Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Quand Macron salit le progressisme

Quand Macron salit le progressisme

Dans la guerre des mots du débat public, Emmanuel Macron vient de tenter une OPA sur le bien beau terme de progressisme en le plaçant en opposition au conservatisme. Mais il en livre une interprétation qui n’a plus le moindre rapport avec ce que ce mot porte en réalité.

 
Un progressisme d’oligarque schumpéterien
 
Le ministre de l’économie a lancé sa nouvelle bombe dans les locaux d’un incubateur d’entreprises : « vous êtes là pour brutaliser, faire changer en profondeur des paradoxes que nous partageons entre la France et le Japon (…) on n’aime malgré tout pas celles et ceux qui réussissent trop bien, c’est assez rapidement suspect, il faut réussir mais pas trop (…) nous devons de part et d’autre prendre beaucoup de risques, et les French Tech, ce sont des pépinières de risques. Ces lieux d’innovation sont pour moi des archétypes de ce dont nos sociétés ont besoin (pour) sortir de l’atonie  ». Il a poursuivi en se présentant comme un tenant du progressisme, opposé au conservatisme, appelant à un dépassement du clivage droite-gauche. Il faut dire qu’il n’est pas le seul à vouloir faire travailler le dimanche
 
Le progrès façon Macron, c’est donc la brutalité schumpéterienne, les destructions d’emplois ou les baisses de salaire que provoquent ces magnifiques innovations comme Uber, laissant bien sûr au passage pour une poignée de dirigeants et les actionnaires, des profits colossaux, ces milliardaires dont il a fait des exemples pour la jeunesse sans doute. On retrouve encore une fois toute la superficialité du discours du ministre qui fait de tout ce qui est nouveau quelque chose de positif. En fait, son raisonnement n’est pas sans parenté avec celui des fanatiques religieux, tant il manque de la plus élémentaire nuance, sans compter son aspect barbare, appelant les entrepreneurs à brutaliser une société qui compte 6 millions de demandeurs d’emploi et tant de personnes en souffrance, depuis sa bulle dorée.
 

Le progressisme, c’est la recherche du progrès pour la société, le droit à la retraite, l’assurance-maladie, les droits du travail. Tout ce que ce ministre trop médiatisé veut déconstruire en somme, pour revenir vers une forme de loi de la jungle qui ne profiterait qu’à une infirme minorité.

 

Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 27 avril 10:29
    La « macron »mania symptomatique de l’incompétence socio-économique des Français(es).

    Encore inconnu il y a moins de deux ans, Emmanuel Macron est devenu l’un des hommes politiques les plus populaires.
    Quelle est la véritable signification de cet engouement ?

    Emmanuel Macron a été banquier d’affaires chez Rothschild & Cie avant d’être nommé secrétaire général adjoint de la présidence de la République auprès de François Hollande de mai 2012 à juin 2014, date à laquelle, grâce à l’éviction d’Arnaud Montebourg, il est devenu Ministre de l’Économie.

    Mais, qu’a-t-il réalisé de si extraordinaire pour mériter une telle popularité ?

    Est-il l’auteur d’une grande réforme socio-économique structurelle (révolutionnaire ?) dont la mise en œuvre guérira l’économie française de ses maux et allégera les Français(es) de leurs souffrances ?

    Nenni ! ! !

    Puisqu’il est si BRILLANT aujourd’hui, nous dit-on, sans doute l’était-il déjà dès mai 2012 ou avant.

    Alors, que ne nous a-t-il régalé de son programme politico-socio-économique véritablement innovant, crédible, réaliste et progressiste dès cette date quitte à prendre son envol politique en toute indépendance ! ! !

    Il lui est encore temps de proposer ce programme avant avril 2017.
    Sinon, qu’il se résigne à n’être qu’un politicard parmi tous les autres...

    Cette « macron »mania est donc par trop précoce et démontre l’incompétence socio-économique des Français(es).


    • @Jean-Pierre Llabrés

      brillant c’est un mot qu’il ne faut pas « employer » pour un politicard car ils sont tous ternes ;; corrompus

      trop nombreux et trop payés ils sont tellement loin de leur base qu’ils ne savent meme que jes jeunes les vieux et les gens« moyens » tirent sur la ficelle chaque mois

      ou alors ils s’en foutent completement ILS SONT HYPER CYNIQUES !!!!!!!!!!!!!!!


    • jaja jaja 27 avril 11:37

      Progressistes contre conservateurs... ?
      Tous les enfumeurs à la Macron définissent des contradictions secondaires pour masquer la véritable contradiction fondamentale et de toute éternité entre les humains : exploiteurs-exploités, dominants-dominés...

      Son progressisme frelaté n’est rien d’autre que l’ensemble des régressions sociales exigées par le Médef qui le sponsorise...


      • Nicole Cheverney Nicole CHEVERNEY 27 avril 11:39

        La fameuse macromania est une invention de journalistes mainstream. Macron ne sait pas faire la différence entre la droite et la gauche ! Mais peut-être tout dépend dans quelle main sa petite cuiller d’argent de fils à papa lui a été mise pour avaler sa bouillie, enfant ?

        Tout ce que j’en sais c’est qu’il sait parfaitement surfer sur la dialectique, en piquant par ci, par là des termes qu’il galvaude. Opportunisme de salon !

        Macron c’est la nouvelle coquille vide du vide politique qui remplit les lignes des polichinelles journalistiques ! On a eu le même engouement, pour Hulot, et tant d’autres fabrications de notre société de spectacle.

        Il faut bien lui trouver des raisons d’exister, politiquement ! Tout en taisant bien sûr, les dégâts présents et futurs que ces fabrications de papier glacé seront capables de faire, ces produits qui se veulent haut-de-gamme, si d’aventure le peuple lui accordait le moindre crédit.

        Malheureusement, pour en discuter autour de moi, de nombreuses bonnes femmes éblouies par ses yeux revolver et son sourire carnassier, risquent de voter pour lui. La raison invoquée ! Il est beau ! Tu parles d’un programme !

         Enfin, bref tous les goûts sont dans la nature. On a eu souvenons-nous, le même syndrome du bellâtre, avec Giscard, mais au moins lui, avait une personnalité certaine, et au moins, il savait jouer de l’accordéon. Et entre le pipeau et l’accordéon, y’a pas photo !


        • zygzornifle zygzornifle 27 avril 13:55

          c’est un franc macron .....


          • Habana Habana 28 avril 09:25

            @zygzornifle
            Et il tend ses filets. Les filets de Macron !


          • Spartacus Spartacus 28 avril 10:08

            Quelle réaction caricaturale des décalés de la réalité....

            Des abonnés à l’abreuvoir de la gamelle d’état.

            La loi de la jungle comme épouvantail......Dans la jungle on est libre, pas dans la prison.

            Loi de la jungle et mourir par un lion qui passe, ou une vie de con comme poules dans le poulailler étatiste qu’on engraisse à la gamelle de l’état et poules qui ne réfléchissent à rien, ne prennent aucun risque et qui finira rôties le dimanche entouré de frites, mayonnaise ou Ketchup. 

            Il est vrai que les poules ne savent même pas ce qu’elle payent de charges sociales, et ne savent pas lire un bilan.

            •  oui FILETS DE MAQUEREAUX TOUS DES MAQ !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


              • trasimene (---.---.62.144) 28 avril 10:39

                je regrette mais nous ne sommes pas encore arrivés dans notre évolution à la loi de la jungle . Le roi lion prélève un gnou dans le troupeau pour satisfaire ses besoins mais il ne lui vient pas à l’dée d’en tuer quelques uns pour le plaisir . Pas plus d’ailleurs de faucher toute l’herbe de la prairie de la stocker dans des hangars et de la redistribuer chichement aux gnous esclaves à son service . Les gnous , eux , n’ont pas découvert quelques manuscrits dont chacun s’en est amparé pour les accomoder à sa façon prétexte à s’entretuer . etc...

                on se prend à rêver d’une affiche dans les conseils d’administration comme celle qu’on peut lire dans les buffets libres afin d’éviter les gaspillages : « ne prenez que ce dont vous êtes capable de consommer . » 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès