Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Rama Yade fait fausse route

Rama Yade fait fausse route

En pleine disgrâce présidentielle, Rama Yade prend habilement la posture de la victimisation pour jouer l’opinion publique contre ses détracteurs. Son déplacement à l’ONU à New-York devait s’inscrire dans ce plan com en attestant de son engagement dans le combat pour la défense des droits de l’Homme. Dommage pour elle, l’actualité est parfois cruelle. Libération et Le Monde, le même jour opposaient aux déclarations de salon la triste réalité de terrain en dénonçant, vidéos à l’appui,  les conditions indignes du centre de rétention de Mayotte et de la prison de Fleury-Mérogis.

Rama Yade a-t-elle l’arrogance de sa beauté et de son jeune âge ? C’est hélas ce que l’on peut penser. Le soldat Yade est dans une bien mauvaise situation et craint légitimement d’être fusillé pour l’exemple pour cause d’insoumission. Tel un papillon aveuglé par les lumières de la ville, la jeune femme ne semble pas avoir saisi la précarité de sa situation.

Beauté et jeunesse peuvent aider à démarrer une carrière mais après, pour durer, il faut apporter du fond à la forme. C’est le conseil avisé que lui avait soufflé son mentor, lui offrant même une élection sans risque et un poste financièrement très intéressant de parlementaire européen. Mais, Rama Yade estime qu’elle n’a plus à être cornaquée et confond parfois insolence et indépendance.

Selon le site Bakchich, la jeune femme aurait refusé de succéder à Jean-Pierre Jouyet aux affaires Européennes dans l’attente des élections. L’Europe ne l’intéresserait pas. Incompréhensible pour Nicolas Sarkozy qui reproche à sa jeune ex-protégée de ne pas vouloir salir ses escarpins sur le terrain, d’y préférer les petits fours.

Malheureusement pour elle, Rama Yade incarne parfaitement le french paradoxe en terme de droits de l’Homme. Les envolées lyriques dans les instances internationales et la multiplication dans les faits de situations indignes. A ce titre les vidéos qui circulent sur internet, à la fois sur les conditions de détention dans nos propres prisons, mais aussi dans le centre de rétention de Mayotte, attestent d’un décalage qui frise l’escroquerie intellectuelle. C’est assurément le principal reproche que l’on retiendra de l’ère Rama Yade : beaucoup de vent et peu de concret. En aucun cas le poil à gratter que l’on aurait pu espérer.

Alors que la statue de la jeune femme commence à vaciller sous les coups de boutoirs de son propre camp, Christian Estrosi, député-maire de Nice et secrétaire général adjoint de l’UMP, a sonné hier l’hallali en déclarant au Parisien  Elle existe parce que Nicolas Sarkozy l’a fabriquée ! “,  On fait un placement, on le fait fructifier et, au moment où on veut en tirer les bénéfices, voilà… “.

Pas très élégant. Pas plus, mais pas moins, que ceux de Bernard Kouchner qui s’était interrogé sur l’utilité du secrétariat aux droits de l’Homme ou encore de Nadine Morano, secrétaire d’Etat chargée de la Famille, selon laquelle la “diversité” ne devait pas être un “bouclier” pour les ministres. Face à de telles attaques, la benjamine du gouvernement espère sauver sa tête en assurant son suzerain de sa loyauté, carte d’excuses et boîte de chocolats à l’appui.

Décidément, il se passe toujours quelque chose dans la Starko académie. Le programme de divertissement de l’Elysée pourrait prêter à sourire si la télé-réalité que nous infligent nos grands quotidiens avec leurs vidéos n’était aussi dérangeante à l’approche de Noël.  Il est vrai qu’à Fleury-Mérogis, comme à Mayotte, collectivité territoriale d’outre-mer française, il y a belle lurette qu’on ne croit plus au père noël.


 
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.78/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Gabriel Gabriel 19 décembre 2008 15:42
    Bonjour,

    Voila un parfait exemple de la politique Zarkosienne qui malheureusement s’applique à tous les corps de la société. D’un côté les beaux discours, les belles façades et les faux semblants, de l’autre la triste réalité d’une société qui s’écroule petit à petit car saboté de jour en jour dans ses fondements de solidarité.

    • fred 19 décembre 2008 15:46

       Comment un co-signataire du PNAC peut-il encore prononcer les mot "Droits de l’Homme" sans s’étrangler smiley


      • la fee viviane 19 décembre 2008 15:46

        de toute façon, Rama Yade est bien jeune en politique et ce secretariat d’état un piège, il aurait fallu avoir le courage de claquer la porte lorsque mr Khadafi fût accueilli avec tous les ors de la république à l’élysée !!


        • Cangivas 19 décembre 2008 17:10

          Ce secrétariat d’Etat n’est pas un piège. Bien au contraire.

          Jamais on n’a vu, plus exactement jamais on ne verra, 500.000 manifestants défiler dans la rue et s’engager dans je-ne-sais-quel bras de fer contre un secrétaire d’Etat ou un ministre des Droits de l’Homme, réclamer sa démission, lui balancer des oeufs pourris à l’occasion de ses déplacements, etc.

          Et comme tout le monde se doute bien que vous ne pouvez pas changer le monde, c’est vraiment le poste ministériel idéal pour commencer une carrière politique nationale.


        • Fergus fergus 19 décembre 2008 15:49

          Il est vrai que la concomitance des déboires de Rama Yade avec les documentaires sur les scandaleuses conditions de détention et de rétention dans notre pays (régulièrement dénoncées par les instances européennes et Amnesty International) sont cruelles pour notre très photogénique secrétaire d’Etat, plus soucieuse de l’objectif des caméras que d’engager la lutte contre un système pénitentiaire indigne et dégradant.


          • appoline appoline 19 décembre 2008 16:38

            Bon, elle se remettra un peu de poudre sur le coin du nez pour la caméra. Quant aux prisons, partir en croisière était un peu facile non ? On le sait depuis des années qu’il y a un trop-plein dans les prisons françaises ; mais bon, on a tous le choix dans la vie, d’y aller ou non. Puisqu’il faut les plaindre, libre à elle, d’en prendre quelqu’uns chez elle, pour la réinsertion, ça lui fera de l’expérience, rien de tel que le terrain pour çà.


          • morice morice 19 décembre 2008 18:35

             hirondelle d’hiver partie, printemps chaud.


            • Jean TITOUPLIN Jean TITOUPLIN 19 décembre 2008 19:49

              Et oui, ma pauvre madame ; la misère n’ait pas toute chez les riches .


              • anny paule 19 décembre 2008 21:09

                Le seul problème, dans cette société de paillettes, c’est la dignité, le sens de l’honneur !
                Rama Yade aurait déjà dû démissionner, claquer la porte avec perte et fracas... cela aurait servi d’autres causes (les siennes, en fait)... au lieu de ça, elle joue les "soumises" et s’humilie devant un coq qui n’attend que ça... Dommage !!!


                • chmoll chmoll 20 décembre 2008 08:31

                  rama comment tu arrive a rester dans une poubelle ?

                  si tu vas au state, ça t’fait koi d’aller dans un pays démocratique ?

                  dati,j’ai vu la vidéo d’la prison,quand j’ai vu les douches,fin s’ki devait ètre en principe des douches

                  j’ai comparé ça à un miroir, en fait ça reflète ton visage ,c degeu pas vrai ?


                  • Pierrot Pierrot 20 décembre 2008 11:39

                    Rama Yade conduit un difficile et courageux combat au sein d’un gouvernement très conservateur.

                    Il me semble, dans ces circonstances, difficile de lui reprocher un manque de résultats.

                    Parfois, comme le disait Mr Chevènement, "un ministre ca ferme sa gueule ou ca démissione".


                    • Thucydide Thucydide 20 décembre 2008 13:36

                      Ce n’est plus Rama Yade qui importe dans cette misérable affaire, c’est le comportement de la meute sarkozyste qui fait froid dans le dos.
                      Episode de la vie politique très révélateur. Au premier sang, ceux qui prétendent se placer au sommet de la hiérarchie, se ruent à une curée sans risques (pas très élégant est un qualificatif particulièrement léger et complaisant pour les propos ignobles du motodidacte)

                      Quand il écrit :
                      Beauté et jeunesse peuvent aider à démarrer une carrière mais après, pour durer, il faut apporter du fond à la forme. C’est le conseil avisé que lui avait soufflé son mentor, lui offrant même une élection sans risque et un poste financièrement très intéressant de parlementaire européen. Mais, Rama Yade estime qu’elle n’a plus à être cornaquée et confond parfois insolence et indépendance.
                      j’ose espérer qu’Henry Moreigne nous fait un peu de provocation, histoire de nous ventiler les méninges ?

                      Pour ma part, je note que ses mésaventures gouvernementales m’ont rendu la jeune femme plutôt sympathique : je la considérais arrogante, je la découvre désillusionnée.
                      Ce qui n’enlève rien à la honte du centre de Mayotte ; mais ce gouvernement est-il seul à devoir l’assumer ? J’ai bien peur que non


                      • aigle80 aigle80 21 décembre 2008 12:56

                        Qui a dit "si vous voulez enterrer un problème, créez une commission"...on a inventé un secretariat aux droits de l’homme ...dans le pays qui les a vu naitre surprenant non ?


                        • SERGHOUN 26 décembre 2008 16:31

                          Je constate que les trois Sécrétaites d’Etat issus dl’émigration que Sarkozy a nommés au gouvernement sont soumis à des tirs croisée. Peut on parler de bilan peu luisant. Parlons alors de celui du ministre de la défense que son armée a été humiliée en Afghanistan. Les medias controlés par l’Elysée, se sont déplacés en force pour relever le moral et des troupes et des Français. Rama Yade est , depuis son refus d’étre candidate aux élections européennes, attaquée par la oresse. Libération fait sortir deuw vidéos sur les mauvaises conditions de vie d(une prison et d’un centre de Mayote comme s’il s’agissait d’un scoop médiatique. Toute la France et l’Europe le savait depuis fort longtemps. Qunt à Fadéla Amara, elle constate à ses dépend les nombreux obstacles qu’elle rencontre dans ses missions. Pour prueve, elle souhaite350 dpréfets délégués pour la mise en placedu plan dans les quartiers, on ne lui désigne que 15.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès