Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Quand le courage est le contraire de l’opportunisme ?

Quand le courage est le contraire de l’opportunisme ?

A l’UDF, nombreux sont ceux qui ont été derrière François Bayrou pendant la campagne électorale pour le 1er tour de l’élection présidentielle.

A voir comme François Bayrou rassemblait le public lors de ses meetings, ils étaient là, les ténors du parti. Or dès le lendemain, voire le soir même du 2nd tour, ils ont commencé à quitter le navire, comme les rats qui sentent le naufrage arriver, pour aller rejoindre des rivages croient-ils plus ensoleillés.

On peut alors se demander quel était leur objectif avant le premier tour. S’assurer un large fauteuil ? Il semblerait bien que cette hypothèse soit la bonne plutôt que de prendre fait et cause pour le projet puisqu’ils s’éloignent de François Bayrou.

Mais le navire va-t-il pour autant faire naufrage ?

Je crois que les politiques qui tournent casaque n’ont pas perçu l’espoir qu’a fait naître François Bayrou pendant sa campagne. Ils n’ont pas su observer qu’aujourd’hui, des hommes et des femmes sont prêts pour la première fois de leur vie, à rallier un parti politique, à suivre le mouvement démocrate, en bref, à entrer en politique comme on entre en religion. Pourquoi ? Parce qu’ils ont foi dans le "Projet d’espoir" porté par François Bayrou.

Alors finalement à ces politiques qui quittent le navire pensant sauvegarder leur place alors qu’ils n’auront au mieux qu’un strapontin, je leur dis : merci.

Merci d’aller voir ailleurs

Merci de laisser François Bayrou qui pourra ainsi impulser plus librement l’élan qu’il veut donner au Mouvement Démocrate.

Merci de laisser la place à de nouvelles personnes.

C’est le moment, maintenant, où la France a besoin de renouveau, a besoin de sang neuf, pour construire la société de demain sans le clivage qu’on connaît et pour mener le contre-pouvoir d’aujourd’hui.

Il ne faut pas laisser au seul Parti Socialiste le monopole du contre-pouvoir, d’autant plus que François Hollande a une nouvelle fois enclencher la machine à perdre, en empêchant les cadres du parti de s’exprimer à l’issue du second tour. C’est regrettable, car au lendemain de la défaite de Ségolène Royal, il est important de faire le bilan et d’indiquer aux français de gauche ce qui les attend.

Dominique Strauss-Kahn a très justement analysé la situation. Il a souligné que le PS n’avait pas fait sa révolution et il va falloir encore attendre ! Les français vont voter aux législatives pour des députés de gauche sans savoir très exactement quel mouvement ils iront rejoindre dans quelques mois.

Par conséquent, entre les errances du PS, et le ralliement des cadres UDF à l’UMP, ce dernier parti pourrait avoir la voie bien dégagée pour les législatives.

Il faut éviter ce piège que peut parfois tendre la démocratie. Il est important que les contre-pouvoirs puissent émerger (gauche, centre) sans quoi la démocratie est vide de sens. C’est pourquoi il sera important que le Mouvement Démocrate présente autant de députés que de circonscriptions. Il sera important que le PS fasse la même démarche. Il sera important d’aller voter aux législatives et d’éviter de donner au Président un pouvoir trop important.

 

 

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.73/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Frodon Frodon 9 mai 2007 12:10

    Vision optimiste du problème , tant mieux !

    Je n’arrive pas à cerner ce qui peut se passer. D’un côté , Bayrou peut tout perdre aux législatives ou alors il faut qu’il y ait un réel report de voix du PS, déçus par la défaite de Royal.

    Sa gestion de l’entre-deux tours a été parfois mal comprise. Ceci aussi par le fait qu’il appelait à la réflexion à gauche alors que pendant le même temps tous ses députés s’en allait à droite...

    Difficile d’imaginer ce qui va se passer. Soit il arriveà obtenir un nombre de sièges conséquents au Parlement , une quarantaine serait pour moi une grande victoire , au vu du systeme de scrutin ! Soit c’est une bérézina avec laquelle il devra composer pour tenir sa vague.

    A suivre dans les prochaines échéances !


    • La Taverne des Poètes 9 mai 2007 12:16

      Les députés UDF ont quitté le navire au prétexte d’un naufrage alors que leur avidité les pousse à rejoindre la croisière grand luxe de Sarkozy ! J’espère que ma formule résume assez bien ma pensée.


      • non666 non666 9 mai 2007 12:41

        Le naufrage ou la survie

        La victoire ou la mort....

        C’est le bout du chemin difficile qu’a pris Bayrou qui se dessine aux legislatives. Il connait deja le nom de ses Judas, c’est un avantage. Sauf que Jesus avait douze fideles dont un seul traitre, alors que Bayrou, c’est plutot le contraire...

        L’UMP tente de faire aujourd’hui ce qu’elle a echoué a faire en 2002 : le bipartisme, qui implique l’elimination de toute concurrence a droite.

        Les deputés UDf ont donc été soumis a un chantage digne d’Abuh Grahib :trahir ou etre sodomisé aux legislatives. En pleurnicheuses apeurées, ces idiots ont cru les menaces au lieu de se rendre comte que la reciproque etait vraie...

        Eux aussi avaient un pouvoir de nuisance suffisant pour faire perdre les legislatives a l’UMP en se maintenant dans d’autres circonscriptions....

        Cesar Sarkozy leur propose donc de defiler derriere lui, dans son char, de chanter ses louanges, de signer son « pacte presidentiel » de se battre pour lui, en echange de quoi, ils ne seront pas egorgés...

        Cadeau ENORME, il autorise meme les parias a faire un groupe a part a l’assemblée. Qui voudrait etre dans le meme groupe que des traitres opportunistes et laches, de toute façon ?

        Ce sont des CAPITULARDS, aussi digne que le parlement de 1940...avant la deroute a Bordeaux !

        mais non content d’avoir ses ennemis de l’Interieur, Bayrou a aussi ses ennemis de l’exterieur.

        L’UMP, c’est evident, mais aussi, ne l’oublions pas le PS. Si il reussit son coup et crée son parti democrate, il fermera toute « reconversion » possible au PS. Sur cet espace, comme dans Highlander, il ne peut en rester qu’un...

        Il doit donc reussir le triple pari d’etre le premier sur cette cible, d’y rassembler les socio-democrates du PS et de faire un bon score aux legislatives.

        Sinon, il vont le vider des deux cotés. Eux, ont interet a laisser pourrir la situation, de l’user pour le reduire, puis le detruire.

        Ceci dit, a peu de choses pres, la situation est la meme pour tous les souverainistes. La droite nationale a en effet la meme difficulté a se rassembler bien qu’elle soit l’autre contre pouvoir a l’UMP.

        Villieriste, Gaullistes et Lepenistes ont, meme si je le regrette, trop de « passés » et de combats face a face pour envisager l’avenir ensemble.

        Et pourtant si les nationalistes autoritaires et les democrates se struturaient, il ne resteraient que les liberaux(3 ,5%) chez Sarkozy.

        Il va bien falloir qu’on se mettent tous a faire des compromis si on veut eviter que le pion US nous subordonne a ses interets qui ne sont pas les notres.


        • colza 9 mai 2007 13:04

          Même si c’est désespéré, je suis convaincu que Bayrou peut réussir, si le Mouvement Démocrate enregistre de nombreuses adhésions. Il pourrait constituer une alternative crédible s’il prend suffisement d’importance d’ici les Législatives.

          Je crains bien qu’il ne faille pas attendre grand chose du PS qui, comme toujours, va s’enfoncer dans des batailles internes et mettre en route la machine à perdre.


          • vivelecentre 9 mai 2007 13:18

            Il ne peut pas vous venir à l’idée que tout simplement , F Bayrou s’est trompé ?

            Sa gestion désastreuse de l’entre deux tour, sa haine de l’ump et Sarkozy qu’il a du mal a dissimuler, son arrogance et sa prétention le faisant mépriser ses anciens concurrents sous prétexte qu’il est inadmissible pour lui d’admettre que ces « médiocres » sont parvenu au second tour mais pas lui....

            Toute cette dimension personnelle qu’il n’a pas su occulter et qui a été révélé au grand jour dans l’entre deux tour a complètement décrédibiliser ce soit disant combat pour un renouvellement de la vie démocratique en France, mais juste un combat politicien digne de la 4eme...

            Ses amis ne peuvent pas indéfiniment le suivre dans cette aventure personnel suicidaire

            Que Morin, sauvadet et d’autre prennent publiquement cette position et se déclare choqué par le comportement haineux de Bayrou anti sarkozsite, devrait quand même vous ouvrir les yeux sur la réalité du personnage Bayrou....


            • GlopGlop 9 mai 2007 14:33

              Non, cela montre plutôt le caractère lamentable des peureux du navire udf qui se rallient à Sarkozy. Après ce que certains ont dit sur notre nouveau président, les voir le rallier aussi rapidement ne prouvent qu’une chose : ils ne veulent que conserver leur siège. Le reste, ils s’en moquent. Ils méprisent ouvertement les 7 millions d’électeurs qui ont voté Bayrou.

              On verra ce qui se passera aux legislatives. En ce qui me concerne, le ps et ses éléphants m’ont définitivement perdu.


            • sacha971 10 mai 2007 01:10

              Je pense que ton analyse obère un fait : le vote Bayrou s’il s’est identifié sur le président de l’UDF, n’était pas un plébiscite du personnage. C’était (aussi) une adhésion aux idées et aux idéaux portés par le personnage et inscrit dans son programme.

              Si le porteur d’idées, messager des valeurs que souhaitent certains électeurs, ne correspond plus aux idées, alors il conviendra de changer le messager.

              Le mouvement démocrate correspond à cette volonté, à cette nécessité de présenter une autre voie aux citoyens. Le clivage post 2nde guerre mondiale est caduc. Il a fait place à un clivage plus séculaire : conservateurs et progressistes.

              Le PS n’a pas fait son Bad Godesberg et le sait. le mouvement démocrate naît sur un Bad godesberg mais doit passer d’un « mouvement » à un « parti ». Il doit s’insinuer dans le paysage français de chaque ville de plus de 5000 habitants, aux cantonales, aux municipales, aux régionales, aux législatives, aux sénatoriales, puis aux présidentielles.

              La chrysalide « mouvement démocrate » devra se transformer en papillon afin de porter sur ses ailes les attentes des citoyens. La mue sera longue. Forcément. La métamorphose sera douloureuse. C’est le prix à payer pour que le mouvement d’aile du papillon MD secoue la société française en lui gardant sa spécificité séculaire : la singularité.


            • Voltaire Voltaire 9 mai 2007 14:36

              François Bayrou est en effet dans une situation paradoxale. Il a réussit à conquérir un électorat important, mais se retrouve au milieu du gué, abandonné de ses députés.

              Mon opinion, qui est personnelle, est que François Bayrou, et son Mouvement Démocrate, doivent dire à Nicolas Sarkozy : Banco.

              Nicolas Sarkozy a tenu un discours d’ouverture dès son élection. C’est sur ce discours que les 22 députés UDF dissidents se basent pour rejoindre la majorité présidentielle. Même si l’on peut avoir des doutes sur la sincérité de l’UMP et du nouveau président de la république sur cette ouverture, il faut néanmoins la tenter, dans l’intérêt du pays. On peut bien sûr se complaire dans une opposition politicienne, mais qui trinque ensuite ?

              Contrairement à ces 22 députés, je considère comme indispensable la création du Mouvement Démocrate. L’UDF actuelle n’est pas représentative des électeurs de Bayrou.

              Mais contrairement à Bayrou, je pense qu’on ne peut dès à présent viser 2012 sans tenter de réformer de façon constructive le pays, et se placer en position d’opposant.

              Bien entendu, si le PS avait changé dès cet échec, que DSK avait repris le parti, et le PS accepté les propositions de changement de Kouchner et des Gracques, une autre alliance eût pu voir le jour. Mais il n’en est rien, le PS s’enfonce dans des luttes intestines de pouvoir sans se remettre en question. Dans ces conditions, le parti de Bayrou doit poursuivre sa ligne de conduite initiale : être constructif.

              Il faut rappeller qu’une large majorité d’électeurs de Bayrou n’a pas voté contre Sarkozy, mais bien pour le projet de rassemblement de Bayrou, pour le « et-et ». Si Sarkozy propose un large rassemblement, il faut le tenter.

              Mais pas à n’importe quel prix ! Bayrou, le mouvement démocrate et ses députés doivent fixer les conditions minimales : réformes et impartialité de l’Etat, maitrise de la dette, priorité à l’emploi (petites entreprises), à l’environnement, à l’éducation et la recherche, à la lutte contre l’exclusion. Sous ces conditions, il peut y avoir convergences dans une majorité présidentielle large.

              Je conçois que cela puisse être vécu avec difficulté pour certains électeurs de Bayrou. Mais il n’y a pas d’alternatives viable. Le PS refuse tout accord avec Bayrou, et sans accord de désistement, le nouveau parti est mort-né. Plus grave, il perdrait l’essentiel de ses élus locaux aux élections suivantes, et sans ces élus, un parti ne peut survivre, comme le montre l’exemple des Verts.

              Je ne pense pas possible aux candidats du Mouvement Démocrate nouvellement créé d’emporter des circonscriptions dans des triangulaires, sauf exceptions. Si ces candidats on en effet le pouvoir de faire perdre certains UMP ou PS, cela ne suffit pas pour négocier assez de postes, et surtout d’anticiper la suite, les municipales, où il faut aussi trouver des accords.

              Cet accord de gouvernement sera forcément temporaire ; je pense que l’UMP et Sarkozy seront tenté d’aller trop loin, et le MD pourra se retirer à ce moment, mais en s’étant renforcé, et en ayant surtout tenté de réformer de façon constructive et plus consensuelle le pays, ce qui est l’essentiel.


              • daryn daryn 9 mai 2007 16:21

                « aujourd’hui, des hommes et des femmes sont prêts pour la première fois de leur vie, à rallier un parti politique, à suivre le mouvement démocrate, en bref, à entrer en politique comme on entre en religion. »

                Exactement. C’est pour moi la vraie révélation de cette élection. Des électeurs qui se réapproprient tranquillement leur dignité, parviennent à échapper au matraquage des medias, au raccolage démagogique, au messianisme euphorisant. Je trouve cela magnifique.

                Evidemment la voie est étroite et le chemin risque d’être long d’ici aux européennes, probablement la seule échéance où le MD pourra réellement obtenir une représentativité conforme à sa base électorale.

                Mais la graine est semée et la plante semble saine. On se prend à rêver.


                • bernard29 candidat 007 9 mai 2007 16:22

                  Ce que vous oubliez c’est que les députés et élus udf, n’ont pas quitté l’UDF. Ils ont voté Sarko, soutenu sarko, mais Bayrou leur avait laissé cette possibilité, cette liberté.

                  Ils sont toujours à l’UDF, et la création du mouvement démocrate par transformetion de l’UDF dépend autant d’eux que de Bayrou. Ils peuvent trés bien forcer bayrou à démissionner et à a aller créer tout seul son parti sans les fonds de l’UDF pour faire campagne avec ces 577 candidats nouveaux.

                  Bayrou a un gros problème pour ces législatives de 2007.


                  • TEO TEO 9 mai 2007 17:08

                    Non le courage n’est pas toujours le contraire de l’opportunisme ! En l’occurrence il se pourrait même que M Bayrou ait eu PEUR de gagner ; à moins qu’ivre de stratégie, il n’ait joué le coup de trop, manquant l’occasion historique d’oeuvrer à une profonde modernisation de la France.

                    Non ! dans les situations que nous venons de traverser, le vrai courage eût été l’opportunisme : accepter de devenir le premier ministre de Mme Royal ; de madame Royal, pas du PS, et chambouler ainsi complètement l’espace politique français. Au lieu de quoi M Bayrou et peut-être aussi Mme Royal ont été tétanisé devant le Rubicon... avant d’y être plongés et nous avec eux, pour très, très, très longtemps.


                    • fifilafiloche fifilafiloche 9 mai 2007 20:56

                      L attitude des députés UDF ne s analyse pas en terme de courage mais de coherence. Avant le débat avec Ségolène Royale, Bayrou n avait jamais affiché de volonté de s allier avec le Parti Socialiste. La stratégie consistait à peser au centre pour contrebalancer les excès eventuels de la concentration des pouvoirs.

                      Les élus UDF ont obtenu la confiance d une population de bourgeoise de centre droit, conservatrice dans ses valeurs mais humaniste de part son éducation (democrates chretiens). Accepter une alliance contre nature avec un parti anti liberal aux references trotskistes aurait signifié trahir son mandat et tomber dans l incoherence. C est à partir de ce moment que les élus UDF, encouragés par les fondateurs et sages du parti (VGE et S.Veil), ont refusé de sacrifier leur âme aux ambitions personelles de Bayou.

                      Les élus du Mouvement Démocrate eux auront toute legitimité à représenter le centre gauche, une bourgeoisie laïque bien pensante, souvent fonctionnarisée. Leur alliance au PS respectera alors les aspirations de leur electorat. Je ne vois pas cependant cela se produire à ce terme, l echeance des législatives étant trop proche pour qu un nouveau parti y trouve un électorat.

                      Il sera interessant de voir si Bayrou sera alors capable de sortir du dénigrement systématique pour offrir des solutions constructives et pragmatiques aux problèmes d une France sclérosée par 30 ans d accumulations de lois contradictoires motivées par la peur de déplaire. Alors seulement Bayrou pourra s imposer comme une alternative crédible au réalisme anxiogène de Sarkozy. D ici la, la France, sous electrochoc, se sera t elle peut etre décomplexée.


                      • pixel pixel 9 mai 2007 22:03

                        La bataille pour le centre gauche est engagé. Le centre droit maintenant rallié à Sarkosy est à jamais perdu pour Bayrou. L’enjeu se situe maintenant du côté du PS. Le MD doit être la structure d’accueil des sociaux démocrates du PS qui trouveront plus simple de changer de parti que de changer le parti.L’échéance de ce mouvement peut se produire lors des prochaines législatives .Je parle évidement des électeurs et ce sera tout le boulot de Bayrou et du MD de les convaincre.


                        • legros 10 mai 2007 05:40

                          @ Voltaire

                          autant souvent je suis d’accord avec vos analyses, autant là je ne vous suivrai pas sur ce terrain. L’ouverture de Sarkozy, c’est du pipeau (et ça vaut pour le camp d’en face aussi). Bayrou n’a plus d’autre choix que d’aller de l’avant

                          @candidat007

                          je ne suis pas sur qu’au conseil national les actuels députés puissent grand chose. Si c’est sur le principe 1 homme= 1 voix, je les vois mal gagner contre les militants, sauf à les retourner par des trésors d’éloquence. Tout dépend aussi de questions de statuts que je ne connais pas

                          Enfin, pour une fois je rejoindrai non666. je suis assez surpris par le manque de courage et le coté prédiction autoréalisatrice des députés UDF ralliés à Sarkozy. C’est facile de dire que Bayrou penche à gauche si son aile droite (eux) d’en va. Estiment ils si peu leur action de député pour ne pas croire que « la prime au sortant » leur aurait permis de retrouver leur siège sous la bannière MD , pari que font de facto les rares fidèles à Bayrou ?

                          Ceci dit, si Bayrou arrivait avec son MD à reformer un groupe parlementaire (20 députés) ce serait le nirvana pour lui. L’hypothèse minimale la plus probable est la réelection de ses rares fidèles (soit 5 députés). Le reste,c’est du bonus. Ensuite, les alliances sont complètement bloquées à droite, donc il ne reste plus que des désistements mutuels avec la gauche. A mon avis, ils interviendront au cas par cas entre les deux tours, avec le seul objectif de faire un contre pouvoir, soit en termes moins élégants de faire battre le candidat UMP


                          • vivelecentre 10 mai 2007 07:14

                            Si Bayrou se retrouve dans cette situation ( a la tete de 5 à 6 fideles ) nul doute qu’il nous fera encore le coup de la victimisation

                            « c’est de la faute des partis liés aux forces financieres » « de l’hegemonie de l’umps » « des medias aux services des interets de quelque uns » etc etc !

                            Bien sur , cela ne sera pas de sa faute......


                            • non666 non666 10 mai 2007 10:17

                              Si avec 18% des voix, on n’a que 5 ou 6 deputés, c’est qu’il y a effectivement un problemme de representativité dans notre democratie , non ?

                              Meme remarque sur les 10% de FN non representés.

                              Donc effectivement, Sarkozy tente de finir son hegemonie a droite en menaçant ses rivaux. La seule question est donc de savoir ce que represente un homme qui se soumet a ce diktat sans se rallier completement a l’UMP ?

                              Vous posez tous la question a l’envers en fait.

                              Vous vous demandez ce que represente Bayrou sans ses deputés parjures et pas ce que represente ces deputés qui acceptent de soutenir Sarkozy, comme le premier UMP venu, pour preserver leurs sieges...

                              L’arnaque que je denonce depuis des années, c’est justement cette droite qui pretend etre toute lews droites mais qui ne sert a l’evidence que certains interets.

                              La droite chretienne democrate a interet a se struturer et a s’affirmer sur ses valeurs, pas sur le « ni droite ni gauche ».

                              La droite nationale a interet a se preparer au combat contre l’Usurpateur Libéral Atlantiste.

                              La reunion des forces dans chacune de ces composantes majeurs de la droite est deja assez difficile.

                              Mais c’est une question de survie et un prealable indispensable pour stopper les mondialistes anglo-saxons.


                            • Jean-Marie Déant Jean-Marie Déant 10 mai 2007 12:00

                              La plupart des députés UDF ont donc, tels des rats, quitté le navire préférant faire obligeance à NS et assurant ainsi leur probable réélection. Comment peut on accorder le moindre crédit à ces représentants du peuple qui font passer leur interêt personnel avant leurs convictions ? Décidement, François Bayrou et ses quelques fidèles dont J. LASSALLE (vous vous souvenez le député des pyrénées qui avait effectué une grève de la faim il y a quelques mois) auront fort à faire dans la recomposition annoncée du paysage politique de notre pays. Espérons qu’un jour, l’embellie arrivera et qu’enfin nos compatriotes voteront pour des hommes et des femmes politiques qui se respectent et qui font passer leurs idées avant leur propre interêt. ils sont encore heureusement quelques uns à ne pas avoir perdu leur âme. ce noyau se verra renforcé par l’arrivée de jeunes idéalistes déjà dans le sillage de FB. Ils sont là, présents et ardents dans leurs commentaires sur la toile et s’approprient allègrement, ce qui est particulièrement réjouissant, le débat démocratique qui s’annonce finalement vivifiant pour notre pays. Ouvrons les écoutilles, les hublots, les sabords et ventilons le bord, de l’air tonifiant se profile dans la prochaine risée.


                              • vachefolle vachefolle 10 mai 2007 21:24

                                Vous en avez pas marre des plans B .... ?

                                Bon une fois que Bayrou aura eu son petit pecule financiers des voix du premier tour, que dira t-il au second ?

                                Evidemment pas une alliance avec l’UMP, et sans doute pas une alliance avec le PS.

                                Donc dans ces cas la cest l’UMP qui va gagner le maximum.

                                Resultat de l’operation il n’aura aucun deputé et CEST EXACTEMENT CE QU’IL CHERCHE !!!!

                                Pourquoi, pour pouvoir ensuite faire le scandalisé vis a vis des médias en expliquant que la proportionnelle est necessaire et que cest absurde d’avoir 18% des voix et zero depute. Evidemment il evitera de dire que cest uniquement lié a sa stratégie suicidaire.

                                Bayrou est dans la folie. Son objectif n’est pas d’etre dans la majorité (trop risqué de prendre des decisions), ni meme dans l’opposition (trop risqué de faire des propositions), mais dans le néant...

                                Il pourra alors revenir en 2012 quand le candidat de l’anti-système et vanter sa 6ieme constitution.

                                Bref il joue sa carte perso pour 2012, en abandonnant la france pendant 5 ans


                                • daryn daryn 11 mai 2007 10:58

                                  Beaucoup auraient certes préféré le plan A et une nouvelle traversée du désert n’amuse personne. Mais je tiens à réagir à votre accusation de ’stratégie suicidaire’.

                                  Au soir du premier tour l’affaire était pliée et il était évident que l’UMP raflerait le maximum. A savoir le président et une majorité absolue à l’assemblée. L’UMP n’avait pas besoin d’alliances et l’a affiché sans vergogne. Alors qu’on aurait pu s’attendre à un discours rassembleur de la part de NS entre les deux tours, il s’est au contraire encore radicalisé pour bétonner à sa droite, sans aucune ouverture vers le centre. Sans parler du débauchage au gourdin des élus UDF.

                                  NS ne veut pas de majorités d’idées, il veut une assemblée aux ordres (rappelons les conditions imposées aux élus UDF en cas de ralliement, qui font partie de la discipline standard à l’UMP : vote inconditionnel des budgets, pas de censure). Malheureusement il en a les moyens et les utilise.

                                  Le PS, où personne n’a vraiment cru à une possibilité de victoire de SR, s’accomode très bien de cette situation qui lui permet de concentrer utilement son énergie sur le sujet autrement primordial de la gestion des différences et prééminences entre courants.

                                  Au soir du premier tour, FB a annoncé sa détermination à fédérer un centre libre. Dans sa conférence de presse du 25 avril, il a marqué sa différence sans ambiguïté avec les deux candidats restant en lice. Pour mémoire :

                                  - Nicolas Sarkozy, par sa proximité avec les milieux d’affaires et les puissances médiatiques, par son goût de l’intimidation et de la menace, va concentrer les pouvoirs comme jamais ils ne l’ont été. Par son tempérament, et les thèmes qu’il a choisis d’attiser, il risque d’aggraver les déchirures du tissu social, notamment en conduisant une politique d’avantage au plus riche.
                                  - Ségolène Royal paraît mieux intentionnée en matière de démocratie, encore que le parti socialiste n’ait rien fait quand il était au pouvoir pour corriger ces maux, plus attentive à l’égard du tissu social, mais son programme, multipliant les interventions de l’État, perpétuant l’illusion que c’est à l’État de s’occuper de tout, et qu’il peut s’occuper de tout, créant je ne sais combien de services publics, va exactement à l’encontre, en sens contraire, des orientations nécessaires pour rendre à notre pays et à son économie leur créativité et leur équilibre.
                                  - Les deux candidats ont de surcroît promis une augmentation absolument délirante des dépenses publiques, de l’ordre de 60 milliards d’euros chacun, dans un pays endetté comme le nôtre, l’un des deux ajoutant une baisse totalement improbable des prélèvements obligatoires dans une proportion que ni Reagan ni Mme Thatcher n’ont jamais approchée même en rêve.
                                  - Notre pays a un problème de démocratie, un problème de fracture sociale, un problème d’économie, un problème de dette. Nicolas Sarkozy va aggraver les problèmes de la démocratie et la fracture du tissu social, Ségolène Royal, par son programme, va aggraver durablement les problèmes de l’économie et l’un comme l’autre vont déséquilibrer le déficit et la dette.

                                  Depuis il est resté totalement cohérent avec ces prises de positions.

                                  Est-ce suicidaire de dénoncer le rouleau compresseur de l’état UMP, et de ne pas y contribuer ? De ne pas se rallier à une majorité qui n’a pas besoin de lui ? Est-ce suicidaire de garder ses distances vis à vis d’une gauche sans force, sans unité ni projet ?

                                  Pour mémoire, que reste-t-il de la ’différence’ des députés UDF qui avaient rallié l’UMP à sa création en 2002 ?

                                  FB n’est pas du tout dans la folie. Il travaille avec cohérence à une conquête de longue haleine d’une base électorale suffisante pour un jour pouvoir réaliser son projet politique et démocratique. Il refuse les règles du jeu de la bipolarisation et assume les sanctions à court terme d’un mode de scrutin inadapté au paysage politique français actuel. Dans l’espoir de pouvoir le modifier un jour.

                                  D’une certaine manière NS lui rend service en maniant le gourdin avec aussi peu de subtilité et en profitant sans vergogne des largesses de ses relations dans les milieux d’affaire, ce qui confirme les prévisions de FB.

                                  Ca va finir par se voir et le message de FB va continuer à se diffuser.


                                • NoBody 11 mai 2007 09:29

                                  avez vous pensez que tout cela pouvez être ... stratégique ?

                                  il est un fait que les électeurs de gauche sont un peu perdus ... et bon nombre d’entre eux ont quitté le navire « gauche » pour le radeau « centriste » dont la majeur partie est de « droite ». Amer déception d’une nouvelle croyance.

                                  N’entrez pas en religion, ouvrez les yeux car le monde réel n’est pas si vilain qu’il faille vouloir le révolutionner. C’est au quotidien qu’il s’améliore hors les croisades porteuses des certitudes de légitimation du « bien pour tous »


                                  • JL JL 11 mai 2007 12:36

                                    Vous écrivez : «  »Dominique Strauss-Kahn a très justement analysé la situation. Il a souligné que le PS n’avait pas fait sa révolution et il va falloir encore attendre !«  »

                                    Je connais nombre de gens qui auraient voté pour lui, et qui n’ont même pas voté pour F. Bayrou, ils ont directement choisi Sarkozy, 1er et deuxième tour.

                                    La révolution du PS selon DSK ? c’est encore plus à droite que FB ! C’est ainsi que les bobos aiment le PS : très très à droite.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès