensemble.
      Et pourtant ça ne parait pas possible...il n’existe pas de solution


    • Albar Albar 1er avril 2011 13:34

      « à cette religion en pointe et pourtant archaïque », Elle est archaïque par la faute des Hommes.
      Quant a Nietzsche, inspirateur du 3eme Riech, vous connaissez la suite, ce dont il lui est arrivé.
      Les musulmans sont pris pour cible, voilà tout.


      • jack mandon jack mandon 1er avril 2011 17:28

        Albar,

        Muḥammad avait des dons remarquables de chef politique et militaire. C’était un mystique, profondément religieux, mais animé par un tempérament de guerrier. Il est fondamentalement dissemblable au Christ et à Bouddha, plus représentatifs de l’image jointe..
        Cela peut mettre en lumière un certain retrait, voire même une appréhension occidentale au caractère conquérant du personnage qui a laissé une empreinte très vivace dans la mémoire collective des chrétiens.

        Quant à votre remarque sur Nietzsche, je vous répondrai par une métaphore.

        Voyez un scalpel dans les mains d’un sadique, vous imaginez le crime,
        Le même outil dans les mains d’un berger, il confectionne une canne robuste,
        Avec cet outil tranchant, un sculpteur fait jaillir une œuvre d’art,
        Dans la main d’un chirurgien, une vie peut être sauvée.

        Le philosophe, le sage, le prophète ont un éclairage intemporel qui inspire des hommes aux talents inégaux.

        Les hommes sont plus ou moins bien inspirés. Ils trouvent dans le concept ce qu’ils véhiculent et traduisent avec leurs moyens

        Merci de votre intervention.


      • jack mandon jack mandon 1er avril 2011 17:55

        Barre de rire,

        Toutes les religions, principalement dans leurs périodes politiques se sont illustrées par la sauvagerie.

        Au Vème siècle, les papes étaient des chefs de guerre.
        A Rome, les chrétiens, que l’on appelait les gentils étaient humbles et doux, ils furent persécutés.
        Après la chute de Rome, dans la période chaotique des invasions barbares, les chrétiens devinrent cruels.

        C’est parce que les chrétiens ont le sens de l’histoire, influencés qu’ils ont été par les Grecs et les Romains,
        qu’ils désirent éclairer ce dilemme que nous pose l’Islam. Ils semblerait que nos hommes politiques
        soient un peu légers dans l’anticipation mémorielle.

        Vous remarquerez que la vraie question n’est pas de charger les fidèles musulmans mais de poser les bonnes questions.

        La violence, la tyrannie et la barbarie développées par les états de culture musulmane nous parlent de la tendance naturelle
        au réflex expansionniste et guerrier de l’Islam quand il n’est pas régulé...même Khadafi va perdre la face...

        Merci de votre intervention


      • Albar Albar 1er avril 2011 20:04

        " Cela peut mettre en lumière un certain retrait, voire même une appréhension occidentale au caractère conquérant du personnage qui a laissé une empreinte très vivace dans la mémoire collective des chrétiens.« 
         Mohamed le prophète, celui qui a inspiré Salah eddine AL Ayoubi, ou Sarrasin si vous voulez, celui qui par sa clémence a libéré tant de croisés sans condition aucune, et dont le nom est porté par tant d’occidentaux, suivant en cela les conseilles du premier cité.
        Cela me fait penser a l’esprit chevaleresque des musulmans, cité par Cervantès dans »Don Quichotte« , ou l’Émir algérien Abdelkader a sauvé la vie de tant de français en Syrie.
        Cela me fait rappeler le nationaliste algérien Ben Mhidi,répondant a Bigeard  » donnez nous vos avions et vos bombes, on vous donnera nos couffins "
        Il y a parmi les musulmans, une frange qui porte atteinte a cette religion universelle, pour ce qui est des autres, rien d’étonnant, la méconnaissance est évidente.


      • Albar Albar 1er avril 2011 20:43

        Lire « suivant les conseils du premier cité »
        Pour ce qui est des dirigeants arabes, en se comportant en tyrans, ils sont de ce fait de mauvais croyants tout simplement.
        Salutations à l’auteur et à Barre de rire.


      • philouie 2 avril 2011 08:40

        Salam,

        "La violence, la tyrannie et la barbarie développées par les états de culture musulmane nous parlent de la tendance naturelle
        au réflex expansionniste et guerrier de l’Islam quand il n’est pas régulé...même Khadafi va perdre la face..."

        Vous feriez mieux de rencontrer des musulmans. Vous feriez mieux d’aller voir dans des pays musulmans.

        peut-être que vos oeillières s’en trouverait modifiées.

        philouie


      • Albar Albar 4 avril 2011 07:47

        Votre avatar en costume sobre, peut bien tromper beaucoup de gens ; vous êtes un raciste !
        Je cite vos propos :
        "Cependant j’avoue, je bouffe de l’imam et du Ramadam mais je recrache car je suis végétarien.
        "


      • le journal de personne le journal de personne 1er avril 2011 19:53

        UMPression

        Ne fais jamais rien contre ta conscience, même si l’état te le demande, nous dit l’auteur de la relativité absolue… Albert Einstein.
        Et que dit Moïse, Jésus ou Mahomet ?
        La même chose.
        La cause est entendue. Le vrai faux débat sur la laïcité n’a donc pas lieu d’être.
        Parce que la liberté de conscience n’est rien que la conscience de notre liberté. Elle se situe en deçà de la science impudique et au-delà de la puissance publique.
        De quoi va-t-on débattre alors ? Des moyens qu’on croit pouvoir mettre en jeu pour réaliser un islam de France.
        Ou des moyens qu’on croit pouvoir mettre en jeu pour déréaliser l’islam en France… le réduire à sa plus faible expression…
        Des objectifs, on ne peut plus subjectifs… des cibles faciles et des peurs infantiles…
        C’est mon impression et je la partage.
        Tenez… j’ai une bonne et une mauvaise nouvelle.
        Par laquelle voulez-vous que je commence ?
        Par la mauvaise !
        La mauvaise : c’est qu’on m’a interdit de vous révéler la bonne
        La bonne : c’est que je ne peux pas m’empêcher de transgresser l’interdit.
        Mais je vais le faire à mots couverts en vous posant une ou deux questions
        Est-ce qu’on peut chasser le diable ?
        Oui, nous disent toutes les bonnes volontés
        Et Dieu ? Est-ce qu’on peut chasser Dieu ?

        Essayez… le 5 avril avec l’UMP !
        http://www.lejournaldepersonne.com/2011/03/umpression/


        • jack mandon jack mandon 2 avril 2011 06:14

          UMPression,

          Bon impact philosophique avec mise en scène.

          Merci pour votre passage éclairé


        • Antoine Diederick 2 avril 2011 11:07

          « Chasser Dieu, est moins commode que de chasser le Diable »

          En fait il ne s’agit pas de chasser l’un et/ou l’autre, mais de les faire coexiter intérieurement....

          Etre du côté de la terre et être du côté du ciel, Faust a très mal négocié avec le Diable smiley

          C’est une question...


        • Albar Albar 2 avril 2011 17:07

          Barre de rire ,
          Il faut que vous vous enfonciez cela bien dans votre jolie tête, que le coran est le seul livre sacré a avoir annoncé clairement que la Religion est « une », elle est décrite et représentée comme un arbre qui grandi, ses racines étant Abrahamique qsssl ( et non juive, mais bon, là n’est pas le problème si elle est connue comme telle, a savoir judaïque), son tronc ( droit comme le fut le Christ qsssl ) est d’essence chrétienne, ses terminaisons ( branches) sont Mohammadienne qsssl.
          C’est bien les Hommes qui utilisent Dieu comme bon leur semble ; Il n’y a pas de clergé en Islam, et tous les Hommes sont égaux devant leur seigneur.
          Réfléchissait bien sur la question, vous arriveriez a la conclusion qu’il y a une logique, comme a toute chose. Dieu a légué a l’Homme un infime savoir, pour qu’il puisse reconnaitre sa toute puissance ainsi que sa prééminence.


        • Albar Albar 2 avril 2011 18:14

          Oups, lire « Réfléchissez..... »


        • Albar Albar 3 avril 2011 13:56

          Barre de rire,
           Le sage montre le ciel de son index, l’idiot regarde son doigt.


        • Aafrit Aafrit 1er avril 2011 20:10

          Approximatif et bourré de préjugés d’un peureux nombriliste, votre article !
          Sortez, monsieur, de votre carcan, vous verrez le monde autrement.
          D’habitude, vos points de vue sont d’une profondeur, mais quand il s’agit de religion, surtout l’Islam, vous, comme dirait l’autre, perdez votre raison.
          J’ai moi même autant peur que vous des probables « barbarie à connotation religieuse » mais là vous avez franchit le Rubicon.
          L’Islam ce n’est pas si simple comme vous le supposez ni réductible à cette caricature faisant rire les abrutis que vous en faites.
          En plus, vous citez plus haut que l’Islam nie l’histoire, et c’est le côté barbare qui serait derrière les révolutions actuelles.Là vous êtes en plein délire..
          J’irais même vous traiter de propagandiste pour je ne-sais quelle cause, si je ne connaissais pas vos écrits depuis au moins 2007 ou 2008.
          Monsieur, Mandon, soyez sérieux ou bien dites nous de quoi vous souffrez, car là vous êtes en plein délire.Surtout quand vous avez affaire à l’Islam.Revoyez vos fiches, vous vous ridiculisez inutilment, et vous decevez ceux qui croyaient en vos qualités de discernements et en la profondeur de vos points de vue habituels.
          Et c’est un fervent partisan de la laïcité qui vous parle, je pourrais être d’accord avec vous sur un seul point : endiguer les extrémismes ; séparer le politique et le religieux..
          Or, ici malheureusment votre aveuglement ne vous pousse qu’à balloter entre des inductions débiles et des déductions abruties..
          Non merci, gardez votre point de vue délirant pour vous et pour les esprits abrutis que cela conforte.


          • Albar Albar 1er avril 2011 20:49

            Bien dit mon cher Aafrit ! Pour cela, je vous plus.


          • jack mandon jack mandon 2 avril 2011 05:33

            Aafrit,

            J’ai plusieurs réponses à vous soumettre.
            La première dans l’actualité brulante incontournable, les conflits ouverts dans presque tous les états musulmans, cela se passe de commentaire.

            Pourquoi la « grande discorde » (al-fitna al-kubrâ) qui oppose sunnites-, chi’ites- et khârijites- sur un enjeu dramatique :
            Qui doit prendre la tête de la communauté musulmane ?

            Les musulmans restent en désaccord profond sur la question de la transmission du pouvoir, donc sur la nature même de l’état et de son articulation au religieux.

            Dans ce temps humain, le temps linéaire, une première piste consiste à :

            Rendre à César, ce qui est à César, et à Dieu, ce qui est à Dieu.

            Pour cette raison, il est bien que mon papier au demeurant, volontairement ambiguë, et je vous l’accorde très sommaire, soit accompagné d’une image paisible qui se situe dans un temps divin et qui montre la créature en relation avec son créateur en méditation.

            J’ai une autre réponse à formuler, celle ci analytique, plus en relation avec mon métier, je le ferai à travers le commentaire d’Antoine Diederick,

            « L’Ombre est l’obstacle révélateur du chemin..... » et vous laisserai méditer.

            Merci de votre visite.


          • philouie 2 avril 2011 11:18

            Salam,

            Cher monsieur,
            vous souffrez visiblement de deux maux qui accablent, hélas, l’immense majorité des humains, l’ignorance et l’égotisme.
            L’ignorance d’abord, mère de tous les préjugés la nature ayant horreur du vide. Vous ne connaissez de l’Islam que le portrait qu’en dresse l’occident. Manifestement la rencontre n’a pas eu lieu, vous regardez sans connaitre : apposer à l’Islam une grille de lecture chrétienne ne peut que conduire à des malentendus si l’on ignore ce qu’est l’islam en lui-même.

            L’égotisme, ensuite. Vous êtes manifestement dans le camp du bien et l’autre est nécessairement dans le camp du mal : L’égotisme vous ferme la porte à l’auto-critique. Ainsi l’égotisme à un corrolaire, celui de la projection, la part du mal que nous ignorons en nous-même devient attribut de l’autre. l’ombre est l’obstacle dites vous. paille et poutre réponds-je.

            Examinons deux points de votre discours :

            "La première dans l’actualité brulante incontournable, les conflits ouverts dans presque tous les états musulmans, cela se passe de commentaire.« 

            Il est manifeste ici que votre vue est biaisé. Palestine, Irak, Afghanistan, tchétchénie et maintenant Libye. Qui est l’agresseur ? qui est le barbare.
            Accuser l’autre d’être en conflit quand on les a soi-même initié est bien la preuve à la fois de l’ignorance (ignorance de la réalité) et de l’égotisme (vous êtes dans le camp du bien et l’autre est dans le camp du mal)

            Le deuxième
             »Rendre à César, ce qui est à César, et à Dieu, ce qui est à Dieu.«  par lequel vous voulez disqualifier l’Islam au bénéfice d’une soi-disante supériorité chrétienne.

            Or les faits sont tout autre, et nous savons, et en particulier nous français, que ce »Rendez à César « a eu dans l’histoire un tout autre sens que celui que vous voulez lui donner  : celle de »l’alliance du sabre et du goupillon« .
            Ainsi par exemple, à l’époque des buchers, si c’est bien Dieu qui condamnait à travers l’Eglise, c’est bien le bras séculier qui exécutait la besogne.

            Du sacre de Charlemagne à la loi de la laïcité, nous avons vécu 1200 ans où le pouvoir temporel et le pouvoir spirituel n’était pas séparés mais bel et bien alliés pour une domination sans partage.
            Ici encore, poutre et paille. égotisme et ignorance.
            Quid de l’Islam ?
            Mais pour le voir, il faudrait peut-être ôter vos lunettes chrétiennes et regarder avec vos yeux, plutôt que de tenter d’y imposer une grille de lecture, qui parce inadéquate, ne fait que révéler que ça ne colle pas. L’instrument qui vous sert à observer l’Islam est justement contre quoi l’Islam c’est levé : il est normal qu’alors vous ne voyez qu’erreurs mais la faute n’est pas en l’autre, elle est dans les moyens de celui qui observe.
            Nous ne parlerons ici que du Sunisme, parce que le chiisme s’apparente davantage à l’église catholique.
            Ainsi dans le sunisme, il n’y a pas d’église, il n’y a pas de clergé, il n’y a pas d’autorité supprème.
            En fait, il n’y a pas de César. l’église catholique est Romaine quand l’Islam proclame »Fuck César« .

             »Il n’y a de dieux que Dieu« signifie bien que tous les petits tyrans qui se prennent pour Dieu et qui veulent se faire passer pour Dieu ( ce qui était le cas de César et ce qui est le cas des papes (-des intercesseurs-) ne sont en aucun cas Dieu et ne mérite en aucun cas la moindre adoration.

            Or concrètement qu’est-ce que cela signifie ? : d’abord d’un point de vue Islamique, le tyran qui domine un peuple est un musulman comme un autre et comme un autre musulman il est soumis à l’Islam. Du point de vue Islamique, il y a égalité entre le tyran et ces sujets. et le tyran ne peut dominer le peuple contre l’Islam.
            Sans m’étendre sur la structure politique qu’entraine cette conception, le résultat est, que si le christianisme a donné une structure pyramidale aux sociétés avec une domination venant de la tête sur l’ensemble du corps social (et je renvoie ici à Paul et ses »Dieu est le chef du Christ, le Christ est le chef de l’église, l’église le chef de l’homme etc...), le monde Islamique a une structure horizontale dont l’unité dépend de l’Islam, c’est à dire in fine, de la foi des croyants, et non du chef des croyants qui serait l’interprète de la parole divine. Le monde musulman est une mosaïque fait de diversité (et de tolérance) là ou le monde chrétien est une unité (intolérante) parce que sous la domination de César.

            philouie


          • Antoine Diederick 1er avril 2011 22:40

            Jack, l’Ombre est l’obstacle révélateur du chemin.....


            • jack mandon jack mandon 2 avril 2011 05:36

              Bonjour Antoine,

              Je vous ai plagié pour la bonne cause.

              Passionnant Jung et tellement méconnu.

              Merci pour le clin d’oeil


            • Ossian Ossian 1er avril 2011 23:50

              A celui qui s’est fatigué pour écrire cet article : lorsqu’on on ne maitrise pas son sujet, on se fait tout petit, on la ferme, on lit, on s’instruit ! Non mais ! smiley


              • jack mandon jack mandon 2 avril 2011 05:52

                Ossian,

                Un papier, même très modeste, est un appel au débat.

                Ce n’est pas la démonstration d’un savoir hypothétique mais l’attente d’un échange.

                Je prend le parti d’exister en m’affranchissant des injonctions dans un contexte de liberté.

                Pour la même raison vous avez droit à tous les commentaires.

                Bon Dimanche


              • Dominitille 2 avril 2011 00:11

                Bonsoir Jack Mandon,
                Ravie de vous lire. Mais pas sûre de bien avoir tout compris, je reprendrai la relecture de votre article qui est bien malmené ;
                La nuit porte conseil, possible qu’ elle m’éclaire concernant ce protestant.
                Bonne nuit


                • jack mandon jack mandon 2 avril 2011 05:57

                  Domi,

                  Faites de beaux rêves !

                  Je ne sais pas s’il s’agit de compréhension ?

                  Au fond chacun lit ce qu’il peut et réagit comme il veut, la preuve...les commentaires.

                  A bientôt, au réveil.


                • Kalevala 2 avril 2011 10:45

                  Votre réaction compréhensive car elle est éclairer par la peur, je la résumerait ainsi c’est une pensé totalitaire qui s’opposent à une pense doctrinaire en aucuns des deux penses, la totalitaire laïc et la pense doctrinaire religieuse sont une pensé libre. Et ce que vous proclamer est un totalitarisme.


                  • Antoine Diederick 2 avril 2011 11:01

                    A Jack Mandon ;

                    « il s’agit tout simplement de la qualité de l’éveil de la conscience et ça concerne tous les hommes. »

                    C’est le vrai défi, je partage votre approche.


                    • Robert GIL ROBERT GIL 2 avril 2011 12:13

                      Dans un monde idéal, aucun signe religieux ne devrait être permis à l’intérieur des instances de la République, ni aucun élu ayant des accointances avec des groupes d’intérêts privés ne devrait y siéger. Pourtant de nombreuses personnalités politiques vont régulièrement à l’université d’été du Medef ou au diner du Crif ! La laïcité nous permet de vivre ensemble, malgré nos différences d’opinions et de croyances. Ce n’est ni une négation de la religion ni une négation de la sphère privée. La laïcité c’est simplement le refus de l’Etat de se soumettre à quelque idéologie partisane que ce soit.
                      http://2ccr.unblog.fr/2011/01/25/vous-avez-dit-laicite/


                      • sisyphe sisyphe 2 avril 2011 12:36

                        Il n’y a pas à avoir de débat sur la laïcité. 


                        Nous sommes en France : la loi de 1905 ; rien que la loi, toute la loi. (sans « dérogations ») 

                        Pas de financement des lieux de cultes par l’argent public, respect des différents cultes et pratiques cultuelles qui s’exercent en conformité avec les lois de la République.. 
                        Pas d’immiscion de quelque religieux que ce soit dans la sphère publique. 

                        Ensuite, juger les autres cultures à l’aune de la sienne, c’est voir le monde à sa fenêtre. 

                        Ce qui doit être universel, c’est le respect ; respect de soi, respect des autres, respect des lois, respect de la liberté ; de pensée, de croyance, d’agir. 

                        Quand la liberté est menacée, entravée, confisquée, bafouée, la révolte est légitime. 
                        Mais c’est à chaque peuple de le faire, selon son rythme, sa cohésion, ses désirs, sa souffrance. 

                        Nous n’avons que le droit de soutenir, partout, toujours, ce respect de la liberté et des hommes de bonne volonté, de soutenir les luttes contre l’oppression, par l’exemple de nos luttes pour la liberté, sans donner de leçons, sans nous mettre à la place des autres autrement que par empathie, compassion, et soutien moral. 

                        Nous avons, avant tout, à lutter pour NOTRE PROPRE liberté, comme un déclencheur de combats légitimes. 

                        La liberté des autres étend la mienne à l’infini. 

                        • Kalevala 2 avril 2011 12:45

                          pour un libertaire tu es bien ? Il y a un défaut de logique dans l’arrangement de tes idées.
                          - Il n’y a pas à avoir de débat sur la laïcité. - ?


                        • Kalevala 2 avril 2011 12:48

                          pour un libertaire tu es bien un totalitaire ? Il y a un défaut de logique dans l’arrangement de tes idées.
                          - Il n’y a pas à avoir de débat sur la laïcité. - ?


                        • jack mandon jack mandon 2 avril 2011 12:54

                          Sisyphe,

                          Bien entendu, toute la loi, rien que la loi...

                          mais quand des élus irresponsables pour des raisons inavouables transgressent la loi ?

                          Que faites vous de la négation de l’histoire ?

                          Voici un extrait du traité d’athéologie de Michel Ofray :

                          " L’inscription de l’islam dans une histoire qui nie l’Histoire génère une société close, statique, fermée sur elle-même, fascinée par l’immobilité des morts. Comme jadis le marxisme prétendait réaliser l’Histoire en l’abolissant, lui vouait un culte quasi religieux pour mieux l’achever, la prétention musulmane à gouverner la planète vise, in fine, un agencement fixe, anhistorique, quittant la dynamique du réel et du monde pour la cristallisation hors du temps d’un univers pensé et conçu sur le mode de l’arrière-monde. Une société appliquant les principes du Coran donnerait un camp nomade universel bruissant de quelques tremblements de fond, juste le bruit des sphères qui tournent à vide sur elles-mêmes célébrant le néant, la vacuité et le non-sens de l’Histoire morte."

                          Merci de votre visite


                        • sisyphe sisyphe 2 avril 2011 14:06

                          @ jack mandon 


                          j’ai lu le traité d’athéisme d’Onfray. 

                          Vous en citez un extrait à propos de l’islam, mais il y en a tout autant pour les autres religions. 

                          et quand il dit : «  Une société appliquant les principes du Coran ... » je répète ce que j’ai dit plus haut ; le religieux n’a pas à s’immiscer dans la sphère publique, et encore moins, bien évidemment, dans la gouvernement de la société. 

                          C’est, d’ailleurs, ce que réclament les peuples arabes en révolte : la liberté et la démocratie, sans ingérence du religieux. 

                          La société « occidentale » a longtemps, elle, appliqué les principes de la bible ; sur chaque dollar américain, il est écrit « In God we trust », et l’Eglise a, pendant des siècles, fait appliquer ses principes religieux en France et dans l’Europe.

                          L’islam est, comme TOUTES les autres religions, un frein à l’émancipation, la liberté, la liberté de conscience ; nous n’avons pas de leçon à donner, mais, je répète, un soutien à apporter aux hommes en lutte pour leurs libertés, comme nos propres ancêtres le furent, et comme nous devons le faire nous-mêmes, contre notre propre oppression, contre la nouvelle religion qui est celle du Dieu dollar ; la pire religion sur terre, parce qu’universelle, non formulée, sans dogmes écrits, sans église, mais omniprésente et toute-puissante.

                          Pour moi, bien pire que l’islam qui, que je sache, n’est pas expansionniste. 

                          Sachons lutter contre ce qui NOUS oppresse nous-même, avant de vouloir fustiger et donner des leçons aux autres. 

                        • jack mandon jack mandon 2 avril 2011 14:09

                          Sisyphe,

                          Au fait, j’aimerais avoir votre avis sur la vision de François Asselineau

                          qui serait favorable à la sortie de la France de l’ Europe.

                          Je suis globalement très respectueux pour son courage politique.

                          A l’occasion, merci


                        • sisyphe sisyphe 2 avril 2011 14:09

                          Par Kalevala (xxx.xxx.xxx.146) 2 avril 12:48

                          pour un libertaire tu es bien un totalitaire ? Il y a un défaut de logique dans l’arrangement de tes idées.
                          - Il n’y a pas à avoir de débat sur la laïcité. - ?

                          Non ; rien de totalitaire. 

                          La laïcité est UN FAIT ACQUIS, après des dizaines et des dizaines d’années de lutte ; il n’y a pas à débattre sur elle ; ELLE EST, inscrite dans la loi de 1905, et s’impose à tous. 

                          Est-ce qu’on débat sur la nuit et le jour ? 


                        • jack mandon jack mandon 2 avril 2011 14:16

                          Sisyphe,

                          « Sachons lutter contre ce qui NOUS oppresse nous-même, avant de vouloir fustiger et donner des leçons aux autres. »

                          Tout à fait, et ce n’est pas chose facile tant l’émotion partage tous les instants de notre vie.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès