Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Réformer n’est pas Déformer

Réformer n’est pas Déformer

Le changement a toujours du succès,
Sarkozy prétend incarner la réforme,
Mais ne s’agit-il pas plutôt de déformer ?
Prenons l’enseignement.
Une étude scandinave prétend que la classe idéale ne doit pas dépasser la quinzaine d’élèves.
En France, nous en sommes au double.
Pour lutter contre l’échec scolaire, surtout dans les zones défavorisées, la vraie réforme serait de suivre les conseils scandinaves.
Pour y arriver, il faut naturellement doubler le nombre d’enseignants.
Or la « réforme » présidentielle fait exactement le contraire.
Allons maintenant vers « La Poste ».
Lui demander d’être toujours rentable n’est pas sérieux.
 
Dans les petits villages, la poste n’a guère les moyens de l’être, et la « réforme » voulu par sarkozy va supprimer les bureaux de postes non rentables.
Cela va entraîner des déplacements toujours plus longs pour les utilisateurs, diminuer le nombre d’employés aux guichets, allonger l’attente des clients, affaiblir le pouvoir d’achat, contribuer au réchauffement planétaire.
Etrange « réforme ».
Allons maintenant visiter le monde des justiciables.
La suppression d’un grand nombre de tribunaux en province va, tout comme pour la Poste, obliger des déplacements de plus en plus loin pour les justiciables, et amputer le pouvoir d’achat.
 
Mais cela va aussi allonger les délais d’attente déjà très longs.
Si nous évoquons la « réforme » concernant le milieu carcéral, elle consiste aujourd’hui à ouvrir de nouvelles prisons.
Sauf qu’il y a une autre réforme possible : diminuer le nombre de délinquants par exemple.
A l’évidence, si la misère n’était pas devenue si grande, les actes de délinquances seraient moins nombreux, et les prisons moins garnies.
De plus, chacun sait que la prison est devenue l’école du crime, et le délinquant, plutôt que de se plonger dans le remord, va apprendre à ne plus se faire prendre la prochaine fois.
On le voit, cette réforme là n’en est donc pas une.
Dans le secteur des transports, là aussi, la réforme poursuivie n’est pas convaincante.
L’état prétend par exemple relancer le fret ferroviaire en créant des lignes nouvelles, et en taxant le fret routier.
Comme l’a prouvé une étude récente, pour rendre le fret ferroviaire performant, il faut surtout prendre en compte 3 critères : pouvoir rouler à plus de 130 km h, franchir des pentes de plus de 3%, et surtout charger et décharger les marchandises en moins de six minutes.
 
La création d’une voie nouvelle ne change rien, sinon qu’elle grève encore plus les finances de l’état.
Taxer les transporteurs qui utilisent la route n’aura qu’une conséquence : augmenter le prix du transport, qui fatalement sera répercuté sur les marchandises transportées, et finalement payé par le consommateur, diminuant d’autant son pouvoir d’achat.
On le voit, là aussi, il ne s’agit pas d’une réforme.
Il est question aussi de taxer les voitures qui pénètreront dans les grands centres urbains.
Là aussi, le résultat sera à l’opposé des attentes : Pour la plupart les usagers continueront d’utiliser leur véhicule, et amoindriront d’autant leur pouvoir d’achat.
Une solution efficace serait de copier le projet Californien : mettre à disposition des usagers des voitures électriques, avec bornes de chargement rapide. En fait, il s’agit d’élargir le principe des « vélib » aux voitures.
Et là, on pourra parler d’une réforme.
 
D’autant qu’elle va permettre l’économie de carburant, ce qui n’est pas négligeable en ces périodes de pénurie.
Pour en terminer avec le service public, on pourrait évoquer la pseudo « réforme » de France télévision, avec disparition de la publicité.
Le résultat une fois de plus va fait apparaître d’abord un manque à gagner financier, qui, même s’il est en partie compensé par l’état, est insuffisant.
Cette compensation est en fin de compte prise dans les poches des consommateurs, et on le voit aujourd’hui, malgré les promesses, la redevance va être augmentée, prétextant qu’il ne s’agit que d’un réajustement.
Ayons une pensée émue pour Jean François Copé qui avait déclaré, « je préfererais mourir plutôt que d’accepter son augmentation ».
Paix donc à son ame.
 
Car comme disait un vieil ami africain :
« Quand le vent tourne, la girouette aussi ».

Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Yena-Marre Yena-Marre 30 janvier 2009 12:35

     smiley bonjour,
    Donc une bonne nouvelle , Coppé est mort politiquement . C’est toujours ça , mais plus sérieusement avez vous un seul exemple de "reforme "sarkosiste qui ne soit une casse ?


    • olivier cabanel olivier cabanel 30 janvier 2009 13:29

      Yena marre,
      je cherche, je cherche
      si on peut m’aider ?
      pour l’instant, j’ai rien trouvé,

      a moins que, pour le développement des énergies nouvelles,
      les éoliennes,
      tous ces mouvements de brassage de vent, çà pourrait produire de l’énergie,
      non ?


    • RilaX RilaX 30 janvier 2009 14:35

      Si je puis me permettre de ne preciser qu’une chose, c’est que le financement de France télévision depuis la suppression de la pub est assuré ... cette année !
      Qu’arrivera t’il l’année prochaine de ce financement, et qu’arrivera t’il au prochain changement de président ?!

      Comme l’a bien fait remarqué l’auteur, et comme beaucoup l’ont remarqué par eux-meme, Sarkozy et son gouvernement ne reforment pas ils gigotent. Et les godillots en tous genre applaudissent.
      Je pense actuellemtn a ce cher disparu "lerma" dont j’aimerai savoir ce qu’il pense maintenant de ce grand et merveilleux reformateur que nous avons pour president


      • olivier cabanel olivier cabanel 30 janvier 2009 14:57

        Rilax,
        c’est vrai, mais pas totalement,
        en effet, des internautes m’ont fait remarquer que si le manque a gagné est bien financé par l’état, donc pas nous,
        la demi-heure laissé vacante n’a pas de financement,
        ceci dit, ils peuvent filmer un aquarium et diffuser de jolies images pendant ce temps,
        ç’est vrai que çà couterait pas trop cher,
        et en tout cas, le suspense sera total,
        cordialement,


      • PapyJC_78 30 janvier 2009 16:10

        Juste un point de vue sur le mot réforme :
        Pour Notre Saigneur, la réforme souhaitable n’est elle pas celle des vaches de ref... ;  ?


        • olivier cabanel olivier cabanel 30 janvier 2009 16:20

          Papy jc
          pourrais tu préciser ta pensée,
          pour l’instant elle m’échappe ?
          vache de ref ?
          what about ?


        • PapyJC_78 31 janvier 2009 09:55

          Extrait de wiktionnaire :

          vache de réforme féminin

          1. (Agriculture) Vache, en fin de carrière de production laitière ou de reproduction, et qui est destinée à l’abattage.

        • olivier cabanel olivier cabanel 31 janvier 2009 10:48

          papy jc,

          ok, je comprend mieux,

          comme vous, et comme beaucoup d’autres, je ne souhaite donc que la réforme des réformes,
          c’est a dire, leur fin.
          pour en faire naître d’autres :

          justice salariale réduisant les écarts de salaires,
          rentabilité pas obligatoires pour certains services publics,
          etc etc

          je demande aussi retour a la regle des 6 mois de chomage pour les députés ayant perdu leur mandat,
          aujourd’hui cette durée est portée scandaleusement a 6 ans,

          application de la rigueur d’abord au gouvernement,
          faut il rappeler l’augmentation considérable de son budget ?
          en période de crise, c’est aussi un scandale,

          tant pis pour les montres bling bling et les robes dior...


        • anny paule 30 janvier 2009 16:58

          Vous avez mille fois raison... il n’y a rien de bon, dans tout ça !
          Le problème, c’est qu’au train où vont les choses, d’ici 2012, il ne nous restera plus que "les yeux pour pleurer"... à moins que nous ne soyons tous morts... ou que des Résistances efficaces n’aient mis fin aux immenses dégâts ! 


          • olivier cabanel olivier cabanel 30 janvier 2009 18:00

            Anny Paule,
            que nous soyons tous morts, ?
            comme vous y allez,
            les Français ont prouvé par le passé qu’ils avaient un fort pouvoir de résistance,
            a moins que nous fassiez allusion aux évenements prévus par les Mayas,
            mais comme disait Kipling,
            "c’est une autre histoire"...


          • Frabri 30 janvier 2009 17:29

            Il y a des réformes progréssistes pour le progrés social, la justice sociale, pour sécuriser les plus faibles, les classes populaires, et des réformes conservatrices pour ne pas dire réactionnaires pour favoriser les classes dirigeantes dont fait partie Sarkozy.

            Cela faisait longtemps qu’un président de droite n’avait pas autant donné satisfaction au patronnat.


            • olivier cabanel olivier cabanel 30 janvier 2009 18:04

              Frabri,

              c’est exactement celà,
              sauf que çà ne faisait pas partie des promesses qu’il a fait avant l’élection.
              tant que des salariés gagneront dans ce pays 300 fois ce que gagnent les plus pauvres, rien ne pourra marcher normalement,
              ...le défunt programme commun prévoyait des écarts de salaires qui n’iraient pas au dela de 4 fois !


            • Blé 31 janvier 2009 07:49

              Avec la pensée unique les glissements sémantiques se sont multipliés.

              Utiliser le mot "Réforme" pour une suppression d’acquis sociaux n’a pas fait la une des médias ( si les quotidiens sont en difficultés à présent ce n’est pas un hasard).

              Appeler "Plan sociaux" quand un patron vire des centaines de salariés de son entreprise.

              Appeler "collaborateurs" des salariés travaillant dans une entreprise sous la coupe de petits chefs pervers.

              Appeler une personne en recherche d’ emploi pour ne pas dire "au chômage",

              Appeler flexibilité pour dire que le salarié est serviable et corvéable à merci du patron.

              La première réforme qui a été effectuée l’a été au niveau du langage, du vocabulaire. 

              Alors dans une société où la base de son fonctionnement c’est d’abord l’exploitation du travail humain ou de son exclusion, le mot "Réforme" n’a de sens que celui que les tenants de l’économie et de la finance lui donne.


              • olivier cabanel olivier cabanel 31 janvier 2009 09:26

                Blé,
                comme vous, et beaucoup d’autres, j’avais remarqué depuis quelques temps ces glissements sémantiques,
                le technicien de surface a remplacé le balayeur,
                seule une chose n’a pas changé, le salaire...

                la langue de bois est devenue la règle,
                et j’imagine sans peine qu’elle va nous être servie a foison lors du "message présidentiel" de jeudi,
                j’ai bien peur pour celui ci qu’il y ait de moins en moins de dupes.
                merci de votre commentaire


              • olivier cabanel olivier cabanel 31 janvier 2009 09:32

                Philippe Reneve,

                j’apprécie particulièrement votre argumentation,
                claire et lucide,

                on a pu penser depuis quelques temps qu’il s’agissait d’autisme présidentiel,
                mais il n’en est rien,
                il a parfaitement compris, et n’a pas l’intention de changer ses choix politiques d’un pouce,
                même si, comme vous le dites si bien, il va agiter des écrans de fumée,

                l’annonce du lancement d’un nouveau epr, pour tenter de masquer la réussite des manifs de jeudi illustre parfaitement cette stratégie.


              • chmoll chmoll 31 janvier 2009 08:55

                il est bien en photo l’besson sur font bleu

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès