Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Quand Sarkozy annonce des chiffres faux pour justifier sa future politique (...)

Quand Sarkozy annonce des chiffres faux pour justifier sa future politique carcérale

Lundi, devant le Congrès, Nicolas Sarkozy a lancé une statistique assez lourde de sens (mais pénalement non répréhensible) au sujet des prisons françaises : « Comment peut-on parler de justice quand 82.000 peines sont non exécutées parce qu’il n’y a pas assez de place dans nos prisons ? »


Pas de hasard, ce chiffre n’était destiné qu’à justifier la suite de son discours présidentiel : « Nous construirons donc d’autres prisons (...). Ce sera un impératif du prochain gouvernement ». Autrement dit, selon le raisonnement de Sarkozy, la construction de nouvelles places permettrait enfin d’exécuter les peines d’emprisonnement prononcées par les tribunaux.

Quid de la réalité ? Mediapart.fr vient analyser cette propagande présidentielle :
Selon une officielle étude du ministère, (en 2001) les tribunaux correctionnels ont prononcé 79.515 peines d’emprisonnement ferme qui devaient être exécutées.
Dans cette masse, 54% des condamnations à des peines d’emprisonnement (soit 43.000 dossiers) ont été suivies d’un passage derrière les barreaux dans les 18 mois.


- Les places en cellules n’ont donc pas manqué, pour la majorité des condamnés, contrairement à ce qu’avance le discours de Versailles.


- Le raisonnement du chef de l’Etat souffre d’un autre défaut : la non-application des autres 46% des condamnations ne relève pas vraiment du manque de places dans les établissements pénitentiaires...

Contrairement au discours sarkozyste, la plupart de ces peines de prison ferme non appliquées au bout de dix-huit mois (26.500 personnes condamnées) renvoient à des motifs strictement juridiques... et non pas au manque de places de prison. (Il s’agissait de condamnations non définitives, pour l’essentiel, ou bien encore de mesures de grâce ou d’amnistie).

Pour le reste, il s’agit de difficultés pratiques de mise à exécution des peines prononcées avec, au premier rang, l’absence de domicile connu des intéressés

 

A ce jour, la France est surtout montrée du doigt pour la surpopulation de ses prisons (63.200 détenus pour 53.000 places, selon les chiffres officiels les plus récents) et pour l’importance des suicides de détenus. Sur ce point là, on attend toujours les solutions de Nicolas Sarkozy.


Moyenne des avis sur cet article :  4.8/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Rounga roungalashinga 24 juin 2009 10:48

    Conclusion il ne faut pas construire de prison supplémentaire, et nous contenter des palaces quinze étoiles où s’empilent nos détenus dans la joie, le luxe et des conditions d’hygiène impeccables.


    • LE CHAT LE CHAT 24 juin 2009 11:23

      il a promis de pas augmenter les impoôts , alors faut gratter là où ça se voit le moins ......


      • Walden Walden 24 juin 2009 13:29

        Ah ben alors, si on ne peut plus faire de raccourcis mensongers pour alimenter un discours populiste destiné à masquer l’échec patent de sa politique, sans être aussitôt recalé par un étudiant en Droit... Ah ben alors... non vraiment... c’est ridicule... Qu’est-ce qu’vous voulez qu’je dise ?... C’est grotesque...


        • Le Canard républicain le canard républicain 24 juin 2009 13:59

          Un lien vers un bel article de Bernard Ollivier, président de l’association Seuil pour la réinsertion de jeunes en grande difficulté :
          « Fermer les écoles, ouvrir les prisons ? »

          Cordialement.
          P.S. : je laisse à chaque citoyen(ne) le soin de répondre à cette question par rapport à la politique du chef de l’Etat français.


          • Emile Red Emile Red 24 juin 2009 16:02

            Il va ouvrir des prisons ?

            Mais avant d’y mettre des prisonniers, il va devoir embaucher des matons, peut-être les 16 000 profs qu’il est en train de licencier....

            Comment dépenser les soit-disant économies de l’état, le bouffon a encore frappé.


            • hans 24 juin 2009 19:08

              C ’est dans le style des mesonges,,,,,par exemple :
              « non nous nê punissons pas les gens qui aident les sans papiers »
              c’est besson non ???????
              et bin si on punit les gens qui aident


              • chmoll chmoll 25 juin 2009 10:06

                ben merde alors ,j’en r’viens pas,l’sarko vient d’avouer qu’il na rien rien branlé de s’coté là

                c sur’ment à l’insu d’son plein gré

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès