Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Régimes spéciaux de retraites : une question de courage, de modernité et de (...)

Régimes spéciaux de retraites : une question de courage, de modernité et de justice

 

C’est le type même de sujet soigneusement éludé depuis trente ans par la classe politique consciente que c’est l’étincelle qui peut créer une explosion sociale. Un sujet donc plutôt à détruire une ambition politique qu’à la servir. Néanmoins, Nicolas Sarkozy, Ségolène Royal plus timidement, viennent de franchir le Rubicon en l’évoquant. Ce sujet, véritable dynamite entre les mains de celui qui s’y attaque, c’est celui des régimes spéciaux de retraite. Or, en la matière, il y a urgence, car ces régimes sont anachroniques, contraires aux notions de justice et d’égalité, si chères à la France.

Le coup de semonce est venu, sans prévenir, du côté de François Fillon, proche de Nicolas Sarkozy. Remis à sa place par la porte-parole de l’UMP, Nicolas Sarkozy, sentant le piège d’une exploitation politique, a vite repris la main. Profitant de la brèche ouverte ou du défrichement de terrain, plus surprenant, Bernard Kouchner a banalisé les propos de François Fillon, en fustigeant au contraire ceux qui sur ce type de sujet préfèrent jouer la politique de l’autruche, tandis que Ségolène Royal, sur RTL, de façon plus convenue, a reconnu la nécessité de conduire « un chantier d’harmonisation des retraites ».

C’est ce qui s’appelle s’attaquer à un tabou. En d’autres termes, un sujet volontairement éludé depuis trente ans, de toutes façons trop longtemps, par les responsables politiques sous peine de perdre leur mandat. Bref, un sujet à siège éjectable !


Nous assistons donc à une véritable révolution, ou "rupture", pour reprendre un mot en vogue actuellement.

Comment expliquer ce changement radical d’attitude ? Peut-être les politiques perçoivent-ils, certes encore diffuse mais réelle, une maturité chez les Français pour aborder de front enfin ce sujet. Par ailleurs, selon le sondage un sondage CSA (*) pour i-télé et Le Parisien (de vendredi), 59% des Français sont favorables à une réforme des retraites de la SNCF, RATP, EDF, La Poste, etc., contre 32% qui se disent contre. Donc ce thème serait-il devenu payant électoralement ? Voilà qui risque de faire réfléchir les futurs candidats à la présidentielle.

En tout cas, il ne fait aucun doute que la réforme des régimes spéciaux de retraite constitue la réforme par excellence dont la France a impérativement besoin. Et cela pour deux raisons essentielles.

D’une part, ces régimes sont anachroniques. Si, à leur origine, ils avaient toute leur raison d’être, soit compenser une extrême pénibilité du travail, désormais, à ère nouvelle et donc conditions de travail nouvelles, régime nouveau ! Les cheminots, en particulier, les conducteurs de train en sont probablement le meilleur exemple. A la SNCF, 178 000 agents bénéficient de ce régime qui prévoit un départ à la retraite à 55 ans (50 ans pour les agents de conduite), après 25 années de service. A la RATP, les personnels de maintenance peuvent partir en retraite à 55 ans et les conducteurs à partir de 50 ans. Or les conditions de travail n’ont strictement plus rien à voir avec celles d’il y a cinquante ans !

Il va sans dire que cette réforme apporterait sa pierre à l’édifice de la modernisation de la France. Soit mettre en place de nouvelles règles, qui soient en phase avec les contraintes de notre monde économique contemporain, et qui permettent à la France de jouer pleinement les premiers rôles sur la scène internationale.

D’autre part, ces régimes sont contraires aux principes historiques de justice et d’égalité si chers à beaucoup de nos responsables politiques. Sans parler de cette scandaleuse discrimination face à la retraite et aux conditions d’éligibilité. Faut-il rappeler, en effet, que dans les privé les retraites sont désormais calculées sur les dix meilleures années ? Or, le temps des « Trente Glorieuses », comme chacun sait, est révolu depuis 1973 !

Pour aborder ce sujet à quelques mois d’une élection présidentielle, il faut du courage, beaucoup de courage. En effet, pour gagner une élection présidentielle, il faut rassembler et non diviser les Français. Or c’est le type même de sujet qui peut couper irrévocablement le candidat d’une partie de l’électorat. Donc compromettre sérieusement ses chances.

Une prise de risque à saluer, si rare dans notre pays, et si près d’une échéance électorale capitale. Il n’y pas plus qu’à espérer que les candidats soient aussi inspirés et décident de s’attaquer à d’autres sujets tabou, dont l’évitement depuis trente ans a conduit à ce naufrage socio-économique de la France. Qu’on le veuille ou non, quitte à passer pour un déclinologue, c’est la réalité de notre pays. Les faits sont là, et têtus, pour accréditer cette vision de notre pays.


Moyenne des avis sur cet article :  3.63/5   (79 votes)




Réagissez à l'article

42 réactions à cet article    


  • EricB (---.---.162.59) 18 septembre 2006 12:39

    Oui, on ne pourra plus traiter Sarko de démago, car sur ce seul thème, il joue son poste de futur Président. Quitte ou double. Evidemment, Ségo, pour ne pas avoir l’air en reste, a bien été obligé d’y aller de son petit commentaire, mais ce n’est certainement pas la Gauche qui aurait posé le sujet tabou sur la table.


    • Panama (---.---.198.59) 18 septembre 2006 12:45

      Je rappelle une fois de plus ici que c’est N.S. qui a signé un accord avec EDF pour garantir leurs retraites.

      Aurait-il changé d’avis, d’un coup, devant les sondages IFOP ?


    • EricB (---.---.162.59) 18 septembre 2006 12:47

      IL n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis.


    • BonjourTristesse (---.---.104.55) 18 septembre 2006 14:38

      Sur ce thème ne vous en déplaise, Le PS donc Ségolène, propose la négociation entre partenaires sociaux(voir programme du PS). Position bien,antérieure à l’activisme forcenée de Sarko sur la question. Pour lui le dialogue social se limite au dialogue MEDEF/Sarkosy


    • monteno (---.---.179.94) 19 septembre 2006 09:50

      Non je crois me rappeler que c’est Francis Mer qui a lancé l’opération adossement desretraites del’EDF sur le régime général. Il en a eu besoin pour « donner une valeur » à EDF au moment de sa privatisation. En effet, l’EDF n’avait jamais provisionné ds ses comptes la charge des retraites à servir , ( les sociétés nationalisées avaient soient des règles comptables folklo, soit elles n’étaient pas soumises aux règles comptables communes), la provision à introduire d’un coup était estimée à qqchose comme 45 miliards d’euros, soit une année de chiffre d’affaire d’EDF, ce qui aurait rendu sa mise en bourse trés problèmatique !


    • monteno (---.---.179.94) 19 septembre 2006 09:55

      Je ne comprends pas ce que tu veux dire quand tu parles de négociation entre partenaires sociaux à l’EDF ? Qui doit négocier avec qui, selon toi ? Comme il s’agit de financer les retraites spéciales d’EDF, je ne vois pas en quoi les syndicats d’EDF et les salariés d’EDF peuvent faire grand chose pour discuter d’un financement qui ne pourra être apporté que de l’extérieur d’EDF par l’ensemble des français ! L’ensemble des français a son mot à dire ; en démocratie représentative, ce mot à dire est porté par les retrésentants du peuple, c’est à dire pour être court, les députés !


    • Yann (---.---.178.151) 18 septembre 2006 12:56

      Pourquoi ne pas faire revenir les salariés qui travaillent le plus au même niveau que les autres, au lieu d’augmenter le temps de travail de ceux qui travail le moins longtemps.


      • Jerome (---.---.20.126) 18 septembre 2006 13:59

        Si vous trouvez les moyens de faire ce que vous proposez, pourquoi pas... Pour le moment, votre proposition est illusoire, du vent, rien, nada. Car elle est inapplicable mathématiquement, tout bêtement. Vous en avez d’autres comme ca ?


      • yann (---.---.178.151) 18 septembre 2006 16:38

        Si on peut augmenter d’un coté, on peut diminuer de l’autre. Il me semble qu’avant il y avait une égalité, c’est donc possible.


      • (---.---.16.25) 19 septembre 2006 00:48

        Avant il y avait égalité.

        Avant la durée de vie était inférieure à 70 ans.

        Avant il y avait 1 retraités pour 3 ou 4 actifs.

        Prenez toutes les conditions de l’égalité mathématique, et seulement là vous pourrez comprendre pourquoi la durée du travail doit augmenter.

        Nous voulons tous une retraite, mais le système qui marche à peu près jusqu’à maintenant a été prévu pour 37 ans de travail et moins de 15 ans de retraite, et un rapport actif/retraité élevé. Or nous avons une espérence de vie plus longue (donc une durée de retraite qui s’allonge), et un rapport actifs/retraités en passe d’atteindre le mirifique 1 (ce qui signifierait qu’un salarié paye seul intégralement la retraite d’une autre personne, vous imaginez les charges pour garantir 1000 euros / mois à ce retraité).

        Il faut donc élargir les sources de financement des retraites et/ou limiter la durée des retraites ou leur coût. La première solution impose d’augmenter les prélèvements ou d’allonger la durée de cotisation, la seconde soit de déplacer l’age de la retraite (ce qui allonge la durée de cotisation) soit de diminuer les pensions.

        « Incluons les revenus du capital dans l’assiette » me direz vous ? Pourquoi pas. Mais tenons compte du fait que ces revenus du capital sont aussi en grande partie des « économies », des retraites complémentaires, qui en contrepartie de prélèvements, diminueront. L’equation n’est pas simple de base, mais quand en plis il faut gérer les avantages acquis qui personne ne veut remettre en cause.......... Vite appelez Mr Phelps.


      • monteno (---.---.179.94) 19 septembre 2006 09:56

        Comment finances -tu cette mesure ?


      • Thucydide (---.---.101.8) 18 septembre 2006 13:45

        D’accord avec le fond, mais quelques petits détails (aggravants) sur la forme :

        1/ La question n’a pas été éludée par tous les politiques. L’un d’entre eux s’y est attaqué (Juppé), avec l’insuccès qu’on connaît. Le principal regret qu’il puisse avoir, c’est d’avoir mangé son chapeau et repris les politiques rétrogrades de ses prédécesseurs. D’où le fait que peu songent à lui rendre justice sur ce point.

        2/ Ce n’est plus sur les 10 meilleures années, mais sur les 25, que se calcule la retraite dans le privé. Pas question ici d’une promotion à six mois de l’échéance pour partir avec un bonus.


        • (---.---.11.189) 18 septembre 2006 13:51

          C’est un gros risque que prend Sarkozy a annoncant de telle chose... le sujet est tres sensible. Ne pas oublier que la fonction publique beneficie encore de regimes speciaux. Mais en prenant position il oblige c’est adversaire de 2007 à faire de meme... un risque qui est peut etre deja calculé !


          • Fred (---.---.155.75) 19 septembre 2006 11:30

            Pas sur, la plupart des salaries de ces entreprises sont de gauche donc il ne va pas perdre un gros electorat par contre pour les autres il s’affiche comme quelqu’un qui prend des decisions.


          • BonjourTristesse (---.---.104.55) 18 septembre 2006 13:53

            De l’agitation inutile. Le calendrier social a prévu une rencontre entre les partenaires sociaux, en 2008 pour reconsidérer la situation du régime de retraite. La girouette Sarkosy fait du marketing politique.


            • BonjourTristesse (---.---.104.55) 18 septembre 2006 13:55

              De l’agitation inutile. Le calendrier social a prévu une rencontre entre les partenaires sociaux, en 2008 pour reconsidérer la situation du régime de retraite. La girouette Sarkosy fait du marketing politique.


              • Stioupide Bob (---.---.77.139) 18 septembre 2006 14:01

                De toute facon, certain syndicats sont tellement tarés que c’est pas prêt de changer. A peine on ose évoquer cette question qu’ils veulent organiser des grèves et hurlent à la provocation. bande de **** !!!


                • BonjourTristesse (---.---.104.55) 18 septembre 2006 14:25

                  Allons donc, Bob, stupide, la dernière réforme s’est faîtes, avec l’accord de certains syndicats. Argumenter avant d’insulter


                  • olivier (---.---.229.136) 18 septembre 2006 16:26

                    alors peut etre que certains syndicats devraient argumenter avant de menacer d’une greve. En agissant de la sorte, ils creent des Bob qui n’ont plus que les insultes a la bouche.


                  • David972 (---.---.13.248) 18 septembre 2006 14:48

                    Mais de quoi parle-t-on là ? On parle de travailleurs honnêtes qui font bien leur boulot pour leur grande majorité. On ne parle pas d’abolir les régimes sociaux car il s’agit de métiers ’pénibles’.

                    Pour autant, pourquoi seuls les régimes spéciaux devraient être grâciés de la réforme. Les régimes spéciaux peuvent être réformés sans être abolis. Pourquoi ne pas penser à un système qui permettrait aux bénéficiaires de ces régîmes de travailler un an ou deux en plus en cotisant plus. Ces salariés des régimes spécaiux pourraient alors partir plus tôt que les autres mais contribueraient aussi à l’effort sociétal pour les retraites.

                    Mais dans quel pays est-on ? Tout le monde sait qu’aucune grosse réforme (régimes spcéciaux, justice et autres...) ne se fera avant les élections présidentielles et on fait déjà un scandale sur un sujet sur lequel il n’y a pas lieu d’être. Villepin dit qu’il n’y est pas favorable. Mais nous sommes où ? Tout le monde sait que Villepin ira à la niche une fois la présidentielle arrivée... Tout le monde sait aussi que Sarkozy n’a pas pour l’instant les moyens de ses ambitions et qu’il n’agira qu’après la présidentielle de 2007 si il est élu. Tout le monde sait aussi que Chirac sortira de sa niche élyséenne en 2007 pour subire les foudres du vétérinaires... Et Chirac ose critiquer. Chirac est en défasage complet avec les Français à tel point que 59% d’entre eux sont pour la réforme des régimes spéciaux et plus de 70% sont favoables à une suppression de la carte scolaire... Alors où est le problème...

                    Aux Etats-Unis, cela ne se passe point ainsi et même en Angleterre et ailleurs. La campagne présidentielle commence aussi tôt dans ces pays et le gouvernement en place indique que les réformes proposés ne se feront qu’après les élections et le débat est clot. Les candidats aux élections peuvent alors proposer librement et chacun reste dans son rôle car le gouvernement en place, sauf si il est candidat à sa propre succession, ne critique point outre-mesure.

                    Or, il n’y a aucun gouvernement candidat à sa propre succession au sens strict du terme car on sait tous que Chirac et Villepin sont cuits et qu’ils ne seront que des acteurs comme les autres de la campagne en 2007. Chirac et Villepin devront aussi se taire en 2007... Pourquoi ? Parce que le projet UMP sera approuvé par près de 80% du bureau politique où pratiquement tous les ministres, dont le premier d’entre eux, sont représentés. Ensuite, ce projet sera approuvé par près de 80% des militants UMP... De plus, pratiquement tous les ministres du gouvernements actuels sont devenus (par idéologie ou obligation) sarkozystes (Borloo, Copé, Vabres et compagnie...). Enfin parce que Sarkozy sera désigné par les militants, peu importe qui viendra face à lui, par au moins 80% des militants... La pression sera très forte sur les opposants au candidat UMP. Surtout sur Chirac qui ne pourra alors point dire qu’il se représente sous peine de prooquer un grave crise politique dans le pays. Cela se transformerait alors en véritable chasse aux sorcières anti-Chirac. Sarkozy, Royal, Buffet, Hollande, Strauss-Khan, Fabius, Besançenot et compagnie lancerait alors un ’Tous sauf Chirac’ particulièrement désastreux. Chirac ne pourrait même pas faire campagne... Bref, Chirac doit fermer sa grande gueule pour son propre bonheur car il n’a plus droit à la parole !

                    Mais le truc est que la campagne de 2007 a en réalité les plus grandes chances de devenir un ’Tous sauf Ségolène’ particulièrement bénéfique pour Sarkozy. Car c’est Sarkozy qui fera la campgane présidentielle et Ségolène Royal serait constamment comparée à Nicolas Sarkozy. De plus, l’extrême gauche, l’extrême droite et les autres s’atatcheront à la tuer politiquement parlant. Sarkozy lui, semblant avoir acquis une vraie strature de présidentiable depuis quelques jours (avec une explication posée, une gestuelle digne de ce nom, une voix posée...), fera sa campgane sans trop être préoccupé. Bref, Sarkozy est vraiment le favori de 2007 !


                    • (---.---.16.25) 19 septembre 2006 01:26

                      La question posée par les régimes spéciaux est plutôt de l’ordre de l’avantage « qui n’est plus justifié ».

                      Certains droits des régimes spéciaux sont en compensation d’une pénibilité du travail, ou d’une espérance de vie plus courte que la moyenne. Certains de ces droits compensent des difficultés qui n’existent plus. Est-il normal, dans ces conditions, de conserver une compensation pour un problème qui n’existe plus ?

                      Remettre à plat les régimes spéciaux, c’est surtout vérifier pourquoi ils ont des avantages par rapport aux autres, le justifier si c’est encore justifiable, et expliquer pourquoi certains de ces avantages doivent disparaitre parce qu’ils ne sont plus justifiables.

                      Mais comme personne ne veut comprendre que ce qu’on pouvait avoir n’est plus forcément possible..... Il est presque impossible de dire un truc du genre « ce droit était une compensation pour la pénibilité de votre travail. Comme votre travail ne présente plus cette pénibilité, vous n’avez plus le droit à la compensation ».

                      C’est simple et logique, mais « touche pas à mes avantages, regarde d’abord du côté des avantages des autres ».


                    • Renan (---.---.169.253) 18 septembre 2006 15:01

                      Curieusement, aucun des partisans d’une réforme des régimes spéciaux de retraites n’évoque les retraites des militaires (gendarmes y compris). Le sujet serait-il tabou ? Est-il normal qu’un militaire qui s’engage dès l’âge de 18 ans puisse percevoir une retraite (certes proportionnelle mais bien réelle) dès l’âge de 33 ans, après 15 ans d’activité. Quand ils ne bénéficient pas, en plus, d’un *emploi réservé* !


                      • cincinnatus (---.---.121.195) 18 septembre 2006 15:05

                        surtout lorsque les « syndicats » et certains partis n ont rien trouvé de mieux que de faire voter des lois pour empêcher de travailler ces militaires en retraite proportionnelle (voisin du RMI). On sombre la dans la dégueulasserie syndicale habituelle....


                        • Cassandre (---.---.238.250) 18 septembre 2006 15:22

                          Ce matin sur Europe 1 le Rastignac de chef-lieu de canton qui nous préside s’est rangé résolument dans le camp des autruches. A croire qu’il va se représenter ...

                          Voir l’excellent article sur le même sujet en rubrique Economie.


                          • (---.---.153.60) 18 septembre 2006 16:16

                            non pas 10 meilleures années mais bien 25 meilleures !!!


                            • Jo74 (---.---.56.1) 18 septembre 2006 18:31

                              Juste pour préciser que quand on parle de régimes spéciaux, il n’y a pas que les fonctionnaires qui sont concernés, mais beaucoup de professions privilégiées ou d’entreprises protégées..

                              Il faut étudier les régimes des paysans, des cheminots, des mineurs, des journalistes etc.. sans compter quelques petits avantages que l’on oublie de prendre en compte parfois :

                              Ex : Savez vous que les cadres de chez EADS qui partent en retraite ont une prime de retraite de 55 000 euros (il ne s’agit pas de prime de licenciement) ?


                              • gerardlionel (---.---.182.114) 18 septembre 2006 19:54

                                Cette « rupture », il faut le rappeler s’appelle : « globalisation/mondialisation/libéralisme ».

                                La stratégie « gagnante » selon les ploutocrates qui veulent nous la « fourguer », c’est la division des classes sociales, (diviser pour mieux règner !). Le piège c’est de mordre aux hameçons qui nous sont tendus, tels que les régimes spéciaux ;

                                Qui à l’UMP s’attaquera à tous les privilèges de l’élite dirigeante qui se régale de stock option, de retraite parachutes, et autres jetons de présence aux conseils d’administration...sans évoquer les augmentations des retraites des députés et sénateurs, ni les fonds secrets des assemblées...

                                Alors précisons que je ne suis, ni n’ai jamais été communiste( ni poujadiste !) et j’accepterai une « uniformisation » des retraites quand et seulement si, les abus des classes dirigeantes affairistes et politiques seront « moralisés » !!


                                • ZEN zen 18 septembre 2006 19:58

                                  Deux articles le même jour sur le même sujet...il y a un de trop.


                                  • Tony A. (---.---.77.45) 18 septembre 2006 21:30

                                    Tout le bruit fait autour de cette affaire des régimes spéciaux est assourdissant de malhonnêteté et de tartufferie.

                                    Parler de bombe ou de dynamite, comme ici : on cultive l’hyperbole pour mieux servir la soupe. Car si c’est une bombe, ceux qui osent la toucher sont forcément courageux (quoique d’autres qualificatifs pourraient s’appliquer : téméraire, inconscient, irresponsable...). Le choix des mots n’est pas neutre.

                                    On convoque la modernité ? au nom de quoi ? Du temps qui passe ? Aujourd’hui est forcément plus moderne qu’hier, parce qu’il est plus proche de nous ?

                                    Sinon, où est la modernité à vouloir rétablir les conditions de travail du siècle précédent ?

                                    On convoque la justice : n’y-t-il pas des injustices plus révoltantes en France (pour ne pas parler du reste de la planète) ?

                                    Allez, en guise de mise en bouche je vous propose : l’enquête sur les fromages de la république de Marianne.

                                    http://www.marianne-en-ligne.fr/archives/e-docs/00/00/20/01/document_article_marianne.phtml

                                    Après, tapez sur votre moteur de recherche préféré : « salaire des patrons » ou stock-option...

                                    Peut-être trouvez-vous cela pas très sérieux, trop « people ». Alors allez voir du côté de l’observatoire des inégalités :

                                    http://www.inegalites.fr/.

                                    Quelle drôle de conception de la justice que de lorgner du côté des USA pour les rémunérations des plus riches et du côté de la chine pour tous les autres ?

                                    Mais l’objet de la manœuvre n’est-il pas de nous dresser les uns contre les autres :
                                    -  ta retraite à 55 ans, c’est scandaleux...
                                    -  et toi tes vacances à prix cassés grâce au CE ?
                                    -  et, ta garantie de l’emploi ?
                                    -  et tes RTT ?
                                    -  et ta prime de casse-croûte ?

                                    Diviser pour régner... air connu.


                                    • olivier (---.---.229.136) 19 septembre 2006 09:11

                                      C’est pire ailleurs n’est pas un argument : bien sur qu’il faut tout regler les inegalites, on est tous d’accord. Mais je ne vois pas en quoi ca empecherait d’abolir les de certains privileges sur les retraites. Il faut TOUS les abolir.

                                      Moi ce que je ne comprend pas c’est comment un type de gauche peut justifier qu’un ouvrier en usine soit moins bien loti qu’un conducteur de train ? son travail est vraiment beaucoup moins penible ?

                                      C’est vraiment pas honnete intellectuellement. je suis de gauche mais ne voterai pas a gauche aux elections. La gauche se drape dans des valeurs qu’elles ne defend plus quand sa touche a son electorat de base. Elle ferait bien de balayer devant sa porte ...


                                    • lss (---.---.90.209) 19 septembre 2006 12:23

                                      Juste comme ça : Il y a 15 millions de français salariés du privé (PME, artisans et indépendants) qui attendent qu’on leur rende justice !

                                      Vos patrons du CAC40 représentent un goutte d’eau qui rentre dans la marge d’incertitude !

                                      Comparez aux 2 millions de personnes qui bénéficies des régimes spéciaux et revenez.

                                      Jetez un coup d’oeil sur les rapports de la cour des comptes depuis trente ans, en 95 si on avait réformé, ça aurait pu être fait en douceur (relativement à maintenant). mais ces abrutis démagogues de syndicats ont tout fait capoter en se basant sur des mensonges !


                                    • lss (---.---.90.209) 19 septembre 2006 14:32

                                      Je rajouterai deux choses :

                                      1. Les RTT dans les entreprises servent très souvent de variable d’ajustement suivant la charge de travail (pour avoir travaillé dans une SSII, je sais ce que je dis).

                                      2. Concernant les patrons des grands groupes : Ils cotisent (avec un ratio d’environ 1 pour 1) !, de plus pour deux millions de salariés, cela fait donc environ (et encore je suis optimiste) 2000 personnes (je crois qu’il y a 50% de trop, mais passons).

                                      Comparez avec les régimes spéciaux qui profitent à des personnes (largement -pléonasme- plus de deux milles...) qui cotisent 0.5 pour 1 dans le meilleur des cas, 0.25 pour 1 pour certains militaires (on ferait mieux de réellement permettre un retour à la vie civile).

                                      A propos de comité d’entreprise, celui d’EDF, c’est 1% du chiffre d’affaire, dans le prive, c’est 1% de la masse salariale, soit 1% de 40 à 60% du chiffre d’affaire... HORS TAXES ! (soit 0.01*0.6*0.804*CA, autrement dit 0.48% du CA)

                                      De plus les retraites d’EDF c’es le privé qui paye alors qu’en tant qu’entreprise, EDF aurait les moyens de payer si elle était gérée covenablement (pour avoir des échos de l’intérieur, c’est rien de dire qu’il y en a qui se goinfrent, sans scrupules, parce que couverts par les syndicats, qui menacent de faire grêve, si on dénonce les abus - voir l’exemple de ette centrale prise en otage par ce que l’un des salariés était sanctionné pour faute grave... le tout dans une centrale nucléaire !-) !

                                      Alors je veux une remise à plat des système de retraite et de tous les statuts spéciaux ! (excusez moi mais le privé SEVESO, c’est au moins aussi sensible qu’EDF, alors ne me parlez pas des sécurité alors que les sndicats ont déjà prouve qu’ils s’en tapent du moment qui conservent les « acquis »).


                                    • ZEN zen 18 septembre 2006 22:45

                                      @Tony A.

                                      Trés bien vu !


                                      • Sam (---.---.115.105) 18 septembre 2006 23:41

                                        apporterait sa pierre à l’édifice de la modernisation de la France. Soit mettre en place de nouvelles règles, qui soient en phase avec les contraintes de notre monde économique contemporain

                                        Journaliste contemporain, maitrisant la novlangue implique d’utiliser les expressions figées suivantes : « modernisation », « nouvelles règles », « contraintes économiques ».

                                        L’élève manifeste une disposition manifeste au métier.

                                        Il n’hésite pas à critiquer in petto les petits camarades de son corps qui seraient tentés de modérer son propos, au principe que le corps des journaleux est également sous régime spécial.

                                        L’élève ne craint pas de saluer par le terme de « courage » les actions portant atteinte aux droits qu’il analyse, montrant ainsi une belle inclination à servir.

                                        Il sera donc recompensé à sa mesure et exclu, pour une durée déterminée, du turn-over affectant les autres membres de sa profession.


                                        • vendeta (---.---.102.22) 19 septembre 2006 11:45

                                          au fil des jours on peut noter la dérive des ’journalistes’ d’agoravox, les article devienent de véritables tribunes politiques, avec une orientation pro Sarkosystes plus qu’inquiétantes.

                                          C’est plus« jacques a dit », mais « Nicholas a dit »..

                                          Je parle immigrés...article discréritant les immigrés je parle retraite... article discréditant les régimes spéciaux je parle religion...un article à la gloire du Pape..

                                          et pendant ce tant là l’UMP comme au temps des annèes 30 en Allemagne place son dispositif totalitaire à tous les postes des responsabilités de l’Etat :

                                          Dernier changement :

                                          Sarkosy : Ministre des finances pour connaitre tous les petits « travers » des grand groupes financiers et les tenir à se botte Sarkosy : Intérieur pour avoir accès à toutes les fiches ’perso’ des meneurs de ce pays placement des petits Kappo :

                                          Président du tribunal de Paris : ancien du cabinet de Jacques Chirac Tête des RG : proche de Nicholas Sarkosy CSA (consiel audiovisuel) : ancien du cabinet de Raffarin.. aujourdh’ui tous les membres du CSA sont UMP, à un an des présidentielles ! Changement du rédacteur de Voici : pour une une anti sarko Disparition des propos de Noah dans Le Point : car anti Sarko Non publication d’un livre (transformé en roman) : après convocation du Directeur de l’Edition , Place Beauveau. Patron de médias : Lagardère témoin de mariage de Sarko. Fermeture sans décision judiciaires de site contestataires Traiter le peuple e le gouvernement (dont il fait parti) d’incompétents, dans le bureau de GW Bush. Soutient aux USA et à Israël pour leur attaque en IRAck et au Liban, alors que le Président, comme tous les pays du monde on critiqué ses évenements.

                                          Campagne présidentielle avec l’argent du peuple !!!

                                          et pendant ce temps là le peuple aaservie continue de se quereller sur des sujets lancés en pature par les médias....pendant que le petit ’caporal’ conduit sa route vers la seule chose qui l’interresse ; pas la France, pas les Français.. LE POUVOIR

                                          V.


                                          • olivier (---.---.229.136) 19 septembre 2006 16:48

                                            belle defense des regimes speciaux : pas d’argumentation et toujours pas de reponse sur ce qui fait qu’une cheminot ou autre employe de la banque de France merite une retraite si disproportionné par rapport a un ouvrier. Reflehissez un peu et vous verrez que la question est bonne. Si seul Sarkozy, comme Juppé en son temps, a le courage de la poser alors sans scrupules je voterai pour lui.

                                            Alors peuple de gauche, arretez de faire les moutons et de prendre pour argent comptant les belles paroles egoiste de vos syndicats qui ne pensent qu’a defendre leurs castes au detriment du Francais moyen. Francais moyen qui risque encore de dire merdre aux prochaines presidentielles.


                                          • chantecler (---.---.4.88) 19 septembre 2006 17:45

                                            Olivier:tu ne comprends pas.Il ne s’agit pas de défendre contre vents et marées des privilèges ad vitam aeternam.Il s’agit de refuser que des contrats validés au départ soient remis en cause quand les échéances échoient. Qu’en 2007,on décide que les régimes spéciaux pour certains métiers n’ont plus cours et cela quand des gens s’engagent dans une carrière,pourquoi pas ? Mais pas de revenir sur un contrat avantage /inconvénient passé il y a 15 ou 20 ans.Encore une fois ce ne sont pas les salariés que l’on cherche à opposer, qui sont en cause, mais la façon dont les modifications de statut ont été faites ( les soultes) qui sont une arnaque pour le régime général,et un cadeau pour les actionnaires des entreprises privatisées.


                                          • olivier (---.---.54.154) 19 septembre 2006 20:52

                                            Oui ca c’est un autre probleme. Je comprends qu’il faille amenager/discuter pour les personne qui par exemple prendront dans leur retraite dans les 10 ans a venir. Mais il faut bien avouer que certains defendent leurs avantages bec et ongles, voir annonce deja des greves (a la SNCF notamment). Et ca ca me revolte. Et comme je le disais, la gauche a l’air de ne pas prendre conscience du probleme. Elle fait mine de rien voir, elle tourne la tete. Si les partis de gauche eludent le sujet, on radicalise les electeurs, comme en 2002.


                                          • fanfan 95 (---.---.13.22) 20 septembre 2006 09:23

                                            Les syndicats ne sont pas et plus representatifs( d’ailleuirs l’ont ils été un jour ), ils ne representent pas la majorité des travailleurs. voir le nombre de syndiqués en France

                                            Les même syndicats qui ne veulent pas que l’on touche aux régimes speciaux : ok banco, mais alors ils se financent eux même et ne viennet pas piquér dans les caisses du privé pour combler leur déficit.( voir le marchandge en cours pour la RATP et la poste )

                                            en clair , le socil, la solidarité , tout le monde est d’accord quand cela va dans leur sens sinon pas d’accord.


                                            • versac (---.---.26.21) 20 septembre 2006 15:24

                                              Bonjour, désolé pour le commentaire off qui n’a rien à voir avec cet article. Comment peut-on vous contacter, Stéphane (email ?) ? e cherche à vous joindre : versac@gmail.com

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès