Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Quel avenir pour le MoDem et François Bayrou ?

Quel avenir pour le MoDem et François Bayrou ?

Quel avenir pour le MoDem et François Bayrou après le score à un chiffre de dimanche ? Le piètre résultat des européennes montre non seulement que le centre nouvelle génération ne décolle pas, mais son socle électoral - qu’on pouvait estimer à 10/12% - semble même s’être érodé.

Pour François Bayrou, même s’il va « manger chaud » dans les jours et les semaines qui viennent, rien n’est perdu pour 2012. On l’a déjà vu, un homme du passé, un homme blessé, un homme isolé, un homme oublié peut apparaître tout neuf quelques mois avant l’échéance présidentielle et rafler la mise. 6 mois seulement avant le 1er tour de 1995, Jacques Chirac était au fond des sondages, loin derrière son rival Balladur. Un peu plus tôt dans cette même campagne, les sondages plébiscitaient Jacques Delors, un homme à l’écart du débat national ordinaire et des grosses machines politiciennes. Et que dire de Sarkozy, lui qui parlait un moment de tout abandonner tellement les électeurs semblaient le désavouer après un pari calamiteux en 1995 puis une déculottée européenne en 1999. Aussi, malgré deux échecs successifs à Pau et aux européennes, le scrutin présidentiel de 2012 reste ouvert pour Bayrou, d’autant plus ouvert que la synthèse du PS entre la dissidence mélenchiste et le néolibéralisme de DSK semble de plus en plus périlleuse et que la politique tout feu tout flamme de Sarkozy aura d’ici là consumé un peu plus nos fondations.
 
Donc oui Bayrou conserve toutes ses chances pour l’avenir, mais le MoDem ? Au passage, il serait bien plus confortable pour l’éventuel futur Président de la République – et pour la France ! – qu’il puisse s’appuyer sur une majorité cohérente au parlement… Et bien concernant le Mouvement Démocrate la réponse est simple : il sera un parti du XXIème siècle ou il ne sera pas.
 
De nombreux électeurs viennent de l’exprimer : il faut à la fois faire vite et faire fort pour éviter à la planète – France comprise, Europe comprise – d’être frappée de plus en plus durement par des violences écologiques, économiques et sociales générées par un système qui se révèle apocalyptique pour les générations futures, le système occidental du XXème siècle. Et si le MoDem ne propose rien d’autre qu’un prolongement du XXème siècle, alors il ne sert à rien. Tout le monde sait bien que les écologistes, à eux seuls, n’ont pas une grande crédibilité en matière économique et sociale, mais quand toutes nos ressources naturelles s’épuiseront au cours du siècle, quel système économique et social sera crédible ? L’UMP se maintient car l’appât du gain à court terme efface ces préoccupations, la logique des électeurs UMP c’est de s’adapter à la nouvelle concurrence globalisée pour ne pas décliner, or c’est l’avenir du monde entier qui décline à mesure que les pays émergents se gavent en usant de nos méthodes du XXème siècle, désastreuses pour le climat, la biodiversité, etc… Chez les plus âgés de nos concitoyens (un électorat important pour l’UMP), les paradigmes inédits du XXIème siècle sont d’ailleurs certainement difficiles à intégrer, pourtant la frénésie de croissance par la production va tarir à ce rythme la source de nos économies et des systèmes sociaux qui en dépendent, dont les retraites... Quant aux partis de gauche, dont le PS, l’obsolescence est encore plus flagrante : nous n’en sommes plus au partage des richesses créées par une poignée de pays occidentaux exploitant les ressources du reste du monde, nous en sommes au partage desdites ressources pour garantir sur la planète un minimum de confort à chacun sans ruiner l’avenir des générations futures, comme notre modèle du XXème siècle nous y conduit assurément. En l’état, les électeurs n’ont que le vote vert ou l’abstention pour tirer le signal d’alarme, ils n’ont que ce recours pour secouer les partis, pour que le terme « responsable politique » prenne tout son sens tant notre responsabilité est grande envers les générations futures. Ils demandent un grand parti présentant un projet économique et social adapté aux limites de l’environnement, un projet solide de transition pour les décennies à venir, qui garantisse à la fois un bien-être individuel raisonnable (économie, emploi), l’harmonie entre les hommes (système social, sécurité) et l’harmonie des hommes avec la planète (écologie).
 
Dans ce contexte, la feuille de route pour le MoDem pourrait donc être la suivante :
 
. Bâtir un grand projet de société pour le XXIème siècle ; un projet clair, précis, complet ; un projet pour les décennies à venir et déclinables à toutes les échéances : régionales, présidentielle, législatives, municipales, européennes, …
 
Des idées plus ou moins abouties existent déjà au MoDem, des orientations thématiques commencent à émerger mais c’est encore beaucoup trop flou pour que les électeurs comprennent où veut en venir le MoDem. Un projet politique crédible c’est la proposition d’un parcours et d’une destination identifiable. Et pour être utile ce projet doit garantir un avenir sécurisé à chacun de nos concitoyens.
 
. Se rassembler, s’allier, rejoindre, accueillir tous ceux qui veulent aussi faire une politique du XXIème siècle.
 
Faire une politique du XXIème siècle, c’est également faire fi des clivages du XXème siècle. Le MoDem ne doit rien s’interdire en matière de partenariat politique. Par exemple, pour une échéance précise, le MoDem ne doit pas s’interdire d’effacer son étiquette comme l’ont fait Cohn-Bendit, Eva Joly et José Bové dans leur alliance pour une cause commune. Et ceux du MoDem qui resteraient bloqués dans une pensée du XXème siècle devront s’adapter très vite ou faire le choix plus cohérent d’un autre parti cultivant l’obsolescence.
 
. Exister réellement en tant que mouvement, avec une réelle diversité de visages, d’expressions, d’expériences, de compétences.
 
Un grand parti du XXIème siècle ne peut exister comme l’écurie d’un seul homme, François Bayrou, parce qu’il y a un avenir pour le monde d’ici 2012 et surtout après 2017 ou 2022. Le MoDem présentait près de 150 candidats aux européennes dont certaines personnalités comme Corinne Lepage, Jean-François Kahn, Jean-Luc Bennahmias, … pourtant il n’a été question que d’un homme, même pas candidat : Bayrou, Bayrou, Bayrou. Certes la sortie très attendue de son livre a focalisé l’attention des médias mais lorsqu’au soir du scrutin du 7 juin, dans son allocution, le président du MoDem use à répétition du « je », il illustre bien la problématique d’une ultra-personnalisation très réductrice pour ceux qui l’accompagnent. Aussi François Bayrou devra nécessairement s’effacer dans les semaines à venir, se faire oublier provisoirement pour mieux faire exister le MoDem en tant que grand parti d’avenir, au-delà du simple mandat présidentiel de 2012 à 2017 ou 2022.
 
Enfin il est évident que le MoDem, et en particulier son président, doit s’inscrire dans une démarche constructive et se concentrer sur l’essentiel : son projet. Tous les antagonismes réels ou supposés – les médias, les sondeurs, les attaques politiciennes – doivent être traités avec une classieuse indifférence et non avec une obsession agressive. Ce qui compte c’est l’avenir de nos contemporains et des générations futures, c’est le parcours et la destination qu’attendent des millions d’électeurs. Il nous faut ce grand parti innovant et vigoureux dans sa proposition d’un grand projet nouveau de société, un projet à la hauteur des enjeux colossaux de ce siècle, et les électeurs seront de plus en plus nombreux à l’exprimer. Le Mouvement Démocrate aura de l’avenir si, et seulement si, il devient ce grand parti là.
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.93/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 9 juin 2009 14:50

    Bayrou et la manipulation des sondages

    Chacun se souviendra que François Bayrou a annoncé qu’il révélerait les preuves de la manipulation médiatique, causée par les instituts de sondage, dont lui et son parti auraient été les victimes.

    Je lui ai donc écrit afin de lui demander de nous fournir les preuves qu’il détient.

    J’invite chaque lecteur à lui envoyer le même message (ci-dessous).

    QUOTE

    Manipulation médiatique
     
    De :
    « Jean-Pierre Llabrés » <Jean-Pierre.Llabres@laposte.net>
    À :
    fbayrou@assemblee-nationale.fr, f.bayrou@lesdemocrates.fr
     
    Date : Aujourd’hui 12:07:13

    Cher Monsieur Bayrou,

    Quand allez-vous nous révéler les preuves de la manipulation des sondages que vous nous promettiez avant les élections européennes ?

    Vous abstenir vous décribiliserait totalement.
     

    Bien cordialement,
     —
    Jean-Pierre Llabrés

    UNQUOTE


    • Yann 35 Yann 35 9 juin 2009 16:08

      Il avait bien précisé « si le résultat de dimanche est autre que celui annoncé », autrement dit si la poussé écologiste ne s’était pas traduite dans les urnes, les « ajustements techniques » des sondeurs (que tous les initiés connaissent) auraient pu révéler une tentative de manipulation par la création artificielle d’une tendance, dans ce cas il aurait fallu expliquer cette méthode aux français pour qu’ils relativisent les données des sondages. Ce n’est pas le cas, les sondeurs avaient vu juste dans la tendance donc leurs ajustements n’ont pas à être remis en cause dans cette campagne et je crois que Bayrou n’est pas prêt de reparler du travail des sondeurs, sauf si le résultat d’une prochaine élection vient à révéler une anomalie grossière (comme Le Pen devant Bayrou en 2007 ou Jospin devant Le Pen en 2002).


    • COLRE COLRE 9 juin 2009 16:21

      FAUX : les sondeurs se sont (curieusement…) trompés !

      - Le PS était à 20/22 et non à 16 !! 4 à 6 points d’écart
      - Le modem était à 14, au niveau des Verts, et non à 8,5 !! (encore 4 à 6 points d’écart).

      - Quand à l’UMP, on nous a fait croire qu’il descendait à 25 ou moins…(encore 3 à 4 points)

      Bizarre bizarre, non ?
      On sait très bien que Sarko ne voulait surtout pas réveiller les socialistes et les centristes de Bayrou, il fallait donc que leurs scores soient gonflés… et les siens diminués.

      Pourquoi personne ne s’est scandalisé des erreurs grossières des sondages ??


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 9 juin 2009 16:27

      à Yann 35

      « Il avait bien précisé « si le résultat de dimanche est autre que celui annoncé » »

      Dans le cadre de son accusation contre les sondeurs, en vue de sa victimisation pré-électorale, il lui fallait bien prendre cette précaution oratoire afin, post-électoralement, de n’avoir pas à rendre des comptes sur son accusation.

      Cela ne doit pas nous empêcher de les lui demander ! ! !


    • Yann 35 Yann 35 9 juin 2009 17:26

      J’ai dit que les sondeurs avaient vu juste dans la tendance des tous derniers jours mais là aussi les initiés savent que la marge d’erreur peut aboutir à des surprises relatives dans les scores et dans l’ordre d’arrivée. Par exemple un sondage TNS Sofres/Logica paru le vendredi 5 juin indiquait un maintient de l’UMP, Europe Écologie qui grimpe, le PS à la baisse et le MoDem également, ce qui s’est confirmé lors du scrutin.

      http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/politique/20090605.FAP6358/sondage_ lump_en_tete_devant_le_ps_et_les_listes_europe_.html


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 26 juin 2009 08:53
      Bayrou : décrédibilisé, lâche et menteur ! ! !

      Retour sur la manipulation médiatique tentée par Bayrou

       
      De :
      « Jean-Pierre Llabrés » <Jean-Pierre.Llabres@laposte.net>
      À :
      fbayrou@assemblee-nationale.fr, f.bayrou@lesdemocrates.fr
      Date : 16 juin 2009, 11:24
       
      I) Premier courriel du mardi 9 juin 2009, 12h07.

      Cher Monsieur Bayrou,

      Quand allez-vous nous révéler les preuves de la manipulation des sondages
      que vous nous promettiez avant les élections européennes ?

      Vous abstenir vous décrédibiliserait totalement.

      Bien cordialement,

      — 
      Jean-Pierre Llabrés
       ===============
       Il faut penser en héros pour, simplement, se comporter en être humain digne de ce nom.
       May Sarton.
       ===============
       
      II ) Deuxième courriel du mardi 16 juin 2009, 11h24

      Cher Monsieur Bayrou,

      Vous n’avez pas daigné répondre à mon courriel ci-dessus. J’en tire une première conclusion : votre silence est la preuve d’une insigne lâcheté.

      Quant à la seconde conclusion, elle implique un retour en arrière.

      Le 5 juin, Richard Robert écrivait, sur « slate.fr » :
       le "4 juin, intervenant sur France Inter à trois jours des élections européennes, François Bayrou fustigeait les sondages qui signalent en cette fin de campagne un repli du Mouvement démocrate. « Il y a une manipulation de la vie politique par les sondages », expliquait-il, réagissant à une enquête selon laquelle la liste Europe Écologie menée par Daniel Cohn-Bendit ravirait la troisième place au MoDem. Si le scrutin montre « que cette affaire était une vaste entreprise pour essayer de créer un courant, ou en tout cas des mouvements d’opinion qui n’existent pas en réalité (...) je dirai tout ce que je sais des sondages et des manipulations. Et je dirai qui et je dirai comment », a-t-il ajouté. « S’il y a au pouvoir, ou proche du pouvoir, des gens qui sont les grands organisateurs de tout cela, alors il va falloir que l’on regarde de près et que la démocratie se défende. »

      On notera votre précaution oratoire :
       "Si le scrutin montre « que cette affaire était une vaste entreprise pour essayer de créer un courant, ou en tout cas des mouvements d’opinion qui n’existent pas en réalité (...) je dirai tout ce que je sais des sondages et des manipulations. Et je dirai qui et je dirai comment ».

      Dans le cadre de votre accusation contre les sondeurs, en vue de votre victimisation pré-électorale, il vous fallait bien prendre cette précaution oratoire afin, post-électoralement, de n’avoir pas à rendre de comptes sur votre accusation.

      Le scrutin du 7 juin a bien confirmé la tendance des sondages et vous êtes piteusement resté silencieux. Pas tout à fait silencieux, cependant, car, selon « Rue 89 », "François Bayrou a été jusqu’à appeler Brice Teinturier, directeur adjoint de la TNS Sofres, pour reconnaître que ses soupçons contre les sondages étaient « infondés ».

      Beaucoup pensent que vos excuses à Brice Teinturier closent cette affaire.
      Je ne partage absolument pas ce point de vue.

      En effet, le 4 juin, vous affirmiez disposer de preuves relatives aux sondages et aux manipulations.
      Le scrutin n’a aucunement détruit ces preuves.
      Ces preuves, vous les déteniez encore le lendemain du scrutin et rien ne vous interdisait de les révéler.

      Vous vous êtes refusé à cette révélation. Non parce qu’elle aurait été inopportune mais parce que, tout simplement, vos prétendues preuves du 4 juin n’ont jamais existé !

      Ma seconde conclusion est donc que vous êtes un fieffé menteur ! ! !

      Bien cordialement,

      — 
      Jean-Pierre Llabrés
       ===============
       Il faut penser en héros pour, simplement, se comporter en être humain digne de ce nom.
       May Sarton.
       ===============
      III) mardi 23 juin 2009, 11h00
       
      En vertu du principe selon lequel « qui ne dit mot consent », l’obstiné silence de Bayrou légitime la publication de mes courriels.

    • Polemikvictor Polemikvictor 9 juin 2009 16:10

      S’interesser au Modem ! Cela ne peut etre le fait que d’un pervers nécrophyle.
      Qui va denoncer cela ?


      • bernard29 bernard29 9 juin 2009 16:49

         « une classieuse indifférence » risque de nous engourdir.


        • Yann 35 Yann 35 9 juin 2009 17:32

          Vaut mieux s’engourdir sur l’accessoire parfois irrationnel et se concentrer au débat sur les solutions proposées face à nos problèmes du quotidien et de l’avenir.


        • alcyon 10 juin 2009 10:30

          Oui je partage entièrement votre point de vue, à la condition qu’il y a un changement de ligne politique et un partage des rôles au niveau de la direction.


          • LE CHAT LE CHAT 10 juin 2009 12:05

            L’avenir pour lui est quelque part avec son tracteur au fond du Bearn . Les gens ont bien compris qu’il est rongé uniquement par l’ambition personelle et le goût du pouvoir !
            ses nouveaux amis vont bientôt le lacher , Benhamias et Corinne Lepage vont pas continuer à bouffer des couleuvres pour ce type !


            • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 10 juin 2009 12:23

              D’ici 2012 faudra surtout compter les délocalisations dans les pays de l’Est !


              @+ P@py


              • Yohan Yohan 10 juin 2009 13:05

                Le départ de Quitterie Delmas avant les élections augurait du malaise confirmé par le scrutin. Le MODEM est à l’image de ses concurrents, englués dans leurs petit calculs d’appareil électoraux. Il n’a pas retenu les leçons du passé, a deçu ses militants et sympatisants, et n’a pas su, comme d’habitde, retenir les valeurs montantes et ceux qui s’activent sur le terrain. C’est décevant....Ce qui avait suscité un espoir de renouveau dans la vie politique, s’est évanoui.


                • pendragon 10 juin 2009 13:36

                  Aucun avenir et aucun présent.


                  • HASSELMANN 10 juin 2009 14:03

                    Bonne analyse, et un simple rappel, le mouvement qui synthétise tout cela existe et depuis longtemps : CAP 21 (Citoyenneté action participation pour le 21e siècle).On ne peut mieux dire !
                    Fondé par Corinne LEPAGE, CAP21 porte la majeure partie des forces de propositions qui alimentent le MODEM, pour avoir en retour la portion congrue au niveau des instances.
                    Congrés CAP21 le 20 juin prochain a ANGERS, des leçons seront tirées, et des suites données.Les nombreux citoyens internautes (ou pas) qui pensent que la conscience de la terre (terminologie moins galvaudée que ECOLOGIE) doit être la loi fondamentale,Que ce pré-requis doit être servi par le non cumul des mandats,et un nouveau référentiel de valeurs, moteur d’un modéle économique, transparent et vertueux, que ces citoyens suivent l’actualité ils trouveront peut être enfin un espace pour s’investir.
                    LIBR’ACTEURS (www.libracteurs.fr) compte en ses rangs de nombreux membres de CAP21 ce n’est pas une coincidence !!!


                    • Hibou Provence 13 juin 2009 12:15

                      Bayrou n’est plus crédible et, lorsqu’il s’érige en défenseur des droits et de la démocratie, il ne le fait que pour sa propre pub et il semble que les violences préparées, ressassées et mises en réserves comme du congelé, puis réchauffées par les spots de plateau de télévision ou ceux des élections soient une spécialité MODEM ; cela s’est déjà fait :

                      A Marseille deux adhérents ont été frappés, de manière répétée et délibérée, 2 jours de suite, par De Peretti (d’Aix en Provence) que Bayrou a ensuite confirmé dans ses fonctions de juge du Tribunal interne du MODEM. Bayrou s’est en plus opposé à ce que ce Tribunal interne examine le recours dont ce tribunal a été saisi.

                      Benhamias, Député  Européen (Marseille), témoin des faits, Vice-Président du MODEM et de nouveau candidat, s’est gardé d’intervenir et a laissé faire De Peretti. Ce dernier voulait se venger de ce qu’ils avaient dénoncé ses magouilles à Bayrou et comme au MODEM c’est la loi du silence, l’omerta, Bayou lui-même veut étouffer l’affaire. Mais il y a eu plainte, avec une ITT c’est donc à suivre.

                      Cela est rapporté, notamment, dans :

                       

                      http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/un-abus-de-pouvoir-au-modem-55775 et : http://fantomette.hautetfort.com/

                      Qui donneront les liens vers d’autres articles et blogs

                       

                      Le Mouvement Démocrate et son appareil n’aime ni la contestation ni la contradiction, les sondages révélant la fragilité de l’idole sont donc inacceptables. Bayrou n’ est donc pas le premier du MODEM qui est incapable de se contrôler, mais pour un prétendant Président de la République c’est inquiétant . A l’intérieur de son parti qu’il a nommé démocrate les 3/4 des adhérents qui lui avaient fait confiance pour la présidentielle, et avaient adhéré, sont partis ! Dégoûtés du manque de démocratie interne, ayant le sentiment d’avoir été abusés par des discours habiles, l’affirmation de beaux principes, de valeurs, d’humanisme et de démocratie etc … démentis par les réalités qu’ils ont constaté à l’intérieur

                      Alors les intentions, promesses, valeurs et principes de Bayrou et son « humanisme »...... Même lui s’assied dessus, comme sur les statuts de son parti.

                      Il ne pense qu’à la prochaine présidentielle, mais il n’est plus crédible.

                      Madame Eva Joly a eu de bonnes raisons de ne pas faire confiance à ces gens là ….. !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Yann 35

Yann 35
Voir ses articles







Palmarès