Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Qui perpétue le déséquilibrage Est-Ouest de l’Ile-de-France (...)

Qui perpétue le déséquilibrage Est-Ouest de l’Ile-de-France ?

En donnant son feu vert à la construction de nouvelles tours à la Défense, le ministre de l’aménagement du territoire, également président du Conseil général des Hauts-de-Seine et président de l’établissement public aménageur de la Défense, fait un cadeau aux fonds d’investissements immobiliers internationaux, et perpétue la fracture politique, territoriale et sociale entre l’Est et l’Ouest de Paris.

L’Ouest parisien concentre les emplois. Plus de 15 millions de m2 de bureaux se situent dans les arrondissements parisiens, à la Défense, et dans les communes de l’Ouest (Levallois, Boulogne, Issy-les-Moulineaux). Le Nord et l’Est parisien émergent très lentement, avec 3 millions de m2 à Plaine Commune, Montreuil. La Seine-et-Marne avec les pôles de Roissy , de Marne-la-Vallée et de Val d’Europe ne pèse que 1 % dans l’extension du parc immobilier annuel francilien.

Dans un contexte de logements de plus en plus chers, les salariés se logent de plus en plus à l’Est pour venir travailler à l’Ouest de Paris. Le ratio emplois par habitant se dégrade en deuxième et troisième couronne. Les collectivités locales de l’Ouest parisien sont de plus en plus riches et attirent les familles aisées qui peuvent s’y loger. Les communes à l’Est doivent financer des services à une population de plus en plus nombreuse, sans avoir de nouvelles recettes liées à l’activité économique. Les communes manufacturières de l’Est sont de plus affaiblies financièrement et socialement par des restructurations industrielles (SKF, Nina Ricci...).

Le rééquilibrage Est-Ouest dispose pourtant de bases solides : l’Ouest parisien s’est développé depuis les années 1960 grâce à une économie nationale reliée à son hinterland par les grandes gares parisiennes et Orly. Aujourd’hui, dans une économie mondialisée, l’Est francilien bénéficie des liaisons aériennes internationales à partir de Roissy, et du TGV qui desservira en dix minutes Marne-la-Vallée dès 2007.

Il est surprenant que dans ce contexte, le ministre de l’aménagement du territoire, également président du Conseil général des Hauts-de-Seine et président de l’établissement public aménageur de la Défense, privilégie par une décision du 25 juillet 2006 l’extension de l’offre de bureaux à l’Ouest en autorisant la construction de 300 000 m2 à la Défense. Le gouvernement offre un dispositif fiscal favorable et des garanties financières publiques sur des grands travaux d’aménagement. Cette faveur est justifiée par le fait que l’Etablissement public d’aménagement de la Défense est en déficit récurrent. La réponse est-elle de vendre plus de droits à construire, ou bien d’augmenter la contribution des propriétaires, investisseurs institutionnels, au coût réel du quartier de la Défense ? Il est paradoxal que la Défense soit un succès pour les investisseurs mais qu’ils n’en paient pas le juste prix.

Cette décision enlise l’Est francilien, qui ne peut réussir sans une politique publique incitative pour y implanter un ou deux premiers grands sièges sociaux. Ces premières grandes implantations créeront l’ image économique qui manque à l’Est francilien, et inciteront un tissu d’entreprises de services à venir.

Donner la priorité à la Défense va à rebours de l’histoire économique et de l’intérêt régional. L’objectif d’un seul grand pôle de bureaux en Ile-de-France garantit la valorisation immobilière, mais produit de considérables coûts externes négatifs, notamment en termes de qualité de vie, de pollution et d’infrastructures de transport.

La décision de 2006 autorisant 300 000 m2 de plus à la Défense ramène ceux qui l’ont prise à leurs ancêtres, qui après 1870 avaient ajouté, dans un élan de méchant conservatisme, à la fracture sociale parisienne, sa fracture géographique Est-Ouest.

Pascal Perez

Formules économiques locales


Moyenne des avis sur cet article :  3.94/5   (49 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Flo (---.---.246.172) 3 octobre 2006 11:49

    Le probleme est t’il qu’il y ai beaucoups de tour a l’ouest de paris ou qu’il n’y en ai peu à l’est ?

    Le fait que la défense se développe est une tres bonne chose pour l’activité économique et pour l’emploi mais il faudrai également que l’est se développe tout autant.

    On ne peut pas interdire a tout un département de continuer son développement économique sous pretexte qu’un autre département est en retard.

    Apres effectivement, il y a un probleme de logement qui fait que les gens doivent de plus en plus s’eloigner de paris pour se loger.

    Si le reseau de transport en commun n’etait pas centré sur Paris exclusivement mais developpait des liaisons banlieu-banlieu plus efficace, ce probleme serai sans doute différent et on pourrai voir des pôles d’activité emerger en moyenne et grande couronne (c’etait un peu le principe des villes nouvelles je crois).


    • cdg (---.---.251.197) 3 octobre 2006 12:28

      simple affaire de $

      une ville qui cree des bureaux s enrichie (tax professionnelle) et ne depense quasiement rien.

      Une ville qui cree de logement gagne bien moins car il faut construire des ecoles, de maison de retraites, des egouts ...

      Le probleme est la, actuellement le systeme incite a cree des bureaux pas des logements

      Quand a le changer, faut pas rever, sarko vient des haut de seine, departement gagnant dans le systeme actuel


      • La Taverne des Poètes 3 octobre 2006 20:11

        Décidément Sarkozy pervertit tout : Son portefeuille ministériel multi-fonction lui en donne le pouvoir : en tant que ministre de l’Intérieur, il répand préjugés et divisions, sème la discorde et viole quelques droits fondamentaux. En tant que ministre chargé des cultes, il prétend généraliser le financement des mosquées et assurer la formation des immans en augmentant nos impôts déjà trop lourds. Enfin, on le voit ici, en tant que ministre de l’aménagement du territoire, il fait aussi parler de lui.

        Mais cela ne lui suffit pas : en qualité de prétendant à l’Elysée, il monopolise les medias et les conversations. Bref ! Il est partout ! Aux armes, citoyens !


        • Stéphane (---.---.90.135) 4 octobre 2006 12:37

          Je trouve votre article très tendancieux. Comme d’habitude, une petite pique anti-Sarkozy. Si c’était Ségolène Royal présidente de la république qui avait approuvé le projet de développement à La Défense, vous manifesteriez autant de désapprobation ?

          Juste quelques chiffres pour resituer le débat : dans le scénario médian de l’Orie (Observatoire régional de l’immobilier d’entreprise en Ile-de-France), il est prévu qu’il sera construit 5 millions de m² de bureaux en région parisienne d’ici 2015. À La Défense, comme vous l’indiquez, on n’a autorisé la construction que de 300.000 m², ce qui veut dire que seul un très modeste 6% des bureaux à construire d’ici 2015 dans l’agglomération le seront à La Défense. Cela montre deux choses : 1- contrairement à ce que vous et d’autres affirmez, on ne peut pas dire qu’on privilégie particulièrement La Défense. 2- il reste 94% des bureaux à construire d’ici 2015 que les élus de l’est parisien peuvent réaliser chez eux, s’ils s’en donnent les moyens.

          Plus largement, je trouve vos commentaires à courte vue pour quelqu’un censé s’y connaître un peu en économie. Donc si Paul est mal habillé, vous proposez de déshabiller Pierre qui a la chance d’être mieux vêtu ? C’est un peu comme si vous nous disiez que puisque les villes de province sont en retard de développement économique, il faut brider tout développement en région parisienne pour favoriser la province. Vieux réflexes malthusiens.

          Êtes-vous allé à Londres récemment ? ou à Madrid où on construit des gratte-ciels en masse ? Le problème c’est que c’est toute l’agglomération parisienne qui est en perte de vitesse au niveau européen et mondial, et qu’il faut vraiment qu’on se bouge si on veut rehausser l’image de la région parisienne comme terre d’investissements étrangers. De ce point de vue le projet de relance de La Défense est un bon pas en avant. Un gratte-ciel de 350 m. à La Défense ferait une bonne publicité à l’agglomération dans le monde, en montrant qu’on est une économie dynamique et pas seulement une ville-musée pour touristes comme les étrangers se représentent Paris trop souvent. A Londres ils l’ont bien compris, eux qui s’apprêtent à construire un gratte-ciel de 310 m. de haut juste à côté de Tower Bridge en plein coeur de la ville.

          Si vous trouvez que l’est parisien n’est pas assez développé, développez-le au lieu de vouloir brider le développement à La Défense, développement d’ailleurs fort modeste comme le montrent les chiffres de l’Orie ci-dessus. Qu’attendent les maires et conseils généraux de l’est parisien pour créer une Défense bis dans l’est parisien ? Le site près du Stade de France serait idéal pour cela. Une agglomération comme Paris avec un PIB total supérieur à la Russie ou aux Pays-Bas peut largement abriter deux quartiers d’affaires de gratte-ciels. On peut donc être tout à fait favorable au développement de l’est parisien (je le suis) sans pour autant brider La Défense qui est un atout formidable au niveau mondial.


          • europeo (---.---.65.29) 4 octobre 2006 17:58

            vous parlez d’economie mondialisee.... et vous voulez attirer les grandes firmes dans l’est parisien avec 2 ou 3 tours. C est un manque total de culture economique et intellectuel. Et la defence n’est au niveau francais, pas seulement un quartier de business, mais le prolongement de l’axe historique de paris ... Et un atout majeur pour attirer les groupes internationaux. Dans 200 ans, tous ces discours visant a devaloriser LD et la construction de nouvelles tours innovantes voir ultramodernes, seront compares aux bourgeois et intellectuels fatigues qui voulaient detruire la tour Eiffel il y a 100 ans. Certaines fois, je me dis que les francais sont vraiment des veaux, comme disait un certain general.


            • LeMaire (---.---.102.148) 5 octobre 2006 06:42

              Ah la la, comme si la Defense pouvait etre en competition avec Marne la Vallee ? Franchement il serait temps de se mettre a la page, on est au 21eme siecle, plus dans les annees 70. Brider la Defense ca ne fera que donner un coup de pouce a Londres, Francfort, Milan ou Madrid. Ce serait une tres grave erreur d’orientation. Et oui il faut avoir une vision plus globale des choses. Paris etoufe, Paris se museifie, voir s’ameliepoulinise. L’image a l’etranger est de plus une plus d’une ville figee, endormie incapable d’avoir de l’audace. Londres multiplie les projets de tours par les architectes de plus grand renom, pendant que Paris se pose des questions existentielle sur son PLU et sa fumeuse limite de construction de 37m. Le plan de relance de la Defense va bien au dela des clivages politiques. C’est une necessite pour que Paris ne decroche pas par rapport aux autres villes.


              • Claire (---.---.54.67) 5 octobre 2006 13:53

                Il faudrait surtout qu’il y ait enfin une autorité régulatrice qui coiffe toute l’agglomèration de Paris. Toutes les grandes capitales europèennes (et partout d’ailleurs) sont gérées à ce niveau là. En France on s’y met, à Lille, à Lyon...mais Paris, même si ça commence à y être évoqué, se mure derrière son périph et les petits seigneurs des alentours derrière leur petit pré carré lucratif. Le concurrent de la défense ce n’est pas Marne la Vallée, le concurrent de Paris ce n’est pas les Hauts de Seine, tout ça fait parti d’une seule et même communauté qui doit relever les défis de Londres, de Berlin et d’autres. Et cessons de mettre « l’Ile-de-France » à toutes les sauces, c’est une région rurale sur 80% de sa surface et en rien une « ville » comme on voudrait le faire croire d’autant qu’elle ne couvre même pas toute la zone d’attraction du Grand Paris. Loin s’en faut.


                • ML Meyer, administratrice de l’EPAD (---.---.221.107) 19 janvier 2007 16:16

                  En tant que représentante du Conseil régional d’Ile-de-France, je ne peux qu souscrire à votre article et ce pour 3 raisons fondamentales :
                  - l’Ile-de-France est en concurrence avec de grandes régions, européennes en particulier, qui toutes ont fait le choix d’un urbanisme bien plus innnovant et durable que les tours sur dalle de La Défense ; les grands investisseurs ne demadnent pas seulement de la concentration mais aussi de la qualité de vie et des infrastructures voire une identité valorisante en impact environnemental ;
                  - la desserte en transports publics et routiers de La Défense est d’ores et déjà saturée, les communes voisines otn tous leurs réseaux saturés, les investissements majeurs nécessaires pour sécuriser les tunnels, remodeler les boulevards urbains, renforcer les transports publics ne pourront empêcher que l’absence de logements en nombre à proximité n’ibligent les salariés du site à des trajets souvent supérieurs à une heure, sans parler des accès aux aéroports ;
                  - la compétitivité économique passe par une concentration de services et d’acitivtés complémentaires entre eux, hros les prix du foncier et l’homogénétié du mode de cosntruction écarte du site de La Défens les activités de recherc, de formation, de maintenance urbaine, de services aux salairés hors restauration. Aujroud’hui, la vie de ce site est entièrement à revoir pour le mettre en conformité avec une cohérence écologique et économique qui le rende d’accès fluide, avec un tissu de logements diversifiés à proximité et pas seulement pour les cadres mais aussi pour les secrétaires, les vigiles et teechniciens d’entretien, un urbanisme cohétent en termes de coûts de gestion. cela suppose uen véritable réflexion sur sa gouvernance poru que le développement de ce pôle ne se fasse ni au détriment de ceux qui en sont éloignés et se verraient écartés de tout développement économique, ni au détriment de ceux qui vivent ou travaillent à proximité et auraient des conditons de logement et de pollution discriminatoires. La densificaiton non négociée décidée par le ministre Perben en pleine révision du schéma directeur d’Ile-de-France et la proposition de loi déposée au Sénat apr le sénateur Karoutchi en plein réveillon pour confier la gestiona ux commuens de Corubevoie et Puteaux et au Cosneil géénral en écartant la région, al ville de paris et al Chambre de Commerce et diosposer de normes d’urbanisme dérogatoires de l’intérêt génral motrnet combien la vision de la gouvernance et de la compétitivité reste enfermée à l’UMP dans des schémas dépassés de contrôle plutôt que de partenariat. Il est d’ailleurs frappant de voir que cette proposition de loi n’a même pas été envoyée par politesse ou pour avis aux membres du CA !


                  • pascal perez (---.---.165.116) 19 janvier 2007 19:54

                    La précision de vos observations sont bien utiles. Car il s’agit d’une bataille d’influence fondées sur les faits et les idées. Aujourd’hui,les populations ne sont plus fascinées par la modernité des concentrations verticales comme elles l’étaient dans les années 70 et 80. De plus, les contraintes de transport et de logements sont pesantes. Il est donc étonnant que le débat politique ne soit pas davange centré sur le déséquilibre et l’usure de l’urbanisme francilien. Faute de débat et d’avenir, les familles quittent la région ile de France laissant derrière elles dans les banlieues les populations les plus défavorisées notamment immigrées.


                  • sebido (---.---.222.166) 14 mars 2007 06:21

                    Moi j’ai deux problèmes avec l’immobilier. Je me fous que « les riches » soient dans de « beaux quartiers ». Ce qui m’énerve, c’est qu’ils ont des appart et des barraques énormes à Paris ou dans les environs, alors qu’ils habitent à un ou à deux dedans, vivent en province ou à l’étranger une bonne partie du temps, et ce, dans une agglomération où des tas de gens cherchent à se loger sans pouvoir le faire.

                    Qu’ils se barrent à la campagne ou à l’étranger s’ils veulent du vaste.

                    Cela fera baisser les prix et les loyers.

                    Ils attendent qu’on leur coupe la tête ou quoi ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès