Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Réinventer la république

Réinventer la république

"Si l'assemblée constituante s'est montrée digne du peuple qu'elle représentoit, c'est, peut-être, lorsque d'un côté elle ferma à ses membres l'accès du ministère et des places dont le pouvoir exécutif dispose ; et que, de l'autre, elle décréta qu'ils ne pourraient être réélus à la seconde magistrature. Cette double disposition eût épargné à la France bien des maux et des crimes." In "Le défenseur de la constitution" de Maximilien Robespierre

"Je vais me mettre en pointe pour aider à la formation d'un mouvement pour la VIe République, mouvement qui rassemblera tous ceux qui veulent cette république de progrès et de prise du pouvoir par les citoyens"
Jean-Luc Mélenchon

Le monde, les relations sociales ont changé. L’accès généralisé aux études supérieures, l’ouverture des horizons géographiques, l’info largement diffusée ont contribué à bouleverser notre société. Ajoutez à cela le phénomène de la précarisation. Incroyablement, le seul truc figé c’est la politique. On reste avec des politiques qui infantilisent les électeurs, finalement. Sans compter une défiance vis-à-vis des jeunes, qui, eux sont de plus en plus angoissés. La Ve république, finalement, c’est la grande messe tous les cinq ans et pendant ce laps de temps, les électeurs n’ont quasi aucun droit. J’ai envie d’une exubérance démocratique. C’est ça la 6e République pour moi.Bastien François


CE N’EST PAS AUX POLITICIENS DE RÉDIGER LA CONSTITUTION DE NOTRE RÉPUBLIQUE. C’EST AU PEUPLE.
LA CONSTITUTION SERT A PROTÉGER LE PEUPLE DES ABUS DE POUVOIR, A LIMITER NOTRE IMPUISSANCE POLITIQUE, A EMPÊCHER LES ÉLUS DE PRENDRE DES DÉCISIONS SANS NOUS CONCERTER.

FORMATION-RESISTANCE.org



Pour une république du peuple


1 - L'obsolescence de la Vème république.

La France semble en panne d'idées, d'imagination et de ressources. Après la déconfiture du premier gouvernement Valls, François Hollande récidive et reconduit un premier ministre borné qui n'a visiblement pas su tenir les rênes de son équipe gouvernementale. Dernièrement, la position intenable du chef de l'État fut symbolisée de façon cocasse par les images quasi prophétiques d'un chef de l'État d'une "Patrie échouée" complètement inaudible sous une pluie battante à l'île de Sein, c'était lundi dernier, le 25 août, le lendemain même où J.L. Mélenchon lui prédisait un désastre. Cette situation à peine croyable, n'aura pas manqué d'illustrer la débâcle en cours avec son lot de chômage ascendant, ses affaires minables à la petite semaine et l'affaissement en pâte de guimauve d'une économie sous perfusion. Les seules nouvelles tenues pour positives nous parviennent de la Bourse, et des institutions financières dont notre Président se proclamait, juste avant d'être élu, l'ennemi juré. Récemment, le patron des patrons du Medef n'a pas manqué de le féliciter en mentionnant que la politique menée actuellement va plutôt dans le bon sens (entendons dans le sens des intérêts des patrons et non dans celui du pays). Le petit peuple, lui, ne s'y trompe guère qui accueille chaque déplacement du Président solférinien avec des quolibets pas piqués des vers. Par contre, le carnage du corps social, entrepris depuis quelques lustres par le FMI et ses sbires européens, attire les hordes de hyènes à l'affût. Le FN de la fille du Cyclope se tient en embuscade et sent un vent délétère tourner en sa faveur. Les médias auront réussi l'exploit de réhabiliter dans la patrie des Droits humains un parti qui a toujours fait son fond de commerce de la haine, du racisme et d'un chauvinisme des plus abjects (les français ont vraiment perdu la mémoire !). Qu'à cela ne tienne, dans toutes les histoires pour enfants, il y a des ogres, des grands méchants loups et des vilaines croque-mitaines au sourire vorace. Nous ne succomberons pas aux vapeurs de cette morale nauséabonde remontant des pires périodes de l'Histoire du XXe siècle. Les combines de cuisine électoralistes ne nous intéressent pas, mais alors pas du tout. De l'UMP et de son petit caïd de série B, du PS et de sa poule mouillée caquetante, du FN et de son hégérie de ménagerie jusqu'au cercueil pétrifié d'un PC obsolète, tout se tient parfaitement. Au fond, ils ne sont que des pièces détachées mais complémentaires d'un système à bout de souffle, par ailleurs définitivement irréformable. Avec le temps ils sont devenus complices les uns des autres par trahisons successives accumulées. Nous ne voulons plus de tous ces professionnels de la politique, élus à vie. Ils nous ont déjà coûté trop cher, ils ont ruiné tout ce qui fait la noblesse des idées et des utopies, de leur mise en oeuvre. Ils ont tué dans l'oeuf, de la Commune jusqu'à Mai 68 en passant par la guerre civile espagnole, les aspirations souveraines des peuples à se libérer du joug de l'argent et de la guerre.



2- Une république du Bien-Vivre

Nous en sommes arrivés à un tel point d'obsolescence à tous les niveaux de nos institutions républicaines que nous n'avons plus d'autres alternative que d'en passer par la création d'une VIe république constituée par et pour le peuple. Une République dont Mr Montebourg fut, avant d'entrer au gouvernement, un des fervents partisans et qu'aujourd'hui appelle de tous ses voeux, non sans avoir eu auparavant l'élégance de quitter la présidence du Parti de Gauche, Jean-Luc Mélenchon. Cependant, il va de soi qu'en toute urgence la première mesure que l'assemblée constituante nouvellement élue devra prendre, avant de procéder à la construction co-élaborative de cette République basée sur le principe inaliénable de l'égalité démocratique, sera d'extirper la France des griffes US de l'Otan et de rompre avec l'Europe du grand capital apatride. Sinon à quoi bon se donner tant de mal si ce n'est que pour relooker ce qui existait déjà. Il se pourrait fort bien que François Hollande, dindon de la farce des oligarches qui l'ont cooptés, soit le dernier des Président de notre Ve république en plein naufrage. Maintenant, l'impossible reste à accomplir, fédérer les français autour d'une vision plénière et d'un projet commun et généreux pour changer la vie, pour un monde meilleur.

 Que vive la VIe République !

André Chenet




Message de Tristan cabral, poète et co-fondateur du Mouvement pour une VIe République :

Dans son important discours du 24 août dernier, aux Remue-Méninges du Parti de Gauche à Grenoble, Jean-Luc Mélenchon en appelle au lancement d'un vaste mouvement pour une VIe République. Or, il serait temps de le rappeler, un mouvement pour la VIe république existe depuis 1994 (voir le J.O. du 3 février 1994). Né à Nîmes, il a été représenté à différentes élections dans les départements du Gard, de l'Héraut et de l'Aude. A chaque fois, ses représentants ont récolté environ 5% des voix.
Espérons que nous serons tous unis pour mettre fin à la monarchie républicaine qui a toujours caractérisé la Ve République.

 

Contact : republicaVI@gmail.com


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • bernard29 bernard29 30 août 2014 13:02

    le projet de la C6R (de Montebourg et maintenant de Aliès ) est de promouvoir, outre quelques dispositions institutionnelles (cumul des mandats etc..) , un régime primo-ministériel (parlementaire), avec un président qui n’a aucun pouvoir hormis celui de représentation et de sauvegarde des libertés publiques... 

    C’est une revitalisation institutionnelle politique, c’est déjà beaucoup, mais pas pour promouvoir une société du « buen vivir » comme vous le souhaitez. Ceci d’ailleurs serait bien évidemment du domaine de la loi et bien sûr des initiatives citoyennes. 

    Mais, vous dites ;

    «  ;; ;;la première mesure que l’assemblée constituante nouvellement élue devra prendre avant de procéder à la construction co-élaborative de cette République basée sur le principe inaliénable de l’égalité démocratique, sera d’extirper la France des griffes US de l’Otan et de rompre avec l’Europe du grand capital apatride ».......

    ça laisse une grosse marge, .. non ?

    je croyais justement que c’est l’établissement d’une Nouvelle République qui offrirait aux citoyens la possibilité de prendre de telles décisions et de régler les problèmes que l’ancienne constitution ne permet pas de régler. 




    • bernard29 bernard29 30 août 2014 14:38

      je rajoute ce commentaire que j’ai déjà placé sous un autre article.

       Il y a un gros problème c’est que « l’électorat dérive toujours plus vers la droite... ; » comme le dit Fergus sous cet autre article.

       « la gauche vraie », la gauche véritable« autrefois »l’autre gauche« , »gauche unie« ou »gauche plurielle« , et maintenant »vive la gauchen’en sont réduites qu’à compter, sur une mobilisation des abstentionnistes pour tenir le coup.. C’est pour cela que Mélenchon préconise le vote obligatoire et la majorité à 16 ans. Mais pour faire rêver, il ne suffira pas de dire constituante , les citoyens sont plus pragmatiques. ( qui va la mettre en place ; Il faut d’abord gagner les élections présidentielles, ah bon et pour gagner la présidentielle ce n’est pas avec cette seule promesse qu’on y arrivera. Il faut à tout le moins des propositions démocratiques fiables, radicales et respectueuses des personnes. ( je considère pour ma part, que le mandat impératif et le référendum révocatoire sont contraires à la responsabilité individuelle (s’il y a faute il y a des tribunaux, s’il y a erreur , il y a le non renouvellement du mandat). 

      les questions qui préoccupent notre démocratie sont celles

      a) de la formation d’une oligarchie (donc modalités des mandats, cumul et renouvellement..) 

      b) de la disparition des contre pouvoirs. ( presse, organes de contrôle et de sanction, séparation des pouvoirs, conflits d’intérêts etc..),

      c) de l’absence d’implication citoyenne ( donc référendum d’initiative citoyenne etc ..) 


      • André Chenet André Chenet 1er septembre 2014 09:19

        Bernard, je vous sais gré pour votre lecture attentive. Tout d’abord je vous répondrais que nous avons plus que jamais besoin de rêver et le mot « constituante » est de nature à rassembler tous ceux qui veulent en finir avec le vieil ordre établi. N’est-ce pas à partir de rêves qu’ont été bâties les plus belles réalisations humaines ? Je me méfie de tous les « pragmatistes » qui n’ont en vue que leurs intérêts ou ceux de leur famille. Le rêve n’est pas un handicap, bien au contraire, et je pense vraiment qu’en son absence les meilleurs projets tombent à plat et que l’existence en devient triste à mourir en se sclérosant. Rêves et imagination sont les souffles mettant en mouvement les utopies de l’avenir tandis que les logiques (pragmatiques) n’ont fait qu’asservir les masses et coloniser les peuples. Un homme qui ne rêve pas (et par rêver j’entends le dépassement de soi) est un homme déjà presque mort. 

        En ce qui concerne la sortie de l’Otan et de l’Europe j’ai voulu (trop simplement) indiquer que si une VI République régie par une assemblée constituante devait advenir, il faudrait forcément que l’assemblée nouvellement élue - dont le rôle serait de mettre en place la constitution de la VIe République (qui ne se fera pas du jour au lendemain) - se donne « le champs libre » car en l’état actuel des choses la constitution européenne ne permet en aucun cas que se forme un gouvernement sur des bases populaires et démocratiques. Et je ne parle pas de l’empire US lequel, tout nous le démontre, a fait main basse sur les gouvernements des pays de l’Europe. Regardons ce qui s’est passé au Kosovo, en Crimée, ce qui se passe en Ukraine ... Voyons aussi comment un pays comme la Grèce s’est retrouvé ligoté par les banques de la mafia internationale ... Sans cesse l’ingérence nordaméricaine, anglo-saxonne même. Il est strictement interdit aux peuples de s’auto déterminer. Donc, à nos risques et périls, nous n’aurons pas d’autre choix que de nous sortir de ces pièges savamment élaborés que sont l’Otan et sa vassale l’Europe. Je ne suis pas, loin s’en faut, un expert en la matière mais cette option semble inévitable à qui il reste suffisamment de lucidité. Pour ce qui est des modalités pour mettre en place des conseils et des assemblées populaires permettant le fonctionnement « évolutif » d’ une Vie république, le débat devra mobiliser un maximum de citoyens et là, ce n’est certainement pas gagné d’avance. 

      • alinea alinea 30 août 2014 16:47

        Non seulement vous avez une belle gueule mais vous écrivez bien, des choses qui (me) plaisent !!
        Je cède à ce soleil qui point !!
        Ne nous perdez pas de vue !! smiley


        • André Chenet André Chenet 1er septembre 2014 09:34

          Merci pour vos compliments. Ne vous inquiétez pas à mon propos, il y a déjà bien longtemps que je me suis exilé dans les marges d’une société qui ne me sied point et que j’ai rejeté dès mon plus jeune âge. Néanmoins, je profite de toutes cette « chance d’expression » que nous octroie internet pour y retrouver les membres des vielles tribus égarées avant que les portes des passages ne se referment brutalement. La chance de retrouver des frères et des soeurs errants qui ont toujours le désir de vivre chevillé au corps. Bien fraternellement, André


        • Crab2 30 août 2014 17:23

          Participer au débat public afin de réunir les conditions d’un changement ouvrant la voie :

          - à un changement des mentalités

          - donc de société

          pour in fine construire une république : 6ème du nom....

          Suites : Manifeste

          http://laicite-moderne.blogspot.fr/2014/08/manifeste.html

          ou sur :

          http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2014/08/30/manifeste-5436874.html


          • Peretz1 Peretz1 30 août 2014 17:23

            J’ai été un peu en avance. Une nouvelle Constitution citoyenne c’est sur "www.citoyenreferent.fr’ Bonne lecture...si le coeur vous en dit.


            • claude-michel claude-michel 30 août 2014 17:57

              heu...je pense que notre république fut confisquée après 1789 par les bourgeois..et que depuis on cherche ou elle est...


              • André Chenet André Chenet 1er septembre 2014 08:21

                Sur ce point je ne peux être que d’accord avec vous. Les possédants s’approprient toujours les conquêtes sociales, et les révoltes qui les ont amenées, dans le but de les détourner et d’en revenir au statu quo . Si une nouvelle constitution devait aboutir, il faudrait qu’elle commence par tenir compte de cet accaparement que je qualifierais d’automatique. La hiérarchisation pyramidale de nos sociétés, tout à la fois militaire et religieuse, ne peut que favoriser un retour impitoyable d’une régression vers l’autoritarisme.


              • marauder 1er septembre 2014 09:00

                La chose publique n’est aps a créer, elle est a laisser etre ce qu’elle est.

                Ce qu’on appelle république n’en est pas une, c’est une construction idéologique basée sur une réalité, les choses publiques, ce sont les choses de la nature, ce qui, visible et a porté de tous, potentiellement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès