Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Réforme du Lycée : Darcos temporise, les manifestants font durer le plaisir (...)

Réforme du Lycée : Darcos temporise, les manifestants font durer le plaisir !

Claude Allègre en son temps avait voulu dégraisser le Mammouth, bien mal lui en a pris. Puis ce fut au tour de François Fillon de s’attirer les foudres de lycéens, trop heureux de pouvoir descendre dans la rue, afin de demander le retrait d’une réforme pourtant nécessaire. C’est aujourd’hui Xavier Darcos qui décide de reporter sa réforme du lycée afin de rediscuter certains points de désaccords avec les syndicats et d’éviter que les manifestations ne dégénèrent, suivant l’exemple du modèle grec.

Xavier Darcos a donc annoncé, qu’en accord avec l’Elysée, il se donnait une année supplémentaire de réflexions, de débats pour désamorcer la grogne ambiante et trouver une issue positive aux négociations avec les différents acteurs du monde éducatif.

 
Ce retrait traduit la volonté d’écoute du gouvernement qui ne veut pas passer en force sur un sujet aussi sensible et important qu’est celui de l’Education et plus particulièrement de la réforme, tant attendue, du lycée. Si tous les acteurs s’accordent à dire qu’une réforme est nécessaire, les syndicats ont jugé que la réforme ne pouvait leur convenir en l’espèce. Le Ministre a donc choisi de rouvrir le débat. Cette reprise des négociations aurait logiquement dû se traduire par l’arrêt des mouvements lycéens dans l’optique de se remettre au travail pour parvenir à des points d’accords.
 
Il n’en est rien, les lycéens qui manifestent ont décidé de faire durer le plaisir en maintenant la journée de mobilisation pour ce jeudi 18 décembre. Cette attitude, quelque peu surprenante, laisse à penser que les syndicats lycéens, UNL et FIDL en tête, n’ont définitivement qu’un seul leitmotiv, la contestation à tout prix. La main tendue par le Ministre était l’occasion pour eux de faire entendre leurs revendications et de mettre avant les propositions qu’ils souhaiteraient voir appliquer.
 
Les manifestants ont préféré maintenir cette journée de blocages et de contestations qui ne sert strictement à rien. A croire que battre le pavé est leur motivation première…
 
 

Mathieu SOLIVERES
 
www.mathieusoliveres.fr

Moyenne des avis sur cet article :  1.7/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Roda Roda 17 décembre 2008 12:16

    "Ce retrait traduit la volonté d’écoute du gouvernement qui ne veut pas passer en force sur un sujet aussi sensible et important qu’est celui de l’Education"
    Je suis partagé entre l’idée que l’auteur de cet article fait de l’humour noir ou bien qu’il est totalement ignorant de la façon dont M.Darcos mène ses réformes.
    Quant à dire que "... cette journée de blocages et de contestations qui ne sert strictement à rien", c’est probablement un éclair de conscience involontaire : la réforme passera un beau jour pendant des vacances...


    • Gabriel Gabriel 17 décembre 2008 14:14
      Bonjour,

      Une volonté d’écoute du gouvernement ! Alors là, j’aurais au moins souri aujourd’hui grâce à vous. Depuis quand ce gouvernement écoute il ? Il se fout complètement du dialogue. Souvenez vous l’accord entre syndicat et patronat piétiné par Xavier Bertrand. Des exemples comme cela je peux vous en citer des dizaines. A ce jour le mécontentement n’est pas seulement dans l’éducation nationale mais aussi dans la justice, la police, la santé, les marins pécheurs, le bâtiment, l’automobile etc.... Sur quelle planète vivez vous donc ? Par pitié ouvrez les yeux, Sarko et ses godillots nous font une société monarchique limite totalitaire mais en aucun cas démocratique !
      Alors le dialogue, il s’en torche ! Regardez les lois votées en catimini et sans publicité les dernières sur les déductions d’impôts aux mono parentaux, les contrôles automobiles et je ne parlerais pas du dimanche travaillé. J’ai envie de gerbé !.... 

    • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 17 décembre 2008 12:18
      Laissez moi vous citer ceci extrait d’Indymédia :

      "Nantes : de sales méthodes policière contre une AG lycéenne
      Les lycéennes en ont appris de belles lors de leur AG a guist’hau :
      Des inconnus se sont pointés à cette AG dans l’intention évidente de la perturber. Bruit, agressions, etc, il a été bien difficile de terminer cette AG.
      Il ne s’agissait pas de flics, et pourtant...
      Au fur et mesure, il est apparu que ces personnes venues interrompre l’AG et faire en sorte qu’elle ne puisse se faire avait été ramassées par la BAC, en possession de cannabis, et menacés d’être jetés en cabane. (n.b : technique récurrente des policiers locaux dans les quartiers populaires)
      La seule alternative que les forces du désordre ont bien voulues leur donner était qu’elles se rendent à l’AG pour l’empêcher.
      Tout ça n’est pas sans rappeler les heurts qui avaient eu lieu lors des gros mouvements lycéens d’il y a 2 ans ou des personnes issues des quartiers avaient agressés les manifestations. La thèse d’une instrumentalisation de cette nature avait alors été évoquée, mais rien ne pouvait la confirmer plus que ce qui vient de se passer à cette AG.
      On sait maintenant exactement à quoi s’en tenir sur les stratégies du pouvoir face à se mouvement, le gouvernement nous ressort la bonne vieille stratégie d’utiliser les masses les plus précaires contre celles qui sur le moment le dérange. Comme à Bayonne ou les truands avaient été chargé d’assassiner des réfugiés basques espagnols par exemple. Cette stratégie n’est pas nouvelle, sauf que tout le monde dans cette histoire, perturbatrices comme lycéennes se retrouvent pris dans ces maneuvres.
      Mais cela montre aussi combien le gouvernement n’a pas de prises sur ce mouvement, en tout cas pas les prises habituelles qu’il peut avoir sur les autres (syndicats impuissants) pour en être réduit à ces méthodes.
      Plus que jamais il est temps de faire la jonction avec les gens des quartiers populaires, de plus en plus écrasées par les forces du désordre (création d’une nouvelle brigade d’intervention spéciale émeute de quartier, usage des la strangulation lors des arrestations qui ont déjà fait 3 morts, cf le mouvement lancé par le forum social des quartiers populaires-FSQP) alors que les récentes affaires de terrorisme permettent de cacher encore plus cette répression qui se prépare pour ces quartiers..."

      Que penser de ça ? Bon ça vaut pas mal d’infos que l’on trouve sur tout les médias classiques, non ?... 


      • cathy30 cathy30 17 décembre 2008 12:37

        Dans votre cv, M.solivers je vois étudiant en droit, alors là c’est pas gagné.
        Reporter dans quelques mois la réforme selon le vouloir de m darcos, ne veut pas dire retrait, demande inconditionnelle des étudiants, comme je vois indiquer sur la photo, non ?

        Je ne suis pas bien votre logique, pourquoi les étudiants devraient-ils s’en contenter, pour battre le pavé ou le plaisir, j’en doute, surtout au mois de décembre ?


        • Yohan Yohan 17 décembre 2008 12:43

          Je ne suis pas sûr que les étudiants aient bien compris le but de cette réforme. En tout cas il s feraient bien de se mobiliser aussi contre l’inertie des syndicats et du corps enseignant qui eux veulent toujours plus de moyen sans forcément se remettre en question en proposant des solutions constructives qui tiennet compte des économies à faire.


          • daniel daniel 17 décembre 2008 13:46

            Il faut avoir vécu et travaillé pendant des dizaines d’années avec les élèves pour constater qu’il y a une malheureuse fatalité. Je l’ai écrit sur AgoraVox dans un article consacré, il y a quelques jours, aux manifs contre la suppression des SES en seconde (finalement le ministre voulait qu’elles soient obligatoires) : Chaque année, il faut une grève et des manifestations de rue avec un folklore immuable. C’est devenu un rite initiatique et pour avoir toujours vu de très près les "grévistes" et les manifestants je n’ai pas toujours été convaincu de la réalité de leurs inquiétudes. Défoulement collectif, sûrement, spontanéité téléguidée par des syndicats d’enseignants dans leur bataille idéologique contre le ministère, parfois. Un bon piquet de grève de la FCPE peut dispenser les membres du SNES de se déclarer grévistes. Pas d’élèves, pas de cours.
            Lorsqu’il n’y a pas de projet de réforme à contester, on trouve toujours un prétexte.
            Conclusion, ce ministère est ingouvernable et quand on voit une jeune élève de seconde fraîchement élue présidente d’un "syndicat" lycéen faire la leçon au ministre, on se dit que ça ne changera pas de sitôt.
            Pourtant personne n’est satisfait de la "condition enseignante" en particulier ni du fonctionnement de l’Enseignement Public en général, mais les gouvernements, les uns après les autres, s’appliquent à démontrer qu’il suffit de mouvements de rue, de violence et de vandalisme mettant en danger élèves et personnels, pour qu’un ministre intraitable la veille capitule le lendemain. Une leçon facile à retenir. 
            Pendant cette partie annuelle de poker menteur, d’autres travaillent. Ailleurs.


            • profenthousiaste 18 décembre 2008 14:02

               Cher Monsieur,
              C’est la première fois que je m’exprime sur un forum au sujet de l’Education Nationale. Je suis professeur depuis 25 ans, et, comme au premier jour, j’aime toujours autant l’acte d’enseignement. Simplement, je suis de plus en plus chagriné par la lecture des contre vérités qui circulent à propos de notre profession. Je passe sur les plus primaires d’entre elles, elles ne méritent même pas la dépense de la moindre quantité d’énergie. La plus classique des autres consiste à dire, comme toujours, que les élèves sont manipulés par les profs, et dans votre cas, cela va encore plus loin, puisque c’est avec l’espoir de ne pas faire cours, tout en étant présent ! Affirmer ceci, c’est vraiment les traiter avec un grand mépris que de penser qu’ils ne sont pas suffisamment matures pour penser par eux mêmes. Là où votre post finit par perdre toute crédibilité, c’est quand, sans vergogne, vous affirmez que la représentante des élèves est tout juste sortie de seconde. C’est sans doute un détail, mais pour affirmer ceci avec autant d’aplomb, on se dit que vous devez être très bien informé !. Alors, pour votre gouverne, c’est vrai qu’elle a une apparence jeune, mais elle fait partie de mes élèves, et je peux vous dire qu’elle est en terminale. Et pour en finir, je peux même vous affirmer, c’est ma parole, que je n’ai JAMAIS encore évoqué ni les grèves ni la réforme avec mes élèves. Alors les donneurs de leçon ............


            • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 17 décembre 2008 13:56

              @l’auteur

              Vous n’avez rien compris les lycéens ne veulent pas se contenter d’un retrait provisoire ils veulent un retrait définitif et ils ont raison. Ils veulent aussi que la "réforme", si on peut appeler ça une réforme c’est plutôt un projet de destruction de l’éducation nationale dans le but de privatiser l’enseignement public, soit retirée définitivement.

              En tant que jeune pop UMP sarkosiste de choc aux dents longues (je sais que vous espérez faire carrière rapidement mais quand même moins vite que le dauphin Jean) vous êtes prêt à tout avec comme modèle votre idole, y compris à fayoter en commettant des papiers ineptes sur AV...Pas de bol votre propagande gouvernementale risque de faire un grand flop et je suis bien trop bon de la commenter...


              • georges 18 décembre 2008 00:45

                darcos va tomber comme les autres , aucun homme politique dans le monde ne parviendrait a rationnaliser l education nationale francaise , la bete est devenue trop grosse et influente, le clientelisme freine toute reforme , on restera au statu quo : les pauvres iront dans les usines a gaz universitaires (histoire, philo psycho ) et les riches dans les grandes ecoles , vive la france

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès