Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Quelles qualités pour un homme d’Etat ?

Quelles qualités pour un homme d’Etat ?

Au-delà des différences de programme, le débat présidentiel de 2007 a beaucoup porté sur les qualités individuelles des candidats en lice pour l’exercice du pouvoir suprême. Il s’agissait de choisir la personnalité la plus apte à diriger le pays et à répondre aux préoccupations des Français. Plus récemment encore, le débat pour la primaire démocrate aux Etats-Unis se caractérise par une opposition de style entre Hillary Clinton et Barack Obama beaucoup plus que par des clivages politiques. C’est le combat de l’expérience et de la compétence face à la volonté de changement, une opposition qui relève avant tout du marketing politique. On peut regretter la trop grande personnalisation de ces scrutins, se dire que si ce sont désormais ces enjeux qui structurent le débat, c’est le signe que le politique a perdu tout pouvoir et qu’il ne fait plus qu’en entretenir l’illusion. Cette critique est pertinente, mais elle ne doit pas pour autant évacuer la question des qualités individuelles qui font un homme d’Etat.

Il s’agit de passer au crible les différentes qualités morales, techniques ou intellectuelles qui se rapportent à l’exercice du pouvoir exécutif. En effet, ce qui distingue l’homme d’Etat de l’homme politique, c’est qu’il s’inscrit en permanence dans l’action et dans la responsabilité. Historiquement, cette expression apparaît au même moment que celle de Raison d’Etat, c’est-à-dire au moment de la guerre de Trente Ans, au moment où se constitue l’Etat moderne qui poursuit d’abord et avant tout ses propres intérêts. C’est donc Richelieu qui sert d’archétype à l’homme d’Etat. Bien entendu, le contexte historique changeant, les qualités requises évoluent, et l’image sombre du cardinal-ministre ne s’applique pas nécessairement à ceux qui aspirent à lui succéder. Ce qui n’a pas changé, c’est la fin ultime de l’homme d’Etat : la défense des intérêts de son pays, qu’ils soient d’ordre stratégique, géopolitique, économique ou social.

Commençons par le courage, souvent cité comme la qualité principale d’un responsable politique par nos concitoyens. On peut mettre des significations très diverses derrière ce concept. A l’évidence, la question du courage physique ne se pose pas pour un homme d’Etat, la politique cherchant à régler les différends par le dialogue et la persuasion, non par la force ou une certaine forme de violence. En ce sens, certaines apparitions du chef de l’Etat auprès des cheminots ou des pêcheurs sont complètement hors de propos. Le courage peut en revanche être envisagé dans le sens d’une résistance aux pressions, qu’il s’agisse de pressions extérieures avec les rapports de force géopolitiques ou de pressions intérieures face aux divers groupes d’influence et surtout face à l’opinion publique. L’homme d’Etat doit en effet être capable de prendre ses distances avec les sondages et ne pas céder systématiquement au mécontentement ambiant. Sa légitimité, il la tire de l’élection, pas de ses scores de popularité. Bien entendu, ce courage politique ne doit pas être entendu comme une forme d’autisme, et il est sain que l’exécutif réajuste sa politique en fonction des circonstances politiques, mais cela ne doit pas remettre en cause les fondements de cette politique.

Autre qualité très souvent mise en avant, en particulier par Nicolas Sarkozy durant la campagne présidentielle, la volonté ou le volontarisme politique. Le président de la République en a même fait son argument principal, avec son slogan de campagne "Ensemble tout devient possible". Bien entendu, il est préférable pour un homme politique d’être volontaire que résigné, en ce sens, le renouvellement des responsables politiques est une bonne chose puisqu’il substitue l’envie des nouveaux venus à la résignation des sortants, mais il serait dangereux de croire que la volonté politique suffit à elle seule. En effet, la principale limite à l’action politique, c’est la complexité des problèmes posés, leur résolution nécessite en particulier de la durée et de la persévérance dans l’action. Faire croire que "quand on veut, on peut" relève de l’imposture intellectuelle. De plus, le volontarisme a pour principale conséquence de provoquer de la frustration et de la déception chez les électeurs : il est très dangereux de faire croire au peuple que la politique peut tout changer, cela revient à minimiser la résistance du réel et les complexités du monde, ce travers est particulièrement présent en France où le pouvoir politique tente d’entretenir le mythe de sa grandeur et de sa toute-puissance.

Au-delà de ces qualités secondes que sont le courage et le volontarisme, l’homme d’Etat doit être jugé sur sa capacité d’entraînement, comme vient le rappeler la formule de Richard Nixon : "Le politicien suit le peuple alors que le peuple suit l’homme d’Etat". Cette vision classique de la politique s’oppose frontalement au concept en vogue de démocratie participative et refuse de rendre les armes face à la démocratie d’opinion. Que postulent en effet ces théories ? Que les responsables politiques sont des représentants du peuple chargés d’écouter puis de synthétiser leurs préoccupations et d’appliquer la politique qu’ils désirent. Cela revient à affirmer qu’une position politique préexiste aux débats démocratiques chez le peuple et que les élections permettent de choisir celui qui est le plus en phase avec l’opinion. Pour l’homme d’Etat, au contraire, c’est le débat démocratique qui a lieu lors des échéances électorales qui structure et fait émerger les positions politiques sur lesquelles le peuple se retrouve majoritairement. Pour prendre l’exemple de la dernière élection présidentielle, on peut penser que la victoire de Nicolas Sarkozy est due à sa bonne analyse des rapports de force politiques et en particulier qu’il fallait faire campagne très à droite ou, au contraire, estimer que c’est le candidat de l’UMP qui a fait chavirer le pays à droite par sa force de conviction. Ainsi, l’homme d’Etat doit partir de l’hypothèse que la cohérence d’une politique n’est possible que si elle est élaborée par un nombre restreint de personnes, charge à lui ensuite d’agir pour qu’elle soit majoritairement soutenue dans le pays.

On touche là à la qualité essentielle de l’homme d’Etat : la lucidité. En effet, avant de partir convaincre la population, il faut s’appuyer sur un constat lucide de la situation du pays. On peut mener une très mauvaise politique avec tous les bons sentiments, tout le courage et toute la volonté du monde si l’analyse initiale est erronée. C’est en particulier pour cela que les leaders socio-démocrates traversent une période de crise puisque leur postulat de base d’un progrès conjoint de la démocratie, de l’économie et du social est mis en défaut par la mondialisation. Cette lucidité suppose une compréhension directe des principales problématiques économiques, sociales ou géopolitiques. En effet, l’homme d’Etat ne peut pas se permettre de passer par un tiers ou par un aréopage de conseillers et d’experts pour se faire une opinion. Il doit comprendre les hypothèses utilisées dans les modèles que lui présentent les économistes comme il doit connaître personnellement les souffrances et les aspirations des principales composantes de la population. Tous les sondages du monde, aussi détaillés et segmentés soient-ils, ne permettent pas d’accéder à la volonté profonde de la population. En clair, l’homme d’Etat doit refuser la technicisation excessive du politique tout comme sa réduction à une simple science sociale, il doit se baser sur son expérience, sa compétence et sa culture personnelle pour choisir le cap à suivre pour le pays. Pour que l’homme d’Etat ait une valeur ajoutée, il faut que ce constat ne se limite pas à un concentré d’opinions journalistiques à la portée du premier lecteur venu. S’il veut avoir raison avant tout le monde, l’homme d’Etat doit donc nécessairement remettre en cause la pensée dominante du moment.

Seule l’Histoire permet de distinguer les véritables hommes d’Etat, en reconnaissant ceux qui ont su se détacher de la nécessité. En effet, à court terme, le monde est fortement contraint et on peut presque affirmer que le pouvoir politique ne peut rien. La politique budgétaire en est l’exemple le plus criant : entre le respect du pacte de stabilité, la baisse des impôts pour rendre le pays attractif ou la reconduction quasi-automatique des dépenses publiques, les marges de manœuvre sont très étroites voire inexistantes. La plupart des mesures censées améliorer immédiatement la vie des gens sont en fait des postures démagogiques qui ne font qu’enfoncer le pays dans la crise. On peut par exemple décider d’augmenter les salaires, les retraites, de laisser filer les déficits de manière à améliorer le pouvoir d’achat, mais cela ne manquera pas de se traduire par une hausse des impôts pour les années à venir. Ce n’est qu’à moyen ou long terme que la politique peut avoir une influence décisive. Car si l’on ne peut rien pour le pouvoir d’achat à court terme face à l’envolée du prix des matières premières, on peut mettre en œuvre des politiques qui en rendent le pays moins dépendant, qu’il s’agisse de produire soi-même son énergie, de favoriser les économies d’énergie ou les filières de recyclage. Petit à petit, l’homme d’Etat voit donc la fatalité reculer, pour prendre une image, un pays est comme un gros paquebot : à court terme il est impossible d’infléchir sa trajectoire mais à plus long terme, un bon capitaine peut lui assigner le cap qu’il désire.

Franklin Delano Roosevelt constitue un cas d’école de l’homme d’Etat, notamment par sa façon de gouverner les Etats-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale. Il est tout d’abord parti d’un constat lucide de la situation, il a reconnu l’extrême dangerosité d’Hitler avant ses homologues européens, il s’est ensuite assigné un cap : l’entrée en guerre des États-Unis malgré une opinion majoritairement isolationniste. Par une détermination et une habileté totale, il a rapproché petit à petit son pays de l’Angleterre puis de la Russie, d’abord en leur fournissant des armes puis en participant directement aux opérations militaires. Pour tout cela, il restera certainement comme le plus grand président de l’histoire des États-Unis.

Enfin, si l’homme d’État doit bannir la morale au profit de l’intérêt pour analyser la situation et mettre en œuvre sa politique, il doit la promouvoir à titre individuel. S’il veut être exigeant envers son peuple, il doit se montrer exemplaire et servir de "bouclier moral" à l’ensemble de son gouvernement. Quels que soient les moyens et les chemins employés, le peuple doit en effet être convaincu de la sincérité et de la justesse des fins poursuivies. L’homme d’État doit donc réussir à fondre ses intérêts dans ceux de l’État, en revenant à cette belle définition de la politique "faire passer le souci du monde avant le souci de soi". Cette tâche est particulièrement ardue dans un contexte de défiance généralisée à l’égard de la classe politique. Il existe une solution simple pour couper cours à tous les procès d’intention instruits contre un responsable politique : qu’il s’engage à ne faire qu’un seul mandat à la tête de l’État. A coup sûr, un tel geste révolutionnaire, ce serait la marque d’un grand homme d’État.


Moyenne des avis sur cet article :  4.71/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • morice morice 21 mars 2008 12:25

    La neutralité


    • Vive la République Vive la République 21 mars 2008 13:07

      Retrouvez cet article et bien d’autres sur mon blog http://vivelarepublik.blogspot.com

       


      • jako jako 21 mars 2008 14:28

        Donc pour résumer vôtre article on peut dire "on est dns la M—d- alors" non ?


        • jkw 21 mars 2008 15:59

          non nous ne sommes pas dans la m. car moi, je vois 3 qualités à un homme d’état :

          petit

          agité

          et vulgaire....


          • denis84 21 mars 2008 17:13

            Soyez prudent,jkw,car Nicolas Princen veille au grain


          • Forest Ent Forest Ent 21 mars 2008 22:22

            Finalement, il faut relire "le prince". smiley


            • JulienM3 22 mars 2008 00:24

              Bonsoir,

              Depuis un certains faceà face entre J. F. Kennedy et R. Nixon diffusé sur les écrans aux U.S.A.

              Moment crucial d’une campagne électorale.

              Entre le jeune, beau, rayonnant, candidat démocrate et l’image d’un homme vil, corrompu, combinard, qu candidat républicain : " il n’y avait pas photos ! "

              Donc depuis cette période, les politiciens de nos pays dit "démocratique" on constamment tentés

               de donner une "image" peaufinée, engageante, sérieuse,... Bref un "produit" marketing au détriment des

              idées, des engagements, des convictions.

              "On" nous sert la même " soupe " à chaque élection : C’est insipide, sans originalité, bêtifiant et pourtant

              il faut croire que le "bon peuple" aime cela puisqu’il en redemande encore et toujours , via les votes qu’il

              émet lors de chaque éléction.


              • sandro 27 mars 2008 00:44

                il y a jean marc governatori

                 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès