Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Rapaces et petits lapins

Rapaces et petits lapins

La France a peur. Le gouvernement tremble. Il y a de la menace dans l'air. Le temps politique se dérègle. Les familles étaient parties 200, elles sont arrivées 98 dans le JDD d'Arnaud Lagardère. 

Voici donc qu'à pas non retenus « les PDG des 98 plus grandes entreprises » françaises, rapaces et charognards de la plèbe sont entrés dans l’arène à terrain découvert. En ces instants d'austérité, elles viennent nous dire que cette dernière se fera sans eux.

Les PDG des 98 plus grandes entreprises françaises ont lancé dans le JDD d'hier un ultimatum au gouvernement.

Ils exigent. 60 milliards de dépenses publiques en moins, 30 milliards d’exonérations de cotisations sociales en plus, la baisse de l’impôt sur les sociétés, la hausse de la TVA, l’exploitation des gaz se schiste...

Ils menacent, mettent en garde.

D'autres, le regard masqué derrière un loup évoquent des violences et de lourdes hostilités.

Le pire n’est pas dans le contenu de cette pétition - on connaît leur crédo ultra libéral - mais dans ce qu’elle signifie : loin d’être sur la défensive comme l’étaient les organisations patronales en 1981 ou 1997, ces 98 PDG estiment manifestement avoir de bonnes chances de faire entendre tout ou grande partie de leurs exigences !

Quoi d’étonnant : le budget d’austérité en cours de discussion au parlement, les mises en cause régulières par le gouvernement du "coût du travail" au nom de la compétitivité et la publication prochaine du rapport Gallois les poussent à offensive.

Après avoir donné raison aux « pigeons », Jean-Marc Ayrault va-t-il accepter d’obéir aux exigences de ces rapaces ? Cahuzac nous rassure t-il en disant que « Ces grands patrons, "je crois que (le président François Hollande) les a déjà reçus souvent (...) Ils ont été reçus, écoutés" pendant la préparation du budget pour 2013, a affirmé Jérôme Cahuzac. Dès lors, "certains d'entre eux seraient vraiment de bien mauvaise foi que d'affirmer qu'ils n'ont jamais été reçus  » ?

Ils ont lancé un ultimatum. Des propositions qui ne permettent aucune contestation et qui sont les dernières propositions avant de nous déclarer la guerre ?

A dire vrai, elle est depuis longtemps commencée. Ceux d'entre nous qui ne le croyaient pas se retrouvent tête à l'envers et le cul dans l'eau. La guerre sociale, c'est ici et maintenant.


Moyenne des avis sur cet article :  4.16/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Jason Jason 29 octobre 2012 10:31

    Si on envoyait au bagne les énergumènes les plus bruyants, ça calmerait les autres.

    Ils se servent de l’Etat comme courroie de transmission pour piller les populations. Ce qui constitue un crime de lèse-population. Que ces délinquants, qui ne seront jamais sanctionnés pour leurs crimes, s’estiment heureux de s’en tirer à bon compte.

    Imagine-t-on un criminel demandant le remboursement des armes qui ont servi à son forfait ?.


    • AvDani AvDani 29 octobre 2012 12:01

      Merci Léon,

      Oui la guerre des classes est déclarée depuis bien longtemps et seuls les serviteurs du capitalisme le nient. Depuis des décennies nos impôts servent à financer le non paiement d’une partie des cotisations patronales, et ceci sans aucun résultat convainquant sur le chômage.

      Faire confiance aux employeurs pour lutter contre le chômage serait d’une grande naïveté. C’est pourtant ce que ces « grands patrons » voudraient nous faire croire, et sont bien prêts de le réussir avec notre gouvernement de croyants libéraux. 

      Le chômage avec un niveau élevé reste la meilleure arme du capitalisme pour se remplir les poches et lutter contre nos droits sociaux. Leur deuxième arme étant le développement de théories racistes pour nous désigner des ennemis inexistants.

      AvDani


      • AvDani AvDani 30 octobre 2012 14:42

        Voir ici la réponse de Lutte Ouvrière à ces grands patrons qui relancent la guerre des classes.

        http://www.lutte-ouvriere.org/notre-actualite/communiques/article/quand-les-grands-patrons-pleurent

        Extrait :

        « Quant au prétexte brandi pour justifier ce hold-up à visage découvert – la « compétitivité » –, les patrons savent avoir l’oreille complaisante du gouvernement Hollande-Ayrault, qui a entonné le couplet mensonger qui veut que le coût du travail soit trop élevé en France. La réalité, c’est que le travail n’est pas mieux payé ici qu’en Allemagne ou qu’en Grande-Bretagne. Et le travail ne coûte pas, il rapporte. »


      • Robert GIL ROBERT GIL 29 octobre 2012 12:37

        La « guerre » des classes est à ce point gagnée par les « riches » que la banque Goldman Sachs peut, sans la moindre vergogne, placer ses hommes à la tête des gouvernements (Mario Monti, Lucas Papademos) et, mieux encore, de la BCE (Mario Draghi). Le triomphe des « riches » est tel qu’un groupe comme LVMH peut posséder 140 filiales dans les paradis fiscaux tandis que les avoirs des familles françaises en Suisse sont actuellement de 80 milliards d’euros. On mettra ce chiffre en regard avec le déficit public de la France en 2011 (91 milliards) ou avec le « trou » de la Sécu (17 milliards), cette construction purement politique et idéologique. Et devanr notre abdication, pourquoi s’erreteraient-ils ???

        voir :
        http://2ccr.unblog.fr/2012/09/18/le-triomphe-des-riches/


        • JL JL 29 octobre 2012 13:59

          Excepté que je n’aime pas intervenir quand celui qui a lancé la discussion comme on jette une bouteille à la mer se retire dans son antre,

          je dirai que si demain il y a des affrontements dans la rue, il faudra faire attention : d’aucuns seraient prêts à bacharelassadiser Hollande et à syrianiser la France, si vous voyez ce que je veux dire.

          Il se dit que Obama est un ’Pacifiste’, entendez par là qu’il n’est pas Atlantiste : il a donné les clefs de la maison US en Europe à Israël.

          Cette démarche des rapaces : du chantage ?


          • Jason Jason 29 octobre 2012 17:57

            @JL,

            « il a donné les clefs de la maison US en Europe à Israël. » Que voulez-vous dire par là ? Si ça va mal en Europe, c’est la faute des « autres », et on sait quels « autres » vous voulez dire.

            Revenez à la réalité. Vos propos ne sont simplement pas crédibles.


            • JL JL 29 octobre 2012 18:13

              Jason,

              Même radio Vatican, pardon, la voix de son maître le dit : Obama ne s’intéresse pas à l’Europe, et à chaque fois sue le 1er ministre d’Israël il en ressort avec un chèque en blanc. Faut écouter la radio. Et même que Bourlanges a demandé : en dollars ?

               smiley


            • JL JL 29 octobre 2012 18:15

              Jason,

              une partie du com s’est perdue ?

              BRB : Même radio Vatican, pardon, la voix de son maître le dit : Obama ne s’intéresse pas à l’Europe, et à chaque fois que le 1er ministre d’Israël se rend dans son bureau, il en ressort avec un chèque en blanc. Faut écouter les médias ! Et même que Bourlanges a demandé : en dollars ?

               smiley


            • dominique 30 octobre 2012 10:00

              mais enfin, la féodalité n’a jamais cesséd’etre une réalité. Ou peut-etre si juste après 1789 mais pas bien longtemps. Il y a toujours eu ceux qui s’enrichissent sur le dos des autres. Dites moi ce qui a vraiment changé par rapport au moyen age ? Regardez dans les rues. Il y a toujours encore des bandits de grands chemins et des gens qui n’ont pas de toit. Il y a juste un peu de vaseline autour


              • julius 1ER 30 octobre 2012 10:27

                si les patrons se permettent de politiser le débat ’c’est vraiment qu’ils se sentent très forts, et là ils sont d’autant plus forts que la société est faible, pas de syndicat uni regroupant les travailleurs , les précaires, les chômeurs, plus de parti politique proposant un autre idéal de société ; ils surfent sur nos divisions et notre individualisme qu’ils ont contribué à mettre en place, on a passé le stade de la lutte des classes, c’est la guerre des riches contre les pauvres, même s’ils ont gagné cette bataille, ils seront leur propre fossoyeurs car à vouloir radicaliser les enjeux, ils vont faire exploser la société et aussi le système sur lequel ils reposent, semant la haine et le désespoir qui sont des sentiments primaires, mais une fois cette pollution dissipée les gens du peuple comprendront qui sont leurs adversaires et ce qu’il y a lieu de faire ! Messieurs les patrons, continuez vôtre oeuvre de destruction massive de la société de solidarité, continuez à réduire les travailleurs en esclavage, vos jours sont comptés !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès