Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Réforme des retraites : le grand bluff

Réforme des retraites : le grand bluff

On nous dit : il est urgent d’agir ! On nous dit l’espérance de vie augmente ! On nous dit : Il n’y a pas d’autres moyens que de reculer l’âge de la retraite…

Urgent, vous avez dit urgent ! C’est vrai qu’il y a une urgence, et fondamentale celle là c’est de travailler en faveur de l’emploi.

La crise a coûté 600 000 emplois à l’économie française depuis l’automne 2008 : 600 000 emplois ont été détruits depuis le début de la crise dans le secteur marchand non agricole, dont 357 600 sur la seule année 2009. Du jamais-vu. Du coup le taux de chômage, qui était descendu à 7,8 % de la population active en 2008, est remonté fin 2009 à 9,6 %, son plus haut niveau depuis 1997.

Alors oui il y a urgence de relancer l’emploi : c’est forcément une relance du nombre de cotisants

Faux, la population active n’est pas stable.

Le Conseil d’orientation des retraites part du principe que la population active sera stable, en retenant un taux de fécondité de 1,9 enfant par femme (chiffre identique au rapport 2007 du COR). Mensonge ! Depuis 2007 on a pu constater une croissance du taux de fécondité qui est passé à 2,1 enfants par femme.

Faux : Il n’est pas neutre de choisir d’augmenter l’âge légal de départ en retraite.

Aujourd’hui, l’âge légal de départ en retraite est de 60 ans. Par ailleurs, pour obtenir une retraite à taux plein, il faut cotiser 160 trimestres. L’âge légal pour commencer à travailler est actuellement de 16 ans. Des jeunes sans qualification se retrouvent sur le marché du travail par exemple dans des contrats aidés ; contrat de qualification, contrat d’apprentissage…pour un salaire de misère. Leurs perspectives d’évolution sont faibles

La proportion de smicards dans la population active est la suivante :

Si l’on décide d’en finir avec le fameux "dogme", et d’augmenter l’âge légal de départ en retraite (de 60 ans à 61 ou 62 ans), ce sont les ouvriers qui seront pénalisés avance Libération puisqu’ils ont commencé à travailler plus tôt : "Aujourd’hui déjà, ils cotisent plus que le minimum requis (40,5 ans en 2010) quand ils atteignent l’âge légal de départ à la retraite. Plus de la moitié des salariés qui ont liquidé leur retraite à 60 ans en 2009 ont ainsi cotisé 4 trimestres en trop. Repousser l’âge légal accentuera donc cette injustice". A l’inverse, augmenter seulement le nombre d’annuités pénaliserait plutôt les cadres qui entrent plus tard sur le marché du travail. Dans une certaine mesure, ces deux leviers répondent donc à des logiques de classe.

L’espérance de vie augmente certes, mais qu’en est-il de l’espérance de gagner l’âge de la retraite en bonne santé ?

Les inégalités sociales de mortalité précoce sont particulièrement prononcées en France. Globalement, aux cadres et professions intermédiaires auxquels est associée une relativement faible mortalité s’opposent les employés et ouvriers caractérisés par une relativement forte mortalité. Ainsi, 6,7 % des hommes nés entre 1940 et 1946 et cadres dans le secteur privé à 36 ans sont décédés avant 60 ans1 contre 14,3 % de ceux employés ou ouvriers non qualifiés.

La surmortalité précoce relevée pour les employés et ouvriers pourrait ainsi également résulter des conditions de travail, susceptibles de dégrader leur état de santé, soit de façon directe, compte tenu des risques professionnels, soit de façon indirecte en accentuant leur dépendance vis-à-vis des comportements à risques (alcool, tabac, médicaments, etc.).

Si l’espérance de vie augmente incontestablement, ces années supplémentaires peuvent-elles être consacrées au travail tout en préservant quelques années de retraite paisible ? Rien n’est moins sûr. Encore faut-il être apte à poursuivre une activité professionnelle et arriver à l’âge à la retraite en bonne santé.

Pour le savoir, l’INSEE a un critère rarement mis en avant par les médias et les responsables politiques : l’espérance de vie en bonne santé, "c’est à dire sans limitation d’activité (ou sans incapacité majeure liée à des maladies chroniques, aux séquelles d’affections aiguës ou de traumatismes)". Ce chiffre est largement inférieur à l’espérance de vie à la naissance ou après 60 ans : "En France, en 2007, l’espérance de vie « en bonne santé » à la naissance est estimée à 64,2 ans pour les femmes. Elle est plus faible pour les hommes (63,1 ans)".

Dans un monde où l’économie n’est plus au service de l’homme mais l’homme au service de l’économie, les objectifs de productivité et les méthodes de management poussent les salariés jusqu’au bout de leurs limites. Jamais maladies, accidents du travail, souffrances physiques et psychologiques n’ont atteint un tel niveau.

Pour en savoir plus je vous engage à vous informer sur ce site : http://www.arretsurimages.net/


Moyenne des avis sur cet article :  4.88/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

32 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 23 juillet 2010 10:18

    à l’auteur
    « Dans un monde où l’économie n’est plus au service de l’homme mais l’homme au service de l’économie... »

    Il convient de cesser de considérer le concept de « retraite par répartition » comme un horizon indépassable et de remplacer ce concept par celui de l’instauration d’une Allocation Universelle transitoire suivie de la génération d’un Dividende Universel permanent et évolutif, « fonds de pension national et privé » solidairement et collectivement géré par une structure spécifique, indépendante de l’État et représentative des citoyens-électeurs-contribuables, qui transformera l’actuel capitalisme en un Capitalisme Anthropocentrique, Philanthropique et Équitable.
    (cf.
    Mémoires présidentiels : 2012 - 2022)
    Un nanti capitaliste (monomaniaque & sans complexe).

    Bis repetita placent...
    (parce qu’il se trouvera toujours des mauvais coucheurs, qui se reconnaîtront, pour me reprocher mon commentaire)
    La liberté d’expression permet aux « anti-capitalistes » et aux « anti fonds de pension », et cætera, de répéter inlassablement leurs mêmes antiennes rétrogrades, affirmations indémontrées et non étayées par des observations tangibles.
    Donc, n’en déplaise à beaucoup, la même liberté d’expression m’autorise également à répéter tout aussi inlassablement mes propres propositions progressistes.


    • anti-oligarchie anti-oligarchie 25 juillet 2010 00:35

      ton dividende universel , il me semble l’avoir li dans un partie démocrate qui se dit catholique.
      très bonne idée.
      Mais faut franchement pas rever. Le jour ou la démocratie direct sera installé oui,sinon on continuera a discuter sur agoravox comme anti-dépresseur.


    • jako jako 23 juillet 2010 10:20

      Bon article, merci, je peux confirmer que les jeunes sans qualification (il y en a beaucoup c’est même la plupart d’entre eux) obtiennent difficilement des CDI mais pas pour 130 heures (mon fils en a eu un de 50 heures ) ce qui met le salaire garanti au niveau du smic
      et j’imagine en cas de passage à la case pole emploi une indemnité encore inférieure.
      Pour l’espérance de vie, je constate autour de moi que les gens nés avant la guerre (années 20) franchissent couramment les 80/85 ans par contre beaucoup de gens nés dans les années 50 décédent bien avant 60 ans


      • jako jako 23 juillet 2010 13:05

        « met le salaire garanti au niveau du smic » je m’aperçois que mon optimisme naturel l’a emporté sur le clavier, il faut lire RMI pas smic


      • Marc P 23 juillet 2010 10:28

        belles mise au point merci...

        pour faire simple :

        espérance de vie a 35 ans par rapport aux cadres chez les hommes :

        ouvriers inférieure de 7 ans, employés inférieure de 6 ans ;

        conjugué avec votre info sur l’esprance de vie en bonne santé.... le recul de l’âge légal de départ fait payer aux ouvriers et employés, hommes en tous cas, la retraite des cadres (chez les femmes les écarts d’espérance de vie sont moindre ce qui mériterait une étude)

        cdlt


        • Gabriel Gabriel 23 juillet 2010 10:34

          Quelques idées pour la réforme et le financement des retraites

          1°) Montant identique pour toutes les retraites équivalent à un SMIC garanti.

          2°) Taxation à 30% des bénéfices des banques qui je le rappel sont générés avec notre argent.

          3°) Taxation à 70% de tous les bénéfices sur les transactions boursières inférieures à un an afin de freiner la spéculation et d’encourager l’investissement. Entre un et deux ans à 50%.

          4°) Taxation à 80% des dépassements de bonus au-delà 100 000 € annuel.

          5°) Taxation à 80% des salaires plus primes au-delà 500 000 € annuel.

          6°) Taxation à 50% de tous les produits importés de pays sans protection sociale.

          7°) Taxation à 50% des produits issus de sociétés Française ayant délocalisé dans des pays sans protection sociale.

          8°) Taxation à 20% de la valeur du patrimoine immobilier non loué ou non habité au delà de deux résidences.

          9°) Passer de 35H hebdomadaires à 37H. Les deux heures supplémentaires non taxées servant à alimenter le fond de retraite.

          10°) Retraite autorisé à 60 ans à taux plein si nombre de trimestre est atteint, mais libre choix pour ceux qui le désire de travailler des années supplémentaires afin d’abonder un complément personnel.

          11°) Possibilité de cotiser à des caisses privées pour améliorer le montant de sa retraire de base.

          12°) Taxation de 70% sur revente de stock option.

          13°) Vignette de 10% du prix des véhicules à partir de 35 000 €.

          14°) Suppression du bouclier fiscal

          15°) Suppression de la TVA préférentielle au restaurateur. (C’est quoi se favoritisme ?)

          16°) Taxation de 20% supplémentaire sur la publicité (Qui pollue nos boites aux lettres, nos villes, nos campagnes et notre audio visuel)

          17°) Alignement des régimes de retraite salarié public et privé

          18°) Alignement des régimes de retraite des élus de la nation.


          • Lemiamat 23 juillet 2010 15:03

            Quelques idées pour la réforme et le financement des retraites

            1°) Montant identique pour toutes les retraites équivalent à un SMIC garanti. moi je dirai 2 smic qui dit mieux ?

            2°) Taxation à 30% des bénéfices des banques qui je le rappel sont générés avec notre argent. bon ben puisque c’est notre argent taxons à 100%

            3°) Taxation à 70% de tous les bénéfices sur les transactions boursières inférieures à un an afin de freiner la spéculation et d’encourager l’investissement. Entre un et deux ans à 50%. 100% c’est mieux comme çà on supprime complètement la spéculation

            4°) Taxation à 80% des dépassements de bonus au-delà 100 000 € annuel. Taxation à 100% des dépassements de bonus au delà de 100000 €, çà pique du travail à d’autres

            5°) Taxation à 80% des salaires plus primes au-delà 500 000 € annuel.Taxation à 100% des revenus au delà de 500000 €, çà pique du travail à d’autres

            6°) Taxation à 50% de tous les produits importés de pays sans protection sociale. 100% c’est mieux comme çà nous ferons nous même les produits

            7°) Taxation à 50% des produits issus de sociétés Française ayant délocalisé dans des pays sans protection sociale. idem 6

            8°) Taxation à 20% de la valeur du patrimoine immobilier non loué ou non habité au delà de deux résidences. petit bras 100%

            9°) Passer de 35H hebdomadaires à 37H. Les deux heures supplémentaires non taxées servant à alimenter le fond de retraite. bizarre çà

            10°) Retraite autorisé à 60 ans à taux plein si nombre de trimestre est atteint, mais libre choix pour ceux qui le désire de travailler des années supplémentaires afin d’abonder un complément personnel. capitalisation caca

            11°) Possibilité de cotiser à des caisses privées pour améliorer le montant de sa retraire de base. capitalisation caca

            12°) Taxation de 70% sur revente de stock option. interdire les stock options ?

            13°) Vignette de 10% du prix des véhicules à partir de 35 000 €. plutôt 5000€, ce sont les riches qui achètent au delà de 5000€

            14°) Suppression du bouclier fiscal

            15°) Suppression de la TVA préférentielle au restaurateur. (C’est quoi se favoritisme ?) c’est vrai çà

            16°) Taxation de 20% supplémentaire sur la publicité (Qui pollue nos boites aux lettres, nos villes, nos campagnes et notre audio visuel)

            17°) Alignement des régimes de retraite salarié public et privé

            18°) Alignement des régimes de retraite des élus de la nation


          • Gabriel Gabriel 23 juillet 2010 15:29

            Lemiamat

            C’est sur ça ne fait pas plaisir aux libéraux aisés mais cela nomme solidarité, un gros mot pour vous je suppose ? 


          • Lemiamat 23 juillet 2010 15:43

            « C’est sur ça ne fait pas plaisir aux libéraux aisés mais cela nomme solidarité, un gros mot pour vous je suppose ?  »

            C’est pas bien de détourner les mots, la solidarité doit être VOLONTAIRE sinon c’est de la coercition, un vol, un vol en bande organisée majoritaire m^me:Le poids et la justesse des mots sont imortants, alors reprenons ce que vous avez dit :
            C’est sur ça ne fait pas plaisir aux libéraux aisés mais cela nomme vol, un gros mot pour vous je suppose ? 
            et je vous réponds tout à fait c’est un gros mot


          • Kalki Kalki 23 juillet 2010 10:40

            Il n’est pas encore l’heure de tirer le chapeau, des choses doivent se passer pour la prise de conscience : l’histoire se tourne par des événements


            • liberta 23 juillet 2010 10:51

              PAS DE PANIQUE —ON VA NOUS GATER !!

              LE LIVRE VERT de la Commission de Bruxelles propose d’inscrire l’âge de la retraite à

              SOIXANTE DIX ANS !!!! dans états communautaires avec ajustement automatique en fonction de l’allongement de l’espérance de vie (fixé par eux bie n sûr) sans débat politique

              Ce qui doit nous faire peur c’est que ce genre d’idéesfinit toujours par être votée au Parlement Européen, sans éclat

              Affaire à suivre et à dénoncer largement


              • foufouille foufouille 23 juillet 2010 11:20

                jusqu’a la mort donc


              • Croa Croa 23 juillet 2010 23:46

                Non Foufouille, on remplace la retraite par le chômage !

                Et comme ce n’est pas parce que tu es trop vieux qu’on te virera mais parce que tu es trop con, ce sera sans indemnités !  smiley

                Du tout bénef quoi !


              • ZenZoe ZenZoe 23 juillet 2010 12:52

                La démographie est une chose. Le marché de l’emploi une autre.
                Ca ne sert à rien de reculer l’âge de la retraite s’il y a de moins en moins de travail pour tous.

                Une fois que la plupart des emplois seront délocalisés, les autres remplacés par des robots, que les plus de 50 ans seront chômeurs, que les multinationales auront réussi à aligner le coût du travail français à celui du Bangladesh, d’où elles viendront les cotisations ?


                • PtitLudo PtitLudo 23 juillet 2010 13:38

                  Tout à fait, à aucun moment il n’est question du problème du chômage (et pas que des seniors mais bien de toutes les catégories) dans les débats sur la réforme des retraites.

                  Ca me fait penser à un célèbre proverbe shadock : « Quand on ne sait pas où on va, il faut y aller ... et le plus vite possible ! »


                • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 24 juillet 2010 08:48

                  Par ZenZoe (xxx.xxx.xxx.167) 23 juillet 12:52
                  "Une fois que la plupart des emplois seront délocalisés, les autres remplacés par des robots, que les plus de 50 ans seront chômeurs, que les multinationales auront réussi à aligner le coût du travail français à celui du Bangladesh, d’où elles viendront les cotisations ?"

                  Par PtitLudo (xxx.xxx.xxx.144) 23 juillet 13:38
                  "Tout à fait, à aucun moment il n’est question du problème du chômage (et pas que des seniors mais bien de toutes les catégories) dans les débats sur la réforme des retraites« .

                  Dans une telle perspective, peut-être faudrait-il commencer à s’intéresser à la »capitalisation"
                  (cf. supra)


                • JL JL 24 juillet 2010 09:18

                  « La bêtise insiste toujours. » Albert Camus


                • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 24 juillet 2010 13:59

                  La joute intellectuelle à laquelle me convie « si aimablement » JL a déjà eu lieu précédemment, en pure perte car sa pensée économique se résume à cette phrase d’anthologie :
                  « Ce que vous proposez - je parle de la constitution [ NdR : par l’épargne ] de ce fonds de pension collectif [ NdR : et privé ] - ce n’est rien d’autre qu’un endettement » (sic).
                  Ainsi, pour lui : Épargne = Endettement ! ! ! ...

                  N’ayant pas de temps à gaspiller, je ne compte plus y participer.
                  Les lecteurs particulièrement curieux de la prose et des raisonnements de JL peuvent se reporter au « dialogue » précédent survenu à l’occasion de la publication de l’article :
                  Moralité et capitalisme ainsi que les commentaires qui suivent...
                  Bon courage !

                  P.S. :
                  Je me suis aperçu que je n’avais pas répondu à de « pertinents » « arguments » antérieurement avancés par JL. Qu’il veuille donc bien me pardonner d’y répondre tardivement.

                  1)
                  « Le vieux coup du mec de gauche qui ne l’est pas »

                  Par JL (xxx.xxx.xxx.240) 9 juin 10:52

                  De deux choses, l’une : ou bien ce fond de pension national exploiterait les travailleurs du monde entier, ou bien il ne le ferait pas.
                  Dans le premier cas je me refuse à discuter de la faisabilité d’un tel système, par principe.
                  Dans le second cas, et puisqu’on serait alors dans un jeu à somme nulle, je ne vois comment ce fond de pension national pourrait être efficace et équitable.

                  Dans le premier cas, ce fonds de pension national, investi dans l’économie marchande réelle, c’est-à-dire dans tout type d’entreprises, serait géré par les représentants élus de tous nos compatriotes. Ces représentants pourraient donc, tout en préservant la rentabilité des entreprises contrôlées par le fonds de pension national, infléchir leur stratégie de manière à ce qu’elles n’exploitent pas (plus) les travailleurs du monde entier.

                  2)

                  « C’est quoi un réchauffiste ? »

                  Par
                  Jean-Pierre Llabrés (xxx.xxx.xxx.82) 11 juin 07:59
                  Qu’entendez-vous par :
                  dans le second cas, on serait alors dans un jeu à somme nulle ? Somme nulle entre quoi et quoi ?

                  Par JL (xxx.xxx.xxx.240) 11 juin 08:39
                  « un jeu à somme nulle désigne une répartition : vous pouvez répartir comme vous voudrez des biens, la somme des avoirs restera constante ».

                  Désolé de vous contredire mais un « jeu à somme nulle » n’est pas une « répartition ».
                  Dans un jeu à somme nulle, une valeur X (profit, par exemple) est annulée par une valeur Y (perte, par exemple) de telle sorte que : X + Y = 0. Il y a destruction totale et définitive de la valeur X.

                  En revanche, si vous procédez à la répartition d’une valeur X entre N personnes, chacune d’elles recevra (X / N) de telle sorte que (X / N) x N = X qui demeure donc pérenne.

                  En conséquence, dans le second cas, ce fonds de pension national serait, à la fois, efficace et équitable contrairement à votre affirmation.


                  3)

                  Dans un commentaire de mi-juillet (que j’ai fait supprimer car JL m’y insultait), JL me faisait remarquer que j’avais retenu une de ses phrases (
                  « Ce que vous proposez - je parle de la constitution [ NdR : par l’épargne ] de ce fonds de pension collectif [ NdR : et privé ] - ce n’est rien d’autre qu’un endettement » (sic). Et je concluais donc : ainsi, pour lui, Épargne = Endettement ! ! ! ...) sans tenir compte de celle qui précédait (« Et que dire, de cette proposition d’investir dans la finance aujourd’hui, autrement dit de s’endetter alors que le pays croule déjà nous dit-on, sous la dette ? »).
                  [cf.
                  C’est quoi un réchauffiste ? Par JL (xxx.xxx.xxx.240) 11 juin 08:39]

                  Ses commentaires montrent, à l’envi, son intelligence, son objectivité et son honnêteté intellectuelle. Il ne fait aucun doute qu’il a minutieusement étudié mes textes afin de mieux pouvoir les critiquer.
                  Aussi, il sait donc pertinemment que, dans ma proposition, j’exclus l’État de toute participation à l’effort d’épargne pour la constitution de ce fonds collectif et privé.
                  Il en résulte que sa remarque sur l’impossibilité de l’État à participer à tout effort d’épargne, en raison de son endettement, est nulle et non avenue.
                  En conséquence, sa phrase d’anthologie :
                  « 
                  Ce que vous proposez - je parle de la constitution [ NdR : par l’épargne ] de ce fonds de pension collectif [ NdR : et privé ] - ce n’est rien d’autre qu’un endettement » (sic).
                  demeure telle quelle dans sa majestueuse absurdité : Épargne = Endettement ! ! ! ...



                • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 24 juillet 2010 14:12

                  Ultime commentaire adressé à ce triste personnage en raison de l’adage selon lequel :
                  « Les plus intelligents se taisent ! »


                • Christoff_M Christoff_M 23 juillet 2010 15:16

                  Ce qui est certains c’est que pour ceux qui ont fait des études longues, il y a des bousiers à la Fac, et pour ceux qui rentrent plus tard à cause du chômage ou de raisons familiales dans la vie active, la retraite à 65ans est pratiquement prévue...

                  il y a beaucoup de gens dans le privé qui dépassent les 65ans, ceux qui ont des profs libérales, des indépendants, des resp. de petites boites à structure familiale...

                  Donc nous avoir présenté la réforme actuelle comme une vaste avancée, c’est encore une fois une bonne plaisanterie et une opération de com de ce gouvernement qui parle plus qu’il ne fait, d’autant plus que nous nous sommes ré endettés pour assurer une demi réforme à court terme...

                  Mécaniquement les français partent en moyenne à 62ans !!! mais cela ne m’étonne pas de ce gouvernement de démagos, beaux parleurs qui ne font que suivre la ligne de je fais le minimum de leurs prédécesseurs pour ne pas bousculer leurs électeurs... majorité du troisième age pour Sarkozy, d’où des lois qui ne s’appliqueront pour beaucoup qu’après 2012 !!


                  • Christoff_M Christoff_M 23 juillet 2010 15:28

                    Petit à petit les mondialistes à force de propagande et de messages à répétitions veulent faire intégrer aux jeunes qui arrivent sur le marché du travail que le RMI est le salaire de base et plus le SMIC...

                    Ponsieur Hirsch était tres fier de parler de la mise en place de son RSA, comme beaucoup de politique il ne l’a jamais expérimenté lui même sinon il verrait à quel point cette idée est saugrenue !! et la pas la peine de compter s’arreter avant cent ans...

                    Le problème des retraites est encore un faux problème d’énarque pour contourner la réalité...
                    S’il n’y a pas de croissance, peu d’emploi et un chômage massif, vous pouvez faire toutes les réformes du monde, qui cotisera ???

                    Pas la peine d’avoir fait l’Ena pour voir que sans une reprise, aucune réforme et aucune mesure utopique ne sera viable, mais bon faut bien faire mine de faire quelque chose pour aller jusqu’aux elections....


                    • Le péripate Le péripate 23 juillet 2010 15:43

                      La décision prise par Belin ministre de Pétain de créer en France un système dit par répartition a été lourde de conséquences, et notamment parce que tout retour en arrière a été presque rendu impossible. À l’époque toutes les cotisations accumulées par les caisse de retraite, cotisations qui étaient de l’épargne, toutes ces cotisations ont purement et simplement été confisqué.

                      Retour en arrière presque impossible car l’épargne met du temps à produire un revenu et qu’il faudrait donc cotiser deux fois, une fois pour que les retraités actuels continuent de bénéficier d’un revenu et une deuxième fois pour son propre futur.
                      Cependant la capitalisation est ouverte aux favorisées, le Perp pour les hauts revenus, et la Prefon pour les fonctionnaires.

                      Pour les autres, le « vulgus pecus » il faudra se contenter d’un système branlant qui devrait au moins présenter certaines qualité pour être pérenne : être à cotisations définies et non à prestations définies, être à points comme les retraites complémentaires, être calculé de la même manière pour tout le monde (fin des régimes spéciaux), et pouvoir être pris dans une large fourchette de la vie et sans limite d’âge qui pénalise l’emploi des séniors.


                      • Rétif 23 juillet 2010 16:14

                        @ Christoff_M

                        Pas besoin d’avoir fait l’ENA

                        C’est évident.Mais en vue d’une reprise de l’économie,par quoi commencer sinon par l’augmentation de la procuction  ?
                        L’économie étant une guerre internationale, il faut bien se hisser au niveau des adversaires.


                        • Dingo117 23 juillet 2010 17:20

                          Ca fait depuis longtemps que Sarkozy N. nourrit de pomper le fric des vieux, avec le lobby de son frère Guillaume Sarkozy, assureur vieillesse, ce n’est qu’ une bande de vampires !


                          • Dingo117 23 juillet 2010 17:27

                            Tapez  « guillaume sarkozy » sur Google, et vous verrez, un des liens :


                          • Croa Croa 23 juillet 2010 23:58

                            Les assurances privées sont effectivement sur la brèche.

                            à Arcachon nous avons eu le groupe Sofraco qui a tenu un congrès sur le sujet le moi dernier. Pour eux l’avenir semble rose ! (Mais tout le monde ne pourra pas se payer une retraite via ce système par capitalisation.)


                          • asterix asterix 23 juillet 2010 17:22

                            Le désir secret de Woerth est que tout retraité subisse la peine de mort à brève échéance. Il y a là une masse de pognon à faire.


                            • Dingo117 23 juillet 2010 17:39

                              Après s’être appuyé sur la branche des + de 70 ans pour son élection, à plus de 75% des votes, Sarkozy va la scier.

                              Il est en train de scier la branche des 60 ans !
                              Politique de la "terre brûlée !

                              • M.Junior M.Junior 23 juillet 2010 19:06

                                Pour réussir la réforme de la retraite, il fallait communiquer intensément en amont pour que chacun croit qu’une réforme était nécessaire.

                                Si les gens vivent plus vieux, c’est justement parce qu’ils partent à la retraite à 60 ans.
                                Une croissance pourquoi faire si elle ne permet pas une redistribution des richesses ?
                                Ne parlons pas de la double peine des ouvriers.

                                Juste une réforme des retraites ou les joies de la communication « goebelienne »


                                • loco 25 juillet 2010 14:25

                                   Dette publique, retraites, même erreur de vue :on se focalise sur la partie « facile » de l’exercice, comprimer les dépenses - l’allongement de la durée légale ne leurre personne et n’a pas pour but de faire cotiser plus longtemps, mais seulement de priver les retraités du bénéfice du taux plein - au lieu de poser, éventuellement en même temps, la question d’augmenter les rentrées. Pour le budget, virer les cadeaux faits aux plus aisés et cette erreur de « bouclier fiscal », pour les retraites, à la fois travailler sur la réduction du chômage, et tenir compte de la multiplication des très hauts salaires qui doivent voir relever leur plafond de cotisation.
                                   On ne doit pas laisser quelques uns à la fois accaparer tout le travail et tout l’argent, et n’offrir que la mendicité, la télé et le foot à une nouvelle plèbe.


                                  • Proudhon Proudhon 25 juillet 2010 20:44

                                    Vendredi j’ai rencontré un ancien collègue de boulot (ouvriers) du temps ou j’étais intérim. Résultat, 2 anciens collègues morts entre 50 et 60 ans, un autre avec un cancer du poumon qui semble très grave. Il y a deux mois environ j’apprenais que notre ancie guitariste, (ouvrier) 61 ans a choppé un cancer du colon qui s’est foutu sur le foie, àpriori ce serait très grave. Et je ne parle pas des inconnus dont j’entend par personnes interposée la mort entre 58 et 65 ans d’anciens ouvriers.
                                    Et ces fils de p... voudraient nous foutre en retraite à62 ans voir plus. Une balle dans le ventre oui. A 60 ans j’aurais au moins cotisé 41 ou 42 ans. Alors Basta enc...s

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès