Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Queyranne : « Sarkozy veut transformer les régions en relais de poste (...)

Queyranne : « Sarkozy veut transformer les régions en relais de poste »

Jean-Jack Queyranne, député de la 7ème circonscription du Rhône, président socialiste du conseil régional Rhône-Alpes et ancien ministre de l’Intérieur et des Relations avec le Parlement a accepté de répondre à mes questions dans le cadre de cette interview, diffusée sur Le Nouvel Hebdo qui intervient à quelques mois d’élections régionales cruciales pour le PS et pour M.Queyranne lui-même qui briguera un nouveau mandat à la présidence du conseil régional Rhône-Alpes, où il sera opposé à la député européenne François Grossetête. Merci à lui pour le temps qu’il a accepté de me consacrer.



 
Avez vous un commentaire à faire au sujet de la publication du livre Hold-ups, arnaques et trahsisons qui met en doute la légitimité de l’élection de Martine Aubry au poste de premier secrétaire ?

Je n’ai pas lu ce livre, même si j’en ai entendu parler ; pour moi le Congrès de Reims de novembre dernier c’est un mauvais souvenir. Je crois donc qu’il faut oublier, passer à autre chose même si en même temps il faut que la lumière se fasse sur ce qui est révelé dans ce livre. Il faut également que le PS prenne les dispositions pour que désormais, les scrutins soient clairs et transparents.

Etes-vous en accord avec le principe de non-cumul de mandats, une thématique qui a marqué les universités d’été de la Rochelle ou vous trouvez des avantages dans votre situation, à savoir cumuler un poste de député et de président de conseil régional ?

D’abord, le non-cumul je l’ai appliqué quand j’étais ministre puisqu’à l’époque le premier ministre Lionel Jospin nous avait demandé de ne plus exercer nos fonctions de maire (Secrétaire d’état à l’outre-mer 1997-2000 puis ministre de l’Intérieur 1998-1999 et enfin ministre des relations avec le parlement 1999-2002), ce que j’ai fait à la mairie de Bron sans reprendre mes fonctions par la suite. Donc le non-cumul ne me fait pas peur de ce point de vu la.

Je pense qu’il faut une loi sur le plan national, une loi limitant les cumuls même si le cumul ça n’est pas l’appétit de pouvoir des élus, c’est le résultat de la centralisation. Car pour être écouté à Paris, dans un état centralisé, il faut pouvoir accéder aux ministres et à leurs administrations et vous êtes beaucoup plus considérés quand vous êtes élu local, député-maire, sénateur-maire, président d’un conseil régional ou départemental et parlementaire que quand vous exercez un simple mandat. Donc on ne sortira de la règle du cumul que par une vraie décentralisation et pas seulement par une loi.

Maintenant, concernant ma circonscription, j’intervenais par exemple hier sur la suppression éventuelle de la brigade de gendarmerie de Rilleux. Or, le fait que j’ai été ministre de l’intérieur, que je sois député et président de région, me donne un poids fort pour être en capacité d’aborder ce sujet. Je crois donc que le fait de cumuler ces deux postes est un atout pour les habitants de ma circonscription.

Vous avez annoncé que vous briguerez un nouveau mandat à la tête du conseil régional Rhône-Alpes, quelles sont les grandes lignes du bilan que vous mettrez en avant durant la campagne qui s’annonce ?

 

2094362720.jpgTout d’abord, nous confronterons les actions que nous avons mené aux engagements qui ont été pris. Or, tout a été tenu. Nous nous sommes fixés un cap et nous l’avons tenu. Alors quels sont les points importants ? D’abord, la progression du TER, dont la fréquentation a augmenté de 50% et qui représente désormais le quart du budget de la région. Nous avons également investis dans du matériel neuf de façon que 2/3 des TER qui circuleront fin 2009 seront neufs.

C’est également l’investissement qui a été réalisé sur les grandes lignes de Rhône-Alpes. Par exemple, puisque vous êtes à Sathonay, le doublement de la ligne Bourg-Sathonay, ainsi que celle entre les Echets et Villard-les-Dombes, qui a été un gros investissement puisqu’avant nous étions sur une ligne à voie unique.

C’est l’action dans les lycées avec la carte M’Ra et les 280 000 jeunes qu’elle concerne. C’est également le milliard d’euro investi dans les lycées soit 30% de plus que sous le mandat précedant (Anne-Marie Comparini) et qui ont été notamment employés dans le cadre de chantiers de réhabilitation et de rénovation des établissements.

Ce sont les fonds pour la culture, dont nous avons doublé le budget, en assurant la précense de la culture sur tous les territoires. C’est également sur le plan de la formation, l’attention qu’on a porté sur la formation des jeunes. C’est également une formule que Rhônes-Alpes a initiée, le Contrat d’aide au retour à l’emploi durable, qui a séduit près de 12 000 personnes éloignées de l’emploi qui en ont retrouvé un.

Pensez-vous qu’il est préférable pour la France de se diriger vers un système fédéral à l’Allemande en accentuant la décentralisation ?

D’abord la France est un pays trop centralisé. C’est une tradition héritée du jacobinisme et de l’époque napoléonienne, or, il faut beaucoup plus régionaliser la France. Ce n’est pas le projet du président de la république qui veut transformer les régions en relais de poste de l’Elysée. Alors faut-il aller vers le fédéralisme ? Ca n’est pas la tradition française puisque nous ne sommes pas un état fédéral comme l’est la République Fédérale Allemande. Le serons-nous un jour ? Peut-être. En tout cas, il faut qu’il y ait des régions qui jouent un rôle beaucoup plus important et donc moi je suis pour renforcer le pouvoir des régions.

A titre de comparaison, même si nous n’exercons pas les mêmes responsabilités, le budget de la Catalogne, c’est 37 milliards d’euros pour 7 millions d’habitants tandis que le budget de Rhône-Alpes c’est 2,4 milliards pour 6 millions d’habitants. On voit donc qu’en Catalogne, il y a douze fois plus de moyens par habitants qu’à Rhône-Alpes, qui exerce certes des compétences beaucoup moins fortes. On ne demande donc pas autant mais quand on compare aux grandes régions qui sont nos partenaires, le Baden-Würtemberg ou la Lombardie, on se rend compte que nous sommes très loin d’avoir les moyens et les compétences qui nous correspondent.

Etes-vous favorable à la prolongation du mandat de M.Barroso à la présidence de la comission européenne, à l’instar des sociaux-démocrates européens ou de son remerciement comme le réclament vos collègues français ?

 

barroso.jpgM.Barroso a présidé une commission dont l’orientation était libérale. A partir du moment où le Parlement Européen a plus de pouvoirs, et notamment celui de refuser le choix de président de la comission émis par le conseil européen, je pense que les formations de gauche, alliées à d’autres, les écologistes ou les centristes, doivent présenter un candidat alternatif à M.Barroso. Moi ma position est claire, si ce que fait M.Barroso est dans la continuité de la précédente comission, je souhaite que les socialistes, la gauche, et d’autres votent contre la candidature de M.Barroso.

On finira sur la question suivante, les Etats-Unis d’Europe, est-ce une idée qui vous séduit ?

C’est un rêve, dont Victor Hugo parlait déjà, en 1850. Ca me parait être une très belle idée, l’Europe, pour reprendre la formule de Jacques Delors, doit devenir une fédération d’états-nations. Moi ça me séduit.

 

Retrouvez cette interview dans son contexte original sur http://lenouvelhebdo.com, le blog d’Alex Joubert 


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • HASSELMANN 12 septembre 2009 13:39

    JJ QUEYRANNE est égal a lui même, lucide et fidéle.
    S’agissant du congrés de REIMS,et du vote « pipé » c’est du même tonneau que les manipulations du pouvoir en matière de justice.On classe « PETROLE CONTRE NOURRITURE » (Pasqua/Total), on classe PEROL, on tente d’élargie la classification SECRET/DEFENSE, mais on poursuit CLEARSTREAM (je ne suis pas pro-VILLEPIN mais..).
    C’est a un degre moindre a rapprocher du dérapage de BAYROU (face a Danny), du ralliement de VILLIERS et des reniements de BESSON, BOCKEL, MERCIER,MORIN et consorts.
    Un lien dans tout cela, la longévité politique, le cumul de certains mandats, et le caractère vivrier des indemnités et menus avantages attachés.
    Proche de C BLANC il y a encore 3 ans , nous avions commis en 2006, une propositon de loi organique sur ce théme.
    J’ai fondé LIBR’ACTEURS en fin 2006 (www.libracteur.fr), pour porter cette mère de toutes les réformes.
    A cet égajrd, je vous renvoie à un récent papier du Maire de VANVES (Les ECHOS du 7.09.09), tout est dit et le contraire de tout.
    Il reste que JJ QUEYRANNE a raison sur l’éssentiel, il faut aller au bout de la décentralisation et de la régionalisation.Dont je vous redis, que cela date de 58.Il l’avait déjà bien montré en 2008 avec feu Adrien ZELLER. LE NIVEAU REGIONAL est le seul pertinent pour l’avenir, a tous égards. (Le FIGARO 28.11.08).
    Le jacobinisme a la française, génére le cumul des mandats, car c’est bien de pouvoir « monter a Paris » en étant a la fois élu local et national, cela rassure le citoyen lambda.
    Il suffir donc de mettre en application le principe de subsidiarité, avec des élus, totalement responsables de A à Z de ce qui touche au quotidien.
    A ce propos, la réforme de la fiscalité locale et notamment le « piège » de la réforme de la taxe professionnelle ne va pas dans le bon sens en privant la région d’un lien fiscal direct et maitrisé et en la soumettant au robinet des dotations allouées par l’ETAT
    Si Mr QYEYRANNE me lit, il saura ou nous trouver, proche de C.LEPAGE j’ai en charge l’émergence d’un nouveau modéle économique, basé sur la proximité ,la participation, et l’économie sociale et solidaire responsable (ESSOR).
    Le préalable la fin du cumul de certains mandats et l’élaboration d’un vrai statut de l’élu.


    • Arcane 12 septembre 2009 15:52


      A l’auteur,

      Pouvez-vous svp partager votre secret de jouvence qui vous permet d’avoir 14 ans depuis presque 2 ans ?


      • HELIOS HELIOS 13 septembre 2009 19:02



        Encore un mensonge sur le cumul des mandats !

        Si, comme le pretend mr Queyrannes, les presidents de region, les députés et les sénateurs sont plus ecoutés par les ministères que les maires, ces derniers n’ont qu’a transmettre leur requetes comme cela est prevu dans l’architecture administrative de notre pays a ces relais démocratiques que sont justement ces presidents de region, ces députés et ces sénateurs.

        Seulement voila, c’est nettement plus seduisant d’etre député maire (par exemple) pour court circuiter le legitime debat démocratique et, au passage, empocher subsides, pouvoirs et influences. Sans occulter le fait qu’en ayant plusieurs chaises sous son cul, c’est autant de siegse que d’autres, pas forcément amis, n’auront pas.

        Il n’y a AUCUNE justification au cumul des mandats, par contre il y a plein de bonnes raisons de faire acceder des nouveaux entrants en politique, par le terrain et la démocratie,

        Au passage, cela permettra a tous ces « elus » d’effectuer leur travail correctement puisqu’ils auront plus de temps pour decider en connaissance de cause, chose qu’il ne semblent pas vraiment bien faire aujourd’hui, surtout au parlement... et bien sur ecouter les requetes des maires.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

AJ


Voir ses articles







Palmarès