Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Réformer l’élection présidentielle dans cinq ans

Réformer l’élection présidentielle dans cinq ans

Les commentateurs sont unanimes, les citoyens en sont d'accord : tous les Français trouvent cette campagne présidentielle ennuyeuse. Tout le monde a hâte de la voir finir. 

Les explications sont nombreuses. Cette élection ressemble à un référendum sur la réelection de Sarkozy. Les thèmes choisis ne sont pas les priorités des Français (Immigration, Sécurité, TVA sociale, ...) ou se perdent autour de mesurettes insignifiantes (le permis de conduire pour les jeunes par exemple). La crise est passée par là, contrariant les espoirs de "lendemains qui chantent".

Faire reposer le changement politique sur un seul homme devient de plus en plus ridicule devant les enjeux diversifiés d'une société française de plus en plus complexe. Chaque communauté, chaque groupe cherche donc à faire de ses propres problèmes, une priorité présidentielle. Les candidats tiennent donc des discours généralistes creux à la Télévision où ils s'adressent à tous. Puis déclinent des discours ciblés devant des publics particuliers où la "première priorité" change selon la nature de ce public.

 

Proposons une réforme qui donne du sens, dans cinq ans, à l'élection présidentielle française.

 

La désignation des candidats :

Gardons le principe des cinq cents signatures. Mais rajoutons quelques exigences : 

-pour éviter les candidatures farfelus ou téléguidés : exigeons la présence d'un parti comportant au moins 5 000 adhérents.

-au sein de ce parti, il sera nécessaire que le candidat soit désigné directement par une élection des adhérents. Il faut entériner, en le rendant obligatoire, le progrès démocratique que fut les primaires socialistes. Chaque parti peut décider d'élargir cette consultation aux simples sympathisants. 

-ce principe doit s'appliquer au président sortant dont la légitimité présidentielle ne doit pas suffire à en faire un candidat naturel. Il doit se soumettre, lui aussi, à la légitimité de l'élection par les adhérents de son parti. 

 

Les priorités des candidats :

Pour éviter le flot de promesses et obliger les candidats à dévoiler leurs priorités, pour éviter de faire reposer le destin de la France sur l'élection d'un seul homme, obligeons les candidats désignés à présenter, 3 mois avant le premier tour, une équipe de trois personnes (avec obligation de parité dans le quatuor).

Ces trois personnes seront les futurs ministres d'Etat de trois ministères prioritaires. Le candidat s'engage sur leur nomination. Ces trois personnes présenteront leur programme de travail.

On verra ainsi concrètement les priorités de chaque candidat, on pourra alors débattre du fond de chaque thématique choisie. Que propose de faire chaque "grand" ministre ? On votera sur un homme mais aussi sur une future équipe.

Les élections législatives qui suivront l'élection présidentielle seront aussi le lieu de débats autour des trois priorités du candidat élu. 

On ne pourra donc plus se contenter de petites phrases assassines ou d'effets d'annonces sans lendemain. Il faudra aussi débattre du fond des questions traitées. En obligeant le candidat à faire des choix, on va porter le débat sur les questions de fond, qui concernent l'ensemble des citoyens et reléguer au second plan, les questions particulières et communautaires. On va donc redonner du sens à l'idée de République, mettant chaque citoyen à égalité, (ré)unissant les particularismes autour d'enjeux partagés.

 

L'élection présidentielle, inventée par le général De Gaulle, est une spécificité française. Plutôt que la détruire et d'en perdre les avantages, par rapport au système politique parlementaire courant dans le reste de l'Europe, il est préférable de le réformer. Les propositions faites ne sont ni coûteuses, ni insurmontables, elles donnent du sens au débat politique et à ce moment majeur de notre vie démocratique que constitue l'élection présidentielle.



Moyenne des avis sur cet article :  2.43/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • lemouton lemouton 14 avril 2012 10:54

    Les commentateurs sont unanimes, les citoyens en sont d’accord : tous les Français trouvent cette campagne présidentielle ennuyeuse. Tout le monde a hâte de la voir finir.

    Ennuyeuse.. —> cela est votre opinion, ou si vous avez quelques sources faites nous les partager..

    Hâte de la voir finir.
    . —> alors là oui.. !! en tout cas pour moi, car je commence à fatiguer des sondages, et voudrais enfin voir le vrai visage de la France..

    Non cette campagne n’est pas ennuyeuse..
    La droite à plutôt intêrét à entretenir cette idée, cela pour démobiliser les abstentionistes à qui viendraient l’envie d’écouter les candidats..

    et oui 2012 n’est pas 2007 où l’avocat de Neuilly n’avait pas à rendre compte, ni disons le, d’orateur à sa hauteur..


    • Buddha-dassa 14 avril 2012 11:08

      salut lemouton...

      pas d’orateur a sa hauteur....je ne sais pas, en tous les cas ca mets en avant la totale superficialité des nos choix....les meilleurs orateurs que je n’ai jamais vu sont les camelots sur les marchés ...loin devant tout politiques
      Pour revenir en 2007 , je revois une soirée sur bfm tv je crois...
      en prime time,grand écran, pleins de camera travelling meeting sarko ,celui ou il répétait pourquoi tant de haine sans arrêt...avec re travelling sur le public conquis ,souriant ,hilare, etc etc

      20 minutes après même chaine ,meeting segolene royal ...avec un plan fixe sur le haut du corps seulement , la caméra qui bougeait sans arrêt, le son incroyablement mauvais ,minable,aucun plan sur le public ,pas un seul je veux dire ....images ternes,etc etc...

      alors je rage quand je lis que l’avocat de neuilly n’avait pas d’orateur a sa hauteur car ce que je décris la a été vrai tout le temps,a tel point que avec de pareils moyens sarko aurait du faire 70 % or il n’ a fait que 53, ce qui veut dire que en fait a égalité de temps de parole et de traitement médiatique impartial il aurait en fait été battu et largement...

      Or qui a remarqué ce que je décris plus haut,j ? moi d’accord ,ma femme car je lui ai montré mais autrement personne...

      nous vivons le règne du superficiel encore et toujours,car se baser sur le talent oratoire d’une personne pour voter ou tirer au sort c’est hélas exactement pareil..
      salutations....


    • lemouton lemouton 14 avril 2012 11:44

      Bonjour... Buddha-dassa

      Pour revenir en 2007 , je revois une soirée sur bfm tv je crois...
      en prime time,grand écran, pleins de camera travelling meeting sarko ,celui ou il répétait pourquoi tant de haine sans arrêt...avec re travelling sur le public conquis ,souriant ,hilare, etc etc
      20 minutes après même chaine ,meeting segolene royal ...avec un plan fixe sur le haut du corps seulement , la caméra qui bougeait sans arrêt, le son incroyablement mauvais ,minable,aucun plan sur le public ,pas un seul je veux dire ....images ternes,etc etc...


      —> exact.. je ne sais si cela était à l’époque, mais les images des candidats sur les médias durant les meetings, sont des images faites et données par les équipes des candidats, pas filmées par les médias..
      et si l’on fait un retour sur son équipe de l’époque, les guignols de l’info les ont bien décrits

      Mais ce qui m’a agacé en 2007, c’est Royal qui s’embourbait dans ses grandes idées d’une démocratie participative, où elle prévoyait des consultations électorales pour un oui pour un non..
      Un truc lourdingue, comme cela n’était pas possible, alors qu’elle aurait simplement dit :« je rétablirais le lundi de pentecôte en jour férié », elle aurait pris 10% de plus dans les sondages...

      elle a laissé, ils ont laissé un boulevard à Sarko...J’enrage encore... smiley


    • Buddha-dassa 14 avril 2012 12:30

       :« je rétablirais le lundi de pentecôte en jour férié », elle aurait pris 10% de plus dans les sondages.

      en plus c’est exact.. smiley


    • lemouton lemouton 14 avril 2012 12:47

       et oui, Buddha-dassa, on peut dire que c’est triste mais c’est l realité de notre monde.. smiley

      et vouloir jouer les rebelles ne sert à rien au final si ce n’est flatter sa vanité..

      Mélenchon aux journalistes jeudi soir :
      « vous m’utilisez, je vous utilise, c’est la règle du jeu non.. ? ».. :—))


    • gogoRat gogoRat 14 avril 2012 11:21

      « espoirs de « lendemains qui chantent » ? »

      - non, on ne peut plus se permettre le luxe chronophage de ce genre de naïvetés.

      Gandhi disait : «  La véritable indépendance ne viendra pas de la prise du pouvoir par quelques-uns, mais du pouvoir que tous auront de s’opposer aux abus de l’autorité. »

      C’est pour cela qu’un véritable ’vote-contre’ ! ( Les velléité militant pour un « vote blanc » - essentiellement ambigu - ne sont qu’un faux-semblant pour éviter la mise en place de ce ’vote contre’ ...)

      « Faire reposer le changement politique sur un seul homme devient de plus en plus ridicule »
      OUI ! une seule personne ne peut pas en représenter 60 millions !

      Pour le reste je ne pense pas que c’est en éliminant les "petits candidats" et en renforçant les contraintes pour faire émerger des candidats désignés par de « gros » partis ... qu’on s’affranchira de la politique clanique actuelle ( c’est à dire : règnes alternatifs de « petits copains ») !

      L’idée de désigner une équipe au lieu d’un candidat est sans doute à creuser ...
       mais son rôle devrait être clairement limité à celui d’un arbitrage entre les propositions remontées du peuple.
      Il faut réinventer les cahiers de doléance, les rendre officiels, permanents, démocratiquement gérés ....


      • gogoRat gogoRat 14 avril 2012 11:26

        C’est pour cela qu’un véritable ’vote-contre’ est indispensable ! 

        ( pardon pour ma trop rapide relecture )

        • lemouton lemouton 14 avril 2012 11:32

          à rcoutouly..

          vos reformes du scrutin au suffrage universel sont intéressantes, et iraient dans le bon sens..
          mais... mais...
          cela ne serait, je pense, réalisable qu’avec un électorat ayant un « bon » niveau d’écoute et d’analyse..

          En présentant une équipe, plutôt qu’un seul visage, déjà vous brouillez l’identification du parti..
          ensuite vous multipliez les débats, car chaque équipe choisira ses chevaux de bataille, et de fait vous dispersez l’attention d’écoute..

          et il ne faut pas oublier que le choix des électeurs repose aussi sur l’affect..
          Non pas que les électeurs soient des porteurs de bulletin girouette, mais la communication ne passe pas que par ce que la communication verbale, raisonnée, il y en a une autre, parallèle, qui passe par un « ressenti » instinctif, voir même animal..
          et avec une équipe, vous supprimez ce point d’ancrage
          par exemple, imaginez une campagne où le parti socialiste présenterait Hollande comme candidat président et, dans l’équipe, Aubry comme première ministre, n’y aurait il pas des tempêtes dans les crânes des électeurs socialistes à l’écoute des deux orateurs ??

          Comme le disais un certain président de région :
          « on essaie de faire de la politique avec sa tête, mais en fait, on la fait avec ses tripes. »..

          peut être rcoutouly êtes vous trop en avance ??... smiley


          • gogoRat gogoRat 14 avril 2012 13:01

            @lemouton : 

            j’espère avoir mal compris vos propos :

            « En présentant une équipe, plutôt qu’un seul visage, déjà vous brouillez l’identification du parti.. 
            ensuite vous multipliez les débats, car chaque équipe choisira ses chevaux de bataille, et de fait vous dispersez l’attention d’écoute..

            et il ne faut pas oublier que le choix des électeurs repose aussi sur l’affect.. »

            >> ça tombe bien, car des citoyens comme moi ne tiennent pas du tout à ce que des partis pensent à leur place et espèrent justement qu’on puisse un jour multiplier les débats. 

            Ceux qui croient en la capacité du peuple à assumer son pouvoir (démocratique) ne craigent pas une dispersion de l’écoute : ils espèrent au contraire que cette écoute de propage, mais en contrepartie aussi d’une capacité individuelle à parler soi-même ( d’où l’idée de cahiers de doléances ) . 

            Le débat, l’agora ne « dispersent » pas l’écoute ; si ce n’est peut-être l’écoute passive ( la communication à sens unique) ... mais dans ce cas, ce serait tant mieux !

            >> Quant à vouloir manipuler l’affect, ce n’est pas la conception que je me fais de l’appel à la responsabilité citoyenne 



          • lemouton lemouton 14 avril 2012 13:17

            à gogoRat

            j’entends bien tout ce que vous dites, tout ce que j’ai écris n’est pas dans une idée de manipulation de l’électorat, mais dans une idée de conservation de l’électorat et d’éviter une saignée vers l’abstention..

            Il faut raisonner, non pas en regardant nos échanges épistolaires sur ce site, et nos aspirations aux débats, mais malheureusement, en tenant compte de la dose d’attention qu’accorde la majorité de nos concitoyens aux choses de la politique, et à leur vulnérabilité vis à vis des médias..

            Comme je dis à l’auteur, je pense simplement qu’il est en avance sur son temps..


          • gogoRat gogoRat 14 avril 2012 19:15

             @lemouton


             Nous ne partageons semble-t-il pas la même conception du débat
            Des arguments raisonnés ne sauraient vouloir exploiter l’affect des intervenants pour « éviter une saignée vers l’abstention »
            Si le débat peut, in fine, servir aussi à militer pour une cause, je ne crois pas (personnellement) que cela puisse se jouer sur le court terme ( c’est à dire, pour être plus clair ici, avant le prochain scrutin) ...
             Vouloir brusquer une évolution possible des positions défendues par un intervenant risque bien au contraire à mon avis de le braquer dans une défense qui fera obstruction à ce souhait .


          • ctadirke 14 avril 2012 17:46

            Tapez Etienne Chouard et le reste vous serra donné par surcroît

            5 000 adhérents ou pas, on ne doit pas laisser se présenter à nos frais des pseudo-candidats (en fait à des tribunes médiatiques) qui n’ont aucune chance d’arriver à l’Elysée

            C’est ainsi en attendant mieux.

            Quoiqu’il en soit, vu le culte totalement irrationnel et quasi religieux, et même globalement nuisible, quon nous a inculqué très jeune qui voudrait quun vote « majoritaire » (unique ou à deux tours), qui plus est sans tenir compte des abstentions volontaires réfléchies à défaut du vote blanc comptabilisé,  donne forcément un résultat, en fait dhomme ou de texte ou daction, bon pour lintérêt général, on ne le répètera jamais assez. :

            « Dès que nous disons le mot « démocratie » pour nommer notre mode de gouvernement quil soit américain, allemand ou français, nous mentons. La démocratie ne peut jamais être quune idée régulatrice, une belle idée dont nous baptisons promptement des pratiques très diverses. Nous en sommes loin, mais encore faut-il le savoir et le dire » (Feu Alain Etchegoyen, ex-directeur du Commissariat général au Plan dans « La démocratie malade du mensonge » )



            • Romain Desbois 14 avril 2012 22:30

              Etienne propose le tirage au sort et perso j’ai du mal à penser que c’est plus démocratique que de demander aux citoyens de choisir.


            • Romain Desbois 14 avril 2012 22:50

              Ma vision d’une réelle démocratie :

              Ce sont les citoyens qui décident qui peut ou pas être candidat et non le système de cooptation actuel. On peut utiliser le même système de promesse de vote mais ce sont les électeurs qui donnent leur accord. Pour cela il faudrait un nombre conséquent , 100 000 , 500 000, 10% des électeurs par exemple.

              Mais on peut aussi décider que seuls ceux élus aux législatives peuvent se présenter aux présidentielles. Pour le coup on supprime le poste de président et celui élu serait le premier ministre (les deux postes font double emploi).
              Donc supprimer l’élection présidentielle et mettre la proportionnelle intégrale.

              Instituer le Referendum d’Initiative Citoyenne qui pourrait servir à valider une loi, reprendre une loi impopulaire, proposer des lois etc.... (un peu à la méthode Suisse).

              Interdire à tout élu ou corps d’état de subventionner quelque association que ce soit. En contrepartie le citoyen pourra déduire de ses impôts 100% des dons qu’il consentira à faire (dans la limite de la moitié des impôts qu’il aurait dû payer). Ainsi ce sont les citoyens qui décident où va l’argent de leurs impôts et pas l’élu ou le ministre. Fini le clientélisme et les « danseuses » de l’élu ou du ministre, voire les assoc. bidons..

              Etc.... je vous fais grâce des milliers autres propositions par respect pour l’auteur de l’article que je ne souhaite pas squatter.


              • intercepte 15 avril 2012 18:51

                Si les cinq premiers de l’élection étaient présidents en même temps,

                et que pour chaque décision, il faut qu’il soit tous les cinq d’accord.

                Il n’y a que comme ça qu’il y ait des avancés et des compromis sur les projets ou des décisions.

                Si quelqu’un a tous les pouvoirs ou la majorité ce n’est pas du tout bon.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès