Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Radicaux de Gauche : Entre gauche et droite, mon coeur balance (...)

Radicaux de Gauche : Entre gauche et droite, mon coeur balance !

Le PRG balance entre son alliance avec le Parti Socialiste et des combinaisons avec le centre droit. Le PRG envisagerait même, afin de retrouver son "lustre" de désigner ... Bernard Tapie pour les représenter à la présidentielle de 2012 !

Les radicaux de gauche ont le blues. Il vont d’ailleurs en parler entre eux du 3 au 5 septembre à Seignosse, où ils tiendront leur université d’été.

Il est vrai qu’on est loin de l’époque où Léon Gambetta, devenu le leader des radicaux, proclamait la naissance de la IIIe République à Versailles et permettait la naissance à la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat, la création de l’impôt sur le revenu et la gratuité de l’enseignement secondaire.

Et hormis, Robert Fabre, rendu célèbre, un temps pour avoir signé avec François Mitterrand et Georges Marchais le programme d’Union de la Gauche.

Ou du 12 juin 1994, date à laquelle : La liste Énergie Radicale conduite par Bernard Tapie obtenait 12,03 % et 13 élus aux élections européennes

On est encore à se demander, régulièrement, si les radicaux de gauche existent encore ?

Alors, comment trouver sa place sur une scène politique qui s’oriente de plus en plus vers le modèle anglo saxon, comme en Grande Bretagne : Travaillistes contre Conservateur ou aux USA : Démocrates contre Républicains ?

Si à Seignosse, militants et élus du PRG : " débattront des thèmes d’actualité de la rentrée ... / ... la stratégie politique du PRG constituera le temps fort de ces universités d’été. Une occasion de faire le point sur les relations avec les autres partenaires de la gauche, notamment avec le PS .. / ... " - Source La Dépêche

Le débat risque d’être houleux puisque " .... / ... Dans le cas où le parti renoncerait aux primaires à gauche pour désigner son candidat, Jean-Michel Baylet (président du PRG) verrait bien : Bernard Tapie.

Ce qui a fait dire à Eddie Aït le président du groupe PRG au conseil régional d’Ile-de-France : " Bernard Tapie n’a toujours pas renoncé à son amitié malsaine avec Nicolas Sarkozy"(...) "rien ne serait pire qu’une candidature Tapie sans un préalable, celui de la clarification de son ancrage à gauche".

Mais, Jean-Michel Baylet n’y va pas par quatre chemins : " Si nous n’avons pas d’accord avec le PS pour les primaires, nous aurons un candidat à la présidence de la République. Et dans ce cas de figure, Bernard Tapie n’est pas le moins fameux ... / ... " - Sources Le Post - AFP/Google et et Planète radicale

Le Président du PRG oublie simplement d’expliquer qu’au lendemain de la victoire de Nicolas Sarkozy, il l’a rencontré pour évoquer : " l’ouverture de discussions avec le Parti Radical Valoisien de Jean-Louis Borloo pour tenter une réunification de ces deux partis divisés depuis 1972 " Et qui dit Jean-Louis Borloo, dit ... Bernard Tapie !

Et en fait, Baylet : " souhaiterait une fusion des deux partis pour créer un mouvement de centre droit " Ce qui est expliqué par la Fédération des Radicaux de Gauche de la Somme, qui au passage, nous explique : Comment distinguer un Radical de Gauche d’un Radical de centre droit ?

" ... / ... La principale différence se situe dans la recherche d’alliance : certains penchent à droite, d’autres à gauche. C’est le problème du centre : le centre pur ne présente rien, il a toujours eu un centre droit ou un centre gauche. Baylet souhaite donc une fusion des deux partis pour créer un mouvement de centre-droit, quitte à ce que les derniers républicains de gauche PRG passent au Parti Socialiste ... / ... "

Cette tambouille politique n’empêche pas Jean-Michel Baylet, de jouer, lorsque c’est nécessaire, la carte du chantage au Parti Socialiste !

En effet, la gauche peut obtenir, pour la première fois de son histoire, la majorité au Sénat et de ce fait, en obtenir la présidence. Néanmoins, le vote sera serré et les partis de gauche devront pouvoir compter sur toutes leurs voix, dont les 17 des Radicaux

Au Sénat, les Radicaux sont regroupés sous l’étiquette "Rassemblement démocratique et social européen (RDSE)", sous laquelle on trouve des Radicaux de Gauche, mais aussi : Aymeri de Montesquiou qui est Radical Valoisien, ainsi que Jean-Pierre Chevènement ou Michel Charasse. Qui ne sont pas membres du PRG.

Alors : " Quelle sera la stratégie du PRG vis-à-vis du Sénat et de sa présidence ? " C’est la question que Le Parisien à posé à Jean-Michel Baylet le 2 septembre

Jean-Michel Baylet : "Nous allons voir ! "

Le Parisien : " Il n’est donc pas acquis que les voix des sénateurs PRG se reportent vers un candidat PS pour la présidence du Sénat ? "

JMB : " Non, on peut même imaginer l’inverse. Puisqu’il apparaît probable que nos votes ferons la bascule, pourquoi est-ce que ce ne serait pas un radical de gauche qui serait président du Sénat ? Il y en a eu beaucoup dans l’histoire de la République". - Source Planète radicale

Devant de telles convictions, nous ne pouvons que nous incliner ! Et plaindre le Parti Socialiste, pour les prochaines négociations, avec un parti dont le coeur balance de façon permanente à " la recherche d’alliance "...
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • asterix asterix 3 septembre 2010 16:11

    0,005 pour cent des voix et une importance démesurée. Bien joué !


    • AlbatrosE AlbatrosE 3 septembre 2010 21:33

      C’est un parti qui a vendu la laïcité à l’Europe de Trichet et de Barroso !

      C’est un parti qui a abandonné l’Ecole Républicaine pour les pédagos (le programme en matière scolaire de ce parti est écrit par des inpecteurs IUFMesques).

      C’est unn parti qui a abandonné l’artisan et le commerçant pour les grandes surfaces et le libéralisme.

      C’est un parti qui, dans ses bureaux, où officient des petits technocrates en herbe formatés en fac de droit, chuchotte que la gratuité universitaire c’est ringard, qu’il faut être moderne et augmenter les frais d’inscription. ET aussi qu’il faut supprimer le SMIC ; Cela a été écrit en toutes lettres dans le programme quand la raclure de Kouchner y a fait un bref passage.

      Le PRG s’est vendu totalement à l’eurocratie, au mondialisme, au pédagogisme, au libéralisme et aux grandes enseignes ! Sans compter le suçage de la banlieue, en abandonnant son électorat rural.

      Je sais de quoi je parle, en évoquant ce parti, jen ai rompu les rangs, crosse en l’air...


      • 65beve 4 septembre 2010 11:28


        Les radicaux, c’est comme les radis.

        Rouge dehors,
        Blanc dedans.

        cdlt
        bv

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès