Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Réforme de l’enseignement primaire : de qui se moque-t-on (...)

Réforme de l’enseignement primaire : de qui se moque-t-on ?

Marchant sur les pas de Claude Allegre, Xavier Darcos réduit les programmes, cette fois dans le primaire, suite à l’allègement des horaires annoncé il y a 5 mois, en septembre. On peut douter qu’il s’agisse d’une réforme à vocation pédagogique.

« Diviser par trois, en cinq ans, le nombre d’élèves qui sortent de l’école primaire avec de graves difficultés et diviser par deux le nombre d’élèves ayant pris une année de retard dans leur scolarité » sont les nobles objectifs de la dernière réforme de l’enseignement public français proclamés par le ministre dans sa conférence de presse de février 2008. Qui s’y opposerait alors que bien des élèves sont en difficulté et que les comparaisons internationales, certes délicates d’interprétation, ne semblent pas très flatteuses ? Mais de quoi s’agit-il, au-delà de ces bonnes paroles ? Car enfin, ces programmes ont été réformés de nombreuses fois, en dernier lieu en... 2007 !

Encore plus intéressant ces nouveaux programmes sont annoncés 5 mois après la décision de la suppression de l’école le samedi matin, le 28 septembre 2007. A l’époque la mesure a été justifiée sous le prétexte « qu’actuellement nous sommes en présence d’une grande confusion » (créée par les réformes précédentes « libérant » certains samedis sur une base locale) et « que les élèves français font beaucoup plus d’heures que leurs voisins européens ».

Bref, l’objectif de la réduction horaire semble surtout avoir été d’achever la suppression de l’école le samedi pour permettre aux cadres de partir en week-end, plus ou moins justifié par le sophisme selon lequel si on réussit moins que les autres en travaillant plus c’est qu’il faudrait travailler moins... A quand la suppression totale de l’école pour que nos chères têtes blondes soient toutes Prix Nobel ? Je pense plutôt qu’il faut lire entre les lignes qu’il n’y pas de raison qu’on paye plus d’heures aux élèves français qu’aux autres élèves européens et que ceci passe avant toute considération sur l’amélioration des résultats.

A qui veut-on faire croire qu’on va aider davantage les élèves en leur enseignant moins longtemps ? C’est au contraire en apprenant plus que les élèves, en particulier issus de milieux moins cultivés, peuvent accéder à la forme de pensée qu’il s’agit de leur transmettre (apprendre plus pour comprendre mieux, dirait un homme politique bien connu).

On rendrait certaines heures sous forme d’aide directe mais une demi-heure de travail individuel avec 30% d’une classe de 24 élèves représenterait plus de 3 heures par semaine. De plus, le flou est total : il est même précisé que les heures en question pourront également servir à l’enseignement en petits groupes (adieu l’effort spécifique vers les élèves en difficulté) ou même... à la formation continue !

Il semble qu’on veuille nous resservir le même plat qu’avec la réforme du lycée de Claude Allègre : on réalise des économies sous des prétextes fallacieux tout en prétendant (cette fois-ci après coup) qu’il s’agit d’un objectif pédagogique... Un signe qui ne trompe pas : l’annonce glissée en fin de la présentation du ministre de l’ « intervention possible » des enseignants de maternelle.

Donc, moins d’heures d’enseignement, plus de sport, une « introduction à l’histoire de l’art », un soi-disant recentrage en français et en calcul (lire : on essaiera d’épargner à ces deux matières le « resserrement horaire » qui affectera les matières restantes : sciences, histoire-géographie, pratiques artistiques) et on voudrait nous faire croire que ceci va aider les élèves !

De qui se moque-t-on ? Comment ne pas comprendre que ce resserrement augmentera encore l’avantage des élèves dont les parents peuvent compenser par des cours particuliers cette réduction ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.45/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • oncle archibald 28 février 2008 15:41

    Mouais... votre démonstration me laisse sceptique... le fond du problème reste à mes yeux de savoir pourquoi il y a beaucoup trop d’élèves qui arrivent au bout du cursus primaire sans savoir lire, écrire et compter correctement, bases que je crois aussi indispensables pour aller vendre des salades sur le marché que pour acquérir des savoirs plus complexes et diversifiés dans un cursus d’études secondaires puis supérieures.

    Je ne pense pas du tout que privilégier cette acquisition au moment où elle doit être faite nuise au cursus ultérieur de l’élève en difficulté, au contraire... Ce qui va l’attirer il pourra l’acquérir quasiment seul assez facilement à partir du moment où il aura envie de lire... et pour avoir envie de lire il faut qu’il n’y ait aucune difficulté dans cet exercice.

    Pour moi un bon instit, c’est celui qui apprends à lire à ses élèves, qui leur donne envie de lire et d’apprendre... Le reste peut attendre. Alors s’il faut sacrifier des heures d’enseignement au week-end, qui n’est pas seulement l’apanage des bo-bo mais aussi un temps privilégié pour que les couples divorcés passent du temps avec leurs enfants. Si en plus ça permet d’économiser sur le budget de l’Etat, alors la !!! Pour une fois qu’il y a une mesure qui parait en même temps acceptable et utile à beaucoup... Pour que le bonheur soit complet à mes yeux, il faudrait l’assortir de l’axiome fondamental suivant : pas un enfant ne rentrera en 6eme sans avoir savoir lire aisément et sans comprendre ce qu’il lit ... Voyez, vous allez les retrouver vos heures perdues et sans doute même bien au-delà...


    • benalgue 28 février 2008 19:55

      votre article est en total desaccord avec mes idées et surtout en desaccord avec l’enfance. vous ne trouvez pas que l’on en demande déjà bien trop à nos enfants ? alors pour votre week end d’accord mais pour les enfants non !!! vous êtes simplement mechant. il faut penser à la qualité de vie de nos enfants et plus de sport d’art etc va dans ce sens là et plus de temps libre aussi....mon enfant va dans une école waldorf steiner et dans cette école il avance tout doucement même trop doucement à mon gout et je lui enseigne moi même l’écriture la lecture et les calculs .....cela lui prend une demi heure par jour......quand je pense que les enfants sont assis toute la semaine sur les bancs de l’école pour arriver en 6ème illéttrés je me dis que tout le système scolaire est à repenser.....moins de vacances et une école qui serait presque des vacances....qu’en faites vous de vos môme pendant les vacances ??? centre aéré et autre structure du genre et bien je suis pour une école qui serait un centre aéré en permanence avec un temps consacré au travail....ah si je pouvais je vous changerai tout ça moi.

       


      • Dolores 28 février 2008 20:28

        L’école, grâce à des parents comme vous, est déjà devenu un vaste centre aéré.

        On ne demande plus rien à vos enfants !

        Sauf d’être heureux à l’école en en faisant le moins possible.

        Et vous pensez que c’est encore trop !

        Laissez -les donc en toute liberté devenir ignares.

         Les livres scolaires sont des livres d’images parce que c’est trop embêtant de lire pour ces pauvres petits.

        Pourquoi une école quand des parents comme vous peuvent tout leur apprendre : lire, écrire, compter et raisonner comme papa ?


        • anny paule 28 février 2008 21:41

          Un autre problème pourrait sous-tendre tout cela :

          réduire la semaine à quatre jours, cela fait 24 heures d’enseignement par les instituteurs, (pardon, les professeurs des écoles) !

          Dans la perspective du "travailler plus pour gagner plus" et dans celle du vide dénoncé des caisses de l’Etat, comment "ne pas valoriser la fonction enseignante"... ou, du moins, comment ne pas la rétribuer à sa juste valeur ? Si l’on laissait l’ancien horaire, on pourrait s’apercevoir que les enseignants ne sont pas payés... si l’on réduit l’horaire... ils vont gagner beaucoup plus, puisqu’ils travailleront moins !

          C’est de l’humour ! Je le précise car il m’est arrivé de n’être pas comprise quand je m’exprime au second degré !

          Quoiqu’il en soit, il est certain que nous subissons bien des effets d’annonce, et il est également certain que les textes de réflexion émanant de l’OCDE, de l’ERT, des AGCS sont suffisamment explicites : l’école publique n’aura plus à s’occuper que de ceux dont on sait qu’ils ont un avenir bouché (Je ne prends pas le temps d’aller chercher les citations exactes, mais le sens, lui, est exact). Donc, on délire tous sur un faux problème... cela occupe l’opinion... et pendant ce temps là, "la vente continue" ! Quand la privatisation de tout ce qui est rentable aura été effectuée, nous constaterons que notre école n’existe plus !

          On se moque, effectivement, réellement du monde !


          • oncle archibald 29 février 2008 06:05

            On se moque réellement du monde lorsqu’on laisse les enfants partir en sixième sans qu’ils sachent lire ! Et on se moque carrément de ceux que l’on laisse croupir, s’emm.. et se désespérer dans des cursus d’études qu’ils n’arrivent pas à suivre. Il y certainement mieux à faire avec les élèves qui ne peuvent pas ou qui ne veulent pas étudier que de les faire passer dans la classe supérieure « par force » parce qu’il n’est pas possible de les faire redoubler et qu’il n’existe pas de portes de sorties valorisantes.

            Ces problèmes me préoccupent beaucoup plus que la rémunération des enseignants, qui, ramenée à l’heure effectivement travaillée, n’est pas si mauvaise. Je trouve que c’est un bon deal, un choix de vie, mais qu’ils ne viennent pas pleurer !


          • Serge 29 février 2008 09:45

            Désolé mais je trouve que ce n’est pas normal de passer six heures par jour à l’école pour un enfant.

            J’y suis passé comme tout le monde et j’ai bien remarqué qu’on nous occupe juste pour faire de la garderie, car ce qu’on apprend on pourrait l’assimiler en 4 fois moins de temps tellement c’est répétitif et chiant !

            On pourrait tous avoir le bac à 12 ans si enfin les programmes étaient résumés, qu’on ne nous fasse plus apprendre la vie de chiasse de Louis XIV dont on a rien à foutre car il est mort et ne reviendra pas, mais plutôt la gestion, l’économie, la philo, la cuisine, les sciences appliquées bien plus importantes à mon avis pour la vie RÉELLE.

            Les loghorrées interminables des profs et la redite des programmes dégoutent les enfants de l’école à jamais : c’est ainsi qu’ils finissent par ne plus respecter ce système et cette société militarisée où on les élève comme des poulets industriels.


            • Esprit Destricteur 29 février 2008 11:08

              Je crois que vous pêchez premièrement par excès d’optimisme : il n’est pas vrai que chacun (ou même la plupart) puisse apprendre quatre fois plus vite (d’ailleurs aucun pays développé ne propose 6h/4=1h30 de scolarité par jour).

              Ensuite, si les motivations des uns (professeurs, parents) ou des autres (administration, gouvernement) sont ouvertes à la spéculation, je ne crois pas qu’on puisse les accuser de juste vouloir une garderie, même si la fonciton de "formattage social" de l’école est indéniable (avec ses aspects négatifs que vous souligniez mais aussi positifs et bien connus sous le nom de "socialisation" et "citoyenneté").

              Quant à la vie réelle, chacun a la sienne et ce type d’argument a justifié en grande partie la "militarisation" que vous dénoncez. Je pense pour ma part qu’une fonction importante de l’école primaire est de fournir les bases d’une vie raisonnée et cultivée - à commencer comme dit X. Darcos par la lecture et le calcul mais sans s’y arrêter : Ne confondons logorrhée et culture !

              Ceci dit, je profite de votre commentaire pour souligner que si je m’insurge contre le dernier mauvais coup fait à l’éducation dans notre pays tout autant que sa présentation que je trouve manipulatrice, loin de moi l’idée que tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles. Mais c’est une autre histoire (un autre article ?)


            • nephilim 29 février 2008 11:08

              Mais bien evidement serge a quoi ça sert l’histoire^^ et puis les arts ??

              vraiment comment nos enfants peuvent ils a se point perdre leur temps à etudier toutes ces conneries.

              allez hop la gestion du commerce du droit et de l’informatique pour tous point barre comme ca ils seront tous pret a travailler ^^

              J’arrete ; votre remarque est du degré zero pointé !!!!

              mais reflechissez bordel avant d’ecrire ce type d’anerie !!!!


            • Dolores 3 mars 2008 19:06

               

               Prenez un précepteur !!

               C’est cher mais vous ferez "gagner" 7 ans de "garderie" à vos enfants !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès