Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Qui veut la peau de l’euro ?

Qui veut la peau de l’euro ?

Ce n’est pas sur Agoravox, journal citoyen en ligne que je vous apprendrais qu’il y’a un monde entre ce que les grands médias de masse diffusent comme “informations” et la réalité du terrain, que ce soit sur les questions économiques, européennes ou géopolitiques.

Le problème étant que désormais le sens critique de la population est clairement altéré par une presse de propagande aussi libérale qu’européïste. Une brève analyse de notre société permet néanmoins de déceler ce que pensent réellement les français, malgré la censure et les logorrhées de ces incapables de Alain Mink et Jacques Attali qui seraient censés représenter les vues économiques partagées par “la France d’en bas”.

D’abord dressons un petit aperçu de la population française pour essayer de comprendre en quoi les tranches d’âge ont un rôle essentiel sur le sujet dont nous allons traiter ici et malheureusement pour vous mesdames, le sexe aussi...

Selon l’INSEE, sur une population de 65 Millions d’habitants, plus de 15 Millions ont moins de 20 ans et près de 11 Millions ont plus de 65 ans. Soit en clair une population active de 37 Millions de Français environ.

Avant d’aller plus en avant dans la démonstration que je souhaite faire ici, évoquons deux constats : Les plus jeunes ont grandi avec la propagande européenne et l’euro. Aujourd’hui, un étudiant de 20 ans est né à l’époque de la ratification du traité de Maastricht. De l’autre côté de la pyramide des âges, les plus anciens ont toujours soutenu l’idée de “construction” européenne au travers des candidats promus par les grands médias comme je vais tenter de le démontrer.

Évoquons pour commencer un bref aperçu du conditionnement politique de la population par un regard porté sur le résultat des élections présidentielles de 2012 s’agissant du premier tour. Pour commencer, il est notable de constater que l’abstention a atteint le triste chiffre de 9,44 Millions de Français ayant préféré vaquer à d’autres occupations que de participer à la mascarade politique actuelle. Cela représente un cinquième des électeurs, soit un poids considérable en terme de perte de légitimité sur un scrutin d’une telle importance.

Nous ne ferons pas le détail des abstentionnistes ici pour nous intéresser plutôt aux tranches d’âges des électeurs du premier tour. Notons tout de même pour indication principale que ce sont les jeunes actifs qui se sont le plus abstenus de voter contrairement à la tranche “40 ans et plus” qui a massivement voté pour les candidats présentés au premier tour.

A défaut d’avoir trouvé des chiffres permettant de détailler exactement les résultats par profils sociaux pour le premier tour de scrutin, nous nous contenterons d’une maigre analyse statistique de la T.N.S Soffres pour évaluer ces résultats. Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon qui représentaient les plus “fervents opposants” aux traités européens ont été crédités à eux deux de 33% d’intentions de vote par les hommes et 27 % pour les femmes. Je n’irais pas jusqu’à dire que le beau sexe est plus conservateur de l’ordre établi mais dans cette étude en tout cas, les hommes choisissent plus volontiers “la prise de risque politique”.

Ce sondage révèle en revanche une profonde mutation de la pensée politique en France puisque les 18-34 ans représentent 47 % de l’électorat de Madame Le Pen soit des chiffres à égal niveau pour la même tranche d’âge, des intentions de vote pour Nicolas Sarkozy et François Hollande réunis. Monsieur Mélenchon pour sa part à un portefeuille de voix bien diversifié puisque toutes les tranches d’âges sont représentées à hauteur de 10 % environ.

A l’inverse, les plus de 50 ans délaissent ces partis politiques “bousculant” l’ordre établi pour se retrouver à plus de 63 % d’intentions de vote pour Nicolas Sarkozy et 58 % pour François Hollande. Il semble que les jeunes et les vieux ne soient pas exactement sur la même longueur d’onde s’agissant des choix politiques les plus pertinents pour l’avenir... de la jeunesse !

En clair, la jeunesse n’emmerde plus le front national mais cependant, lui accorde t’elle un vote d’adhésion ou plutôt un vote stratégique ? Bien sur les questions de violences urbaines et d’immigration ne peuvent laisser insensibles des jeunes français qui vivent massivement dans les grandes agglomérations, mais il y’a peut être autre chose derrière cela :

 

La puissance de feu qu’est internet.

Si Nicolas Dupont-Aignan a jouit d’un minimum d’audience médiatique (malgré une diabolisation de sa lutte anti-euro), celui-ci revendique un électorat très important parmi la jeunesse. Il en va de même pour François Asselineau, homme politique censuré par l’oligarchie médiatique mais qui connaît un essor formidable grâce aux réseaux sociaux et aux médias alternatifs (merci Agoravox).

Puisque Monsieur Mélenchon se contente de dénoncer les traités européens sans jamais dénoncer le symbole qu’est l’euro contrairement à Madame Le Pen, M. Dupont Aignan et M. Asselineau, on peut postuler que la jeunesse ne veut pas seulement la peau du Traité de Lisbonne mais bien aussi celle de la monnaie commune. Si ce cher Jean-Luc voulait bien retirer son tablier pour écouter un peu plus sa “base”, il ne se contenterait pas de 24 % d’électeurs dont la moyenne d’âge oscille de 18 à 34 ans. Il irait chercher avec les dents le même électorat chez Madame Le Pen qui fait plus du double de voix sur la jeunesse en taclant la monnaie commune.

Hors nous savons que l’outil internet est largement plébiscité par les plus jeunes. Ainsi dans une étude T.N.S Soffres datant de février 2010, on apprend que 72% des 15-34 ans considèrent qu’internet est une une source d’information importante pour eux. Ce chiffre décroît en fonction des tranches d’âge puisque les 35-59 ans lui attribuent une confiance à hauteur de 57% et les plus de 60 ans ne sont plus qu’une petite moitié à considérer internet comme un bon outil pour s’informer.

Si l’on juxtapose ces données avec une autre étude statistique du même institut, cette dernière précise en 2011 que si les moins de 35 ans s’informent à 50 % sur internet, ils ne sont plus que 18 % chez les plus de 35 ans. Cela signifie par opposition que les médias traditionnels restent privilégiés pour les plus de 35 ans alors que les jeunes les délaissent. Malheureusement ces chiffres restent imprécis mais contentons nous de faire quelques observations plus générales qui n’ont pas besoin de chiffres, mais simplement d’un peu d’analyse de comptoir de la France d’en bas, car je revendique ma petite part de sagesse de prolo :

Les plus âgés ont connu directement ou indirectement la seconde guerre mondiale. La “construction” européenne signifie pour eux la voie la plus logique de la paix. Ce sont aussi nos anciens qui ont connu les 30 glorieuses et qui regardent le plus massivement la télévision, ne serait ce que par ce qu’internet représente pour nombre d’entre eux un outil relativement complexe à aborder alors qu’écouler une retraite paisible en suivant passivement des programmes de télévision est beaucoup plus “reposant” pour l’esprit.

Au vu de la propagande, on comprend mieux pourquoi nos aînés sont les plus confiants envers l’euro quand les plus jeunes rejettent cette devise. Et comme nos anciens détiennent 80 % de l’épargne en France, leur confiance au système n’en est que plus renforcée puisqu’ils considèrent que le Traité de Rome ne les a pas empêché de jouir de l’essor économique de la France (qui ne doit pourtant rien à l’Europe). De plus, une sortie de l’euro avec une légère dévaluation du nouveau FRANC signifie pour eux une dépréciation de leurs capitaux épargnés. Pas folle les guêpes, même si on emporte pas dans la tombe l’argent que l’on se refuse de dépenser.

 

Soyons “professionnel” et citons une dernière étude à ce sujet :

Le sondage Ifop-France soir sur “les Français et la sortie de l’euro” publié en janvier 2011 précise que la génération Maastricht (18-24 ans) souhaite la réintroduction du FRANC à hauteur de 22 %, quand la génération qui lui succède (les 25-34 ans) se revendique hostile à la monnaie commune à hauteur de 36 %. Et plus intéressant encore, on constate que la France qui a eu le temps de faire le constat sur les hypothétiques bénéfices du traité de Maastricht (les 35-49 ans) et les traités qui ont suivi, est hostile à l’euro à hauteur de 38 %. La confiance en la récupération de notre monnaie s’effondre ensuite jusqu’à atteindre 13 % à peine pour les plus de 65 ans.

Cette étude est intéressante à plus d’un titre car, à la question de la proximité politique des personnes interrogées, 52 % des sympathisants du Front de Gauche se déclarent hostiles à l’euro, les électeurs du P.S se déclarent eurosceptiques à 24 % alors que l’UMP qui pour rappel a fait ses plus gros scores chez les plus âgés bat un record d’europhilie avec seulement 9 % de sympathisants hostiles à la récupération de notre monnaie nationale. La petite explication sur le positionnement à l’extrême droite ultra-libérale des anciens est certainement liée à la croyance infondée que le teigneux Sarkozy incarnait la continuité du Gaullisme pour les plus âgés des Français, et pour la génération des soixante-huitards (déjà à la retraite), la continuité du pseudo-libéralisme qu’ils chérissent tant.

Quant à vous Mesdames, vous serez navrées (ou non) d’apprendre que vous êtes les plus conservatrices vis à vis de la doxa monétaire actuelle, puisque vous dénoncez l’euro à hauteur de 25 % quand les hommes sont plus remontés politiquement pour 31 % d’entre eux contre la monnaie commune. Ne craignant pas spécialement d’assumer ma pensée à ce sujet - et je sais que beaucoup d’hommes me comprendront - ce conservatisme féminin est certainement lié à un manque d’intérêt pour l’information politique en général, mais que l’on pourrait nuancer par différentes explications sociétales comme la maternité en plus du travail... ou plus sûrement le shopping que vous préférez bien souvent à la politique contrairement aux garçons. Vous pourrez m’insulter d’affreux macho dans les commentaires, je m’en remets à celles qui me connaissent réellement pour me dédouaner sur la question.

Plus sérieusement, nos anciens ne veulent pas écouter leurs enfants et petits enfants qui sont pourtant l’avenir de la France. La plupart des Français qui ont compris les dégâts considérables causés à la Démocratie autant qu’à l’économie par la démolition européenne de notre pays sont donc globalement jeunes, plutôt à gauche (et non pas à l’extrême droite comme les médias voudraient tant nous le faire croire), et utilisent massivement internet pour s’informer. Si la génération Maastricht semble légèrement hostile à l’euro, il faut comprendre que les 18-24 ans sont dans une tranche d’âge où la conscience politique s’éveille, et où l’on passe plus de temps à étudier le jour, bosser à Mc do le soir avant d’aller faire la fête chez des amis. Bref une période où l’on refait le monde encore timidement avec ses amis. En revanche, la tranche d’âge 25-34 ans représente de jeunes actifs qui ont eu le temps de mûrir un peu plus leur éveil politique et ayant connu l’ère du FRANC, n’ont pas l’impression qu’ils étaient spécialement racistes lorsqu’ils payaient une baguette 3,50 F à l’époque. Les 35-50 ans ne sont plus tout à fait jeunes, mais travaillent, ont bien compris qu’on leur avait joué de la flûte avec l’euro et n’en sont plus au stade d’éveil politique mais plutôt de résignation face à une oligarchie qui les opprime. Ils restent cependant moins bien informés que les plus jeunes sur les mécanismes exacts de la monnaie et des traités européens car ils privilégient encore le Dieu téléviseur.

Ce sont donc les plus jeunes qui par habitude de rechercher directement de l’information sur internet, s’éduquent le plus par le visionnage de conférences ou la lecture d’articles plus spécialisés sur ces sujets, et rejettent le plus massivement la propagande actuelle. Ce qu’a d’ailleurs remarqué le sociologue Bertrand Bergier qui constate que nombre de Français ayant cessé de regarder la télévision sont pour la plupart des adolescents ou des jeunes adultes, cela au profit d’internet encore une fois.

Le 8 décembre 1991, l’U.R.S.S a été démantelée dans la débandade générale. Quelques jours auparavant, tout le système politico-médiatique de l’ex-empire soviétique continuait sa propagande en faveur de l’U.R.S.S. Il semble que nos politiciens et journalistes sont à ce point arrogants et déficients intellectuels, qu’ils ne veulent prendre en compte les leçons de l’Histoire.

Aujourd’hui, avec une France deuxième contributrice de l’Union Européenne et une jeunesse qui vieillit en affermissant sa position anti-euro, il est certain du point de vue sociologique que contrairement à ce Mario Draghi annonçait avec la suffisance propre aux détachés de la Goldman Sachs partout en Europe, que la monnaie commune tout comme les traités sous-jacents partiront en fumée dans un proche avenir.

On pourrait l’analyser du point de vue strictement financier et économique puisque le principe d’argent dette est lui-même en train de s’effondrer du fait même des multitudes de lois votées en faveur de la dérégulation financière et économique, n’en déplaise aux pseudos analystes de BFM qui soit aussi bons en économie que Sarkozy est un pacifiste convaincu.

On pourrait l’observer du point de vue de l’Histoire comme Annie Lacroix-Riz et François Asselineau aiment à le faire remarquer, les empires en Europe s’effondrent toujours.

On sait cependant que le Dollar et le Yuan ayant plus de chances de s’effondrer avant l’euro, la monnaie commune pourrait devenir un refuge (très bancal) pour les grosses fortunes qui refusent de dépenser NOTRE monnaie dans l’économie réelle. Dans de telles conditions, il est évident que l’euro subirait lui aussi la fin de son règne puisque les marchés asiatiques et américains s’effondreraient brutalement mettant au tapis ce qui nous restait d’exportations possibles comme relais de croissance.

Au final, la seule chance de pouvoir en sortir par le haut, sans crise monétaire majeure (du moins ingérable) ni risque de guerre, c’est bien le démantèlement de l’Union Européenne par la voie politique. Hors, à moins d’empêcher nos plus anciens d’aller voter (ce qui n’est tout de même pas très fair play), le pourrissement de la situation sera durable.

D’où ma question à la jeunesse :

Puisque tu es si bien renseignée, pourquoi tu ne te révoltes pas une bonne fois pour toute ?
Crains tu d’assumer ce que tu sais de ta destinée si tu n’éjectes pas les fous ?

S.B

 

Sources des études ayant permis la rédaction de cet article :


Analyse du premier tour des présidentielles de 2012

Les français et la sortie de l'euro

Les Français et les médias.
 


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

43 réactions à cet article    


  • amiaplacidus amiaplacidus 29 décembre 2012 09:13

    Ne vous inquiétez pas Malthus, la jeunesse est une maladie qui se soigne tous les jours !


    • LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ET LES GROSSES BANQUES DE WALL STREET OU DE LA

      CITY....méfions nous de la perfide albion porte-avions des us...en EUROPE


    • Malthus Malthus 29 décembre 2012 09:22

      J’espère rester malade assez longtemps pour voir l’U.E démantelée en tout cas !
       ;)


      • Romain Desbois 29 décembre 2012 09:30

        bof, on n’a jamais été aussi près de la fin du monde smiley


      • eau-du-robinet eau-du-robinet 29 décembre 2012 10:19

        Bonjour Malthus,

        Très bon article.

        Hier j’ai capté cette information :

        Jacques Delors suggère au Royaume-Uni de quitter l’UE

        Je propose qu’on dissous l’Europe avant que ce soit trop tard !

        Le plus grand danger qui nous guette dans les années à venir, pour être exact en 2015, est le grand marché transatlantique.

        Le traité transatlantique ouvre un droit légitime pour les Etats-Unis d’exercer leur pouvoir sur les pays de ancienne Europe, donc la France, les quelles ne pourront plus se défendre contre les sociétés américaines comme par exemple la société Monsanto la quelle pourra tranquillement écouler leurs produits polluantes sur nos marchés voire sur nos terres.

        La phase actuelle des relations entre l’Union européenne et les États-Unis est spécifique. Elle consiste dans l’abandon de la souveraineté intérieure des pays membres de l’Europe des 27. Grâce à une hégémonie du droit des États-Unis sur le sol européen, l’exécutif US exerce un pouvoir direct sur les populations européennes. A travers de nombreux accords, cette souveraineté sera légitimée par les institutions de l’Union.

        Je compare cet futur accord avec l’USA au traité de Maastricht « version BIS » donc la grande majorité des gens ne comprendront pas le contenu. C’est voulu, fait exprès, pour que le gens ne pourront pas poser des question et d’éviter un grand débat politique sur le fond de cette annexion de l’Europe aux États-Unis.

        Notre raison principale pour sortir de l’Europe de 27 et de quitter l’Euro est la perte totale de la démocratie, car à la commission de Bruxelles siègent des gens non élu, qui défendent tout sauf les intérêts des citoyens Européens. Bruxelles est un nid géant de lobbyistes !

        A ce jour il n’existe aucune harmonisation fiscale, d’ou des nombreuses articles en ce moment, pour créer un écran de fumé, au tour de l’acteur Gérard Depardieu.

        Actuellement on détruit toutes les services publics via la privatisation !

        Un état sans service public n’est pas un état démocratique.

        Nous avons été trahi ses derniers décennies par le gouvernements successives au pouvoir, qui ont détruit ce que nous grand parent ont construit après la deuxième guerre mondiale.

        Le résultat est plus que visible, le fausse entre riches et pauvres ressemble à la faille faille san andreas

        Quittons l’Europe ... et vite !


        • Bug Cafard Bug Cafard 29 décembre 2012 21:56

          A Malthus

          « Je propose qu’on dissous l’Europe avant que ce soit trop tard » !

          No good :
          Je propose que l’on dissolve l’Europe avant qu’il ne soit trop tard.

          Aïe pas sur la tête.
          Bug


        • Mmarvinbear Mmarvinbear 29 décembre 2012 10:20

          Vous savez, ce n’est pas en additionnant des pommes et des bananes que vous arriverez à avoir votre quota d’ananas.


          Vous nous assenez des études et nous montrez quelques tranches en voulant nous faire croire que cela en fera un coulis appréciable. 

          Dans une tranche d’âge, il y aura toujours des partisans et des opposants déclarés. Mais au moment du choix, ce n’est pas ce critère seul qui poussera l’électeur vers un bulletin ou un autre.

          Si on en croit les résultats du 1er tour, les partisans de l’ Euro constituaient près de 70 % de l’électorat (ils ont voté pour les candidats favorables à l’intégration européenne). C’est un chiffre bien plus parlant et plus fiable que votre salade de chiffres.

          Malgré les critiques qu’on lui porte, les Français VEULENT l’Euro à une très large majorité. Et ils savent très bien que ce n’est pas Bruxelles qui a mit la baguette à 6 francs, mais bien leur boulanger.

          • mike gallantsay 1er janvier 2013 03:19

            « Malgré les critiques qu’on lui porte, les Français VEULENT l’Euro à une très large majorité ».

            Puisque vous êtes si sûr d’être approuvé par la majorité du peuple, organisez un referendum, mon vieux. Comme ça vous serez une bonne fois pour toutes définitivement débarrassé de toutes ces bourdonnantes mouches du coche que nous sommes.

            Chiche ?


          • herbe herbe 29 décembre 2012 10:29

            Bonjour (et merci),


            La Réponse à la question que vous posez me semble bien exposée dans ces vidéos visibles ici par exemple (en reprenant beaucoup de hauteur, amha ce n’est pas une question d’age mais de conditionnement bien évidemment transversal aux générations et aux genres smiley) :


            J’en profite pour ajouter ici la lettre de l’auteur des vidéos qui ne figure pas dans l’article ci dessus :
            « Nous (Cercle des Economistes Citoyens) vous transmettons un message de Philippe Derruder

            Bonjour toutes et tous

            Depuis quelques années, j’ai pris l’habitude de partager avec vous quelque chose pour célébrer la fin de l’année et le commencement de la nouvelle ; une réflexion, un texte... Cette année je veux vous offrir un film sur lequel je travaille depuis un an avec l’aide précieuse de quelques amis. Ce film s’intitule :  »La monnaie, du pouvoir d’achat au pouvoir d’être«  Vous savez que depuis 20 ans j’ai consacré une bonne partie de ma vie à tâcher de comprendre pourquoi l’humanité, en dépit des connaissances et technologies phénoménales dont elle dispose aujourd’hui, reste toujours incapable à établir des conditions de vie de suffisance et de dignité pour tous. Pire, que ce XXIéme siècle s’ouvre sur une crise majeure dont on ne peut encore mesurer l’ampleur des souffrances qu’elle engendrera, est une insulte à l’intelligence.

            Sans prétendre détenir la vérité, je partage dans mes livres, conférences et ateliers le fruit de mes recherches et celui de mon propre cheminement ; mais cela reste limité. L’idée m’est donc venue d’offrir dans un film une synthèse de ce que j’ai identifié comme étant le fond du fond des problèmes actuels débouchant sur le constat enthousiasmant que tout est là pour réaliser ce monde de suffisance et de dignité, si nous le voulons. Mais une chose me semble certaine : Pour le moment, l’impasse se referme sur nous car la classe dirigeante mondiale fait tout pour maintenir en place ce qui assure son pouvoir et sa fortune tandis que les peuples s’agitent pour dénoncer ce qu’ils ne veulent plus, sans toutefois savoir vraiment ce qu’ils veulent, tant le conditionnement qu’ils ont subi étouffe l’imaginaire. Ceci me pousse à croire que la solution est entre les mains des citoyens de ce monde, à condition de les aider à se libérer du conditionnement qui les tient prisonniers

            C’est pourquoi mon objectif est que ce film soit le plus possible regardé afin d’informer et d’aider à comprendre que nos problèmes, pourtant vitaux, n’ont que l’épaisseur d’une pensée. Ainsi ai-je choisi de le diffuser gratuitement sur youtube et en trois langues : français, anglais et espagnol.

            Pour le moment, seule la version française est disponible. Les deux autres ont encore besoin d’un peu de travail. Toutes les personnes qui l’ont déjà vu l’ont hautement apprécié, mais comme il est riche en informations, elles m’ont conseillé de le découper en séquences d’une dizaine de minutes chacune. Vous le trouverez donc sous forme de 7 séquences

            1/7 - [youtube=http://www.youtube.com/watch ?v=XMs0aI4C0Ro] 2/7 - [youtube=http://www.youtube.com/watch ?v=7MsQ8kUGDIs] 3/7 - [youtube=http://www.youtube.com/watch ?v=ciF3gSM5qzE] 4/7 - [youtube=http://www.youtube.com/watch ?v=Wfwkry67icg] 5/7 - [youtube=http://www.youtube.com/watch ?v=6nGKYbm7nHk] 6/7 - [youtube=http://www.youtube.com/watch ?v=m78ZfKs9jO4] 7/7 - [youtube=http://www.youtube.com/watch ?v=-wbujBsvEbw]

            ... je vous invite à le regarder, à votre rythme, et si vous estimez que les informations et messages contenus peuvent contribuer utilement à relever le défi qui est le nôtre, alors merci d’en diffuser le lien à tous vos réseaux et connaissances. Dès que les versions espagnoles et anglaises seront prêtes je vous le dirai aussi pour que vous puissiez prévenir les contacts que vous avez dans les pays parlant ces langues. Ce faisant, pensez à demander à vos contacts d’en diffuser le lien à leur tour afin que l’effet boule de neige puisse agir.

            Maintenant si vous avez envie d’acquérir la vidéo (contenant le film sous deux formes : séquencée et non séquencée), vous pouvez le commander en ligne sur le site aises. http://aises-fr.org/260b-liv-monnaie-FR%20achat.html Il est libre de tous droits de sorte que vous avez l’autorisation de le projeter en public si vous le souhaitez. Comme vous le comprendrez, nous ne demandons que le paiement des frais de fabrication, d’emballage et de poste. Nous apprécierons toutefois une adhésion ou un don à notre association (bien sur facultatifs) pour nous aider à poursuivre notre action. http://aises-fr.org/104-adhesion.html

            J’espère que ce film contribuera à ouvrir vos horizons. 2012 s’achève. On parle beaucoup de fin du monde, ou de fin d’un monde. Si l’ancien monde se meurt effectivement, un nouveau est en train de naitre, et beaucoup d’entre nous, souvent sans le savoir, en sont déjà les accoucheurs. J’espère que ce film facilitera cet accouchement.

            Bonne fin d’année, joyeuses fêtes et mes meilleurs vœux pour la nouvelle année qu’il nous appartient de rendre belle, chacun à notre niveau. »


            • Malthus Malthus 29 décembre 2012 10:37

              Ce à quoi je vous réponds :

              "Le problème étant que désormais le sens critique de la population est clairement altéré par une presse de propagande aussi libérale qu’européïste. Une brève analyse de notre société permet néanmoins de déceler ce que pensent réellement les français, malgré la censure et les logorrhées de ces incapables de Alain Mink et Jacques Attali qui seraient censés représenter les vues économiques partagées par “la France d’en bas”.

              nous avons un tiers de la population active qui est eurosceptique avec une connaissance plus puissante des traités et de la création monétaire par les plus jeunes.

              Ca c’est factuel et ça n’a effectivement pas besoin de sondages. Il y’a une étude que je n’ai pas relaté puisque c’est une étude de marché que je mène pour sortir un produit capable de donner une claque au symbole monétaire qu’est l’euro. Cette étude visait directement une population eurosceptique à travers les réseaux sociaux et a recueilli plus de 500 formulaires remplis.

              83 % des eurosceptiques qui ont répondu à l’étude ont entre 16 et 35 ans.

              J’aurai pu me contenter de délivrer une opinion à partir de mon simple constat sur l’euroscepticisme en France. Par exemple, je n’ai pas précisé que dans les couches sociales, outres les ouvriers, ce sont les commerçants les plus eurosceptiques. Suffit de discuter avec eux . Mais c’est corroboré par tout ce que j’ai pu lire à ce sujet.

              Le droit de battre monnaie est complètement lié à la Démocratie. Mais quand les Français ne comprennent pas les mécanismes de la création monétaire, il est presque incroyable qu’intuitivement, près d’un tiers d’entre eux rejettent l’euro.

              La propagande marche de moins en moins.

              Enfin, vous avez partiellement raison, le prix du blé et des produits finis n’est pas corrélé à la valeur de l’euro. En revanche, on peut parler de cette europe qui dérégule le marché des matières premières.


              • OuVaton OuVaton 2 janvier 2013 10:05

                >>Le problème étant que désormais le sens critique de la population est clairement altéré par une presse de propagande aussi libérale qu’européïste. Une brève analyse de notre société permet néanmoins de déceler ce que pensent réellement les français,....<<


                Et moi, je sais, JE SAIS. Donc je vais vous dire ce qu’il faut en penser... On dirait du Alain Minc. Un peu de modestie n’aurait pas nuit à cet article qui, comme les autres, choisit les chiffres qui vont dans la sens de sa thèse. Il se peut que vous ayez raison mais pour l’instant on continue de faire l’UE et l’Euro est encore notre monnaie... On verra si début 2014, on en est toujours là... Souhaitable je ne sais pas, probable oui. 

              • fredleborgne fredleborgne 29 décembre 2012 12:37

                Une analyse fondée, un appel à la révolte...Tout pour me plaire !!!!


                • Malthus Malthus 29 décembre 2012 14:21

                  Déjà vous parlez de monnaie unique quand il s’agit de monnaie commune. Vous ne précisez pas que jouir de la banque centrale ne signifie pas nécessairement folie.

                  Ensuite vous n’expliquez pas que quitte à sortir des traités et de l’euro, on peut revoir totalement la copie s’agissant de la politique monétaire en France en l’indexant sur une ressources primaire ou un panier de ressources, ou un temps de travail. On peut faire du 100 % monnaie, revenir à l’or ou l’argent, faire de la monnaie fondante, réglementer autrement l’épargne et le crédit, renvoyer chier les accords de Bâle, etc.

                  Du reste, l’euro n’est qu’un symbole puisque nous sommes en monnaie commune encore une fois. C’est une question de cohérence. Si ceux qui dénoncent les traités ne dénoncent pas l’euro, les Français sentent qu’on les prennent pour des imbéciles, ce que fait M. Mélenchon ne vous en déplaise.

                  Je vous renvoie au livre de Généreux s’agissant des eurosceptiques : nous on peut. On peut vraiment.


                • lulupipistrelle 29 décembre 2012 14:43

                  A trente ans et un peu plus, vous êtes vieux pour ceux qui voteront pour la première fois pendant ce quinquennat. Et vous ne les connaissez pas du tout. Le PS non plus, qui va se prendre raclée sur raclée. Le FDG ? des vieux ringards déclassés de la gauche. 

                  Non, on va aller de surprise en surprise. 

                  • lulupipistrelle 29 décembre 2012 14:44

                    PS : Jacques Généreux lui est un enfant du gaullisme stricto sensu... 


                  • Croa Croa 29 décembre 2012 19:56

                    « Non, on va aller de surprise en surprise. »

                    FAUX !

                    Le système a de la marge. Les vrais opposants resteront marginalisés et divisés grâce aux médias ( même sur Internet : le ouaîbe est surtout une caisse de résonance !). Les jeunes et d’autres comprennent et comprendront encore que ça ne sert à rien de voter... Peu importe car même à 10% de votants (et ça ne descendra pas si bas) nous continuerons à avoir des alternances UMP-PS et donc la même politique ( à quelques nuances près, lesquelles ne concerneront que les supposés problèmes de moeurs ou de sécurité.)


                  • lulupipistrelle 29 décembre 2012 22:26

                    Comment -1... Jacques Généreux , je l’ai connu sur les bancs de l’école...


                  • lulupipistrelle 29 décembre 2012 14:45

                    Que veulent les jeunes ? se barrer. 


                    • wesson wesson 29 décembre 2012 16:02

                      Bonjour lulupistrelle,


                      non, ils veulent un avenir, tout simplement.

                    • lulupipistrelle 29 décembre 2012 16:30

                      Je suis d’accord. Mais à moins d’une divine surprise, les plus doués le voient ailleurs. 


                    • wesson wesson 29 décembre 2012 16:42

                      vous, vous les voyez partir, à titre personnel, j’en ai plus vu qui sont revenus comme on dit « la queue entre les jambes », que d’autres qui ont fait fortune.




                    • lulupipistrelle 29 décembre 2012 16:50

                      Ils ne sont sans doute pas de la même génération. 

                      Ceux dont je parle ont moins de 25 ans et plus de 15...
                      La jeunesse est une notion qui se périme vite. 

                    • wesson wesson 29 décembre 2012 16:01
                      Bonjour l’auteur,

                      « Puisque Monsieur Mélenchon se contente de dénoncer les traités européens sans jamais dénoncer le symbole qu’est l’euro contrairement à Madame Le Pen, M. Dupont Aignan et M. Asselineau, on peut postuler que la jeunesse ne veut pas seulement la peau du Traité de Lisbonne mais bien aussi celle de la monnaie commune. »

                      Que d’erreur là dedans. 
                      D’une part, la dénonciation de l’Euro par Le Pen n’est qu’une posture. Très présent dans les discours, cette mesure avait pratiquement disparue de son programme.
                      Ensuite, penser que changer l’Euro en autre chose, mais sur les mêmes bases économiques, c’est finalement rien changer. Ce n’est pas l’Euro qui est le problème, mais le fait que les états pour se financer doivent se fournir sur le marché privé, et non pas par des émissions monétaires directes de la banque centrale. 
                      Et pour finir, le vrai problème n’est pas la dette des états, mais la dette privée dont on ne parle pratiquement pas, et dont on sait déjà qu’elle est irremboursable à moins de transformer 90% des européens en clochards.

                      M. Asselineau et son UPR sont effectivement très présent sur la toile, M. Dupont Aignan également, Mme Le Pen là effectivement c’est du trollisme partout, mais ces 3 formations sont à contrario totalement absente de l’ensemble des luttes sociales qui sont en cours. Ce qui me permet d’écrire que ces formations manie des idées qui sont effectivement dans l’air du temps, tout en se gardant bien de passer à l’action quand il s’agit d’aller les défendre dans la rue. Car la réalité des luttes progressistes, depuis maintenant 3 ans en France, ce n’est que le front de gauche qui les a porté dans la rue. Jusque au 1er mai, ou vous avez le FN qui préfèrent célébrer une Jeanne d’Arc idolâtrée que de venir défendre les droits des gens qui travaillent, paient les retraites et amènent la richesse à la France

                      Ce qui structure ces mouvements de droite et d’extrême droite, ce n’est pas leur regard critique face à l’Euro et la construction Européenne, mais c’est la détestation de l’étranger, et le contrôle voire l’arrêt de l’immigration légale, et même pour les plus excités, la volonté d’expulser des enfants nés en France de parent immigrés et ayant toujours vécu en France. Le FN est un parti plus vieux que la construction Européenne version maastricht, et son socle a toujours été cela. Le reste n’est que de l’opportunisme qui lui fait apprécier le libéralisme reaganien lorsqu’il est à la mode, ou l’inverse lorsque la mode est passée. 


                      Et je me rappelle bien de discussions ici même où ce qui choquait le plus les militants FN dans le discours du Fdg, c’est de dire que les immigrés qui sont ici doivent rester, de dire que tous ceux qui travaillent doivent être régularisé, et que on est Français dès lors que on fait sienne la devise « Liberté, Egalité, Fraternité ». Combien nous disaient : « laissez tomber l’immigrationnisme, et on votera Melenchon », ce qui montre bien que ce qui les structure, c’est pas les questions économiques, mais bien des questions nationalistes. 

                      C’est ça la différence : ne pas confondre nationalisme avec patriotisme.

                      • Croa Croa 29 décembre 2012 20:02

                        « mais ces 3 formations sont à contrario totalement absente de l’ensemble des luttes sociales qui sont en cours. »

                        La cause en est purement technique, ces formations ayant une tête mais pas de base.


                      • wesson wesson 29 décembre 2012 21:45

                        Bonsoir croa,


                        c’est au moins faux pour le FN qui dispose d’une base importante, même si effectivement elle répugne tout particulièrement à sortir dans la rue.

                        En attendant, pour le 1er mai, ils y sont, mais jamais avec les gens qui bossent.

                      • Fifi Brind_acier Pilou Camomille 1er janvier 2013 20:13

                        wesson,
                        Tant que les Traités s’appliqueront il ne pourra pas y avoir de politique sociale.

                        Soutenir les luttes n’empêche :
                        * ni l’euro d’être surévalué de 30%, ce qui plombe les exportations.
                        * ni les délocalisations , puisqu’il n’y a plus de contrôle de capitaux possible.
                        * ni les prêts à 0% de la Banque de France, puisque la BCE n’a pas cette vocation.
                        * ni de faire un projet fiscal démocratique, puisqu’il n’y a pas de fiscalité commune.
                        * ni de refuser de payer la dette.
                        * ni d’avoir une démocratie, puisque les décisions sont prises par les non élus de la Commission européenne.
                        * ni d’avoir des frontières, puisque l’UE est une passoire.
                        * ni de modifier les statuts de la BCE, puisqu’il faut l’unanimité. Vous pouvez toujours rêver que la Belgique et le Luxembourg votent la fin des placements paradisiaques et financiers.... , mais c’est juste un rêve !

                        En opposant les luttes et la sortie de l’ UE et de l’euro, je crains que vous ne fassiez le jeu de Goldman Sachs.


                      • tf1Goupie 29 décembre 2012 16:43

                        Encore un article où l’auteur tripatouille les chiffres pour nous fourguer son opinion personnelle.

                        Faut vraiment qu’il ne fréquente pas la jeunesse pour nous dire qu’elle ne veut pas de l’Euro (qu’elle utilise depuis toujours) ni de l’UE.
                        Les jeunes européens vivent ensemble aujourd’hui et n’écoutent pas les discours de futurs vieux cons...


                        • YVAN BACHAUD 29 décembre 2012 16:47

                           Le sondage récent que je mets ci dessous me semble très clair et surement représentatif de l’avis des Français sur les questions posées à l’instant « i »... ;

                          MAIS rien ne dit que leur avis ne changerait pas s’ils étaient consultés par référendum.
                          Le OUI au TCE en 2005 est passé de 60% aux premiers sondages à 45% le jour du vote.
                           Je rappelle qu’il y a eu 70% de participation au référendum alors qu’il y en a eu 30% de MOINS pour les dernières européennes ou les partis placent les copains comme députés européens SANS choix possible pour l’électeurs alors que 18 pays sur 27 dispose du VOTE PRÉFÉRENTIEL pour modifier les N° d’ordre sur la liste..

                          Le sondage indique :
                          Cependant, 49 % pensent encore qu’il est dans l’intérêt de la France d’appartenir à l’Union européenne mais 27 % pensent le contraire et 24 % n’ont pas d’opinion. 
                          C’est au peuple de choisir pour la sortie ou pas de l’UE et de l’ euro. Après une bonne campagne électorale contradictoire les 24% qui n’ont pas d’opinion en auront une et d’autres auront pu changer la leur.

                          Ce qu’il faut c’est que le PEUPLE dispose du référendum d’initiative citoyenne pour pouvoir DECIDER de son destin européen ou pas.

                          Ce ne pourra être en tous cas qu’une Europe DÉMOCRATIQUE c’est a dire dans laquelle la souveraineté européenne appartient aux PEUPLES qui disposent du RIC européen .Sans lequel les peuples ne sont RIEN.

                          Le rassemblement pour l’Initiative Citoyenne propose des modalités réalistes de RIC européen sur son forum.
                          Il propose également une procédure réaliste de Constituante EUROPÉENNE tirée au sort.

                          Personne ne demande dans cet article la 1ère chose qu’il nous faut : Le peuple français doit POUVOIR EXERCER la « souveraineté nationale » qui NOUS appartient MAIS en théorie seulement..
                          Si nous l’obtenions tous les autres l’exigeront en quelques mois.. Donnons l’exemple..
                          MAIS l’Allemagne en dispose déjà au niveau des toutes ses communes et de tous les länder qui ont pas mal de Pouvoirs... qui le savait ? smiley 

                          UNISSONS-NOUS pour instaurer la démocratie en FRANCE... smiley 





                          °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

                          Un nouveau sondage montre le désamour de la France pour l’Europe. Près de deux tiers des Français (64 %) voteraient aujourd’hui contre le traité de Maastricht.

                          L’Union Européenne pas efficace

                          Selon un sondage publié lundi dans le Figaro, le traité de Maastricht, approuvé en 1992, et qui a conduit à la création de l’euro ne le serait pas aujourd’hui. Depuis cette date, l’Union européenne va plutôt dans la mauvaise direction pour 67 % des personnes interrogées. Plus de trois Français sur quatre (76 %) ne pensent pas que l’UE agit de façon efficace pour limiter les effets de la crise actuelle.

                          Mais les Français toujours europhiles

                          Cependant, 49 % pensent encore qu’il est dans l’intérêt de la France d’appartenir à l’Union européenne mais 27 % pensent le contraire et 24 % n’ont pas d’opinion. Quelque 65 % des Français ne souhaitent pas que la France abandonne l’euro mais 35 % pensent le contraire, un chiffre en forte hausse (26 % en juin dernier).

                          Le sondage a été réalisé sur un échantillon de 1 006 personnes, du 11 au 13 septembre.

                          Pas les Allemands

                          Contrairement aux Français, une nette majorité d’Allemands estime que leur situation personnelle serait « meilleure » sans l’euro, selon une étude pour la Fondation Bertelsmann.

                          Les Allemands sont 65 % à estimer qu’ils iraient « mieux personnellement » si leur pays avait conservé le deutschemark plutôt que d’adopter l’euro. Seuls 36 % des Français estiment que leur situation personnelle serait meilleure si le franc était resté leur monnaie, selon cette étude publiée par la Fondation allemande Bertelsmann.

                          Les Allemands sont également près d’un sur deux (49 %) à déclarer qu’ils iraient « mieux personnellement » si l’Union européenne n’existait pas.

                           

                          • ecolittoral ecolittoral 29 décembre 2012 16:50

                            Qui veut la peau de l’euro, du dollar US...Personne. Ce sont des maladies qui vont disparaître.

                            « D’où ma question à la jeunesse : »
                            C’est reparti pour un tour....  La jeunesse ceci, la jeunesse cela...
                            FOUTEZ LUI LA PAIX à cette jeunesse et, si vous en êtes capables, bougez vous le premier.

                            La leçon que je tire de cet article, c’est qu’il y a des trentenaires très vieux et des quinqua toujours jeunes.


                            • Mr-Asperger 29 décembre 2012 18:29

                              A l’auteur:il y’a des europhiles également chez les jeunes qu’essaient de faire changer par les réfléxions et les idées,les choses.

                              On trouve aussi d’autres qui sont devenus eurosceptiques car l’euro signifie pour eux chômage,régression,enrichissement pour les uns et portes clauses pour les autres.

                              Quand aux ainés:je suis d’accord avec l’auteur.Etant né dans un conetxte ou on devait croire ce que disait la télé,ils n’ont pas le reflexe de penser que les médias traditionnels peuvent cacher certaines choses dans leur désintérêt...

                               smiley


                              • Croa Croa 29 décembre 2012 20:26

                                Il faut temporiser à propos d’Internet :

                                - Les vieux médias sont très présent aussi sur la toile. La com officielle a certes du plomb dans l’aile mais elle domine encore et sur Internet aussi ! Les entreprises et autres lobbies y sont très actifs et efficaces !

                                - Les jeunes délaissent la télé car ils sont sur Internet.... Surtout pour s’y amuser ! Ils tchattent en ligne... Surtout pour draguer ! La com des lobbies est très efficace sur ce public.

                                - Les vieux sont peu nombreux sur Internet... Vrai, mais ceux qui y sont cherchent vraiment l’information. (La démarche y est plus volontaire et réfléchis que pour les jeunes, beaucoup moins présents sur les forums finalement.)


                                • moebius 29 décembre 2012 22:38

                                  « D’abord dressons un petit aperçu de la population française »... Cretin


                                  • moebius 29 décembre 2012 22:39

                                    imbecile....heureux ? C’est a voir...


                                    • moebius 29 décembre 2012 22:54

                                      y’a des mechants qui veulent la peau de l’ euro....cretin economique heureux


                                      • Fifi Brind_acier Pilou Camomille 30 décembre 2012 13:48

                                        Mon cher Malthus, il me semble que vous mélangez certaines choses.

                                        Certains dirigeants disent des choses, qu’ils se gardent bien d’écrire officiellement.
                                        Les seuls documents officiels d’une élection, ce sont les professions de foi :

                                        ** Mme Le Pen écrit : « Retrouver la souveraineté par une remise à plat des Traités. »
                                        ** Le Front de Gauche : « Modifier les statuts de la BCE, et violer les Traités si besoin est »
                                        ** Dupont Aignan : « Une Europe à la carte, avec des projets concrets. Modifier les statuts de la BCE. »

                                        Où avez vous vu qu’ils demandent à sortir de l’UE, de l’euro et de l’ OTAN ?

                                        Pour l’instant, il n’y a que 5 organisations qui demandent cela, sur la base d’un Nouveau Conseil National de la Résistance :

                                        ** Le M’PEP
                                        ** L’UPR d’ Asselineau
                                        ** Le Pôle Résistance Communiste en France.
                                        ** Le Front Syndical de classe
                                        ** Les Clubs « Penser la France ».

                                        Vous trouverez les vidéos de leur réunion de début Novembre, sur le site du M’PEP et de l’ UPR.

                                        En ce qui concerne la monnaie, c’est un sujet qui était tabou, et qui commence seulement à être abordé sur la toile. Qui leur dit que l’euro est sous évalué pour les économies allemandes, autrichiennes ou hollandaises, et surévaluée d’au moins 20 ou 30% pour les économies des pays du sud, ce qui plombe nos exportations ?

                                        Les Français n’y comprennent que couic, puisque personne ne leur explique , mais si on leur explique que les banques créent la monnaie avec intérêts au lieu de la Banque de France à 0%, ils comprennent très bien pourquoi l’UE et les banques nous mettent dans la mouise....

                                        Un dernier sondage, déjà cité, pour le Figaro, par l’ IFOP donnait une image de l’ UE plutôt eurosceptique, 64% de ceux qui avaient voté Maastritch voteraient non si c’était à refaire.
                                        On retrouve l’intégralité du sondage dans les archives du Figaro en date du 16 septembre 2012.


                                        • Fifi Brind_acier Pilou Camomille 30 décembre 2012 13:53

                                          Le titre de l’article du Figaro avec les résultats du sondage IFOP :
                                           « Vingt ans après Maastricht, les Français doutent toujours. »


                                          • MooDam MooDam 30 décembre 2012 23:46

                                            Personnelement : mot inconnu de nos dictionnaires automatiquement remplacé par Personnellement.">Personnellement, je suis pour une revolte : mot inconnu de nos dictionnaires automatiquement remplacé par révolte.">révolte europeenne : mot inconnu de nos dictionnaires automatiquement remplacé par européenne.">européenne a pourrait être confondu avec son homophone à.">à defaut : mot inconnu de nos dictionnaires automatiquement remplacé par défaut.">défaut d’etre : mot inconnu de nos dictionnaires, il pourrait être remplacé par : être, entre.">être mondiale .
                                            Je pense que sortir les lobbys que de France ne serait qu’éphémère.

                                             En tout cas il serait temps de réagir.


                                            • MooDam MooDam 30 décembre 2012 23:51

                                              Excusez moi, je suis nouveau smiley

                                               Personnellement, je suis pour une révolte européenne à défaut d’etre mondiale.


                                            • LucasTrady LucasTrady 31 décembre 2012 07:43

                                              L’ Europe doit disparaître mais la France seule ne fait pas le poids et le Marché Transatlantique ne va pas arranger les choses . C’est loin d’être gagné !!


                                              • Fifi Brind_acier Pilou Camomille 31 décembre 2012 09:23

                                                @ Luca Trady,
                                                L ’UE met les états en compétition les uns avec les autres, plus on attend, plus l’affaiblissement sera général.

                                                Vaut-il mieux des Etats indépendants qui signent des accords entre eux comme le font les Etats d’ Amérique du Sud, ou un ensemble de pays ruinés ?

                                                L’union fait la force à condition d’avoir des partenaires qui tirent dans le même sens. Quand ils tirent dans des sens différents, c’est la cata.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès