Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Réforme de l’emploi : Le dernier « défilé » de la « Gauche (...)

Réforme de l’emploi : Le dernier « défilé » de la « Gauche »

Des dizaines de milliers de salariés, plus ou moins déboussolés et apeurés viennent de manifester leur colère contre le projet de loi de réforme du code du Travail. Ce texte, que le gouvernement veut applicable en quatrième vitesse, loin de « sécuriser » le marché du Travail va permettre, en souplesse, aux patrons de dégraisser les mains libres et à moindre frais.

Bien sûr, en lisant ces derniers mots, d’aucuns vont pousser les hauts cris et s’inscrire en faux. Le texte est « technique ». Oui. Et comme il pointe son nez en Conseil des ministres pendant les vacances scolaires, les mouvements de rue qu’il soulève sont un peu moins vifs. Ouf.

Il n’en demeure pas moins que, pour ceux qui étaient de sortie, un sombre constat, certes persistant depuis de nombreux mois, est effectué. « Nous n’avons pas élu Hollande pour …ça ! », résume une manifestante du cortège parisien.

 

LES LASAGNES DU MEDEF

« Les lasagnes que nous a servi Hollande sont indigestes. Elles sont cuisinées au cheval du Medef ! », ironise un militant CGT de Peugeot Aulnay venu avec sa délégation.

 

Ce qui transpirait de la manifestation à Paris, et sans doute dans le reste du pays, c’est ce sentiment insidieux, urticant : de ne pas avoir tout contre soi le produit qu’on a pourtant choisi en rayon le 6 mai dernier. L’emballage de gauche.

 

Pire : on se sent vraiment perdu. Moi Président et Jean-Marc Ayrault sont en passe de réaliser ce dont Nicolas Sarkozy se plaisait à rêver. Détricoter le code du travail. « Là où il commence se termine la liberté de penser », leur a redit Laurence Parisot, encore patronne des patrons.

Ce code a, jusqu’ici, fait qu’au lieu de sombrer dans un désarroi espagnol, la France a pu continuer, tant bien que mal, à rester debout en travaillant. A maintenir a minima sa consommation domestique sans chercher trop rapidement dans les poubelles.

Images outrées, exagérées ? Voire.

Le projet de loi dit de la « sécurisation de l’emploi » (plus éloigné aurait été impossible) présenté ce mercredi 6 mars en Conseil des ministres se veut la transcription de l’accord signé le 11 janvier dernier entre le Medef, la CFDT, La CFTC et CFE-CGC. Pas la CGT, ni FO.

Un économiste interrogé sur France Info sur qui étaient les plus gagnants dans cette affaire, des salariés ou du patronat, après quelques atermoiements de rigueur du style « il est trop tôt pour le dire », lâche le morceau : « Je pense que la flexibilité l’emporte ».

Des badges portés par les manifestants le 5 mars annonçaient « je suis inflexible ». Mais il va falloir drôlement s’accrocher.

 

LA FLEXIBILITE L’EMPORTE

Les détails ne sont pas encore connus car c’est aux députés de les rédiger mais « les accords de maintien dans l’emploi » devraient permettre :

- aux entreprises « en difficulté » d’exiger des efforts à ses salariés mais en s’engageant à ne pas faire de licenciements économiques. Les salariés devront donner du temps ou du salaire en « travaillant plus sans être payés plus ».

Il va donc falloir apprécier ce qu’est une entreprise « en difficulté ». Ensuite, il va y avoir indubitablement chantage à l’emploi : « si les syndicats majoritaires ne signent pas (leurs paraphes seraient obligatoires) je ferme ! ».

- l’exonération du plan social en cas d’accord majoritaire si elle supprime plus de 10 postes sur un site même si elle en recrée 10 ailleurs. Donc le salarié sera contraint, dans ce cas, d’accepter la mobilité ou d’être licencié. 

Les délocalisations risquent de voir leurs rythme croître au rythme de négociations le couteau sous la gorge.

- Des indemnités de départs conventionnels plafonnées par un barème tenant compte de l’ancienneté. Sinon ce serait au juge de décider.

Il y a peu de chances que les juges s’écartent de ces futurs barèmes « officiels » même si ceux-ci aboutissent à des sommes indignes.

- En cas de plans sociaux que l’ancienneté ne soit plus un critère de sélection des charrettes. Le « dernier entrant, premier sorti », n’aura plus cours.

Les séniors vont rejoindre beaucoup plus vite encore Pôle Emploi, ce qui n’améliorera pas pour autant le chômage des jeunes… Les stages au lance pierre vont fleurir de toutes parts.

Voilà, à très gros traits, ce que le gouvernement Hollande, de gauche, entend par « flexisécurité » à l’allemande. Avec pour faire passer la pilule l’argument que la France, réputée impossible à réformer, doit s’adapter aux nouvelles conditions économiques.

Correction : c’est la France « salariée » qui doit s’adapter. Elle seule.


Moyenne des avis sur cet article :  4.4/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 6 mars 2013 09:06

    pourquoi un poignée de privilegies dicte sa loi a la majorité ? Parce que la majorité est lobotomisé par la propagande des medias a la botte de la minorité de privilégies...

    voir : VOUS AVEZ DIT « BAISSER LES CHARGES » ?

    sans oublier : COMPETITIVITE ET PETITS MENSONGES


    • Fergus Fergus 6 mars 2013 09:22

      Bonjour, Robert Gil.

      Ja partage cette opinion : la majorité des Français est en effet, sinon lobotomisée (la lobotomisation est irréversible), du moins en état de sidération tel, face aux agressions antisociales, qu’elle se révèle incapable de réagir. Et la faible mobilisation d’hier en est une illustration supplémentaire qui n’est pas de bon augure. Mais peut-être le feu couve-t-il ? Souhaitons-le...


    • subliminette subliminette 6 mars 2013 10:03

      Fergus,

      C’est la presse qui lobotomise les gens.
      Les infos sont de plus en plus tendancieuses. Les journalistes méprisent profondément les masses laborieuses et distillent leur bienpensance à longueur de JT et magazines de tout poil.

      Les journalistes sont systématiquement du côté du pouvoir quel qu’il soit, convaincus qu’ils sont d’être du même monde et de regarder de très haut la planète des pauvres gugus qui ne tutoient même pas leur pauvre petit député provincial. Je parle de la majorité des journalistes de la presse télé-radio. Heureusement quelques trop rares exceptions réhabilitent ce beau métier.

      Les shadoks pompaient, pompaient et les gibis rigolaient bien....

      P-S :Fergus,

      J’ai cessé de fumer il y a quelques mois et c’est en partie grâce à l’un de vos articles. Merci à vous.


    • Fergus Fergus 6 mars 2013 20:10

      Bonsoir, Subliminette.

      Je partage votre opinion sur les médias et le conditionnement qu’elles imposent à nos compatriotes.

      Content de savoir que mon article sur le sevrage du tabac a pu vous être utile, fut-ce de manière indirecte ou marginale.

      Cordialement.


    • Dwaabala Dwaabala 6 mars 2013 22:56

      Les gens, ou les Français(es) ne sont pas plus lobotomisés que vous ou moi.
      Il y a ceux qui ont les moyens, grands, moyens, petits ou tout petits et qui votent : « pourvu que ça dure ».
      Quelques uns de ceux-là se rangent pourtant aux côtés du peuple qui n’en peut mais.
      Le peuple est encore plus écrasé par ses conditions concrètes d’existence que par la soupe populaire que leur servent quotidiennement les médias.


    • viva 6 mars 2013 11:56

      Toutes les institutions y compris les syndicats sont décrédibilisés, tout le monde sait que cette loi va passer quelque aue soit la mobilisation contre ce sont tout de même des syndicats qui l’ont signés. Les gens ont donc choisi de ne pas bouger , cela ne signifie rien de bon pour le régime en place, le message c’est que le syndicats ne maïtrisent plus la masse des salariés, ce qui est une bonne nouvelle d’une certaine façon, les lignes ont bougés


      • leypanou 6 mars 2013 13:30

        « Toutes les institutions y compris les syndicats sont décrédibilisés » : pourquoi parler de « TOUTES » ? Seuls sont décrédibilisés ceux qui l’ont DEJA été , à moins que vous considériez que les trois syndicats signataires ont encore une crédibilité en ce qui concerne la défense des travailleurs.

        Lu aujourd’hui dans Direct matin de V Bolloré une phrase de M Sapin, ministre du Travail : « C’est un accord équilibré ». Tout est dit dans cette phrase.


      • bigglop bigglop 6 mars 2013 12:03

        Lors de la réforme des retraites de 2010, les syndicats ont mobilisé des foules mais sans appeler à la grève générale.

        Récemment, Valls demandait aux syndicats de « maintenir » une forme de paix sociale et de jouer le rôle d’une soupape de sécurité en évitant les débordements.Visiblement, il a peur (rapports des RG ?).

        L’attitude de la CGT, de FO reste ambigüe.


        • credohumanisme credohumanisme 6 mars 2013 12:06

          Et oui, aujourd’hui le bœuf est en réalité du cheval et les socialistes au pouvoir sont en réalité de droite.

          Rien ne change : mensonges, tricheries, fausses promesses explicites ou implicites.
          On gagne juste un cran dans l’hypocrisie.


          • LE CHAT LE CHAT 6 mars 2013 14:01

            seulement quelques dizaine de milliers de personnes , on voit bien que les gens se sont aperçu que cette manif est du foutage de gueule , des larmes de crocodiles , de l’indignation à la mord moi le noeud ......

            Le désenchantement , c’est maintenant !!!!!!


            • TSS 6 mars 2013 17:30

              Quand je travaillais la plupart des gens etaient à genoux devant le patron ! ils sont ,

              maintenant,à plat ventre ,bientôt ils perdront bras et jambes et seront des vers qu’ecraseront

              à plaisir les suppots du MEDEF !!

              Au cours de mes 43 ans de travail et des nombreuses sociétés où je suis passé ,j’en suis

              arrivé à la conclusion que les gens n’ont que ce qu’ils meritent et que leur liberté n’est

              fonction que de la resistance qu’ils opposent ,c’est à dire à l’heure actuelle :aucune... !!

               


              • mario mario 6 mars 2013 22:47

                et pendant ce temps, a tf1 6,5 millions de télespectateurs pour regarder splash.

                bon il faut que je regarde a nouveau le debat hollande/sarkosy , j’aime bien le passage :

                moi président, je vous niquerer jusqu’a l’os de veau......

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès