Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Quelle mouche les a donc piqués ?

Quelle mouche les a donc piqués ?

Attention ! Je n'aborde pas ici la question de la régularisation des sans papier :

les lois existent et quand des personnes arrivent en France et demandent le statut de réfugié et s'ils en ont besoin ils sont hébergés durant toute la période -très courte- que dure la procédure.

La Municipalité de Rubelles en Seine et Marne non contente de ne pas appliquer la loi dépose un recours contre la décision préfectorale. Du jamais vu !

Le Conseil municipal de Rubelles a osé voté le principe d'un recours contre la décision préfectorale contraignant d'appliquer la loi, c'est à dire d'inscrire les enfants étrangers à l'école.
Non contente d'avoir laissé pendant huit mois des enfants non scolarisés, la Municipalité de Rubelles, au lieu de faire profil bas, déclare par la voix du maire Jacques . « Nous étudions avec l’avocat de la commune la possibilité ou non de déposer un référé au tribunal !?
C'est le monde à l'envers ! Le coupable devient le plaignant : alors que la commune se devait de scolariser ces 18 enfants hébergés avec leurs familles sur le périmètre communal, elle envisage de se pourvoir en justice ?

Faut-il rappeler, comme l'explique Hervé Brun, conseiller vie scolaire du 1er degré« L’inspection académique a mis des moyens à disposition de l’école en fonction des besoins des enfants, contrairement à ce que veut bien dire le maire. Deux enseignants du dispositif Clin (N. D. L. R. : classes d’initiation pour les enfants non francophones) interviennent à l’école à raison de 4 h 30 par enfant chaque semaine. Les enfants ont été préalablement évalués et nous répondons en conséquence. La plupart avaient un niveau scolaire excellent dans leur pays, certain vont passer au collège, aucun ne posent problème. En septembre tout restera en place. »

Que la commune ne se plaigne pas du coût des fournitures scolaires, c'est la traduction de la loi et elle s'applique à tous ; les enfants quelles que soient leurs nationalités et leurs origines doivent être scolarisés dans leur commune de résidence  !

Notre association, le CDAFAL 77 connaît bien ces familles de Rubelles qui sont hébergées dans des hôtels...Plusieurs adultes assistent aux cours de français que nous organisons et ces hommes et ces femmes, particulièrement assidues souhaitent être intégrées et respectent les lois de la République...
L'image de la République que leur renvoie le Conseil Municipal n'est pas conforme aux principes républicains !
Nous ne pouvons que soutenir l'appel indigné du Réseau Education Sans Frontière et partageons l'avis de Monsieur Kerbanne :
 « Cette décision ( celle du Conseil Municipal) est complètement déplacée compte tenu du préjudice subi par ces enfants. C’est le monde à l’envers, nous allons demander une enquête administrative pour comprendre comment la situation a-t-elle pu perdurer pendant plus de huit mois, alors que les plus hautes instances étaient au courant.”

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  3.42/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 8 août 2012 09:37

    Etonnant que des établissements privés ne se soient pas proposés pour scolariser ces enfants... !


    • Lamouet 8 août 2012 11:02

      « Attention ! Je n’aborde pas ici la question de la régularisation des sans papier :les lois existent et quand des personnes arrivent en France et demandent le statut de réfugié et s’ils en ont besoin ils sont hébergés durant toute la période -très courte- que dure la procédure.


       »Les livres VII et VIII du CESEDA prévoient que les étrangers qui justifient éprouver certaines craintes dans leur pays d’origine peuvent bénéficier d’un statut particulier leur permettant l’accès au droit d’asile en France"

      Les lois existent et sont régulièrement contournées. L’immense majorité des immigrés n’éprouvent aucune crainte politique dans leur pays d’origine et n’ont donc pas à bénéficier du droit d’asile. Ils viennent pour des raisons strictement financières.

      Quant aux enfants, dans cette situation particulière, peut-être faudrait-il s’interroger sur la responsabilité de leurs parents qui arrivent avec toute la famille sans s’être, avant le départ de leurs pays d’origine, renseignés sur les conditions d’accueil et en particulier du droit d’asile spécifiquement réservé aux étrangers dont la vie est en danger dans leurs pays.


      • epicure 8 août 2012 18:40

        Pour les vrais réfugiés politiques, on peut s’interroger quand on est assis bien au chaud derrière son ordinateur, mais pas forcément quand on a une police répressive, des milices ou des terroristes qui vous menacent ou qui vous poursuivent.

        Et puis pour les autres il y en a qui viennent dans un pays parce qu’il y a un frère, cousin, voisin, ami, etc... qui a émigré dans ce pays, et du coup les autres suivent.
        Souvent les gens fuient la misère, ils pensent qu’en europe (ou en amérique) ce sera forcément mieux car ce sont des pays riches.
        Les émigrés ne sont pas des touristes, en général ils ne préparent pas leur voyage, ils émigrent en espérant des jours meilleurs.
        Surtout que dans cette histoire, ce ne sont pas les réfugiés qui sont en cause, mais bien la mairie qui n’applique aps la loi et se défausse de ses obligations.


      • Liline 10 août 2012 17:04

        Le statut de réfugié n’est pas si avantageux que cela pour celui qui n’est pas menacé dans son pays d’origine. En effet, l’asile implique l’interdiction ( ce qui est logique) de se rendre dans son pays d’origine. Imaginez l’impossibilité d’aller voir vos proches à l’hôpital s’ils sont malades ou à leur enterrement en cas de décès... on l’accepte avec résignation quand on sait qu’on craint pour sa vie ou sa liberté, mais moins si on cherchait le soi-disant « bon plan » pour avoir des papiers.
        Quoi qu’il en soit, priver des enfants de scolarité est scandaleux et j’espère bien que ces enfants pourront enfin retrouver le chemin de l’école à la rentrée.


      • Spip Spip 8 août 2012 11:14

        Ne connaissant pas le contexte politique local, j’ai fait une petite recherche sur le Net. Résultat : rien, pas d’info permettant de situer le maire Jacques Baumann. Droite, Gauche, Centre ? Ou tout simplement « Not In My Garden » ... ?

        @ Lamouet

        Comme a prévenu l’auteur, il ne s’agit pas du (vaste) problème des sans papiers mais de scolarisation d’enfants. Après, les mêmes qui font obstruction stigmatiseront ces jeunes qui traînent dans les rues, désoeuvrés...


        • CHALOT CHALOT 8 août 2012 11:24

          Le Maire de cette commune est à droite, à droite, toute !


          • gordon71 gordon71 8 août 2012 12:55

            Salut Chalot 


            Lyon dégage les Roms de ses terrains vagues ..

            elle est surement passée à droite

             smiley

          • ZenZoe ZenZoe 8 août 2012 11:41

            Quelle question difficile vous abordez là.
            Les enfants ne sont responsables de rien et ne devraient pas avoir à souffrir des décisions des adultes. Bien sûr qu’ils devraient être scolarisés dans un monde bien fait.
            Pour autant, il faut garder à l’esprit que leurs parents ne sont pas dépourvus d’arrière-pensées en les arrachant à leur pays d’origine. Ils savent bien que la scolarisation des enfants est la voie royale pour obtenir un titre de séjour en France à plus ou moins long terme pour toute la famille. C’est un détournement de la loi pur et simple et je désapprouve.
            De toute façon en France, tout le monde se fiche de la loi. Ce devrait pourtant être simple.
            1) Soit ils viennent de pays de l’espace Schengen et ont les mêmes droits que les autres.
            2) Soit ils viennent d’ailleurs :
             2a) Soit ils viennent de pays officiellement reconnus comme politiquement à risque et peuvent demander à bénéficier d’un statut de réfugié.
             2b) Soit ils viennent de pays officiellement stables et ne peuvent prétendre à rester sur le territoire s’ils n’ont pas de titre de séjour.
            Cette obligation de scolarisation de l’enfant en France quel que soit le statut de ses parents est à mon avis une mauvaise loi. Si les parents n’ont pas vocation à rester ici, ils repartent tout de suite afin que leur enfant soit scolarisé chez lui, c’est tout - rien n’empêchant les parents ensuite de monter un dossier d’immigration (comme pour la plupart des autres grands pays d’accueil), épaulés si besoin par des associations.


            • Lamouet 8 août 2012 12:30

              « Pour autant, il faut garder à l’esprit que leurs parents ne sont pas dépourvus d’arrière-pensées en les arrachant à leur pays d’origine. Ils savent bien que la scolarisation des enfants est la voie royale pour obtenir un titre de séjour en France à plus ou moins long terme pour toute la famille. C’est un détournement de la loi pur et simple et je désapprouve »

              Merci pour ce rappel de bon sens. Il semble que certains ont perdu tout repère de sens commun.
              Et respecter le débat, c’est ne pas « moinsser » sans argumenter. Mais peut-être est-on à court d’arguments ?


              • Loatse Loatse 8 août 2012 15:27

                Bonjour chalot

                A lire cet article on dirait que ces enfants sont refusés parce qu’ils sont étrangers... En faisant une recherche sur le net mot clé « municipalité de rubelles » j’ai trouvé ceci :

                « Je me permets de commenter votre article, je suis Rubelloise, je comprends le droit des enfants mais Rubelles n’a vraiment pas de structure adaptée étant donné que c’est une toute petite école avec une classe unique pour chaque niveau, ils sont déjà à 28 par classe et parfoir plus, des enfants melunais ont été refusés car classes trop pleines, pourquoi ne pas mettre le maire de Rubelles et le maire de Melun ensemble et discuter de ce qui est possible de faire sur les écoles de Melun qui sont plusieurs ... et qui peuvent peut-être accueillir plus d’élèves ? mais il faut arrêter de critiquer quand on ne connaît pas l’école, il faut se renseigner avant de dire des inepties, à la cantine ils sont déjà trop, dans les classes aussi, rien à voir avec le racisme, il faut arrêter les conneries. »

                il semblerait que le problème de cette petite municipalité est le manque de moyens...

                http://www.metrofrance.com/paris/a-rubelles-pas-d-ecole-pour-les-etrangers/mlea !N5EIchXYnos/

                • Lamouet 8 août 2012 16:35

                  @loatse : « En faisant une recherche sur le net mot clé » municipalité de rubelles"

                  Merci d’élever le débat...qui n’a d’ailleurs pas eu lieu vu que, comme d’hab’, Chalot l’a esquivé.
                  J’aurais été curieux de lire son point de vue face au commentaire des plus pertinents de ZenZoe que je partage totalement.


                  • Lamouet 8 août 2012 16:44

                    Il a d’ailleurs, à 11h24, soigneusement évité mon com’ de 11h02 en réagissant tout de suite à la question de spip quant à la couleur politique du maire : 
                    "Le Maire de cette commune est à droite, à droite, toute !

                    Pour certaines gents, tout est simple, pas besoin d’échanger des idées : on est à droite ou à gauche, méchant ou bon... Pas besoin de se fatiguer....

                    Montre-moi ton étendard, je te dirai tes idées.

                     smiley  smiley  smiley


                    • CHALOT CHALOT 8 août 2012 17:28

                      Je ne fuis pas le débat, bien au contraire.
                      Ces personnes qui arrivent en France ne sont pas des clandestins. Ils déposent un dossier et dans l’attente d’une réponse ils sont scolarisés. C’est la loi et elle est bien faite.
                      La commune de Rubelles n’est pas une commune pauvre et qu’on ne me fasse pas le coup du nombre important d’enfants de l’étranger...Ils sont 18 et des moyens en personnels sont apportés.


                      • Lamouet 8 août 2012 20:08

                        @Chalot : « ces personnes qui arrivent en France ne sont pas des clandestins »
                         Je vous prie SVP de commenter (j’insiste sur le terme dont vous devez connaître la signification) point par point la réponse de Zoe que je me permets de rappeler ici et que je n’aurais pu moi-même mieux rédiger, faute de quoi, vous serez déclaré « forfait » :

                        Les enfants ne sont responsables de rien et ne devraient pas avoir à souffrir des décisions des adultes. Bien sûr qu’ils devraient être scolarisés dans un monde bien fait.
                        Pour autant, il faut garder à l’esprit que leurs parents ne sont pas dépourvus d’arrière-pensées en les arrachant à leur pays d’origine. Ils savent bien que la scolarisation des enfants est la voie royale pour obtenir un titre de séjour en France à plus ou moins long terme pour toute la famille. C’est un détournement de la loi pur et simple et je désapprouve.
                        De toute façon en France, tout le monde se fiche de la loi. Ce devrait pourtant être simple.
                        1) Soit ils viennent de pays de l’espace Schengen et ont les mêmes droits que les autres.
                        2) Soit ils viennent d’ailleurs :
                         2a) Soit ils viennent de pays officiellement reconnus comme politiquement à risque et peuvent demander à bénéficier d’un statut de réfugié.
                         2b) Soit ils viennent de pays officiellement stables et ne peuvent prétendre à rester sur le territoire s’ils n’ont pas de titre de séjour.
                        Cette obligation de scolarisation de l’enfant en France quel que soit le statut de ses parents est à mon avis une mauvaise loi. Si les parents n’ont pas vocation à rester ici, ils repartent tout de suite afin que leur enfant soit scolarisé chez lui, c’est tout - rien n’empêchant les parents ensuite de monter un dossier d’immigration (comme pour la plupart des autres grands pays d’accueil), épaulés si besoin par des associations.

                        J’ai du mal à comprendre votre position : vous voudriez faire le lit du F.N. que vous ne vous y prendriez pas autrement.


                      • Lamouet 8 août 2012 21:46

                        Chalot : "quand des personnes arrivent en France et demandent le statut de réfugié

                        Ces personnes qui arrivent en France ne sont pas des clandestins. Ils déposent un dossier et dans l’attente d’une réponse

                        Le statut de réfugié ?

                        Carrément disqualifié sur ce coup Chalot. Pour qui travaillez-vous ?


                      • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 8 août 2012 20:55

                        Les gens de droite ont un humour bien particulier : ils reprochent à la Gauche son prétendu laxisme envers les immigrés et sont tout ébahis lorsqu’on leur déclare qu’un maire aussi hostile contre les étrangers ne peut être qu’un mec de Droite ! Un peu de cohérence, quand même !

                        Une raison de bon sens : l’école est trop petite..., mais quelle chance a cette commune d’être pourvue de tant de jeunesse. Puisqu’il semble que ce n’est pas une collectivité locale dans la misère, elle doit bien faire quelques investissements pour l’avenir et agrandir l’école semble une priorité.

                        Un maire qui refuse d’appliquer la loi de la République, peut-il rester le premier magistrat de sa commune. Par ailleurs, un maire qui agit comme celui-ci ne me semble pas très malin : s’attaquer à des enfants, c’est écoeurant, mais c’est aussi une faute politique. Je suppose qu’il y a des gens simplement humains à Rubelles et il risque de le payer au prix fort aux prochaines élections. Il fait aussi une belle publicité à sa ville !


                        Enfin, des demandeurs d’asile ont droit à toute notre considération et même à notre
                        gratitude. S’ils sont dans cette situation, c’est probablement qu’ils se sont dressés contre l’injustice et cela concerne l’humanité entière.


                      • lulupipistrelle 9 août 2012 01:20

                        @Danièle D : alors là vous rêvez... c’est sûrement sous la pression des parents d’élèves de sa commune que le maire refuse de scolariser les enfants de ces prétendus refugiés politiques... Vous imaginez une classe unique investie d’un coup par cinq ou six (au fait ils sont combien exactement ces gosses) de non-francophones ? une année scolaire pour apprendre le Français, et les gosses du cru retardés tout ce temps...
                        J’habite une grande ville avec beaucoup de réfugiés politiques (des vrais) et bien il est arrivé que des classes entières partent dans le privé pour échapper à ce type de situation... depuis la mairie saupoudre les non francophones dans différents établissements...


                      • Aristoto Aristoto 8 août 2012 22:25

                        Bah que voulez vous ! Quand on est envahi de toute part de ces aborigène plein de poux !
                        Je les préfère blonde et blanche tel un rayon de soleil ! alors que ces analphabete ne viennent pas polluer le paysage !


                        • lulupipistrelle 9 août 2012 01:22

                          @ Aristolo : les aborigènes, c’est nous... jetez un oeil dans le dictionnaire.


                        • CHALOT CHALOT 9 août 2012 10:41

                          Petie réponse à une question posée : On m’a demandé la couleur politique du maire, j’ai répondu. Ceci étant dit, des municipalités de droite peuvent être républicaines alors que d’autres de « gauche » moins !


                          • PATRICE T PATRICE T 9 août 2012 11:55

                            Peu importe la couleur politique de la commune : La scolarité en France est obligatoire et les municipalité se doivent d’accueillir les enfants résidants sur leur territoire. Aucuen autre considération.

                            Nous avions été nombreux à réagir aussi lorsqu’une commune voisine de Rubelles, Maincy avait « interdit de restauration scolaire, des enfants dont les familles n’avaient que quelques jours de retard de paiement, condaamnant ces derniers au pain sec et à l’eau. Ces familles n’’étaient ni sans papier, ni dans la précarité. La réaction scandalisée de nombreuses personnes, dont JF CHALOT était surtout motivée par une mise à l’index injuste et traumatisante pour des enfants.

                            Le refus de scolariser ces autres enfants sous pretexte que les parents sont sans papier est du même ordre, ajoutant à cela le non respect des textes. Est-il plus totèrable de savoir des jeunes, livré à eux-même, à l’oisiveté ou occupés à ’apprendre le français, à le lire et l’écrire et créer des liens en vue d’une intégration demandée ? Pour moi il n’y a pas photo.

                            Dans le cadre de l’association que je préside, nous proposons des cours de français langue étrangère, et certains parents de ces enfants les fréquentent, et assidument et certains même travaillent de façon tout à fait officilelle et légale dans l’attente de leur régularisation.

                            La grande majorité ont de »bonnes raisons" de quitter leur pays, même si le débat reste ouvert, faut-il pour autant laisser de côté des enfants, des ados sur ce seul critère d’exclusion ?

                             

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès