Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Quand l’UMP roule pour le FN – à propos de la 4e (...)

Quand l’UMP roule pour le FN – à propos de la 4e circonscription du Doubs

L’UMP DANS TOUTES SES COMPOSANTES ROULE POUR LE FN

PNG A propos de l’élection législative partielle dans la 4e circonscription du Doubs l’UMP démontre dans toutes ses « sensibilités » qu’elle roule pour Le Pen.

Injuste ? Voyez vous-même.

 

Les quatre lignes du soutien de l’UMP au FN

  1. Quatre positions sont présentes au sein du parti de droite :
     « Il faudra bien s’allier, négocier avec le FN, la logique électorale y contraint. »
    Le FN n’est pas interdit, nous en partageons certaines valeurs et Mitterrand s’est bien allié aux communistes qui sont aussi des « totalitaires » a réussi à les affaiblir au point d’en faire un satellite.
  2.  Le Ni Ni « Il ne faut ni FN, ni PS, tous deux porteurs d’un projet politique mauvais pour le pays. Votez blanc ou abstention ».
  3. La position de Sarkozy : « le FN est un ennemi mais le PS aussi donc faites ce que vous voulez mais surtout contre le FN ».
  4. La dernière position : « face au FN, on vote républicain donc PS. Car il y a incompatibilité totale entre FN et UMP ».

Or si on regarde attentivement ces quatre positionnements ils ont un résultat commun : renforcer et soutenir le FN.

Pour la ligne 1, c’est un soutien ouvertement assumé donc n’épiloguons pas. Mais il faut savoir que 30% à 40% de l’électorat UMP est sur cette position (selon les sondages). Et le glissement continu de la droite parlementaire vers des propositions de plus en plus extrême (contre les travailleurs, contre les immigrés etc…) est une réalité. N’oublions pas non plus les réelles alliances, dans l’histoire récente, entre le FN et la droite, ni plus reports de voix entre FN et UMP, ni leurs actions communes récentes dans la rue. Plus loin dans l’histoire, sachons également nous souvenir que c’est la droite qui mis les nazis au pouvoir, alors que cela étaient minoritaires aux élections, et même en recul. Le ventre est toujours fécond d’où est sorti la bête immonde.

Pour la ligne2, le fameux « ni-ni  », il prétend mettre un trait d’égale nocivité entre le FN et le PS, entre le fascisme et la social-démocratie. En substance le message diffusé par l’UMP et ses soutiens médiatiques est que si le FN est aussi mauvais que le PS, c’est qu’il n’y a pas de différence de nature politique entre le fascisme et la social-démocratie. Donc au final cette manœuvre a pour effet (sinon pour but ?) de normaliser le FN et de décomplexer ses électeurs potentiels, surtout de droite. C’est là aussi un symptôme de la fascisation en marche.

Pour la ligne 3 l’ennemi FN est placé en numéro un mais on reste dans l’ambiguïté et un flou électoraliste en tentant de récupérer le discours du FN sans le FN ce qui n’a qu’un seul résultat:légitimer le FN et le renforcer (2012 l’a montré en ne réussissant pas le siphonnage de 2007). De fait, qui ne saurait comprendre que quand Sarkozy s’en prend au FN ce n’est pas pour dénoncer ses idées politiques nauséabondes et dangereuses qu’il promeut lui même mais à un concurrent dont il veut limiter le poids ?

Pour la ligne 4 qui semble la plus anti-FN, en apparence, ce n’est qu’une illusion d’optique car quel est l’argument central de cette tendance ? C’est le suivant : il y aurait incompatibilité absolue entre le programme du FN et de l’UMP parce que sortir de l’euro, sortir de l’UE c’est l’apocalypse assurée Et l’UMP de faire mine de dénoncer le programme du FN comme en réalité un programme d’ultra-gauche, proche de celui de Mélenchon, anti-européen. On retrouve bien ici la collusion totale entre l’UMP, le PS et du FN tous au service de l’oligarchie capitaliste, tous d’accord pour taper sur les travailleurs et les exploiter, tous d’accord pour perpétuer le système. Or ce discours crédibilise le discours démagogique et mensonger du FN qui, en spécialiste des sondages d’opinions et en bonne roue de secours du système, tente de se faire passer pour un parti patriote et socialisant alors qu’il est nationaliste et patronal. Car en fait, Le Pen une fois au pouvoir sera une bonne collaboratrice de Merckel. C’est d’ailleurs ce qui est marqué noir sur blanc dans son programme. Un atavisme de l’extrême-droite française… Cette tendance accrédite, avec l’aide du bourrage de crane médiatique, que le FN est anti UE ce qu’il n’est pas (ni dans les actes, ni sérieusement même dans la parole), pour que le FN profite du rejet populaire légitime de l’euro et de l’UE et pour, dans un même mouvement, diaboliser l’ensemble de ceux qui sont réellement pour la sortie de l’UE et de l’euro, par la voie démocratique et du progrès social. De plus cette position est l’aveu qu’au moins sur l’euro et l’UE il y a bien une seule ligne UMPS : on se souvient de Sarko et Hollande posant ensemble ; côte à côte en une de Match pour le OUI au référendum de 2005 avec le résultat que l’on sait.

De fait, le rassemblement idéologique et stratégique de l’UMP et du FN est là. Ces contradictions apparente de ligne n’étant d’ailleurs que le reflet souvent non pas d’opposition politique (car FN et UMP partage au fond de très nombreuses, de plus en plus nombreuses idées) interne à l’UMP mais des rapports de forces locaux entre barons UMP et leurs concurrents FN. L’UMP’EN est bien en gestation.

Quelle conclusion tirer ?

que la fascisation, l’eurofascisation, est bien en marche et le danger bien réel.

Qu’il est impératif que la vraie gauche propose une alternative progressiste, patriotique, propose la sortie du carcan mortel de l’euro-UE. C’est en défendant les intérêts des travailleurs, en défendant leur souveraineté que l’on combat le mieux le FN. Alors que ceux qui abandonne ce combat font le jeux du FN, lui laissant le terrain libre pour tromper et séduire une partie des classes populaires.
Sur proposition du PRCF, les Assises du Communisme ont lancé un appel pour manifester le 30 mai 2015 pour les 4 sorties, de l’euro, de l’UE, de l’OTAN et du capitalisme. A condition de rassembler largement progressistes, syndicalistes, républicains, patriotes, autour de ce mot d’ordre alors et alors seulement l’ascension du FN sera résistible et le mouvement ouvrier et populaire pourra alors passer à la contre-attaque.prcf1 manifestation europe 30 mai sortir euro

www.initiative-communiste.fr - @PRCF_

http://www.initiative-communiste.fr/articles/culture-debats/quand-lump-roule-pour-le-fn-propos-de-la-4e-circonscription-du-doubs/


Moyenne des avis sur cet article :  2.22/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • diogène diogène 9 février 2015 16:34
    « les quatre lignes du soutien de l’UMP au FN »

    citez vos sources !
    vous attribuez à l’UMP quatre lignes, mais où les avez-vous trouvées ?

    • Gnostic Gnostic 9 février 2015 16:34

      KAMARADES IL FAUT FAIRE LA REVOLUTION

       

      C’est Rama Yade qui le dit

       

       http://youtu.be/VfLsas_wBx0

       smiley


      • fred.foyn Le p’tit Charles 9 février 2015 16:40

        N’importe quoi....et vous vous soutenez toujours Staline.. ?


        • Onecinikiou 9 février 2015 17:00

          Le PRCF, combien de divisions ? Et combien de sang sur les mains ?


          • simir simir 9 février 2015 18:04

            Et le FLN en 54 combien de divisions ? Et de Gaulle en 40 ? Et Fidel combien de divisions à la caserne Moncada ?
            Quant au sang sur les mains vous feriez mieux de la fermer car c’est plutôt le sang des militants du PRCF qui a coulé sous la torture comme celui de Henry Alleg ou celui de léon Landini.


          • Sharpshooter - Snoopy86 sharpshooter 9 février 2015 18:39

            Déclaration de Roger Faulques, croix de guerre 39-45 et grand officier de la Légion d’Honneur au procés en diffamation qu’il intenta et gagna contre L’express et JJ Servan-Schreiber :

            « Je n’ai vu M. Alleg qu’une seule fois. Il m’a fourni à cette occasion une seule indication, mais qui m’a permis d’arrêter des membres du comité central du parti communiste algérien »

            Source.


          • Onecinikiou 9 février 2015 22:55

            Ce n’est pas le FLN qui, trois mois après l’indépendance, fit arrêter les dirigeants du parti communiste algérien et fit interdire ce dernier ?


            Les communistes français et algériens ont été les dindons de la farce lors de la guerre d’Algérie qui, quelques temps après, s’est déclarée arabo-musulmane (constitution algérienne) !

            Ensuite de Gaulle n’était certainement pas communiste, toute chose qui aura échappé à notre stal.

          • francesca2 francesca2 9 février 2015 17:09

            Pourquoi vous vous occupez tant des etats d’âme de l’UMP, du FN ou des socialos ? 

            Vous étiez où, vous ? 

            • César Castique César Castique 9 février 2015 17:37

              « Qu’il est impératif que la vraie gauche propose une alternative progressiste, patriotique, propose la sortie du carcan mortel de l’euro-UE. C’est en défendant les intérêts des travailleurs, en défendant leur souveraineté que l’on combat le mieux le FN. Alors que ceux qui abandonne ce combat font le jeux du FN, lui laissant le terrain libre pour tromper et séduire une partie des classes populaires. »¨


              Vous le subodorez comme moi je le sais : ça ne se fera pas. Des décennies de stagnation montre que vous ne connaissez pas les salariés, puisque vous êtes incapables de leur dire les mots qui les inciteraient à voter pour vous.

              « Sur proposition du PRCF, les Assises du Communisme ont lancé un appel pour manifester le 30 mai 2015 pour les 4 sorties, de l’euro, de l’UE, de l’OTAN et du capitalisme. A condition de rassembler largement progressistes, syndicalistes, républicains, patriotes, autour de ce mot d’ordre alors et alors seulement l’ascension du FN sera résistible et le mouvement ouvrier et populaire pourra alors passer à la contre-attaque. »

              Fiasco assuré.

              • Onecinikiou 9 février 2015 17:59

                Manifestation du PRCF dans une cabine téléphonique !


              • taktak 10 février 2015 00:47

                www.initiative-communiste.fr 7e site politique le plus influent de france

                Sacré cabine téléphonique.

                mais c’est sûr que c’est pas comme votre FHaine, invité sur tout les plateaux télés, à tous les micros et sur toutes les unes.

                Pourtant, sa présidente, fille de, est toujours largement derrière JL Mélenchon dans le classement des personnalités préféré des français.
                Elle est en revanche en tête des personnalités detestée.


              • César Castique César Castique 10 février 2015 01:01

                « 7e site politique le plus influent de france... »



                Et ça se vérifie régulièrement dans les urnes. 


                Tiens ! pas plus tard que l’autre dimanche. 

                Dans le Doubs.


                « est toujours largement derrière JL Mélenchon... »


                Il est dans le carré des comiques, avec Omar Sy, Djamel Debbouze et Gad Elmaleh ?

              • Onecinikiou 10 février 2015 09:48

                Non ça c’est juste la liste des exilés fiscaux, compagnons de route des officines « antiracistes ».


              • fred.foyn Le p’tit Charles 10 février 2015 11:53

                heu...Mélanchon = 2%
                MLP = 25/30%...Premier parti de France...je sais ça dérange les bas du front qui votent pour les mafieux UMP/S...
                Qui sait les jaloux... ?


              • titi 9 février 2015 21:41

                Ce qu’il faut retenir, c’est que les électeurs UMP ne veulent pas d’une consigne venue de Paris.

                C’est plutôt une bonne nouvelle que des électeurs conservent leur libre arbitre et n’appliquent pas les yeux fermés une consigne et se fichent de la ligne de leur parti.

                D’autres feraient bien d’en prendre de la graine.


                • taktak 10 février 2015 00:56

                  vue les réactions outrée des trolls fachos de tous poils qui ont pour habitude de déféquer partout sous les articles, il faut croire que cet article a frappé très juste.
                  En montrant l’alliance objective entre le FN et l’UMP.
                  il suffisait d’ailleurs de voir ce soir Philippot faire des ronds de cuisse auprés de guéant ce soir sur le plateau de Mots Croisés.

                  ce qui est sûr c’est que ce grand « démocrate » peut fervant de débat n’a pas arreter d’aboyer et de couper la parole de tous le monde, pour brailler après les immigrés.

                  Pas un mot par contre sur les 56 milliards de divendes que vient de s’octroyer le CAC40... La voix de son maitre. Comme les Onecinikiou, titi et autres nervis.


                  • Onecinikiou 10 février 2015 01:35

                    « l’alliance objective entre le FN et l’UMP »


                    Vous vouliez sans doute parler de l’alliance objective entre l’UMP et le PS, et entre le PS et le PCF, dont ces trois-là se partagent alternativement et/ou simultanément tous les pouvoirs depuis quarante ans dans ce pays, avec le bilan désastreux que chacun peut factuellement constater de manière quotidienne en allumant sa télé, en lisant son journal, en ouvrant sa porte, ou bien encore sa boîte aux lettres...

                    Evidemment, comme vous et vos comparses avez voté pour Hollande en 2012, et promettez de voter pour son successeur socialiste en 2017 (si tant est qu’il passe le second tour n’est-ce pas), il est tentant de chercher à masquer pitoyablement vos responsabilités écrasantes en ce domaine, et de vous défausser sur vos adversaires. 

                    Mais les faits sont tétus. Et ils vous discréditent, selon moi, définitivement.

                  • PRCF PRCF 10 février 2015 10:35

                    « Philippot faire des ronds de cuisse auprés de guéant ce soir sur le plateau de Mots Croisés »

                    Et oui le FHAINE drague ouvertement l’UMP et réciproquement. Maqués ensemble qu’ils sont pour verrouiller le système avec leurs amis du PS.

                    Car ce qu’ils veulent, c’est en croquer. Des places bien au chaud. Anti système le FHaine ? avec un énarque à sa tête ?
                    Et Philippot de revendiquer le fait qu’il recrute à tour de bras des cadres de l’UMP. Pret à acceuillir Guéant. Et l’UMP qui reprend dès qu’il peut le programme xénophobe du FHaine. les deux s’accordant pour taper ensemble sur les travailleurs.

                    Oui c’est bien l’UMP’PEN. Les copains comme cochon de la fascisation et des patrons.

                    Comique de voir les quelques trolls FHaineux d’agoravox rappliquer pour débiter leurs insultes, leur haine. Sans un seul argument.

                    les faits sont là, le FN fait voter UMP, et l’UMP fait voter FHaine.
                    Ce qui permet à la famille Le Pen de faire prospérer sa PME de père en fille de service d’ordre du système capitaliste en se remplissant les poches de confortable rétribution issues des impôts des travailleurs.


                  • Onecinikiou 10 février 2015 11:49

                    Il faut vraiment avoir 15 ans d’âge mental pour parsemer ses propos d’onomatopées et de borborygmes.


                  • rocla+ rocla+ 10 février 2015 11:57

                    Une belle onomatopépée est plus jolie qu’ un vilain borborygme .


                  • zygzornifle zygzornifle 10 février 2015 08:29

                    Invité à s’exprimer aux micros d’Olivier Galzi, sur I-Télé, le député de Seine-Saint-Denis et ancien président du Mouvement des jeunes socialistes a donc dénoncé les « lâchetés » des élus locaux face à la montée du communautarisme, avant d’avouer que «  certains (élus locaux) ont négocié les mosquées contre des voix  »

                     ......

                     http://24heuresactu.com/2015/01/27/hammadi-avoue-que-le-ps-a-negocie-des-mosquees-contre-des-voix/


                    • Garance 10 février 2015 09:21

                      Le cauchemar des gauches : 


                      Que les électeurs de droite votent indifféremment UMP ou FN suivant les nécessités du terrain pour battre les gauches

                      D’ailleurs il serait normal qu’ils le fissent

                      Les électeurs de gauche votant indifféremment socialiste ou communiste ou autres sectes gauchistes pour le même but

                      Là ce serait mauvaise farine pour les gauches , à la diète qu’elles seraient

                      Engraissez-vous bien les Bolos ; le temps des vaches maigres arrive

                      • eric 10 février 2015 09:35

                        Mort de rire ... ! La droitisation des extrêmes gauche se poursuit....Non contentes de tenter de se débarasser de ce qualificatif qui faisait leur gloire, pour se faire passer pour une gauche tranquille, Non contentes de démarquer les propositions du Front ( ils sont désormais souverainistes, renonçant à l’internationalisme...) voilà -t-y pas qu’ils reprennent jusqu’au éléments de langage et de com des frontistes... ! UMP_FN !

                        Cela me rappelle la fameuse blague qui si cela se trouve était dans Charlie hebdo ou on voyait des CRS ulcérés par les slogans étudiant, s’essayer à leur répondre...Etudiants-diants-diant...

                        Je veux dire, c’est encore en dessous du niveau cour de récrée, façon c’est celui qui le dit qu’y est...


                        • PRCF PRCF 10 février 2015 10:55


                          Dès qu’il l’a pu et partout où il l’a pu le FN s’est allié avec la droite. C’est une réalité historique.
                          Et lorsque cela l’à interessé, il a appelé à voter PS (comme à Montpellier).

                          « En mars 1983, pour la première fois, une liste commune RPR-FN est donc constituée : « Dreux d’abord – Union de l’opposition pour le changement ». Menée par le jeune conseiller général RPR René-Jean Fontanille »

                          Aux élections municipales de mars 1977 et de mars 1983, le FN est présent sur quelques listes RPR/UDF, notamment à Toulouse, où il obtient une élue. En Haute-Garonne, le FN remporte une mairie sur une liste commune avec le RPR et l’UDF3.

                          En mars 1985, quelques désistements réciproques locaux ont lieu lors des élections cantonales, Jacques Chirac ayant laissé les fédérations RPR agir comme elles l’entendaient. Des candidats en Provence qui avaient l’investiture du RPR et de l’UDF, reçoivent également le soutien dès le premier tour du FN

                          Lors des élections législatives du 16 mars 1986, la droite obtient 291 députés (seulement trois députés de majorité absolue) et le FN en obtient 35. Le CNI a fait liste commune avec le FN dans trois départements (Paris, l’Essonne et le Val-d’Oise) : trois députés CNI sont apparentés FN (Édouard Frédéric-Dupont, Michel de Rostolan et Yvon Briant), et les deux autres au RPR.

                          La droite n’a toutefois pas besoin du FN pour être majoritaire à l’Assemblée entre 1986 et 1988. Le parti de Jean-Marie Le Pen, à cette époque sur une ligne libérale (il se réfère à Ronald Reagan), vote ceci dit la plupart des lois présentées par le gouvernement Chirac8.

                          1986 : neuf présidents supplémentaires RPR ou UDF sont élus à la majorité absolue dont cinq le sont grâce à l’apport stratégique des voix du FN. six régions dominées de 1986 à 1992 par la droite avec le soutien de l’extrême droite. un accord de cogestion signé par quatre, puis six d’entre eux accorde au FN une ou deux vice-présidences, ainsi que des postes moins importants. Plusieurs de ces nouveaux conseillers régionaux étaient issus de la droite à l’instar de Charles de Chambrun (conseiller régional et député FN de Languedoc-Roussillon, ancien député UDR de Lozère, ancien secrétaire d’État au Commerce extérieur de Georges Pompidou), Jacques Vaysse-Tempé (conseiller régional FN de Midi-Pyrénées, conseiller municipal anciennement RPR/UDF), Jean-Yves Le Gallou (président du groupe FN au conseil régional d’Île-de-France, ancien membre du bureau politique du Parti républicain), Serge Jeanneret (conseiller régional FN d’Île-de-France et conseiller municipal RPR depuis 1977), ou encore Jean Durieux (président du groupe FN au conseil régional de Nord-Pas-de-Calais, ancien député des Républicains indépendants et conseiller général ex-UDF)

                          En juin 1988, lors des élections législatives, des accords locaux de désistement réciproque avec le FN ont lieu dans les Bouches-du-Rhône et le Var, les deux départements où des candidats FN ont devancé les candidats RPR/UDF. En échange, le FN appelle à voter pour la droite dans presque toutes les autres circonscriptions du pays.

                          Lors des élections municipales de mars 1989, la droite accueille des membres du FN sur ses listes dans au moins 28 villes de plus de 9 000 habitants

                          ors des élections régionales de 199213, la droite remporte à la majorité absolue ou relative 19 des 22 régions métropolitaines En Haute-Normandie, les deux pôles sont à égalité mais le président Antoine Rufenacht est réélu avec une partie des voix écologistes auxquelles se joignent celles du FN (qui obtient une vice-présidence).

                          En 1997, une douzaine de députés de droite reçoivent le soutien du FN

                          élections régionales14 et cantonales de 1998, En Rhône-Alpes, , l’ancien ministre Charles Millon est réélu président avec les voix du Front national . En Picardie, en Bourgogne, et en Languedoc-Roussillon, Charles Baur, l’ancien ministre Jean-Pierre Soisson et le président sortant Jacques Blancsont être élus avec une majorité absolue des voix comprenant celles du FN.

                          Aux élections municipales de 2001, dans quelques villes, le FN appelle à voter à droite au second tour
                          Pour les élections législatives de 2002, Jean-Marie Le Pen dresse une liste noire de députés de gauche à faire battre par tous les moyens, en appelant à voter pour l’UMP


                          • eric 10 février 2015 11:50

                            Trop rares exemples.

                            En tendance,ce qui se passe, c’est que l’ex RPR de base est plus tenté car il y a de vraies proximités entre les deux électorats.

                            Le Fn s’inscrit clairement dans une tradition gaulliste. Le cas de Hénin Beaumont est parlticuièrement frappant. A l’époque, c’est aussi le passage massif de cette ville au gaullisme qui avait marqué les débuts du retour au pouvoir du général. Même choc pour les gauches qui, coupées du peuple, ne comprenaient absolument pas comment cette ville de résistance, en 1870, 14 et 40 avait pu virer à ce point.

                            La direction de l’UMP elle comprend que les deux partis sont concurrents sur le même segment. Les centristes ont eux des électorats complémentaire avec le front. Plus proche du PS sociologiquement, ils sont moins populaire, moins mixtes socialement. Comme leurs électorats se complète, la plupart des cas d’alliances concrètes avec le FN ont concerné des centristes.

                            Beaucoup de cuisines électorales, facilitées par la proximité des électorats. Même si il y a des divergences de fond sur des sujets techniques comme l’Europe, les électeurs constatent bien au quotidien, que Fn ou UMP, on est entre républicains avec des valeurs républicaines communes.

                            La fracture passe au centre. Comme au PS, on a un électorat très attaché aux hiérarchies sociales, et peu désireux de mêler ses voix au populo. Ils ne croient pas plus que le PS que les frontistes soient fascistes, en revanche, ils partagent l’illusion que ce sont des bacs moins 4.

                            C’est surtout le mépris de classe qui explique l’agressivité des socialistes contre le front.

                            A terme, pour remettre notre pays sur les rails, et en particulier procéder à une réforme réelle de l’État, il faudra une force politique forte avec un mandat clair. 55 à 60% des suffrages.

                            Sur le papier, il y a trois solutions.

                            Le PS continue à faire semblant d’être centriste pour récupérer les forces plus nombreuses et plus porteuses d’un centre élargit en lieu et place de ses supplétifs d’extrême gauche. Mais cette solution est obérée par le fait qu’entre un tiers et la moitié du Ps persiste à croire, largement par habitude, qu’il faut continuer à gagner les congrès internes à gauche.

                            De toute façon ce serait une garantie d’immobilisme. Ajouter, la volonté de fer des centristes à l’énergie réformatrice des socialistes ....

                            Le Fn continue à croitre et parvient à une alliance rouge -brun comme en Grèce. Mais avec un rapport de force inversé. Pas impossible depuis ce précédent. Pas très probable. La gauche de gauche est prête à s’allier avec n’importe quoi ( même hollande), mais peut être pas à n’importe quel prix...

                            Reste la troisième solution. Celle préconisé par le sage et grand défenseur des liberté qu’était Raymond Aaron. L’union des droites autour d’un programme commun négocié. De l’ordre de 60% des suffrages potentiellement. Assez pour réformer vraiment.

                            les gauches de gauche ? Pas assez importantes et trop divisées pour avoir un rôle politique majeur hors forces d’appoint. Et puis leurs efforts de droitisation sont trop tardifs et trop partiels pour qu’elles puissent espérer. Il faudrait que par hasard, les socialiste se maintiennent après 2017 et approfondissent le marasme dans lequel ils nous conduisent pour voir des trucs à la Syriza. Même la, notre système électoral interdirai une prise du pouvoir aussi minoritaire.

                            C’est d’ailleurs parce qu’ils se savent marginaux et durablement minoritaires qu’une de leurs principales revendication est une sixième république ; Un système ou des gens minoritaires en voix peuvent imposer leur volonté grâce à une magouille institutionnelle électorale.


                          • Rmanal 10 février 2015 12:10

                            @ Eric : tiens le retour des inepsies. C’est qui votre gourou bourreur de mou ?

                            « Le Fn s’inscrit clairement dans une tradition gaulliste. » : heu, si on prend l’histoire, même après guerre, de la création du FN, on ne peut pas vraiment dire ça non. Vous avez déjà ouvert un livre d’histoire ?? Si on prend les Gaullistes d’aujourd’hui, pas les clowns qui s’en réfère, je n’en vois pas beaucoup qui aime les idées racistes et communautaristes du FN, à l’opposé du grand rassembleur, ca a été sa force, du général qui a même travaillé avec les communistes, au delà de toute idéologie politique, pour le bien de la France.
                            Par ailleurs De Gaulle n’était pas anti Européen : il avait son idée de la construction sur un modèle coopératif. Pas sur que ce soit le cas du FN si on regarde son programme.

                            « Raymond Aaron » (Aron en fait) : vous parlez de l’atlantiste convaincu ? et vous l’associez au FN ? décidément vous n’avez peur de rien, ou plutôt vous ne comprenez rien.

                            « sixième république » : vous parlez sans doute du risque pour l’UMP et le PS d’un retour à la Démocratie représentative à la proportionnel, dont d’ailleurs le premier parti à en bénéficier serait le FN. Celle là aussi fallait la faire.

                            Bref vous me faites bien marrer, surtout ne changez rien, pour peu que vous puissiez le faire un jour.


                          • rakosky rakosky 10 février 2015 12:57

                            Curieux que vous n’évoquiez pas l’enseignement principal de cette élections,60% d’abstention bien plus dans les bureaux de vote des quartiers populaires

                            Dans ma banlieue,le taux d’abstention se maintient au dessus de % dans les quartiers ouvriers
                            Les travailleurs rejettent la politique d’austérité menée par ce gouvernement et ils rejettent aussi les appels à l’union nationale lancés par la gauche et la gauche de la gauche
                            Les liquidateurs des fondements de la démocratie,les ennemis de la République ,ceyux qui veulent liquider les communes et les départements,ceux qui arment et soutiennent la Junte de Kiev ou les bandes armées lancées contre la SYRIE,ils sont au gouvernement
                            Combattre une prétendue menace fasciste,c’est d’abord défendre le mouvement ouvrier et les conquêtes républicaines

                            • Sirius6901 10 février 2015 16:09

                              Si déjà le PRCF pouvait s’occuper de remettre en ordre la gauche cela serait déjà un bon début. 


                              • Bombe Bombe 10 février 2015 16:42

                                Mince.. je constatais exactement l’inverse.. Juppé avait dès le début appelé à voter PS, comme le reste de l’ump, qui, quand il appelle au « ni ni » appelle en vérité au vote Ps de son électorat.

                                Ce qu’il s’empresse de faire, l’électorat Ump est un électorat de retraités, âgés, votant pour leur retraite et compte en banque, issus de la génération 68 baby boom, parfois anciens soixante-huitards comme au Ps, ayant vampirisé la jeunesse, et n’hésitant pas à la sacrifier si il le faut pour continuer à « jouir sans entrave »
                                Cet électorat ne votera jamais pour un parti dont on leur dit qu’il remettrait en cause le système actuel.. puis ils retiennent la leçon des libéraux télévisuels « l’immigration paiera vos retraites » donc ils ne voteront jamais Fn, L’électorat Fn est celui des classes moyennes et prolétaires blanches et jeunes des périphéries.
                                Pas de différence entre Ump et Ps, l’Ump étant juste un peu plus libéral, et donc, forcément libertaire sur les autres sujets, l’ump, le ps, etc.. sont des partis d’extrême gauche capitalistes et libéraux.
                                L’extrême gauche officielle elle, va exactement dans le même sens que le Medef et les libéraux sur tout les sujets, à part économiques. Ils sont d’accord sur le progressisme, le mariage gay, l’immigration, l’athéisme, la libre circulation des marchandises, hommes et capitaux etc... et sont donc des alliés du capitalisme contrairement au Fn qui leur fait peur.
                                L’immigration est la principale arme capitaliste contre les « travailleurs » et les peuples, tout ça n’est plus à prouver.. 
                                Il n’y a aucune droite en Afrance.
                                Le Fn est un parti de gauchistes, se réclamant de la république (gauchisme) de la laïcité (extrême gauchisme) de l’assimilationnisme (gauchisme ayant pour issue la destruction biologique et anthropologique des peuples de France, ils sont donc racistes anti-blancs), le Fn n’est pas réellement contre l’immigration puisqu’il valide les dizaines de millions d’immigrés que les autres ont fait venir et ne propose pas de politique de remigration...
                                Tout ce système est une farce.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès