Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Quand Bayrou cherche à séduire Hollande

Quand Bayrou cherche à séduire Hollande

Invité du Grand journal de Canal le 19 octobre au soir le candidat du modem s’est essayé à un argumentaire de séduction à l’attention de François Hollande tout en cherchant à se démarquer du projet socialiste. Exercice en casuistique moyennement convainquant annonçant une stratégie de rapprochement vis-à-vis du PS dont il reste encore tout à inventer en termes d’argumentaire.

Arrivé troisième au soir de la présidentielle de 2007 François Bayrou aurait dû choisir entre le candidat PS et celui de l’UMP. A l’époque il s’y été refusé, pensant y gagner davantage que dans une prise de position claire et précise.

Avec le recul le calcul s’est avéré faux, son indécision d’alors lui ayant desservi plus qu’elle ne lui fut utile. Aujourd’hui il sait qu’en 2012 il lui faudra choisir.

Mais conscient qu’un ralliement à Sarkozy serait difficile tant ses critiques à l’adresse du chef de l’Etat ont été violentes, le leader du Modem cherche à se rapprocher à pas comptés du PS.

L’exercice est difficile car le Modem est à l’origine un parti de centre droit dont, il est vrai, les électeurs ont eu tendance ces quatre dernières années à voter en priorité pour un PS recentré que pour un UMP droitisé.

Mais tout de même un chrétien démocrate appelant à voter pour le PS, voilà une révolution dont Bayrou pose peu à peu les jalons d’ici à 2012.

Pour preuve cette suite d’appels du pied adressés non au PS, mais à son candidat. S’en suit une improbable scène de séduction d’un futur candidat (Bayrou) ne tarissant pas d’éloges sur un autre candidat (Hollande) tout en critiquant ouvertement le parti de ce dernier.

A cela une formule un peu schizophrénique d’un Bayrou affirmant se trouver des « points de rencontre » avec le candidat Hollande, là où, selon le leader du Modem, le PS se caractérise par le caractère « insoutenable » de son projet. D’où l’invitation faite à François Hollande de chercher à davantage être le candidat de ses propres particularités plutôt que celui de son propre parti.

Posture d’équilibriste insoutenable en plus d’être improbable. Mais première approche franche de Bayrou à l’attention de qui se trouvera sur sa gauche lors de l’entre-deux-tours de la présidentielle à venir.

De quoi présumer un peu plus des difficultés à venir pour Nicolas Sarkozy dans l’élection qui s’annonce ? Oui, quoiqu’en oubliant un peu vite qu’un électorat n’appartient jamais à qui le convint sur un premier tour. Oui encore mais à la condition d’admettre que Hollande puisse être autre chose que le défenseur du projet socialiste qui fait tant peur à François Bayrou

Bref dans l’hypothèse où François Bayrou fasse troisième au sortir du premier tour de la présidentielle tout son argumentaire de ralliement d’entre-deux tour reste à construire.

Anthony Rigot


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

32 réactions à cet article    


  • Nanar M Nanar M 21 octobre 2011 08:43

    Quelle girouette ce bayrou !


    • volpa volpa 21 octobre 2011 08:52

      Ah bon ? Ce n’est pas mon avis. Plutôt constant.


    • gébé gébé 21 octobre 2011 09:17

      Exact... il est constant dans l’indécision !


    • benbaker 21 octobre 2011 09:25

      Il a prefere ne pas choisir entre 2 erreurs, c’est plutot courageux. En choisissant il aurait eu des dizaines de deputes et un poste de premier ministre entre autres


    • benbaker 21 octobre 2011 09:23

      votre article est particulierement faux dans ce passage : « A l’époque il s’y été refusé, pensant y gagner davantage que dans une prise de position claire et précise. Avec le recul le calcul s’est avéré faux. »

      Avec le recul, on peut voir que Sarkozy a decu les francais avec sa politique et surtout son comportement. Et concernant Segolene Royal, on peut voir avec le recul ce qu’il est advenu d’elle...

      Son « calcul » comme vous l’appelez, n’en etait pas un. Il n’etait simplement pas d’accord ni avec Sarkozy ni avec Royal, et franchement on peut le comprendre.

      Donc, avant de parler de recul, attendez la prochaine presidentielle...



      • volpa volpa 21 octobre 2011 09:30

        C’est exact.


      • oncle archibald 21 octobre 2011 09:30

        Vous présumez du vote des « chrétiens démocrates » et ne connaissez à peu près rien de leurs convictions. Quand à la position « d’équilibriste insoutenable » c’est un exercice auquel devra bien s’entrainer François Hollande pour rameuter les voix des Mélanchonistes, celles des verts, celles des vieux radicaux socialistes et celles des centre gauche qui n’aiment pas Bayrou .. Et vous ne pouvez présumer en rien du résultat du premier tour .. Votre article creux et inutile ne montre qu’une chose : les socialistes ne savent pas comment faire pour composer avec les électeurs de Bayrou dont ils auront bien besoin si leur cheval hollandais se trouve participer à la lutte finale (!), ce que rien n’a rien de certain à ce jour ..


        • benbaker 21 octobre 2011 09:39

           « creux et inutile », je trouve que c’est un peu dur pour l’auteur, il a le droit d’avoir une vision differente meme si elle est d’apres moi fausse.

          Par contre, votre reponse m’amene a une remarque. Bayrou est desormais bien ancre au centre et ce sont l’UMP et le PS qui vont avoir le cul entre 2 chaises maintenant.
          Hollande va devoir choisir entre Melanchon et Bayrou, ce qui aurait ete impensable il y a quelques annees. Avant, la gauche avait le champ libre a sa droite.


        • Imhotep Imhotep 21 octobre 2011 10:05

          L’auteur a un cerveau conçu pour le bipartisme. t surtout pour une position sans aucune nuances. Ou que dans sa vie il est incapable de trouver de points communs avec qui que ce soit qui aurait une orientation politique différente de a sienne. II aura au moins le point commun de respirer de l’oxygène et de relâcher du CO2 dans l’air.

          Oser utiliser des paroles de bons sens car Bayrou depuis 1998 dit toujours la même chose c’est-à-dire qu’il trouve des idées intéressantes à droite et à gauche, des points communs avec des femmes et des hommes d’un camp comme de l’autres, en somme être un homme sain d’esprit et non sectaire, comme une stratégie pour se rapprocher d’Hollande ou le courtiser alors que dans le même temps il déclare que le programme du PS est dangereux est soit partisan, soit malhonnête soit bête soit asocial. On a tous des points communs a et même avec nos ennemis et le dire ne veut pas dire que l’on pactise ou que l’on se met à genoux devant eux.

          • kriptonite 21 octobre 2011 10:13

            A l’auteur de l’article :

             1- En 2007 il(F.Bayrou) n’a pas choisi N.Sarkozy ,car il savait (mieux que vous et moi) ce qui attendait les français ........et jusqu’à présent il a eu 100% raison.
             
             2- Toujours en 2007 il(F.Bayrou) n’a pas voulu choisir S.Royal,celle la même, qui l’élection passée avoua qu’elle avait mentie sur le smic a 1500E et qu’effectivement son programme n’était pas du tout applicable.........il avait encore une fois, eu raison de ne pas voter pour une personne qui avait mentie effrontément aux français dans le seul but de se faire élire !

             3-Si je comprend bien votre raisonnement (l’auteur) il(F.Bayrou) qui était(est) sain de corps et d’esprit aurait du choisir Alzheimer(esprit) et, la peste ou le choléra (corps) ?

            4- Vous dites :«  »Oui encore mais à la condition d’admettre que Hollande puisse être autre chose que le défenseur du projet socialiste qui fait tant peur à François Bayrou«  »«  »...............

            Vous pensez sérieusement que F.Bayrou a peur du projet socialiste ? si oui c’est que vous n’avez rien compris aux déclarations de F.Bayrou.


            • Taverne Taverne 21 octobre 2011 10:15

              C’est que Hollande tient en son bec un fromage et qu’il est sensible à la flatterie. Bayrou connaît ses classiques, c’est tout.


              • ZEN ZEN 21 octobre 2011 10:19

                Un fromage de Hollande ?
                Un chèvre du Poitou, je comprendrais...
                Pas la peine d’en faire un fromage !


              • Taverne Taverne 21 octobre 2011 11:46

                Zen, c’était à dessein...

                Que pensez-vous de Hollande qui veut réenchanter le manège enchanté ? Après Nicolas Zébulon, voici Pollux-Hollande avec son susucre et sa camarade Margot...


              • devphil30 devphil30 21 octobre 2011 10:16

                « A cela une formule un peu schizophrénique d’un Bayrou affirmant se trouver des « points de rencontre » avec le candidat Hollande, là où, selon le leader du Modem, le PS se caractérise par le caractère « insoutenable » de son projet. »


                C’est pas de dire que le projet socialiste est insoutenable qui va aider au rapprochement ....

                Philippe

                • Taverne Taverne 21 octobre 2011 11:41

                  « C’est pas de dire que le projet socialiste est insoutenable qui va aider au rapprochement .... » Mais justement si ! Il semble que vous n’ayez pas compris. Bayrou appelle Hollande à laisser tomber ses chimères pour un discours plus vrai, comme le sien. Ce qui serait les prémisses d’un rapprochement possible.


                • frédéric lyon 21 octobre 2011 10:18

                  Il se trouve que les socialistes sont à la recherche d’alliés, car le PS n’est qu’un parti minoritaire comme les autres.


                  Or le Front de Gauche n’a pas l’air très commode, les Verts, qui réclament le rétablissement d’un scrutin proportionnel à un seul tour, sont un peu emmerdants.

                  Et Bayrou trouve que le « programme socialiste » est à chier !

                  Le PS reste donc sans allié, la seule chose qui peut le sauver est le scrutin majoritaire à deux tours.

                  C’est le mode de scrutin qui permet à deux partis minoritaires de devenir majoritaire au deuxième tour, grace à un miracle démocratique qui consiste à éliminer du vote tous les autres partis du premier tour !!

                  Et ces partis de premier tour représentent plus de la moitié des voix !!

                  • LE CHAT LE CHAT 21 octobre 2011 11:01

                    la droite molle qui se rapproche de la gauche molle , rien de tel pour s’applatir devant les puissants de la finance !


                    • Nanar M Nanar M 21 octobre 2011 12:33

                      Bien dit !


                    • vecimot 21 octobre 2011 11:31

                      C’est le seul candidat à avoir conscience de la gravité de la situation. Et pas que depuis aujourd’hui. Il sait qu’on sortira de cette situation qu’avec une majorité nouvelle, centrale. Aucune des 2 majorités traditionnelles n’ont pu et ne pourront relever le défi car elles scindent le pays en 2, et sont en elles même divisées sur le constat même de la situation. C’est le moment d’imposer à nos responsables politique de dépasser leur divergence de posture et de les mettre en face de leurs responsabilité. Ils doivent sauver la France. Nous devons avoir cette exigence et les forcer à travailler pour leur pays et pas pour leurs postes. Et le seul garant de cette exigence sera Bayrou. Les mains libres, détaché de tous intérêt de parti, il pourra alors faire travailler ensemble les futurs reconstructeurs du pays.


                      • Nanar M Nanar M 21 octobre 2011 12:38

                        « Les mains libres, détaché de tous intérêt de parti... »
                        bayrou est soumis à la dictature des marchés, comme hollande d’ailleurs.


                      • Voltaire Voltaire 21 octobre 2011 11:40

                        L’analyse de l’auteur me semble hative, et l’interview de Bayrou publiée dans le journale Le Monde d’aujourd’hui (http://www.mouvementdemocrate.fr/medias/bayrou-le-monde-201011.html) clarifie assez bien la situation.
                        F. Bayrou s’entend bien avec F. Hollande sur un point personnel (comme il s’entend bien avec A. Juppé par exemple), et considère que les positions personnelles d’Hollande sont plus réalistes que celles qu’il est obligé de défendre au nom du PS. Il a néanmoins assez clairement condamné cette position qui consiste à faire plaisir à une aile traditionnelle du PS par des promesses intenables, en opposition avec la discours plus réaliste de Valls. Mais il me semble inexact de juger que Bayrou penche plus à gauche en ce moment ; si on s’extrait de l’ambiance médiatique actuelle qui explique les questions nombreuses concernant Hollande, on peut constater que Bayrou, dans son interview, insiste sur deux points stratégiques :

                        - « François Hollande prétend que sa majorité peut aller des communistes, des écologistes, jusqu’aux centristes. Je vous le dis : cette majorité-là n’existera pas. Il y a deux thèses irréconciliables. Les uns disent : »C’est la faute du capitalisme, il faut démondialiser.« Les autres sont réformistes. J’admets volontiers que M. Hollande est de la seconde famille. Mais une telle majorité qui engloberait les uns et les autres est impossible durablement »
                        - « Le centre est en diaspora. Mais je crois que cette diaspora s’achève. Il y a des députés de la majorité actuelle qui dialoguent avec nous, tout comme des élus de centre-gauche. Dans les familles divisées de cet ensemble au centre-droit, la prise de conscience est en train de se faire qu’au fond il faudra choisir entre Nicolas Sarkozy et moi. »

                        On constate donc que Bayrou persiste sur une voie délicate mais équilibrée entre droite et gauche, ce qui est assez logique pour le centre. Les récents soutients qu’il a eu venant du centre-droit témoignent notamment que l’espace politique est sans doute plus dégagé de ce côté, en raison du rejet de N. Sarkozy, et que sa qualification au second tour serait sans doute plus facile en mordant sur l’électorat de droite modérée (et donc en éliminant le président sortant) plutôt que, comme en 2007, en allant sur les terres du PS. Ce qui ne l’empêchera pas de tenter de rallier à lui un électorat de centre-gauche réaliste si la campagne du PS persiste à dériver vers un programme « insoutenable ».

                        Quant à son soutient en cas de non-qualification au second tour, il me semble probable que Bayrou n’a pas tranché et se pronnoncera en fonction de son impact potentiel : il a d’hors et déjà posé une condition difficile pour soutenir Hollande (pas de Mélanchon...), et poserait sans doute à Sarkozy une exigence de rupture avec les théories de la droite populaire. Si, comme c’est assez probable, Bayrou fait un score supérieur à 10%, il aura de toute façon un poids important au second tour, dans la mesure ou il a clairement indiqué que, cette fois, il prendrait parti pour l’un ou l’autre des finalistes afin de faciliter un gouvernement de rassemblement le plus large possible pour affronter la crise actuelle.


                        • penajouir penajouir 21 octobre 2011 12:19

                          Quand on a plus la possibilité et les compétences intellectuelles pour progresser, sait bien connu, on commence à nuire aux autres. Bayrou, la synthèse du mou et de l’inutile. Allez Francois, va faire un blog avec mémé et arrête de nous saouler !..


                          • arobase 21 octobre 2011 12:21

                            bof, bayrou est de droite, donc rien à en attendre. il fera 3%. comme lepen qui n’intéresse plus personne car personne ne la voudra comme alliée.


                            par contre la déception vient de mélenchon qui était mon candidat. pourquoi joindre sa voix à la meute contre hollande qui tente de rassembler le maximum, ce qui est indispensable pour gagner !  c’est pas très malin !

                            d’autant que mélenchon n’a aucune chance d’être élu ! alors il cherche quoi avec ses dérapages à la Aubry, l’autre idiote ! 

                            pour gagner et battre les requins il faut aussi savoir attendre son heure ! eux les requins se haïssent un max mais font comme si....

                            tout idiot qui par oportunisme, pour exister, compromettrait la victoire contre les requins aura du souci à se faire car il sera certainement politiquement cuit !


                            la seule chance de battre aujourd’hui les requins c’est Hollande. alors autant abonder, négocier, s’entendre, mettre son grain de sel et participer de l’intérieur pour faire passer ses vues, plutôt que de choisir de reconduire sarkosy.

                            • Nanar M Nanar M 21 octobre 2011 12:39

                              « d’autant que mélenchon n’a aucune chance d’être élu »
                              C’est toi qui le dit !
                              (et tu as tord)


                            • Nanar M Nanar M 21 octobre 2011 12:42

                              Dans le sens ou bayrou et hollande ont comme poisson pilote les marchés ont peut dire qu’ils sont eux aussi des requins smiley


                            • LE CHAT LE CHAT 21 octobre 2011 13:12

                              Hollande est un requin de la synthèse molle !
                              Mélenchon voit en lui le futur Papandréeou français , tout comme Poutou !

                              ça fait plaisir à entendre ! virer le nain pour mettre le mou , aucun interêt , c’est pour faire la m^me politique antisociale et anti française !


                            • arobase 21 octobre 2011 14:03

                              si tu parvient à m’expliquer comment mélanchon pourrait-être au second tour sans les voix des socialistes qui vont voter leur candidat, juste avec leFFDG, quelques NPA et quelques montebourgeois ?


                              il faut quand même être lucide !! 

                              le mieux pour nous c’est qu’il soit au gouvernement pour faire valoir les idées et s’appuyer sur les députés combatifs que nous élirons.

                              par contre ereinter le ps ne servirait qu’à pousser le lepen et sarko.

                            • oncle archibald 21 octobre 2011 19:16

                              Arobase perdez donc vos illusions tout de suite, si Hollande est élu il fera comme n’importe quel autre qui sera élu en 2012, il augmentera la TVA d’au moins deux points pour pouvoir se édsendeter .. après, s’il peut, il essayera de faire autre chose ... en fin de mandat ..

                              Ah non j’allais oublier .. pour bien monter que quand la gauche est au pouvoir ça change tout, il va faire adopter des lois qui coûtent pas un rond et font le buzz, du genre mariage des homosexuels, droit d’adopter pour les mêmes, et quelques hochets du même genre qui vont juste entretenir la cassure droite/gauche à peu de frais ..

                            • vecimot 21 octobre 2011 13:15

                              Non, pas Bayrou, au contraire. C’est la France qui est sous la dictature des marchés et du monde de la finance. C’est justement à cause de notre surendettement. Bayrou proposera un plan de désendettement, un agenda 2020. Il sera peut-être dur mais il sera juste et cohérent. C’est la seule façon qu’on a de s’en sortir. Sinon ça sera comme la Grèce.


                              • arobase 21 octobre 2011 16:49

                                hollande propose un plan de désendettement sur 5 ans .dur pour les riches.


                                ça c’est réel. c’est pas mieux qu’une éventuelle proposition de bayrou ? juste et cohérent ? 
                                dur pour qui ? il va s’attaquer aux riches ? faut pas rêver.

                                • oncle archibald 21 octobre 2011 17:23

                                  Aviez vous seulement essayé de lire son programme pour l’élection de 2007 ?

                                  Il est encore temps, pendant qu’il peaufine celui qu’il présentera en 2012, qui a mon avis ne sera pas bien différent .

                                • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 22 octobre 2011 00:10

                                  J’ignore ce que fera Bayrou mais les 64% de Hollande contre l’abominable Sarkozy (Lien, sondage BVA pour RTL) peuvent peser sur sa réflexion politique. La question serait alors la suivante  : l’assurance de ministres et d’un groupe parlementaire Modem valent-ils un accord gouvernemental d’entre deux tours avec la gauche ? Et si c’est le cas, je serais curieux de suivre la cohabitation de Bayrou avec Arnaud Montebourg au Conseil des ministres.

                                  Remarquez, on aura vu pire sous Sarkozy.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Anthony Rigot

Anthony Rigot
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès