Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Quelles perspectives pour le Parti Socialiste ?

Quelles perspectives pour le Parti Socialiste ?

 

51dc86de-af0b-11dd-97ed-4dc25ac71448.jpgSégolène Royal n’est pas au bout de ses efforts. Son passage le 12 novembre, au Journal de 20 Heures de TF1, à défaut d’avoir clarifié sa situation, laisse durer le suspens sur l’identité du prochain premier secrétaire du Parti Socialiste . Alors que le quotidien Le Monde évoquait samedi avec assurance la candidature de Ségolène Royal à la succession de François Hollande, la présidente de la région Poitou-Charentes n’a pas confirmé ces informations sur le plateau de Laurence Ferrari, affirmant cependant avoir "envie" de prendre les rennes du PS. "Les militants ont voté, donc ont donné une légitimité au projet que j’ai présenté avec mes amis, m’ont donné cette vocation, peut-être, à diriger demain avec une équipe le Parti socialiste" a-t-elle rappelé tout en estimant qu’elle "n’était pas une femme d’appareil, que je n’étais pas faite pour cela, je préfère le contact avec les gens. Mais en même temps, je n’ai jamais fait de ma candidature un préalable au rassemblement et à l’unité des socialistes". Afin de désépaissir le brouillard qui entoure le congrès de Reims, voici le récapitulatif des scénarios envisageables...

L’unité autour de Ségolène Royal
Forte de la confiance que lui ont accordé les militants le 6 Novembre dernier, (voir notre article à ce sujet) Ségolène Royal parvient à créer un consensus autour de sa motion et se retrouve comme seule candidate à briguer la tête du premier parti de France (nb. en terme d’élus locaux). Si cette hypothèse semble peu réalisable au vu de la distance qu’a pris l’appareil socialiste vis à vis de Ségolène Royal depuis son éclosion politique, elle permettrait cependant d’afficher l’image d’un parti réunifié, un avantage non négligeable à moins d’un an des élections européennes.

Une alliance Tout-Sauf-Ségolène
La tournure prise aujourd’hui par les négociations en vue du congrès de Reims ne permet plus d’ignorer cette hypothèse. Benoît Hamon, qui avait rassemblé 19% des suffrages autour de sa motion s’est dit ce matin-même proche d’un accord politique avec Martine Aubry, avec qui il déclare partager un certain nombre de valeurs telles la politique salariale et une puissance publique forte. Si l’on se base sur leurs scores respectifs lors du vote des militants, une alliance Hamon-Aubry rassemblerait à elle seule plus de 44% des suffrages. Insuffisant pour être majoritaire mais suffisant pour devancer Ségolène Royal qui devrait, pour faire face à cette alliance, établir un consensus avec Bertrand Delanoë. Improbable, d’autant plus qu’un regroupement Aubry-Hamon-Delanoë n’est plus à exclure. Mais si un tel rassemblement voyait le jour, inutile de préciser que la crédibilité même de ce consensus serait mise à mal. Ségolène Royal apparaîtrait alors comme diabolisée, et sa popularité grimperait en flèche.

Un homme de consensus candidat ?
Si aucune des quatre motions ne parvenait à se distinguer, l’émergence d’un homme de consensus serait inévitable. Les présidentiables devraient alors mettre de côté leurs ambitions personelles et permettre à une personnalité plus effacée de prendre la tête du PS, tel Manuel Valls, Vicent Peillon, Jean-Marc Ayrault ou François Rebsamen. Reste que les présidentiables verraient d’un mauvais oeil l’arrivée d’un nouveau concurrent dans l’arène, dont la légitimité ne serait pas à démontrer.

La grande implosion ?
Le départ brutal la semaine dernière de Jean-Luc Mélenchon témoigne d’une crise inédite au Parti Socialiste. La diversité des courants rassemblés dans ce mouvement, l’absence de leader et de ligne politique clairement définie sont la cause de la crise d’identité qui frappe le PS. Son implosion est plus que jamais évoquée depuis les élections de la semaine dernière, qui ont abouti sur un score quasi-paritaire pour les quatre courants-motions engagés. L’issue ne se trouve certainement dans les mains des présidentiables Aubry-Royal-Delanoë qui s’entredéchirent depuis le départ de Lionel Jospin. Il faut dire que ce dernier n’a pas facilité les choses en ne préparant aucune succession avant son départ prématuré, laissant de ce fait un Parti sans leadership et déchiqueté.


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Cug Cug 15 novembre 2008 12:18

     Peut être que si Ségo gagne le PS explosera complètement ?


    • Artius 15 novembre 2008 13:03

      Aucune ?

       smiley


      • ZEN ZEN 15 novembre 2008 14:57

        Aucune.Pour l’instant...

        Que reste-t-il du P.S. ?
        Qu’est devenue la "société des socialistes", l’espace nouveau promis du "vivre ensemble" ?
        La guerre des chapelles est d’autant plus vive que le débat d’idées fait défaut...
        Comment en est-on arrivé là ?
        "En matière de privatisations, la gauche plurielle a réalisé en trois ans un programme plus important que n’importe quel autre gouvernement français" (Revue Socialiste 07/2000)
        -« C’est la gauche du Vieux Monde qui ressemble de plus en plus à la gauche américaine », ( Lipset)
        -« Le projet historique de la social-démocratie est définitivement achevé », ( Pierre Rosanvallon )
        - Jean-Pierre Le Goff remarque les efforts pathétiques de la gauche pour « maintenir ensemble les morceaux d’une identité éclatée », oscillant sans cesse entre ses conceptions traditionnelles et « une fuite en avant moderniste  » censée lui attirer les bonnes grâces des couches sociales montante
        "Sortir la gauche du coma" :


        • Céphale Céphale 15 novembre 2008 21:42

          @ l’auteur

          "prendre les rennes du PS"

          Pauvres bêtes ! Et que va dire le Père Noël ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

AJ


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès