Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Régionales 2010 : mais à quoi joue le Parti Communiste Français (...)

Régionales 2010 : mais à quoi joue le Parti Communiste Français ?

Les conférences régionales du PC puis les adhérents communistes eux-mêmes se sont prononcés sur le type de liste qu’ils entendent présenter au premier tour des prochaines élections régionales.

Si dans la plupart des cas, le PC ira à la bataille sous l’égide de listes Front de gauche, dans cinq régions il fera cependant liste commune avec le PS dès le premier tour.

Un choix « à la carte » en quelque sorte, fait surtout en fonction de la configuration électorale de chaque territoire et destiné à sauvegarder le plus grand nombre de ses conseillers régionaux sortants…

A l’issue des trois jours consacrés à la consultation des militants, 43 835 communistes (63,13% des inscrits) ont déposé un bulletin dans l’urne.

Dans la plupart des cas le choix fait par les conférences régionales ont été confirmé par les militants : dans 17 régions, le PC ira à la bataille au premier tour sous l’égide de listes Front de gauche avec le Parti de Gauche (PG) de Jean-Luc Mélenchon et La Gauche Unitaire (GU) de Christian Picquet.

Mais dans cinq régions, ils se sont prononcés pour une alliance avec les socialistes dès le premier tour : Basse-Normandie, Bourgogne, Bretagne, Champagne-Ardenne et Lorraine.

Par ailleurs, la situation est pour le moins confuse dans certains endroits. Ainsi, en Languedoc-Roussillon, le 21 novembre dernier, les adhérents du PC décidaient à 87 % de présenter une liste Front de Gauche, face à la liste UMP menée par Raymond Couderc et à celle dirigée par Georges Frêche. Mais mardi 24 novembre, la presse locale informait que les instances fédérales du Parti Socialiste avaient décidé de mettre Jean-Claude Gayssot en 5ème position sur la liste de G. Frêche !

Dans la région Poitou-Charentes, région d’importance car la présidente sortante est Ségolène Royal, les adhérents du PC ont désavoué le choix d’alliance avec le PS dès le premier tour fait par la conférence régionale et les élus communistes sortants !

Finalement, en décidant de ne pas choisir une stratégie claire dans toutes les régions, la direction du parti de la place du Colonel Fabien, brouille fortement le message initial du Front de Gauche, déjà expérimenté, avec un certain succès, lors des dernières élections européennes. Ce manque de cohérence est d’autant plus dommageable que depuis la création du Front de Gauche et du NPA, il apparaît évident que si les partis à gauche du PS s’unissaient, le paysage politique à gauche en sortirait grandement modifié. L’exemple de Die Linke en Allemagne plaide en ce sens.

Dans un cas (listes du FdG), le PC risque de perdre des élus, ne serait-ce parce que les places éligibles doivent être partagées avec les autres formations constituant le FdG. Ce n’est pas rien puisque économiquement, le PC est en très grande difficulté sans la manne de ses élus de terrain.

Mais en rompant avec le PS, il fait aussi un choix politique d’importance : celui de renouer avec sa propre histoire et avec le terrain d’une certaine radicalité, terrain occupé plutôt par le NPA et Lutte Ouvrière. Ce choix peut s’avérer gagnant au final car le Front de gauche avait déjà fait un score relativement satisfaisant, dans la plupart des régions aux dernières élections européennes ; la barre des 5% étant indispensable pour pouvoir fusionner au second tour avec le PS et Europe-Ecologie.

Dans l’autre cas (listes PC/PS au premier tour), le parti de M.G. Buffet peut espérer également garder nombre de ses élus, avec l’argument de pouvoir influencer les décisions des majorités régionales. Bien que jusqu’ici, cela n’a joué qu’à la marge et sur des sujets annexes, le PC peut conserver une certaine influence locale.

Cependant, en jouant ainsi sur les deux tableaux, le PC rebute tout à la fois le PG, le PS et le NPA.

Cette stratégie multi-facettes fait voler en éclat le Front de Gauche avant même le premier tour dans 5 régions et 19 départements ! Son principal partenaire, le PG va se retrouver isolé et devra sans doute passer des alliances avec d’autres formations, notamment le NPA, pour espérer dépasser la barre des 5%.

Plusieurs personnalités du PS dont Ségolène Royal et François Hollande ont critiqué sévèrement la stratégie d’autonomie du PC et du FdG dans une majorité de régions. En effet, le PS sans liste d’union de toute la gauche dès le premier tour, risque de céder la première place à Europe-Ecologie et perdre ainsi la présidence dans certaines régions, notamment la région parisienne, ce qui ferait l’effet d’une véritable bombe !

Quant au NPA, il condamne lui aussi cette stratégie « à la carte ». Jean-François Grond, numéro 2 du NPA le reconnaît sans détour : « Pourquoi y aurait-il des accords à la carte ? Cela voudrait dire qu’il pourrait y avoir des programmes politiques à la carte ? Il faudrait faire une différence entre le Nord et l’Auvergne par exemple ? On pourrait être contre les subventions versées aux entreprises qui licencient dans certaines régions et pas dans d’autres ? ».

Mais tout dépend finalement du Parti Communiste, car autre paradoxe, s’il est plus faible que jamais au niveau électoral, aucune alliance de poids ne peut se faire sans lui au sein de l’autre gauche. Son passé, le nombre de ses militants, ses réseaux pèsent encore lourd, au moins localement.

Pour l’instant, cette stratégie "à la carte" lui semble le plus sûr moyen de conserver un grand nombre de ses 185 élus régionaux sortants et de stopper, grâce au FdG, sa dégringolade électorale qui a atteint son point culminant à la dernière élection présidentielle avec 1,93% des voix.

Le pari est cependant hasardeux car le PC semble arrivé à l’extrême limite de ses grands écarts. Au niveau régional, on assiste à des petites combines d’alliances selon les opportunités qui se présentent. Au niveau national en continuant à s’allier à un PS traditionnellement de gauche dans l’opposition et démocrate-libéral quand il exerce le pouvoir, la ligne idéologique du PC devient complètement illisible…

Photo Flickr-cc : Marie-George Buffet par idf-fotos (http://www.flickr.com/photos/idf-fotos/1418626920/)


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • l'Omnivore Sobriquet l’Omnivore Sobriquet 5 décembre 2009 12:50

    La Parti Communiste joue à faciliter le trafic des « sans-papiers », armée de réserve du grand capital.

    Ils y sont obligés parce qu’ils sont internationalistes, c’est la tare originelle et c’est mécanique. Mais la base gueule, en particulier à la Cgt.


    • kitamissa kitamissa 5 décembre 2009 14:07

      Marie Georges Buffet visite une école du 93,et interroge un élève ..

      - pour toi,mon petit,le PCF c’est quoi ?

      - le PCF ? c’est un grand et fier navire bravant la tempête,résisant à la fureur des flots,et qui rentrera bientôt au port dans la paix et la quiétude !

      - c’est formidable mon petit,et la 1ere Secrétaire du Parti,c’est qui ?

      - la 1ere secrétaire du PCF,mais c’est ce fier capitaine tenant fermement la barre pour conduire le navire à bon port !..

      - magnifique mon petit,mais ...et le peuple ?

      - le peuple,il est au fond de la cale et il dégueule !


      • nhjsenior 5 décembre 2009 16:55

        Un parti communiste
        La « vache » ca existe encore ce truc ? on pourrait se demander s’il faut en rire ou en pleurer


        • Jean-paul 6 décembre 2009 03:05

          En France tu en ris ,a Cuba tu en pleures .


        • Michel DROUET Michel DROUET 5 décembre 2009 17:39

          Nous sommes bien loin des idées et des valeurs qui devraient inspirer la politique et la stratégie des partis.
          Tout juste une petite tambouille électorale pour conserver un siège par-ci par-là et continuer à faire vivoter un parti moribond.
          Etonnez-vous après cela que les électeurs soient de plus en plus désabusés et désertent les bureaux de vote.


          • anny paule 5 décembre 2009 18:01

            Le grand problème du PCF, c’est qu’il se comporte exactement de la même manière que ce contre quoi il prétend lutter !
            Sa manière de faire est celle du registre des marchands et du marchandage qu’il conteste par ailleurs.
            La question qui se pose à nous tous citoyens, c’est celle de découvrir des hommes et des femmes, qui soient plus soucieux de l’intérêt général que de leurs intérêts boutiquiers...
            C’est vrai que la création du PG laissait espérer une ouverture... mais si toute la gauche ne s’allie pas pour chercher des solutions innovantes (dans tous les domaines), les libéraux ultra de tous poils ont de beaux jours devant eux... et le PC participera de cet état de faits dont, majoritairement, le peuple subira les conséquences. 


            • elec 42 elec 42 5 décembre 2009 18:01

              le PCF,ça veux dire quoi de nos jours ?


              • tvargentine.com lerma 5 décembre 2009 19:56

                Il est temps d’en finir avec ce parti qui ne reconnait toujours pas que G Marchais s’était trompé dans sa stratégie d’alignement sur le régime sovietique (globalement positif)

                Le PC doit remercier S ROYAL d’avoir su ramener ce parti à 1,93% et soyons certain qu’aux régionales le PS et le PC n’existeront pas plus comme représentatif de la gauche

                Le PC est hasbeen ,le PS est mort depuis 2002

                http://www.tvargentine.com


                • sheeldon 7 décembre 2009 09:54

                  bonjour lerma

                  le ps est mort , mais même un macabé peut battre l’ ump aux régionales !

                  olé

                  cordialement


                • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 7 décembre 2009 05:31

                  20 ans apres la chute du Mur de Berlin, il est absolument incompréhensible que le communisme ait encore un parti en France.


                  • Eleusis Bastiat - Le Parisien Libéral eleusis 7 décembre 2009 12:17

                    Non, puisque le liberalisme est une idee ancienne, Smith XVIIIeme siecle, Constant debut XIXeme


                    • Matéo34 Matéo34 8 décembre 2009 12:50

                      @ l’auteur.

                      Bonjour,

                      Bon... Allez, je vais défendre ma boutique ... smiley

                      - « A quoi joue le PCF ? »... Ben à faire un truc tout con : appliquer une décision politique prise en congrès et qu’il fait vivre depuis octobre 2008 : le Front de Gauche !

                      - Un manque de lisibilité ? Euh... depuis le début, nous défendons que le front de gauche doit prendre les élections les unes après les autres... JL Mélenchon défendait cette position quand le PG a rejoint le Front de gauche, il a varié assez vite ensuite (tient, c’est bizarre, à lui on lui reproche moins un prétendument manque de cohérence politique).
                      Ensuite, la décision des listes autonomes au premier tour a été prise par le Conseil national mais elle devait être ratiffiée par les communistes dans les Régions : ce qui fut fait.... Les camarades ont le droit de choisir de partir au premier tour avec le PS ( alors que personnellement , en Languedoc Roussillon, j’ai choisi le choix du Front de gauche autonome au 1er tour). On peut noter que en Poitou Charente, le choix de la conférence régionale a été invalidé par le vote des communistes. Ce qui est vrai dans un sens, l’est aussi dans l’autre.
                      C’est donc un choix cohérent car il respecte la démocratie dans notre parti et ses orientations de congrès. Bref, la direction propose, les communistes disposent !
                      les communistes dans les régions sont peut être les mieux habilités pour choisir. Je sais bien que cela ne rentre pas dans les clichés staliniens de certains mais c’est comme ça !

                      - Pour ce qui est du bilan : la majorité d’entre nous reconnait que nos élus ont bien bossé. les engagements pris on été tenu, comme dans les transports ou l’économie. A titre d’exemple, en région Auvergne, les élus se sont battus et mis en place les soutiens au PME-PMI (c’est la mise en application des idées que nous défendons dans le cadre « La bourse ou la vie, rendons l’argent utile ! » : on aide à débloquer le crédit sous condition d’emploi, de salaire et de formation), cela a été mis en place accompagné par une commission de contrôle des fonds publics a postériori (saisine ouverte largement, composé de syndicalistes, etc). Un conflit a porté sur le fait que nous voulions réservé cela aux PME et PMI, les socialistes voulaient l’étendre à toutes les catégories d’entreprises. Pour des raisons diverses, nous avons perdu le rapport de force. La vie politique veut ça... En Rhônes Alpes, un dispositif équivalent existe aussi.
                      C’est peut être pas visible mais faire parti d’un exécutif, c’est utile !

                      - Pour les prochaines échéances, le problème est tout autre : avec la réforme territoriale, la démocratie locale est en grand danger par l’application des politiques européennes qui mettent en concurrence des territoires, la suppression de la taxe professionnelle qui rompt l’égalité devant l’impôt, etc. C’et, par exemple, une vraie ligne de fracture entre nous et Frêche (qui trouve que la réforme de Sarkozy et de l’UMP, voulu par l’UE, est bonne ).
                      Il faut avoir vraiment des pôles de résistance, avoir une démarche politique qui permette de construire une vraie alternance de politique nationale. C’est pas changer de parti, c’est de politique et les régionales peuvent aider à cela.

                      - Pour ce qui est des 1,93% : faites attention, le contexte de l’époque joue. Ensuite, le problème est grave et ne concerne pas que le PCF : vous vous focalisez encore beaucoup la présidentialisation du régime, je trouve cette façon de faire dangereuse car c’est participer de façon indirecte la volonté politque de l’UMP : tout ne repose que sur un seul homme, cela ne vous rappelle rien ? Notre démocratie ne se résume pas uniquement à la présidentielle... Et même l’IFOP a noté une progression après les dernière élections locales : en terme d’élus locaux, nous sommes devant le MoDem !

                      - Pour ce qui est du NPA, Grond devrait regarder la réalité : en Languedoc Roussillon, le NPA a voté pour rejoindre le Front de gauche... Alors les leçons de cohérences ont toujours des limites !

                      - François Hollande, Ségolène Royal ont critiqué le choix d’autonomie du PCF... la belle affaire ! Cela me conforte dans mon choix...

                      Bref, l’article est intéressant mais je suis pas d’accord avec lui.

                      Bonne journée.

                      Matéo34


                      • Albert Ricchi Albert Ricchi 8 décembre 2009 15:03

                        @ Matéo34

                        Si l’on veut développer réellement le FdG et non pas s’en servir comme moyen d’améliorer son score électoral, il est important d’avoir une stratégie lisible et faire partout la même chose et ne pas se présenter tantôt là avec le PS, tantôt ici avec le PG.

                        Je suis en désaccord avec vous sur un point principal : le Conseil national du PC n’a pas proposé exactement de faire « des listes autonomes au premier tour » mais plus précisément de « faire des listes autonomes avec possibilité de cas particuliers »

                        Cette stratégie « à la carte » pourrait signer la fin prochaine du FdG... Car que va faire le PG dans les régions où le PC est allé à la soupe avec le PS dès le premier tour ?

                        Salutations socialistes de GAUCHE
                        Albert


                      • Matéo34 Matéo34 9 décembre 2009 15:18

                        Cher Albert,

                        Je vous remercie pour la réponse.

                        - Ce sont les communistes qui ont voté, cela m’étonnerait beaucoup qu’ils aillent à la soupe ! C’est un choix qui est fait en fonction de chaque situation locale, c’est pas le mien mais c’est quand même respectable !

                        - Les situations locales existent, je sais de quoi je parle vu que je suis dans l’Hérault et en Languedoc-Roussillon. Une variété de possibilité s’offre à nous : PS national soutien Frêche ou pas, liste dissidente du PS + Front de Gauche + Vert, etc...

                        Bonne campagne !

                        Matéo 34

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès