Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Régions, départements : non au charcutage territorial de la France (...)

Régions, départements : non au charcutage territorial de la France !

Mardi, le premier ministre a annoncé dans son discours de politique générale à l’Assemblée Nationale la division par deux du nombre de régions et la suppression des départements à l’horizon 2020. Derrière ce nouveau coup de communication, on trouve une idée datée et mauvaise.

Manuel Valls, premier communiquant
 
Tous les jours il devient plus clair que le président a ajusté son casting gouvernemental uniquement à des fins de communication. Et cela ne marche pas si mal en un sens, dans la mesure où l’étalement des nominations et le discours du Premier Ministre ont réussi à remplir l’actualité depuis près de deux semaines, avec pourtant une quantité très limitée de fond puisque la direction reste celle annoncée par le président il y a trois mois. Mais cela occupe le terrain médiatique au point d’empêcher le démarrage de la campagne pour les élections européennes, qui reste dans les limbes, malgré une durée extrêmement courte. La majorité bouge et cela lui donne au moins l’apparence de la vie.
 
Mais cette résurrection médiatique ne signifie pas qu’il faille espérer quoique ce soit du gouvernement, pas si nouveau dans sa composition. En effet, la direction reste à peu près la même que celle d’avant, proche de celle de la majorité précédente, chose somme toute assez logique de la part de bébés Jospin, le chef de gouvernement qui a le plus privatisé et sacrifié nos services publics au nom de sa foi européenne. Bref, la seule chose qui change est une reprise en main de la communication. Un hyperactivisme factice, des évenèments, des annonces, et des déplacements sont donc organisés tous les jours pour occuper le terrain, sans vraiment avoir réfléchi à ce qu’il convenait de faire…
 
Le serpent de mer de la réorganisation territoriale

Il n’est donc pas vraiment étonnant que Manuel Valls ait ressorti l’idée d’une restructuration des instances locales du pays. Il n’avait pas besoin d’inventer cette idée, au cœur des propositions de la commission Balladur de 2009 (encore un point commun avec le mandat Sarkozy…), juste de la transformer un peu pour la faire sienne. La nouvelle variante se veut plus radicale, avec une division par deux du nombre de régions et la suppression des départements à terme. Une idée qui, outre l’intérêt d’occuper les médias, repose sur des idées préconçues du néolibéralisme : plus c’est gros, mieux c’est, il faut réduire les dépenses de l’Etat et il faut rationaliser notre organisation pour être plus compétitif.

Passons sur le mode de raisonnement, celui d’un patron peu inspiré qui s’occupe en restructurant son entreprise. Cette proposition est doublement ubuesque. D’abord, elle ne devrait que dégager de faibles économies (on parle d’un milliard). Et encore, il n’est pas évident qu’il y ait des économies d’échelle dans ces domaines. En outre, une telle organisation reviendrait à considérablement éloigner les centres de décision entre la commune et l’Etat pour les citoyens, facteur majeur de disfonctionnement et d’inconfort pour la population. Une suppression pure et simple des régions et le transfert de leurs compétences vers les départements n’aurait-il pas été une réforme plus pertinente  ?
 
Car cette réforme, dans la plus pure inspiration eurolibérale orwellienne, revient à effacer les repères et l’identité des citoyens, sans se soucier le moins du monde des perturbations que cela peut provoquer. Pourtant, les départements ont un rôle majeur dans la structure de notre pays depuis plus de deux siècles et il est bien évident que la division par deux du nombre de régions reviendrait à créer des monstres sans le moindre rapport avec l’histoire ou la culture de notre peuple. Ce déracinement serait source de nombreux maux, totalement négligés à date. En revanche, ce serait un nouveau coup de pouce au féodalisme des partis qui auraient alors la main sur les listes de candidats…
 
Et par-delà les coûts colossaux d’une telle réforme, l’élognement des centres de décision serait source de disfonctionnements et revient à mutiler l’identité des citoyens. Quitte à supprimer quelque chose, autant que ce soit les régions, et miser sur les départements, le bon point d’équilibre entre l’Etat et les communes.

Moyenne des avis sur cet article :  3.26/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 11 avril 2014 11:03

    C’est habituel chez ce gouvernement (et Hollande en particulier) de lancer des idées farfelues qui ne se font jamais juste pour donner l’impression aux Français qu’il travaille...

    Pitoyable.. !

    • Hermes Hermes 11 avril 2014 14:09

      Bonjour,

      Non non non, pas du tout farfelu : pour en terminer avec l’état nation et céder la place à de régions soumises au pouvoir central de bruxelles, il faut qu’elles tiennent la route. Rien n’est laissé au hasard. La disparition des états (trop difficile à gouverner comme taille d’entité) est une cible programmée. Le vide sidéral de la politique nationale derrière l’écran de fumée des scandales médiatiques et des lois sociétales en est déjà le rellet. Valls est aux ordres.

      cdt.


    • scylax 11 avril 2014 11:06

      Le premier charcutage, ce fut celui de lAssemblée constituante en 1790, créant des départements complètement artificiels pour casser les provinces ancestrales.



      • Michel DROUET Michel DROUET 11 avril 2014 11:57

        Je ne suis pas un nostalgique des provinces.

        Les départements étaient avant tout un outil de contrôle social, maintenant tout le monde semble d’accord pour dire qu’il faut les conserver comme courroie de transmission de l’Etat avec leurs Préfets et sous Préfets.

        Par contre, il faut bien supprimer le Conseil Général (ou Départemental) et confier ses compétences aux Métropoles ou aux autres intercommunalités ainsi qu’à la Région (les collèges gérés avec les lycées à la Région, ça serait cohérent, non ?


      • zygzornifle zygzornifle 11 avril 2014 11:16

        Pourquoi attendre une période de crise pour en parler ? il n’y a pas assez de bordel partout ?


        • jmdest62 jmdest62 11 avril 2014 11:39

          @zygzornifle

          Diversion bien sûr ! .... On sature l’espace médiatique et les esprits avec des « Sujets clivants » , => plus de place pour réfléchir au « pacte de ... » (j’sais plus quoi !) ou au traité Trans-Atlantique.

          ça c’est pour le court terme mais , méfions nous que le dessein à long terme ne soit pas la dé-structuration (destruction !) complète de l’état Français.

          @+


        • Gasty Gasty 11 avril 2014 12:35

          Ce sera un découpage qui sera fait pour mécontenter tout le monde et qui les fera descendre dans la rue manifester leurs colères. Mais pas contre la guerre en Ukraine qui viendra juste de débuter, les opposants auront du mal à se faire entendre.


        • Michel DROUET Michel DROUET 11 avril 2014 11:32

          Un milliard : de « faibles économies ». C’est vrai quoi ! avec un milliard, t’as plus rien !

          Continuez donc à payer vos impôts dans la joie et la bonne humeur pour payer les 560 000 élus et surtout continuez de parler au nom du citoyen (dont on « mutilerait » l’identité) alors qu’il ne comprend plus rien au système.

          Dernier point, avant d’avancer la théorie du complot, interrogez vous d’abord sur l’efficacité du système territorial. 


          • Fergus Fergus 11 avril 2014 11:55

            Bonjour, Michel.

            D’accord avec vous, cette réforme est devenue une urgente nécessité.


          • jmdest62 jmdest62 11 avril 2014 12:01

            @ Michel Drouet

            Notre organisation ne me semble pas si mauvaise ...mais elle est pervertie par le copinage et la cooptation qui génèrent , je vous l’accorde , des emplois doublons et inutiles
            Une des solutions : le contrôle citoyen renforcé

            @+


          • Fergus Fergus 11 avril 2014 11:53

            Bonjour, Laurent.

            Je soutiens sans réserve la volonté de réduire le nombre des régions et de supprimer les conseils départementaux. Tout cela va dans le bon sens, et sans doute faudra-t-il ajouter à cela dans l’avenir la suppression de 15 à 20000 communes trop peu peuplées pour que ce niveau administratif soit pertinent.

            Vous évoquez des problèmes identitaires. Permettez-moi de sourire : les Auvergnats, sur ce plan-là, sont plus fidèles à la province historique qu’à la région, et les habitants de l’Allier se considèrent avant tout comme des Bourbonnais et non des Auvergnats. Ce n’est qu’un exemple, et sans doute en existe-t-il de nombreux autres sur le territoire.

            Oui, il est pertinent de construire des régions de taille comparable avec les Länder allemands. Quant à la suppression des conseils départementaux, elle est également devenue logique et même nécessaire, la proximité ne disparaissant pas car il subsistera dans chaque département une antenne de la région supervisés par des élus régionaux compétents à ce niveau. C’était d’ailleurs ce qu’avait voulu Sarkozy avec les conseillers territoriaux, une excellente réforme qui n’a malheureusement pas pu aboutir.

            Cessons d’être toujours contre et sachons aller de l’avant pour moderniser notre carte administrative, que ce soit Pierre, Paul ou Jacques qui en prenne la responsabilité avec courage et détermination.


            • Michel DROUET Michel DROUET 11 avril 2014 12:00

              Bonjour Fergus

              Tout à fait d’accord avec votre propos


            • jmdest62 jmdest62 11 avril 2014 12:14

              Bonjour Fregus

              "....la suppression de 15 à 20000 communes trop peu peuplées pour que ce niveau administratif soit pertinent.....« 

              d’accord avec vous si vous parlez »administratif«  pas d’accord du tout si vous parlez »citoyenneté" ...... l’abstention aux élections est liée à la taille de la structure pour laquelle on vote.
              Ex : Mon petit village : 210 ha => 18% abstention , Lille : + de 200 000 Ha plus de 50% abstention , l’Europe Plusieurs centaines de millions d’Ha => 60% abstention en 2009

              @+


            • jmdest62 jmdest62 12 avril 2014 22:38

              Re Bonjour Fergus
              Vous écrivez...
              ".......Vous évoquez des problèmes identitaires. Permettez-moi de sourire : les Auvergnats, sur ce plan-là, sont plus fidèles à la province historique qu’à la région, et les habitants de l’Allier se considèrent avant tout comme des Bourbonnais et non des Auvergnats. Ce n’est qu’un exemple, et sans doute en existe-t-il de nombreux autres sur le territoire......« 

              Dites moi , si je suis votre raisonnement , le Nord Pas de calais et la Belgique devraient fusionner pour former une grande région Européenne.....je suis né dans le 59 , j’y ai vécu plus de 50 ans et comme de nombreux habitants de la région j’ai des parents et amis en Belgique et je me sens + proche d’eux que des Corses , des auvergnats ou des Martiniquais ......
              Dites moi ..l’étape suivante ne serait-elle pas de »gommer" les nations ?

              cordialement

              @+


            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 12 avril 2014 22:44

              Si les belges nous donnent la vraie composition de la fricadelle ,ça peut se négocier ...


            • jmdest62 jmdest62 14 avril 2014 19:24

              @ Alta Péa

              La fricadelle est à base de têtes et de pattes de poulets Hachées finement après ébullition , il y a également de l’oignon , du curry et des coquilles de moules (récupérées à la <Braderie de Lille> ) broyées finement ...de la fécule de pomme de terre pour lier le tout .

              Bon appétit !

              @+

              PS : Je déconne ! , la recette est tenue jalousement secrète comme la « formule » du KaKa-Cola  smiley


            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 11 avril 2014 12:27

              Vers encore plus de jacobinisme régional ...
              Les perdants ,les 60% invisibles de Guilluy ,et le monde rural en son entier .


              • tf1Groupie 11 avril 2014 14:28

                Pour dire NON Pinsolle est toujours prêt


                • Rincevent Rincevent 11 avril 2014 14:40

                  « effacer les repères et l’identité des citoyens » Chez moi (Pays Basque, que vous connaissez, je crois) ce n’est pas le département qui est garant de l’identité, loin de là, puisqu’il est partagé avec les Béarnais… Alors, qu’est-ce qu’on fait ? On sous-départementalise ? Non bien sûr, d’autant plus que les militants du Pays lorgnent du côté espagnol où l’entité Pays Basque est une région assez largement autonome. Côté Catalogne française la tentation existe aussi. Donc, ce n’est pas si simple…


                  • Fergus Fergus 11 avril 2014 17:40

                    Bonjour, Rincevent.

                    Excellent exemple qui montre que l’identité ne réside pas forcément dans les découpage administratifs.


                  • Rincevent Rincevent 11 avril 2014 23:51

                    @ sampiero

                    On ne sait pas vraiment ce que ça donnerait parce que c’est tellement loin de notre culture politique ! La République s’est bâtie sur la victoire des Jacobins et depuis on n’est pas sorti du modèle, touts partis confondus.


                    • Mmarvinbear Mmarvinbear 12 avril 2014 01:32

                      Pourtant, les départements ont un rôle majeur dans la structure de notre pays depuis plus de deux siècles et il est bien évident que la division par deux du nombre de régions reviendrait à créer des monstres sans le moindre rapport avec l’histoire ou la culture de notre peuple


                      Bah, une bonne moitié des régions actuelles n’ont aucune référence historique et ne sont le fait que de regroupements géographiques.

                      De plus, les régions actuelles n’ont que 50 ans. Ce n’est pas une longévité extra-ordinaire et on peut les redessiner sans peine.

                      • Fergus Fergus 12 avril 2014 09:01

                        Bonjour, Mmarvinbear.

                        C’est la voix du bon sens !


                      • eric 12 avril 2014 09:42

                        Arnaque et poudre aux yeux. C’est comme pour les aides fiscales « aux plus démunis ».

                        Dans ce cas la, la mafia socialiste nous annonce sans vergogne, qu’elle va verser 5 milliards de notre argent commun aux « malheureux » rattrapés par leur inflation fiscale délirante.
                        50% des français payent l’impôt sur le revenu. Il s’agit donc d’un cadeaux aux peut être 10% des moins riches parmi les plus riches...Comme si on avait pas de 8 a 11 millions de vrais pauvres qui devraient etre aides en priorite. Mais qui ne voit que le bas de la classe moyenne supérieure est une cible électorale privilégié du PS. Ce sont les mêmes auxquels on avait fait cadeau de la « cagnotte fiscale » sous Jospin Fabius. Et on était pas en crise a l’epoque.

                        Pour les collectivités locales, on a en 2011 environ 211 milliards de dépenses. Dont, Communes 56%, Département 32%, Région 12%.

                        Mais ce sont les chiffres globaux. Si on descend dans le détail, ce sont les départements qui sont le plus pourvoyeurs d’emploi public et le moins d’investissement.http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/finances-publiques/collectivites-territoriales/depenses/quel-est-poids-chaque-collectivite-depenses.html.

                        En réduisant le nombre de régions, on va donc faire des économies sur l’avenir, sans toucher trop aux bases électorales du parti.
                        D’autre part en matière de subventions aux copains, la cagnotte est sans doute plus au niveau départemental et municipal. Voir le cas de l’Isère : http://obral.viabloga.com/

                        Enfin, si il y a vraiment beaucoup de départements, avons nous vraiment trop de régions ?

                        C’est subjectif, mais il est clair que ce sont sur les doublons d’un département a l’autre que les économies les plus substantielles pourraient être faites.
                        Le même coefficient d’économie sur le fonctionnement par exemple 10%, rapporterait au bas mot sans doute de l’ordre de 5 fois plus au niveau départemental.

                        Enfin, si on en croit les municipales, les gauches risquent de perdre plus de régions que de départements lors des prochaines échéances.

                        Comme la promesse fiscale a ses propre troupes, la réforme des collectivités locales PS apparaît largement comme clientéliste, opportuniste, marquées par des intérêts partisans a court terme. Elle est bien a l’image de ce gouvernement.


                        • Michèle DRAYE 13 avril 2014 16:04
                          Des euro-régions existent déjà qui doivent être directement rattachées à Bruxelles.Aquitaine-Euskadi : 4ème GECT Eurorégionalhttp://www.aquitaine-euskadi.eu/un-gect-euroregional.html

                          L’Eurorégion « Aquitaine-Euskadi » rejoint 3 autres eurorégions constituées sous forme de Groupement Européen de Coopération Territoriale (GECT)&nbsp;:·         

                            Pyrénées-Méditerranée,

                          ·  Tirolo-Alto Adige-Trentino,

                          ·  Galicia-Norte du Portugal 


                          La France va-t-elle disparaitre ?

                          http://books.google.fr/books?id=331KuQ7eaTcC&pg=PT64&lpg=PT64&dq=La+france+dog-­elle+disparaitre++(Jean-claude.....)&source=bl&ots=OLD2o1Qwim&sig=5NP02XLBrM4w77SiYwZo7WzbJT0&hl=fr&sa=X&ei=l4VKU9HICsaR0AWP_4GIDg&ved=0CEsQ6AEwBA#v=onepage&q=La%20france%20doit-elle%20disparaitre%20%20(Jean-Claude.....)&f=false


                           

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès