Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Quand l’Etat ruine la Sécurité Sociale

Quand l’Etat ruine la Sécurité Sociale

Sarkozy ment aux travailleurs et au peuple, c’est connu. Quand il affirme que l’âge de vie moyen a progressé de 15 ans lors des cinquante dernières années, l’INSEE et l’IRDES permettent de calculer cette augmentation à 9 ans et 8 mois. Il ne peut s’agir ici d’un malentendu du à un interprète comme dans le cas des camps de Roms de Madame Merkel, les études statistiques usent de chiffres arabes et de légendes en francais. C’est donc que l’affirmation du Président cache autre chose. Et quoi donc ?

La vérité sur la situation embarrassée et embarrassante de la Sécurité Sociale pardi !

Ainsi, selon la Cour des Comptes, en 2009 le déficit de la Sécurité Sociale tous régimes obligatoires de base confondus s’élève à 24,9 milliards €. Lesquels se composent de :

 8,9 milliards pour les retraites

10,4 milliards pour la maladie

1,8 milliard pour la famille (AF et aides publiques)

0,6 milliard pour les accidents du travail et les maladies professionnelles.

Ce que Monsieur Sarkozy, les partis politiques et les syndicats taisent c’est que selon les comptes 2009, aux niches sociales instituées depuis 2007, en remplacement de celles supprimées, s’ajoutent diverses dispositions, les unes indirectes (comme celles liées à la hausse du SMIC, dans le cadre de la sortie des mesures liées à la réduction du temps de travail), les autres directes censées stimuler l’emploi constituent une perte de recette de 25,3 milliards € qui auraient permis à la Sécurité Sociale de provisionner 0,4 milliard sur son résultat : 

Ces niches sociales se composent de :

La réduction générale des cotisations patronales de sécurité sociale : 22,357 milliards ;

Exonération des cotisations d’allocations familiales : 0,026 milliard

Exonération de l’impôt sur les heures supplémentaires : 2,953 milliards

Ainsi quand les salariés reçoivent une défiscalisation de 3 milliards les patrons et les entreprises profitent d’une manne de plus de 22 milliards soit 7,5 fois plus. C’est la justice sociale du Gouvernement Fillon. 

Il apparaît donc clairement que non seulement les riches ont bénéficié du bouclier fiscal mais aussi de la réduction des cotisations sociales patronales. Sans ce cadeau supplémentaire, la Sécurité sociale n’aurait pas connu de déficit au cours des 2 exercices qui précèdent et pourrait payer les retraites et ses autres obligations sans faire appel au budget de l’Etat. Les déclarations de Monseur Copé à ce sujet sont donc inexactes.

Une telle politique contrairement aux annonces lors de sa mise en application n’a pas amélioré la situation de l’emploi. Bien au contraire la politique économique et sociale des gouvernements Fillon a détruit plus de 500.000 emplois en 3 ans et demi et contribué ainsi considérablement à l’affaiblissement des recettes de la Sécurité Sociale.

La politique de Nicolas Sarkozy est donc totalement responsable du déficit 2009 de cet organisme. Non content la prétendue politique d’aide à l’embauche des jeunes s’effectue hélas au détriment des travailleurs plus âgés dont les salaires sont plus élevés. Il ne sert donc pas à grand-chose de prolonger l’âge de départ à la retraite, si ce n’est à diminuer le taux de celle-ci. 

Après avoir évoqué la création d’emplois pour expliquer les mesures d’exonération de cotisations sociales patronales, M. Sarkozy use aujourd’hui de ce déficit, dont il est l’auteur, pour justifier une réforme des retraites et de l’assurance maladie au détriment de... deviner qui ?

La manipulation opérée est un remarquable tour de passe-passe. Elle consiste à faire disparaître des fonds sociaux au profit des patrons et à crier au loup, en pressurant un peu plus le petit peuple d’assistés et de paresseux, profiteur de Sécu et de répartition des retraites. Ce n’est plus un scandale, ce n’est pas une honte, c’est un fait que l’on veut faire croire accompli. Si une telle action n’est pas une escroquerie, cela y ressemble fort. 

Non seulement Sarkozy se moque des travailleurs qui le nourrissent, mais il peut compter sur l’appui des partis d’opposition et des syndicats qui, se gardent de remettre en cause cette situation de fait que la Cour des Comptes appelle niches sociales dans le rapport sur les comptes de la Sécurité Sociale 2010 et recommande depuis l’examen des comptes 2007de faire disparaître.

Je n’entends ni les ténors du Modem, du PS, du FN, ni ceux des Verts et des micro-partis à la Mélenchon ou Besancenot nous révéler cette subtile opération de dépouillement des caisses sociales au profit du patronat. A quoi ces partis et organismes servent ils donc ? 

Faut-il que l’ensemble des petits et moyens contribuables soient patients pour continuer à se faire pigeonner et ruiner par une classe politique peu digne de confiance. Une classe politique qui les condamne à payer l’impôt pour financer des partis parasites et les invite, sans scrupule, à y cotiser.


Moyenne des avis sur cet article :  4.84/5   (74 votes)




Réagissez à l'article

48 réactions à cet article    


  • liberta 24 septembre 2010 10:37

    @ l’auteur

    Si,si, j’ai entendu plusieurs fois Mélenchon et Besancenot dénoncer les réductions des niches

    sociales du bouclier fiscal bénéficiant au patronat !!!!! 


    • emile wolf 24 septembre 2010 13:25

      Etes vous certain de ne pas confondre bouclier fiscal, niches fiscales et niches sociales qui sont trois volets différents les uns des autres. ?

      Je n’ai pas entendu de déclaration des leaders cités au sujet des niches sociales en rapport avec les réformes d’assurance vieillesse et maladie qu’ils combattent.

       . 


    • liberta 24 septembre 2010 14:06


      @ Wolf

      pas du tout !!! les niches sociales dont parlent l’auteur sont celles instituées dans le bouclier fiscal et Mélenchon et Besancenot les ont dénoncé et souvent en y ajoutant les chiffres !!!!


    • emile wolf 24 septembre 2010 14:25

      Cher ou chère liberta,

      Je ne vous suis pas bien. Mes yeux fatiguent.

      Votre réponse est-elle :

      Mélechon et Besancenot ont dénoncé les niches sociales ?

      ou Mélanchon et Besancenot ont dénoncé le bouclier fiscal et les niches fiscales en donnant des chiffres ?

      ou encore Mélanchon et Besancenot ont dénoncé le bouclier fiscal, les niches fiscales et les niches sociales ?

      Il faut distinguer ces trois éléments qui s’ajoutent pour

      -grever le budget de la Sécurité Sociale avec les niches sociales
      -gruger l’Etat avec le bouclier fiscal et les niches fiscales


    • Traroth Traroth 24 septembre 2010 14:26

      Cela dit, on ne peut pas dire que Besancenot ou Mélenchon bénéficient d’une très grande couverture médiatique.

      Il faudrait déjà qu’ils disent quelque chose qui puissent faire un article croustillant, genre traiter Sarkozy de gros connard ou un truc du genre. Là, ça serait médiatisé. Mais dire la vérité, aucune chance que ça soit repris massivement par les médias !


    • Kelson 24 septembre 2010 10:47

      Ce qui serait vraiment intéressant comme article serait d’étudier dans le détails ces niches fiscales (concernant les cotisations patronales) et de poser la question de leur légitimité.


      • Traroth Traroth 24 septembre 2010 14:28

        ...et du contrôle qui est effectué quant à leur efficacité !

        On créé régulièrement des niches, fiscales ou sociales, pour « stimuler l’emploi », ce qui peut être légitime, mais est-il légitime de les conserver si elles n’obtiennent pas le résultat escompté ?


      • emile wolf 24 septembre 2010 15:03

        Kelson

        Ô combien avez-vous raison !
        Toutefois les cotisations patronales ne concernent pas les niches fiscales mais les niches sociales. Si vous préférez les premières abritent essentiellement l’argent du foyer fiscal, les secondes protègent l’argent de l’entreprise et vont servir à augmenter positivement le résultat de l’exercice et, le cas échéant, à payer de meilleurs dividendes aux actionnaires. Ces dividendes sont les gratifications du capital investi sur lesquelles l’état recevra un prélèvement libératoire donnant droit à un avoir fiscal que l’actionnaire inclura dans sa déclaration de revenus. Les dividendes sont également soumis au prélèvement de la RDS et de la CSG qui ne produit aucun avantage fiscal.

        Pour ce qui est de la légitimité des niches fiscales : elles sont le résultat de la loi de finance votée par le parlement dans les conditions et sous les réserves d’une loi organique. Pour leur détail la Cour des Comptes publie d’excellents travaux qui les expose publiquement.
        Pour ce qui est des niches sociales c’est l’affaire de la loi de financement de la Sécurité Sociale , pour ce qui concerne recettes et dépenses, sous les conditions et les réserves d’une loi organique.
        Le tout est conforme à l’article 34 de la Constitution.
        Les députés et sénateurs participent donc au vote des lois de finances qui sont ainsi légitimées par les représentants du peuple.


      • TSS 24 septembre 2010 10:52

        Martin Hirsch ex haut commissaire a affirmé dans un entretien(après sa demission)

        « il suffirait que toutes les parties concernées paient leurs cotisations normalement

        et le problème de la SS et des retraites serait resolu »

        donc ce qui se passe actuellement n’est que mensonges et poudre aux yeux... !!


        • frugeky 24 septembre 2010 11:04

          Mensonges et prévarications.

          Pendant que le patronat engrange toujours plus.
          La part des salaires ne cesse de diminuer.
          Les déficit sont non seulement entretenus mais exacerbés par les politiques qui se suivent, de droite ou de gauche.
          La responsabilité des socialauds est écrasante.

          • Yohan Yohan 24 septembre 2010 16:48

            De droite comme de gauche, comme vous dites


          • K K 24 septembre 2010 11:07

            En même temps, il suffit de voir d’où viennent et où vont les conseillers des gouvernants depuis dix ou vingt ans.... Et on trouve à tous les étages, les compagnies d’assurance.

            Ces gens ont tout intéret à ce que la sécurité sociale fonctionne mal pour vendre leurs produits.

            • Fergus Fergus 24 septembre 2010 11:15

              Bonjour, Emile.

              Merci de rappeler que c’est bel et bien la politique calamiteuse et surtout clientéliste de Sarkozy qui a creusé les deficits des comptes sociaux.

              Sarkozy ment et manipule sans vergogne au profit des classes fortunées. Pourquoi s’en priverait-il ? alors que nombre de Français, pourtant financièrement victimes de cette politique et méprisés par cet aventurier, n’ont pas encore compris comment il fonctionne.
               
              Quand leur yeux vont-ils s’ouvrir sur ce pillage de leur pays et de leur patrimoine commun ?


              • Bulgroz 24 septembre 2010 11:29
                Cet article est à la limite de la désinformation ou d’un très grave manque d’information

                2010, prises en charge des pertes de recettes ou de déficits :

                i) Cotisations prises en charge par l’Etat suite aux allégements de charge : 3857 millions (dont 1031 pour la seule loi programme pour l’Outre mer et 910 millions pour les contrats d’apprentissage).

                ii) Prises en charge de prestations pour le compte de l’état :7026 millions (essentiellement AAH et API).+ 7977 millions (ALS ALT, APL,ALINE) ne figurant pas dans les comptes de la SS.

                iii) Subventions d’équilibre : 6598 millions dont 3003 pour la SNCF, 1097 pour les ouvriers de l’état.

                Ce qui fait un total de 17 481 millions de dépenses SS prises en charge par l’état en 2010.

                Il faut également noter la reprise des déficits de la SS par la CADES (135 milliards depuis 1996) dont la garantie de solvabilité est donnée par l’Etat Français. Ce qui s’appelle « Passez muscade » , la SS ne traîne plus de déficits, c’est dans le giron de l’Etat que ça se passe.

                Ceci dit, dans un large esprit de consensus et afin de m’attirer la sympathie de mes lecteurs par un maximum de votes positifs, je conclurai de la façon suivant  :

                "C’est Sarkozy qui a dilapidé les fonds de la SS, supprimez Sarkozy, vous aurez supprimé les déficits et tout baignera dans l’huile"

                Alors, les gars ça vaut pas un vote positif ça ?


                • emile wolf 24 septembre 2010 13:07

                  Bulgroz

                  Vous faites une petite confusion !

                  Ce c’est pas 17,5 milliards qui ont été pris en charge par l’état en 2009 mais la totalité du déficit de la Sécurité Sociale soit 24,9 milliards ce que je ne cache pas.

                  J’explique seulement que, sans les niches sociales mises en place depuis 2007, pour soi-disant favoriser l’emploi - un pur échec conduisant à un demi million de sans emploi supplémentaires- la sécurité sociale ne serait pas en déficit.

                  Il faut demander un éclaircissement si l’on ne comprend pas bien l’imbrication du budget de l’Etat et du buget de la Sécu . Le premier (l’état) comble le trou de la seconde (la Sécu) qu’il a créé avec sa politique de niches.

                  C’est l’ensemble des contribuables qui paient et s’endettent. Parmi la masse des contribuables les petits sont les plus nombreux. C’est eux qui paient la part la plus importante des contributions indirectes et taxes de toute nature (TVA, alcool, tabac, produits pétroliers, etc...). C’est donc la plus injuste des politiques sociales que de toujours prendre dans la poche des plus démunis en prétextant des balivernes et diffusant des mensonges.

                  Quel mauvais procès de désinformation me faites vous là ?

                  Faut-il considérer que vous intervenez sans avoir compris ou que vous le faites systématiquement et sans humour comme si vous conduisiez une petite guéguerre stérile parce que j’ai critiqué votre manière peu civile de réagir sur le forum ? 
                     


                • emile wolf 24 septembre 2010 14:06

                  P.S . post scriptum :

                  Précision

                  Les chiffres que vous exposez sont des budgets 2010. Ils ne reflètent pas les résultats de la Sécurité Sociale l’exercice n’étant pas achevé. Les comptes connus de la Sécurité Sociale que je cite sont ceux de 2009 contrôlés par la Cour des Comptes et publiés en 2010.

                  Je vous laisse la responsabilité de votre conclusion pour ce qui concerne la suppression de Sarlozy. Pour ma part, les recommandations de la Cour des Comptes suffisent.


                • Bulgroz 24 septembre 2010 14:46

                  Wolf, 


                  Mes chiffres sont ceux du Budget 2010 de la SS. (17 milliards versés par l’état)

                  Consultez plutôt le document de Bercy concernant le "Bilan des relations Financières entre l’état et la protection sociale.(Budget 2010)"


                  http://www.performance-publique.gouv.fr/farandole/2010/pap/pdf/Jaune2010relationsfietatprotec tionsociale.pdf
                   Partie I : concours au titre des politiques sociales : 26.048 Milliards

                  A. dispositifs financés par l’Etat 20.450

                  B. subventions aux régimes 5.598

                  sue ces 26 milliards, 17 sont versés au seul régime de base de la SS (schéma page 8). 

                  Alors la note pour l’état est de 26 milliards (dont 17 pour le seul régime de base) et les déficits des caisses de SS qui résulteront en 2010,qui seront repris par la CADES et garantis par l’état.


                • dawei dawei 24 septembre 2010 11:51

                  Interrogez vous sur la fonction proféssionnelle du frère Sarkozy !!!

                  .........

                  Je vous le donne Emile, il bosse dans l’assurance santé !!


                  • dawei dawei 24 septembre 2010 11:54

                    Délégué général du groupe Malakoff Médéric pour être exact
                    http://fr.wikipedia.org/wiki/Guillaume_Sarkozy


                  • dawei dawei 24 septembre 2010 11:58

                    dans la série mafieuse de privatisation des gains et nationalisation des pertes, je vous présente ue des arnaque Sakosiste qui est décidemment « une histoire de famiglia » et « un caillou dans la chaussure » à tous les français . Il serait temps que nous lui fassions « une proposition qu’il ne pourra refuser » c’est à dire qu’il se casse le pauv con sous peine de karcherisation violente !


                  • marie81 24 septembre 2010 17:05

                    je dirais même plus, c’est l’histoire des trois frères
                    un exemle parmi d’autres

                    http://www.marianne2.fr/sarkofrance/Le-Plan-Alzheimer-de-Nicolas,-Guillaume-et-Francois-Sarkozy_a201.html


                  • dawei dawei 25 septembre 2010 10:14

                    merci pour cette précision .
                    Et oui, on est bien devant un mauvais remake des trois frères ........ 100 patates !!!!!! LE MIYARD !!! BEAUCOUP PLUFF  !!

                    Un bon coup de pied au cul oui, direction bamako (en Hongrie)


                  • dadou541 24 septembre 2010 11:58

                    Oui et si tu regardes aussi l’évolution des revenus du travail et ceux du capital depuis les années 80, tu comprends encore mieux de manière général les déficits des Etats.


                    • sisyphe sisyphe 24 septembre 2010 13:09

                      Merci pour cet article, et ses précisions chiffrées.

                      Une démonstration (de plus) de ce que l’on sait déjà ; à savoir une politique menée en faveur des riches, des entreprises (cf le plan de réforme des retraites correspondant ligne pour ligne à celui préconisé par le Medef), et au détriment de la très grande majorité des citoyens, avec tous les artifices comptables et législatifs (niches fiscales, bouclier fiscal), pour y parvenir..

                      So long, happy taxpayers !


                      • Emile Red Emile Red 24 septembre 2010 14:38

                        Il faut être aveugle ou ermite pour ne pas constater que depuis trois ans, comme par hasard, nous n’avons jamais vu autant de pub pour les complémentaires retraite, fonds de pension, assurances santé et mutuelles en tout genre.

                        En même temps on assiste à la rapine et à la destruction du système hospitalier, à une généralisation des tracasseries administratives et bien sûr à l’explosion des bénéfices du secteur privé avec une expansion inédite et maintenant l’asservissement de la médecine du travail au patronat.

                        Par contre, la protection des salariés disparaît peu à peu et les maladies professionnelles ainsi que les accidents du travail explosent.

                        Cherchez le pourquoi du comment......... Qui a dit libéralisme ?


                        • brieli67 24 septembre 2010 15:21

                          Mais non Woulllllllllllllllllllllff

                          Pas de déficit de la Secsoc.
                          L’Etat ne redistribue qu’en partie le fric levé au nom de la Santé.
                          Plus on est malade, mieux se porte l’Etat.

                          Arrêtez donc de tomber régulièrement de ce marronier de la Rentrée.
                          Par soucis d’économie de bouts de chandelles, on a été très très dur envers les tirs_aux_flancs qui se prenaient une cure au frais du Prince et de la crèmière.....
                          Que de boulots de proximité, de « jardiniers du terroir » de la France Profonde ont été sabrés.
                          Paris et le Désert Français.


                          • cmoy patou 24 septembre 2010 15:31
                            Selon Frédéric Van Roekeghem, directeur de la Caisse nationale de l’Assurance maladie...
                            DE QUI SE MOQUE T’ON ? 


                            • Traroth Traroth 24 septembre 2010 15:56

                              Les problèmes de fond provoquant le déficit des caisses de la Sécurité sociale, en particulier les baisses de charge patronales incontrôlées, ne sont jamais débattues.

                              On peut donc en déduire que, une fois ces réformes entérinées, les baisses de charge se poursuivront de plus belle, et le déficit ne se résorbera pas. Ce qui nécessitera une nouvelle réforme d’ici un an ou deux !


                              • brieli67 24 septembre 2010 16:19

                                Ioooooooooooooooooooooooooooooo donc !

                                Tu veux créer une boîte ouvrir une franchise pour ta femme qui s’emmerde..
                                ALORS SURTOUT PAS EN ALSACE
                                avec leurs putains de lois non laïques
                                comme patron faudra payer plus !

                                Et conclusion : nos zélites travailleuses nos meilleurs éléments sont condamnés à s’expatrier en IDF ou à se transfronternaliser....

                                Si déjà, Traroth ... alors pourquoi pas l’Apple, Sydney ou Sampa.
                                Trop gentil ou trop gemütlich, Traroth.

                                An den Taten werden wir Sie erkennen ! Hopla Geis !


                              • Traroth Traroth 24 septembre 2010 16:43


                              • Dzan 24 septembre 2010 16:16

                                Profession du P’itt Gros Xavier Bertrand ?

                                Assureur.


                                • Bulgroz 24 septembre 2010 16:48

                                  « Je n’entends ni les ténors du Modem, du PS, du FN, ni ceux des Verts et des micro-partis à la Mélenchon ou Besancenot nous révéler cette subtile opération de dépouillement des caisses sociales au profit du patronat »

                                  Tout simplement parce que vous faites de graves confusions et que vous ne maitrisez pas du tout le sujet.

                                  Croyez vous que si l’état grugeait la SS, l’opposition laisserait faire et n’en parlerait pas ? La SS est un organisme paritaire, pourquoi les syndicats qui participent aux instances dirigeantes et aux conseils d’administration ne reprennent pas vos divagations ? Vous êtes plus fort qu’eux ?

                                  Vous auriez donc raison tout seul ? 

                                  Vos articles ne sont pas destinés à l’édification des masses par la connaissance et la pédagogie.

                                  Non, vos articles sont uniquement destinés à servir de vastes défouloirs dégueuloirs anti sarkozistes.

                                  L’ensemble des interventions et des notations à la suite de vote article très mal informé en est la preuve.


                                  • emile wolf 24 septembre 2010 17:52

                                    Bulgroz
                                     
                                    Je constate que c’est vous qui parlez de supprimer Sarkozy, pas moi.

                                    Je remarque que c’est vous qui contestez les comptes 2009 de la Sécurité Sociale avec des prévisions budgétaires de l’état pour 2010 et mélangez à plaisir les années et les budgets. C’est donc vous qui pratiquez les confusions en chaîne, pas moi. 

                                    J’observe que c’est vous qui vomissez votre révolte contre des informations et des mises en garde de la Cour des Comptes, pas moi je les utilise.

                                    Pourquoi tant de haine vis à vis des participants qui libèrent leur dégoût ?

                                    Pourquoi faudrait-il que je n’écrive que ce qu’il vous convient de lire ?

                                    Pourquoi serai-je seul parce que vous ne considérez pas cette analyse comme la vôtre  ? 

                                    C’est parfaitement votre droit de la mettre en doute, mais de préférence loyalement.

                                    Vous qui maîtrisez si bien votre sujet. Ne vous rendez vous compte que vos arguments se retournent contre leur auteur ?
                                      
                                    Votre sens de la liberté et du dialogue social n’a d’égal que celui du Monsieur que vous défendez. Résultat : comme lui vous vous déconsidérez.


                                  • Bulgroz 24 septembre 2010 17:07
                                    Relisez les conclusions de la cour des comptes, nulle part il y est indiqué  que l’état ne compense pas les dégrèvements de charge, elle s’interroge sur l’utilité de ces exonérations, suggérant qu’il serait préférable d’augmenter les taxes, d’en élargir les bases ou d’en créer de nouvelles et se pose la question de savoir si les pertes de recettes induites réalisent bien les objjecyifs (en terme d’emploi en particulier pour les exonérations liées à l’apprentissage.)

                                    En 2009, le déficit du régime général a dépassé 20 Md€ (il devrait être d’environ 27 Md€ en
                                    2010), du fait d’un effet de ciseaux entre une baisse des recettes notamment de cotisations, liée à la crise économique et une progression à peine ralentie des dépenses.
                                    La dégradation considérable ainsi constatée du déficit résulte, comme pour l’ensemble des finances publiques, de l’addition des effets de la crise et d’un décalage devenu chronique entre les recettes et les dépenses des différentes branches. Ces dernières années, le déficit de la branche maladie avait pu être réduit, tandis que celui de l’assurance vieillesse se creusait sous l’effet de la réforme des retraites de 2003 et du vieillissement démographique.
                                    Mais le déficit global ne descendait pas en deçà de 10 Md€. Sans méconnaître le rôle important que joue le système de protection sociale, tout particulièrement en période de crise économique, la Cour rappelle cette année encore que les dépenses doivent être maîtrisées et les recettes sécurisées.
                                    Cela suppose des efforts partagés entre les contributeurs, les assurés et les professionnels de santé afin de revenir à l’équilibre, seule façon de sauvegarder notre système pour les générations à venir.
                                    Le retour indispensable à l’équilibre des comptes exige des réformes à effet rapide mais aussi structurelles et conduites dans la durée 
                                    Dans la mesure où une progression des ressources est indispensable pour revenir à l’équilibre, priorité doit être donnée à la remise en cause des niches sociales par rapport à la création de nouvelles taxes ou à l’augmentation de leur base.

                                    La Cour assure cette année le suivi d’une précédente insertion sur ce point. Selon ses estimations, le coût de ces mesures pour les finances publiques est d’environ 70 Md€. Elle constate pourtant que les objectifs justifiant ces exonérations ou exemptions de charges, à savoir le développement de l’emploi ou un soutien particulier pour telle ou telle catégorie, ne sont jamais explicités a priori et leurs effets rarement évalués. Les mesures de réduction des niches adoptées ces dernières années constituent dès lors un progrès certain qu’il faut prolonger avec plus de vigueur, pour à la fois réduire les déficits et rétablir plus d’équité.

                                    Du côté des dépenses, comme les années précédentes.....

                                    • emile wolf 24 septembre 2010 18:40

                                      En quoi ces citations extraites de l’analyse du budget de l’Etat et non de la Sécurité Sociale démentent-elles ce qui est exposé dans l’article qui ne vous convient pas ?

                                      Les 20 milliards de déficit dont il est question dans cette citation concerne le régime général de la Sécurité Sociale il ne tient pas compte de l’ensemble des régimes obligatoires de base et du fonds de solidarité vieillesse. Un poste que je n’ai pas cité dans le décompte détaillé auquel il manque ainsi 3,2 milliards. Ce que Vous, qui faites semblant d’éplucher tout méticuleusement , n’avez, bien entendu, pas remarqué. Dévoilant que, la rage au stylo, vos attaques sont aveugles et irréfléchies. Bref ! Le déficit 2009 global est donc bien comme indiqué de 24,9 milliards.

                                      Il est vrai que mon propos concerne l’origine du déficit de la Sécurité Sociale et non les 138 millions de celui de l’état en 2009 !

                                      SI je lis bien : la conclusion de votre citation précise que les mesures destinées à favoriser l’emploi ont coûté 70 milliards à l’état. Elle constate ,avec élégance, que ces dernières n’ont fait l’objet d’aucune analyse ni même d’évaluation.
                                       A votre avis pourquoi ? Peut-être parce qu’elles n’ont eu que très peu d’effet sur l’emploi à en juger par l’augmentation catastrophique du chômage.
                                       .
                                      Vous le constatez : il s’agit dans votre citation de l’ensemble des mesures d’aide à l’emploi pas du déficit de la Sécurité Sociale !

                                      Enfin, vous le comprenez : la dernière phrase, particulièrement claire, conclut à la nécéssité de réduire les niches adoptées. Exactement ce que j’ai rapporté, ni plus ni moins !

                                      Vous devriez lire vos « copier-coller » avant de les utiliser : ils ne défendent pas du tout votre point de vue, bien au contraire, ils le contredisent.

                                      Alors encore des invectives sous la manche ?


                                    • Bulgroz 24 septembre 2010 19:12
                                      Je crois avoir saisi la nature de votre problème.

                                      a) vous maitrisez mal votre sujet, mais ce n’est pas le plus grave.

                                      b) quand on démarre son billet par « Sarkozy ment aux travailleurs et au peuple, c’est connu. », il n’est pas étonnant de ne pas être pris au sérieux.

                                      Quand on se targue de vouloir traiter un sujet complexe (et mal maitrisé), on évite d’étaler ses grosses phobies sarkozistes.

                                      Remarquez, je vous comprends, quand on a rien à dire sur le fonds (qui est mal maitrisé), il est plus facile de s’en prendre au Président et d’assener ses phobiques litanies.


                                    • brieli67 24 septembre 2010 19:14

                                      Mponsieur Wolf...


                                      Le déficit n’est qu’accessoire... et en plus il est fabriqué !
                                      Nous sommes assez grands pour une soustraction : entrées de l’Etat moins les sorties consacrées aux trois branches de la Secsoc. 

                                      Je vous rappelle que c’est l’hôpital qui bouffe le max de pognon question santé.
                                      Plus de 85 % sont des salaires. De bons salaires non ?
                                      Combien de milliards sont versés ou retenus comme impôts sur le revenu ?
                                      Ce n’est qu’un mic_mac de petits comptables... « écritures »

                                      Je dis et je le redis : Plus on est malade, mieux se porte l’Etat.
                                       

                                    • emile wolf 24 septembre 2010 20:26

                                      Cher Bulgroz,

                                      Ayez la bonté de me confier votre adresse civile,

                                      Je vais vous expédier ma paire de basket. Toutefois, vu votre pointure, je crains qu’elles ne soient top petites pour vous.

                                      Amicalement.


                                    • Bulgroz 24 septembre 2010 20:50
                                      Cher Wolf,

                                      Quand on démarre son billet par « Sarkozy ment aux travailleurs et au peuple, c’est connu. », on élimine d’office et on fâche tous ceux qui ont voté pour Sarkozy et qui sans problème le rééliront en 2012.

                                      Le respect du lecteur, de tous les lecteurs, même ceux qui ont voté en conscience pour notre Président, est la moindre des choses dans un monde civilisé et un début de possible gage de crédibilité pour prétendre débattre sur le sujet complexe des déficits des caisses de retraites. A défaut, on se pince le nez et on zappe.

                                      Il va falloir trouver autre chose pour faire une majorité. L’antisarkozisme est l’argument des faibles qui sont incapables de débattre sur le fonds.

                                      Mais vous pouvez continuer, c’est justement cela qui nous fera gagner.

                                      C’est vous qui voyez.


                                    • TSS 24 septembre 2010 17:17

                                      Croyez vous que si l’état grugeait la SS, l’opposition laisserait faire et n’en parlerait pas ? La SS est un organisme paritaire, pourquoi les syndicats qui participent aux instances dirigeantes et aux conseils d’administration ne reprennent pas vos divagations ? Vous êtes plus fort qu’eux ?

                                      tout simplement parce que tous en « croquent » et ont interêt (gauche,droite,syndicat) à ce que ça

                                       fasse le moins de bruit possible !!

                                      mais les detournements de cotisations destinés à la SS (tabac,jeux etc..) ne sont pas une vue de

                                       l’esprit ,idem pour les razzias faites sur les 30 milliards d’€ du fond de retraite sur le magot

                                      des Assedic... !!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès