Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Réforme territoriale : Qui sont les gagnants et les perdants du redécoupage (...)

Réforme territoriale : Qui sont les gagnants et les perdants du redécoupage ?

S'il est aujourd'hui unanimement reconnu que la réforme des régions n’entraînera pas l'ombre d'une économie, on peut en revanche tenter de mesurer l’impact de la péréquation qui opérera entre les régions les plus dynamiques et les régions les moins dynamiques françaises.

Rappel des faits

Pour créer des « euro-régions » le gouvernement a décidé de réduire le nombre des régions, en France métropolitaine, de 22 à 13.

Jugeant qu’une « euro-région » pouvait « concurrencer » d’autres régions européennes telles que les Länders allemands dès lors qu’elle aurait plus de 2,5 millions d’habitants, sans pour autant lui donner de nouveaux pouvoirs majeurs, les députés socialistes ont donc décidé de fusionner certaines régions, et d’en laisser 6 autres intactes. Notons qu’il fallait laisser quelque régions intactes pour que la majorité des français soient favorables à cette réforme étant donné qu’elle ne les concerne pas.

Si aujourd’hui personne n’est en mesure de trouver l’ombre d’une économie dans ce puzzle territorial et que la complexité de la réforme à venir laisse plutôt craindre une augmentation des dépenses, les promoteurs du projet se félicitent par contre d’avoir « réduit les inégalités » entre les régions.

C’est vrai, puisque les PIB des différentes futures régions, tout comme leur nombre d’habitants seront plus homogènes après cette réforme. Mais quand il y a une uniformisation, il y a des gagnants et des perdants.

En feuilletant les données publiées par l’INSEE sur divers indicateurs on peut comparer les bénéfices et les méfaits économiques qu’aura ce redécoupage sur les régions impactées.

 

Démographie des anciennes et des nouvelles régions :

 

Population (en milliers d'habitants) [INSEE 2014]

Avant

Après

1

Île-de-France

12 005

1

Île-de-France

12 005

2

Rhône-Alpes

6 449

2

Auvergne Rhône-Alpes

7 808

3

Provence - Alpes - Côte d’Azur

4 965

3

Nord - Pas-de-Calais Picardie

5 986

4

Nord - Pas-de-Calais

4 058

4

Aquitaine Limousin Poitou-Charentes

5 867

5

Pays-de-la-Loire

3 690

5

Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées

5 725

6

Aquitaine

3 335

6

Alsace Champagne-Ardenne Lorraine

5 552

7

Bretagne

3 273

7

Provence - Alpes - Côte d’Azur

4 965

8

Midi-Pyrénées

2 967

8

Pays-de-la-Loire

3 690

9

Languedoc-Roussillon

2 758

9

Normandie

3 330

10

Centre

2 578

10

Bretagne

3 273

11

Lorraine

2 346

11

Bourgogne Franche-Comté

2 817

12

Picardie

1 927

12

Centre-Val de Loire

2 578

13

Alsace

1 868

13

Corse

323

14

Haute-Normandie

1 852

 

 

 

15

Poitou-Charentes

1 796

 

 

 

16

Bourgogne

1 639

 

 

 

17

Basse-Normandie

1 478

 

 

 

18

Auvergne

1 359

 

 

 

19

Champagne-Ardenne

1 338

 

 

 

20

Franche-Comté

1 179

 

 

 

21

Limousin

736

 

 

 

22

Corse

323

 

 

 

 

 

Superficie des nouvelles régions :

 

Superficie (en km²)

Avant

Après

1

Midi-Pyrénées

45 348

1

Aquitaine Limousin Poitou-Charentes

84 061

2

Rhône-Alpes

43 698

2

Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées

72 724

3

Aquitaine

41 309

3

Auvergne Rhône-Alpes

69 711

4

Centre

39 151

4

Alsace Champagne-Ardenne Lorraine

57 433

5

Pays-de-la-Loire

32 082

5

Bourgogne Franche-Comté

47 784

6

Bourgogne

31 582

6

Centre-Val de Loire

39 151

7

Provence - Alpes - Côte d’Azur

31 400

7

Pays-de-la-Loire

32 082

8

Languedoc-Roussillon

27 376

8

Nord - Pas-de-Calais Picardie

31 813

9

Bretagne

27 208

9

Provence - Alpes - Côte d’Azur

31 400

10

Auvergne

26 013

10

Normandie

29 885

11

Poitou-Charentes

25 810

11

Bretagne

27 208

12

Champagne-Ardenne

25 606

12

Île-de-France

12 011

13

Lorraine

23 547

13

Corse

8 680

14

Picardie

19 399

 

 

 

15

Basse-Normandie

17 568

 

 

 

16

Limousin

16 942

 

 

 

17

Franche-Comté

16 202

 

 

 

18

Nord - Pas-de-Calais

12 414

 

 

 

19

Haute-Normandie

12 317

 

 

 

20

Île-de-France

12 011

 

 

 

21

Corse

8 680

 

 

 

22

Alsace

8 280

 

 

 

 

 

Ces deux premiers éléments nous permettent de calculer l’évolution des densités moyennes de nos régions :

 

Nombre d'habitants au km² [2014 Insee]

Anciennes régions

Avant

Après

Evolution

Auvergne

52

112

+114.4%

Picardie

99

188

+89.4%

Champagne-Ardenne

52

97

+85.0%

Limousin

43

70

+60.7%

Basse-Normandie

84

111

+32.4%

Midi-Pyrénées

65

79

+20.3%

Bourgogne

52

59

+13.6%

Poitou-Charentes

70

70

+0.3%

Bretagne

120

120

0%

Centre

66

66

0%

Corse

37

37

0%

Île-de-France

1 000

1 000

0%

Pays-de-la-Loire

115

115

0%

Provence - Alpes - Côte d’Azur

158

158

0%

Lorraine

100

97

-3.0%

Aquitaine

81

70

-13.5%

Franche-Comté

73

59

-19.0%

Languedoc-Roussillon

101

79

-21.9%

Rhône-Alpes

148

112

-24.1%

Haute-Normandie

150

111

-25.9%

Nord - Pas-de-Calais

327

188

-42.4%

Alsace

226

97

-57.2%

 

Etant donné qu’une région dense n’a a priori pas les mêmes besoins qu’une région moins dense, on peut se demander s’il est bon de forcer le mariage, et donc la mise en commun des politiques de régions aux densités éloignées tel que Auvergne et Rhône-Alpes ou encore Champagne-Ardenne et Alsace.

 

Les différences entre les régions actuelles seront également amoindries au niveau des PIB :

 

PIB/habitant (en euros) [INSEE 2012]

Anciennes régions

Avant

Après

Evolution

Auvergne

24 920

29 886

+19.9%

Limousin

23 354

26 302

+12.6%

Lorraine

23 968

26 530

+10.7%

Languedoc-Roussillon

23 566

25 454

+8.0%

Basse-Normandie

24 597

25 922

+5.4%

Picardie

23 751

24 928

+5.0%

Poitou-Charentes

25 166

26 302

+4.5%

Franche-Comté

24 295

25 286

+4.1%

Bretagne

25 666

25 666

0%

Centre

26 126

26 126

0%

Corse

25 523

25 523

0%

Ile-de-France

51 250

51 250

0%

Pays de la Loire

27 775

27 775

0%

Provence-Alpes-Côte d'Azur

28 861

28 861

0%

Nord-Pas-de-Calais

25 487

24 928

-2.2%

Bourgogne

25 996

25 286

-2.7%

Rhône-Alpes

30 943

29 886

-3.4%

Haute-Normandie

26 984

25 922

-3.9%

Champagne-Ardenne

27 813

26 530

-4.6%

Aquitaine

27 583

26 302

-4.6%

Midi-Pyrénées

27 198

25 454

-6.4%

Alsace

28 849

26 530

-8.0%

 

Vu la corrélation qu’il existe entre le PIB d’une région et sa capacité d’investissement, cette nouvelle péréquation risque d’avoir un impact non négligeable sur le niveau de vie des populations concernées. Malgré cela, aucune région ne pourra bien sur rivaliser avec l’Île-de-France, qui ne sera jamais menacée par une « réforme de décentralisation ».

 

Le nivellement s'opère également sur le chômage :

 

Taux de chômage [3e trimestre 2014 INSEE]

Anciennes régions

Avant

Après

Evolution

Languedoc-Roussillon

14.3%

12.1%

-15.4%

Champagne-Ardenne

10.9%

10.2%

-6.4%

Haute-Normandie

10.9%

10.2%

-6.4%

Lorraine

10.6%

10.2%

-3.8%

Nord - Pas-de-Calais

12.9%

12.5%

-3.1%

Franche-Comté

9.4%

9.2%

-2.1%

Aquitaine

9.8%

9.6%

-2.0%

Auvergne

8.9%

8.8%

-1.1%

Rhône-Alpes

8.8%

8.8%

0%

Bretagne

8.8%

8.8%

0%

Centre

9.5%

9.5%

0%

Corse

10.3%

10.3%

0%

Île-de-France

8.8%

8.8%

0%

Pays-de-la-Loire

8.8%

8.8%

0%

Provence - Alpes - Côte d’Azur

11.6%

11.6%

0%

Poitou-Charentes

9.4%

9.6%

+2.1%

Bourgogne

9.0%

9.2%

+2.2%

Limousin

9.1%

9.6%

+5.5%

Picardie

11.6%

12.5%

+7.8%

Basse-Normandie

9.3%

10.2%

+9.7%

Alsace

9.2%

10.2%

+10.9%

Midi-Pyrénées

10.3%

12.1%

+17.5%

 

Et sur le nombre d’emploi par habitant que proposeront les différentes régions :
 

Emplois par habitant [au 31/12/2013 INSEE]

Anciennes régions

Avant

Après

Evolution

Languedoc-Roussillon

34.9%

38.0%

+8.9%

Lorraine

35.2%

38.0%

+8.0%

Auvergne

39.0%

41.6%

+6.7%

Picardie

34.3%

36.3%

+5.8%

Limousin

38.1%

39.4%

+3.5%

Franche-Comté

37.2%

38.4%

+3.2%

Poitou-Charentes

38.5%

39.4%

+2.4%

Haute-Normandie

37.8%

38.2%

+1.1%

Bretagne

39.7%

39.7%

0%

Centre

38.6%

38.6%

0%

Corse

38.5%

38.5%

0%

Île-de-France

50.6%

50.6%

0%

Pays-de-la-Loire

40.9%

40.9%

0%

Provence - Alpes - Côte d’Azur

40.2%

40.2%

0%

Rhône-Alpes

42.1%

41.6%

-1.2%

Basse-Normandie

38.7%

38.2%

-1.3%

Aquitaine

40.1%

39.4%

-1.8%

Bourgogne

39.2%

38.4%

-2.0%

Champagne-Ardenne

38.8%

38.0%

-2.2%

Nord - Pas-de-Calais

37.2%

36.3%

-2.4%

Midi-Pyrénées

40.9%

38.0%

-7.1%

Alsace

40.9%

38.0%

-7.1%

 

Le bilan est donc mitigé pour les différentes régions françaises concernées par ce redécoupage. On ne distingue pas de région qui est clairement gagnante sur tous les points. La grande gagnante sera sans doute l'Île-de-France puisqu'elle conservera encore et toujours son hégémonie sur les régions de Provinces. Par contre il y a une région qui est fortement lésée sur l’ensemble des tableaux, c’est l’Alsace. Ce qui est est d'autant plus grave que plus de 90 % des alsaciens sont opposés à la fusion de leur région et que 96 % de ses élus se sont prononcés contre. Cette réforme sera non seulement un désastre économique pour l'Alsace mais risque également d’entraîner la disparition du droit local d’Alsace-Moselle. On peut en effet difficilement imaginer que deux droits différents puissent cohabiter au sein d'une « super-région » Alsace Champagne-Ardenne Lorraine étant donné que nos élus n’arrivent déjà pas à gérer deux zones scolaires différentes au sein d’une même région.

On a donc beaucoup de bruit et d’efforts pour pas grand-chose, si ce n’est que de créer une France à deux vitesses où 6 régions iront de l’avant pendant que les 16 autres sombreront dans l’immobilisme en essayant de construire des politiques communes. Certaines régions risquent d’être asphyxiées par la péréquation sans pour autant garantir que ce nouveau partage de richesse sera entièrement bénéfique aux régions moins performantes.

En tout cas on assistera à une recentralisation de l’état français.


Moyenne des avis sur cet article :  2.38/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • P-Troll P-Troll 16 avril 2015 11:22

    La réforme territoriale n’est que la conséquence logique de la régionalisation entamée par Deferre pour donner accès à des leviers importants aux maffieux locaux en mélangeant décentralisayion et déconcentration.


    Les élus locaux (et nationaux) ne sont pas vraiment nécessaire pour mener la politique actuelle. Les fonctionnaires (grands et petits) le feraient très bien tout seuls.

    D’ailleurs, ce sont les préfets et non pas les présidents des conseils départementaux qui détiennent les vrais pouvoirs et les cordons de la bourse.

    Il suffit d’avoir été conseiller municipal pour le savoir.

    • Wirsher Wirsher 16 avril 2015 11:28

      Pour ma part je pense que cette réforme ne constitue ni une décentralisation, ni une déconcentration, mais bien une recentralisation, le pouvoir régional (si on peut appeler çà un pouvoir) s’éloigne énormément du peuple et deviendra aussi technocratique que le pouvoir national ...

      Et oui le pouvoir du préfet est bien trop important en France. Tant qu’il en sera ainsi çà ne servira à rien de trifouiller les régions.


    • Wirsher Wirsher 16 avril 2015 11:30

      Après vaut il mieux avoir des maffieux locaux ou être dirigé depuis Paris par la mafia des énarques et des francs-maçons ? Le débat reste ouvert.


    • P-Troll P-Troll 16 avril 2015 11:44

      @Wirsher

      « vaut il mieux avoir des maffieux locaux ou être dirigé depuis Paris par la mafia des énarques et des francs-maçons ? »

      ni l’un
      ni l’autre

    • Rincevent Rincevent 16 avril 2015 13:35

      @Wirsher

      Pourquoi cette distinction, ce ne sont pas les mêmes qui commencent en région puis qui « montent » à Paris ?


    • Wirsher Wirsher 16 avril 2015 14:01

      @Rincevent
      Bien vu, mais une fois à Paris ils prennent des décisions pour d’autres régions que leur région d’origine, alors qu’ils n’en connaissent rien.


    • Wirsher Wirsher 16 avril 2015 14:03

      @Rincevent
      Et accessoirement parce que je suis très régionaliste, voir fédéraliste.


    • Wirsher Wirsher 16 avril 2015 11:25

      Redécoupage qui se vante de réduire les inégalités entre les régions, mais qui ne change rien à la seule vraie inégalité :

      L’inégalité Paris - Province


      • Garance 16 avril 2015 11:29

        Le « redécoupage » n’a qu’un seul but : empêcher une alternance


        Le Parti au pouvoir « redécoupe » pour conserver le pouvoir

        Il le fait uniquement pour çà

        Peu lui chaux les inconvénients ou les avantages ( rares) il s’en fout comme de l’An 40

        Tous les Partis en ont usé et en useront encore

        Résultat ; un merdier au possibles de l’absurdité

        Alors que j’ai lu les calculs savants ( méritoires) de l’auteur pour expliquer celui-ci : un grand fou-rire m’a prit

        Qui ne m’a pas quitté en vous écrivant ce post  smiley smiley  smiley

        • Rincevent Rincevent 16 avril 2015 14:12

          Cette histoire de régions est effectivement décalquée des Länder allemands, à un gros détail près :

          - Nous ne sommes pas un état fédéral, contrairement à l ‘Allemagne (Loi fondamentale de 1949) qui n’a de national que les Affaires Étrangères, la Défense, la nationalité, les frontières, le trafic aérien, postes et télécoms et une partie du droit fiscal.

          - Chaque Land a sa propre constitution, parlement et gouvernement. Il est souverain en matière de culture, police, droit communal, enseignement supérieur, aménagement du territoire, protection de la nature, L’État autorise les régions à légiférer sur droit civil et pénal, droit économique et du travail, politique du logement, énergie, etc.

          La forme profondément jacobine de l’état français fait que nous ne parlons absolument pas de la même chose quand nous prononçons le mot région. Chez nous, c’est plus une subdivision administrative qu’une réalité vivante.


          • Wirsher Wirsher 16 avril 2015 16:23

            @Rincevent
            Exactement, c’est pour çà que je dis qu’on a absolument pas affaire à une décentralisation.


          • Antenor Antenor 16 avril 2015 17:51

            L’échelon régional pourrait être intéressant si à l’inverse de la réforme actuelle on réduisait la taille des régions. A la place des 100 départements et des 21 régions, on pourrait imaginer la France découpée en une cinquantaine de petites régions à forte identité historique (Savoie, Dauphiné, Berry, Rouergue...)


            • Parrhesia Parrhesia 16 avril 2015 23:38

              @Antenor

              Ils pourront toujours changer le nombre des régions autant qu’ils le voudront, ils pourront toujours changer la dimension des régions autant qu’ils le voudront, il pourront toujours déglinguer nos départements traditionnels autant qu’ils le voudront, aussi longtemps que nos productions nationales ne seront pas protégées contre la concurrence de pays moins disant socialement, donc déloyaux sur le plan sociétal, la France continuera à partir en quenouille !!!
              Et je ne m’étendrai pas sur le cas de la Gascogne, coupée en deux pour « relancer l’économie » !!!
              Adishatz tots !!!

            • Rincevent Rincevent 16 avril 2015 19:45

              Le fond de ce redécoupage est purement économique, ce sont des gestionnaires, l’histoire ils s’en foutent.


              • Alexis_Barecq Alexis_Barecq 16 avril 2015 22:14

                 Du grand n’importe quoi sans queue ni tête


                • Parrhesia Parrhesia 16 avril 2015 23:17

                  Sans compter que si l’aspect multiplication des sources d’impositions et augmentations des taxes et impôts qui en découlent n’échappe pas aux « réformateurs », il semble par contre échapper totalement au plus grand nombre !!!

                  Et dire que des « intellectuels » ont fait voler les pavés sur le Boul’Mich parce que la « Frôôônce » était mal gérée sous le « dictateur de Gaulle » !!!Et ils sont où, s’il vous plait, aujourd’hui, les intellectuels de 1968 ou leurs descendants ?
                  Bravo, les gars ! Beau succès !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Wirsher

Wirsher
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès