Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Réforme de la fiscalité : la bombe à retardement d’Ayrault

Réforme de la fiscalité : la bombe à retardement d’Ayrault

En annonçant dans un entretien au journal Les Echos la remise à plat de la fiscalité, Jean-Marc Ayrault a allumé la mèche lente d'un baril de poudre qui pourrait bien exploser à la tête de l'exécutif socialiste. Comment en effet réformer la fiscalité, en période de crise, au mieux à niveau de prélèvement constant, sans mécontenter tout le monde ? Sans accroissement de la richesse nationale, et sans coupes sombres dans la dépense publique, ça semble quasi impossible. Alors, geste d'un désespéré ou plus simplement désespérant d'une classe politique aux abois incapable de voir l'éclatement en cours de notre société ?

Renforcement de l’impôt sur le revenu, prélèvement à la source, fusion IR/CSG, peu importe. Le seul objectif du côté de Bercy c'est de remplir les caisses de l'Etat et donc de faire rentrer coûte que coûte des recettes. Le contribuable moyen n'y gagnera rien. Ce qui viendra dans sa poche droite sera repris dans sa poche gauche. Tout le problème du coup de force Jean-Marc Ayrault concocté sans l'accord de Bercy ni de l'Elysée est bien là.

Le seul intérêt aujourd'hui de la remise à plat de la fiscalité c'est de tenter d'apporter un embryon de réponse au délitement du consentement à l'impôt qui constitue l'un des piliers de la République en offrant une meilleure lisibilité à un système fiscal à bout de souffle. Un système sédimentaire où à force de mettre du poids sur le dos de la mule, celle-ci ne veut plus avancer.

François hollande dont la devise sur le sujet pourrait-être "courage fuyons" a déjà passé commande des chrysanthèmes en déclarant que cette périlleuse réforme fiscale prendra le temps du quinquennat. Gérer pour durer, durer pour gérer … Et la France dans tout cet immobilisme qui semble être la marque de fabrique de ces hommes du terroir corrézien ?

François Bayrou et une partie de la droite ont raison de dire qu'une réduction des dépenses publiques est incontournable. Leur problème c'est qu'une fois qu'on a dit ça, tout reste à faire. Que supprime-t-on, que réduit-on, dans quelle logique et pour dessiner quel projet de société ?

Les syndicats ont bien senti le piège tendu par Matignon. Peu courageux, le pouvoir politique tente de faire monter dans son radeau de la méduse de la réforme fiscale les syndicats, histoire de se dédouaner si l'affaire tourne mal.

Les organisations patronales demandent de leur côté une baisse des impôts et des charges, notamment la part qui finance les allocations familiales. Celles qui défendent les PME, comme les syndicats, mettent l’accent sur le rééquilibrage de l’impôt sur les sociétés entre petites et grandes entreprises. On sait déjà comment cela se terminera. Par le transfert de nouveaux impôts sur le citoyen pour sauver un système productif qui n'est plus compétitif comme en atteste les plans sociaux qui se multiplient. Rappelons à cet égard que le relèvement de la TVA programmé en janvier est destiné à financer partiellement le crédit d’impôt accordé aux entreprises pour baisser le coût du travail.

Triste époque où ceux qui ne cessent de se gargariser du mot République et de son triptyque liberté, égalité, fraternité, sont en passe d'en être les fossoyeurs. Dans cet océan de délitement et de vacuité politique il convient de saluer le travail réalisé par le géographe Christophe Guilly qui s'acharne, un peu dans le désert, à nous alerter sur la fracturation de notre société.

Si on juge une société à sa capacité à répondre aux plus faibles, aux plus maltraités, force est de constater que la république protectrice est en recul. Elle ne s'adresse plus aux gueules cassées de la misère, aux classes moyennes paupérisées, à ces pauvres mis en concurrence avec plus pauvres qu'eux. La mise en garde de Christophe Guilly est forte : les catégories populaires ne font plus partie du projet économique des élites (de gauche et de droite) et se trouvent géographiquement de plus en plus reléguées en périphérie des grandes métropoles ou se génère 80% de la richesse nationale.

Les élites politiques et médiatiques sont devenus un miroir déformant qui ne renvoie plus l'image d'une partie de la société qui se sent à juste titre condamnée, abandonnée, assignée à résidence car dépourvue de mobilité en raison de son logement.

Dans ce contexte inquiétant, amplifié par une crise identitaire liée à un système assimilationniste en panne et donc à une montée des communautarismes, le FN apparaît malheureusement comme le parti des perdants de la mondialisation, des nostalgiques de la France d'hier, des délaissés de la république.

A ce petit jeu, les coupables ne sont pas ceux qui par dépit feront le choix du FN ou de l'abstention mais les bien-pensants qui n'auront pas fait l'effort d'écouter et de répondre à la France qui souffre.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.62/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 26 novembre 2013 13:10

    « 

     »Réforme de la fiscalité"....qui ne débouchera sur rien...juste de l’enfumage PS pour calmer le peuple qui gronde...Il ne se passera rien au final.. !

    • ZenZoe ZenZoe 26 novembre 2013 13:18

      Une montagne qui accouchera d’une souris.
      Pourquoi ?
      Parce que ce gouvernement ne veut rien changer, ou pas grand chose. Ayrault sait bien ce qu’il fait en impliquant en premier lieu les syndicats (alors qu’ils ne sont pas compétents pour représenter l’ensemble des contribuables). Il sait bien qu’on va déboucher sur un accord à minima qui ne réglera rien et surtout pas les dépenses publiques.


      • claude-michel claude-michel 26 novembre 2013 13:27

        Bien vu...effectivement les syndicats dans la négociation ça fait désordre.. !


      • Alpo47 Alpo47 26 novembre 2013 14:11

        La situation actuelle est la résultante de 30 ans d’abandons , de reculs et de décisions favorisant les grandes entreprises et les 1% les plus riches, avec une accélération depuis dix ans.
        Ayrault et Hollande n’ont ni les épaules, ni la personnalité, ni la volonté, de toutes façons pas la possibilité de faire des réformes profitables aux 20% les plus fragiles. Ce sont des « démocrates libéraux »,proches des USA et défenseurs de l’europe et du libéralisme.
        Il n’y a rien à attendre d’eux.

        Alors, que faire ? Aucune solution visant à améliorer la situation de la majorité du peuple ne viendra des « élites » actuelles. Les vieux partis ripolinés PCF ou Ultra gauche n’ont pas grand chose à proposer. De plus personne ne devrait avoir envie de remplacer un totalitarisme par un autre.

        Les syndicats font partie du système. Tout le monde le constate aujourd’hui.

        Et ???? On verra bien lorsque le système sera à terre. Je pense que des hommes nouveaux, non corrompus, s’imposeront localement. Au niveau national, c’est une autre affaire. Seule , la Désobéissance civile pourrait mettre à bas le système actuel. Un peu comme en RDA.

        Dans tous les cas, les mois et années à venir vont être « Rock’n roll ». Qui sait encore danser cela ?


        • Alpo47 Alpo47 26 novembre 2013 14:14

          J’ai oublié de parler de « l’alternative FN ». Ce n’en est pas une. Tout au long de son histoire , le FN a servi les intérêts du grand patronat. Les actuelles déclarations de MlP ne sont que poudre aux yeux. Hélas.
          S’ils prenaient le pouvoir -ce que je ne crois pas- rien ne changerait pour nous.


        • HELIOS HELIOS 26 novembre 2013 18:52

          Alpo47.... puisque vous « ne croyez pas » que rien ne change pour nous, plutôt que de de se priver de l’oportunité, dites plutôt : les autres ne l’ont pas fait, essayons les (le FN), ils le feront peut-etre !

          ça c’est la bonne demarche et le bon raisonnement.

          Ou alors, assumez et dite vraiment pourquoi il ne faut pas voter pour le FN avec des arguments, mais pas avec des impressions, des apriori, des suppositions etc.


        • Alpo47 Alpo47 26 novembre 2013 19:46

          D’accord.

          Parce que le FN n’a pas les capacités de répondre à la crise actuelle. Pas de cadres compétents, ni de haut fonctionnaires qui suivront mettront leurs projets en place.
          Parce que je ne crois pas que le FN veuille vraiment quitter l’euro, source de bien de nos maux.
          Parce que dans la vie politique sur tous les pays de la planète, jamais un parti d’extrème droite n’a répondu aux aspirations des « classes populaires ». Toujours à celles des plus fortunés.

          C’est loin d’être exhaustif, mais déjà suffisant.

          Et notez que pourtant, je fais partie des revenus que l’on classe « aisés ». Je souhaite pourtant une société solidaire ... pour les autres.


        • HELIOS HELIOS 26 novembre 2013 22:22

          ... helas, je pensais que vous alliez repondre par des faits :

          (1) « ... parce que le FN n’a pas les capacités... »
          Ah, bon, a partir de quoi, de quels faits, de quelles etudes faites par des experts (et non pas d’autres personnalité politiques ) ??? De plus, qu’est-ce qui vous dit (ils ne sont pas elus) qu’il n’y a pas de haut fonctionnaires a sensibilité FN ? Qu’est-ce qu’il vous dit qu’il n’y aura pas un rassemblement de gens capables d’adherer, comme de retourner la veste pour participer. il y a 65 millions de français pas plus cons les uns que les autres, alors, vous savez.... ne pas avoir les capacité de, c’est un jugement de valeur sujet a caution, n’est-ce pas ?

          (2) « ... parce que je ne crois pas que le FN veuille vraiment quitter l’Euro... »
          Le FN ne dit pas clairement qu’il veut quitter l’euro, il dit qu’il reviendra a la monnaie nationale conjointement avec d’autres pays, c’est une nuance, SI et seilement SI la monnaie commune n’est pas gérée autrement.
          Mois, je suis aussi d’accord sur ce point, je propose de garder l’Euro comme monnaie fiduciere, mais de mettre en place une monnaie techniques refletant l’economie du pays.
          C’est une des moins mauvaise solution, et surtout cela reponds a la quasi totalité des reproches fait a l’euro. Le FN ne dit pas plus, ni moins.
          Ce sont vos impressions que nos « maux » proviennent de l’euro, car vous vous etes laissé intoxiquer par ceux qui veulent baisser sa parité ( l’euro serait trop fort) !

          (3) « ... Parce que la vie politique de tous les pays, ... jamais un parti d’extreme droite n’a repondu aux aspirations de la classe populaire... etc... »
          Bien, voyez vous, là encore vous vous meprenez largement.
          il y a de nombreux pays qui vivent sous une politique d’extreme droite... sauf que les choses ne se nomme pas par le même nom. quasiment tous les pays de l’amerique du sud, a l’exception du Venezuela et de la Bolivie, qui vivent une pseudo dictature mâtinée de droite et de gauche, les autres vivent des gouvernement de droite ou de gauche, dont le plus a gauche laisserait le FN au centre voire a gauche de leur hemicycle.
          Quasiment tous les pays d’asie sont dans le même cas.

          ce que vous appelez « aspiration des classes populaires » c’est d’avoir du boulot, de bien vivre c’est a dire avoir acces a la santé, l’education et la securité !

          Le FN propose des mesures concretes pour redonner a notre pays les moyens de ces objectifs là, c’est a dire reguler les acces a notre pays pour assurer, notament la securité, comme le font la majorité des pays, redonner de la valeur a l’enseignement et aux enseignants pour une meilleure education, limiter autant que fair e se peut les « fuites financieres » et les abus dans le systeme de santé...

          Quand a avoir du boulot, en retablissant un controle economique a nos frontiere pour que la douane fasse son boulot, le FN espere par les chiffres et les comparaisons avec les autres pays dont vous citez l’exemple, redonner du travail a ceux qui en cherchent chez nous et ceux qui desirent entreprendre.

          Le FN veut redonner du sens au mot « souveraineté », « independance » et rejette la soumission a des regles emises par des fonctionnaires etrangers.

          (4) « ... je souhaite pourtant une societe solidaire... pour les autres... »

          C’est exactement ce que les français souhaitent (a l’exception notable de Spartacus) et c’est le modele du CNR qui consiste a ce que la communauté de destin que forme la France (la France c’est tous les citoyens) accorde a ses citoyens les moyens qu’aucun d’entre eux ne peux assumer seul, comme la santé (c’est la secu et la retraite), l’education (c’est l’ecole et l’université), la securité (c’est la police, la gendarmerie) et un certain nombre de points de details que nous appelions avant « service public » et que l’Europe est en train de faire disparaitre, ce que ne veut pas non plus le FN. (cela n’a rien voir avec l’oprateur du modele, qui peut etre privé avec obligation de service public).

          Tout ce que vous dites ne cadre pas avec le rejet du FN, si ce n’est une sorte de liste noire politique où serait inscrit le FN... et vous, citoyens, ne prenez pas la peine de vous poser la question de savoir pourquoi.
          Le pourquoi est clair pourtant.

          Bonne nuit, merci d’avoir lu.


        • Dwaabala Dwaabala 26 novembre 2013 23:05

          En résumé : « Votez FN parce qu’on ne l’a pas encore essayé. »


        • Ouallonsnous ? 27 novembre 2013 17:26

          Une seule remarque à votre post, Alpo47,«  .... défenseurs de l’europe et du libéralisme.
          Il n’y a rien à attendre d’eux. »

          Il aurait fallu écrire  « défenseurs de l’UE et du libéralisme. Il n’y a rien à attendre d’eux. »

          L’Europe des peuples et des nations n’a rien à voir là dedans,et quand à attendre quelque chose de ces gens, effectivement, il n’y a rien, sinon toujours plus de soumission et de collaboration avec leurs commanditaires anglo-yankees !

          Débarassons nous en au plus tôt avec le système dont ils sont les fondés de pouvoir, retrouvons notre souveraineté nationale bradée par l’excité à talonettes ayant précédé la « serpilliére » Hollande !


        • colza 26 novembre 2013 15:42

          Pendant que Ayrault agitera sa réforme, les couillons oublieront de regarder les problèmes...


          • Croa Croa 26 novembre 2013 23:19

            Oui, mais cette diversion est certainement moins généraliste je pense. Il faut surtout que soient digérées les augmentations fiscales en cours et notamment celles de début 2014. Ce cap passé nous n’entendrons plus parler de tout ça où à la marge...


          • latortue latortue 26 novembre 2013 16:05

            La bombe a retardement c’est pas la réforme de la fiscalité ce serait plutôt la réforme des retraites des fonctionnaires 37 milliard de déficit il va bien falloir faire quelque chose là non !!! c’est pas la goutte d’eau de La hausse des cotisations des fonctionnaires à partir du 1er janvier et l’allongement de leur durée de cotisation à partir de 2020 qui devraient seulement rapporter, 300 millions cette année et 800 millions d’euros à l’horizon 2020.
            37,3 milliards annuel de déficit é n o r m e


            • Pere Plexe Pere Plexe 26 novembre 2013 17:46

              Comment croire une minute ceux qui dénoncent l’immobilisme quand dans le même temps ils applaudissent ceux qui refusent le moindre changement ?


              • Yohan Yohan 26 novembre 2013 23:31

                Bah, ils sont forts pour lancer des diversions comme la pénalisation des clients de prostitués. A chaque cagade gouvernementale, on nous en sort une belle....jusqu’à quand ce gouvernement de baltringues va encore sévir.... ?

                Au fait, combien d’emplois perdus ce mois ci ? 

                • Ouallonsnous ? 27 novembre 2013 17:33

                  Yohan, c’est du même tonneau que le harcélement des gosses à l’école de Peillon, il lance un rideau de fumée pour escamoter le refus de sa réforme des rythmes scolaire qui elle est un problème pertinent qu’il faut régler d’urgence !


                • Antoine 27 novembre 2013 02:35

                   L’impôt, seul moyen que vont nous laisser ces c... de député(e)s pour se vider les bourses ! Out, ces parasites qui nous ruinent, nous interdisent tout, nous emmerdent, pauvre Pompidou si tu voyais ça...


                  • Le Yeti Le Yeti 27 novembre 2013 13:02

                    TVA sur la pain : 7%
                    TVA d’un médecin « libéral » = 19,6%
                    TVA sur les produits financiers ? ...

                    Et pour pour quoi au fait !!?
                    « - C’est loin l’Amérique ? - Tais-toi et rame ! »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès