Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Qu’importe l’étiquette si le produit est le même (...)

Qu’importe l’étiquette si le produit est le même !

Un lecteur d'un précédent article m'ayant demandé ce qu'est l'Education populaire, j'ai écrit ce texte d'actualité dans lequel j'ai repris une excellente définition de ce qu'est l'éduc pop, texte que vous trouverez à la fin de ce présent article.

La dénomination est secondaire si la politique est la même !

Les vagues des promesses se brisent sur les digues du traité de l'Union Européenne...

Ces vagues salvatrices allaient redessiner le paysage et permettre de lutter efficacement contre l'exclusion sociale et plus d'égalité.

J'ai salué comme beaucoup d'autres acteurs associatifs la naissance d'un Ministère qui allait se préoccuper des Sports mais aussi de la Jeunesse, de l’Éducation populaire et de la Vie associative.

Mais voilà le parlement a ratifié par son vote le traité inique européen qui impose aux états des réductions de dépenses afin de respecter la règle d'or....Les crédits vont être limités.

Les directions départementales de la Cohésion sociale qui ont remplacé les défuntes DDJS ont vu fondre à vue d’œil leurs crédits jeunesse : moins 25% en 2010 et moins 11% en 2012.

Quelle va être la nouvelle donne en 2013 ?

Le redressement va-t-il être visible ?

Eh bien Non, les mêmes budgets vont être réduits pour la jeunesse de 7%....

Regardez attentivement le site du Ministère et la première page, vous constaterez que c'est le sport qui prend toute la place

http://www.sports.gouv.fr/

Il faut aller plus loin pour voir que le Ministère de préoccupe un peu de l'éducation populaire et de la Jeunesse.

Encore un signe peu réjouissant :

les concours de CEPJ, conseillers d'éducation populaire et de Jeunesse supprimés depuis 3 ans n'ont pas été ré-installés.

Où en sont les promesses ?

Les personnels ex Jeunesse et Sports qui étaient appelés hier à se faire les missi dominici du service civique vont repartir sur le terrain, non pour conseiller et accompagner les associations mais pour faire du chiffre, pour placer les contrats d'avenir...

On est loin de l’éducation populaire dont l’action, était soutenue par les anciennes directions départementales Jeunesse et Sports .

Voici pour information un document récent qui définit clairement ce qu’est l’éducation populaire :

« L'Education populaire, un creuset de la citoyenneté et de la démocratie

Suite à l'événement "L'Éducation populaire : pour une démocratie solidaire et harmonieuse" qui s'est déroulé à Saint André, à la Réunion les 5 et 6 octobre 2012, une déclaration a été rédigée et présentée à l'ensemble des participants. Les Ceméa de la Réunion, sont parties prenantes de cette déclaration et au delà, l'ensemble des Ceméa.

"

La déclaration de Saint André de la Réunion"

Les association d'Éducation Populaire réunies les 5 et 6 octobre 2012 à Saint André de la Réunion, rappellent que l'Éducation populaire est, au même titre que l'Éducation nationale, une école de la République.

Elle apprend, tout au long de la vie, à lire et à comprendre la réalité du monde, à écrire et favoriser le vivre-ensemble, à compter les uns sur les autres et à unir les hommes dans un destin partagé, en dehors de tout obscurantisme.

Elle permet de conserver les acquis scolaires, tout en axant l'action sur la préparation des Français, à jouer, sur la base de valeurs fondamentales et intemporelles, leur rôle de citoyens de la République.

L'Éducation populaire est à la fois tolérante, laïque, révolutionnaire et pacifiste. Son objet est de contribuer à l'édification d'une société émancipée, humaniste et solidaire, en rupture avec la marchandisation du monde.

 

Aussi, les association d'Éducation Populaire demandent :

- L'inscription d'un grand projet de civilisation comme objectif national, avec l'Éducation populaire comme dispositif d'éducation permanente, pour former les citoyens, acteurs de la transformation sociale. - La reconnaissance d'un quatrième secteur de production de savoirs et de liens sociaux ; ce secteur quaternaire, identifié comme tel dans les comptes publics, devra être le pilier de la construction de la citoyenneté. »

Espérons que ce document sera lu attentivement par la Ministre de ce grand Ministère et qu’enfin, une nouvelle orientation permettre que cette problématique devienne une des priorités de la politique enfance jeunesse !

 

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  3.93/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 24 octobre 2012 10:21

    L’Éducation populaire est à la fois tolérante, laïque, révolutionnaire et pacifiste. Son objet est de contribuer à l’édification d’une société émancipée, humaniste et solidaire, en rupture avec la marchandisation du monde.


    Oui , c’est extrêmement vague , chacun peut interpreter ça à sa façon !


    • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 24 octobre 2012 10:48

      C’est le propre de toute déclaration d’intention !

      Il en est de pire !

    • CHALOT CHALOT 24 octobre 2012 10:46

      Ce sont des orientations donc des principes....C’est un mouvement large de transformation sociale et non un parti


      • Mwana Mikombo 24 octobre 2012 11:59

        @Associations Ceméa

        « L’Éducation populaire est à la fois tolérante, laïque, révolutionnaire et pacifiste ».

        Si vis pacem, para bellum. Ce cliché latin se traduit par : « Si tu veux la paix, prépare la guerre ». Mais, la guerre est déjà là depuis longtemps, la guerre de l’Union Européenne contre l’éducation populaire !

         

         


        • bernard29 bernard29 24 octobre 2012 13:52

          vous avez oublié « le développement durable » et le « buen vivir » ; ça manque. !!!! et c’est une faute de la part des responsables de l’éducation populaire.

          En tout cas, ça l’expliquerait largement la raison de la diminution des subventions.


          • FERAUD 24 octobre 2012 14:21

            Le développement durable, c’est du bobo, pur jus


            •  C BARRATIER C BARRATIER 24 octobre 2012 16:55

              Le TNP voulait l’éducation populaire, c’est à dire l’accès aux oeuvres pour tous. Les acteurs faisaient volontiers du bénévolat. Plutôt que de faire gagner plus par de gros cachets à des vedettes déjà bien enrichies observons le mouvement inverse du théâtre qui vient vers tous et gratis.
              Il n’appartient pas à l’état de « faire » l’éducation populaire, mais cela appartient à un mouvement général. Les artistes ont besoin d’un public, et savent le trouver par eux mêmes.

              Les municipalités font leur boulot : salle des fêtes, médiathèque...

              Car bien sûr il n’y a pas une culture qui serait plus populaire qu’une autre. Il s’agit d’accéder à la même culture.
              Je peste souvent contre les théâtres fortement subventionnés ou les opéras...Ceux qui en profitent ne sont pas les plus pauvres...


              • candide 24 octobre 2012 17:00

                Bonjour,


                L’éducation populaire. Franck Lepage :
                C’est excellent !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès