Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Qui défend les classes populaires ?

Qui défend les classes populaires ?

Le dernier rapport de Terra Nova, « Gauche : quelle majorité électorale pour 2012 ? » , analyse les mutations du paysage électoral depuis trente ans et s’interroge sur les stratégies à mener dans la perspective de 2012. En écho à un autre exercice de sociologie électorale, mené par Laurent Baumel et François Kalfon dans leur livre L’équation gagnante, il fait l’objet d’un débat politique bien légitime. Il a en revanche été violemment instrumentalisé à des fins politiciennes par le secrétaire général de l’UMP : Terra Nova proposerait rien moins que d’abandonner les classes populaires. Dans cette tribune publiée sur le site internet du Nouvel Observateur, Olivier Ferrand revient sur la polémique : qui défend vraiment les classes populaires ?

Terra Nova vient de publier un rapport de sociologie électorale, « Gauche : quelle majorité électorale pour 2012 ? », qui suscite un vif débat. Les interrogations qu’il soulève sur les mutations du paysage politique sont bien légitimes. Mais s’y est greffée une polémique politicienne, instrumentalisée par le secrétaire général de l’UMP, Jean-François Copé : Terra Nova proposerait de « dire adieu » aux classes populaires. Rien n’est plus faux.
D’abord, les milieux populaires n’ont pas abandonné la gauche.
 
Le rapport identifie le cœur électoral de la gauche aujourd’hui. Ce cœur électoral – c’est-à-dire l’électorat « naturel » de la gauche, celui qui vote le plus à gauche – est en apparence composite. Il réunit : les quartiers populaires (avec notamment la France de la diversité), qui votent à 80% à gauche en 2007 ; les jeunes (70%) ; et les femmes, historiquement conservatrices mais qui basculent aujourd’hui nettement à gauche (plus de 60% aux dernières élections régionales).
 
Cet électorat est plus unifié qu’il n’y paraît. Il réunit avant tout les outsiders de la société, ceux qui cherchent à y rentrer, notamment sur le marché du travail, mais n’y parviennent que difficilement. Ils ont du mal car ils sont la principale variable d’ajustement d’une société qui, face à la crise, sacrifie les nouveaux entrants. Ils ont besoin de l’aide de la puissance publique pour s’émanciper – les jeunes pour briser le plafond de verre qui les empêche d’accéder à un premier emploi stable, les femmes pour leur permettre d’articuler vie familiale et vie professionnelle, les quartiers populaires pour cesser d’être discriminés. Ils partagent également les mêmes valeurs culturelles, progressistes : solidarité, ouverture, tolérance.
 
Cette nouvelle gauche en émergence n’est pas propre à la France. Elle est la même que celle qui se dessine partout en Europe, mais aussi en Amérique du Nord. Elle a porté au pouvoir tant Barack Obama que Jose-Luis Zapatero.
Ce nouveau cœur électoral est composé en grande partie par des Français issus des milieux populaires : les habitants des quartiers populaires, les minorités, les jeunes déclassés, les mères célibataires en situation précaire… Il est donc absurde de dire que les milieux populaires ont abandonné la gauche : au contraire, ils sont toujours au cœur de son électorat naturel.
 
En revanche, le rapport de Terra Nova pointe une rupture électorale contemporaine : il n’y a plus de vote unifié de classe. Les classes populaires (ouvriers, employés) votaient hier massivement à gauche : 72% pour les ouvriers, au second tour de l’élection présidentielle de 1981. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Les classes populaires sont désormais divisées sur les valeurs. La grille de lecture pertinente n’est plus les classes sociales mais la division outsidersinsiders. Il y a d’un côté les milieux populaires déclassés, victimes du précariat, du chômage, de l’exclusion, et souvent discriminés : ceux-là sont au cœur de l’électorat naturel de la gauche. Il y a de l’autre les milieux populaires intégrés, qui ont un emploi stable, en CDI, mais qui, travaillés par la crise, ont peur du déclassement et sont tentés par le repli identitaire. Une partie de ces travailleurs, qui il y a trente ans votait à gauche, singulièrement pour le parti communiste, a basculé vers le Front national.
Face à ce diagnostic, Terra Nova ne propose en aucun cas d’abandonner les milieux populaires.
 
Au contraire : le rapport insiste sur la nécessité pour la gauche de fédérer son électorat naturel. Pour des raisons de stratégie électorale : face au risque d’un nouveau 21 avril, la mobilisation de cet électorat au premier tour est cruciale. Et pour des raisons de fond : au cœur de cet électorat, il y a les milieux populaires déclassés, c’est-à-dire les Français les plus modestes, en situation la plus difficile.
 
C’est à la gauche de défendre ces Français, en butte à la vindicte populiste du FN et d’une UMP radicalisée. Sous les coups de boutoir du sarkozysme, le virus anti-assistanat a métastasé au sein de la société française. Les chômeurs sont devenus des « assistés », des « profiteurs », des « fraudeurs », à qui il est urgent de couper l’accès à l’Etat-providence. Dans cette logique néoconservatrice, les Français déclassés ne doivent pas être aidés car ils sont responsables de leur sort. De fait, la solidarité décline rapidement en France.
 
Depuis dix ans, les minimas sociaux chutent : ils représentaient 50% du revenu médian il y a dix ans, ils n’en représentent plus que 40%. Laurent Wauquiez l’a à nouveau martelé cette semaine : 466 euros de RSA-socle pour survivre, c’est encore trop. Cette situation est spécifique à la France : les minimas sociaux en Europe atteignent en moyenne 60% du revenu médian, 75% dans les pays les plus solidaires – Allemagne, Pays-Bas, pays nordiques, Angleterre. On dit souvent que la France a l’Etat-providence le plus développé du monde. C’est vrai pour l’assurance : les Français qui travaillent et cotisent sont très bien protégés contre les risques de la vie. C’est faux pour la solidarité : nous avons les minimas sociaux parmi les plus bas d’Europe, et le gouvernement s’acharne à les rogner encore. La France cultive ainsi une exception délétère : paupériser les plus pauvres de ses concitoyens.
Ces milieux populaires déclassés sont aussi attaqués dans leur identité. Ce sont les « jeunes » fainéants, la « racaille » de banlieue… Et naturellement les Français d’immigration récente. A ceux-là, on fait comprendre qu’ils ne font pas partie de la communauté nationale. Que leur religion allogène n’a pas sa place dans la République. Que, tout simplement, ils ne devraient pas être là : « la France, tu l’aimes ou tu la quittes ».
 
Pour défendre cette France déclassée, la gauche doit faire campagne sur ses valeurs : au plan socioéconomique, la justice sociale et la solidarité, un Etat social fort et redistributif ; au plan culturel, une société ouverte et tolérante. En d’autres termes, elle doit combattre le populisme pied à pied, sur tous les fronts.
 
Le rapport de Terra Nova s’interroge ensuite sur l’élargissement de la base électorale de la gauche pour, au second tour, réunir une majorité électorale. Le rapport décrit deux stratégies.

Première stratégie : un élargissement au sein des classes populaires, pour aller chercher les Français qui ont fui vers le Front national. Ces classes populaires intégrées ont été, un temps, séduites par le discours de Nicolas Sarkozy, valorisant la « France qui se lève tôt » contre les « assistés ». Mais les promesses électorales ont été trahies : leur pouvoir d’achat n’a pas progressé, leur quotidien s’est dégradé. Les efforts du gouvernement ne leur ont pas bénéficié : ils sont allés vers les Français les plus aisés - 20 milliards d’euros par an d’avantages fiscaux accordés aux 5% des contribuables les plus riches par la droite au pouvoir. Et ces électeurs sont de nouveau tentés de voter pour le Front national, qui se nourrit de leur peur du déclassement.
 
L’autre stratégie, complémentaire, est un élargissement au sein des classes moyennes, pour convaincre des professions intermédiaires de plus en plus attirées par les idées de la gauche.
 
Aucune des deux stratégies n’est aisée, aucune n’est fermée. C’est un débat que nous avons cherché à ouvrir, et auquel le livre de François Kalfon et Laurent Baumel, L’équation gagnante, fait écho. Nous ne prétendons pas donner une réponse univoque mais le défi est de taille : la gauche, depuis 1988, n’est jamais parvenue à rassembler une majorité de Français. Il revient naturellement aux partis et aux leaders politiques de s’en saisir et d’arbitrer, en fonction des valeurs et du projet qu’ils défendent.
 
A l’aune de cette analyse, on peut toujours polémiquer sur l’identité politique des vrais défenseurs des milieux populaires. Ce n’est clairement pas le sarkozysme, qui a violenté les uns avant des trahir les autres. Ce n’est pas non plus le Front national, qui veut conduire les travailleurs dans une impasse anti-humaniste. C’est, cela a été et cela sera toujours la gauche – à condition, toutefois, qu’elle ne renie pas ses valeurs.

Moyenne des avis sur cet article :  1.36/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 2 juin 2011 10:38

    L’auteur parle de « classes » populaires ou moyennes ... de stratégie pour convaincre, séduire ... et oublie que son (Terra Nova) projet de société ressemble furieusement à ... celui du pouvoir actuel : Libéralisme et mondialisation.
    Il s’agit donc ici d’une stratégie de conquête du pouvoir et non de répondre concrètement aux problèmes des plus défavorisés. Surtout pas de revenir sur la société actuelle pour construire une société plus juste et humaine.

    La gauche-droite Straus-Kanienne se moque bien de la majorité des Français, elle a juste besoin de leurs votes.


    • Micka FRENCH Micka FRENCH 3 juin 2011 07:35

      De l’Ecossaise et de l’Histoire de FRANCE...

      Les élections françaises « modernes » sont maintenant basées sur le mensonge, la corruption et la dictature avec l’aide des journaux, des télévisions et des politicards asservis, le système comptant sur les 53% de Français soit fanatiques, soit corrompus, soit illettrés, soit analphabètes que compte le pays.

      Depuis la fin du XXè Siècle, le mensonge s’est instauré dans la plus grande impunité.
      Un vendeur de patates qui utiliserait la même méthode ignoble de pub mensongère, se retrouverait en prison...

      AInsi l’UMP, parti d’extrême-droite se présente comme parti de droite à « la Gaulliste », alors qu’il est un réservoir de voix pour le FN.... ou ll’inverse....

      Ainsi le PS, réel parti de droite et d’appoint en voix à l’Assemblée Nationale est un réservoir de voies pour l’UMP...

      Les petits partis-valets tels les « écolos » et les « centristes » rejoindront..... le mieux placé« pour quelques postes personnels de ministres comme l’a fait le petit roi en débauchant des traitres tels des Mittterrrand, des Besson, des Borloo, et tant d’autres bénéficiant quoi qui qu’il arrive, d’une retraite de ministre et d’une voiture de ministre avec chauffeur à vie...

      La présidentielle de 2012 se présentera ainsi : une vraie droite extrémiste contre une fausse gauche servile.

      Que l’un ou l’autre gagne, le pays sera toujours gouverné par la PARIZOT, qui financera l’ensemble...

      Le Français oubliera bien vite, grâce à l’enfumage des médias que l’élection la PLUS IMPORTANTE n’est pas la »présidentielles", mais. bien les Législatives qui désigneront les députés qui voteront les LOIS à l’Assemblée Nationale.

      Mais qui se souviendra du nom de son député actuel qui aura voté HADOPI, LLOSPI 2 ou les lois scélérates qui ont pu être votées jusqu’à aujourd’hui, en dix années de règne non-partagé, du petit roi ???????

      Micka FRENCH qui ne dit pas que du bien de ses contemporains sur Internet depuis 1995...

      http://mickafrench.unblog.fr


    • Kalki Kalki 3 juin 2011 10:35

      Allez c’est repartie pour du socialisme ou du communisme c’est le mieu qu’un cerveau capitaliste peut faire, on a déjà essayé : du quid pro quo organisé

      VOUS SAVEZ : on va devoir forcer les gens au travail : dans des travail inutiles dans ces conditions : faire travailler les gens 5 heures par jours dans des travail inutiles ...

      1984 : faire creuser des trous puis les faire reboucher dans une guerre économique permanente qui ne sert a rien

      le travail, la vie sont inutiles

      LE PLUS DUR C’est de l’accepter : et pour tout le monde ... les riches l’ont bien accepté pour eux, ne vous en faites pas

      Ne vous battez pas dans un combat perdu d’avance
       : tout est inutile

      a vous de choisir vos voies


      PETIT SUCEUR : vous aussi vous êtes inutiles ... n’ayez pas peur imbéciles


    • surement ni les socialistes ni l’ump... A T EL POINT QUE LE PEUPLE PENSE QUE L UMP
      =PS..


      IL Y A AUTANT DE DEPUTES RICHES DE GAUCHE QUE DE DROITE..
       . D AVOCATS D AFFAIRES..ELUS DE GAUCHE QUE DE DROITE..

      DE CONFLITS D INTERETS A GAUCHE COMME A DROITE..

      DE GERANTS DE SCI ...DE GAUCHE QUE DE DROITE...

      LE PEUPLE EST TRAHI PAR CES CORROMPUS CHAQUE JOUR....ET SURTOUT LA JEUNESSE...quelle crédibilité ont ces élus...par 20% DES FRANCAIS...AUCUNE


      qu ils degagent...ou nos jeunes ferons comme en afrique du nord.......... TOUSENSEMBLE


    • Robert GIL ROBERT GIL 2 juin 2011 12:15

      est-ce le FN qui defends les classes populaires, voir ce petit texte :

      http://2ccr.unblog.fr/2011/01/17/le-fn-defenseur-des-classes-populaires/


      • Robert GIL ROBERT GIL 2 juin 2011 13:20

        oui, mais le peuple n’a jamais voté a gauche : il vote social-democrate, ça a la couleur de la gauche mais.........ce n’est pas la gauche.
        Ils faudrait au moins une foi essayer de voter a gauche.


      • @kerjean

        VOUS LE CHOUAN DU 56...VOUS PARLEZ DE LA GAUCHE SANS SAVOIR QUE LE PS N EST PAS LA GAUCHE....EXEMPLES : DSK...LANG...FABIUS...MITTERAND...TOUS DES FILS DE BONNE FAMILLE...........


        TOUSENSEMBLE.....AVEC LA VRAIE GAUCHE


      • superyeti superyeti 2 juin 2011 15:47

        Les écrits restent et les paroles s’envolent , essayer de rattraper votre pamphlet (Gauche : quelle majorité électorale pour 2012 ?) est inutile, les masques tombent, vous êtes du coté de la mouvance sociale-libérale, ayez au moins le courage d’assumer vos écrits, et essayer de raccrocher les wagons pour récupérer le vote ouvrier se voit comme le nez au milieu de la figure,

        De plus, ayez la décence de ne pas vous faire passer pour des gens de gauche, pour moi être de gauche et être libéral est incompatible, un point c’est tout. 


        • foufouille foufouille 2 juin 2011 19:23

          toujours aussi nul
          chiffres bidons
          gauche caviar


          • Dolores 2 juin 2011 20:50


            La gauche a « abandonné ses valeurs » depuis 1983 et elle l’a formellement reconnu en 2008 en adhérant à l’économie de marché.
            C’est surtout leur « marché » personnel qui les préoccupent !

            Elle est donc complice de l’exploitation des plus pauvres par les plus riches.

            Tout le reste n’est que discours auxquels les gens se laissent de moins en moins prendre.

            Pour redevenir crédible, il faudrait que la gauche redevienne ,ce qu’elle n’est plus, socialiste ; elle est plus orientée vers le centre droit que vers la gauche.

            Malgré l’analyse orientée de « Terra Nova » les milieux populaires n’ont pas besoin de ce genre de défenseurs qui les poignardent dans le dos.


            • Spip Spip 2 juin 2011 21:45

              Que Copé saute sur vos écrits, c’est de bonne guerre, vous vous attendiez à quoi ?

              « Il est donc absurde de dire que les milieux populaires ont abandonné la gauche : au contraire, ils sont toujours au cœur de son électorat naturel » Ah bon, et d’après vous d’où vient l’augmentation importante du FN ? Le « outsiders-insiders » est d’un schématisme bien commode mais affligeant, vous n’êtes pas dans les isoloirs !

              « la gauche doit faire campagne sur ses valeurs » Il est dommage que, suite à l’affaire Strauss-Khan, nous n’aurons probablement jamais à connaître le programme de « gauche » que l’ex Secrétaire Général du FMI, favori des primaires, avait dans ses tiroirs...


              • pastori 2 juin 2011 22:45

                en utilisant le terme de gauche caviar comme une injure, beaucoup répètent bêtement des slogans concoctés par des malins qui eux ne les utilisent pas car savent qu’ils se retourneraient contre eux puis qu’ ils accusent les autres de ce qu’ils sont.


                le bon peuple lui s’exécute, croyant avoir trouvé le mot qui convient !

                alors qu’il devrait se demander lesquels dirigeant des trois partis qui prétendent gouverner peuvent être qualifié de non « caviar ».

                question à se poser : « les dirigeants du parti que j’ai choisi de voter sont -ils caviar ? »


                • LE CHAT LE CHAT 2 juin 2011 23:01

                  qu’attend la gauche pour tondre les oligarques genre DSK et redistribuer vers les minimas sociaux ????? Non , elle préfère les prendre comme porte parole et continuer à berner le peuple !


                  • paoum 3 juin 2011 01:54

                    @l’auteur,

                    tu sais ce qu’elle te dit « la france de la diversité » ?
                    c’te pure langue de bois ! et insultant en plus !

                    « les outsiders de la société » mouahahahaha !!
                    comment peut-on écrire ça en parlant de citoyens de plein droit ?

                    "Il est donc absurde de dire que les milieux populaires ont abandonné la gauche : au contraire, ils sont toujours au cœur de son électorat naturel.« 

                    non, c’est »la gauche« (ps ou de la famille politique de l’auteur) qui a abandonné les »milieux populaires«  !

                     »face au risque d’un nouveau 21 avril« 

                    ben voyons ! tremblez braves gens !! oooooouuuuh !! laissez-nous faire et cachez-vous !confiez tout ça à not’bon maître, ayez confiance on vous dit, il est conseillé par des think tanks indépendant qui parlent en novlangue ! smiley

                     »En d’autres termes, elle doit combattre le populisme pied à pied, sur tous les fronts."

                    achètes un dictionnaire et vive le peuple !


                    • Chaos 3 juin 2011 04:39

                      Terra Nova qui parle de ne pas trahir les valeurs de la gauche...
                      Terra Nova, Terra Nova, n’est-ce pas ce think tank si démocratique qu’il veut transformer les élections présidentielles en un vote au faciès ?

                      http://www.tnova.fr/note/moderniser-l-lection-pr-sidentielle

                      Une jolie République Sondagière....

                      Pour en revenir au sujet, si les ouvriers ont une mauvaise image de la gauche, peut-être est-ce dû au fait qu’ils pensent que le PS des marchés financiers représente cette gauche...


                      • jcbouthemy jcbouthemy 3 juin 2011 10:52

                        Défendre le peuple, c’est lui donner le moyen de vivre décemment.

                        Parmi ces moyens, il existe le droit constitutionnel d’obtenir un emploi, issu du CNR.
                        Depuis plusieurs années, je me bats pour rendre effectif ce droit. Non seulement les partis de gauche ne m’apportent jamais leur soutien, (du coté de la droite, c’est du même ordre mais dans la logique de leur position politique), mais ils demandent à la justice de me condamner à des dommages et intérêts, espérant qu’avec l’ass comme seul revenu je me conduirai comme les pauvres qu’ils aiment : tendre la main pour obtenir les miettes des restos du coeur ou autres et dire merci, les laissant se vautrer dans leur situation de privilègiés.

                        Il vous faudra faire beaucoup d’efforts pour être vraiment de gauche.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès