Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Qui sont les ’Identitaires’ ?

Qui sont les ’Identitaires’ ?

Les fascistes c’est comme les gouramis. Il en existe plusieurs variétés et pour pouvoir bien s’en occuper il faut savoir à laquelle on a affaire.

Le Bloc Identitaire - Mouvement Social Européen et les Jeunesses Identitaires sont des nouveaux venus sur la scène de l’extrême droite française traditionnellement marquée par la référence à l’Etat et la nostalgie de l’Algérie Française. Le groupe nait en 2003 sur les décombres d’Unité Radicale, un groupuscule d’extrême-droite fondé en 1998 pour structurer l’aile radicale et extra-parlementaire de cette mouvance. Se voulant œcuménique, Unité Radicale, regroupait le GUD, Jeune Résistance, l’Union des Cercles Résistance ainsi que des cadres de l’Oeuvre Française et du Parti Nationaliste Français et Européen.

Unité Radicale est dissout en 2002 après l’attentat de Maxime Brunerie contre Jacques Chirac et ses militants se dispersent. Deux de ses cadres, Guillaume Luyt et Fabrice Robert, lance alors le site les-identitaires.com et l’association Les Identitaires. Le Bloc Identitaire sera créé dans la foulée en avril 2003.

Contrairement à Unité Radicale, qui se voulait fédérateur, le Bloc Identitaire se situe clairement dans la mouvance du même nom. Son théoricien principal en France est Guillaume Faye et il regroupe des organisations comme Terre & Peuple de Pierre Vial, la Fondation Polemia ainsi que le magazine Réfléchir & Agir. Elle s’oppose à l’extrême-droite traditionnelle sur le thème de la nation, secondaire dans la pensée identitaire, et du traditionalisme catholique.

Les Identitaires se sont depuis fait remarquer par l’organisation de "soupes au cochon" distribuées au SDF, dans l’intention affichée d’exclure les musulmans et les juifs. Ils ont également créés, avec Terre & Peuples un Conseil Représentatif des Associations Blanches. Ils sont particulièrement implantés à Nice où ils se présentent régulièrement aux élections mais ont poussé des pseudopodes dans toute la France.

Si le mouvement identitaire apparaît en 2003, ses idées ont des racines plus anciennes. On les trouve dans le discours de Jean Mabire, Pierre Vial et Jean Haudry dés les années 1980 et sont manifestement influencées par les thèses du SS français Saint-Loup et du nazi "de gauche" Otto Strasser. Il s’agit, pour reprendre le terme de Stéphane François d’une sorte de "socialisme ethniciste".

Les Identitaires postulent l’existence d’une "civilisation européenne" correspondant à l’espace "indo-européen", ce dernier terme étant dans son acception raciale et non linguistique. D’un peuple indo-européen mythique venu du grand nord viendrait toutes les valeurs fondatrices de la civilisation. Cette race européenne se décomposerait en "patries charnelles", fondement d’un régionalisme racialiste, réunies en "patries historiques" (les nations européennes) au sein d’une "civilisation européenne".

Leur projet politique rejoint celui de certaines franges de la SS : une Europe fédérale, unie par la référence à la civilisation "Indo-Européenne" et divisée en régions autonomes basées sur les "liens du sang".

Cette civilisation européenne serait, selon les Identitaires, menacée par l’immigration et l’implantation de l’Islam. Leur réponse est l’interdiction de toute expression publique des religions d’origine non-européenne et l’expulsion des immigrés et de leurs descendants, sur des critères raciaux. Elle serait également menacée par le "capitalisme apatride" identifié aux Etats-Unis.

Cette idéologie permet aux identitaires de diffuser un discours pseudo-socialiste et de s’affirmer comme les défenseurs de la diversité culturelle. Il s’agit naturellement d’un miroir aux alouettes. La solidarité des Identitaires est d’abord une solidarité entre soi – entre blancs – excluant explicitement les allogènes. Leur socialisme est avant tout racial. Ce ne sont pas les habitants d’un territoire qui doivent s’approprier les moyens de production mais ses "propriétaires" et certainement pas pour assurer une égalité que les Identitaires refusent passionnément mais pour se soustraire aux influences extérieures. Ces thèses ne sont d’ailleurs pas si éloignées de celles de certains "Républicains" du style "Riposte Laïque" ou "Parti Ouvrier Indépendant", pour peu que l’on remplace la solidarité raciale par une "solidarité nationale", certes plus accueillante aux individus, mais elle aussi fondée sur l’exclusion et la "solidarité préférentielle".

Il en est de même pour la défense de la diversité culturelle. Il ne s’agit pas, comme dans le régionalisme de gauche, de défendre une multipolarité des cultures, toutes ouvertes sur le monde et en discussion permanente entre elles, mais de promouvoir des blocs monolithiques, définis par les "liens du sang" et fermés à toute influence extérieure.

C’est en jouant sur l’ambiguïté des termes que les Identitaires essaient de se faire passer pour ce qu’ils ne sont pas, c’est à dire des progressistes. Défendre les minorités et les travailleurs, ne suffit pas pour être de gauche, encore faut-il savoir quelles minorités, quels travailleurs et dans quel but.

www.damienperrotin.com


Moyenne des avis sur cet article :  3.11/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Gazi BORAT 4 mai 2009 10:48

    Toujours ce fantasme de la « Troisième Voie » ou le racolage traditionnel des tenants du fascisme en direction des classes populaires. Un discours comme celui qui permit de recruter autrefois les SA avant que le NSADP ne s’épure une fois parvenu au pouvoir.

    Le fameux « ni droite ni gauche - national ! »

    Un attrape nigaud pour prolos..

    A noter qu’avec le PNFE, on se trouve ici dans des mouvances faisant très nettement référence (comme modèle à suivre) aux institutions du Troisième Reich.

    gAZi bORAt


    • Bois-Guisbert 4 mai 2009 15:26

      Cette civilisation européenne serait, selon les Identitaires, menacée par l’immigration et l’implantation de l’Islam. Leur réponse est l’interdiction de toute expression publique des religions d’origine non-européenne et l’expulsion des immigrés et de leurs descendants, sur des critères raciaux.

      Puisque vous vous positionnez en expert émérite des fascismes, puis-je vous poser deux questions ? Bon, j’y vais, on verra bien..

      QUESTION 1

      Quand on pense que :

      - l’expulsion est rédhibitoirement impossible, depuis plusieurs années déjà :

      - la seule solution – hormis la disparition pure et simple de la civilisation européenne, toujours envisageable évidemment – réside dans l’attribution de territoires dotés de larges autonomies internes* :

      - la seule inconnue qui subsiste est de savoir si cette « sécession » interviendra avant plus qu’après la guerre civile.

      ...est-on également considéré comme identitaire et fasciste ?

      QUESTION 2

      En tant qu’expert toujours, classeriez-vous ce propos du général De Gaulle :

      « C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon la France ne serait plus la France. Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine, et de religion chrétienne... »

      .....en catégorie :

      a) identitaire et fasciste

      b) identitaire non fasciste (si ça peut exister…)

      c) fasciste non identitaire

      d) non identitaire non fasciste (le cas échéant,pourquoi ?) ?

      * En France, deux ou trois départements de la région Ile-de-France.


      • Gazi BORAT 4 mai 2009 16:20

        @ BOIS GUIBERT

        Restons sérieux : classer le général dans les « Fascistes » ?

        La seule idée d’un parti unique lui aurait fait horreur.. Par contre, il était pétri des préjugés d’un fond de culture maurrassienne et barrèsienne qu’il partageait avec Philippe Pétain (cleui que François Mitterrand fleurissait chaque année.)

        Par contre, je vous reconnais bien là dans votre obsession de la pureté raciale à laquelle vous introduisez la possibilité d’une cohabitation. Quelques esclaves, sans doute..

        Mais, au fait, qui donc calculerait ces dosages d’« allogènes » acceptables ?

        Des Professeurs Montandon ? Des experts en anthropologie raciale ?

        gAZi bORAt


      • non666 non666 4 mai 2009 15:38

        C’est le phénomène traditionnel avant election :

        1) Multiplication des emissions sur le IIIeme Reich sur Arte et les autres chaines de TV
        2) Article d’intellectuels auto-proclamés sur ce qu’est le nationalisme, mère de tous les dangers en oubliant sa génèse : la revolution française...
        3) Diabolisation de tout ce qui a droite est national ou souverainiste en montrant un ou deux gropuscules de cranes rasés
        4) Denonciation des français (tiens tiens...) revendiquant leur identité mais silence inquietant sur les agissants
        _ de la LDJ, du Betar,du Crifj pour un des camps
        _ des mouvements pro-islamiques, des sifflements de l’equipe de france lors des match france/algerie-tunisie-maroc par des individus equipés d’une CNI française....
        _ des alter-mondialistes marxistes, libertaires et autres idiots utiles de la mondialisation liberale.
        5) sondages expliquant que tous les votes minoritaires sont improductifs et qu’il faut se decider entre les « vrais » partis(UMP/PS)
        6) amplification des emissions d’humour sur les caricatures des petits candidats qui n’est en rien compensé par de vrais passage d’antenne...

        En clair et en decodé : la propagande soft de nos dictatures modernes aux apparences de democraties encore vivantes.


        • Bois-Guisbert 4 mai 2009 16:31

          VERSION CORRIGEE


          Cette civilisation européenne serait, selon les Identitaires, menacée par l’immigration et l’implantation de l’Islam. Leur réponse est l’interdiction de toute expression publique des religions d’origine non-européenne et l’expulsion des immigrés et de leurs descendants, sur des critères raciaux.

          Puisque vous vous positionnez en expert émérite des fascismes, puis-je vous poser deux questions ? Bon, j’y vais, on verra bien..

          QUESTION 1

          Quand on pense que :

          - l’expulsion est rédhibitoirement impossible, depuis plusieurs années déjà :

          - la seule solution – hormis la disparition pure et simple de la civilisation européenne, toujours envisageable évidemment – réside dans l’attribution, aux allogènes alterculturels, de territoires dotés de larges autonomies internes* :

          - la seule inconnue qui subsiste est de savoir si cette « sécession » interviendra avant plutôt qu’après la guerre civile.

          ...est-on également considéré comme identitaire et fasciste ?

          QUESTION 2

          En tant qu’expert toujours, classeriez-vous ce propos du général De Gaulle :

          « C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon la France ne serait plus la France. Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine, et de religion chrétienne... »

          .....en catégorie :

          a) identitaire et fasciste

          b) identitaire non fasciste (si ça peut exister…)

          c) fasciste non identitaire

          d) non identitaire non fasciste (le cas échéant, pourquoi ?) ?

          * En France, deux ou trois départements de la région Ile-de-France.

           


          • JONAS JONAS 4 mai 2009 17:37

            @ L’Auteur  :

            Si les identitaires sont des Gouramis, vous êtes un Barbu de Sumatra  ! Île dont la religion est Musulmane…Et les barbus Musulmans, n’ont pas à s’occuper de la politique et des affaires Européennes.

            C’est clair  !  !  !

             


            • morice morice 5 mai 2009 09:53

              Bref, des fachos, pour résumer. pour l’autre zozo là le « national-SOCIALISME » c’est de l’hitlérisme. Au cas où il ferait semblant de l’oublier. « identitaire de droite » est une litote : c’est d’extrême-droite, pure extrême-droite. Facho quoi. Néo-nazi, les oripeaux et les uniformes en moins. Bois-Guibert est d’extrême droite traditionnelle, celle qui va à la messe : le sabre et le goupillon. Et tous envahissent Agoravox avec leurs propos de haine et leur RACISME, leur point commun à tous.


              • cob59 5 mai 2009 10:46

                Pour un nationaliste, Hitler n’a étonnamment pas craché sur les capitaux US qui ont alimenté ses industries (Ford notamment). Il n’a pas non plus rechigné à investir dans le pétrole US pour motoriser et déployer ses armées.


              • Stéphane Bouleaux 5 mai 2009 10:29

                Article à charge contre les francais et ceux qui sont contre l’immigration.

                D’ailleurs morice n’a pas tardé à apporté sa petite pierre.

                L’auteur esquive sciemment les « identitaires » marocains, arabes, bref musulmans, faisant de l’« indentitaire » (le francais blanc) un fasciste.

                Mais ce genre de propagande, on la connait par coeur, elle arrive toujours avant les elections.

                Ben oui, faut bien remplacer la grippe par le peril « brun ».


                • Bois-Guisbert 5 mai 2009 16:29

                  Je prends acte du silence que l’auteur a opposé aux deux questions que je lui ai posées et je ne lui reproche pas son silence.

                  Il n’a peut-être pas eu le temps de répondre, mais il se peut aussi que, cette discussion étant très peu fréquentée, il ait jugé superflu de se fatiguer avec des interrogations dérangeantes...

                  Je vous retrouverai sûrement en une autre occasion.


                  • tioneb 5 mai 2009 18:07

                    Pourquoi les noirs (qui n’existent pas) auraient droit au CRAN alors que les blancs eux n’y on pas le droit ?

                    Tout le monde admet qu’il existe une civilisation asiatique, sud-américaine, maghrébine, africaine, egyptiene mais la civilisation européenne, elle, n’existe pas.

                    "Cette civilisation européenne serait, selon les Identitaires, menacée par l’immigration et l’implantation de l’Islam. Leur réponse est l’interdiction de toute expression publique des religions d’origine non-européenne et l’expulsion des immigrés et de leurs descendants, sur des critères raciaux.« 
                    Mais lorsque les noirs, les arabes, les asiatiques et les indiens se sont sentis menaçé par les européens chrétiens (qui n’existent pas), ils on eux aussi expulsé sur critères raciaux : on a appelé ça la décolonisation et tout le monde à l’air de trouver ça formidable dans ce sens. Pourquoi d’un coté c’est une lutte légitime, et de l’autre illégitime si ce n’est que les civilisation n’ont pas les même droits ?

                     Elle serait également menacée par le »capitalisme apatride" identifié aux Etats-Unis.
                    Parceque le capitalisme connait des frontières ? MacDo CocaCola c’est bien du capitalisme, c’est bien apatride et ça vient bien des Etats Unis. Là c’est le moment ou vous vous ridiculisez car n’importe quel gauchiste, altermondialiste, communiste ou anarchiste de base, même une grande partie des sarkozyste est 100 pour 100 d’accord avec ça.

                    Autrement dit, Ghandi, Mandela ou le Dalaï Lama sont des identitaires mais eux ils ont le droit.


                    • pinson 5 mai 2009 19:25

                      Ce n’est pas un article, c’est un recopiage de fichier des RG !
                      Avec le même genre d’erreur, les mêmes approximations historiques et politiques et bien sûr les sempiternels nazis et autres anciens SS qui jaillissent du chapeau.
                      Un exemple (un seul, parce que je ne suis pas là pour aider « l’auteur » à mettre ses fiches de police à jour) : la fondation Polémia n’est pas du tout inféodée au Bloc Identitaire.
                      Ca fait toujours apparemment sérieux d’énumérer des noms d’organismes, de groupuscules et de personnalités dont on ignore tout en dehors de ça. Ca impressionne.
                      Inutile par exemple de faire remarquer à l’« auteur » que le PNFE était un hypergroupuscule de néo-nazis complétement allumés, bien utile aux provocations du régime et qui a cessé d’exister il y a au moins 25 ans, soit à peu près la moyenne d’âge des membres du Bloc Identitaire.

                      Puisque l’auteur s’intéresse tant à « l’extrème droite » peut-on lui suggérer de s’intéresser à leurs idées, de les rencontrer, de les contredire, de polémiquer, pourquoi pas ?
                      Parce que figurez-vous que ce sont des vrais gens, en chair et en os....


                      • Damien Perrotin Damien Perrotin 5 mai 2009 20:46

                        Je n’ai jamais dit que Polemia était inféodé au Bloc Identitaire, mais qu’elle appartenait à la même mouvance, comme Terre et Peuple ou Réflechir & Agir... quant au PNFE, des anciens de ce groupe sont allé à Unité Radicale.

                        Maintenant pour ce qui est de rencontrer l’extrême-droite, désolé, je sais trop bien comment se passerait la « rencontre » s’ils avaient le pouvoir. Je préfère les étudier de loin, comme on étudie le bacile de la peste et pour les mêmes raisons


                      • Bois-Guisbert 5 mai 2009 20:52

                         Je préfère les étudier de loin, comme on étudie le bacile de la peste et pour les mêmes raisons

                        Désolé, mais si vous n’avez pas le nez dessus, vous n’en connaîtrez que dalle. Alexandre Yersin a pris énormément de risques pour l’identifier. Mais c’est tellement plus facile et rassurant d’intenter des procès d’intention, que je ne vous reprocherai pas votre dérobade.


                      • JONAS JONAS 6 mai 2009 14:12

                        @ L’Auteur  :

                        Si les identitaires sont des Gouramis, vous êtes un Barbu de Sumatra  ! Île dont la religion est Musulmane…Et les barbus Musulmans, n’ont pas à s’occuper de la politique et des affaires Européennes.

                        C’est clair  !  !  !


                      • pinson 6 mai 2009 10:59

                        « Je n’ai jamais dit que Polemia était inféodé au Bloc Identitaire »
                        Si, désolé, c’est exactement ce que vous avez dit : « il (le bloc identitaire)regroupe des organisations comme Terre & Peuple de Pierre Vial, la Fondation Polemia... »
                        Et au fait, ce n’est pas vrai non plus pour Terre et Peuple....

                        Ce qui aurait été « scientifique », aussi, c’est d’évaluer ce que représentent en terme d’audience et /ou d’effectifs la myriade de groupuscules que vous citez. Le plus souvent pas grand chose, il faut le reconnaître
                        ...Mais votre but n’est même pas politique,même pas sociologique...votre but, c’est de poser au spécialiste de la redoutable nébuleuse néo-nazie, tout en reconnaissant assez bizarrement que c’est un sujet qu’il n’est pas nécessaire de connaître pour en parler.


                        • Mike643 2 mars 2010 14:07
                          Je suis français, parce que je suis de nationalité française. Que ma nationalité soit d’origine ou acquise, peu importe, pourvu que je mer econnaisse fils d’une nation, c’est-à-dire d’un ensemble d’humains unis par une communauté de territoire, de langue, de traditions et d’aspirations.
                          Le territoire, c’est ma maison ; la langue en est la clé ; les traditions en sont les fondations ; les aspirations sont les portes et les fenêtres. Le tout, c’est mon présent. C’est ce présent localisable, parlant, historique et prospectif que j’incarne quand je me déclare français. Mon identité est donc plus que ma carte d’identité : c’est un vouloir-être qui m’oblige à réagir contre ceux qui ne veulent pas de la France, alors même qu’ils y vivent ou qu’ils envivent. Mon identité est une action ! L’Histoire qui me porte est aussi l’Histoire que je porte dans un sentiment permanent d’auto-défense. Mon identité est un silence intérieur capable de colères. L’actuel débat sur l’identité nationale corrobore cette évidence. La France gronde en moi comme en
                          chaque Français qui aspire à rester français, car l’actuelle identité de la France est en train de changer l’identité des Français ! Les Français en ont assez, en effet, de vivre au quotidien l’altération de leur être.
                           Être français, c’est donc être hostile à ceux qui sont hostiles aux lois françaises, à commencer par celles qui sont perçues comme lois du pays

                          Je suis français, parce que je dénonce la « nouvelle France » !
                          Je suis français, parce que je suis révolté d’entendre, sur mon sol, des manifestants hurler des slogans antisémites ou soutenir les terroristes du Proche-Orient.

                          Je suis français, parce que je ne supporte pas que des drapeaux étrangers ou des banderoles francophobes soient brandis agressivement lors de rencontres sportives ou dans des manifestations de rue.

                          Je suis français, parce que je ne tolère plus les personnes qui, sous le couvert de nos lois, font le lit de leur culture en défaisant celui de la République.

                          Je suis français, parce que je ne veux plus de ces prêcheurs qui, au nom d’une religion, tiennent des discours anti-occidentaux.

                          Je suis français, parce que je n’apprécie pas du tout qu’il y ait, dans nos banlieues, des hommes et des femmes pour voir en Ben Laden un saint ou un héros.

                          Je suis français, parce que je n’ai plus la sollicitude que j’avais naguère pour les « sans-papiers » et autres hors-la-loi qui squattent nos églises et méprisent nos droits en exigeant des droits différentiels.

                          Je suis français, parce que je n’accepte plus que des élèves ordonnent qu’on réécrive les cours d’Histoire au seul motif que l’enseignant leur présenterait une vision exclusivement judéo-chrétienne du monde.

                          Je suis français, parce que je ne comprends plus que des étudiants musulmans récusent la mixité, les enseignantes, les enseignants non musulmans, la pensée déiste, encyclopédiste, athée, les Lumières, les cours de littérature, de philosophie, de physique, de biologie, de sport, en un mot tout ce qui gêne leurs convictions célestes.

                          Je suis français, parce que je suis excédé de ne plus pouvoir mettre, à Noël, une crèche dans une vitrine ou un sapin dans une école sans déclencher une commission d’enquête.

                           Le Français que je suis, enrage d’apprendre qu’un train peut être un lieu de tabassage ou de viol, voire un moyen de transport quasi gratuit pour ces anonymes qui tabassent et qui violent, et dont l’identité, systématiquement tue, se révèle pourtant par ce silence même !

                           Le Français que je suis serre les poings lorsqu’il entend Dominique Baudis avouer personnellement « ne plus pouvoir sortir dans certains quartiers sans se faire traiter de « sale Français » (FR3 Toulouse, 1999) ! Le Français que je suis, souffre de savoir qu’en 2002, François Bayrou quis’était rendu à Strasbourg dans le cadre de la campagne présidentielle, a vu les vitres de la mairie où il se trouvait, brisées par des pierres, comme s’il était le Mal, et qu’en 2005, Nicolas Sarkozy, visitant une cité « difficile  » d’Argenteuil, a été caillassé de la même façon comme s’il était le Diable  !

                          Le Français que je suis n’est pas près d’oublier l’image incroyable du visage de Jacques Chirac couverts de crachats de « jeunes » lors d’une visite à Mantes-la-Jolie, le 4 mars 2002, ni la Marseillaise sifflée en 2001, 2007 et 2008 au stade de France !

                          Je suis français, lorsque je m’insurge contre la tiers-mondisation de nos cités, d’où les autochtones sont chassés au prorata de l’arrivée des étrangers, conformément à une politique immigrationniste suicidaire qui aligne progressivement notre pays sur le Kosovo devenu musulman à 90% en moins de 50 ans !

                          Je suis français, lorsque je vomis le racisme anti-blancs, comme tout autre forme de racisme, et par conséquent, lorsque je tempête contre la discrimination positive », en laquelle j’aperçois l’avancée du « racisme positif » sitôt qu’elle se fonde sur la couleur, et du « politiquement correct  » dans ce qu’il peut avoir d’imbécile et de pleutre !

                          Je suis français, lorsque je fulmine contre les lois françaises appliquées du bout des lèvres dans les « cités » et les « banlieues ».

                          Je suis français, en refusant de baisser les yeux quand je croise les occupants de zones hypocritement qualifiées de « non-droit ».

                          Je suis français, lorsque je n’entends plus être une victime «  ethnique » de la violence ordinaire, que ce soit pour une aile froissée, une priorité refusée, une cigarette que je n’ai pas la chance d’avoir sur moi, un sandwich au jambon jugé « insultant », un geste ou un mot interprété de travers, ou le simple fait d’être là.

                          Je suis français, quand j’anticipe les violences qui n’auraient pas manquer d’éclater dans tout l’Hexagone au soir du 18 novembre 2009, si la victoire frauduleuse de l’équipe de France de football avait été obtenue non contre l’Irlande mais contre l’Algérie.

                          Je suis français, quand je constate, scandalisé, que les fêtes du Nouvel An célèbrent le renouvellement flambant neuf du parc automobile !

                          Je suis français, quand j’exige que soient sévèrement punis ceux qui téléphonent aux pompiers et aux médecins pour les faire tomber dans d’immondes traquenards.

                          Je suis français, quand s’agitent en ma mémoire, les voyous qui saccagent nos lieux de vie parce qu’un des leurs s’est tué accidentellement au volant d’un véhicule volé, et qui, profitant de ce drame, jettent par la fenêtre de leur immeuble, frigidaires, machines à laver, téléviseurs et autres objets « anodins », défoncent les devantures de locaux et de magasins à la voiture bélier, attaquent les commissariats au lance-roquette, accueillent les forces de l’ordre à coups de pierres, de boules de pétanque, de cocktails Molotov, de revolver ou de fusil, incendient tout ce qui peut brûler,trafiquent la poudre, les véhicules et les armes... quand ils ne s’engagent pas dans des cellules terroristes pour semer sur notre sol ou ailleurs la

                          dévastation et la mort !

                          Je suis français, quand des rappeurs veulent « niquer la France », quand Houria Bouteldja traite mes compatriotes de « souchiens », quand je dénonce l’islamisation de mon pays comme des pays européens, quand je plaide pour une Europe laïque et féministe, quand j’admire Malek Boutih, Malika Sorel, Hamid Zanaz, Kébir Jbil, Pascal Hilout, Sihem Habchi, Abdennour Bidar... tous issus de l’immigration et tous honneur de la France par
                          leur engagement authentique en faveur des valeurs républicaines.

                          Je suis Français, quand je soutiens les Droits de l’Homme, quand j’en appelle à l’universel par la femme qui est l’Homme et par l’Homme, qui ne vaut que par l’universel.

                          Je suis français plus que jamais quand, au nom de cet universel, je pense aux Français qui ont donné leur vie non seulement pour que je n’aie pas à donner la mienne, mais encore pour que je puisse vivre les valeurs qui les ont tenus debout quand tout s’écroulait autour d’eux.

                          Ces valeurs ne doivent pas être noyées dans je ne sais quelle honte nationale : c’est par elles et pour elles que je suis ce que je suis.

                          Je suis français par résistance !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès