Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Quel projet politique pour l’UDI ?

Quel projet politique pour l’UDI ?

Europe politique, décentralisation, réformes économiques et sociales, restauration de l’esprit républicain et de la laïcité, voici les points forts du projet du "Centre conquérant" que porte Jean-Christophe Lagarde, candidat favori à la présidence de l’UDI.



À l’issue d’un bureau politique réuni le 21 octobre 2014 soir, le Parti radical présidé par le maire de Nancy, Laurent Hénart, a apporté à « une écrasante majorité » son soutien à la candidature de Jean-Christophe Lagarde à la présidence de l’UDI. Avant le retrait de Jean-Louis Borloo, Laurent Hénart et Jean-Christophe Lagarde étaient tous les deux secrétaires généraux de l’UDI.

Depuis l’été, l’Union des démocrates et indépendants (UDI) est en effet en pleine campagne interne pour se choisir un nouveau président qui succédera à Jean-Louis Borloo. Les résultats du premier tour du 16 octobre 2014 ont qualifié Jean-Christophe Lagarde et Hervé Morin pour le second tour dont les résultats seront connus le 13 novembre 2014 (vote par correspondance du 29 octobre au 13 novembre). Le premier connaît une avance en voix sur le second et est passé, au fil de cette campagne, de challenger à favori par sa capacité à rassembler l’ensemble des composantes de l’UDI.


Un homme indépendant

Jean-Christophe Lagarde, qui fut l’un des très rares parlementaires centristes à voter non au référendum sur le Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005 et à la ratification du Traité de Lisbonne le 4 février 2008, et qui est en train de déposer une proposition de loi pour retirer la nationalité française à ceux qui, binationaux, reviendraient en France après avoir été formé au jihadisme, nourrit son indépendance d’esprit et la capacité à l’être, ne devant à personne d’autre que lui-même ses mandats de député-maire de Drancy. Il a également voté la loi sur le mariage gay.

yartiUDI2014D03


Au-delà des personnes, il y a le projet politique, des valeurs et des idées. Les idées du Centre en France ont rarement été appliquées même si elles ont été souvent pillées à droite ou à gauche. Parce que Jean-Christophe Lagarde ne veut plus d’un centre à la remorque d’une autre formation politique, cinquième d’un carrosse, il souhaite proposer des mesures fortes qui redonnerait de l’oxygène à la vie nationale, que je me propose de présenter ici succinctement.


Les valeurs du Centre au fil de l’histoire

Historiquement, les idées du centrisme (issues des deux branches, laïques pour les radicaux et personnalistes pour les démocrates-chrétiens) ont toujours misé sur la primauté de la personne sur toute autre considération, son respect, sa protection, son épanouissement.

Cet humanisme s’est traduit après la guerre par la construction européenne qui est l’organisation indispensable pour assurer au continent européen la stabilité et la paix, une union qui n’est pas parfaite, loin de là, mais que certains démagogues irresponsables voudraient rejeter aujourd’hui au lieu de contribuer à son amélioration, prêts à détruire trois générations d’efforts parfois difficiles de paix et d’unité, une opportunité ponctuelle qui risque de ne plus se retrouver dans l’histoire des peuples.

Cet humanisme se traduit aussi par une volonté de décentralisation, avec pour principe essentiel (un peu malmené), celui de la subsidiarité, à savoir, mettre les niveaux de décision au plus près possible du terrain. En favorisant donc les collectivités territoriales (à réformer par ailleurs) sans rejeter l’État qui est le garant de l’esprit républicain et du vivre ensemble.

Enfin, plus récemment apparue dans l’expression politique (depuis une quinzaine d’années), la protection de l’environnement devient un élément majeur du vivre ensemble, et Jean-Louis Borloo est sans doute le ministre qui a fait le plus d’avancées concrètes dans ce domaine dans toute l’histoire de la République.


S’adapter à la globalisation des échanges

Parallèlement à ces valeurs, les mesures économique doivent s’adapter à l’indispensable protection des personnes mais aussi à la globalisation des échanges qui nécessite de faire un choix essentiel : veut-on une économie fermée, proche de la soviétisation, ou une économie ouverte, qui permet de vendre de la confiture de quetsche à Sydney ou d’acheter un livre iranien très rare sur un site Internet ? La question a déjà sa réponse depuis une vingtaine d’années : les consommateurs français, peut-être plus que d’autres pays, ont clairement plébiscité l’économie ouverte par leurs habitudes d’achat.

Le Centre refuse évidemment le principe d’une nation repliée sur elle-même car elle ne permettrait pas l’épanouissement de ses citoyens qui ont droit à la libre circulation des biens et des personnes.

Depuis trente-trois ans, l’UMP et le PS se sont alternés au pouvoir, reprenant parfois quelques idées centristes sans forcément les appliquer dans leur esprit, quelquefois avec la participation au gouvernement de quelques centristes dont le poids politique n’a jamais été suffisant pour avoir une influence déterminante dans la conduite de la politique de la nation : « Quelques-uns de nos amis ont parfois participé au pouvoir, mais force est de constater qu’ils étaient réduits à être les bons ouvriers d’une politique qui n’était pas la nôtre… ».


Esquisse du projet politique de l’UDI

Jean-Christophe Lagarde propose ainsi que l’UDI reprenne le leadership de l’alternance pour enfin être en mesure de gouverner selon ses valeurs et leurs cohérences dans l’action publique : « Notre ambition était affichée dès les premiers jours : faire de l’UDI la première force politique de notre pays et conduire la prochaine alternance » avec pour objectif « d’offrir aux Français un chemin d’espoir et de conquérir leur confiance pour exercer nous-mêmes le pouvoir ».

Plus concrètement, voici les principaux points du projet politique.

1. Sur l’Europe

Les centristes sont particulièrement hostiles à l’Europe telle qu’elle s’est engagée depuis une vingtaine d’années, notamment parce qu’elle n’est qu’économique, focalisée sur des indicateurs de gestion et sans perspective pour les peuples. La politique sur la concurrence va à l’encontre des valeurs du Centre qui privilégient plutôt la solidarité à l’intérieur de l’Europe pour se renforcer à l’extérieur de l’Europe.

La situation est telle qu’il est nécessaire de se fédérer en une seule puissance, la première au monde actuellement, pour faire face économiquement à des puissances comme le Chine ou l’Inde.

La souveraineté nationale ne peut se reconquérir que par l’intermédiaire d’une gouvernance économique de la zone euro avec une Europe à deux étages, l’une, actuelle, économique, et l’autre, pour les pays avancés, avec un étage politique, comme le propose aussi Valéry Giscard d’Estaing.

Ceux qui veulent moins d’Europe se trompent ou trompent les Français sur la capacité d’un pays comme la France à survivre au milieu des nouvelles superpuissances mondiales. Ils sont les antipatriotes de la France prêts à l’asphyxier dans un repli mortel. L’avenir national de la France ne peut passer qu’au sein d’une Europe forte et à l’aide d’une économie assainie pour être un pays qui tire et pas, comme aujourd’hui, un pays qui plombe la croissance européenne.

2. Sur l’économie nationale

Des réformes essentielles, qui ont toujours été repoussées depuis vingt ans au gré des clientélismes et des élections, doivent être mises en œuvre pour d’une part, sauver notre modèle social, c’est-à-dire le rendre à nouveau viable (c’est-à-dire sans déficit de fonctionnement permanent), d’autre part, réduire les freins à l’initiative économique (simplifier la vie des entreprises, moins protéger l’emploi pour mieux protéger les employés, etc.).

Cela passe aussi par une refonte fiscale qui restaure l’équité de tous les citoyens devant l’impôt et qui rend notre système fiscal compétitif par rapport aux autres pays européens. Par exemple, réduire l’imposition des PME, défiscaliser tout ce qui a trait à la recherche et développement, et rendre les impôts locaux dépendants des ressources des familles.

L’organisation territoriale ne doit pas se cuisiner sans un cahier des charges précis : les objectifs doivent être clairement fixés. Il s’agit de tisser le territoire pour renforcer l’efficacité économique, garantir la proximité avec les citoyens, et préserver la spécificité de chaque territoire, dans la concertation.

Toutes ces réformes ne peuvent évidemment réussir que si une grande partie de la population est impliquée dans son élaboration et dans son application. Elles ne peuvent donc pas être réalisées avec le consentement de seulement un Français sur dix contre les neuf autres : « Nous devons faire du mouvement mutualiste l’architecte de la reconstruction de notre protection sociale privilégiant le contrat à la loi, garantissant l’équilibre entre la sécurité et la responsabilité. ».

3. Sur le développement durable

Toute action doit être pensée dans le sens de réduire la consommation d’énergie, de créer des nouvelles formes d’énergie durable, et de considérer l’écologie « comme un nouveau moteur de croissance, et non comme une punition ».

4. Sur le vivre ensemble

C’est sans doute une valeur essentielle que le Centre défend, celui de l’esprit républicain. Aujourd’hui, il doit se comprendre par une laïcité républicaine « pour lutter contre la résurgence des intolérances et des tensions religieuses ».

« Face au libéralisme et au socialisme, l’UDI doit être le fer de lance de l’humanisme et du solidarisme contre l’individualisme forcené qui détruit nos sociétés. »

L’une des pierres angulaires du vivre ensemble, c’est évidemment l’école : « Nous devons rendre son école à notre République et qu’elle renoue avec son ascenseur social. Plutôt que le sempiternel débat sur les moyens et les effectifs, nous devons repenser la place de l’école dans la société, adapter les rythmes scolaires au seul bénéfice des enfants et non pas des adultes. ».


Un projet qui sera bâti collectivement

Ces grands axes ne sont pas exhaustifs et l’UDI s’est donné deux ans pour bâtir un véritable programme politique dans l’optique de 2017. Jean-Christophe Lagarde propose même un vote électronique régulier des adhérents de l’UDI pour décider de la position officielle de l’UDI sur les sujets importants.

Vu le contexte actuel laissant entendre que Marine Le Pen serait présente au second tour de l’élection présidentielle de 2017, il n’est d’autant pas évident qu’un candidat centriste soit présent qu’à l’exception éventuelle de François Bayrou, aucune personnalité centriste ne serait en mesure, en 2017, de conquérir l’Élysée. Or, une candidature de témoignage pourrait hypothéquer les chances de l’alternance.


Et la présidentielle de 2017 ?

L’une des questions stratégiques qui se posera à l’UDI sera donc ses relations avec l’UMP, son degré d’indépendance, son degré d’alliance et le deal qu’il faudra bien nouer en incluant l’élection présidentielle et les investitures aux élections législatives. En ce sens, Jean-Christophe Lagarde paraît plus crédible pour négocier au mieux avec l’UMP.

yartiUDI2014D02


C’est la raison pour laquelle, candidat malheureux du premier tour, Yves Jégo a décidé de le soutenir le 19 octobre 2014, au même titre que le Parti radical, Jean-Marie Bockel et Chantal Jouanno : « Nous incarnons la seule alternative républicaine à une gauche socialiste et une droite conservatrice qui ont beaucoup déçu et ne retrouvent pas la confiance des Français. » ("Le Figaro").

Yves Jégo ne peut être plus clair : « [Hervé Morin] a d’ores et déjà expliqué que le candidat de l’UDI à la présidentielle [de 2017] serait extérieur à l’UDI. Il a cité les noms d’Alain Juppé, de François Bayrou, de François Fillon… Ce sont tous des personnes très honorables. Mais la vocation de l’UDI est de défendre son propre projet porté par son candidat. Il est en tout cas beaucoup trop tôt pour renoncer par avance à l’élection présidentielle. ».

Nul doute que Jean-Christophe Lagarde saura engager avec fermeté la discussion avec l’UMP en exploitant au mieux les succès électoraux de l’UDI en 2014…


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (22 octobre 2014)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
L'UDI en piste pour la rénovation (18 octobre 2014).
Le plus d'Europe de Valéry Giscard d'Estaing (10 octobre 2014).
Résultats du premier tour de l'élection du président de l'UDI (16 octobre 2014).
L'après-Borloo (1).
L'après-Borloo (2).

Jean-Louis Borloo.
François Bayrou.
L’alliance UDI-MoDem.
La création de l’UDI.
La famille centriste.
Les listes centristes aux européennes de 2014.
Résultats des européennes de 2014.
Jean-Christophe Lagarde.
Hervé Morin.
Le Nouveau centre.
Laurent Hénart.
Rama Yade.
Radicaux de gauche.

Candidature de Jean-Christophe Lagarde.
Candidature d’Hervé Morin.


yartiUDI2014A07

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.47/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Gnostic GNOSTIC 22 octobre 2014 10:08

    ENCORE ????????

     smiley smiley smiley smiley :->


    • howahkan howahkan Hotah 22 octobre 2014 10:22

      le projet ? plein les poches smiley


      • ETIENNE 23 octobre 2014 07:25

        des diamants plein les poches comme Meyer Habib


      • zygzornifle zygzornifle 22 octobre 2014 10:35

        Encore un qui n’en n’a pas assez ......


        • Dzan 22 octobre 2014 10:55

          Quand l’agité de Neuilly, va siffler, le caniche Lagarde et ses potes, se précipiteront dans ses filets pour des prébendes.


          • Michel DROUET Michel DROUET 22 octobre 2014 12:10

            Quel projet politique pour l’UDI ?
            Faire comme les radicaux de gauche avec le PS : des postes, des mandats et pas de réformes susceptibles de toucher les fiefs électoraux.


            • Il semble qu’à la différence d’Hervé Morin, JC Lagarde a fait la campagne de Sarkozy en 2012 !


              • Michel DROUET Michel DROUET 22 octobre 2014 13:12

                Ce qui explique qu’il est arrivé en tête pour la présidence de l’UDI  : UDI et UMP = même cuisine électorale


              • nation 22 octobre 2014 14:00

                Morin ou Lagarde c’est l’aveugle et le paralytique ou la carpe et le lapin ou le borgne et l’aveugle. Avec une telle brochette la France est sauvée...................


                • foufouille foufouille 22 octobre 2014 14:21

                  un strapontin pour sylvain


                  • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 22 octobre 2014 18:48

                    Le titre et l’image font vraiment bander. Non je déconne. 


                    • Xenozoid Xenozoid 22 octobre 2014 19:05

                      encore ?, ils en ont pas marre les esclave d’avoire le choix dans le non choix ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès