Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Réforme de la Constitution : quel recours si Sarkozy pète les plombs (...)

Réforme de la Constitution : quel recours si Sarkozy pète les plombs ?

Arrivés au jour du vote ultime de la réforme de la Constitution, qui tient le peuple en haleine devant le suspense annoncé d’un résultat qui se joue à quelques voix près, je déplore que :

- seul le Mouvement Démocrate avec François Bayrou s’inquiètent encore du problème de représentativité des partis politiques à l’Assemblée nationale (le scrutin majoritaire empêche les partis minoritaires de s’exprimer, en atteste ce résultat en 2007 : l’UMP a obtenu 55 % des sièges alors que son score au premier tour était de 39,5 %, le PS 36,4 % des sièges pour un score proportionnel de 27,2 %, le MoDem 0,7 % des sièges (4 sièges sur 577) pour un score proportionnel de 7,5 %) ;

- seuls les partis de gauche, surtout le PS, s’insurgent contre la non-prise en compte de la mise à jour du découpage territorial de la carte électorale pour les élections sénatoriales depuis sa revue en 1986, malgré l’évolution démographique au profit des villes (qui rendrait la gauche gagnante, CQFD !), bien que le Conseil constitutionnel ait déjà recommandé cette mise à jour ;

- aucun parti n’a insisté pour que le non-cumul des mandats des parlementaires figure dans la Constitution.

On peut d’ailleurs s’interroger sur la logique vicieuse du système faisant voter par les députés en place une loi, fût-elle constitutionnelle, qui leur "tire une balle dans le pied". Ce type de décision ne devrait-il pas relever d’un Comité des sages, du Conseil constitutionnel transcendant tous les partis ?

Et je ne peux m’empêcher de penser à une question que tous les Français se posent en ce moment : « Que faire si Sarkozy pète les plombs ? »

Cette question mérite d’être posée alors que les Français s’inquiètent de plus en plus du comportement impulsif et agité de notre actuel vibrionnant Président de la République, Nicolas Sarkozy, ainsi que de sa prédisposition à un alignement atlantiste, alors qu’il a le pouvoir d’appuyer sur le bouton atomique, ainsi qu’une manie de passer outre la séparation des pouvoirs et intervenir en direct en faveur de ses amis, qu’ils soient parmi l’élite dirigeante du CAC40 ou de personnes bénéficiant d’une popularité permettant un trafic d’influence. Comme récemment le laissent supposer les décisions de l’Elysée relatives à l’audiovisuel, bénéficiant financièrement aux chaînes privées notamment à TF1, ainsi que les instructions qui auraient motivé la décision du tribunal arbitral en faveur de Bernard Tapie (voir article de Mediapart) au détriment des finances publiques et probablement l’annonce prochaine d’une intervention directe en vue de nommer un nouveau Directeur de la Caisse des Dépôts et Consignations (voir également l’article de Mediapart sur ce sujet) et de faire de l’institution publique un fonds souverain, ce qui lui permettrait à cette dernière sous des conseils « avisés » de se présenter acquéreuse de stock-options comme elle l’a fait déjà en faveur de Arnaud Lagardère sur les titres EADS (supportant ensuite l’énorme moins-value de 200 millions d’euros sur un investissement total de 600 millions d’euros) ou pour faire par exemple un portage de titres Areva pour ensuite les revendre à Bouygues (ce n’est qu’une hypothèse bien sûr…).

Reformulons la question en langage constitutionnel et non personnifié : « quel est le recours des citoyens et du Parlement si le Président de la République commet une faute relative à sa fonction ? Quelle peut-être l’exception d’immunité pénale du Président de la République ? Le Parlement a-t-il le pouvoir de destituer le Président de la République, à l’instar de la procédure d’empêchement (inpeachment) existant aux Etats-Unis ? »

Aujourd’hui, le Président de la République bénéficie d’une immunité pénale. Cette situation dérogatoire a été mise en place car le Chef de l’Etat est le garant de la continuité de l’État. S’il fait l’objet d’une instruction pénale, cette continuité serait remise en cause. De plus, offrir aux juridictions pénales la possibilité de condamner le Président de la République en exercice devant les juridictions pénales offrirait la possibilité pour celles-ci de s’immiscer dans l’exercice du pouvoir politique, ce qui est interdit par la Loi du 16-24 août 1790. Voici la dernière mise à jour concernant l’immunité pénale du Chef de l’Etat, que j’ai pu trouver et qui résume les articles concernés (Wikipedia) :

Après une première tentative de réforme par le moyen d’une proposition de loi constitutionnelle présentée en conseil des ministres le 2 juillet 2003 [3], le statut du Président de la République française a fait l’objet d’une réforme constitutionnelle, approuvée par le Congrès le 19 février 2007. Il remplace ainsi le titre IX de la Constitution de 1958 : « Article unique Le titre IX de la Constitution est remplacé par les dispositions suivantes : « TITRE IX
« LA HAUTE COUR « Art. 67. – Le Président de la République n’est pas responsable des actes accomplis en cette qualité, sous réserve des dispositions des articles 53-2 et 68. « Il ne peut, durant son mandat et devant aucune juridiction ou autorité administrative française, être requis de témoigner non plus que faire l’objet d’une action, d’un acte d’information, d’instruction ou de poursuite. Tout délai de prescription ou de forclusion est suspendu. « Les instances et procédures auxquelles il est ainsi fait obstacle peuvent être reprises ou engagées contre lui à l’expiration d’un délai d’un mois suivant la cessation des fonctions. « Art. 68. – Le Président de la République ne peut être destitué qu’en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat. La destitution est prononcée par le Parlement constitué en Haute Cour. « La proposition de réunion de la Haute Cour adoptée par une des assemblées du Parlement est aussitôt transmise à l’autre qui se prononce dans les quinze jours. « La Haute Cour est présidée par le Président de l’Assemblée nationale. Elle statue dans un délai d’un mois, à bulletins secrets, sur la destitution. Sa décision est d’effet immédiat. « Les décisions prises en application du présent article le sont à la majorité des deux tiers des membres composant l’assemblée concernée ou la Haute Cour. Toute délégation de vote est interdite. Seuls sont recensés les votes favorables à la proposition de réunion de la Haute Cour ou à la destitution. « Une loi organique fixe les conditions d’application du présent article. » »

Tout dépend donc de l’interprétation de « manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat », de la constitution de Parlement en Haute Cour et de son vote à la majorité de 2/3e, ainsi que des conditions d’application fixées par la loi organique. Voici ce que dit le site de l’Assemblée Nationale  :

La révision constitutionnelle du 23 février 2007 (Loi constitutionnelle n° 2007-238 du 23 février 2007 portant modification du titre IX de la Constitution publiée au Journal Officiel du 24 février 2007 [sur le site Légifrance]) a profondément transformé le régime de responsabilité du Président de la République qui se traduisait antérieurement par une irresponsabilité de principe, sauf le cas de haute trahison, et avait donné lieu à des interprétations divergentes du Conseil constitutionnel (décision n° 98-408 DC du 22 janvier 1999) et de la Cour de cassation (Cass. plén. 10 octobre 2001 M. Breisacher). Larticle 67 de la Constitution prévoit désormais que le Président de la République est irresponsable pour les actes accomplis en cette qualité sauf dans les hypothèses de compétence de la Cour pénale internationale (art. 53-2 ) ou de la Haute Cour (art. 68). En outre, s’agissant des actes accomplis avant le début de son mandat ou dépourvus de lien avec celui-ci, le Président de la République ne peut, durant son mandat et devant aucune juridiction ou autorité administrative française, être requis de témoigner non plus que de faire l’objet d’une action, d’un acte d’information, d’instruction ou de poursuite. Cette inviolabilité temporaire couvre ainsi tant le champ civil et administratif que le champ pénal, la réparation et la sanction. En contrepartie, il est expressément prévu que tout délai de prescription et de forclusion est suspendu et que les instances et procédures auxquelles il est ainsi fait obstacle pourront reprendre un mois après la cessation des fonctions du Président de la République.

L’article 68 institue une procédure originale de destitution du Président de la République en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat, notion qui n’est définie ni par la nature, ni par la gravité du manquement mais par son caractère inconciliable avec la poursuite du mandat. Afin d’en souligner le caractère politique, la destitution est prononcée par le Parlement tout entier réuni en Haute Cour, instance qui remplace la Haute Cour de justice.

La procédure de saisine et de décision de la Haute Cour obéit à des règles particulièrement strictes et exigeantes. La Haute Cour doit être saisie par une résolution adoptée par chacune des deux assemblées. Une fois réunie, elle se prononce à bulletins secrets sur la destitution dans un délai d’un mois. Les décisions de réunion de la Haute Cour et de destitution doivent être prises à la majorité des deux tiers des membres composant l’assemblée concernée ou la Haute Cour, sans délégation de vote, et seuls les votes favorables à la décision étant recensés. L’article 68-1 indique que les membres du Gouvernement sont pénalement responsables des actes accomplis dans l’exercice de leurs fonctions et qualifiés crimes ou délits au moment où ils ont été commis, qu’ils sont jugés par la Cour de justice de la République qui, à la différence de la Haute Cour de justice, est liée par la définition des crimes et délits ainsi que par la détermination des peines telles qu’elles résultent de la loi. Selon l’article 68-2, la Cour de justice de la République comprend quinze juges : douze parlementaires élus, en leur sein et en nombre égal, par l’Assemblée nationale et par le Sénat et trois magistrats du siège à la Cour de cassation, dont l’un préside la Cour. Toute personne qui se prétend lésée par un crime ou un délit commis par un membre du Gouvernement dans l’exercice de ses fonctions peut porter plainte auprès d’une commission des requêtes composée de magistrats. Cette commission ordonne soit le classement de la procédure, soit sa transmission au procureur général près la Cour de cassation aux fins de saisine de la Cour de justice de la République. Le procureur général près la Cour de cassation peut aussi saisir d’office la Cour de justice de la République sur avis conforme de la commission des requêtes. La loi organique n° 93-1252 du 23 novembre 1993 prévoit que la Cour de justice de la République vote, après la clôture des débats, sur chaque chef d’accusation à la majorité absolue par bulletins secrets puis sur l’application de la peine infligée à un accusé déclaré coupable. Son arrêt peut faire l’objet d’un pourvoi en cassation. Si l’arrêt est cassé, la Cour de justice doit être entièrement recomposée avant de juger à nouveau l’affaire.


J’espère que toutes ces précisions auront rassuré les Français !


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (160 votes)




Réagissez à l'article

73 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 21 juillet 2008 10:44

    Quand vous écrivez "quel recours si Sarkozy pète les plombs ?"

    Vous avez déjà la complicité du "comité de rédaction" qui valide votre article et qui démontre une fois encore le peu de respect qu’il porte pour le mot "journalisme" et "citoyen"

    Cet article est digne d’une feuille d’extrème gauche ou d’extrème droite,c’est du populisme qui est guidé par la haine


    • nantor nantor 21 juillet 2008 10:55

      T’inquiète pas, elle a mis son vrai nom et pas un pseudo. Avec son adresse IP, queques discrètes officines vont la suivre et l’écouter ...

      Rest tranquille, tu n’as rien à craindre, rien à faire, rien à penser ... sarko s’occupe de tout.


    • nantor nantor 21 juillet 2008 10:58

      Article très juridique, trop pour moi ...

      Par contre j’ai relevé une anomalie dans vote titre, c’est l’usage du mot "si". Il semblerait que vous ne soyez pas certaine que cela puisse arriver ... N’aurait pas mieux fallu utiliser le mot "quand" ???


    • Vieux Sachem 21 juillet 2008 11:15

      Et que faire si Lerma pète les plombs ? Ah ! Bon ! C’est déjà fait ! Excusez-moi, je ne lis pas tous ses délicieux billets ! Si lui ne va pas au paradis des sarkozystes, qui y sera admis ? Jack Lang, peut-être !


    • Zalka Zalka 21 juillet 2008 11:26

      C’est bien, Lerma a lu le titre de l’article.


    • ju ju 21 juillet 2008 22:38

      @ l’auteur,

      Vous dites "inpeachment" peut être une coquille pour impeachment ...... par contre impeachment ça ne veux pas dire "empêchement".

      Un impeachment c’est une procédure de destitution

      Sinon merci pour l’article.


    • Patience Patience 22 juillet 2008 02:18

      par Patience

       
      Donc, au prochain remaniement, nous aurons Jack Lang Premier Ministre.

      Ca vaut au moins ca, non ?

      Cette revision, c’est ce qu’attendait Sarkozy pour enfin se montrer sous son vrai visage, car nous n’avons encore rien vu.

      La France vient de vivre son 11/9 un 21/7.

      La rentree sera dure.

    • Marianne Marianne 22 juillet 2008 16:56

      Heureusement qu’il y a encore Lerma pour défendre Nicolas Sarkozy !
      Mais comme ses critiques sont toujours primaires, agressives et peu constructives, il (ou elle ?) est un piètre avocat de son héros. Avec lui, le journalisme citoyen ne serait valable qu’au travers de la censure (en particulier de mes articles) !


    • Ocséna 21 juillet 2008 11:07
      C’est bien beau d’avoir démoli pierre à pierre y a deux cents ans la Bastille, mais on n’avait pas prévu cette année qu’il y avait encore à se faire le Château de Versailles. Avec les élus français il faut raison garder sinon une année, compte tenu de toutes leurs infamies, il faudra carrément qu’on démonte la Tour Eiffel. 
       

      ..........................................

      Les Pensées zaz de l’Ocséna

       

      Ocsena, Organisation contre le système-ENA... (et pour la démocratie avancée)
      -[->http://ocsena.ouvaton.org]

       


      • La Taverne des Poètes 21 juillet 2008 11:56

        Le PS s’insurge, tu parles ! Il s’apprête à voter pour cette pseudo réforme. S’il trahit le projet de 6ème République que le MoDem défend aussi, c’est que la collusion UMP-PS apparaîtra au grand jour et je ne serai pas le dernier alors à m’écrier "Tous pourris !"

        On a un idéal : on le défend ! Si le PS se laise compromettre, il ne pourra plus parler au nom de l’opposition (déjà qu’on ne l’entend plus...), et pire il trahira le peuple.


        • MagicBuster 21 juillet 2008 12:01

          @Marianne , c’est un bon article.

          Je regrette toutefois de ne pas retrouver la possibilité évidente d’effacer ce président ... suffirait d’un commando para avec des balles à blanc.  smiley

          J’ajoute que les nombreux trous de balles qui l’accompagnent n’aideront pas à résoudre l’enquête.
          Bonne journée


          • La Taverne des Poètes 21 juillet 2008 12:12

            Un petit enlèvement pas les FARC éventuellement ? Contacter Olivier Besancenot...
            Rassurez-vous, chers sarkozistes, c’est du second degré.


          • SALOMON2345 21 juillet 2008 12:45

            APRÈS UNE REMONTRANCE, PAR L’INTERMÉDIAIRE DE VOTRE DÉPUTÉ : UN AVERTISSEMENT !
            APRÈS TROIS AVERTISSEMENTS PROPOSÉS PAR 300 SENATEURS : UN BLÂME !
            APRÈS TROIS BLÂMES ADRÉSSÉS PAR LE MÉDIATEUR CREATION D’UNE COMMISSION LAQUELLE DÉLIVRE...UNE REMONTRANCE, APRES CELLE-CI UN AVERTISSEMENT.....ETC ETC ETC
            PENDANT CE TEMPS LÀ, SARKO ZIGOUILLE CARLA PAR JALOUSIE (ELLE RELUQUAIT LE FILS JEAN), FOU DE RAGE, IL DÉCLARE LA GUERRE À L’IRAN ET TUE CEUX QUI S’OPPOSENT MAIS CHUT...IL EST ÉLU ALORS, CIRCULEZ, Y RIEN À VOIR.....


            • SALOMON2345 22 juillet 2008 10:20

              CURIEUX NON ?

              - UN PRÉSIDENT ÉLU PAR LE PEUPLE BRICOLE AVEC

              - UNE PARTIE D’ASSEMBLÉE ÉLUE PAR LE PEUPLE :
              DEUX LÉGITIMITÉS DONC (UNE DE TROP À MON SENS) POUR MODIFIER À LEUR GRÉ LE FONDS ET LA FORME DE POUVOIR QU’ILS VONT S’OFFRIR POUR GOUVERNER LE PEUPLE - QUI NE DIT MOT - ET QUI ASSISTE SANS MOUFTER À CETTE PIECE DE THEATRE !

              - ENCORE UNE FOIS, ON SE GARGARISE AVEC LE TERME "LÉGITIME" (CE QUI RELÈVE DE LA JUSTICE) AVEC CELUI DE "LÉGAL" (LEQUEL RELÈVE DU JURIDIQUE) EN SUBSTANCE CE BRICOLAGE AVEC LA RÈGLE QUI DOIT RÉGIR NOTRE GOUVERNANCE (LA RÈGLE DU JEU ENTRE TOUS : LE POUVOIR ET LES GOUVERNÉS)

              - EN CONCLUSION, APRÈS LISBONNE ET LE MÉPRIS RÉFÉRENDAIRE ANTÉRIEUR ET CETTE MASCARADE SOUTENUE PAR UN SENAT "ILLÉGITIME" CAR ÉLU BIZARREMENT JE PRÉTEND QUE SARKOZY AND CO EST, PAR CETTE FORFAITURE DE L’ESPRIT DES LOIS, DEVENU ILLÉGITIME !!!


            • Traroth Traroth 21 juillet 2008 13:10

              "S’il fait l’objet d’une instruction pénale, cette continuité serait remise en cause" : C’est faux. La constitution a prévu ce qu’il faut faire si le président est empêché dans l’exercice de ses fonctions, ce qui peut être le cas s’il démissionne, s’il meurt ou s’il est gravement malade : le président du Sénat le remplace et organise des élections dans les meilleurs délais. Cette mesure pourrait parfaitement s’appliquer en cas de condamnation du président par un tribunal ou en cas de destitution.


              • kabreras kabreras 28 juillet 2008 01:59

                Absolument pas !
                Le président pendant l’exercice de ses fonction ne peu pas etre mis en cause dans quelque affaire de justice...
                Aucune cour ne peu le condamner a quoi que ce soit...


              • luteola luteola 21 juillet 2008 13:40

                pour répondre à la question contenu dans le titre de l’article, je rappelerais un truc tout bête : le peuple reste souverain... A chaque élection, voire plus tôt s’il estime que la coupe est pleine. Mais ne soyons pas trop pressés, les gros malins qui ont voté Sarko doivent boire la coupe jusqu’à la lie. Histoire de les vacciner pour la suite. J’ai adoré le sort fait aux cadres (electeurs en masse de sarko). Ca leur apprendra à etre idiots tient. Tout ce qu’à fait sarko était prévisible et prévu. Un arrogant inculte, un excité improductif, un frustré à l’égo démesuré et j’en passe. Bref, ne soyons pas trop inquiet, s’il dérape vraiment il trouvera un jour son maitre face à lui : le peuple français, mal connu pour sa patience et son indulgence.


                • nantor nantor 21 juillet 2008 14:32

                  Complètement d’accord.


                • Jeune Cadre Dynamite Jeune Cadre Dynamite 21 juillet 2008 15:01

                  D’accord en gros par contre, le fait de « ricanner » sur le « sort fait au cadre » je le suis beaucoup moins, car il est faux de dire que cette CSP a voté en masse pour NS (Source wikipédia) :

                  Commerçants, artisans et chefs d’entreprises NS 82 % SR 18 %

                  Agriculteurs NS 67 % SR 33 %

                  Professions libérales et cadres supérieurs NS 52 % SR 48 %

                  Professions intermédiaires NS 49 % SR 51 %

                  Employés NS 49 % SR 51 %

                  Ouvriers NS 46 % SR 54 %

                  Mais surtout car ce genre de raisonement tiens principalement du principe archi-usé mais fonctionnant toujours en période de peur « diviser pour mieux regner » (les méchants fonctionnaires face aux laborieux, la « bourgeoisie » face aux laborieux, etc...)

                  En suivant ce genre de raisonnement (et en grossissant le trait) : Plus de 70 ans NS 68 % SR 32 %

                  Entre 60 et 69 ans NS 61 % SR 39 %

                  Entre 45 et 59 ans NS 45 % SR 55 %

                  Entre 35 et 44 ans NS 50 % SR 50 %

                  Entre 25 et 34 ans NS 57 % SR 43 %

                  Entre 18 et 24 ans NS 42 % SR 58 %

                  Bien fait pour les vieux ils n’ont que ce qu’ils méritent !

                  Femmes NS 52 % SR 48 %

                  Hommes NS 54 % SR 46 %

                  Bien fait pour les françaises et les français : ils n’ont que ce qu’ils méritent !

                  PS : Comment faire un renvoir à la ligne sans insérer de ligne sur AVox ? et gras etc la mise en forme quoi... HElp !


                • luteola luteola 21 juillet 2008 15:27

                  ok. j’avoue que je pensais qu’ils penchaient plus que ça pour sarko. Je voulais juste dire que bien des gens ont voté pour lui sans vraiment comprendre le personnage. Beaucoup se sont arretés à la propagande officielle et n’ont pas vraiment reflechi. Certains votent pour leur portefeuille (si c’était le cas, j’aurais voté sarko les yeux fermés veuillez m’en croire), et d’autres avec leur convictions. Ceux qui ont voté pour leur portefeuille, hé bien tant pis pour eux. Pour le reste, je déplore que ce gars soit aux commandes. Il fait un mal considérable au pays (j’ai toujours pas digéré le coup de kadhafi par exp).

                  enfin, il a été élu comme il aime à le répéter 10 fois par jour... j’espère que les gens réfléchiront un peu la prochaine fois. Ses arguments de bas niveaux faisaient de lui un avocat plutot doué, mais le costume de président est bien trop large pour lui.


                • kabreras kabreras 28 juillet 2008 02:04

                  Comme quoi ... il faudrait des canicules tous les ans !


                • jeanclaude 21 juillet 2008 14:00

                  Le titre n’était qu’un prétexte pour critiquer NS. Si l’auteur s’était pris la peine de vraiment traiter son sujet, il aurait déjà dü commencer par prendre connaissance des dispositions constitutionnelles, comme le lui rappelle @Traroth.

                  Mais nous en sommes à un point d’exaspération des anti sarkosystes absolus tel qu’ue argumentation travaillée et documentée n’est - hélas -le plus souvent plus de mise. Pour moi c’est pas çà qui fait avancer la démocratie.


                  • Traroth Traroth 21 juillet 2008 14:16

                    Exaspération ? Non sans raison ! Et ça dépasse de loin les "anti sarkosystes absolus". En fait, je crois qu’on peut dire sans se tromper que les Français en ont marre de Sarkozy !


                  • Olga Olga 21 juillet 2008 15:50

                    Traroth

                    Marre de Sarkozy ? Jamais plus de 31 jours par mois, pour ma part.
                    Si nos amis chinois pouvaient lui trouver un boulot, pendant 4 ans, lorsqu’il va leur rendre visite pour la cérémonie d’ouverture des J.O (je rappelle ce que signifie "J.O." pour ceux qui l’ignoreraient :  "Jouet des Oppresseurs")....
                    Il serait certainement dans son élément là-bas : avec une vraie armée, une vraie police, des vrais prisons, une vraie justice... Bref, un régal pour qui sait apprécier un peuple n’ayant pas le droit de "péter les plombs" : c’est interdit par la constitution chinoise... Quelle constitution ? Celle que tu vas prendre dans la gueule si tu reposes la question.
                    Vive le Tibet libre !
                    Et vive la Chine libre !

                    Olga, dissidente d’Issy-les-Moulineaux


                  • sisyphe sisyphe 21 juillet 2008 15:54

                    Voilà un mec élu président de la république (par une petite majorité) : il est censé rassembler les français : or, il n’y a jamais eu, jusqu’à lui, un chef d’état qui les divise autant, qui produise autant de haine, de ressentiment, de rejet.

                    Et on va essayer de culpabiliser ceux qu’il pousse légitimement à bout, par son attitude, son mépris, sa politique d’injustice, d’aggravation des inégalités, de désastre social et économique ?

                    Ce mec est une honte et un danger pour la France : j’espère que la très grande majorité des français (dont ceux qu’il a trompés) vont le lui faire de plus en plus sentir.


                  • vivelecentre 21 juillet 2008 21:19

                    EUHHH question haine, vous n’avez pas l’impression d’apporter aussi votre p’tite contribution ?

                    la haine ne se nourrit elle pas elle m^me de ces aigris revanchards ?

                    En tout cas, ici, ça marche souvent comme ça.....


                  • MagicBuster 21 juillet 2008 14:14

                    @jean-claude
                    T’es AWARE mec smiley


                    • superesistant superesistant 21 juillet 2008 16:42

                      je ne reviendrai même pas sur la remarque concernant le système américain capable de déstituer le président s’il "pète les plombs", il a envahit l’afghanistan + irak sans que personne ne moufte la bas... donc pour que çà arrive va falloir qu’il atomise la moitié de la planète pour une bretzel qui passe mal..

                      donc restons chez nous, et demandons nous : " pourquoi est il aussi méchant ??? " 
                      croyez vous vraiment qu’il est été élu pour représenter la France et sa population, ou est ce, à l’instar d’un GW Bush, un pion mis en place par les vrais gouvernants de la France ( MEDEF + CAC40 ) pour casser toutes les lois sociales, diviser les Français, fouttre au clou tous nos avantages et briser tous nos acquis chèrement payés en quelques déceniies de lutte ???

                      Après moi le chaos doit il se dire tous les matins en se rasant, la phrase a changé, pas la philosophie du bestiau....

                      dans 4 ans mini, voir 9 si tout se passe comme il l’entend, lui aura amassé une fortune conséquente, et les entrepreneurs français n’auront même plus l’idée d’aller délocaliser dans le far east, la main d’oeuvre bon marché étant disponible à portée de main... bien formatée, bien matraquée, bien fliquée, bien disponible du cerveau....

                      les dégats seront tellement gros que le suivant ( pour peu qu’il en est quelque chose à foutre... ) ne pourra que très difficlement faire marche arrière... on l’a dans le fion, et bien profond avec çà.


                      • Olga Olga 21 juillet 2008 16:54

                        SUPERESISTANT

                        Je crois que le Sarko il est lui aussi super résistant. Il est capable d’avaler les bretzels par poignée sans s’étouffer... Nous allons donc l’avoir dans le fion, comme vous dites...  Il ne va pas s’arrêter aux préliminaires. Ça fait au moins 20 ans qu’il attendait ce moment. Pour le MEDEF et le CAC40, ils ont déjà été servis depuis des années, mais ils en attendent toujours plus. Toujours plus profond...


                      • Jam’s 27 juillet 2008 13:17

                         

                        J’ai 50 ballets et j’ai déjà baroudé en Politique et vu des choses abominables.
                        En 2005, pour plaisanter, via le PS, j’ai mis l’idée présidentielle dans la tête de SR. Je crois que j’ai encore la réponse du PS.

                        En grand stratège, NS a su très rapidement comment jouer la partie avec ces amis des médias.
                        Alors pour moi le seul barrage était FB, quitte à descendre dans la rue après si des désaccords étaient apparus.

                        Pendant que les grandes âmes s’étripent pour définir la limite entre le "bien" et le "mieux" qui, comme chacun sait, est l’ennemi du "bien", le plus mauvais a un boulevard devant lui. Alors en 2012, on recommence ou on se met d’accord avant.

                        Le problème : j’ai deux gueules de bois et les joues encore rouges, alors j’ai une addition à faire payer. Malheureusement je ne fais plus ni crédit, ni cadeau. Si le PS joue solo, comme à son habitude, il est mort.


                      • Lambert86 Lambert86 21 juillet 2008 17:33

                        A l’occasion de la prochaine "réforme" constitutionnelle qui traitera notamment du Sénat (kof kof kof), je proposerai une modification de l’article 2, ceci dans un souci de "transparence" et pour mettre fin à l’hypocrisie.

                        La langue de la République est le dollar.
                        L’emblème national est le drapeau tricolore.
                        L’hymne national est la Marseillaise, version Nino Rota.
                        La devise de la République est "Cass’ toi pauv’con".
                        Son principe est  : gouvernement du peuple, par le peuple du CAC40 et pour le peuple du CAC40.


                        • TSS 21 juillet 2008 19:15

                          jack Lang vient de faire passer le OUI que va lui offrir nico ?


                          • kotodeuxmikoto kotodeuxmikoto 21 juillet 2008 22:05

                            et ta maman,elle va mieux ?


                          • jpfoucault 22 juillet 2008 01:19

                            retournons le problême à l’envers...
                            prochaine élection.
                            Sarko se représente et perd contre la personne que tu détestes en face.
                            Cette personne pete les plombs... ca devrait ne pas te paraitre impossible.
                            je te laisse raconter la suite de l’histoire


                          • Marianne Marianne 22 juillet 2008 17:04

                            Mon article n’a rien à voir avec le sexe.
                            Je préfère rire des élections que lire des érections !


                          • Canine Canine 21 juillet 2008 19:38

                            @ Lerma (même si je sais que ça ne sert à rien)

                            Vous écrivez :

                            "Quand vous écrivez "quel recours si Sarkozy pète les plombs ?"

                            Vous avez déjà la complicité du "comité de rédaction" qui valide votre article et qui démontre une fois encore le peu de respect qu’il porte pour le mot "journalisme" et "citoyen"

                            Cet article est digne d’une feuille d’extrème gauche ou d’extrème droite,c’est du populisme qui est guidé par la haine".


                            Un système démocratique repose sur des pouvoirs et des contre pouvoirs, en quoi le fait de s’interroger sur la postion du président de la République dans ce système est il populiste ?
                            Cette question, bien qu’étant ici articulée sur Nicolas Sarkozy, se pose Indépendament de la personnalité qui occupe la fonction présidentielle.


                            • tvargentine.com lerma 21 juillet 2008 19:44

                              Vous lirez je l’espere demain matin mon article sur la nouvelle révolution Française que la nouvelle constitution française va apporter à notre démocratie

                              "Une fois de plus, le camp du mouvement, du changement, de la modernité l’a emporté sur le camp de l’immobilisme, de la rigidité et du sectarisme", Nicolas Sarkozy Président de tout les français.

                              A moins que le "comité de rédaction" ne censure la liberté,je crois pouvoir esperer une diffusion demain

                              Vive la démocratie


                              • matildeledimanche matildeledimanche 21 juillet 2008 20:23

                                Et ensuite vous partez en vacances, très loin et très longtemps Lerma ?


                              • Olga Olga 21 juillet 2008 20:38

                                Non, qu’il ne parte surtout pas !
                                C’est le meilleur opposant à Sarkozy et de loin...
                                Il ne le fait pas exprès, mais il décrédibilise ses maîtres, à chaque fois qu’il essaye de les défendre. De les encenser devrais-je dire...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès