Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Quotas migratoires : Manuel Valls ne sait pas lire !

Quotas migratoires : Manuel Valls ne sait pas lire !

Manuel Valls, candidat à la primaire PS, s'est déclaré ce vendredi favorable à des "quotas migratoires". Une question qui s'était déjà posée en 2008 et qui avait abouti à une toute autre réponse.

Parfois - rarement - on apprend un bonne nouvelle en lisant son journal. Ça m'est arrivé en juillet 2008, lorsque j'ai appris qu'un rapport pondu par une commission missionnée par le gouvernement retoquait, avec des arguments imparables, toute idée de quotas migratoires, les jugeant irréalisables, sans intérêt et même anticonstitutionnels.

C'était chouette, c'était beau, c'était le rapport Mazeaud.

Faute d'appui constitutionnel, Nicolas Sarkozy et Brice Hortefeux se trouvaient dans l'incapacité d'agir et je repris deux fois des moules.

La Cimade se félicitait "de la position exprimée par la commission de refus des quotas d’immigration et de la création d’une juridiction unique", émettait "de fortes réserves sur les propositions visant à réguler les flux migratoires" et "souhaitait alerter des risques de violation des droits fondamentaux qui pourraient découler de leur mise en œuvre, en particulier concernant le droit de vivre en famille". L'analyse de la Cimade : ici 

Or, Manuel Valls réanime le sujet des "quotas migratoires" et comme celui-ci vient par la gauche, tout le monde va s'en emparer. Adieu rapport Mazeaud, Manu a eu ta peau.

Je l'invite à relire ce rapport, qui n'a pas dû lui plaire à l'époque, lui qui se prononçait déjà en faveur de quotas avant qu'il ne paraisse. On peut lui reconnaître une constance, un acharnement à ne pas vouloir faire le deuil de ce qui est un des ces sujets permettant de se distinguer à gauche.

Ou bien juste relire partiellement sa synthèse : 

Instaurer des quotas d’immigration, unifier le contentieux des étrangers : est-ce possible ? Est-ce utile et dans quels buts ?

Telles étaient les questions posées à la Commission sur le cadre constitutionnel de la nouvelle politique d’immigration par la lettre de mission du ministre de l’immigration, de l’intégration, de l’identité nationale et du développement solidaire.

La Commission y a répondu en s’abstenant des jugements de valeur qui hypothèquent trop souvent la réflexion sur l’immigration :

- Des quotas migratoires contraignants seraient irréalisables ou sans intérêt. Les pouvoirs publics nationaux ne disposent pas d’un pouvoir discrétionnaire pour déterminer les flux relatifs aux deux principales sources d’installations : l’immigration familiale et l’asile. S’agissant de l’immigration de travail, une politique de quotas serait sans réel objet. Enfin, elle n’a pas de sens pour l’immigration irrégulière. Une meilleure maîtrise de l’immigration doit être recherchée par des voies empiriques et multiformes, en étroite concertation avec nos partenaires européens, plutôt que dans des recettes radicales purement nationales. Dans ce domaine plus encore qu’ailleurs, l’action patiente, résolue et respectueuse de la complexité des choses doit être préférée aux remèdes spectaculaires mais illusoires.

- Pour sa part, l’unification juridictionnelle du contentieux de l’entrée et du séjour des étrangers, outre qu’elle serait très difficilement réalisable, ne répondrait aux attentes placées en elle ni au regard de la charge de travail des juridictions, ni du point de vue de l’effectivité des mesures de reconduite des étrangers en situation irrégulière. Si l’interrogation sur la dualité de juridiction est compréhensible, l’avantage, à terme, d’une unification n’apparaît ni suffisamment substantiel, ni même assez probable pour justifier des mesures aussi lourdes, et prêtant autant le flanc aux polémiques, qu’une révision constitutionnelle débouchant sur une nouvelle organisation juridictionnelle

...

Avec quel appui monsieur Valls mettrait-il en place sa politique de quotas ? Missionnera-t-il une nouvelle commission pour nourrir son cheval de bataille ?


Moyenne des avis sur cet article :  2.75/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • dawei dawei 6 septembre 2011 10:52

    Si ce gars la (Valls), n’a que pour objectif de supprimer le papier à cigarette qui séparait l’UMP du PS, BRAVO. Par contre, qu’il ne dise pas qu’il est de gauche ou je lui en fout une. C’est pas parce que l’UMP vire deplus en plus à l’extreme droite qu’il faut que le PS suive. Aujourd’hui, le FN se retrouve à gauche de l’UMP et meme du PS type Valls, il serait temps d’arreter la fuite en avant. Les partis politiques sont le cancer de la democratie,faisons NOUS MEME la synthèse de NOTRE PROPRE PROGRAMME NOUS MEME, de toute façon, y a encore quelques gardes fous derrière type conseil constitutionnel. Et de toute façon, notre synthèse ne peut etre pire que les decisions et délits de notre nabotermite (commendenment de l’OTAN, traité de Lisbonne, bouclier fiscal, soutien en afganistan pour piller les reousrces cultive l’opium et faire passer les gazoducs,guerre coloniale pour piller Lybie pour Total qui ne paie pas d’impot, renflouement des banques fautives de la crise, sape des services publiques devenus de sévices publiques afin de les distribuer aux copins, ploutocratie, corruption , karachigate, betoncourtgate, clearstremgate etc ...)
    quel gaspillage, quand allons nous arreter le massacre ???


    • Renaud Séchiant 6 septembre 2011 13:32

      Si ce gars la (Valls), n’a que pour objectif de supprimer le papier à cigarette qui séparait l’UMP du PS, BRAVO. Par contre, qu’il ne dise pas qu’il est de gauche ou je lui en fout une. C’est pas parce que l’UMP vire deplus en plus à l’extreme droite qu’il faut que le PS suive.

      Je pense plutôt qu’il fait cavalier seul dans l’espoir de remporter les primaires. Et pour cela il ratisse large le bougre. Rien de plus. Encore un qui vend la politique que l’opinion réclame : immigrations et tout le toutime !


    • kiouty 6 septembre 2011 10:56


      Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah, Emmanuel Valls le Grand Gauchiste a parlé. Il va devenir le Frédéric Lefèbvre de la Gauche celui-là.

      Mais puisque les bouffons de Terra Nova disent qu’aujourd’hui, la Gauche, c’est la Droite, finalement, on est en pleine cohérence.


      • xray 6 septembre 2011 18:31


        IMMIGRATION

        La misère est le fondement de la société de l’argent ! 
        (Le malade, l’industrie première.) 

        Il est certain que lorsque l’on n’a pour seul repère que le PIB et que l’on sert le capital de la Dette publique, la vision de l’immigration ne peut être que positive.

        Multiplier la misère et les malades pour générer du PIB. 
        Quand le PIB augmente, c’est de la croissance. Quand le pays fait de la croissance, il s’enrichit. Quand le pays s’enrichit, c’est de l’argent pour ceux qui en ont besoins. Va sans dire, de l’argent pour les riches.  Pour être pauvre, on n’a pas besoin d’argent. 

        Toute dégradation est source de PIB. 
        Par leur présence, par les désordres qu’ils occasionnent ainsi que la délinquance et les vandalismes dont ils sont responsables, les immigrés contribuent à générer du PIB et à gonfler de capital de la Dette publique. 

        Le capital de la Dette publique contrôlé par qui ? 

        Il faut se méfier du discours des « intellectuels ». 
        S’il veut bouffer, un intellectuel n’a d’issue que de servir le système qui lui remplit sa gamelle et lui nettoie ses crottes. 

        Bon à rien et nul en tout, bardé de diplômes bidons, il est persuadé qu’il ne peut être qu’un « intellectuel ». 

        Le bourbier européen 
        http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com 

        L’EUROPE des CURÉS 
        http://mondehypocrite.midiblogs.com 



      • eric 6 septembre 2011 10:59

        Et alors ? Depuis quand les conclusions d’une commission administrative d’experts devraient elles prédéterminer les idées des politiques. Ce n’est pas parce que de tels experts jugent quelque chose difficile que cela veut dire que c’est impossible. Si ils disent que cela ne serait pas efficace administrativement, cela ne signifie pas que cela n’ait pas d’efficacité politique,par exemple symbolique. Ainsi, l’ISF et impôt sur les successions, sont d’avis d’expert, chers à recouvrer, peu efficaces, assez injustes et ne rapportant pas grand chose. Pour autant, cela calme tellement les gauches que l’on prennent de l’argent au plus riches qu’eux, qu’il est à peu prêt impossible de s’en débarrasser vraiment.
        Enfin, il est question dans le rapport de la difficulté d’appliquer une politique de quota à la situation actuelle. Mais un des débat est de faire rentrer plus d’étrangers qualifiés pour payer nos retraites. On peut être pour ou contre, mais déclarer que le débat n’a pas le droit d’exister est peu démocratique.

        Vous en voulez des rapports d’experts qui concluent que nous avons trop d’impôts trop de fonctionnaires, trop de budgets publics mal utilisés ? Est ce que pour autant la gauche sous prétexte qu’elle sauraient lire doit renoncer à tous ses programmes ? Peut être....


        • Gavroche Gavroche 6 septembre 2011 11:11

          Il semble, en effet, que certains élus de gauche prennent conscience des problèmes posés par l’immigration. Ce sont d’ailleurs uniquement ceux qui sont confrontés à ces problèmes dans leurs villes ou départements (A.Gérin, M.Vals...). C’est ce qu’on appelle le réalité du terrain.


          • Renaud Séchiant 6 septembre 2011 13:35

            Il semble, en effet, que certains élus de gauche prennent conscience des problèmes posés par l’immigration. Ce sont d’ailleurs uniquement ceux qui sont confrontés à ces problèmes dans leurs villes ou départements (A.Gérin, M.Vals...). C’est ce qu’on appelle le réalité du terrain.

            une seule chose à dire sur vals : ’y a pas assez de white ici’ (lors d’une visite sur un marché).

            Ça donne un avant goût de ses arrières pensées !


          • Robert GIL ROBERT GIL 6 septembre 2011 11:46

            D’abord les immigrés, et ensuite ? Soyez patient votre tour viendra,lire :

            http://2ccr.unblog.fr/2011/04/05/a-qui-le-tour/


            • Annie 6 septembre 2011 14:13

              De toute façon, selon le rapport Mazeaud, la marge de manoeuvre du gouvernement en matière de quotas est très limitée, puisqu’une politique limitatoire de l’immigration, familiale ou du travail notamment, serait incompatible avec les exigences constitutionnelles et aussi celles des conventions européennes qui encadrent strictement les conditions d’immigration et d’installation sur le territoire national (notamment le regroupement familial qui est considéré un droit dans certaines conditions) , et l’instauration de quotas n’auraient donc qu’une influence limitée sur les flux d’immigration, puisqu’ils ne concerneraient qu’un nombre limité de migrants.
              L’intérêt du rapport Mazeaud est de montrer la complexité du sujet et la diversité des modes migratoires, auxquels il est impossible d’opposer une seule réponse, comme celles des quotas, si l’objectif est de plafonner l’immigration. Le rapport rappelle d’ailleurs fort opportunément que la notion de quotas n’est pratiquée nulle part en Europe. 


              • Yohan Yohan 6 septembre 2011 15:33

                Guigou, DSK, Jack et consors vivent-ils dans un quartier composé à 60% d’immigrés africains ? Réponse non, bien sûr. C’est pour cela d’ailleurs qu’ils continuent d’en demander plus à condition qu’ils évitent de s’installer dans les beaux quartiers fréquentés par ces riches « qui ont le goût des autres » (mais pas la couleur) smiley


                • Gavroche Gavroche 6 septembre 2011 17:14

                  Le pragmatisme est aussi en vigueur lorsque certains sont confrontés à la dure réalité du terrain même si cela va à l’encontre de ce qu’ils se targuent d’être et de vouloir pour tous :

                  http://www.nationspresse.info/?p=142461


                  • clostra 6 septembre 2011 17:16

                    Cercle vicieux aggravé par les quotas dans les villes dites « de banlieue » où par un pacte secret et un constat de fait, l’UMP n’enverra jamais une belle tête de liste dans ces villes pour damer le pion à ce maire qui ne donne la parole qu’à certains immigrés dépendant des services sociaux, tout acquis à ses causeries.

                    Avant lui, Evry n’existait pas. Après lui non plus d’ailleurs !

                    Ce qu’on aimerait entendre, c’est une analyse systémique des causes qui amènent des familles loin des leurs, tenus « par le bout du nez » à envoyer une bonne partie de leurs revenus pour aider leur pays. Comment la France engagée dans un processus humanitaire peut éviter ces déchirements. Après, on verra ce qu’on doit faire en France.

                    Par exemple, comment au XXIème siècle, bardés de technologies nous, français, ne sommes pas capables de prévoir une famine, de la traiter.
                    On pense également à la Tunisie, à la Lybie, à Lampédousa, à cette France avec si peu d’enthousiasme, si peu d’idées, si peu confiance dans le CNT, si peu d’exigence pour envisager que ces réfugiés repartiront rapidement dans leur pays, près des leurs !

                    Alors on trouve nos politiques à faire leurs petits calculs de quotas à la mord-moi-le-noeud et Valls qui bénéficie largement de cet (absence ou présence) d’électorat, qui use facilement de son mépris, devrait utiliser son intelligence (certains disent qu’il en une, quotée même) déjà à nous parler autrement.

                    Si vous saviez !


                    • clostra 6 septembre 2011 17:22

                      Monsieur le Maire, je m’en vais de ce pas mettre mon quota de petits gris dans le parc des loges qui, comme vous l’avez proclamé, n’a jamais aucun visiteur et peut bien être amputé de ce charmant petit chemin emprunté par les vieux dont vous n’avez que faire !

                      Nous irons à la chasse aux escargots lorsque la saison sera venue.


                      • Le chevalier blanc Arthuro 6 septembre 2011 22:17

                        Manuel Valls est juste le porte-parole de la gauche ultra-libéral, reprenant à son compte les thèmes qui ont fait élire la droite en 2007 : tout baser sur les problèmes d’immigration, l’insécurité etc....

                        Ca fait depuis longtemps qu’il a rangé ses idéaux ( si ils en a déjà eu) pour privilégier son propre intérêt personnel.
                        Sans compter qu’il a tout de même une tête de traitre, du type qui te pousse d’une colline avec son sourire carnassier.

                        Voilà c’est tout ce que j’avais à dire sur ce personnage

                        • Valas Valas 7 septembre 2011 09:01

                          Ahahah, on massacre, tels des neocolonisateurs, les pays africains dont la Cote d’Ivoire francophone (Valls a soutenu toutes les actions Sarkoziennes au niveau international jusqu’à maintenant !) et après ça va se plaindre que ces gens persécutés viennent en France car leur vie devient insoutenable là bas !

                          Sans déconner... C’est l’hôpital qui se fout de la charité !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès