Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Que doit faire le PS ?

Que doit faire le PS ?

Une fois de plus la gauche a perdu. Pourquoi ? Parce que la gauche française est trop divisée, parce que le Parti socialiste n’a toujours pas su faire - et surtout annoncer - sa mutation en parti social-démocrate et parce que sa candidate n’a pu, pour diverses raisons, faire une bonne campagne. Certes, il semblerait raisonnable de changer les « deux leaders actuels », le secrétaire du PS, F. Hollande, et son ancienne candidate, S. Royal : tout perdant devrait avoir l’élégance, comme Jospin en 2002, de se retirer, au moins pour quelque temps, de leurs responsabilités. C’est une phase nécessaire mais pas suffisante. Que doit donc faire le PS maintenant ?

-1- Un PS et une gauche qui n’ont pas vu le monde changer

Le Parti socialiste, qui avait pourtant il y a quelques années flirté avec les 30 %, est une fois encore battu. Son « allié naturel », le PC, qui n’a pu se transformer en parti de gouvernement, bien qu’il ait donné à la France d’excellents ministres, n’existe plus que par ses municipalités... Encore ne gardera-t-il celles-ci que si le PS renonce à le combattre au 1er tour. Son allié le plus récent, dans l’ex-« gauche plurielle », les Verts, est un parti qui n’a aucune culture de gouvernement et se complaît à tirer sur ses leaders dès qu’ils prennent une stature d’homme d’Etat. Sa défaite politique va perdurer et peut-être même entraîner sa disparition.

Le parti radical de gauche (comme si un parti radical pouvait ne pas être de gauche...) ne sert à rien, sauf à faire perdre des voix au PS et à empêcher sa mutation social-démocrate. Je m’explique : il rassemble trop peu de voix pour peser réellement dans les grandes décisions politiques ; et quant à la présidentielle, soit il présente un candidat et contribue à la défaite de la gauche (comme en 2002), soit il est obligé comme en 2007 de ne présenter personne ; si ses membres rentraient dans le PS, sans renier leurs idées, ils renforceraient son aile sociale-démocrate, faciliteraient sa mutation, prendraient place dans sa majorité interne et, donc, auraient une influence beaucoup plus importante sur le PS qu’actuellement.

Parlons maintenant des autres « soi-disant de gauche », les gauchistes, ceux qui rêvent encore au « grand soir », aux « il n’y a qu’à », qui assimilent les compromis (la base de la démocratie) à la compromission... Ceux-là n’ont jamais été utiles à ceux qu’ils prétendent défendre ; ils n’ont jamais rien fait puisque refusant de gouverner ; ils peuvent alors évidemment prétendre qu’ils n’ont jamais trahi leur cause ni jamais changé d’idée... alors qu’ils sont de fait des alliés objectifs de la droite. Cette persistance de voix perdues dans la gauche française est sans doute liée à l’histoire de notre pays, mais ce serait risible (et cela fait rire la droite dure) si ce n’était pas triste à en pleurer.

Reste enfin le MoDem. Si le PS veut gouverner de nouveau, il n’a que lui comme allié possible. Encore faudrait-il qu’il discute avec lui ; mais comment discuter avec un autre parti sans avoir renouvelé son propre discours et ses objectifs ?...

-2- Un PS qui doit affirmer sa sociale-démocratie

Première étape : une déclaration d’intention

Pourquoi le PS s’obstine-t-il à ne pas se déclarer Social-Démocrate ? Quand va-t-il se débarrasser du poids de son histoire ? Il y a longtemps qu’il a fait sa mutation lorsqu’il était au gouvernement, depuis la « pause » de 1982-1983... En 1980-1981, Mitterrand l’a emporté sur Rocard, parce qu’il avait politiquement raison. Mitterrand a malheureusement respecté la quasi-totalité de ses 110 propositions, contrairement à ce que l’on dit trop fréquemment. Cela a conduit à un échec économique sanglant et il a fallu l’intelligence et la volonté d’un Mauroy, auquel on n’a pas assez rendu hommage, pour que la politique économique du gouvernement change. C’était de fait la victoire des idées économiques de Rocard (ou de DSK plus récemment) mais Mitterrand, ce qui est humainement compréhensible, et la gauche, hélas, n’ont jamais voulu le reconnaître.

Quand donc le PS reconnaîtra-t-il officiellement que le marché existe, que la mondialisation est un fait ? On doit certes corriger les abus, modifier dans l’entreprise les équilibres entre industriels, financiers et salariés. Mais encore faut-il affirmer clairement et faire comprendre aux Français que nier la mondialisation est, non seulement une aberration, mais surtout le meilleur moyen de faire « que rien ne change ».

Cette décision doit être votée officiellement le plus rapidement possible, sans entrer dans les querelles de personnes, sans chercher un nouveau candidat, un nouveau leader pour une hypothétique élection... Quitte à ce qu’il y ait une majorité et une opposition ; à ce propos, il est normal qu’il y ait, dans un parti démocratique, une majorité et une opposition ; une fausse synthèse, comme la dernière, conduit fatalement à un échec : notre candidate a passé une partie de la campagne à dénigrer (involontairement ou non) le programme (bien mou) qu’elle avait pourtant signé. Mais l’opposition interne doit respecter la démocratie interne, c’est-à-dire se taire, hors parti, lorsqu’elle a été battue ; à ce propos, comment a-t-on pu admettre, sans l’exclure, que L. Fabius, au moment de la campagne sur la « constitution européenne », fasse campagne pour le non !

Deuxième étape : le débat interne

Le parti doit se reconstruire, à partir de ses militants (je parle des plus anciens), à partir de ses récents adhérents (ceux qui ont désigné notre candidate) et à partir des sympathisants.

Prenons l’exemple de la « Démocratie participative ». Si rapprocher le peuple du monde politique, c’est consulter les gens, je n’ai évidemment rien contre car il n’y a pas de démocratie sans cela, il n’y a pas de sociale démocratie sans cela. Mais il faut ensuite non pas faire des propositions ponctuelles mais faire un véritable programme... Cette consultation doit donc se faire bien avant les élections, de façon quasi continue (les blogs d’internet) mais pas durant les campagnes électorales ! Encore faut-il poser aux militants et sympathisants des questions précises, et consulter en parallèle les experts. Sur ce dernier point, encore faut-il les consulter avant ! L’appui du PS à l’entrée du « principe de précaution » (sans le définir correctement avant) dans le préambule de la Constitution a fait perdre bien des voix de scientifiques. On peut ne pas apprécier C. Allègre, mais on n’a guère vu de scientifique lors de la dernière campagne ; de même, l’utilisation de « conseillers occultes » comme l’ancien dirigeant de Greenpeace-France a fait perdre des voix dans ce milieu. C’est une remarque anecdotique, mais révélatrice d’un certain état d’esprit du PS, et pas seulement de sa candidate.

On pourrait d’ailleurs dire la même chose des syndicats où la CGT a été favorisée par rapport à la CFDT, mais il est vrai que le PS, du moins officiellement, était contre la réforme des retraites ; on en a vu les conséquences sur le vote des retraités...

A partir de ce nouveau débat interne, le PS pourra faire de nouvelles propositions, crédibles donc modérées, mais précises et donc plus faciles à opposer à la démagogie de droite.

Troisième étape : le débat externe

On reproche au président actuel de décider de tout, d’être omniprésent ; mais n’est-ce pas lui le premier qui a compris, enfin, les conséquences de l’élection du président de la République au suffrage universel ; on peut le regretter mais c’est un fait ; on se dirige vers un régime présidentiel !

N. Sarkozy a pris la droite de vitesse en fondant l’UMP ; pourquoi ne pas faire de même à gauche en créant une opposition analogue à l’opposition républicains - démocrates existant aux Etats-Unis ; les Français ne sont pas mûrs pour cela ? Je crois au contraire qu’ils le sont et c’est ce que le 1er tour a démontré en donnant près de 19 % de suffrages à F. Bayrou. D’ailleurs si ce dernier veut réellement quitter la « droite dure », pourquoi ne pas créer un parti démocrate français incluant les militants du PS, des Verts, du Parti radical de gauche, du Mouvement républicain et citoyen et de l’UDF ? Si certains élus de l’UDF (comme du PS d’ailleurs) s’y opposeront, les citoyens, eux, suivront cette initiative, à condition que le programme et les alliances soient clairs ; Il est temps de comprendre, au PS comme à l’UDF, que la coupure droite/gauche existe toujours mais s’est déplacée ; il est temps de comprendre au PS que la victoire ne peut s’obtenir qu’en convainquant les électeurs du centre et non les gauchistes. On ne peut en même temps s’allier aux centristes et faire les yeux doux à José Bové et compagnie...


Moyenne des avis sur cet article :  3.93/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 19 septembre 2007 10:10

    IL doit se débarasser de « Soeur Ségolène Royal » et sa cour et renover la manière du militantisme afin que la société soit vraiment représentative de son électorat.

    Ensuite ils doivent faire des primaires à l’italienne afin que le candidat à l’élection presidentielle dispose de la crédibilité des électeurs de gauche

    Il doit proposer un avenir qui ne soit pas fait de compassion ou de subventionnement de la misère du monde entier mais il doit s’occuper de créer les conditions économiques et sociales d’aradiquer la misère qui touche les travailleurs qui s’appelent aujourd’hui des travaileurs pauvres.

    Bref il doit etre réaliste

    Mais ,ne révons pas,ce qui n’a pas été fait en 5 ans n’a aucune raison de se faire maintenant


    • brieli67 19 septembre 2007 12:03

      que faire ?

      un Congrès et vite ! Laissez filer les sociaux-libéraux et sociaux-démocrates. et s’ouvrir vers les OGN et la Gauche non socialiste.

      Avec Ségo meurt le Delorisme dont son ex était la cheville ouvrière. Des rocardiens.il n’en reste plus qu’un.

      Béré et Jospin ont bossé ont rencontré le Militant dans sa section. Pas besoin de primaires comme aux US ni de se faire imposer quoi que ce soit par les médias !

      Vite vite dégraisser la claque de mère Ségo ou bien qu’ils se donnent la peine de connaître la Gauche Française.

      La République des Instits kidnappée par les Enarques et les Sciences Po. La politique est l’affaire de tous et qu’ on discute...


      • brieli67 19 septembre 2007 12:30

        dans le Ps il n y a pas que DSK et les autres

        http://www.utopia-terre.org depuis 1996 et notre voix se fait de plus en plus entendre ! et les faits sont en notre faveur.

        il n y a pas que le travail et l’argent. retour aux sources de la gauche

        http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article7171

        Osons lire et apprécier des sociologues loin de l’Enarchie constitutionnelle.


      • brieli67 19 septembre 2007 12:57

        ET TAPIE ET MAZARINE ET LE CREDIT LYONNAIS ET LE SANG CONTAMINE ET LES VACCINS ET LES ECOUTES ET LE GIGN

        tout y passera......... table rase du Passé !

        plus de responsables non coupables. Voilà contents !

        et pour ça il NOUS faut un Congrès.


      • LE CHAT LE CHAT 19 septembre 2007 12:24

        Plus grand chose hélas , le malade est en phase terminale, les métastases d’égo virulentes et le pourrissement généralisé . smiley


        • pierrot 19 septembre 2007 13:16

          Que doit faire le PS ?

          Mourrir !

          Pourquoi ?


          • Céphale Céphale 19 septembre 2007 13:35

            Le PS, c’est une grosse machine pilotée mollement. Dire « Que doit faire le PS ? » c’est un peu comme dire « Que doit faire le Titanic ? ». La gauche a besoin d’un vrai chef, capable de se faire craindre et respecter, comme NS.


            • non666 non666 19 septembre 2007 13:49

              A toutes vos questions et interrogations dans cet article , je vais repondre...

              Historiquement, la gauche se decline en une sainte trinité , comme la droite.

              Nous avons une gauche marxiste revolutionnaire qui prend traditionnelement le nom de communiste machin chose. Les trotskistes de tout poil n’etant que des variantes mutantes de cette episotie.

              Nous avons une gauche marxiste reformiste qui prends traditionnelement le nom de parti socialiste.

              Nous avons enfin une gauche non marxiste, plutot sociale democrate qui n’existe pas en France , et c’est bien tout son probleme...

              Il faut dire que pendant 80 années, la racaille gauchiste nous a expliqué sans rire qu’il n’y avait que deux camps :

              1) Ceux qui croient en la lutte des classes, aux lendemains qui chantent, au sens de l’Histoire et qui sont de gauche

              2) Les Autres, les affffreux, « le camps des patrons », mettant dans le meme sac les liberaux, les nationaux, les chretien democrates.

              Et puis patatras, depuis l’effondrement du mur de Berlin et de tous les modeles communistes les gauchistes eux-memes ne croient plus au marxisme...

              Du coup , il ne reste que le « camps des patrons »...

              De plus les seuls qui ont cru sincerement a la sociale democratie, la fameuse motion B de Rocard ou de Delors, ont été egorgé par les leurs... Rappelez vous Fabius, l’assassin Royal de Mitterand poignardant Rocard !

              Alors aujourd’hui, pour eviter de se remettre en cause et de faire leur auto-critique sur les absurdités dans lesquelles ils ont crus, et qu’ils ont propagé, les socialistes voudraient que les autres survivants de l’effondrement de la Gauche se fassent Hara-kiri, pourqu’eux survivent...

              Les radicaux de gauche ne servent a rien nous dit tu en substance, les communistes ne pesent plus rien donc ils doivent disparaitre a « notre profit ».

              Les seuls qui etaient legitimes sur la sociale democratie ont été eliminé par ceux qui s’en reclament aujourd’hui...

              Doit on croire Fabius quand il etait plus a droite que Rocard et travaillait pour le courant A ? Doit on croire Fabius quand il est plus a gauche que Dray, aujourd’hui ?

              Doit on croire segolene quand elle crachait, avec ses petits camarades bien pensant sur le « national-socialiste » Chevenement ? Doit on la croire aujourd’hui quand elle fait une presidentielle sur les thèmes du « Che » , en 2007 ?

              Il n’y en a pas un qui soit resté constant. Le parti lui-meme n’a plus rien de « socialiste » depuis 1981. La seule chose qui reste, c’est la « marque », qui est connue et beneficie d’une certaine notoriété auprès des clients...

              Alors OUI, faute d’avoir eu une ligne claire, des elites INCARNANT des valeurs et n’en chageant pas, au fur et a mesure des sondages, le PS va disparaitre, comme le PC avant lui. Cela ne se fera pas en un jour, mais le PC en a encore, lui aussi pour des années avant que quelqu’un n’eteigne la lumière pour la dernière fois, place du colonel Fabien.

              Et puis il vous reste vos fondamentaux : Le PS est d’abord et surtout le parti des fonctionnaires et celui des colons...

              Sur ces sujets la, vous aurez encore des electeurs pendant quelques années.


              • non666 non666 19 septembre 2007 15:37

                Ne melangeons pas Rocard, qui est un vrai social-democrate, avec DSK , qui est au plus un liberal democrate mais qui est surtout l’Atlantiste et le pro-israelien de service au sein du PS.


              • Jacques 19 septembre 2007 14:02

                Un PS qui reconnaît officiellement que le marché existe, que la mondialisation est un fait : que signifie exactement cette phrase ? Et surtout en quoi la politique d’un PS plus ‘réaliste’ se distinguerait-elle alors réellement d’une politique de droite ?

                Le PS a 2 électorats importants :
                -  L’électorat ‘fonctionnaire’ pour lequel il remplit bien son rôle : il défend leurs acquis (garantie de l’emploi, régimes spéciaux, ...)
                -  L’électorat ‘salarié du privé’ : pour lequel il ne peut rien faire, ces acquis ‘fonctionnaire’, si on est honnête, ne s’appliqueront jamais au privé.

                La seule politique REALISTE pour le PS serait de rééquilibrer ces 2 classes en tirant les acquis sociaux du public vers le bas, afin de pouvoir en redistribuer les gains au privé. Ce qui reviendrait a mécontenter sa base électorale principale. Pour le reste un PS au pouvoir ne pourra et ne fera pas grand chose pour le privé : l’emploi continuera bien évidemment à se précariser et les salaires à baisser au fur et à mesure que la mondialisation prendra de l’ampleur.

                Le PS est clairement dans un cul de sac : il n’est pas crédible en tant que parti des travailleurs en général. Il n’est plus que le parti des intouchés de la mondialisation. Je ne pense pas qu’il ait le courage de se renouveler en de mécontentant la seule base électorale qui lui reste.


                • maxim maxim 19 septembre 2007 14:37

                  que doit faire le PS ????? la corde,le cyanure,une boite entière de Lexomil et une bouteille de Whisky,une injection intraveineuse de potassium ???ne plus lire des albums de Blanche Niaise et ses Nains ???ne plus faire de boulettes avec la croûte rouge de Hollande ( si si essayez ça marche ...)....revendre le stock de sang contaminé à quelqu’un qu’ils n’aiment pas ,élever une basilique sur la Roche de Solutré ( il y avait plein d’illuminés à l’époque qui suivaient le Messie François le bien aimé ...)... qu’est ce qui pourrait faire d’autre maintenant le PS ???au fait qu’est ce c’est le PS ?????


                  • moebius 19 septembre 2007 14:43

                    666...vous avez raison il n’y pas de luttes de classe ceux qui pretendent le contraire sont des menteurs, nions la réalité des combats sociaux. L’harmonie regne partout, nous vivons dans un monde d’amour et de beauté...Que doit faire le PS...jouer de la harpe avec Bayrou... ? la lutte des classes n’est pas une croyance c’est une réalité par contre les lendemains qui chantent sont une croyance quand à l’histoire elle a toujours un sens.


                    • maxim maxim 19 septembre 2007 14:57

                      est ce que l’on pourrait me donner une explication sur le fait que mes commentaires disparaissent ?????


                      • Marie Pierre 19 septembre 2007 15:00

                        @ Maxim,

                        T’écris à l’encre sympathique, c’est la seule raison valable !


                      • maxim maxim 19 septembre 2007 15:41

                        bonjour Marie Pierre ...

                        l’encre sympathique que j’utilise et qui ne se révèle qu’à une certaine température en hérisse peut être certains ....

                        bien à toi ....


                      • moebius 19 septembre 2007 15:06

                        ...contre la mondialisation le PS ne peut rien par contre il peut retirer des sous de la poche des fonctionnaires pour les mettre dans nos poches...c’est là tout ce qu’il peut faire...on croit rever... Contre la mondialisation l’ UMP ne peut rien faire par contre il peut retirer des sous de nos poches pour les mettre dans la poches des trés riches c’est là tout ce que l’UMP peut faire ... Non on ne reve pas


                        • Jacques 23 septembre 2007 11:13

                          L’UMP retire des sous de nos poches pour les mettre dans les poches des trés riches. Ils vivent toujours au temps du marxisme-leninisme nos bobos. On ne sait pas trop s’il faut en rire ou en pleurer. smiley smiley


                        • Mohammed MADJOUR Mohammed 19 septembre 2007 15:56

                          Que doit faire le PS ?

                          EFFACER CET INSOLITE ECRITEAU D’UN AUTRE AGE ET LIBERER LES LOCAUX POUR D’AUTRES UTILISATEURS !

                          Les initiales PS ont trahi le peuple français en faisant longtemps le jeu de sorciers, alors du vent...

                          MOHAMMED.


                          • Maurice-Alain BAILLERGEAU C.D.MAB 19 septembre 2007 17:47

                            A gauche, la voie est claire 1) un parti soc/dem sans concession sur nos valeurs qui devra être leader dans son camp, si ce n’est pas le cas, il faudra militer poury parvenir 2) Alliance au centre (modem) sur des dossiers où cela est possible 3) Alliance à la gauche de la gauche sur d’autres dossiers, si la gauche de la gauche finit par se constituer 4) L’écologie est incorporée à la ligne soc/dem. 5) Arrets des mensonges sur l’international, retour à la réalité des choses et engagement minimum réalisable. 6) Elimination des leaders actuels du PS devenus tous contre-productifs - exiger, par pétition interne, la venue des 30/40 ans leaders


                            • silversamourai silversamourai 19 septembre 2007 18:13

                              ...la lutte de classe ...Mr Sarkozy en est un expert...


                              • Bulgroz 19 septembre 2007 19:39

                                Aux dernières nouvelles, le groupe d’experts du PS animé par François Hollande aurait enfin réussi, grâce à de puissants logiciels, à localiser l’économie de marché. Elle se situerait quelque part entre l’Islande et le Groenland dans un mer infestée de requins.

                                Trop loin donc pour que nous soyons inquiétés,

                                ouf, on a eu chaud !!


                                • brieli67 20 septembre 2007 10:35

                                  UNE AUTRE CONSTITUTION : la sixième République.

                                  Avec la suppression du suffrage universel, le régime devient identique à celui des États du reste de l’Europe... Ces régimes sont plus difficiles à caricaturer pour les médias. Le professionnalisme politique s’impose davantage. Emanant de législatives, la simplification médiatique de l’élection indirecte du Premier ministre est moindre.


                                  • Thomas Thomas 20 septembre 2007 19:29

                                    Jacques, savez-vous qu’il y a désormais dans ce pays un parti politique qui accepte sans état d’âme l’économie de marché tout en reconnaissant la nécessité d’une justice sociale ?

                                    Pourquoi vouloir à tout prix que le PS fasse ce chemin ? Il suffit que les militants et les électeurs le fassent. Ils ont d’ailleurs commencé. Les politiciens les suivront inévitablement.

                                    Laissons l’aile dure et obtuse du PS se regrouper avec l’extrême gauche pour former un parti antilibéral qui, peut-être, recueillera un respectable 10-15% des voix. Démocrates et conservateurs se partageront les 80-85% qui restent.


                                    • Mohamed BOUHOUCH Lecomte 21 septembre 2007 17:14

                                      Ce qui perd actuellement le PS et l’empèche de redécoller,c’est le grand nombre de ses leaders .Chacun des éléphants croit être le seul à détenir la bonne solution et le seul capable de faire gagner le parti. Pour sauver le PS,il faut : 1°) trouver un patron en dehors des éléphants 2°) présenter aux Français un projet valable et crédible,et non pas construire tous les discours sur la critique des projets de l’adversaire. Si S.Royal a perdu,ce n’est pas par le fait qu’elle n’avait pas fait le poids devant Sarkozy,mais plûtot parce qu’elle n’avait pas un projet cohérent et convaincant.


                                      • Mohamed BOUHOUCH Lecomte 21 septembre 2007 19:54

                                        Le départ précipité de Jospin a surpris et déçu la plupart des socialistes français, notamment parmi les jeunes ,lesquels n’arrivent pas encore à lui pardonner d’avoir laché le parti à un moment crucial. Pour les gens d’un certain âge,ceux qui,avant de juger,essaient d’analyser et de comprendre les raisons d’une telle décision,approuvent ou plutot excusent jospin qui a,dit-on ,été trahi par les militants de la gauche qui ont voté pour leurs propres candidats et par la faute des adhérants et sympatisants socialistes qui se sont abstenus au premier tour,sans quoi jamais Le Pen n’aurait été au 2° tour. Durant toute cette période où Jospin s’était éclipsé,qu’ont fait tous les autres dirigeants du parti ,et notamment ces éléphants mâles et femelle ?Rien de positif,sinon de s’être illustré par des courants de pensée opposées les unes aux autres . Il se trouve qu’à l’heure actuelle,il paraît pratiquement impossible d’envisager une solution quelconque pour faire sortir le parti de sa crise. A la question posée que faut-i faire ? je me permets de dire qu’il y a deux solutions : 1°)Attendre le prochain congrès pour désigner non pas un simple secrétaire général,mais un véritable président,leader du parti,derrière lequel tout le monde doit se mettre. 2°)A défaut d’une entente,Jospin doit entamer les démarches et les contacts nécessires avec les cadres qui lui sont restés fidèles,pour la création d’un nouveau parti.Il disposera alars de cinq ans,d’ici 2012,pour présenter un projet aux Français et de les convaincre.


                                        • Julienne 22 septembre 2007 02:18

                                          Félicitations pour votre excellente analyse,pertinente, juste,lucide.OUI,il faut que le couple F.Hollande et son ancienne candidate Ségolène Royal se retirent."Tout perdant devrait avoir l’élégance,comme Mr JOSPIN en 2002 de se retirer...« .Malheureusement,Ségolène Royal n’a pas cette  »élégance",ni la dignité de Mr JOSPIN.Elle s’accroche au POUVOIR comme une « SANGSUE ».ILLUSION PERDUE.Elle n’est pas à la hauteur(« pas de qualités humaines,ni de qualités politiques »)de ce poste de haute responsabilité.Qu’elle se retire,pour laisser la place aux gens plus compétents, honnétes,crédibles,réalistes(les Français ne veulent plus de Ségolène Royal qui a menti,méprisé ses électeurs,et sa politique d’assistanat,laxiste incitant à l’émeute dans les banlieues en cas de sa « non victoire »)pour redresser le PS, rendre ce Parti plus digne,plus respectable.


                                          • Dalziel 23 septembre 2007 11:36

                                            Or, en 2007, la gauche malade ne veut toujours pas reconnaître que l’immigration est un problème majeur de société.

                                            Tout est là : l’incapacité de la gauche, et aussi des gauches européennes, a se positionner d’une manière qui aille dans le sens de ce que souhaitent l’immense majorité des Européens.

                                            Il lui aurait suffi de dire il n’y a pas de solution à ce problème, on ne peut pratiquement rien faire contre l’immigration que c’eût été une porte de sortie acceptable et compréhensible.

                                            Désolé, mais cela, ce n’est pas se positionner d’une manière qui aille dans le sens de ce que souhaitent l’immense majorité des Européens.

                                            A savoir, l’édification d’un barrage efficace contre l’immigration-invasion en provenance du tiers monde.

                                            Ce n’est pas parce que des lois liberticides interdisent de nommer les indésirables, que ça les transforme en hôtes bienvenus.


                                            • Dalziel 23 septembre 2007 11:47

                                              A gauche, la voie est claire 1) un parti soc/dem sans concession sur nos valeurs...

                                              Quand on lit ça, on comprend que les rétablissement n’est pas pour demain, ni même pour après-demain.

                                              Sur la question immigrée, le PS s’est enfermé dans un cul-de-sac, pour des raisons doctrinales que la Raison réprouvait.

                                              Personnellement je ne vois pas comment il peut s’en sortir.

                                              D’autant moins que par un réflexe naturel d’autodéfense, plus il y a d’immigrés exotiques, plus nombreux et plus véhéments sont ceux qui les rejettent.


                                            • Forest Ent Forest Ent 23 septembre 2007 13:14

                                              « le marché existe, la mondialisation est un fait »

                                              Tout le problème est là. Hollande a découvert un peu tard que ce n’est pas le marché qui pose problème, c’est la mondialisation.

                                              La gauche renaîtra quand elle affirmera haut et fort que le marché est inéluctable, mais que la mondialisation telle qu’elle est pratiquée aujourd’hui, est EVITABLE.

                                              Cela l’obligera à reconnaitre qu’elle a fait fausse route jusqu’ici avec l’UE. C’est un peu douloureux. Un changement d’hommes sera utile pour cela.


                                              • Daniel Roux Daniel R 23 septembre 2007 14:27

                                                Comme vous y allez !!

                                                Si c’est pour reprendre les idées du Modem ou de l’UMP, autant que ceux qui les partagent aillent rejoindre Bayrou et Sarko.

                                                Nier la lutte des classes est aussi vain que nier le Marché ou la mondialisation. Ce sont des faits historiques évidents qui n’empêchent pas la réflexion puis l’action politique sur une juste répartition des richesses.

                                                Jospin a commis une erreur en se retirant si brutalement la soir de sa défaite. Il devait mener le combat des législatives sur le thème : L’élection de Chirac est un accident. Donnez-nous la majorité et nous mettrons en place un gouvernement ouvert au centre.

                                                Hélas, son ego démesuré a été le plus fort. Il a pensé :Les français ne me méritent pas. Maintenant, c’est lui qui ne nous mérite plus.

                                                Segolène Royal a été choisie par les militants. Elle était donc légitime mais elle a échoué. Les causes sont évidemment multiples. Celle que je retiens et qui la disqualifie à mes yeux, c’est qu’elle voulait le pouvoir pour le pouvoir, un peu comme Chirac. Les français l’ont perçu, ils lui ont préféré l’autre, celui qui avait réponse à tout et qui disait ce qu’il allait faire.

                                                Hollande a manqué de courage et n’a pas assumé sont devoir de Premier Secrétaire quand il le devait. Il s’est montré faible et cette attitude a conduit les chefs de courant de s’entre-déchirer et ainsi à déchirer le parti.

                                                Qui sera le prochain Premier secrétaire ?

                                                Et pourquoi pas Delanoé ? Non pas qu’il soit le plus socialiste des prétendants, mais s’il conserve la mairie de Paris, c’est le seul qui pourra se prévaloir d’un vrai succès et par conséquent le seul qui pourrait réussir à ressouder le parti pour l’échéance de 2012.

                                                Mais en maintenant Panafieu à Paris, Sarko ne laisse t-il pas croire à un accord secret avec Delanoé ? Je te permets de garder Paris mais tu me laisses tranquille pour 2012.


                                                • frédéric lyon 28 septembre 2007 20:03

                                                  L’union de la gauche recevra le coup de grâce avec l’introduction d’une dose de proportionnelle aux législatives. Proposée par l’UMP avec le soutien de Bayrou.

                                                  Qui va s’y opposer ? le PS, auberge espagnole.

                                                  Pourquoi ?

                                                  Car il sera alors impossible à un Parti, qui fait à peine 30% des voix, de revenir au pouvoir avec le soutien des électeurs de l’extrème gauche au second tour.

                                                  30 % des voix feront environ 30 % de députés et point barre.

                                                  La seule solution pour le PS sera de s’allier au Modem pour aller au gouvernement et de jeter l’extrème gauche et ses thèmes « anti-capitaliste », « anti-sioniste », et « anti-impérialiste » (les thèmes de la « gauche » de Drieu la Rochelle et de Jacques Doriot pendant la guerre) à la poubelle.

                                                  Kouchner, Lang, DSK, Rocard, Allègre et tous les « traitres » montrent la voie.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès