Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Quand Marine Le Pen analyse la crise

Quand Marine Le Pen analyse la crise

Rentrée de vacance à la suite des derniers désordres financiers, Marine Le Pen a, jeudi dernier, prononcé une grande conférence de presse dans laquelle elle présente son analyse des origines de la crise (la main-mise des marchés financiers). Elle prône la sortie de l'euro, refuse de payer les dettes des autres pays et de sacrifier la protection des Français. Elle refuse de rechercher, pour son peuple, du sang et des larmes. Contre les risques d'inflation, elle prône une échelle mobile des salaires. Elle refuse également de tailler dans les effectifs de professeurs, d'infirmières ou de policiers. Il y a suffisamment de vraie mauvaise dépense à chasser.

Elle commence par rappeler que la crise était, pour elle, inévitable, qu'elle l'a largement anticipée et annoncée depuis longtemps, voire même depuis la mise en place de l'euro, à laquelle elle n'a jamais été favorable.

Elle nous livre son diagnostic et ses solutions.

SON DIAGNOSTIC

Marine Le Pen invite ses auditeurs à se reporter aux déclarations qu'elle a pu faire depuis 2008, et à constater qu'elle n'a jamais annoncé que la crise était terminée. Elle annonçait bien au contraire :

1/ Une crise politique et institutionnelle du modèle fédéraliste de l’Union Européenne.

2/ Et une désintégration du système monétaire, financier, bancaire, financier et social

La crise institutionnelle

Marine Le Pen nous rappelle que :

" ... de notre côté, dès la création de l’euro, nous avons pointé le caractère non viable de cette monnaie unique, et lors du déclenchement de la crise de l’euro, nous avons précisé que tels des dominos les pays de la zone euro tomberaient les uns après les autres tant qu’on ne réglerait pas le problème à la racine. Après la Grèce et l’Irlande, j’ai plusieurs fois cité le Portugal, qui est tombé en 2010, et l’Espagne et l’Italie, qui sont aujourd’hui dans l’œil du cyclone."

Actuellement, d'après elle, le système ne se bat pas pour l'intérêt des peuples, mais il cherche à sauver l'euro (et le fédéralisme qui le sous-tend) pour des raisons purement idéologiques.

"C’est ce qu’on appelle la faillite d’une idéologie."

Cette idéologie c’est celle de l’ultralibéralisme, du libre échange total, de la soumission de l’homme à l’économie, du court-termisme, de la recherche hystérique du profit maximum, de l’abandon du bon sens et de l’économie réelle au bénéfice exclusif d’une économie virtuelle aux mains d’une hyper-classe et au détriment des peuples.

Dogme central de cette idéologie, l’euro. Nicolas Sarkozy et le gouvernement s’acharnent à le « sauver à tout prix » comme le dit le président de la République lui-même… Depuis 2010, on ne cesse de multiplier les réunions de crise, les sommets officiels, les plans de renflouement pour sauver les victimes chaque trimestre plus nombreuses de la crise finale de la monnaie unique.

C’est parfaitement absurde. C’est faire de la politique en dehors de la réalité. L’euro est mort. Il n’a pas fait ses preuves. Il n’est pas viable. C’est tout."

 Mais l'euro ne peut plus être sauvé, et il n'est pas grave qu'il ne soit pas :

"Et ce n’est pas dramatique. Il faut juste l’accepter, et cesser d’être en permanence tourné vers le passé pour tenter de ranimer ce cadavre qui nous aura tant fait souffrir."

La désintégration du système financier

Marine Le Pen nous appelle à ne pas chercher à sauver ce système non viable. Elle le fait en citant quelques chiffres montrant la folie des transferts financiers que l'on exige du peuple français :

"Dans l’immédiat, je demande à Nicolas Sarkozy que la France revienne dès aujourd’hui sur le plan de renflouement de la Grèce décidé à Bruxelles le 21 juillet dernier.

Comme l’a avoué François Fillon, ce nouveau plan alourdira de 15 milliards d’euros supplémentaires notre dette publique, qui a déjà explosé sous Nicolas Sarkozy. Ce dernier est le champion incontesté de la dette. En effet, sur 1 650 milliards de dettes, 500 milliards sont imputables exclusivement à Nicolas Sarkozy, es qualité de Président de la République. Vous me permettrez donc de considérer qu’avec un pareil résultat, Nicolas Sarkozy est aussi légitime pour imposer « la règle d’or » de maîtrise des déficits que Mesrine pour réformer le Code Pénal.

Ces 15 milliards s’ajoutent aux 17 milliards du premier plan grec décidé en 2010, et aux plans irlandais et portugais.

Déjà, on nous dit qu’il faudrait élargir les capacités du FESF, le fonds que les pays de la zone euro abondent pour renflouer les victimes de la monnaie unique. Il faudrait le porter à 2000 voire 3000 milliards d’euros, nous dit-on. La quote-part de la France étant de l’ordre de 20%, cela signifierait un engagement de la France à hauteur de 400 ou 600 milliards d’euros, beaucoup plus que le budget annuel de l’Etat ! C’est tout simplement fou."

Elle souligne aussi le caractère illégal, par rapport au texte des traités, du FESF envisagé, et se demande si nous sommes encore dans un Etat de droit.

Elle se réjouit que l'Allemagne oppose une résistance farouche à ces projets de mise en commun de la dette, tout en soulignant l'ironie qu'il y a à devoir compter sur l'Allemagne pour défendre nos intérêts.

SES SOLUTIONS

Marine le Pen veut rompre avec le modèle économique ultra-libéral, et propose à ce titre ce qui suit :

"- reprendre le contrôle du processus financier et revenir sur la privatisation scandaleuse de l’argent public issue de la loi Pompidou Giscard de 1973.

- Imposer que la création de monnaie revienne aux Etats représentant de l’intérêt général.

- Œuvrer à la réintroduction d’un étalon polymétallique (or, argent, platine…) au niveau du système monétaire international afin de mettre fin définitivement à la spéculation des prédateurs internationaux.

- Refuser de faire payer la crise aux Français en sacrifiant sur ordre de la troïka (UE, FMI, BCE) notre système de protection sociale et nos services publics.

- Réarmer notre pays contre la mondialisation par la restauration d’un Etat stratège, fer de lance de la réindustrialisation de la France.

S’opposer à la tyrannie d’un libre échange échevelé et d’une concurrence mondiale déloyale qui sacrifie nos entreprises et nos emplois.

Rétablir l’échelle mobile des salaires, supprimée par les socialistes afin de permettre aux salaires à proportion de l’augmentation constatée des prix

Retrouver la maîtrise de nos frontières en rétablissant un contrôle des flux de capitaux, de marchandises et de personnes."

Utopiques, ces propositions ? Non. C'était la façon dont fonctionnait l'économie durant les Trente Glorieuses. Et maintenant encore, il ne manque pas de pays qui ont leur propre monnaie nationale et qui s'en portent bien.

Marine Le Pen fait encore d'autres propositions pour tailler dans la mauvaise dépense publique sans confondre rigueur budgétaire et saccage social :

- cesser d'encourager l'immigration, qui coûte une trentaine de milliards d'euros par an (selon l'universitaire JP Gourevitch)

- mettre un terme aux dérives de la décentralisation

- s'attaquer à la fraude sociale ; croiser les fichiers ; lancer une grande opération de contrôle des cartes vitale ; désactiver les 10 millions de fausses cartes

- lancer une grande opération de contrôle des trains de vie suspects dans les cités

- en finir avec les guerres inutiles et meurtrières (Lybie, Afghanistan)

- cesser de verser de l'argent à Bruxelles

- faire contribuer les grandes fortunes à l'effort de résorbsion de la dette

Elle conclut :

"Je refuse d’offrir comme seule perspective à mon peuple de la sueur et des larmes. Le désendettement est possible en suivant le plan que je viens de dessiner, il peut commencer dès aujourd’hui. Et il peut se faire sans tout sacrifier aux marchés, sans la terrible cure d’austérité qu’UMP ou PS réservent aux Français, et qu’ils essaient de cacher pour passer le cap de 2012. Il est aujourd’hui quasi inéluctable que, malgré l’épouvantable cure d’austérité qui se concocte à Bercy, les marchés financiers auront à très court terme la peau du triple A de la France.

Cela suppose un principe essentiel : reprenons le gouvernail du bateau France, et rompons avec les partis et les hommes qui se sont donnés pour maîtres la finance internationale et les banques."



Moyenne des avis sur cet article :  3.43/5   (102 votes)




Réagissez à l'article

174 réactions à cet article    


  • Ardechois 15 août 2011 10:37

    Peut-on sincèrement, penser que Marine Le Pen se trompe... ???
    Qu’elle affabule, qu’elle noircit le tableau, qu’elle en rajoute... ???

    Aux vues de ce que nous constatons depuis près de 10 ans, je pense qu’elle est dans le vrai et, sans pour autant tomber dans la démagogie du café du commerce, les faits qui font notre quotidien, semblent bien le confirmer... !!!

    Si 95% des pays de ce monde ont leur monnaie, la maîtrise de leurs frontières, de leurs décisions budgétaires, sociales, économiques et voire démographiques, pourquoi cela ne serait pas possible en France alors que nous fonctionnions de cette manière il y a 10 ans en arrière... ???

    D’alternance en cohabitation, la droite et la gauche ont gouverné sans partage depuis près de 40 ans et ce, pour les résultats que nous connaissons aujourd’hui, d’autant qu’avec leur bilan qui est loin d’être positif, il est incontestable qu’un changement de cap radical soit s’opérer... !!!

    Les semaines qui viennent donneront certainement raison à Marine Le Pen et les récents évènements qui se sont déroulés en Grande-Bretagne, ne sont que les prémices de ce qui risque d’arriver en France et dans d’autres pays de l’UE... !!!

    Comme plus de 30% des Allemands, je crois sincèrement que la monnaie unique est mauribonde et de voir la monnaie Suisse, et surtout l’or, gagner en valeur dans de telles proportions, cela donne du crédit aux propos de Marine Le Pen... !!!


    • victor latent 15 août 2011 17:34

      Mme Le Pen est en accord avec M. Pinsolle (militant de M. Dupont-Aignan, DLR).

      A juste titre, ils critiquent la monnaie euro et même l’UE. Le FN comme le DLR expliquent la sortie de la zone euro. Cela est trés bien.
      Cependant, ils oublient à longueur d’article ou de déclaration de préciser que l’euro est la monnaie de l’UE. C’est inscrit dans le TUE (article 3).

      Ce TUE et le TFUE ne prévoient pas la sortie de la zone euro d’un pays membre, pas plus qu’il ne prévoit une sortie « groupée » de plusieurs pays membres de la zone euro.

      La conséquence est qu’une sortie de la zone euro pour la France impose une sortie de l’union européenne. Cela est prévu par l’article 50 du TUE.

      Le FN ou le DLR n’évoquent jamais cet article du TUE.


    • HELIOS HELIOS 15 août 2011 18:04

      ... sortir de l’euro, comme d’ailleurs sortir de n’importe quoi, est toujours possible pour un peuple et cela se peut toujours par un referendum d’autodetermination - abusivement restreint dans son sens a l’independance - .

      Pour cela il faut souvent organiser le referendum en validation d’une revision de la constitution, car depuis les divers traités de Maastricht et suivant, la France doit re-modifier sa constitution.

      Si le traité qui ne prevoit pas de sortie « normale » avec ses regles, et en supposant que ce referendum se passe et que le peuple français souhaite quitter l’euro, tous les etats ayant signé le traité avec la France pourront demander a la France une eventuelle « indemnisation » à la France pour les coûts et le prejudice eventuel que cela entrainerait pour eux.

      La France serait alors a même de negocier ces conditions de sortie... parité monétaire, rembousement des dettes, mais aussi recuperation des prets etc.... mais en tout etat de cause, c’est la France qui deciderai de ce qu’elle a envie de payer ! S’il existe des etats non-satisfait, il leur reste qu’une suele option, apres cette negociation, c’est... la guerre !

      Je vois mal la Grece, l’Irlande, l’Angleterre ou l’Allemagne declarer la guerre a la France, même associées les unes avec les autres. D’ailleurs la sortie de l’euro et eventuellement de l’UE n’implique pas la sortie de l’OTAN dans un premier temps ni des autres traites... ce qui rends cette hypothetique guerre impossible.... il ne resterai que des litiges d’industriels qui perdureront quelques decennies le temps que les uns et les autres reprennent conscience que ce sont les peuples qui choisissent et non pas les banquiers.

      mais, tout ce que je raconte est impossible car tant que l’UMP et le PS restent au pouvoir ils ne poseront pas une question dont il ne veulent pas assumer la reponse, et en plus, Sarkozy n’a pas encore permis l’etablissement des regles permettant un referendum d’initiative populaire. Les Français ne peuvent donc pas decider de quoi que ce soit sans que le gouvernement ou les deputes/senateurs ne le souhaitent... autant dire jamais.



    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 16 août 2011 07:24

      ..." faire contribuer les grandes fortunes à l’effort de résorbsion de la dette.


      OUI. En fait, il faut rembourser la dette a partir d’une taxe spéciale sur le capital C’est quand cela sera fait que tout le reste pourra commencer.


      PJCA

    • lesdiguières lesdiguières 17 août 2011 03:38

      La Fin est proche : Haro sur les bourses ;

      http://www.inlibroveritas.net/lire/oeuvre36868.html


    • kitamissa kitamissa 15 août 2011 10:51

      Ah ...mais nous,c’est tout ce qu’on demande ! revenir au Franc, rétablir nos frontières, relancer nos économies et productions nationales,surtaxer les marchandises d’importation que nous sommes capables de produire nous même comme le font beaucoup de pays ...


      choisir l’immigration en fonction des demandes dans un secteur bien précis ,avec les compétences et diplômes correspondant aux postes vacants,et avec une garantie de la part du demandeur de situation financière saine et de compatibilité avec nos lois et nôtre mode de vie .

      assainissement des services publics et remise à niveau permanente des fonctionnaires .

      s’attaquer aux fraudes fiscales et sociales, justification des éléments de trains de vie lors des déclarations fiscales avec contrôles renforcés et inopinés .

      suppressions des subventions diverses à des pays surendettés ; fin des aides diverses aux pays étrangers tant que le situation et la stabilité économique ne sera pas revenue à un niveau satisfaisant sur nôtre territoire .

      expulsion après avoir purgé sa peine de tout condamné d’origine étrangère ayant commis crimes et délits sur nôtre territoire ,saisie de ses biens et avoirs à titres compensatoire pour indemniser les victimes et régler les frais de justice !

      etc etc...... en fait, une bonne partie du programme de Marine le Pen .

      • SergeL SergeL 15 août 2011 14:10

        Enfin voila un beau programme totalitaire.

        Revenir au Franc : pourquoi pas au Denier !

        surtaxer les marchandises d’importation : 80% de notre nourriture est importée

        suppressions des subventions diverses à des pays surendettés : amplifier l’immigration

        assainissement des services publics et remise à niveau permanente des fonctionnaires ;s’attaquer aux fraudes fiscales et sociales, justification des éléments de trains de vie lors des déclarations fiscales avec contrôles renforcés et inopinés . : bienvenue à la Stasi

        Un bonheur insoutenable (Ira Levin)


      • boris boris 15 août 2011 14:17

        Le vieux qui t’as mis ça compte comme son pote Calmos sur une bandaison peut être demi-molle mais bandaison quand même pour se mettre à jour, grâce à la poissonnière aux dents jaunes.


      • Lemaïsjekiff Nestor 15 août 2011 14:52

        Salut Boris !

        Quand on a lu le programme on se dit merde, ça a du le faire chier d’écourter son séjour de Corée du Nord. Elle avait l’air de si plaire. 


      • Lemaïsjekiff Nestor 15 août 2011 15:02

        Oups ... La faire chier ...


      • fred 15 août 2011 11:18

        Sacrée Marine, sacrés Français !


        Je me souviens d’elle à l’époque des Loft Story (l’ère Loana smiley où elle aimait se montrer débarquant d’une limousine... Elle parlait des émeutes en banlieue et elle confiait alors -tous sourires- combien ces émeutes la réjouissaient car elles rapprochaient le FN du pouvoir...

        Depuis, elle a glané tout ce qui se disait sur les forums et autres blogs et rassemblé tous les buz en un. Le loi de Pompidou 1973 d’abord, jamais évoquée par son père... Qui après le buz de l’argent-dette et le début du buzz du rappel de cette loi a été repris dans son programme verbal. On sent bien dans cette « analyse » une compil de ce qui énerve les gens sur internet. 

        C’est bien mais quelle crédibilité lui accorder ? Sarkozy avait organisé moult sondages pour que son discours soit bien huilé et finement sculpté. On voit ce qu’il en a fait.

        SégoClinche Royale avait même poussé le vice jusqu’à créer un blog « désirs d’avenir ». Au moins, c’était visible au niveau de la stratégie. C’était déjà moins nous prendre pour des cons, même si dans les faits, elle en aurait fait comme les autres : RIEN.

        Ma conviction est que Marine Le Pen est une manipulatrice dangereuse. Je suis à l’écoute de celui qui a un bilan positif de son passé politique dans les villes où elle a pu s’exprimer.



        Je pense à Einstein quand il disait : »La folie, c’est se comporter de la même manière et s’attendre à un résultat différent."



        • sisyphe sisyphe 15 août 2011 11:22

          En plusieurs fois, parce que trop long...


          Première partie .. 

          Marine Le Pen fait encore d’autres propositions pour tailler dans la mauvaise dépense publique sans confondre rigueur budgétaire et saccage social :

          - cesser d’encourager l’immigration, qui coûte une trentaine de milliards d’euros par an (selon l’universitaire JP Gourevitch)

          Chiffre totalement faux, largement démonté par le rapport fourni récemment par une Commission présidée par 30 parlementaires 

          - mettre un terme aux dérives de la décentralisation

           ????? C’est à dire ? « Recentraliser » tous les pouvoirs entre les mains d’une minorité, sans contre-pouvoir au niveau des régions, des départements, des communes ? Tu parles d’une reconquête démocratique ; c’est, ni plus ni moins, instaurer un régime autocratique...

          s’attaquer à la fraude sociale ; croiser les fichiers ; lancer une grande opération de contrôle des cartes vitale ; désactiver les 10 millions de fausses cartes

          Ah ! La chasse aux pauvres ; elle est finalement en phase avec les Xavier Bertrand, Laurent Wauquiez, François Baroin, Thierry Mariani, Nicolas Sarkozy ; décidément difficile de se séparer des dogmes de classe... 

          Et pour les niches fiscales, les fraudes des entreprises, qui coûtent plus de 10 fois plus cher au pays que la fraude sur les cartes vitales, rien ? smiley 

          - lancer une grande opération de contrôle des trains de vie suspects dans les cités

          Wouaouh ! 

          On imagine les moyens mis en oeuvre pour tenter de récupérer le fric du deal des petits et moyens dealers ; et les grands, on leur fout la paix ? 

          On laisse la prohibition continuer ses dégâts, en ne s’attaquant qu’aux comparses ? 

          Ça, c’est de la stratégie ... et qui va rapporter gros, c’est sûr ! smiley 

          - en finir avec les guerres inutiles et meurtrières (Lybie, Afghanistan)

          Là, nous sommes entièrement d’accord ! 

          cesser de verser de l’argent à Bruxelles

          Dérisoire et totalement démagogique ! 

          Il faut savoir que « l’argent versé à Bruxelles » représente moins de 1% de notre PNB, que nous récupérons, par ailleurs presque intégralement, sous la forme de prêts, de financements, d’allocations diverses . 

          Un coup d’épée dans l’eau. 

          - faire contribuer les grandes fortunes à l’effort de résorbsion de la dette

          Ah ! 

          Mais là.... pas de mesure annoncée ; juste un voeu pieux, une vague mesure, sans aucune modalité prévue ; un slogan lancé à la cantonade, qui n’engage à rien..



          • sisyphe sisyphe 15 août 2011 11:23

            2ème partie 


            Quid d’une taxation sur les transactions financières ? 

            Quid des niches fiscales ? Des paradis fiscaux ? Des golden hello, golden parachutes, et autres golden balls attribués aux patrons ? 

            Quid des magouilles permettant aux sociétés du caca-rente, grâce à leurs sociétés-écrans dans les paradis offshore, de ne pas payer d’impôts en France, malgré leurs formidables bénéfices ? 

            Quid des exilés fiscaux ? 

            Bref, dans ces « mesures proposées », on voit bien l’appel du pied populiste à la traque aux pauvres, à la chasse aux émigrés, mais................ surtout, épargner les détenteurs de capitaux, les riches, les spéculateurs, les fraudeurs en col blanc, auprès de qui il y aurait, pour le coup, réellement beaucoup d’argent à récupérer pour la collectivité...

            Quant à d’autres éléments de son programme, non évoqués ici, si ce n’est par la simple « dérive de la décentralisation », ils prônent, sans ambiguité, le retour à un état autocratique (rallongement de la durée du mandat présidentiel, tous pouvoirs confiés au (à la) président(e) ; de quoi aggraver le déficit démocratique, et se rapprocher de régimes dont la seule évocation fait froid dans le dos.... 

            Bref, si le diagnostic n’est pas faux, et certaines mesures semblent de bon sens : notamment celles-ci : 

            "- reprendre le contrôle du processus financier et revenir sur la privatisation scandaleuse de l’argent public issue de la loi Pompidou Giscard de 1973.

            - Imposer que la création de monnaie revienne aux Etats représentant de l’intérêt général.

            - Œuvrer à la réintroduction d’un étalon polymétallique (or, argent, platine…) au niveau du système monétaire international afin de mettre fin définitivement à la spéculation des prédateurs internationaux..

            pour le reste, et notamment la sortie de l’€uro, les préconisations sont totalement à côté de la plaque, parce qu’empreintes de l’idéologie poissarde de l’extrême-droite dont la Marine porte le lourd héritage. 

            Raté. 

          • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 15 août 2011 13:00

            @ Perseus

            Je viens ici témoigner du contraire de ce que vous affirmez. J’ai toujours considéré le FN comme le diable en politique. Le problème est quand on voit que le diable est le seul à dire la vérité sur un certain nombre de points. Quand on voit qu’il est systématiquement victime d’attaques de la part de journalistes qui se prennent pour des chevaliers blancs et ne sont que des roquets bruyants.

            Après que j’ai fait ma révolution conspirationniste sur 9/11, que de sioniste je suis devenu anti-sioniste et que j’ai compris que l’esclavage du peuple par l’argent dette aux mains des banques privées faisait la misère de ce monde, j’ai cherché qui pouvait défendre cette vision du monde.

            Malheureusement pas les Verts dont je suis encore. Un ami Lucadeparis a pu vérifier auprès d’Eva Joly qu’elle était il y a peu complètement ignorante des processus de création monétaire.

            Alors je ne dis pas que Marine Lepen est LA solution, qu’elle a le programme qu’il nous faut, surtout je ne perds pas de vue qu’elle n’est qu’une personne et qu’il y a derrière un parti avec des personnages et des visions peu reluisants mais, mais, mais, qui, à présent, a la moindre chance de faire porter dans le débat national des questions vives comme celle de la création monétaire si ce n’est ceux qui ont quelques chances de se retrouver au second tour ?

            Pour ma part,j’aime beaucoup ce que fait François Asselineau qui, me semble-t-il, a tout bon (voir sa formidable conférence de Perpignan sur les 10 raisons de sortir de la CEE, c’est du 10/10) ou Nicolas Dupont-Aignan. Mais qui fait cas de ceux qui font moins de 5 % ?

            Qu’elle perde ou, plus improbable, qu’elle gagne, l’intérêt de la candidature de Marine Lepen c’est d’abord de secouer le cocotier d’une société étranglée par les lobbies et les marionnettes de droite et de gauche. Son pouvoir de nuisance sur l’Establishment est maximal et c’est de cela dont il faut tirer profit au maximum.

            Si elle devait parvenir à la présidence, imaginez juste une seconde l’effervescence et la liberté de pensée du peuple (je sais ça paraît furieusement paradoxal, mais c’est comme ça) qui tout à coup aurait vraiment à se choisir une assemblée représentative parce que l’incertitude serait totale. Bien sûr, ce serait toujours les mêmes pékins corrompus ici et là qui se présenteraient, mais ils seraient perdus et le débat serait citoyen avant tout et les programmes proposés auraient du sens car il y aurait un enjeu maximal : la fin du système pourri qui est le nôtre serait à portée, au moins pourrions-nous le croire à ce moment.

            Ne serait-ce que pour ce moment où le peuple retrouverait sa souveraineté, je trouve que ça vaudrait le coup de voter pour elle.
            Je suis dans cette disposition d’esprit actuellement.
            Si quelqu’un peut me prouver que je me trompe je suis tout ouïe.

            Dernier point ; quid de Asselineau et autres défenseurs de la sortie de l’euro et de l’Europe ? Que ne se rallient-ils à Marine Lepen ? Je sais Soral a tenté puis il est reparti. C’est peut-être pas possible.

            Et bien dans ce cas nous n’irons pas loin. Malheureusement.
            Mais peu importe, l’important me paraît être de faire ce qu’il y à faire, quitte à ce que la bataille soit perdue d’avance, au moins, finir en beauté en ayant le sentiment de s’être donné tous les moyens de vaincre.
            Il y a une expression française qui dit quelque chose comme ça (idée de dernière bataille à cause perdue) mais elle m’échappe (alzheimer ?). Merci d’avance au lecteur qui la retrouvera.


          • lloyd henreid lloyd henreid 15 août 2011 14:24

            « En désespoir de cause » ?... je partage votre point de vue.


          • sisyphe sisyphe 15 août 2011 14:42

            Par Luc-Laurent Salvador (xxx.xxx.xxx.152) 15 août 13:00

            @ Perseus

            Je viens ici témoigner du contraire de ce que vous affirmez. J’ai toujours considéré le FN comme le diable en politique. Le problème est quand on voit que le diable est le seul à dire la vérité sur un certain nombre de points.

            Ah bon !?! 

            Vous pouvez nous préciser quels sont ces « points » sur lesquels le FN serait « le seul » à dire la vérité ? 

            Merci d’avance. 

            Quant à la phrase que vous cherchez, ne serait-ce ; 

            « Le seul combat perdu d’avance est celui auquel on renonce » ? 

            Si oui, nous sommes bien d’accord : ne renonçons donc pas à dénoncer les manques, les aberrations, les slogans populistes du FN.

            Pour ses mesures allant dans le bon sens, encourageons les à constituer un front uni anti-libéral ; mais là, c’est peut-être beaucoup demander, vu la vision très présidentialiste, voire autocrate du programme du FN... 


          • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 15 août 2011 16:12

            Salut Sisyphe.

            « ...en finir avec les guerres inutiles et meurtrières (Lybie, Afghanistan) »

            A propos de la Libye, « Le Monde » publie un article salé sur Allain Jules. Le Allain Jules, auteur d’Agoravox :

            « Le cas Allain Jules. (sic)

            Loin d’être isolé, il est assez symptomatique. Celui-ci publie donc sur son blog un post attribuant à l’OTAN la mort délibérée de 50 enfants (appuyé par un extrait vidéo de la télévision officielle libyenne nous montrant le corps d’un seul enfant). Tout journaliste connaissant l’énergumène et la situation sur le terrain sait à quoi s’en tenir.
            (...)
            Que M. Allain Jules Menyé écrive ce qu’il veut, que Google fasse son travail de compilation et de moteur de recherche, on peut le comprendre... mais que les grands médias servent de passerelle au mieux à de la propagande, au pire à de la désinformation, c’est irresponsable !
            Etc, etc, etc... »

            « Le Monde » se demande pourquoi la tendance de l’opinion publique s’inverse sur la Libye et en attribue la responsabilité à... Allain Jules. 

            Lien, Le Monde.fr


          • FRIDA FRIDA 15 août 2011 16:16

             

            @ Luc-Laurent Salvador

            « J’ai toujours considéré le FN comme le diable en politique  », dites-vous le diable :->  !


            «  Je suis le diable, et les hommes trouvent leur raison de vivre dans le combat qu’ils me livrent.  » le Prophète G. Khalil Gibran, le FN est a priori le diable des autres partis politiques.


          • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 15 août 2011 16:16

            Ils ne manquent pas d’air au Monde.


          • Elisa 15 août 2011 18:17

            @ Salvador

            Vous n’oubliez qu’une chose : imaginez un pays qui donne la majorité à M Le Pen et vous obtiendrez la chasse aux étrangers, des lois sécuritaires, la haine érigée en vertu nationale, autrement dit un clone de Sarkozy.

            Merci pour ce vent de liberté qui soufflera sur la France ! :


          • sisyphe sisyphe 15 août 2011 18:17

            dis moi, ducon de kronfi 


            en plus de venir faire ta petite propagande facho, tu fais de la désinformation ; normal pour un petit télégraphiste du racisme.. 

            Alors ; pour le rapport que j’ai cité, voici la liste des intervenants y ayant participé : 

            10 eFFet de l’immigration sur la démographie et les comptes sociaux
            didier blanchet, chef du département des études économiques d’ensemble à l’institut national de la statistique et des études économiques (insee).

            Joël oudinet, économiste, maître de conférences à l’université paris xiii.
            9 septembre 2010 dynamiques migratoires actuelles

            gildas simon, géographe, professeur émérite de géographie à l’université de poitiers, fondateur du laboratoire migrinter.

            Hervé le bras, démographe, directeur de recherche à l’institut national d’études démographiques 
            (ined) et directeur d’études à l’école des hautes études en sciences sociales (ehess).

            cris beauchemin, chercheur à l’ined, responsable du projet maFe sur les migrations entre l’afrique subsaharienne et l’europe.,phénomènes macro-économiques liés aux migrations internationales

            Jean-pierre garson, économiste, directeur de la division des économies non membres et des migrations internationales de l’organisation de coopération et de développement économiques (ocde).

            lionel ragot, professeur d’économie à l’université de lille-i.

            el mouhoub mouhoud, professeur d’économie à l’université paris-dauphine.
            20 octobre 2010 impact de la politique d’immigration sur les Finances publiques

            Yannick danio et cédric caste, membres du syndicat unite spg police Fo pour la police aux 
            frontières

            pierre-bernard reymond, sénateur des hautes-alpes, rapporteur de la mission immigration, asile et intégration pour la commission des finances du sénat
            co-développement et aide publique au développement

            nicola Harrington, directrice du bureau du programme des nations unies pour le développement 
            (pnud) à bruxelles

            moustapha bourras, président du Forim

            sarah rosengaertner, conseillère à la commission européenne et à l’onu

            marie-dominique aguillon, responsable du service solidarité internationale de la cimade
             emploi, droits des travailleurs et productivité des entreprises

            tony travers, directeur de recherche à la london school of economics, co-auteur du rapport 
            commandé par le maire de londres sur l’impact économique de la régularisation des étrangers .

            pascal decary, directeur des ressources humaines de veolia propreté.

            Francine blanche, membre de la direction confédérale de la cgt.

            raymond chauveau, secrétaire général de la cgt essonne.

            Jean-marie delarue, contrôleur général des lieux de privation de liberté.
            danièle lochak, professeur émérite de droit à l’université paris x-nanterre, ancienne responsable du centre de recherche et d’étude sur les droits fondamentaux (credoF). présidente du gisti de 1985 à 2000.

            christian mouhanna, chargé de recherches au cnrs, spécialiste des questions de police, ancien responsable de la division recherche à l’institut national des hautes études de la sécurité (inhes).rapport d’audit de la politique d’immigration de nicolas sarkozy 8
            29 novembre 2010 le respect de l’état de droit vu sous l’angle des praticiens du droit des étrangers

            Yannick blanc, directeur de la police générale à la préfecture de paris entre 2005 et 2008. 
            directeur-adjoint de cabinet du président de la région Île-de-France.

            Jean-pierre bandiera, vice-président du tribunal de grande instance de nîmes, juge des libertés et de la détention, membre du syndicat de la magistrature.

            Jérôme martinez, secrétaire général de la cimade.

            Flor tercero, avocate, membre de l’association avocats pour la défense des droits des étrangers (adde) et du syndicat des avocats de France (saF).
            14 mars 2011 de l’union européenne à la politique d’asile en France

            michel agier, anthropologue, chercheur à l’institut de recherche pour le développement (ird, paris) et directeur d’études à l’ehess.

            philippe leclerc, représentant du haut commissariat aux réfugiés (hcr) en France.

            claudia charles, juriste au gisti.

            marielle bernard, travailleuse social, ancienne responsable du service social de la coordination de l’accueil des Familles demandeuses d’asile (caFda).

            matiada ngalikpima, responsable à Forum réfugiés d’une étude sur l’application du règlement dublin dans 15 états membres de l’ue.

            eléonore morel, directrice générale de l’association primo levi.

            25 mars 2011 immigration et intégration

            patrick Weil, historien, directeur de recherche au cnrs, centre d’histoire sociale du xxe
             siècle, université paris i, panthéon-sorbonne.

            gérard noiriel, socio-historien, directeur d’études à l’ehess.

            François Héran, démographe, directeur de l’ined

            Voila. 
            Face à cet aéropage de gens hautement qualifiés la propagande du FN sur le « coût de l’immigration » se base sur le rapport effectué par UN individu, UN SEUL : le dénommé Jean Paul Gourevitch ; dont la SEULE qualification est : docteur en sciences de l’information et de la communication. smiley smiley 

            Pas de bol, kronfi ; quand on s’essaie à la désinformation, faut avoir des billes ; autrement tu passes pour ce que tu es... un bouffon raciste. 

            Suivant...

          • SEPH 15 août 2011 18:47

            La Le Pen ( ou son nègre) est habile, elle propose des solutions vagues ou très précises qui n’engagent en rien ( voir les remarques pertinentes de Sisyphe ).
            Mais enfin, elle dirige un parti d’extrême droite qui défend les nantis ( elle appartient à la classe des très riches).

            Bien sur elle pleure sur la pauvreté mais attaque les pauvres ( notamment les immigrés) , comme le faisait cet imposteur de Mitterrand, mais la dignité humaine elle sans fou, tout le reste est démagogie.

            Il y a des repères, des valeurs sur lesquels on ne peut pas transiger, si on enlève le masque de la Le Pen, il apparait la démagogie la plus perfide. Lui faire confiance ou croire en sa sincérité relève de la plus grande naïveté.

            Elle se comportera comme ceux qu’elle dénonce, elle veut un ministère dans le prochain gouvernement de Sarkozy. En bout de compte elle votera pour lui, car elle appartient à sa classe sociale.


          • sisyphe sisyphe 15 août 2011 18:53

            kronfi 


            toutes les études que vous citez ne prennent pas en compte l’argent RAPPORTé par les immigrés à l’état, en tant que consommateurs ; ils sont donc totalement biaisés. 

            Je relève juste ceci (de votre propre post : 

            L’OCDE estime que les immigrants jouent un rôle décisif dans la croissance économique à long terme et invite les pays à ne pas fermer leurs frontières, même en temps de crise.

            Le rapport le plus précis, et prenant en compte le ratio coût/rapport, et le plus récent est donc bien celui que j’ai cité, et qu’on peut lire ici

            Merci ! 
             smiley 

          • sisyphe sisyphe 15 août 2011 19:07

            .@ kronfi 


            .. par ailleurs, il n’est rien moins qu’étonnant que la mesure sur l’immigration soit LE SEUL critère que vous ayez retenu, sur l’ensemble des points proposés et énoncés ...

            D’autant plus symptomatique que vous ne vivez pas en France, et n’êtes donc pas concerné par les problèmes de l’immigration dans ce pays. 

            Juste un réflexe pavlovien, un stimulus pour un réflexe conditionné ; un mode de manipulation pour entretenir une paranoia monomaniaque : tenir son rôle de « hasbara » sur l’immigration...

            Et sinon, sur le reste, quelque chose à dire ? 

          • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 15 août 2011 22:06

            Votre question m’étonne.

            Il me souvient qu’à une époque pas si lointaine, la « pensée unique » comme on disait alors interdisait de dire qu’il y a un problème avec l’immigration.

            Le FN était le seul à le dire (ou presque) et se faisait ostraciser en conséquence.

            Ce qu’on découvre à présent, c’est qu’il y avait VRAIMENT un problème avec l’immigration (qui n’est pas lié aux immigrés eux-mêmes mais au capital et au patronat qui avait besoin de main d’oeuvre bon marché pour casser les protections salariales).

            Voyez la conférence d’Asselineau qu’on ne peut soupçonner de sympathie FN, et vous verrez qu’il y avait bien un problème d’immigration. C’était une vérité et le FN était seul à la dire (mal, très mal, avec beaucoup d’affreux jugements sur des populations qui n’en pouvaient mais, mais là n’est pas la question, n’est-ce pas ?)

            Le deuxième point, c’est tout simplement le 11 septembre. J’ai pas beaucoup de tendresse pour le père Jean-Marie, mais là chapeau, le culot de cet homme politique force le respect.

            Vous pouvez bâtir une représentation de Lepen comme un diable et de sa fille comme son engeance. Vous n’aurez pas forcément tort. Mais vous vous tromperez de toute façon. Car la question n’est pas de savoir ce qu’a été le FN, ni ce qu’est Marine. La question est : qui peut nous être utile ?

            Dans le paysage politique actuel, on répond vite à la question : Marine Lepen est la pire, à l’exception de tous les autres. En clair, c’est le meilleur choix.

            Parce que si vous voulez tailler des costards aux politiciens, alors allez-y. Vous verrez vite que Lepen n’est pas un si mauvais diable que cela.

            Songez simplement à ce que nous ont fait Pompidou, Giscard, Mitterrand et l’omerta sur la dette qui nous esclavagise que respectent tous ces bouffons de droite et de gauche !?! A tout prendre, je préfère les grandes gueules que les faux-culs.
            Les gentils Hollande, DSK et consors me font gerber de par leur duplicité.


          • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 15 août 2011 22:07

            Mon précédent message était @ sisyphe


          • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 15 août 2011 22:13

            @ Frida

            Très belle citation. Merci.
            J’adhère complètement.
            Le FN est le diable des autres partis.
            Il n’en est pas innocent pour autant.
            Mais il faut au moins reconnaître la chose.


          • chapoutier 15 août 2011 22:20

            le fn utile aux français !
            il suffit de lire les commentaires des pro fn sur agora concernant le tueur d’Oslo, on y trouve des appels au génocide !
            c’est l’avenir que vous pronez ?


          • sisyphe sisyphe 15 août 2011 22:33

            Les seuls à proposer de sortir de la dictature des banquiers qui nous imposent des intérêts monstrueux et qui bénéficient du privilège exorbitants de la création d’argent via la dette sont :

            - Dupont Aignan
            - M Le Pen
            - Philippe Séguin, gaulliste (paix à son âme)


            Vous avez des lacunes.....et pas mal de retard...

            Ici, tous les mouvements et partis militant pour la libération monétaire 

            avec une analyse, et des solutions ...

            Prenez la peine de lire ; c’est important, dans la mesure où on pourrait envisager, pour les législatives, un front uni de députés de différents partis qui se retrouvent sur cet objectif essentiel... 


          • chapoutier 15 août 2011 22:50

            sisyphe

            il faut une assemblée constituante qui rétablisse la souveraineté du peuple et quartier par quartier, village par village, rédiger les cahiers revendicatifs du peuple (pour ne pas dire de doléance) . c’est au peuple de décider de son avenir


          • OMAR 15 août 2011 23:31

            Omar 33

            Kronfiel : a propos si ca rapportait, on se demande pourquoi on accueillerait pas tous les immigres.....

            Venant d’un émigré des balkans, c’est...renversant.

            зар не, Konfiel ?


          • lenormand 16 août 2011 00:20

            Que le FN de MLP supprime la préférence nationale de son programme... Il pourrait alors, pourquoi pas, y’avoir des discutions avec des partis « républicains » comme DLR par exemple...
             Car c’est vrai que sur l’europe il y’a des points communs et si maintenant, le FN se « lance » dans la défense des services publics tout est possible !


          • Laratapinhata 16 août 2011 03:43

            Vos titrés n’impressionnent guère que ceux qui ignorent le fonctionnement de l’institution...universitaire... pas moi. 


            Alors comme ça, le distingué Maurice Allais, Prix Nobel, aurait chiffré le véritable coût de l’immigration ? 

          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 16 août 2011 06:49

            Peachy Carnahan


            L’action de la France et de l’Otan en Libye est une abomination. On tue les civils qu’on prétend protéger, on vole 33 miliards d’un fonds souverain et on détruit a quia le pays le plus prospère et socialement le plus progressiste d’Afrique. Les Français qui soutiennent encore cette forfaiture sont vraiment lents, Si lents qu’on se demande sur quels critères ils baseront leur choix de 2012


            PJCA



          • Zevengeur Zevengeur 16 août 2011 16:02

            C’est le parti le moins crédible qui fait les propositions les plus crédibles pour nous sortir de l’impasse !

            Pourquoi le moins crédible ?
            De part son passé fasciste qui ne l’oublions pas est du même coté que l’étaient les Hitler et autres Mussolini.

            Cependant, qu’avons nous en face ?
            L’UMP ? Dont la ligne est calquée sur celle des anglo-saxons dont le modèle ultra-libéral nous a mis dans le mur.

            Le PS ? Qui n’a plus de socialiste que le nom. Quelle différence fondamentale avec l’UMP ?
            Un peu plus d’impôts pour les riches (peut être) et exactement de la même manière aux ordre de la finance (FMI, Agences de notations, ...)

            Ensuite, le FN n’a rien inventé au sujet des solutions, ce sont les Lordons, Jorion, Stiglitz qui les ont indiquées car ils sont en dehors de la pensée unique, cependant le FN les propose dans son programme, c’est la différence.

            Alors voter Le Pen ?
            J’avoue que je trouve que ça vaut la peine de se poser au moins la question....


          • d.moulin 23 août 2011 14:16

            @Peachy Carnehan


            Allain Jules est une fraude absolue, un archetype de « ministre de la désinformation »



          • Lucadeparis Lucadeparis 17 février 2012 09:23

            Je confirme que lorsque j’ai interrogé Eva Joly à la librairie Atout Livres le 5 mai 2009 pour son livre Des Héros ordinaires, lors de la campagne pour les élections européennes, elle ignorait le mécanisme de la création monétaire (même en tant que juge spécialiste des affaires financières), et je lui conseillé le film L’Argent-Dette dont je lui écrit le titre.
            Je crois que ça n’a guère eu d’effet, vu le programme de son parti politique en matière .de création monétaire...


          • kitamissa kitamissa 15 août 2011 11:48

            Hé bien nous verrons bien en 2012 le verdict des urnes ! les électeurs décideront ,et puis si ce que nous espérons arrive ..parce que ça finira bien par arriver, nous vivrons d’une autre façon,celle de retrouver petit à petit nôtre pays ,même si ce n’est pas parfait,nous voulons simplement redevenir les maîtres chez nous !


            • boris boris 15 août 2011 14:21

              Le deuxième classe Juluch présente les « armes » et les bijoux de familles devant la gravosse.


            • OMAR 15 août 2011 23:35

              Omar 33

              Juluch, si vous étes attentifs aux oréoccupations/propositions de la mère Narine, le chapitre consacré aux banlieues, beurs, blacks et mluzz, est inéxistant..

              Et pour une fois, elle a ses raisons...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès